tb - Éch picard il érgote-ti ? - bt

(le picard et l'argot)

Voici une liste de mots accompagnés de leur définition. Tous sont tirés de divers dictionnaires d’argot ou de dictionnaires du langage populaire dont voici la liste par ordre de parution. C'est par les initiales entre crochets qu'il y est fait référence dans la liste de mots ci-dessous :

Le jargon ou Langage de l'argot transformé…
Ollivier CHÉREAU, Troyes 1741. [O.C.]

Dictionnaire grammatical du mauvais langage,
Étienne MOLARD, instituteur, Lyon 1803. [E.M.]

Dictionnaire du bas-langage langage,
d’Hautel, Paris 1808. [d.H.]

Dictionnaire d’argot ou guide des gens du monde,
par un monsieur comme il faut (ex-pensionnaire de Ste-Pélagie), Paris, 1827 [S.P.]

Nouveau Dictionnaire d’Argot,
par Bras-de-Fer, un ex-chef de brigade sous M. Vidocq, Paris,1829. [B.F.]

Les Excentricités du Langage Français,
Lorédan LARCHEY Paris, 1861 (2e éd.) [L.L.1]

Dictionnaire de la Langue Verte,
Alfred DELVAU Paris, 1866 (2e éd.) [A.D.]

Dictionnaire historique d’argot,
Lorédan LARCHEY, Paris, 1881 (9e éd.) [L.L.2]

Dictionnaire de la Langue Verte,
Alfred DELVAU Paris, 1883 nouvelle éd. avec un supplément de Gustave Fustier [D.F.]

Dictionnaire Argot-Français & Français-Argot,
Georges DELESALLE, Paris 1896 [G.D.]

Dictionnaire d’Argot,
Gustave ROSSIGNOL, Paris 1901 [G.R.]

Le Langage Populaire,
Henri BAUCHE, Paris 1920 [H.B.],

L'argot en cinq sec,
Léon VALBERT, Paris, 1925 [L.V.]

Le petit Simonin Illustré,
Albert SIMONIN, Paris, 1958 [A.S.]

On peut s’interroger sur l’origine de ces mots, puisqu’on les retrouve également en picard où ils sont couramment employés. Le mot fouillouse (poche) est un des cas les plus connus. On le rencontre dans le langage populaire des contemporains de François Villon. Il est utilisé par Rabelais ; Furetière le définit ainsi : « Vieux mot, & hors d’usage, qui signifioit autrefois, sac, ou poche. » Aujourd’hui, le Picard continue de farfouiller dans sa fouillouse et les argotiers dans la fouillouse des autres. Ce phénomène n’a cependant rien d’étonnant, le picard a toujours été essentiellement une langue parlée sans qu’aucun arbitre vienne jamais, comme l’aimable instituteur Étienne Molard, édicter des règles ou des interdits. De même, si on examine le cas du mot agobille, ce dernier est présent dès le xve siècle où on le découvre, par exemple, dans les Évangiles des quenouilles sous la forme agoubilles et avec le sens de menus objets sans grande valeur. Ce mot survivra en argot pour désigner des outils et en picard avec le sens qu’il avait déjà au moyen âge.

Je suis persuadé qu'une recherche patiente montrerait que presque tous les mots de la liste ci-dessous ont subi une évolution analogue : issus du langage populaire, ils ont été, d'un côté, assimilés à de l'argot par des censeurs à l'esprit étroit, et, d'un autre côté, préservés par le picard, très conservateur par nature. Sauf quand l'argot a tout simplement emprunté au picard ! Que vient faire une vache amouillante dans le dictionnaire de Georges Delesalle ? ou encore la cocotte chez Henri Bauche ? Langue verte, je veux bien, mais n’exagérons rien, pas au point d'aller traire les vaches aux champs !

Un dernier exemple nous est fourni par Louis Ferdinand Céline, champion du néologisme argotique s'il en fut ! On trouve, dans une variante de Guignol's Band I, la phrase :
il repoussait tout, à droite, à gauche… à grands coups de savate dans le bastringue, s'imposait en férocités, puis il piquait dans le cafourniot, il s'amusait de tout un peu…
Et les experts linguistes de classer cafourniot dans le vocabulaire argotique et populaire… où, bien sûr, il n’apparaît nulle part ! Et un néologisme de plus à l'actif du barde maudit ! Allez donc ! Sauf que… Bin voilà ! personne n'a fait le lien avec le cafourniot des Picards !

Les mots figurant ci-dessous apparaissent en général dans plusieurs des dictionnaires dont je disposais, j'ai noté entre crochets le premier de ces ouvrages où on peut les trouver.

 

o
o     o
o

 

Abatis : comparaison flatteuse du pied ou de la main à la patte du canard, de l’oie ou de tout autre palmipède. [L.L.1]

Affutiaux s.m.p. : bagatelles. [A.D.]

Agobille s.f. : outil. [A.D.]

Agonir, Agoniser v. : prendre quelqu’un à partie, l’insulter. [L.L.1]

Amignoter v.t. : cajoler, flatter, choyer. [d.H.]

Amiteux adj. : amical. [A.D.]

Amouillante s.f. : vache sur le point de vêler. [G.D.]

Artisse s.f.m. : artiste. [H.B.]

Assassiner v. (se prononce souvent azaziner) [H.B.]

Atiger / Attiger v. : frapper [L.L.2] %7C%7C exagérer. [L.V.]

Atout s.m. : coup grave. [L.L.1]

Aveindre v. : atteindre un objet élevé et le saisir. [G.D.]

Avène s.f. : avoine ; du lat. avena. [G.D.]

Bagouler v. : bavarder. [A.D.]

Bancroche adj. : bancal. [d.H.]

Berdouille s.f. : boue, gadoue, eau sale %7C%7C gêne, misère; ennuis %7C%7C adj. bredouille. [H.B.]

Berlurer (s'—) v. : se faire des illusions, réver. [A.S.]

Berouette s.f. : brouette. [H.B.]

Berouetter v. : brouetter. [H.B.]

Bisbille s.f. : querelle. [D.F.]

Bourgeron s.m. : petite blouse de toile bleue. [A.D.]

Bousin s.m. : bordel %7C%7C bruit, chahut. [H.B.]

Boutique s.f. : boutique. %7C%7C parties sexuelles. [H.B.]

Braire v. : braire %7C%7C crier, pleurer %7C%7C protester, se facher. [H.B.]

Braque s. : original, à moitié fou. [D.F.]

Brindezingue adj. : ivre. [L.L.2]

Bringue s.f. : femme maigre. [D.F.]

Buquer v. : battre très fort comme avec une bûche, dérive de bûcher m. s. [G.D.]

Caboche s.f. : tête. [D.F.]

Caliborgne s.m. : borgne ; éborgné d’un calot. [G.D.]

Camoufle s.f. : chandelle. [B.F.]

Caneçon s.m. : caleçon. [G.D.]

Canter v. : chanter. Faire canter quelqu’un. [G.D.]

Canuler v. : ennuyer. [D.F.]

Carogne s.f. : femme de mauvaise vie. [A.D.]

Carrer (se -) v. : faire l'entendu, se donner des airs [D.F.]

Cassine s.f. : baraque de mince apparence. [L.L.1]

Chamailler (se -) v. : se disputer [D.F.]

Chiquette s.f. : petit morceau. [A.D.]

Chiner v. : brocanter. [D.F.]

Chiper v. : dérober. [D.F.]

Chouette adj. : superlatif de beau. [D.F.]

Claude. Prononcez le c comme un g, ainsi que dans Claudine, second, seconder, secondement, etc.[E.M.]

Clincailler s.m. : quincailler. [H.B.]

Clincaillerie s.f. : quincaillerie %7C%7C décorations. [H.B.]

Cloque s.f. : ampoule. [D.F.]

Cocotte s.f. : fièvre aphteuse. [H.B.]

Conséquent adj. : important, qui en vaut la peine : c’est une somme conséquente. Ce mot ne s’emploie jamais dans ce sens… [E.M.]

Corporance s.f. : la taille de l’homme considérée par rapport à sa grandeur et à sa grosseur ; dites corpulence. [E.M.]

Coterie (la -) s.f. : « Les tailleurs de pierres s’interpellent du nom de coterie. Tous les compagnons des autres états se disent pays. » – G. Sand. [L.L.1]

Couple s.m. : un couple d’œufs ; dites une couple, s.f. [E.M.]

Couverte s.f. : tapis qu’on étend sur un lit ; couverte de laine ; dites couverture, s.f. [E.M.]

Craque s.f. : petit mensonge. [H.B.]

Crompire s.f. : pomme de terre ; mot wallon, de l’all. Grundbirne, poire de terre. [G.D.]

Dandiller v. : sonner, pour tintiller lat. tintinnire. [G.D.]

Débagouler v. : parler. [A.D.]

Débonder (se -) v. : aller à la garde-robe. [L.L.2]

Décamper v. : s'enfuir. [D.F.]

Décaniller v. : déguerpir. [L.L.1]

Décarrer v. : s'en aller. [D.F.]

Décati adj. : qui a perdu sa jeunesse, sa beauté. [D.F.]

Décesser v. : cesser ; Il ne décesse pas de parler ; dites il ne cesse pas de parler. [E.M.]

Déclaquer v. : dire ce qu’on a sur le cœur. [G.D.]

Dégobiller v. : vomir. [H.B.]

Dégrimoner (se) v. : se démener, s’agiter, se débattre. [G.D.]

Drapeaux s.m.p. : couches, langes de nouveau-né. [A.D.]

Écacher v. : écraser. [A.D.]

Écafoter v. : écaler ; écafoter des noix, enlever l’écale. [G.D.]

Écarbouiller v. : écraser. [A.D.]

Écoute s’il pleut loc. : fadaise, conte à dormir debout. [A.D.]

Effondrilles s.f.p. : scories du pot-au-feu. [A.D.]

Égrafigner v. : égratigner. [A.D.]

Égrafinure s.f. : égrafiner ; l’action d’entamer la peau légérement avec les ongles ; dites égratigner, égratignure. [E.M.]

Enchiferné adj. : enrhumé. [A.D.]

Endéver. Cet enfant me fait endéver tout le jour. Il semble qu’on attache à ce mot qui n’est pas françois, l’idée de donner au diable ; mais souvent il s’emploie dans le sens de contrarier. [E.M.]

Escoffier v. : tuer. [A.D.]

Estomac s.f. : la gorge d'une femme. [D.F.]

Faire Jacques Déloge loc. : partir précipitamment. [A.D.]

Ferlampier s.m. : homme à tout faire sauf le bien %7C%7C pauvre diable, misérable. [A.D.]

Fertille s.f. : paille. [A.D.]

Fiat s.f. : confiance ; absent des dictionnaires mais qu’on trouve dans les Mémoires de Vidocq, Paris, 1829, t.III, p.126 : il y a aujourd’hui tant de railles et de cuisiniers, qu’il n’y a plus de fiat du tout.

Ficelle adj. : Un personnage convaincu d’être ficelle est une sorte de chevalier d’industrie, vivant d’expédients. [L.L.1]

Flérer v. : répandre une odeur : il flère comme baume ; dites, fleurer. [E.M.]

Flopée s.f. : foule. [D.F.]

Fouillouse s.f. : poche (le mot est contemporain de F.Villon). [B.F.]

Fourgonner v. : remuer le feu. [D.F.]

Frichti s.m. : ragoût. [D.F.]

Fricot s.m. : ce qu’on mange avec du pain ; dites mets, s.m. ragoût. [E.M.]

Frottée s.f. : coups donnés ou reçus. [D.F.]

Frousse s.f. : peur. [D.F.]

Frusque s.f. : habit, redingote. [D.F.]

Gabelou s.m. : employé de l’octroi. [A.D.]

Gaviot s.m. : gorge, gosier. [A.D.]

Gingin s.m. : jugement, raison. [A.D.]

Glaude s.m. et adj. : imbécile. [H.B.]

Glaviot s.m. : mucosité expectorée. [A.D.]

Glaviotter v.n. : cracher. [G.D.]

Glaviotteur s.m. : cracheur. [G.D.]

Gloria s.m. : petit verre d’eau-de-vie ou de liqueur versé dans une tasse de café noir. [L.L.1]

Gnognote s.f. : marchandise sans valeur. [D.F.]

Gnon s.m. : blessure. [D.F.]

Gogo s.m. : homme crédule. [D.F.]

Gogo (à -) loc. : à profusion. [D.F.]

Graffigner v.t. : égratigner. [L.V.]

Graisser ses bottes loc. : recevoir l’extrême-onction. [A.D.]

Gribouillage, Gribouillis v. : écriture mal formée. [D.F.]

Gribouiller s.m. : écrire. [D.F.]

Grogner v. : se plaindre. [D.F.]

Habillé de soie loc. : porc. [A.D.]

Hogner v. : murmurer, se plaindre. [A.D.]

Hucher v. : appeler, héler. [A.D.]

Imbriaque adj. : écervelé. [A.D.]

Jean-Bête s.m. : imbécile. [D.F.]

Kyrielle s.f. : quantité. [G.D.]

Lampas s.m. : gosier. [G.D.]

Lancer v. : souffrir comme d’une piqûre ; dites élancer. [E.M.]

Languard adj. : bavard. [A.D.]

Lantiponner v. : passer son temps à bavarder. [A.D.]

Lévier s.m. : pierre à laver, évier. [A.D.]

Licher v. : boire. [S.P.]

Lichette s.f. : petite quantité. [A.D.]

Locher v.t. : remuer, branler, agiter. [L.V.]

Longi s. : nonchalant(e). [D.F.]

Lurelure (à -) loc. : au hasard. [D.F.]

Malva loc. : ça va mal. [A.S.]

Mandrin v. : bandit. [D.F.]

Marmaille s.f. : troupe, nichée d'enfants. [D.F.]

Mastoc s. : homme gras, gros, épais, lourd. [D.F.]

Méli-Mélo s.m. : confusion. [D.F.]

Mic-Mac s.m. : dificulté, complication. [D.F.]

Mioche s.m. : Enfant. [D.F.]

Mississipi (au -) loc. : très loin. [D.F.]

Mistigri s.m. : le valet de trèfle. [D.F.]

Mobile s.m. : Soldat de la garde nationale mobile. [D.F.]

Molard s.m. : crachat. [D.F.]

Momie s.f. : homme ou femme sans énergie. [D.F.]

Morniffe s.f. : gifle ; coup sur la mornée. [G.D.]

Moutard s.m. : enfant. [D.F.]

Mucher v. : cacher ; lat. mussare, vx. fr. musser. [G.D.]

Musette s.f. : sac. [D.F.]

Nayer v. : noyer. [D.F.]

Nentille s.f. : lentille. [H.B.]

Net comme torchette loc. : se dit des gens excessivement propres. [D.F.]

Nicodème s.m. : niais, imbécile. [D.F.]

Niguedouille s.m. & adj. : sot, niais : vous êtes un niguedouille ; dites nigaud… [E.M.]

Papoter v. : babiller. [D.F.]

Partageur, Partageux s.m. : communiste. [L.L.2]

Patraque adj. : malade. [D.F.]

Patrouiller v. : patiner ; peloter. [A.D.]

Peloter v. : battre. [L.L.2]

Picaillons s.m.p. : pièces de monnaie. [A.D.]

Plamousse s.f. : soufflet. [A.D.]

Poturon s.m. : espèce de citrouille ; dites, potiron, s.m. [E.M.]

Rafistoler v. : raccommoder. [D.F.]

Ramon s.m. : balai ; vx. fr. raim, rameau. [G.D.]

Ramoner v. : balayer. [G.D.]

Ravigoter v. : soulager, remettre en bon état. [D.F.]

Rempailler v. : mettre de la paille à des chaises ; dites empailler une chaise. [E.M.]

Rendémi s.m. : le vol au rendez-moi, c’est le vol à la pièce forcée. [G.D.]

Ric à ric loc. : chichement, aur-trefois payer rigoureusement. [D.F.]

Rincette & sur-rincette [A.D.]

Rio ou Ru s.m. : ruisseau. [D.F.]

Roufle s.f. : coup. [G.D.]

Rouflée s.f. : raclée. [G.D.]

Roupieux adj. : morveux, gamin, honteux. [L.V.]

Rouscailler v. : parler. [S.P.]

Rousti adj. : pris, perdu, usé, dévalisé, trompé. [G.D.]

Roustir v.a. : dérober, tromper, escroquer. [G.D.]

Sabouler v. : battre : cogner. [L.L.2]

Schloff (aller à —) loc. : aller dormir. [H.B.]

Seille s.f. : vaisseau de bois… dites, baquet, s.m. [E.M.]

Sit nomen loc. : argent. [L.L.2]

Taloche s.f. : soufflet. [D.F.]

Tapée s.f. : quantité, grand nombre ; c’est un vrai barbarisme ; dites, multitude… [E.M.]

Tatouille s.f. : volée de coups. [L.L.2]

Taudion s.m. : petit taudis. [L.L.2]

Touiller v. : mêler. [G.D.]

Trempe s.f. : vigoureuse et brutale correction. [D.F.]

Trimard s.m. : chemin. [O.C.]

Trimarder v. : cheminer, marcher. [S.P.]

Tripotée s.f. : correction. [L.L.2]

Trucher v. : demander l’aumône. [S.P.]

Trucheux s. : gueux. [S.P.]

Turlupiner v. : agacer, ennuyer. [D.F.]


Textes personnels : Théophile Ancien français ou ancien picard ?