tb - André Thierry(†) (Théophile) - bt

ath


L’eute vintredi au soér, Bernard Pivot il o montré din ch’posse un live qu’i racontoait l’vie d’Omar Khayyam.
Omar Khayyam, ch’étoait un poête persan qu’i vivoait à Samarkand i y o neuf chints an.nées d’cho. I n’étoait con.nu jusqu’ichi qu’pa ses Quatrains, des tchots poèmes ouèche qu’i disoait qu’i falloait vife nou vie conme all évnoait, sins rgretter ch’temps passé, ni pinser qu’cho sroait miux dman.
Mais vlo qu’Bernard Pivot tout étombi, il annonche qu’Omar Khayyam il étoait d’sin métchier météorologisse. Et pi un boin coère, pinsez qu’il étoait si capabe, éq tout s’vie il o prédit ch’temps qu’i froait chonq jornées à l’avinche, et pi sins janmoais s’berlurer.
In intindant cho, vlo tous chés bieus esprits de chl’émission qu’i s’ébeubisse'te à leu tour :
— Chonq jors à l’avinche ? A n’est mie Diu possibe !
Alors Bernard Pivot i prind un.ne tête d’marister, i monte éch live à tertous, et pi i dit :
— Ch’est à l’page chint vingt troés !
Silinche din chés gins. Siq ch’est écrit din ch’live, ch’est qu’ch’est vrai !

Mais, mi qu’éj su autoditacte, i feut que j’comprinche par mi minme. Adon j’ai té tcheur ém vielle géographie, pi lo j’ai vu qu’Samarkand, l’ville ouèche qu’Omar Khayyam i prédisoait ch’temps, j’ai vu qu’Samarkand ch’étoait au bieu mitan de ch’Kysylkoum, un désert d’Ouzbékistan, ouèche qu’i pleut un.ne foés tous les quarante ans.
De ch’cœup lo j’ai comprind éq chés Quatrains d’Omar Khayyam ch’étoait conme qu’i diroait éch bultin-météo de ch’temps lo.
Et pi qu’i n’se berluroait point quanq il écrivoait :
— N’érgrettez point ch’temps passé, os érez ch’minme temps dusqu’à vou mort, pourvu qu’os n’défunctoète point d’soé avant.

 

CH’NOÉYÉ

Min tayon i restoait din l’rue d’Ingoulvint. Conme tous chés pétcheus de ch’temps-lo, ch’étoait in dix-neu chint treize, il avoait un batieu d’amarré dvant s’porte.
    Ch’dimainche lo ch’étoait sn’an.niversaire. Min grand père et pis ses deux sœurs, avuc leus fenme, honmes et pis infants, is étoai'te évnus vir leu père. Ch’étoait in juillet. I foaisoait fin bieu. L’porte de l’rue all étoait overte. Is étoai'te in route d’mier du libouli, quand qu’chés gins de l’rue is sont vnus djeuler à l’porte :
— Msieur Bommel, vnez vir, i y o un noéyé din l’rivière, i s’in vo passer dvant vou porte !
Min tayon il avoait mis s’lévite, por erchuvoér ses infants, i n’avoait point gramint invie d’aller l’berdindrouiller à tacher d’erpétcher un noéyé. Surtoute qu’i marinoait seurmint din l’ieu dpus troés jors. Il o don écarté ch’ridieu de l’croésiée avuc sin doégt, il o foait mine d’erbeiller, pis il o dit avuc un air fin seur ed li :
— Ch’n’est point un noéyé, ch’est un tchien.
Chés voésans is ont insisté :
— Mais non msieur Bommel, ch’est bien un noéyé, vnez vir, os voérez d’par vous minme.
Sins s’ermouvoér d’sin cados, min tayon i s’est rtorné dsus sin fiu, et pis i li o dit :
— Vos y vir ti. Pis tu leu diros qu’ch’est un tchien.
Min grand père il avoait bieu avoér quarante troés ans, i n’éroait point fallu qu’i conterdise sin père. Mais i y avoait chés voésans, amonchlés dsus ch’pos de l’porte, qu’is avoai'te tout vu pis tout intindu. Adon i s’est lvé, il o trécœupé l’rue, il o relutché l’rivière, il est raviendu à l’porte, et pis lo il o répon.nu :
— Si tu dis qu’ch’est un tchien, ch’est qu’ch’est un tchien… Mais ch’est bien l’prinmière foés de m’vie que j’voés un tchien avuc un borgeron.

Mais attindez, ch’est que ch’n’est point toute…
Quand qu’il o intindu tous ches gins s’déclatcher à rire, min tayon, tojors eussi seur d’li, il o dit à min grand père :
— Vo t’in tcheur ch’conmissaire !
Pis i s’est rétampi, il o inlvé s’lévite pis sin gilet, il o rtroussé ses manches d’ecmise, il o té tcheur sn’aviron, pis din sin batieu il o deschindu ch’coulant por rattraper ch’noéyé.
Quand qu’il l’o ieu rpétché, i n’feut point croère qu’il o raviendu dsus l’rive. Nan mais ! I n’éroait point fallu qu’o li vole sin noéyé !
Adon il est resté au bieu mitan de l’rivière. Pis ch’n’est qu’quand qu’il o vu arriver ch’conmissaire avuc ches deux cadoreus, qu’il est vnu ramarrer sin batieu à chl’indroét ouèche que l’rive all étoait l’pus heute.
Alors lo il o don.né sin nom, sn’ache, sn’adresse, sin métier d’waidier, pis il o esplitché que ch’noéyé ch’étoait li qu’il l’avoait vu in preum, pis, qu’bien qu’i fuche in fanmille, il avoait sitôt été ll’aherde.
Ch’landman, li qu’i n’savoait point lire, il o été acater ch’Progrés de l’Somme, pis il o té vir s’belle fille por qu’all erbeille si o parloait d’li din ch’jornal.
M’grand mère a n’s’intindoait point gramint avuc sin bieu père. Eussi, all o bien ri din ch’fin fond d’elle minme, quand qu’all o ieu lu : « On a repêché dimanche après midi dans le bras d’Engoulevent…»

De ch’jor lo, pis dusqu’à l’fan de s’vie, quand qu’min tayon i conterdisoait m’grand mère, all li roboloait toudi :
— Os avez raison ! Os êtes ch’grand savant de l’rue d’Engoulevent. Pis mi je n’sus qu’un.ne hocleuse. J’n’ai janmoais ieu min nom din ch’jornal, mi. Je n’m’appelle point ON !



Textes personnels de Tchot Phane Nicot et le picard