tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2003

[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03][16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/01/03

BOIN.NE ÉNNÉE À TERTOUS Soin ! Boin.ne énnée à tertous, ch’est internation.nal, cho veut dire vraimint à tertous :

Boin.ne énnée à George Bush
Boin.ne énnée à Saddam Hussein
Boin.ne énnée à Vladimir Poutine
Boin.ne énnée à Kim Jong-il
Boin.ne énnée à Ariel Sharon
Boin.ne énnée à Yasser Arafat
Boin.ne énnée à Fidel Castro
Boin.ne énnée à Muammar al-Kadhafi
Boin.ne énnée à Jiang Zemin
Boin.ne énnée à Ben Laden

et pi étou

Boin.ne santé à Augousto Pinochet
Boin.ne santé à Slobodan Milosevic
Boin.ne santé à Alfredo Stroessner
Boin.ne santé à Maurice Papon

Bin ouai, conme os pouvez l’vir , ch’est carrémint des vœux d’brin !

Du matin, à pein.ne min nez déhiors, j’ém sus dit tout d’suite éq cho sroait in.ne jornée d’brin. Éch temps il étoait inviron.né à foait. Quanq j’ai té rouvrir chés contrévints, y avoait un méchant vint qu’i m’o défulé in moins dé rien pi l’pleuve al mé clatchoait meudimint dsu m’brongne. In deux cœups d’tchuillére à pot chés cassis i leus ont rimpli d’bueur.

Pi j’m’ai rapinsé tout d’un cœup qu’os étoème él premier d’l’an. Ch’est-ti qu’cho sroait in.ne énnée d’brin qu’al écmincheroait  ? Tout cho ch’étoait rudemint mal inmanché, pi, forchémint, min tchuin d’ziu l-alloait sé nin rsintir, ch’étoait réglé d’avanche…

Éd tous sins, o dit bien qu’du brin cho porte bon.nheur, nan ?
Alorss, mes gins, du bon.nheur os allez nn avoér, pi plein vos dints, coére… pasqu’éch tchuin d’ziu qu’éj viens d’vous ponde lò, bin ch’est un vrai tchuin d’ziu d’brin !


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/01/03

IN.NE ÉTCHIPE ÉD BROS D’TOÉLE

Ch’étoait min grand-pére qu’i disoait cho ! Quanq il avoait dit « ch’est in.ne étchipe éd bros d’toéle » il avoait dit toute !… Mais ch’est qu’a n’est point des pu facile d’asplitcher quoé qu’ch’est qu’i vouloait dire… Éj croés bien qu’él miux ch’est qu’éj prinche un eximpe.

In 2002, din min tchuin d’ziu d’éch preume éd sectimbe, éj vous dvisoais d’min voésin d’in face, os savez, éch manchon ! D’éch temps-lò, éj pinsoais qu’i vouloait foaire un hanguèr, pétête éq li étou ch’est un hanguèr qu’i vouloait ahanser jusse pa dvant mes ferniêtes, allez savoér ! Tours est-ti qu’aprés avoér abattu tous chés abes à grand cœup d’tronchon.noéres, li pi sn étchipe, il ont cminché pèr inlver l’boin.ne terre édsur soéxante chintimétes au moins, pi à foaire rintrer in.ne boin.ne tchinzain.ne éd camions d’gravoés qu’il ont étalés pi damés bien conme i feut avuc un manitou, qu’il étoait loué – mon Kiloutou probabe. Il ont tellemint bien manœuvré qu’éch manitou il o balé. Il o don follu in.ne grue pour évnir éll érdrécher.

À ch’deuxienme lipisode, tout autour d’éch terrain qu’il est tout d’bistintchuin, il ont terrassé pour foaire des fondations in béton, avuc in.ne pelleteuse – éd location bié seur. Pèr au dsu, il ont monté tchéques rings d’pèrpaings. Pi pour qu’a fuche bien solide, fil à mesure, à chaque assise, il ont rimpli chés pèrpaings d’chimint avuc du fer à béton.

Un moés pèr aprés, cangemint d’décor : o rloue deux ingins, in.ne pelleteuse pi un gros manitou, bien ablotché dsu in.ne poaire d’échenilles, tout conme chés chars d’assaut. Pour éq chés camions i peuche'te rintrer pu facilemint din ch’terrain, o rdémolit, sur pu d’trente métes, éch mur qu’o vient d’agincer. Pi lò, o z-inléve chés tchinze camions d’gravoés qu’o z-o rintrés pi étalés un moés pu tôt. Foaire pi défoaire…

La dsu, tchéques camions d’tout-vnant arringé rondébilis avuc éch caterpilar, tchéques toupies d’béton, pi nous vlò avuc un bieu pèrkinge. Fin pratique. Bié seur, a n’est point d’trop bieu à vir, alorss du cœup, tout ch’bos qu’o z-o tronchon.né, il est ringé à deux métes édvant l’porté-ferniête d’él moaison, pour éne point vir échl’ouvrage quanq o z-est din l’moaison. Ch’est bin donmage éq j’éne puche point nin foaire autant dvant les mien.nes éd cassis !

Éj vous ai wardé ch’puss boin pour finir : és moaison, à no manchon, al est in bos d’éch terrain, pèr in dsous d’éch pèrkinge. Pi ch’garage il est din ch’sous-sol d’él moaison. A foait qu’à chaque cœup qu’i tchait un chintiméte éd pleuve, ch’est chonq chints lites d’ieu qu’i dévale'té din ch’garage…

Achteure, siq os n’avez point comprins ch’qué ch’est qu’in.ne étchipe éd bros d’toéle, bé jé n’pux pu rien pour vous !


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/02/03

À L’PÊQUE PÈR UN DIMINCHE

Éj vos coére vous dviser d’din l’temps, quanq j’étoais tchot, os voéyez qu’cho n’date point d’hier ! Mais os savez, quanq o viusit, o z-o tendance à rbatte ész hotons un molé pu souvint qu’à sin tour. I feuro vous y foaire !

Adon, d’éch temps qu’éj n’étoais coére qu’un jon.ne nivelet, à chés baptémes, chés mèriages pi chés conmunions, arrivé à ch’dessert, ch’étoait recta, chés gins i leu lvoai'te atchun leu tour et pi i cantoai'te in.ne tchote canchon.

Pour ém mére, y avoait point d’problinme, al cantoait conme un rossiniou, pi al con.naissoait tous chés canchons les pu modernes, à foait qu’al cangeoait tout l’temps, pi à chaque cœup ch’étoait in.ne surprinze pi cho finichoait in appleudichemints à nin pu finir.

Min pére, li, chés canchons a n’étoait vraimint point és tasse éd thé, conme i di'te achteure. Éd tous sins, i n’incorsoait point ch’thé, alorss a n’éroait point cangé grand cose… Éch paure cher honme, canter i n’ainmoait point cho du toute, alorss conme i n’pouvoait point y écaper, qu’i n’y avoait rien à foaire pour sé nin décheper, il avoait fini pèr apprinde in.ne tchote canchon – in picard s’i vous plait ! – et pi, aprés qu’i s’euche foait prier un molé, i cminchoait à canter sin morcieu d’bravoure, i s’lanchoait à l’avinture, des foés in détonant un tchot molé.

Éj vous rsers éch qué jé nn ai rétnu, cho vut dire point grand cose, mais j’croés bien qu’min pére li-minme i né l’con.naissoait point à foait. Siq os nin savez puss éq mi, foaisez mé un tchot mot pour m’invoéyer tout ch’qu’i put mantcher.

J’m’in vos à l’pêque pèr un diminche
J’ém dirigeoais vers Camon
Quanq tout d’un cœup j’ém rapinche
Qu’j’avoais oblié min nasson


J’ém boaisse, j’érbée pèr él serrure
Min pauvre ami croéroais-tu
J’ai vu tou à foait l’tornure
D’un honme coutché din min lit

J’tape éj tape, j’infonce él porte
Émn honme i rcœuchoait ses bottes
Vlò qu’i s’léve pi qu’i m’ménache
Min pauvre ami croéroais-tu
J’i éroais servi d’paillasse
J’éroais té tortu battu


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/02/03

FOURQUE, FOURTCHET PI FOURTCHETTE…

Ch’est lò in.ne affoaire qu’a m’trute édpu un boin bout d’temps, tchéque cose éd point croéyabe, in.ne histoére qu’al m’o copé l’sifflet. Jé nn ai minme pèrlé avuc Julie qu’al vient d’révnir pour tchéques jours din no poéyis l’ésmain.ne passée. Os savez bien, Julie Auger, qu’al nous vient du Québec, professeure éd lindjuistique din chés Amériques et pi rcon.nue à l’étchelle internation.nale…

In.nhui, ch’est à vous eutes qu’éj m’in vos poser m’tchote tchestion, pi a n’est point bien complitchée : avuc quoé qu’ch’est qu’i minge'té chés Picards ?

Bié seur, il ont leu coutieu – des foés i di'te in.ne aleumelle –, pi pour chés soupes il ont des tchuilléres, minme des tchuilléres à pot et pi coére à badrée. Mais os vous rindez-vous compte qu’i y o tchéque cose qu’i manque?

Alorss, acoutez bien : chés Picards il ont des fourques pour rintrer leu forrage din chés tasseries, des fourtchets pour éternir leus vaques, des fourtchettes… észés vlò chés fanmeuses fourtchettes ! Eh bé lò os n’y êtes point du toute. In.ne fourtchette, in picard, ch’est in.ne branque d’abe à l’indroét qu’al est fourtchuse :
« Érbée chl’hoche-tcheue qu’i s’a posé jusse à l’fourtchette éd no pron.nier ! »

Ch’est un malheur, mais ch’est conme cho, quanq chés Picards i s’met'te à tabe, i sort'té leu coutieu et pi – ch’est-ti pour foaire éd l’imblée ? – i foai'té conme chés Français, i prin.ne'te in.ne fourchette…

Pour nin révnir à Julie, vardi Adville, al o foait in.ne conférinche pour dire qu’éch picard ch’étoait vraimint in.ne langue, in.ne langue à pèrt intiére tout conme éch bréton, ch’basque ou bin ch’portudjais. Bien atombé, djò qu’éj n’ai point d’fourchette, i n’éroait pu mantché qu’in puss o m’prinche min picard, nom-dé-zeu !


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/03/03

JEAN BOUCHTCHULE GEORGE

I sé nnin passe des drôles din no poéyis ! George et pi Jean i sont in bisbille. Ch’est point pour du rire, à mesure cho vo finir pèr un cœup d’Trafalgar !…

George ch’est ch’pu riche éd nous tertous, pi dé loin. Il o du feurre din ses bottes et pi il o d’quoé vir évnir, mèrchez ! No tchuré i dit qu’ch’est un brave honme. Forchémint, i vo à l’messe tous les diminches pi à confesse in.ne foés l’an pour foaire ses Pâques….

Jean li ch’est un drôle éd pèroéssien. D’abord i n’met janmoais les pieds à l’église. Et pi ses paures éfants i n’rigole'té point tous les jours, allez ! Ch’est pu d’un cœup qu’i leu vont coutcher sans souper. Quanq il o un compte à régler, Jean i prind sin chinturon. Bref ch’est un crignu, un mawais-la-gale.

Un cœup qu’il étoait rmonté coére puss éq d’habitude, il o minme invahi l’moaison d’Colette, sin voésin – est tchurieux d’és dénonmer Colette quanq o z-est un honme, mais, quoé qu’os voulez, o n’coésit point. Jean i trouvoait, à ch’qu’il o dit, qu’i n’avoait pu assez d’plache din ses bâtimints, pi pu grand cose à mier din sin wardé-minger. Tous chés gins il leus ont vite mis d’accord. Il ont tcheu dsu sin dos et pi i ll’ont raconduit rondébilis din s’méchante cassine. Nan mais ! Ch’est qu’o n’plaisante point avuc éch bien dész eutes din no poéyis !

Cho ch’est viu, mais dpu tchéques temps, George i s’a mis din l’idée qu’Jean i trache à li nuire, qu’i n’reuve qu’à li foaire du mau. Du cœup il o décidié d’invoéyer Jean à l’oust. I prétind qu’tchot Jean il o des chevrotines éd contrébinde din sin fusil d’cache. Il asplique éd tous les côtés qu’Jean il o din sin platchu des gron.nées d’pets berneux muchés din des bèris pour impoéson.ner tous chés gins. Et pi qu’i sroait tout prés d’sé nnin servir.

A foait qu’George i trache à rameuter tous chés gins, conme du temps d’éch Colette. Mais ch’est qu’cho n’o point l’air éd t-ête du goût d’tout l’mon.ne. Éq d’autchuns i n’sont point d’avis !… Du cœup, George il acumonchéle és rantchune et pi i pèrle minme d’ésn’aller tout seu pour escoffier tchot Jean. Pi ch’est qu’il est capabe d’él foaire, éch nom-dé-zeu lò ! Adon, quanq o lirez min tchuin d’ziu, bé à l’occasion, George il éro té roustir Jean !

Soin ! J’alloais oblier nom d’un ntchien ! Jean, din no poéyis, il o un surpitchet. Conme échl’imbléyeux-lò, in pèrlant d’és fenme i dit toudi « madame al foait chi, madame al dit cho », nous eutes os l’appelons « sadame », forchémint !


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/03/03

ÉCH PICARD A L’IEU D’REUSE

I y o in.nhui passé tchinze jours éq j’ai té mon d’ chés Cabotans pour in.ne série in l’hon.neur éd Pierre Dutchet, no marister éd Creuse. Ch’étoait, bié seur, in.ne boin.ne idée qu’il avoai'té yeu lò. Et pi j’ai racouté avuc granmint d’goût tous chés texes qu’il avoai'té coésis, minme siq jé szés con.noais pèr tchœur.

I n’y avoait point d’pèr trop d’mon.ne, mèrgré qu’il euche'te invoéyé des milles et pi des milles éd réclames, du moins à ch’qu’il ont dit. Tours est-ti éq mi j’n’avoais rien rchu, ch’est pèr chu téléphon.ne arabe éq jé l’ai seu. Merci à Gleude  ! (pour él cœup, ch’est li chl’arabe !)

Fil à mesure, durant l’série, os ons pu rtrouvoér no tchou Pierre. Éch moaîte, si tant amiteux quanq i pèrloait d’Voltaire sin tchien. Éch marister qu’i vous tornoait in.ne élçon d’choses sans nn avoér l’air. Éch musicien qu’i collection.noait chés mots picards in s’éjuant avuc chés tcheu chés chti pi chés djeu. Échl’artisse qu’i tortchoait, avuc tchéques mots, un tchot rétoér aussi rétu qu’chetlò qu’i peindoait avuc ses pincieux. Éch picard motcheux qu’i racontoait un interremint qu’o nn étoait mort éd rire. Pi coére échti qu’il étoait capabe éd vous foaire évnir in.ne tchote lèrme à ch’tchuin d’vo ziu in pèrlant d’grand-mére qu’al s’in vo biétôt seutir éch pos. Ch’étoait tout cho, Pierre Dutchet !

Qué misére qu’i n’fuche pu lò pour nous szés rlire li-minme, ses histoéres et pi ses poinmes. Pasqué, vraimint, o n’put point dire qu’éch soér-lò j’euche értrouvé sin pèrlage d’él Vallée d’Selle, conme i disoait si bien. Éj pux vous garantir qu’à s’moaison o freumoait l’porte, point l’peurte. À tabe, i n’mingeoai'té point d’burre, ch’étoait du beurre. Quanq i rbéyoait in l’air, ch’étoait pour vir éch temps point ch’timps et pi din sin gardin, ch’étoait point des reuses, ch’étoait des roses qu’és fenme al alloait tcheuiller  !…

Évlò, falloait qu’jé l’diche, est foait ! Os allez coére pouvoér dire qu’éj sus t-un viu romion.neux et pi qu’jé n’sus janmoais contint dé rien. Est vrai, probabe ! Mais, né m’foaisez point dire éch qu’éj n’ai point dit. À l’fin des fins, ch’étoait in.ne boin.ne série, pi siq i n-y in o dz eutes, bé j’y rvarai pi os pourrez y vnir étou, os né llé rgretterez point !…


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

22/03/03

TCHUIN D’ZIU ÉSPÉCIAL

Ch’est-ti qu’Ben Laden il éroait gaingné ? O pourroait l’croère !
Durant qu’j’écris cho, chés États-Unis i sont in route à écatir chés Irakiens in nsous in.ne gron.née d’bombes pour él quatrienme nuit d’affilée. Édmain tchéche éq ché sro ? tchéche éq chés Améritchains i s’in vont éberdeler avuc leu missile et pi leu mére éd chés bombes ? Pour leu sétchurité ? Pour éch pétrole ? O put s’attinde à toute !…

Avuc sin nom d’machine à laver et pi tchéques illuminés armés d’aleumelles, Ben Laden il éroait-ti réussi à mette no planéte à fu pi à sang ? Pétête éq oui ?

Chés poéyis européens i sont in bisbille. Ch’est l’Europe qu’al s’in vo à l’oust. Chés Anglais, chés Polacs pi chés Espagnols d’un sins, chés Allemands, chés Russes pi chés Français d’l’eute, et pi coére tous sz’eutes qu’i calioche'te d’un côté pi d’l’eute conme él Turtchie, à mesure

« Chonq chint mille morts, siq ch’est ch’prix à poéyer pour él sétchurité d’l’Amérique, a n’est point d’trop tchér ». Ch’est ch’qu’al disoait Madelein.ne Aulbreight au momint d’él djerre du golfe, él premiére. Ch’qu’a n’disoait point ch’est qu’chés morts-lò ch’étoait des éfants irakiens !

Doù qu’i nin sont chés Améritchains avuc chés talibans d’Afghanistan ? Cmint qu’i n’s’in prin.ne'té point à Kim Jong-il, chu dictateur d’él Corée du Nord ? Li qu’i s’lanche à tout bout d’champ din des provocations point possibes ? Lò, cho sroait pétête pu croéyabe, mais a sroait sûremint pu dingéreux ! Chés Coréens du Nord i n’ont rien à invier à chés Irakiens. Chu régime i n’est point miux, sûremint pire, à ch’qu’o put savoér ! Biétôt in.ne opération "Freedom Corée" ? Bié seur éq non, i n’ont point d’pétrole !

Pi in puss, au soér, os vnons dé ll’apprinde, éch général Francks i vient d’él dire : chés opérations in Irak il ont té décidiées y o pu d’in.ne énnée, alorss tout leus ronds d’gambe pi ch’séminaire qu’il ont foait, ch’étoait ni puss ni moins qu’du pipasso !

Os pouvez pinser qu’éj foais, coére un cœup, ém crise d’anti-américanisme primaire conme o dit din chés jornals. Os avez raison, chint foés raison ! I feut qu’jé rméche chés pindules à l’heure !

Tous chés Améritchains i n’sont point d’avis avuc George Bush, loin d’lò. Tous chés Anglais i n’pinse'té point conme Tony Blair – o dit minme qu’i sont quatré-vingt pour chint conte li – et pi tous chés Espagnols i n’sont point forchémint driére Aznar ! Pour chés Polacs, i régléront cho direc avuc éch pape, li qu’il est conte él djerre pi polonais étou !

Ch’qu’il est in route d’és passer, édpu in.ne cope éd moés, ch’est qu’chés gouvernémints i s’fout'té point mal éd leus électeurs. Ch’est-ti qu’chés honmes politiques i n’pinseroai'té pu éq siq i sont lò, ch’est qu’il ont té élis pèr chés gins d’leu poéyis. Ch’est-ti cho la démocratie ?

Chés « vétérans » d’él djerre du golfe i cminche'te à leu rinveiller. I sroait l’heure ! Il étoai'te six chint vingt six mille à leu guériner din ch’désert au Koweit in dix-neu chint quatré-vingt onze. Édpu ch’temps-lò ch’est prés d’deux chint mille qu’il ont à rfoaire pi qu’il ont déposé un dossier médical in vue d’t-ête pinsion.nés. Chés obus à l’uranium appauvri, tchéche qu’i leus o dit à l’époque qu’étoait dingéreux ? Et pi surtoute tchéche qu’i ll’o dit à chés Irakiens ? eux z-eutes qu’i continue'te, minme in.nhui, à récouer tout ch’qu’i peu'té trouvoér din chés ruines pour él lé rvinde et pi n’point créver d’faim ! À ll’heure-chi in Irak, ch’est tous les jours un éfant anormal qu’i vient au mon.ne !

Ch’est point pasqué ch’conmunisme il o croulé qu’i feut pinser qu’éch capitalisme il o gaingné. A sroait d’trop facile. Pi j’espére bien qu’chés gins, au momint d’chés votages, i leu ramintuveront d’éch qué chetlò qu’il avoai'te coésis il ont foait d’éch mandat qu’i leus avoai'te don.né.

Tout cho, a m’foait pinser à ch’qu’i s’passoait jusse édvant no Révolution, in dix-sept chint quatré-vingt neuf. Chés nobes fin grandiers i n’leu rtornoai'té mie d’él misére éd chés paures poéyisans. I dépinsoai'te à ti à masse échl’èrgint qu’o prindoait à chés paures lapides. « I n’ont pu d’pain, qu’i disoait chu roé, qu’i minge'té du watieu ! » Achteure, ch’est du minme pèrel, mais in.nhui, ch’est ch’mon.ne intier qu’i pourroait foaire és Révolution !


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/04/03

DIU I RCON.NAÎTRO LES SIEN.NES

Rumsfeld-Sadam Ch’est-ti qu’la djerre al sroait pour finir, o pourroait l’croère à vir él photo-lò. Saddam Hussein et pi Ronald Rumsfeld i leu serre'té leu main. Il ont minme l’air fin heureux d’leu rincontrer. Qué soulagemint pour tout l’mon.ne !

Ouai, bin feut point reuver ! Éch clitché-lò, il o té prins y o pu d’tchinze ans quanq chés États-Unis i foaisoai'te des flates à leu grand anmi Saddam. Mais pour in.nhui, j’ai din l’idée qu’os sonmes rudemint loin d’nin vir él bout. Os pouvez pinser qu’ch’est un méchant pichon d’avri ? Pétête bin qu’oui, pétête bin qu’non, conme i di'te nos cousins neurminds.

Éd vrai, ch’est pour répon.ne à chetlò qu’i m’ont invoéyé dz émailles pour ém dire qu’éj défindoais Saddam Hussein. I n’y in o point granmint, mais n-y in o ! Chetlò-lò i n’ont rien comprins ! I n’est point tchestion, bié seur, éd définde tchéqu’un qu’il o té capabe éd foaire éch qu’il o foait à chés Irakiens. Et pi pu vite qu’i sro rousti, él miux qu’cho sro.

Nan ! Ch’qué jé n’pux point incorser, ch’est qu’un poéyis conme chés États-Unis i puche mette no planéte à fu pi à sang in disant qu’ch’est pour leu définde. A m’foait pinser à chés policiers, in France, qu’i escoffie'té un jon.ne qu’il o dérouflé in.ne voéture. I lé tire'té conme un lapin, din sin dos pi… in état d’légitime définche ! Bé voéyons ! Ch’est coére éch qu’i vient d’arriver in.nhui in Irak. In.ne voéture qu’a n’s’arrête point dvant chés Améritchains. Résultat dix morts. Des fenmes et pi dz éfants « Os ons foait chés sonmations ! » Asseuré ! In améritchain ?. Pi ch’est pèrtout du minme pèrel : « O n’put point dire siq i y o tchéqu’un driére chu cassi, alorss o tire énedin ! » Ch’est un jon.ne Améritchain qu’i dit cho. Bié seur, min fiu, bié seur ! Tout d’minme, a foait froéd din l’dos. A m’foait pinser, in douze chint neu, à l’croésade conte chés Albigeoés : Arnaud Amaury il o dit à ses gins qu’i leus apprêtoai'te à rintrer din Béziers « Tuez-szés tertous, Diu i rcon.naîtro les sien.nes ! » Tchinze mille morts, à moins qu’a n’fuche vingt mille… Huit chints énnées pèr aprés, o nin pèrlé coére.

Ch’est in.ne rude affoaire qu’os sonmes in route à vive lò.

In preume, éch gouvernémint à George Bush i n’o rien comprins à chu peupe irakien. Ch’étoait in.ne promenade, il arrivoai'té conme des libérateurs. Pi vlò qu’a n’o point torné conme i s’y attindoai'te. Chés Irakiens i n’leus ont point révoltés conte Saddam. Pi surtoute, tous chés arabes i sont in route à leu mobiliser. Éd chetlò qu’il ont décidié dé sn aller foaire leu Djïad in Irak, combien qu’i n-y in o qu’i s’in vont sacrifier leu vie pour définde éch mon.ne arabe conte chés Améritchains ? I n’éro follu qu’in.ne ésmain.ne éd libération – ch’est bien conme cho qu’i di'te, nan ? – à Bush et pi à Rumsfeld pour réussir leu cœup. Ch’est achteure des miyers d’Ben Laden qu’i y o d’étramés dsu l’planéte. Ch’est Bush éch preume qu’il o pèrlé d’croésade ! Bé il o gaingné, ch’est in.ne vraie djerre dé rligion qu’al est in route dé cmincher. Él promenade pour libérer chés Irakiens al est pèrtie pour durer tchéques moés pi sûremint tchéques énnées. Allez savoér !

Et pi d’deuze, mi jé m’pose des tchestions. Adoù qu’os nin sonmes din nos démocraties ? Éch gouvernémint améritchain il est sorti d’chés urnes. Alorss quoé qu’i nn est ? Ou bin ch’est des hocleux qu’i n’voé'té point pu loin qu’éch bout d’leu nez, ou bin ch’est des indsous qu’i leu réclame'te éd Diu pi qu’i s’fout'té point mal éd chés dégats collatéraux. Tout ch’qu’i sz intéresse ch’est d’rimplir leu porté-mon.noaie avuc éch l’èrgint d’éch pétrole. Pi, in puss, ch’est pétête les deux insen.ne ?

D’un sins conme d’un eute, o put nn avoér les freux et pi y o vraimint point d’quoé nn ête fiér.


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/04/03

QUOÉ D’NEU ÉDPU TCHINZE JOURS ?

In preume, éch reingne à Saddam Hussein il est aboli. Pi o n’allons point nous nnin plainde.
Éd deuze, él démocratie, arrivée din chés bagages à chés Améritchains, o n’put point dire qu’al fuche vraimint in plache.
Éd troése, tout cho, ch’n’étoait qu’éch triambule, achteure, ch’est ch’tour d’él Syrie, éq ch’est un "état voéyou". Adoù qu’i s’in vont leus arrêter ?

Alorss, siq os l’voulez bien, j’m’in vos vous dire ém façon d’pinser dsur tout cho.

Éj né rvarai point dsu l’déringolade éd chu dictateur irakien… [qu’o n’sait point ch’qu’il est dévnu, tout d’minme, quoé qu’ch’est qu’al foait leu CIA ?] Mais surtoute doù qu’ch’est qu’i nin sont, rapport à chés armes chimiques éd destructions massives ? chetlò, justémint, qu’i mnachoai'te él sétchurité d’chés États-Unis ? Pasqué tout d’minme, ch’est pour cho qu’él djerre-lò al o té inroéyée. George Bush il l’o dit, il étoai'te in état d’légitime définche…

Pour éch qu’i nn est d’él démocratie, bé a n’est point ton.nant. Person.ne éne put décidier pour ész eutes et pi surtoute o n’put point, à cœups d’fusil, forcher chés gins à pinser din un sins o bin din un eute. Nan, ch’qu’i y o d’pu grave, ch’est qu’chés libérateurs i n’ont rien foait pour chés civils. Chés troupes d’él coalition il ont laissié chés pillèrds s’in prinde à chés hôpitals. Il ont rbéyé chés voleux déroufler chés médicamints. Ch’étoait point leu problinme ! Chés convintions d’Genéve, i sai'té nin pèrler quanq o foait vir des prison.niers améritchains din chés télés, alorss lò, o sé nin ramintuve. Mais pèr aprés, pour éch qu’i nn est d’chés civils irakiens, pèrle à min tchul, ém tête al est malade, i nn n’ont mie rien à foute ! Miux, lò ch’est à Mossoul, et pi ch’est ch’passe-route, chés libérateurs i tire'te à l’mitrailleuse sur chés civils qu’i leus ont jtés des cailleux. Douze morts hier pi coére quate in.nhui. Él démocratie al avanche à grands pos !

Éj vourroais dire étou éq chés boys améritchains i n’ont point foait grand cose pour définde éch patrimoéne éd l’human.nité. Ch’est conme cho qu’chés trésors din chés musées il ont té défustinés  ; chetlò qu’i n’ont point té dérouflés, il ont té berzillés. Ch’est conme cho étou qu’din chés incendies, chés des chints pi des milles éd manuscrits, viux éd pusieurs siéques, qu’il ont té étramés, pèrtis in feumée, din chés rues d’Bagdad. Mi, ch’est pu fort éq mi, quanq éj voés brûler des bibiothéques, cho m’foait pinser à chu Troésienme Reich, quanq chés SA à Hitler i jtoai'te chés lives din des grands fux au mitan d’chés rues. Mais tout cho, ch’n’est janmoais éq des dégats collatéraux. O n’put point s’attinde à grand cose, rapport à des viéseries, d’un poéyis qu’i n’existe qu’édpu seulemint deux chints ans.

J’alloais oblier, nom d’un ntchien ! Ch’est vrai, y o un ministére à Bagdad qu’il o té défindu bien conme i feut pèr chés tanks améritchains. I n-y o minme point un cassi d’démasinglé. Ch’est ch’ministére d’éch pétrole !

Pi à cœuse, él djerre-lò ? Jé cminche à mé nnin douter. N-y o des gins malavisés pour dire éq chés affoaires améritchain.nes i n’vont point si bien qu’cho ; qu’éch poéyis i sroait quasimint dsu l’point d’crouler ; pi qu’él seule solution, pour éch gouvernémint, cho sroait éd foaire la djerre. Éd t-ête présinté conme éch Bien qu’i s’bot conte éch Mal, cho leu duit à chés Améritchains. Alorss bié seur, i n’vont mie sé nnin prinde à l’Corée du Nord, des foés qu’i n’leu laisseroai'té point foaire. Ch’est qu’il ont la bombe atonmique ! alorss chés armes éd destructions massives i s’in vont vadrouiller ; aprés l’Irak, o z-atchuse él Syrie. Pi pèr suite l’Iran, probabe, qu’i s’in vo dévnir un état voéyou ! George Bush il o toute à y gaingner : avuc chés puits d’pétrole i rimplit sin porté-mon.noaie et pi ch’est l’asseurance éd t-ête rééli à chés prochains votages. O n’sonmes point lò d’nin vir él bout ! Pi pèr aprés tout cho, i s’in vont coére leu dmander cmint qu’a s’foait qu’o n’ész ainme point ?


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/05/03

CHÉS METTEUX D’FU

metteudfu

I sen.ne à vir éq chés libérés i n’sont point pèr trop cœuds pour seutir à ch’co d’leus libérateurs. Os avez pu intinde conme mi, y o point longtemps din chés télés, un Irakien qu’i disoait :
« Ch’est in.ne djerre d’érvinche et pi d’haine. Ichi ch’est ch’ber d’él civilisation, pi eux, ch’est des cow-boys ! »

J’ai idée qu’chés fanmeux libérateurs i n’sont point au bout d’leus surprinzes. Chés Islamistes chiites i sont in route à prinde él déssus. Jé n’croés point qu’cho plaiche granmint à George Bush ni à sin Rumsfeld-marschall. Mais d’un eute côté, siq chés libérateurs i continue'te d’escoffier à cœups d’mitrailleuses chés éfants qu’i leu pelot'te des cailleux, mèrchez ! j’ai idée qu’os n’sonmes point lò d’vir él paix s’installer !

In attendir, siq éj doés don.ner un conseil à un joéne qu’i trache éd l’ouvrage, ch’est d’és foaire cadoreux. Ch’est un métier doù qu’os n’ristchez point d’ête à joc. Os avez pu l’vir, chés cadoreux irakiens du temps d’Saddam Hussein, bé il ont rprins du service avuc chés Améritchains !

Éd tout sins, a n’est point nouvieu. Pi, à mesure, i feut savoér ramon.ner dvant sin pos d’porte. Os avez sûremint intindu pèrler d’él rafe d’éch Veldiv. Ch’étoait in dix-neu chint quèrante-deux, cho o duré deux jours, éch seize et pi ch’dix-sept éd juhiet. Quate chint chinquante cadoreux pèrisiens il ont arté pi conduit à ch’Veldiv pu d’huit mille juifs. Énedin i y avoait pu d’quate mille éfants. Il ont tertous té déportés in Allemagne. Pi y in o point granmint qu’i nin sont rnus. À l’libération o z-o tondu des fenmes qu’il avoai'té fricoté avu dz allemands, y o yeu édz écriveux d’fusillés pour ch’qu’il avoai'te écrit. Os croéyez qu’i y o seulemint yeu un d’chés quate chint chinquante cadoreux qu’il éroait té in.nuyé pour éch qu’il avoait foait ?

Bon, pi ché nn est d’assez éd rigoler avuc él djerre d’Irak. In preume, pasqu’al est finite. Ch’est George Bush li-minme qu’i ll’o dit ! Éd deuze pasqu’os allez finir pèr éne n-ête ténés. Alorss, éch prochain cœup, ch’est promis, os dviserons d’eute cose, éd chés conjudjaisons in picard, siq os l’voulez bien ?


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/05/03

VRAIMINT N’IMPORTÉ QUOÉ

N-y o des cœups, éj raconte n’importé quoé, vraimint ! Quoé qu’ch’est-ti qu’i m’o passé din m’cawette à ch’darin tchuin d’ziu éd vous promette éd pèrler d’chés conjudjaisons in picard ! O-ti du sins  ? Éj n’ai mie rien à nin dire qu’i n’fuche édjò dit ! Pi siq os êtes tchurieux éd savoér cmint qu’o conjugue chés verbes picards, bé i n-y o un chapite ésprés pour cho. Os n’avez qu’a décatouiller ch’tchot bouton qu’i feut tout in heut d’chés pages, pi os vous y rtrouvarez tout droét.

Siq o n’y avez janmoais été, i feut y aller, pi siq os l’con.naissez djò, bé feut i rtorner. Pasqu’i y o du nouvieu, tout ch’début, édsu l’min.niére éd conjudjer, il o té intiéremint rfoait à nu ; dvant a n’étoait point mal, in.nhui est granmint miux. Mais conme ch’est bien pu conséquent, forchémint siq os n’avez point l’ADSL, cho put prinde séquantes ésgondes à quèrtcher l’page.

Éch pu bieu, ch’est du côté d’él vèriure Diseux 1, chetlòl qu’i n-y o du JavaScript éd lanché ndin, qu’i feut aller l’déteuper. Grâce à chu fanmeux JavaScript justémint  ! Achteure quanq o clique édsu un verbe, mettons berziller, ch’est pu ch’modéle, warder, qu’os allez vir, ch’est berziller li-minme avu s’conjudjaison… et pi ch’est conme cho pour pu d’seize chints verbes.

Cho nin foait in.ne rude gron.née, qu’os allez m’dire. Eh bin, tout cho est à multiplier pèr deux, pasqué, pour quasimint tous chés verbes, os pouvez vir étou él conjudjaison din ch’pèrlage du Vimeu. Passé troés mille conjudjaisons, os vous rindez-ti compte d’éch qu’a foait ? Est asseuré qu’o n’o janmoais vu cho, minme din chl’intèrnéte.

Tours din l’vèriure Diseux 1, à chés nouvieux tchuins d’ziu, pour tous chés verbes mèrtchés in bleuse, os pouvez vir leu conjudjaison. Pi pour érnir à ch’tchuin d’ziu, un tchot clic édsu ch’bouton "=>" in heut à gueuche pi ch’cœup l’est jué. Os n’avez qu’à y aller vir, pi os m’direz ch’qu’os nin pinsez.

Éq ch’est-ti bieu ch’progrés, tout d’minme ! Maginez un molé qu’Tchot Douèrd i rvienche, ou bin coére Tilhomme éd Vers, os n’croéyez point qu’i sroai'té contints éd vir qu’éch picard il est tours fin vertillant, pi qu’o pu l’értrouvoér, édpu l’mon.ne intier, d’un méchant cœup d’soéris !


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/06/03

TOUT CŒUD !

J’avoais pinsé foaire min tchuin d’ziu d’in.nhui dsu ch’tennis, il étoait minme quasimint prêt, mais conme éj viens d’vir in.ne émission dsu la chonq qu’éj nin sus resté cronque, pi qu’jé n’sus point prés d’oblier, éj vos mette éch tennis au rados. Os y érez droét éch prochain cœup, probabe.

Adon, vlò qu’Tchot-Renaud i nous annonche in.ne carté-postale gourmande qu’al vient d’Anmiens. J’ém dis os allons nous rapapiner. Ch’est vrai, i n’manque point d’érchettes picardes, él pu dur ch’est coére éd coésir!… Jé n’m’in vos point foaire in.ne liste, vu qu’René Debrie pi sin blanc-bon.net Jeannine i nous nn ont foait tout un live ! Ch’étoait in.ne gin interligint, René Debrie, i nin con.naissoait un rayon !

Tout d’minme, éj m’attindoais à un pâté d’andjilles ou in.ne soupe à poturon ; in.ne flamique à poérions ou bin coére à z-ongnons. Os éroème pu , éj sais-ti mi, avoér du lapin aux pron.nieux et pi des andouillettes (qu’a n’o rien à vir avuc éd l’andouille, vu qu’est foait avuc du porcaché, point vrai Tchotchote ?). Pi pour éch dessert, d’él tèrte à l’badrée et pi des talibus.

Wate ! Mes paures éfants, os ons yeu droét à un pâté picard, à in.ne fichelle picarde, qu’i n’avoai'té touté deux éd picard qu’éch nom. O nous o montré du boudin (picard sûremint !) Pi pour nin définir, aprés qu’o z-euche apprins qu’siq o foait du pâté d’canèrd, ch’est pasqu’i n-y o granmint d’canèrds din no poéyis, o z-o yeu ll’érchette d’éch watieu battu : in.ne éspéce éd brioche avuc granmint d’beurre pi granmint d’us. Pour tout dire, ch’étoait nul à tchier, à vous don.ner l’invie d’braire.

Mais j’éroais bien dû mé nnin douter : tout du début ch’étoait mal imbrindjé. Bié seur os avoème inroéyé avuc in.ne verlée in batieu din chés hortillon.nages. Eh bin, os n’él savoète sûremint point, chés gins qu’i tchultive'te chés aires, ch’est des hortillonneux ! J’ai idée qu’chés hortillons qu’il ont rbéyé ll’émission-lò, i nin sont restés dsu l’tchul. D’un seul cœup d’un seul, d’hortillons il étoai'té dévnus hortillonneux. Aprés cho, o pouvoait s’attinde à ch’pire, bé ch’est tout à foait ch’qu’il est arrivé !


[01/01/03] [16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/06/03

POUR ÉL TENNIS

Bié seur ch’est un molé du récœuffé, Roland Garros, est fini dpu tchinze jours, mais quoé qu’ch’est qu’os voulez, chés hortillon.neux i n’pouvoai'te mie attinde !

Éch tennis, mi j’sus pour ! Éj sus bien au coi dvant m’télé, pi j’érbée chés jueux qu’i sue'té des gouttes conme min peuche… À Roland Garros hier, il ont yeu des vingt-huit trente dégrés, durant qu’à no moaison, j’étoais à l’fraique. I nn ont-ti du mérite ! Tous les troés minutes i rvien'té leu rassir dsu leu banc pi boère un cœup. Pi chés jornalisses i nin rmet'te in.ne couche : qu’i nin feut-ti du courage pour juer pèr des caleurs pèrelles !

Mi à chaque cœup qu’j’intinds des contes pèrels, jé m’rapinse in.ne tchote histoére. Éj pouvoais avoér din les quatore ans, pi durant chés vagances, éj foaisoais l’manœuve éd manchon pour gaingner un molé d’sous. Ch’étoait pour m’acater un vélo nmi-course. Jé ll’avoais djò coési, min vélo, et pi j’alloais l’miler tous les diminches à ll’édvanture éd Manufrance, rue des Troés Cailleux.

Min pére pi mi os ragreilloème in.ne façade din l’tchote cour d’in.ne moaison d’él rue du Blanmont. Os pèrtoème éd Ferriéres à l’pointelette, pi os rintroème au soér aprés in.ne jornée bien rimplie. D’éch temps-lò, ch’étoait point coére les trente chonq heures !

Éch jour-lò, éch solé i n’avoait point foait l’détail, i sé nn étoait rdon.né. Os avoème passé no z-aprés-dîner dvant un mur brûlant, avuc éch solé qu’i nous tapoait din no dos. I foaisoait in.ne caleur du diabe, os n’avoème janmoais té caufourés conme cho. Pi tout in ouvrant, os pinsoème à ch’couvreu, un dénonmé Marcel, qu’i n’étoait point à l’fête, li non pu. Ch’étoait minme bien pire éq nous, vu qu’il étoait in route à souder du zinc jusse au dsu d’nos têtes. Jé n’sais point siq os vous rindez bien compte, mais ch’zinc i rinvoée ch’solé et pi ch’fer à souder i cœuffe étou ! Il étoait rouge pire qu’in.ne pion.ne. Os nous attindoème al vir déringoler d’in.ne minute à l’eute, prins d’in.ne attaque. Tout d’minme, os nn ons récapé pi atchun il est rintré à s’moaison. Pi pour nous eutes, mi pi min pére, douze tchilométes in vélo !

Pi à no moaison, justémint, n-y avoait ém mére bié seur, pi étou m’marrain.ne avu sn honme qu’il étoai'té lò pour chés vagances. Os étoème à pein.ne rintrés qu’chés oremus il ont cminché. Falloait sz’intinde leu délaminter, ch’étoait des litanies à nin pu finir :
« Qué des caleurs qu’os ons yeu, min Diu ! qu’os ons-ti yeu cœud, qu’os ons-ti yeu cœud ! Éd quoé nin tchair faibe. O n’savoait pu doù s’mette. Minme din chu boés d’sapins o z-étoait maflé, janmoais !… »

J’ai rbéyé min pére, j’attindoais qu’i diche tchéque cose. Éj m’apprêtoais à réplitcher, à quatore ans, o vo droét à ch’dizieu… Pasqué, tout d’minme, ch’étoait point à nous qu’i falloait vnir és plainde ! Pi j’ai vu min pére qu’i risotoait din ses bèrbes. Il avoait raison, i valoait miux né rien dire, a n’éroait mie servi dé rien !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/07/03

RÉDERIE À PÉQUIGNY

Os savez qu’éj sus t-un matché d’réderies. Éj ziute chés viux lives et pi chés disques, des foés qu’i y éroait un molé d’picard éd muché emmi chés trente troés tours à Tino Rossi ou coére chés ouvrages à Rika Zaraï.

Pi à mesure, quanq j’ai bien rlutché tous chés tchaisses qu’i sont tours à minme éch trottoér, éj mé rdréche pour décrampir mes paures rongnons, pi j’érbée chés moaisons. Ch’est point quanq o passe in voéture qu’o put prinde él temps éd raviser chés viux pignons et pi chés belvoisin.nes.

L’eute diminche, j’étoais don à l’réderie d’Péquigny. Qu’i y in o-ti des vielles cassines fin rétuses ! Asseuré qu’i n-y in o qu’i sont sitant vielles qu’il étoai'te édjò lò quanq éch câtieu l’o té construit. Mais y o étou des bâtimints puss modernes.

Pi justémint, din ch’virage d’él route d’Adville, in face l’Auberge, tchéques métes édvant ch’passage à niveau, n-y o lò in.ne belle édvanture, toute in glaches. Jé m’sus milé ndin in passant, histoére éd vérifier qu’éj n’ai point d’trop l’tornure d’un viu épeutnére. Rien à rdire, à mn âge, a put coére aller !

Pi vlò qu’j’voés ll’insingne ! Os savez qu’i n-y o des Péquiniens qu’i nin ont des drôles… Éj dis Péquiniens, jé n’sais point siq ch’est conme cho qu’o dénonme chés habitants d’Péquigny, pétête éq ch’est des Péquinoés ? Nan, ch’est point des tchiens, o llé séroait ! Bref, os pouvez y aller, pi vir pèr vous-minme, éll insingne d’éch magasin ch’étoait :

GRAINETERIE FUNÉRAIRE

À l’monte, i n-y avoait des fleurs, cho vnoait sûremint in ramindo, histoére d’arrondir leus fins d’moés. Mais j’mé dmandoais din mn à pèrt tchéche qu’i pouvoait bien acater d’él grain.ne éd cadave. Pi à quoé qu’a pouvoait-ti bien rsen.ner ? cmint qu’a s’présinte ? pi cmint qu’o szés foait pousser ? i feut-ti sz’arrouser souvint, pi quoé qu’ch’est qu’o met conme ingrais ? pi pèr aprés quoé qu’o nin foait ?

Histoére d’éne avoér él tchœur net, éj trécope él route, éj vouloais dmander à ch’mèrchand ch’qu’i nn étoait vraimint d’ses grain.nes mortuaires. Éj clique à l’porte, conme d’effet, al étoait freumée, mais lò, papinée dsu ch’cassi, jusse édvant min nez, in.ne tchote affiche al m’o don.né l’réponse à tous mes tchestions.

Étoait mèrtché, in grosses lettes éd chonq chintimétes d’heuteur :

ASTICOTS VIFS

J’ai comprins toute, pi vous étou, j’ai idée. Achteure jé l’sais à quoé qu’a sert chés grain.nes funéraires !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/07/03

ÉL POULE MOUILLÉE

À mesure éj pèrle éd min pére, éj conte in.ne histoére éd min grand-pére, éj dessaque in.ne réderie dsur min taïon, mais ch’est vrai qué j’n’ai janmoais rien dit dsu chés fenmes qu’il ont berché m’jon.nesse.

Man-Blanche, ch’étoait l’mére éd min pére. In.ne brave fenme qu’al n’avoait rien à elle. Al éroait don.né sn écmise ! Quanq os alloème él vir pour avoér tchéques sous pour acater des chuques, a n’érfusoait janmoais d’nous don.ner in.ne tchote piéche.

Din chés momints-lò, min grand-pére i prindoait s’grosse voéx, o diroait qu’jé l’intinds coére, i disoait à Man-Blanche : « Mais baille z-i don tout tin porté-mon.noaie !… » pi pour nous eutes, i rajoutoait : « Vos-y, vos mon Mame Tategrain ! din sin comptoér n-y o in.ne tchote finte ésprés pour invaler chés sous ! » Mame Tategrain ch’étoait no z-épiciére qu’al sé tnoait quasimint in face no moaison, pi qu’al vindoait des chucrates pour chés tchots pi des bistouilles pour chés grands.

Conme tous les fenmes dé ll’âge-lò, Man-Blanche al avoait des cotrons noérs, un caraco noér, pi pèr édsu un chinoér – noér étou – avuc des tout titchotes fleurs blanques. Ch’étoait conme cho d’éch temps-lò, chés fenmes i prindoai'té l’deuil pour l’interremint d’leu gins, pi i né l’tchittoai'té pu.

Tous les jours dé ll’ésmain.ne, nous eutes, ses ptchots éfants, o vnoème rchiner mon Man-Blanche. Al nous foaisoait d’él poule mouillée. Ch’qu’os appeloème conme cho, din no famille, ch’étoait in.ne éspéce éd flan, in.ne érchette des pu simpes. Rien d’bien complitché… La tchuisine, j’ai idée qu’ch’étoait point sin truc à Man-Blanche !

In quèrante quate, durant la djerre, chés avions améritchains i vnoai'té bombèrder édpu Saint-Fuscien dusqu’à Gintelles pour démangler l’gare éd triage éd Longueau. M’grand-mére al étoait un molé sourdiuse. A né sz intindoait mie arriver chés meudites fortéresses volantes. Pi a n’savoait mie ch’qu’i nn étoait ! Grand-pére il li crioait din ses érelles : « Méfie-tté, Blanche, észés vlò ! » alorss, al ramoncheloait ses cotrons pi al couroait s’mucher din l’cave.

Ém paure grand-mére, al o survétchu à chés djerres, à l’évatchuation, à chés restrictions, à chés ersatz éd beurre, éd pain pi d’chuque. D’autchuns il ont dit qu’din sin jon.ne temps al étoait un molé tchœur fali ; quanq al avoait passé s’jornée à berdeler avuc ses voésin.nes, al mettoait, qu’i disoai'te, un mouchoér à l’intour d’és brongne pour foaire croère qu’al avoait yeu du mau à ses dints… Tchéche qu’i put savoér ?

Eh bé mi ch’qu’éj sais, justémint, ch’est qu’al o don.né à ses deux fius pi à ses ptchots éfants, tout ch’qu’al avoait din s’panche éd tendréche pi d’anmour.

Quanq min grand-pére il o défuncté, Man-Blanche a n’o point supporté. Un moés pèr aprés, o l’inmnoème à no ptchote chinmetiére. Al alloait rjoinde ésn honme à ch’camp d’soéle.


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/08/03

OS NIN VOULEZ-TI D’ÉM RHUBÈRBE ?

Cho vo foaire biétôt vingt ans éq j’ai arté d’foaire du gardin. Quoé qu’os voulez, fil à mesure, tchultiver troés mille métes carrés, ch’étoait dévnu pour mi in.ne vraie corvée. Du début ch’est un vrai plaisi, tout bieu tout nouvieu, pi pèr aprés, tout duchemint, o s’rind compte qu’o dvient esclave.

Dsur in.ne terre éq jé tnoais d’min pére – i nous avoait foait in.ne don.nation d’sin vivant – j’ai planté des peumiers, des poériers, des pron.niers, des cherisiers pi et pi… mais ch’est tout in.ne histoére, qu’a sroait d’trop long à vous asplitcher !

Tours est-ti qu’in nsous pi au côté d’chés peumiers, d’chés poériers d’chés pron.niers et pi d’chés cherisiers, éj gardinoais pi qu’os avoème din no platchu des chints pi des chints d’bocals éd conserve éq Mérence, min blanc-bon.net, al miton.noait avuc chés tomates, chés haricouts, chés tchots poés, chés carottes et pi chés poérions. N-y avoait étou dz asperges, édz artichauts, des panais et pi des topinambours.

Quate chints pots d’confitures avuc chés gorzeuilles, chés cassis, chés mirabelles pi chés pron.nes monsieu. Pu d’un pot d’confitures pèr jour !… Bié seur, i n-y in avoait pour nos éfants, os nin don.noème à Pierre Paul Jacques.

J’avoais minme rédé in.ne serre. Point un méchant tunnel in plastique conme i foai'te in.nhui ! nan ! in.ne vraie serre avuc in.ne carpinte in bos et pi des verres cathédrale. Six métes sur six qu’al foaisoait. A n’o l’air dé rien, i feut y avoér goûté pour savoér éch travail éq ch’est ! Mais chés résultats i sont lò. Os avez-ti mingé souvint des melons qu’il ont té tcheuillés à maturité ?

Pi un bieu jour, toute il est pèrti à l’berdandouille, jé m’sus rtrouvé tout seu. N-y avoait pu d’Mérence pi pu d’invie d’gardiner. Ch’est conme cho qu’éch poéille dé tchien, l’herbe éd Saint Jean pi chés cardons roulants il ont imporvigné tout ch’terrain.

Pèr aprés j’ai rédé dé gvaux. Mes deux jumints il ont pâturé tous les hivers din min pèrterre. Achteure jé nn ai pu qu’in.ne, mais al s’y intind. Al minge minme chés plates à chés abes. Ch’est ch’nettoéyage pèr él vide.

Éd tout min gardin i n’resté pu qu’tchéques pieds d’rhubèrbe étiques. Infin il étoai'te étiques dusqu’à l’énnée passée. Din chés courts-jours j’ai yeu des déboéres avuc ém fosse à brin. J’ai don foait ch’qu’i falloait : vidanger, et pi os ons déversé ch’contnu d’él fosse din min gardin, jusse à l’indroét d’chés pieds d’rhubèrbe qu’o n’voéyoait point, vu qu’ch’étoait l’hiver ! Jé sz’avoais obliés !

I feut croère qu’éch brin, ch’est coére éch qu’o foait d’miux conme amindemint, éj n’ai janmoais vu d’aussi bieux bâtons d’rhubèrbe ! Pi conme ch’est à cmin, d’autchuns i n’leus ont point dégonflés, il ont agvalé ch’grillage pi i leus ont servi… Boin appétit !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/08/03

GRANDES CALEURS PI TCHOTES ÉCONONMIES

Cha foaisoait djò troés quate jours qu’in France o z-étoait caufouré conme janmoais. Éch vif-èrgint din chés thermométes i battoait tout chés rcords d’heuteur. Din chés hôpitals, chés urginces il étoai'té badjées à mort pi chés métecins i dmandoai'te à leu minisse éd leus invoéyer un molé d’aïude. Mattei i n’o foait ni in.ne ni deux, il o mis in plache un liméro vert ! Avuc cho éch poéyis il étoait tiré d’affoaire ! Ch’n’est qu’huit jours pèr aprés, alorss qu’i y avoait pu d’troés mille morts, qu’il o fini pèr rintrer d’vagances pour dire qu’o n’put point prévoér toute pi qu’il avoai'te tertous foait ch’qu’i falloait… Su l’cœup, éj mé dmandoais siq ch’étoait du lèrd ou bin du coéchon, pi j’m’ai ramintuvé d’in.ne tchote phrase qu’il avoait sorti, n-y o in.ne cope éd moés : él vieillesse ch’n’est point in.ne maladie pi cho coûte éd trop tchér à la Sécu. Bé il avoait trouvé in.ne solution radicale, él solution finale pour troés mille viux. I n’y o point d’tchote écononmie !

Pi pour pèrler d’écononmie justémint, no ministresse éd l’écologie a n’o point mantché d’nous foaire l’élçon : conme i n’y o pu assez d’ieu pour érfroédir chés chintrales nucléaires, i feut arter d’gadrouiller l’éctricité, i feut coper chés ordinateurs pi chés climatiseurs, minme chetlò qu’i n-y o dsu chés voétures ! Ch’est vrai qu’i n-y in o à l’gron.née des voétures qu’i mèrche'te à l’éctricité. Jé m’croéyoais rnu du temps d’él crise d’éch pétrole, os savez, él cache aux gaspis, ch’cangemint d’heures, chu slogan in France os n’ons point d’pétrole, mais os ons du gingin. Ch’étoait ch’boin temps. Bé nous y vlò rnu !

I n’feudroait tout d’minme point croère éq no gouvernémint i fuche prés d’ses sous. Quanq no Présidinte al o foait foaire un aller-rtour Nouméa-Tokio à ch’Falcon neuf chints d’éch Présidint, cho n’o janmoais coûté qu’chinquante mille euros à chés contribuabes. Est vrai qu’a n’étoait point pinsabe éq no Présidinte al foaiche éch voéyage-lò din un Airbus in classe affoaire !

Ch’est conme cho étou qu’il est tchestion qu’l’État i racate Alstom. Mais o vind à chés industriels chés fabriques qu’i mèrche'té bien. Tout cho pour permette à un patron conme Messier aprés avoér émné sn interprinze à l’faillite, d’és foaire poéyer mille sept chints énnées dé smig conme prime éd dépèrt !

Pi jé n’pèrle point d’chés deux djudjusses, Bush et pi Blair, qu’il ont té dire éq Saddam il avoait des armes éd destructions massives alorss qu’i savoai'te éq ch’étoait point vrai.

Os savez qu’i nous prinde'té vraimint pour des cons ! I bié seur, ch’est tous chetlò qu’i nous gouverne'te, os ll’avoète adviné ! Pi ch’est tous les jours coére ! À mesure, siq a continue, os allons finir pèr dévnir cons à foait.

Mi, à mn âge, jé n’pux pu foaire grand cose d’eute éq d’attinde, mais j’ainmeroais bien t-ête coére lò quanq chés cons i vont leu rinveiller… J’ai idée qu’a vo foaire un rude chambèrdémint !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/09/03

CH’TEMPS I RATINCHE

Biétôt l’aprés-eut… j’ai idée qu’éch temps i ratinche coére, qu’i ratinche éd pu z-in pu. Point ch’temps qu’i foait, ch’temps qu’i passe ! Bié seur chés jours i raccourchiche'te, mais n’y o point qu’cho ! Éj vos vous asplitcher pi os allez comprinde.

Min pére il étoait manchon. Quanq j’étoais tout titchot éj croéyoais qu’chés moaisons qu’i construisoait il étoai'té foaites pour durer tout l’temps. In dix-neu chint quèrante quate, jé nn ai pourtant vu des moaisons éd démanglées, démasinglées à foait ! Mais ch’étoait point l’minme, ch’étoait la djerre ! I m’o follu tchéques énnées d’puss pour comprinde qu’in.ne moaison, minme in briques, minme foaite pèr un boin manchon, cho n’étoait point éternel, cho pouvoait moérir éd viéserie. Éj croés qu’ch’est d’éch jour-lò éq, pour mi, éch temps il o cminché à ratincher.

Éj sins qu’os risotez din vos bèrbes, mais ch’est du sérieux ! D’abord ch’est Einstein qu’il l’o dit, il o appelé cho él relativité. Slon Albert, éch temps cho sroait él quatrienme diminsion d’no univers. Pi surtoute quanq o z-érbée tchéqu’un ou bin tchéque cose, rien qu’à l’érbéyer, cho foait canger ch’qu’o z-érbée. Pi coére émiux, chl’érbéyant i est cangé étou pèr échl’érbéyé. Est tchurieux, mais ch’est démontré, ch’est scieintifique. Ch’est sans doute pour cho éq quanq j’érbée ch’temps qu’i passe, bé i ratinche. Pi à cœuse d’él relativité, bé i n’ratinche point pour mi forchémint d’él minme façon qu’pour un eute !

Os m’suivez-ti ? Os n’avez point l’air éd vous rapapiner d’éch qué j’vous dis ? Est un molé complitché ? pi o n’y êtes point duits, à mesure ? Os êtes conme mi, os sintez vo chervelle qu’al écminche à bolir ? Ch’est pour cho qu’a n’m’arrive point souvint éd buser à tout cho, est d’trop ténant. Pèraîtroait qu’cho s’appéle foaire d’él philosophie !…

Pour nin révnir à ch’temps qu’i ratinche, ch’est conme él viéserie ! Quanq j’avoais din les tchinze énnées, in.ne gin d’trente ans ch’étoait un viu. Quanq j’ai yeu trente énnées, chés viux i nn avoai'té chinquante. In.nhui, à mn âge, eh bin, des viux, a n’est point durte, i n’y in o pu ! Coére él relativité, os l'érez comprins !

Qu’i n’y euche pu d’viux, bé cho tchait ad rém : jé ll’ai toudi pinsé et pi j’n’ai point cangé d’avis, éj vourroais moérir jon.ne ! Conme os pouvez l’vir, éj sus bien pèrti pour. Pourvu qu’cho dure !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/09/03

ADÉ TCHOT JACQUES

Ch’est à l’adon qu’éj vous dvisoais éch darin cœup d’éch temps qu’i ratinche. Cho foait in.nhui huit jours qu’os ons té mner Jacques Varlet à ch’camp d’soéle.

Quanq il est arrivé à chés Diseux il étoait djò malade, et pi l’maladie d’Parkinson, o n’put point l’mucher ! Li, i nin pèrloait calmémint ; in dix ans éj né ll’ai janmoais intindu s’plainde !

I nn o-ti écrit des texes, à l’gron.née ! des in picard pi des in français, des piéches pour Lafleur et pi coére, értraduites din no langue, des fabes à La Fontaine. Tours il étoait in route, i n’s’arrêtoait janmoais !

Ch’qu’il poussoait à écrire, i ll’o dit bien miux qu’jé n’pourroais l’foaire, din un rime qu’éj viens d’rajouter din ses pages person.nelles :

« Pourquoé qu’j’écris »

Asseuré qu’i n’mantchoait point d’humour et pi surtoute, éq mèrgré ses miséres, il avoait l’rage éd vive, qu’i mordoait din la Vie, éd tous ses dints !

Il o té trondelé in moins d’érien, mais il o réussi ch’qu’éj vourroais bien foaire mi étou : moérir jon.ne ! Pour él jon.nesse éd tchœur et pi l’jon.nesse d’esprit i n’o janmoais té prins in défeut !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/10/03

FISTON

Min grand-pére il avoait un tchien, i ll’appeloait Fiston. Éj vous nn ai djò sûremint pèrlé. Min grand-pére i s’édvisoait in picard avuc Man-Blanche, sin blanc-bon.net, et pi avuc ses deux fius, mais i pèrloait français à sin tchien pi à ses tchots-éfants. Asseuré qu’pour nous eutes, i pinsoait qu’éch picard ch’étoait du français truté, pi qu’os alloème touiller toute din nos paures cawettes, mais pour sin tchien ? Bé vlò : éch Fiston ch’étoait un épagneul bréton, alorss forchémint grand-pére i s’éro dit qu’à mitan espagnol pi à mitan bréton qu’il étoait, sin tchien i n’pourroait janmoais comprinde éch picard.

Éch tchien-lò il étoait dessinsé à foait, i passoait ses jornées à torner un rond din un chni qu’il étoait carré. Point tchestion dé ll’laissier in liberté din l’cour. I feut dire éq grand-pére il avoait hansé in.ne tchote interprinze éd manchon.nerie, oh bié seur a n’étoait point Bouygues ! Grand-pére il étoait gérant, i rchuvoait chés clieints pi, in toute, pour ouvrer i y avoait conme manchons ses deux fius, émn onque Paul et pi min pére, tchot Pierre éch plâtrier, Arthur éch chimintier, Alcide et pi Alphonse qu’il étoai'té manœuves. Din l’cour y avoait don du sabe, des cailleux, des briques et pi ch’tas d’terreaux. Tous chés transports i leu foaisoai'te avu des bégneux pi des gvaux. Alorss o maginez un tchien lanché din tout ch’trimac ! Surtoute éq Fiston i n’pouvoait point vir in.ne reue torner, qu’a fuche in.ne reue d’bérouette o bin d’binèrd, i fonçoait dsu in aboéyant conme un ébreudi et pi il assayoait d’él morde…

Ch’est pour cho qu’Fiston i n’sortoait d’sin chni qu’au soér quanq qu’tout l’mon.ne il étoait rpèrti pi qu’chés portes il étoai'té freumées. Pi lò i sé nin rdon.noait, durant des heures i pouvoait courir conme un pardu éd bistinbout d’él cour. Mi qu’j’étoais tout titchot, quanq j’alloais à leu moaison, arrivé à ch’pétui éj crioais d’tout min pu fort :
« Y o point d’dangi ? »
Siq éch tchien il étoait din l’cour, o l’foaisoait rapasser pour qu’éj puche rintrer sans m’foaire trondeler.

Aprés souper, chu tchien il avoait l’droét d’rintrer din l’moaison. Pi tous les soérs, grand-pére i prindoait un chuque blanc, i l’posoait dsu l’tabe à main gueuche. Fiston i vnoait s’assir jusse in nsous pi il attindoait sin chuque, alorss grand-pére i rprindoait ch’bout d’chuque pi il ll’érposoait à main droéte, chu tchien i vnoait s’assir à main droéte… Éch manége-lò pouvoait durer à n’in pu finir. À l’fin des fins, ch’paure tchien i rpèrtoait din sin chni aprés avoér yeu sin bout d’chuque tout d’minme ! grand-pére il étoait tatchin, mais ch’étoait point méchant.

Fiston il o profité éd l’Évatchuation pour s’inseuver. O né ll’o janmoais rvu. Probabe qu’il avoait trouvé un moaîte qu’i n’li don.noait point d’chuque… ou siq i n-i in don.noait ch’étoait point aprés ll’avoér foait indéver durant des heures.


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/10/03

MERCI À ROSELINE

Cho y est, észés vlò rnus ! Cho foait djò pu d’un moés qu’il ont récminché. I sont toute in.ne armée. Chés uniformes i n’ont point yeu l’temps d’prinde éch flair d’él naphtaline. Chés cartouchiéres i sont badjées à foait. Chés fusils i n’ont point rouillé nan pu. Des fusils qu’i leus ser'te à définde la nature !…

Jé n’sais point siq i y in o d’puss éq l’énnée passée, mais ch’qué j’pux dire ch’est qu’i nin met'té tertous un rude cœup. Achteure ch’est tous les jours qu’i leu déméne'té pour warder no patrimoéne naturel. Quanq éj pinse qu’i foai'té tout cho gratiss, coére ! Ch’est qu’i leu coperoai'te in quate pour t-ête tout pèrtoute à l’foés. À midi, i n’prin.ne'té minme pu l’temps d’minger. I nn ont-ti du tourmint !

Du début, éj vouloais foaire tchéque cose, leu don.ner un molé d’aïude. Jé m’sus vite rindu compte éq j’avoais affoaire à dz éspécialisses. Mi, bié seur, éj n’y con.naissoais mie rien, tout ch’qué j’éroais pu foaire, ch’éroait té dé szés déturber din leu z-ouvrage.

Du cœup, m’jumint al resse din s’pâture. Quanq éj vos pour tcheuiller des pinmes din min corti, ch’est tout douchettemint, sins m’foaire vir, in milant siq i n’y o point un défindeu d’no nature qu’éj pourroais déringer. Os savez ch’qué ch’est, quanq o z-est épiné, i n’feut point vous poustitcher, des foés o foait n’importé quoé. Un cœup d’deux cœups, jé n’sroais point pu saisi dé ll’érchuvoér din ch’fond d’min patalon. Pi, bié seur, min ntchien i resse à l’intoque. Mantcheroait pu qu’i vienche berziller tout ch’travail qu’i foai'te pour seuver no planéte !

Éj vourroais don dire un grand merci à no ministresse éd l’inviron.nemint. Pasqué, tout d’minme, ch’est elle qu’al o don.né l’eximpe. Falloait t-ête rudemint tchulottée : pèr deux foés al o agincé in.ne ordon.nance ésprés pour chés défindeux d’no nature. Conme cho al leu permettoait, in plein moés d’eut, éd s’otchuper d’chés oésieux d’él Baie d’Sonme. Pi asteuse, avuc cho, al dessatchoait sn ouvrage pèr un vardi au soér, conme cho éch Conseil Constitution.nel i n’avoait point l’temps d’sé rtorner. Qué courage qu’i feut avoér pour és mette à dos chés instances européen.nes. Tout cho pour dire éq définde no z-inviron.nemint, ch’est un molé conme t-ête tchuré, ch’est un vrai sacerdoce.

Pour finir, éj pux vous dire qu’ém vlò granmint rapuré. Aprés chés votages éd l’énnée passée éj pinsoais qu’os étoème sous l’reingne d’él voéyoucratie. Bé ch’est point cho du toute, pi d’abord, i y o prescription, nan ! in France, in.nhui, os sonmes un médiocratie.


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/11/03

I BAILLE

J’éne savoais point quoé qu’ch’est qu’ch’étoait, ch’est Mélanie, m’tchote-file, qu’al m’o don.né ll’adréche pi qu’al m’o asplitché cmint qu’a mèrchoait. Nan mais quoé qu’ch’est qu’i n’invintion.neront point ! Bié seur, a s’passe dsu chl’arnitoéle, intèrnéte siq os ainmez miux. Ch’est in.ne sorte éd Salle des Vintes, un Hôtel Drouot virtuel adoù qu’o trouve éd toute, des corbillons, dz ordinateurs, d’él musique et pi des lives…

Naturellemint toute i s’foait à cœups d’soéris. Un clic pour vir ch’qu’i y o à vinde, un eute pour foaire du rintchér. Ch’est un molé conme chés vintes à l’candelle, au troésienme fu, conme i foaisoai'té din l’temps chés vissiers et pi chés notaires. Ch’est point vraimint du minme pèrel, rapport éq chés candelles l’ont té rimplachées pèr in.ne pindule. A foait qu’o sait d’avanche quanq cho vo finir, alorss qu’édvant, o n’savoait point quanjou qu’él darin.ne candelle al alloait s’éteinde…

Ch’est conme cho qu’sans bouger d’min cadot, pour un euro, j’ai acaté un trente-troés tours d’Yves Montand qu’i s’appeloait Canchons populaires éd France. Il avoait té mis à prix pour un euro ; d’un clic d’ém soéris j’ai dit « à ch’tarif-lò, mi j’nin vux bien » et pi, conme i n’i y o person.ne qu’il o rintchéri dsur mi, ch’tour il o té jué. J’ai rchu din m’boéte à lettes alectron.nique un mot d’billet éd félicitations, conme quoé qu’j’étoais dévnu l’heureux propiétaire d’éch lot liméro 35687941.

I n’ém restoait pu qu’a prinde contact avu ch’vindeu. Chetlò qu’i n’con.noaisse'té point i leu dmande'té sûremint cmint qu’o put invoéyer un vinyle pèr intèrnéte. Cho varo pétête un bieu jour, mais pour in.nhui, i n’feut point reuver. Ch’est don tout bêtemint pèr La Poste éq tout cho vo finir. Éch vindeu i vous invoée ch’montant d’chés frais d’port qu’os rajoutez à ch’prix d’vinte. Quanq il o rchu vo chéque, i vous espédie vo bazèr, pèr éch facteur. Rien d’bien complitché conme os pouvez l’vir !

Ch’est conme cho qu’éj m’ai aperchu qu’j’avoais acaté un disque à in.ne gin d’l’Ontario et pi qu’i y avoait 12 euros in ramindo pour éch transport ! Asseuré qu’étoait mèrtché tchéque pèrt, mais mi, bleubite, éj n’y avoais mie yeu soin ! Os savez, ch’est un molé conme chés tchotes lignes tout in bos d’vo controt d’asseurance. Est écrit in tout titchot pi ch’est conme cho qu’o s’foait rbinder.

Cmint m’décheper d’in.ne affoaire pèrelle ? Tout d’minme j’ém sintoais ingagé. Ch’étoait conme siq j’éroais don.né m’parole. Un molé conme chés matchignons quanq il ont dit « tope-là ! »

À l’fin des fins, j’ai rinvoéyé un mel à min vindeu canadien :
« Éch trente-troés tours à Yves Montand, wardez-mé-llé au cœud, éj varai l’tcheur mi-minme. Pi n’fuchez point pèr trop pressé, éj m’in vos vnir à pied ! »


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/11/03

ÉL FAMILLE K.

(Os m’estchuserez d’éne point mette éd nom, mais, chés gins-lò, i sont coére fin con.nus dsur Anmiens, alorss i feut avoér soin à ch’qu’o dit).

Din l’famille, y o troés files qu’os dénonmerons K-a, K-b et pi K-c. Il habit'té rue Abladène, cité Cheuléin. Éch pére il est chef-canton.nier à la D.D.E., sin surpitchet ch’est ch’casseu-d’cailleux-bis. À mesure, i rinméne éd l’ouvrage à leu moaison…

Chés files i s’otchupe'té d’éch gardin. Pour K-a, ésn affoaire, ch’est d’foaire pousser des lédjeumes, toute sorte éd lédjeumes : des carottes, des navets, des salsifis noérs, des rémolas, des betteraves rouges et pi tout cho. Tout ch’qu’i rsen.ne éd prés o bin d’loin à des rachin.nes, ch’est sin papin. Pour chés salades, chés épinards et pi chés blettes, tout ch’qu’est verdure, i feut vir K-b. Pi conme al est bien édruée pour ésn âge, K-c al prins soin d’chés asperges.

Pour qu’os comprindèche bien toute, i feut étou qu’éj vous dvise éd leu deux cousins (germains !). Appelons-szés K-1 pi K-2. L’aîn.né, ch’est K-1, il est hortillon d’sin métier. L’eute, échtilòl, ch’est un rude wépe. Avuc li, o n’o point l’temps d’s’in.nuyer. Sin surpitchet ch’est Neuneuille. Sin pu grand plaisi, ch’est d’lancher, à l’muche-tin-pot, un ziu d’toér din l’poque éd sin frére. Pi des ziux d’toér, K-2 i n’in manque point, vu qu’i travaille à chés abattoérs. Conme K-1 il est un molé nactieux, cho foait des histoéres du diabe. Chés deux-lò, i n’arrêt'té point d’leus atuire. I sont tours in bisbille. K-a al o un tchot faibe pour sin cousin hortillon. Forchémint, à gardiner touté deux ! Pi al sint bien, K-a, qu’i n’feudroait point grand cose pour qu’al édman.ne à K-1 d’arrouser sin ptchot gardinet.

Ch’est pour cho qu’un bieu jour…
K-a al avoait ses érelles cassées, échouie qu’al étoait pèr sin pére avuc ses cailleux bis, et pi K-1 i n’pouvoait pu incorser sin frére et pi ses ziux d’toér. Il ont don décidié d’leu nn aller insen.ne. Ch’étoait l’aprés-eut, i foaisoai'te du peuche, conme i di'té chés Québécoés. Cho leu foaisoait vir du poéyis.

Bié seur, du cminchemint, ch’est tours tout neu tout bieu, mais pèr aprés, quanq chés courts-jours il ont arrivé, leu chervelle al o foait conme éch temps, al o cminché à s’inviron.ner. K-a a n’décessoait point d’pinser pi d’pourpinser à ses carottes pi à ses navets. K-1, li ch’étoait eute cose. I n’dormoait pu, i n’mingeoait pu, pi surtoute i voéyoait des ziux tout pèrtoute. Quoé qu’i foaiche, ouèche qu’i fuche, i s’avoait mis din s’tête qu’i y avoait un ziu qu’i llé miloait.

Il ont coére ransé un molé conme cho, il ont traîn.né leus djettes éd côté d’eute in.ne cope éd moés, avuc éch vint et pi chés neiges qu’i leu glachoai'té les sangs. Pi un bieu jour – bieu pèrlons-nné… un jour coére pu pire qu’ész eutes –, K-1 pi K-a il ont rapassé à leu moaison. K-1 il o équèrbouillé l’cawette à K-2 avuc in cailleu bis qu’il avoait dérouflé à sn onque.

Et pi K-a qu’os m’direz ?
Bé K-a al étoait bénaise, al avoait rtrouvé ses rachin.nes.


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

01/12/03

CASINO

Ch’étoait din les énnées soéxante. D’éch temps-lò, os habitoème Anmiens din in.ne tchote moaison. Nos éfants il avoai'té ramné un tchot lapin éd troés quate moés qu’il avoai'te appelé Casino. Éch Casino-lò il étoait fin amiteux, os n’ons don point yeu d’mau à ll’appriveuder. Bié seur, il étoait in liberté din no tchot gardin, ch’qu’i foait qu’chés fleurs i nn’ont point récapé. Aprés ch’o té ch’gazon, tout ch’qu’i pouvoait y avoér éd vert qu’i dépassoait d’él terre, étoait ratiboésé. Ch’étoait pu un gardin, ch’étoait ch’désert. Coére heureux qu’i n’avoait point d’trop l’viche éd creuser, il éroait pu nin foaire un vrai camp d’bataille.

À l’époque i n’y avoait point coére éd granulés pour chés lapins. Casino l’o té norri avuc des carottes. Casino il o grandi conme vous pi mi, minme siq i n’mingeoait qu’des carottes. Toute il alloait fin bien dusqu’à ch’momint qu’no tchot lapin il o cminché à vnir gros. Ch’est normal qu’o m’direz. Bé nan ch’étoait point normal. À minger, i nn avoait, mais point d’puss éq d’habitude. Cmint qu’a s’foait qu’in tchéques ésmain.nes és panche al traîn.noait quasimint à terre ? Pi quoé qu’ch’est qu’i li passoait din s’cawette à no Casino ? Éch feurre din s’tchote cahute i n’li assuffisoait pu, il étoait-ti d’un seul cœup dévnu douillet ? Vlò qu’i s’mettoait à s’arracher sin poéille pour foaire in.ne tchote camuche adoù qu’i s’anichoait ?

À l’fin des fins, un bieu jour, ch’est dévnu indistchutabe, no lapin ch’étoait point un Casino ch’étoait in.ne Casinette. I n’y avoait point d’erreur possibe, vu qu’no Casinette al avoait calé. Quate tchots point pu gros qu’min peuche. Du début a s’éne n’est point rtornée pi pèr aprés al o fini pèr észés matcher. Quanq jé nn’ai pèrlé à un éspychologue pour lapins, i m’o asplitché qu’étoait point ton.nant, éq chés bétails qu’i sont d’pèr trop appriveudés il ont leus instincts maternels déturbés. Jé n’i ai point dit qu’in puss, Casinette al s’étoait prinze pour un mèrle durant in.ne cope d’énnées…

Tout d’minme i restoait un mystére. No gardin il étoait intouré d’murs bien d’trop heuts pour qu’un lapin puche észés seutir. Chés histoéres éd Saint-Esprit, in.nhui a n’est point courant, j’ai putôt pinsé qu’os nous étoème foait rbinder. Conme i n’y avoait qu’mes pèrints qu’il avoai'te in.ne clé d’no moaison, éch tour il étoait signé. J’ai tours pinsé qu’ch’étoait min ptchot frére qu’i nous avoait jué ch’tour-lò. I n’étoait point tchestion d’édmander à l’un ou à l’eute, chti qu’il avoait foait ch’cœup, il éroait té bien d’trop contint !…

Mais quanq j’y rpinse, j’ém dis qu’à ll’âge qu’il avoait, min frére i n’avoait mie d’voéture, pi j’n’él voés point in route à promner un lapin dsu sin porté-bagages éd vélo. Alorss tchéche qu’i i o don.né d’l’aïude ? Achteure qu’os sonmes viux touté deux, tu pux bien mé l’dire !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

16/12/03

CH’EST-TI CH’BOIN ?

Cho y est, ch’est foait, éch tour il est jué. Os avez pu l’vir pèr vous-minme din chés télés, Saddam Hussein i s’a foait prinde. Ch’est pour él cœup qu’o put dire qu’él djerre al est finite, du moins jé l’pinsoais. Pourtant ch’est point pour autant qu’i n’y o pu d’attentats in Irak. Ch’est-ti qu’chés Irakiens i n’ainmeroai'té point leus libérateurs ?

Pi chés armes éd destruction massive adoù qu’i sont ? Ch’est point feute d’avoér traché aprés, os avez pu vous nin rinde compte tout conme mi : chés Améritchains, il ont minme té dusqu’à rlutcher din l’gargate à Saddam avuc in.ne lampe alectrique ! Os maginez, un missile pi tchéques tchilos d’bacilles muchés sous un dint ! Wate, bernique aux sanson.nets !

Bié seur, i n’nous foai'té vir qu’éch qu’i vu'té bien, mais tout d’minme ! Os n’trouvez point qu’a n’foaisoait point granmint vrai ? O z-éroait putôt dit ch’Samu Social in route à don.ner d’l’aïude à un sans-abri. Il ont étou rbéyé siq i n’éroait point des poulains din ses cavieux. Os ll’ons point vu mais j’ai idée qu’i i ont don.né in.ne gatte éd bouillon bien cœud pour li rmette sin tchœur in plache.

Ch’est point in France qu’a s’passeroait conme cho, heureusemint ! Os vous ramintuvez-ti José Bové ? Li ch’étoait point ch’Samu qu’il o té l’tcheur. À l’pointelette, chés cadoreux incagoulés avuc leu fusil quèrtché dusqu’à l’djeule  ! Chés Améritchains i peu'té tours leus aligner, in face à no Sarkozy, i n’foai'té point l’poéds. I pourroai'té nin prinde d’él grain.ne.

Mais j’y pinse lò, tout d’un cœup ! Ch’est-ti ch’boin qu’il ont mis au l’ombe ? Tout l’mon.ne il lé sait, Saddam il avoait des sosies, des gins qu’i li rsen.noai'té conme deux gouttes d’ieu pi qu’i sont à joc in.nhui, quasimint des sans-abri. Cho asplitcheroait ch’Samu Social ?

J’alloais oblier ! I pèraîtroait qu’éch soé-disant Saddam il éroait dmandé à pèrler à Bush. A n’sroait point ton.nant qu’il euche putôt affoaire à leu RumsFeld-Marschall, qu’i li diro, ch’est seur, ch’qu’il o djò dit l’énnée passée : « Os savons qu’i y o des coses incon.nues; ch’qu’i rvient à dire qu’os savons qu’i y o des coses qu’os nin savons rien. Mais i y o étou des nouvelles qu’i n’exist'te point pi qu’os n’con.naissons point – ch’est chetlò qu’os n’savons point siq os szés con.naissons. » I feut qu’os sachèche qu’éch sapré RumsFeld-Marschall il o rchu éch prix d’sin pied din s’bouque éd l’agince Reuter. Nous eutes os appéleroème cho éch prix d’él langue éd bos. Pour chetlò qu’i n’comprindroai'té point bien ch’qu’il o voulu dire, os savez achteure éq ch’est point l’pein.ne éd tracher, rapport qu’i n’y o rien à comprinde !


[01/01/03][16/01/03] [01/02/03] [16/02/03] [01/03/03] [16/03/03] [22/03/03] [01/04/03] [16/04/03] [01/05/03] [16/05/03] [01/06/03] [16/06/03]
[01/07/03] [16/07/03] [01/08/03] [16/08/03] [01/09/03] [16/09/03] [01/10/03] [16/10/03] [01/11/03] [16/11/03] [01/12/03] [16/12/03]

Adé

archives 2004 archives 2002