tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2002

[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/01/02

UN INTERREMINT D’QUÈRANTE SOUS

In preume, in.ne boin.ne énnée pi in.ne boin.ne santé, et pi d’l'èrgint plein vo porté-mon.noaie. Ch’est qu’ch’est l’momint d’nin pèrler d’nos sous ! In.nhui, os pouvez l’vidier vo porté-mon.noaie, pasqué ch’qu’i y o ndin, édmain a n’veudro pu tripette ! Os allez pouvoér mette tout cho à l’tchête, mèrchez ch’tchuré i séro bien nin foaire tchéque cose !

In pèrlant d’tchuré, os savez qu’i n’sont point d’trop trantchilles chés tchurés. Il ont peur éq chetlò qu’i mettoait dix francs à l’tchête, achteure i n’méche pu qu’in.ne piéche d’un euro. Un manque à gaingner éd trente chonq pour chint, pinsez don !

Jé n’sais point ch’qu’i nn est in.nhui, mais din l’temps, i y avoait troés classes pour chés interremints – ch’est pour cho qu’o dit coére éd nos jours un interremint d’premiére classe. Chés pauves il étoai'te interrés à la-va-vite, à huit neuf heures du matin, pour quèrante sous.

Jé m'ramintuve éd chés interremints d’min jon.ne temps, du temps qu’émn onque Robert et pi m’mére i vivoai'té coére. I leu mettoai'te tours l’in.ne au côté d’l’eute. Pi mn onque i falloait qu’i foaiche ses réflexions, tout bos à l’érelle d’ém mére bié seur. Pi elle, al sé rétnoait d’éclater d’rire, pi n’y avoait rien à foaire, point moéyin d’y écaper, éch fou-rire i lé prindoait, o voéyoait ses épeuilles qu’i leu mettoai'te à tresseutir, al muchoait s’fidjure din sin mouchoér. Chetlòs qu’i l’con.naissoai'té point i pinsoai'te éq pour braire conme cho, i falloait qu’al euche jolimint d’chagrin !

I feut dire qu’ém mére pi mn onque il étoai'té nés-natifs éd Dreuil-Hamel. Un tchot poéyis intér deux Ary pi Airain.nes, un tchot poéyis à d'où qu’o disoait :
fous d’Ary, Dreu motcheux, Airain.nes imbléyeux
pi ch’étoait bien vrai !

Émn onque i rmèrtchoait toute, un rhabillure passée d’mode, in.ne allure riditchule, un capieu d’berlong. Toute étoait matiére à rire. Quanq éch tchuré i s’mettoait à romion.ner ses capernotes, quanq i récitoait ses oremus à fond d’train, émn onque Robert i n’mantchoait point d’dire :
« aïte aïte dépétchons-nous, ch’est un interremint d’quèrante sous ! »
Pi m’mére din sin mouchoér al érbraiyoait d’pu belle !

Pi jé n’vous dirai rien d’chés rpos d’interremint, d’éch bouillon d’pot-au-fu trimpé d’pain, d’éch pot-au-fu li-minme, avuc in.ne seuce blanque à l’crinme fraique et pi dé mn onque Robert qu’i n’arrêtoait point d’foaire rire tout l’mon.ne…

Os avez bieu dire, chés gins in.nhui i n’sai'té mie pu leu z-amuser.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/01/02

UN ÉFANT D’LA DJERRE

Jé n’pux point incorser d’vir chés joénes d’in.nhui quanq i plucsine'te et pi qu’i gaspille'té leu minger. Quoé qu’ch’est qu’o voulez, éj sus t-un éfant d’la djerre. Os habitoème Anmiens à l'époque. Jé n’croés point qu’os ayonche té d’pèr trop malheureux. O n’ons janmoais yeu faim. I y o sûremint yeu bien pire éq nous.

Tout d’minme, i n’falloait point t-ête pèr trop nactieux. Éch pain, mitan brin d’soée, mitan frain.ne éd maïs, il étoait quasimint point mingeabe. Ch’étoait point souvint qu’o z-avoait d’él viande, et pi sans pinmes éd terre éch ragoût seuce é-rien i n’étoait point d’trop racachant. Mais o z-étoait tellemint à court éd toute, i n’falloait point gadrouiller ch’peu qu’o z-avoait.

Mèrchez, chés fenmes d’éch temps-lò i nn ont yeu du mérite ! Rutabagas, topinambours sans un tchot morcieu d’beurre ni in.ne tchote tchuillérée d’heule pour észés tchuisiner, a n’est point bien fanmeux. I leu z-in o-ti follu du gingin pour maginer dz érchettes avuc troés foés rien. Jé m'ramintuve éd tchots pains foaits avuc des pinmes éd terre – ch’étoait pour él diminche. Ou bin coére d’in.ne tèrte à z-haricouts qu’ch’étoait un vrai étouffe-chrétien. Lò ch’étoait mon d’no voésin.ne, pi a nn étoait fin fiére d’és tèrte, él paure fenme !

Min tchot frére il avoait troés ans à l'époque. Un bieu jour, in arrivant mon d’no grand-mére Blanche, i n’o rien trouvé d’miux qu’éd minger ch’tchot morcieu d’beurre qu’il étoait dsu l’tabe d’él tchuisine. Un morcieu d’beurre gros conme in.ne noéx, a n’est point conséquent qu’os allez dire ! ch’étoait tout d’minme él ration pour un moés éd min taïon pi d’ém taïon.ne insen.ne. Paure Man Blanche, elle qu’édvant la djerre al mingeoait sin pâté avuc du pain-beurre !

Mi j’étoais éfant d’tchœur. Él diminche, su l’cœup d'onze heures, jusse aprés l’grand-messe, os nous rtrouvoème tous chés éfants d’tchœur din l’sacristie. Conme os étoème à jeun, sœur Madelein.ne al nous servoait à chatchun un grand bol éd chucolat au lait. Doù qu’al avoait ch’lait pi chu chucolat, o né l’ons janmoais seu. Un miraque du boin Diu, pétête ?

Pi pèr un bieu diminche, conme j’ém rapapinoais avuc min bol éd chucolat, monsieu l’tchuré il est vnu m'tcheur pour servir un baptéme. Édvant d’y aller j’prinds in.ne feuille éd papier, j’écris dsu : « j’ai ratché ndin » et pi jé l’pose édsu min bol. Conme cho, j’étoais trantchille, person.ne n’ém prindroait min chucolat…

Quanq éj sus rnu, ész eutes éfants d’tchœur il étoai'té pèrtis, mais dsu min bout d’papier tchéqu’un il avoait rajouté : « mi étou ! »


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/02/02

RAPPORT À QUOÉ QU’ÉJ SUS LÒ ?

Os savez tertous qu’éj resse à Ferriéres, pi qu’Tchot Batisse ch’est ch’pu con.nu d’chés Ferriéroés. Il est con.nu din tout ch’canton, ch’est tchéqu’un qu’il est rudemint asteux, pi qu’il o tours réponse à toute. Un cœup, i s’avoait installé su sin beudet, mais i n’étoait point conme vous pi mi torné du minme sins qu’éch beudet. Passe un nadjeu qu’i llé voét pi qu’i cminche à s’foute éd li :
« Hé, ch’Batisse, ch’est-ti qu’t’éroais coére bu un cœup d’trop ? Tu n’voés don point qu’t’es monté à l’invers ?
— Cmint qu’tu pux dire cho, hé hocleux, tu n’sais minme point éd qué côté qu’éj vux aller ! »

Djimicourt ch’est un tchot poéyis point loin d’ichi : un tchilométe neuf chint quatré-vingt-tchinze, ch’est mèrtché dsu l’plancarte à l’sortie d’éch village – éq ch’est étou l’intrée, chés picards i n’sont point bêtes, conme cho i foai'té d’in.ne pierre deux cœups. Pi chés habitants d’Djimicourt, nous eutes, o né sz’appéle point chés Djimicourtoés, vu qu’i n’sont point granmint courtoés justémint ! Non o szés dénonme chés Polonais, o bin coére chés Polacs.
Pi chés Polacs éd Djimicourt i sont jaloux d’nous, chés copeux d’velours – ch’est conme cho qu’o dit : chés copeux d’velours éd Ferriéres – pi ch’qu’i nous invie'té l’puss ch’est no Tchot Batisse !

Ch’est pour cho qu’un bieu jour i l’ont décidié dé ll’inviter à vnir din leu salle des fêtes pour qu’i sz’instruiche, pi qu’i leu transméche un molé d’sin gingin. Bié seur Tchot Batisse i s’a foait prier, pi l-o fini pèr dire oui. À ch’jour annonché pi à l’heure dite, él salle al étoait badjée à foait. Tous chés Polonais l-étoai'té lò. Tchot Batisse il est arrivé pi i leu z-o dman.né :
« Os savez-ti rapport à quoé qu’éj sus t-ichi ?
— Nan ! qu’il ont dit chés gins,
— Alorss éj mé dman.ne bien ch’qu’éj sus vnu foaire ichi ! »
Pi il est rintré à s’moaison.

Chés Polonais i nin sont point révnus. I leu z-ont réuni pour nin distchuter. Comprindant qu’i n’avoai'té point bien répondu, i leu z-ont dit qué l’prochain.ne foés, i diroai'te ouai . Vlò don cmint qu’a s’a passé l’deuxienme foés qu’Tchot Batisse il est rnu :
« Os savez-ti rapport à quoé qu’éj sus t-ichi ?
— Ouai ! qu’il ont dit chés gins,
— Alorss éj mé dman.ne bien ch’qu’éj sus vnu foaire ichi ! »
Pi il est rintré à s’moaison.

Lò ch’étoait pu fort qué d’juer au bouchon ! Él réunion d’éch conseil al o duré quasimint tout l’nuit. Tout d’minme, i n’alloai'te point rester in raque, falloait trouvoér tchéque cose ! ch’est Nénésse, éch warde-mahons, qu’il o yeu l’fin mot : À l’tchestion fatale, chetlòs qu’i sront assis à droéte i diront ouai pi chetlòs qu’i sront à gueuche i répondront nan. Lò il alloait t-ête rbindé ! Il alloait s’foaire ramaliner éch sapré Batisse !

Tchot Batisse il est don rnu in.ne troésienme foés – il avoait bien dit qu’a sroait l’darin.ne – pi pour él troésienme foés il o posé s’tchestion :
« Os savez-ti rapport à quoé qu’éj sus t-ichi ?
— Ouai ! qu’il ont dit chés gins assis à droéte,
— Nan ! qu’il ont dit chés gins assis à gueuche,
— Alorss, qu’i leu z-o rinfitché Tchot Batisse, chetlòs qu’i l’sai'te i n’ont qu’à l’dire à chetlòs qu’i l’sai'té point ! »
Pi il est rintré à Ferriéres.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/02/02

ÉCH CHEIK SANS PROVISION

Min rarataïon, il avoait foait tchinze énnées d’Afrique. Ch’étoait du temps d’chés djerres colon.niales. À l'époque, pour foaire sin temps, o tiroait à l’butchette, chtilòl qu’i tiroait un boin liméro i nin prindoait pour sept ans. À pèrt chetlò qu’il avoai'te éd l'èrgint. Avuc éd l'èrgint, os pouvoète acater tchéqu’un qu’i foaisoait vo congé à vo plache. Ch’est conme cho qu’min rarataïon il o foait sept ans pour li pi sept ans pour un eute. Os vous rindez compte… tchinze énnées d’service… I feut dire éq d’éch temps-lò, éch temps i n’passoait point si vite qu’in.nhui. A foait qu’sept et pi sept a foaisoait tchinze…

Pi durant ses tchinze énnées d’Afrique, i i est arrivé un drôle éd tour à min rarataïon. Fidjurez-vous qu’il avoait té foait prison.nier pèr chés Arabes. Du début ch’o té fin bien, il étoait bien traité, quasimint qu’il étoait conme un co in plâte. O-z-i avoait prins sin fusil pi ses cartouches, mais il avoait pu warder pèr édvers li tchéques patchets d’bistchuits. Chés fenmes il étoai'te fin amiteuses avuc li. Durant qu’leus honmes i montoai'te à l’attaque éd chés roumis, chés fenmes i vnoai'té li foaire des agucheries, pi min rarataïon i leu don.noait des tchots beurres.

Dusqu’à temps qu’din ch’village, i n’euche'té pu rien à mier. Pu rien dé rien. I vnoai'te éd minger ch’darin gromadaire. Min rarataïon l’o té mné mon ch’chef éd chés Arabes, un cheik qu’il appél'té cho pèr là-bos !… Min rarataïon i tran.noait les bèrbettes. Chu cheik i i o dit conme cho :
« Quoé qu’ch’est qu’tu vux, os n’ons pu d’provisions, pi un cheik sans provision i n’put point imbernatcher d’un prison.nier… Alorss tu t’in vos moérir ! Conme éj sus t-un boin prince, éj m’in vos t’laissier coésir. T’os droét à in.ne réponse seulemint. Siq tu mins tu sros pindu, pi siq tu dis vrai alorss… coper cabéche ! Quoé qu’tu nin dis ?
— Éj nin dis… éj nin dis…»

Min rarataïon i busoait à mort. Ch’est l’cas dé l’dire. Pi d’un seul cœup d’un seul, il o yeu un trait conme o nn o qu’un din s’vie. Il o déclatché :
« Éj nin dis qu’éj moérirai pindu ! »

Lò, chu cheik i nn est resté conme deux ronds d’flan. Conme ch’étoait point l’mitan d’in.ne bête, il o yeu vite comprins qu’i s’avoait foait rbinder. Min rarataïon, pour qu’o l’pinche, l'éroait follu qu’i minche !… Ch’étoait point possibe, pi qu’il avoait dit qu’i sroait pindu. Pi li coper l’co ch’étoait point possibe nan pu, vu qu’pour cho, l'éroait follu qu’i diche vrai, pi qu’tout du contraire, il éroait yeu minti in disant qu’i sroait pindu…

Ch’est conme o qu’min rarataïon il o pu rintrer à sin canton.nemint pour értrouvoér éch général Bugeaud qu’i trachoait toudi aprés s’castchette. Pi ch’est rapport à ll’histoére-lò éq soéxante et des énnées pèr aprés, o ll’o décoré dé l’médalle mirlitaire… jusse aprés qu’il euche défuncté.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/03/02

VIN COUTCHÉ, CHIDE ÉDBOUT

Min chide il est boin à mette in boutelles, alorss éne croéyez point qu’éj m’in vos passer min temps à vous conter des blagues. Min chide i passe édvant tout l’mon.ne !

Din l’temps, chés viux i mettoai'te leu chide au bout d’six smain.nes, temps ou non temps. Et pi person.ne n’éroait dérogé ! Mais i feut dire étou qu’à l'époque, o disoait coére « vin coutché, chide édbout ». D’éch temps-lò, n’y avoait point d’bouchons mécaniques ni d’capsules in blanc-fer. Chés bouchons il étoai'te in liége, ch’qu’i foait qu’étant dbout él boutelle al respiroait. Éch trop plein d’gaz i s’écapoait pèr éch bouchon.

In.nhui, tout cho o bien cangé, os ons des pése-moût, dz éspéces éd thermométes qu’o trimpe din ch’chide in route à s’foaire, pour émesurer doù qu’ch’est qu’o nn est dé l’fermintation. Conme cho o put mette éch chide in boutelles jusse quanq i feut, pour qu’i n’fuche ni d’trop mousseux ni d’trop raplapla.

Chti qu’i vut warder sin chide pu longtemps in ton.nieux, i put coére él soutirer aprés qu’il euche fini d’cracher, conme cho o z-inléve granmint d’chés fermints, pi o put mette éch chide in boutelles bien pu tèrd.

Min pére, li conme ész eutes, i mettoait sin chide à quèrante jours, mais conme ch’étoait un rédeux, il allongeoait chés champeunoéses din du sabe, pour qu’i n’esplose'té point qu’i disoait. Pi ch’est vrai qu’i nn’o janmoais yeu in.ne qu’al o clatché. Pourtant n-y avoait in.ne rude pression lò ndin ! Feut dire éq sin plaisi à min pére, ch’étoait d’foaire seutir éch bouchon pa dsu ch’toét d’no moaison. Ch’étoait pire qu’un cœup d’fusil. Nous eutes, plantés dvant li, os assayoème éd récouer tchéques gouttes din in.ne cruche. In.ne cruche qu’os tâchoème éd mette in vis-à-vis d’él srindjée qu’al sortoait d’él boutelle, pire qu’él lance éd chés pompiers. Ch’étoait conme cho tous les diminches pi os nous nnin lassoème point…


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/03/02

POINT D’PORTE À L’PORTE

I y o à mesure des mots, des mots qu’in preume, o szés comprind point. Ch’est conme cho qu’un cœup, ch’étoait jusse aprés la djerre, pi pour nos vagances mes pèrints il avoai'té loué in.ne villa à Crotoé. Ch’étoait pèr chés tchotes annonches d’éch Courrier Picard qu’a s’étoait foait.

A foait conme cho qu’min taïon – os savez ch’est li qu’i pèrloait picard à tout l’mon.ne à pèrt à sin ntchien pi à ses ptchots-éfants ; à eux i leu dvisoait in boin français ; passe coére pour chu tchien, ch’étoait un épagneul bréton, mais nous eutes, os étoème picards, nom d’un ntchien – min taïon i vouloait sn aller tchéques jours édvant nous « pour vir l'état dé ll’ieu » qu’i nous o dit…

Dé ll’ieu, nous eutes, os l’savoème bien qu’à Crotoé, i n’y in avoait point. Ouai, bon ! allez mettons in.ne heure pèr jour, à mèrée heute… Vu sn âge, os n’alloème point l’contrarier, no taïon, surtoute éq ch’étoait ch’darin qu’i nous restoait !…

I s’a don in allé in.ne cope éd jours pa dvant nous, pi ch’est conme cho qué l’surlin.nemain os ons rchu in.ne carté postale, in.ne photo avuc dé ll’ieu, granmint d’ieu. Jé n’sais point ouèche qu’il avoait té déteuper cho, sûremint point à Crotoé ! Pi à ch’tchul d’él carte, min taïon il avoait écrit : « Point d’porte à l’porte, quanq qu’i pleut i tchait d’ieu.». Quanq qu’os ons yeu li cho, os nous ons rbéyé tertous. Chatchun i pinsoait din sn à pèrt : « Lò cho y est, grand-pére i dégaloche à foait… Quoé qu’ch’est-ti qu’i nous débagoule ? »

Os llé pinsoème mais i n’sroait vnu à l’idée d’person.ne dé l’dire ! Quoé qu’os voulez, din no famille, os ons l’respect d’chés viux.

Eh bé, os m’croérez siq os voulez, min taïon il avoait raison, chint foés raison. Él villa qu’os avoème louée pèr éch jornal, in foait d’villa, ch’étoait in.ne méchante cassine dé rien du toute. In.ne cassine à mitan démanglée. I mantchoait si tant granmint d’pan.nes édsu l’toéture qu’à l’premiére goutte éd pleuve, l’ieu al dégoulinoait d’éch plafond. Et pi pour rintrer, i n’y avoait minme pu d’porte. I nous ll’avoait bien dit min taïon :
Point d’porte à l’porte, quanq qu’i pleut i tchait d’ieu !


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/04/02

Y O PU D’ABON.NÉ À CH’LIMÉRO QU’OS AVEZ DMANDÉ

O pourroait croère à mesure éq ch’est un pichon d’avri ! Cho foaisoait un momint qu’éj vouloais canger mn abon.nemint téléphon.nique. J’avoais rpéré tchéque cose qu’i m’plaisoait bien din l’réclame à France-Télécom. Éj foais don éch 10 14. Jé m’ramintuve, o z-étoait l’quate éd mars pi lò j’tombe sur in.ne gin fin aimabe qu’al m’acoute bien gintimint. Éj li asplique qu’éj vourroais qu’éch nouvieu controt i n’écminche qu’él seize éd mars, vu qu’ém facture al sro arrêtée l’tchinze. Point d’problinme qu’a m’dit l’fenme, ch’est noté.

O z-étoait l’vingt, mettons, pétête él vingt-et-un, jé rchus in.ne lette doù qu’éch nouvieu réglémint il étoait écrit. Ch’est conme cho qu’j’apprinds qu’édpu l’quate mars, éch nouvieu controt l’o té mis in plache, don avuc pu d’dix jours d’avanche dsu ch’qué j’avoais dmandé. Ch’est point d’trop grave éq jé m’dis, min forfait local conme il l-appeloai'té cho, il o té rimplaché pèr un eute forfait un molé pu tchér, mais puss pratique pour mi, qu’a s’méche in route él quate o bin l’seize, a n’est mie génant !

Él surlin.nemain, ém facture al arrive, pi lò ch’est in.ne drôle éd surprinze. Édvant, mes conmunications pour intèrnéte l'étoai'te comprinzes din ch’fanmeux forfait local à chonq francs d’l’heure – 0,76 euro siq os ainmez miux. Eh bé achteure, ch’est fini ! Forchémint qu’os allez m’dire piq éj n’ai pu d’forfait local. Ouai mais i n’sont point non pu décomptées din ch’nouvieu forfait. Cho vut dire qu’éj poéye émn intèrnéte à ch’tarif él pu tchér possibe.

Ém rage al monte, jé rprinds min téléphon.ne… 10 14… Éj tombe sur in.ne gin, point l’minme éq l’eute jour, mais fin aimabe étou. J’i asplique émn affoaire pi j’li dis qu’o z-annule toute, qu’éj vux rtorner à l’case dépèrt ! Pi lò ch’est à pein.ne croéyabe, éch forfait local i n’existé pu, i n-y o point moéyin d’foaire mèrche arriére.

Bié seur, éj pourroais distchuter , j’pourroais m’batte, pi minme prinde un avocat, pi coére aller in justice. Pasqué tout d’minme, un controt, cho s’signe pi cho n’és cange point pèr téléphon.ne ! Du brin ! qu’i maque'té leu merde conme i dit min tchot frére qu’il o du vocabulaire. Pi os savez quanq un picard i pèrle éd merde ch’est qu’i n’est vraimint point contint, d’habitude os disons du brin !…

Bé os voéyez, y o conme cho édz interprinzes, o s’édmande écmint qu’cho s’foait qu’i n’sont point d’attaque pour foaire face à l’concurrinche. Pi rapport à quoé éq leus actions in borse i s’in vont à l’berdandouille. Mi j’ainme miux tchitter ch’batieu édvant qu’i fuche au fond d’l’ieu. Pi vous eutes, à tchéche qu’os vous adréchez pour vos téléphon.ne ?


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/04/02

COÉRE UN CŒUP D’PASSÉ

Jé n’sais point siq os maginez ch’qué ch’est qu’éd s’értrouvoér tous les tchinze jours édvant vo z-écran d’ordinateur, in route à tracher quoé qu’ch’est qu’os allez bien pouvoér raconter à chés gins qu’il attinde'te in leu guérinant qu’os ayèche foait vo mizajour.

Vlò coére un tchuin d’ziu qu’éj mé dman.ne écmint qu’i vo cmincher pi cmint qu’i s’in vo finir. Éch calendrier il est lò qu’i m’dit qu’il est l’heure, éq ch’est l’momint d’ém mette à l’ouvrage. Ouai mais ch’est bien bieu tout cho, quoé dire et pi quoé foaire ?

Point tchestion d’édviser d’él campaingne électorale, jé n’vux point t-ête prins din l’churtchette éd chés élections. Pi j’pinse qu’os êtes conme mi, ténés d’vir pi d’intinde chés candidats. Éd tous sins, mi cho foait dz énnées qu’jé n’vote pu !

Jé n’pux point non pu pèrler d’él Palestine. Chés gins il ont chés gouvernémints qu’il ont coésis – infin, souvint . In tous les cas, Arafat pi Sharon il ont té élis, nouboué ! J’croés bien qu’touté deux, ch’est des viux rnèrds, mais in attendir, ch’est chés civils pi chés réfugiés qu’i trinque'te.

Quoé qu’éj diche, quoé qu’éj foaiche, est asseuré qu’os n’srez point d’émn avis, j’y sus duit. Mes histoéres éd famille, bié seur, os nn êtes réïus  ! Alorss éj vos vous l’dire, jé n’voés qu’in.ne solution, os allez rbéyer vo télé. I n’manque point d’progranmes pour vous foaire vir no mon.ne conme il est.

Prindons, jé n’sais point mi, prindons pèr eximpe, éch loft-two. Pu bête pi pu vuldjaire éq cho, os n’trouvarez point ! Tout d’minme, ch’est pétête él réalité qu’al dépasse él fiction. Pasqué jé n’sais point mi, chetlò qu’i leu z-ont imbèrtchés din l’galére-lò, n’y o person.ne qu’i sz o forchés. Person.ne n’o yeu dzoin dé sz aflater. Tout du contraire, i leu z-ont lanchés sins tortigner din ll’avinture. In puss i sont fin heureux d’leu montrer din ch’poste. Chés organiseux i z-ont rfusé du mon.ne.

Tout d’minme, o n’put point mette és cawette din ch’sabe conme chés eutruches, éch qué no télé al nous monte, ch’n’est janmoais qu’éch rétoér éd no société.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/05/02

JÉ M’TÂTE !…

J’y vos-ti j’y vos-ti point ?
min tchot fiu i m’téne pour éq j’y voéche
i n’décesse point d’ém dintier avuc cho :
diminche tchi vient os irons insen.ne
tu varos avuc mi, dis hein ? tu varos ?

Pi y o point qu’li ész eutes étou qu’i s’y met'te
à mn âge
ch’est tout d’minme malheureux dé n’point pouvoér foaire à s’mode
o z-est coére in démocratie, nan ?

Édpu dix énnées éq jé n’y ai point té, éj sérai-ti coére cmint foaire ?
il ont bieu dire éq ch’est conme él bicyclette,
cho n’s’oblie point !
mais ch’est-ti bien vrai ?

In.ne supposition éq j’y voéche point,
éj pourrai-ti m’rattraper l’prochain.ne foés ?
y éro-ti seulemint in.ne prochain.ne foés ?
o n’sait janmoais !

Mais siq j’y vos ch’cœup-chi,
éch cœup d’aprés, min tchot fiu i vo coére t-ête pu ténant,
jé n’pourrai point y écaper, i feuro qu’j’y rtorne…
jé n’sus point lò d’nin vir él bout…

Ch’est pour cho qu’jé m’tâte
un jour ch’est ouai
l’lin.nemain ch’est nan
O n’cange point si facilemint chu cmin qu’o z-o sui dpu tant d’énnées

Allez, min tchot, ch’est décidié
minme siq éj n’értrouve point m’carte
a n’foait mie rien
t’os raison, diminche tchi vient
os irons insen.ne !

Din l’fin fond d’mi-minme, éj nin mouroais d’invie
et pi j’n’osoais point
au reingne d’in.nhui
in.ne boin.ne pèrtie d’pêque avuc min tchot fiu
a n’put mie m’foaire éd mau !


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/05/02

RCHETTE ÉD TCHUISINE

Éch tchuin d’ziu d’in.nhui, il o té foait sprés pour Karoline. À mesure, jé rchus des messages, fidjurez-vous ! Jé n’vous nin dvise point à chaque cœup, mais pour in.ne foés, os allons nnin pèrler. Karoline al o déteupé no site pi ch’o té un cœup d’tchœur.

« O s’croéroait din l’moaison, din chés courts jours, bien au coi à ch’tchuin d’éch fu. Pi chés viux i sont lò, o put minme ész intinde qu’i rbat'té leus hotons. Ch’est conme siq os y étoème ! I y o étou des rchettes éd tchuisine ! »

Vlò ch’qu’al disoait Karoline din sin message. Des rchettes éd tchuisine éq j’ém dis ? Nin vlò d’in.ne eute ! Pi d’un seul cœup jé m’rapinse !… Bié seur, j’ém ramintuve achteure, des rchettes éd tchuisine, éch pluriel il est sûremint d’trop, mais ch’étoait à ch’preume éd l’an dix-neu chint quatré-vingt-dix-neu, cho n’date point d’hier. Éch tchuin d’ziu ch’étoait l’pourdin.ne à l’goutte, qu’il est in.nhui ringé din chés archives. Y o tours étou él version in français, qu’i y o coére granmint d’gins qu’i vont l’vir !

Bon. Os êtes d’avis avuc mi, cho n’foait point granmint sérieux ! Ch’est pour cho qu’vlò in.ne vraie rchette éd no poéyis. Ch’est in.ne rchette pour quate gins, siq os êtes deux o bié coére six ou sept, os prindrez vo cartchulette pour érfoaire chés comptes.

Chés macrieux aux gorzeuilles blettes.

Prindez quate bieux macrieux bien frais. Os szés débreuillez pi os szés lavez bien conme i feut. I feut étou coper chés bèrbes, él tcheue pi chés nageoéres. Durant ch’temps-lò, os avez mis à bolir chonq boin.nes minutes éch court-bouillon avuc sin boutchet garni pi du sé du poéve. Quanq est foait, os jtez vos macrieux ndin pi os réglez l’tchuisson pour qu’a frémiche durant dix minutes.

Tandis ch’temps-lò, os allez vous otchuper d’vos gorzeuilles blettes. I nin feut in.ne boin.ne énemie-live, point d’trop meures. Os szés foaisez blantchir aïte aïte pi o szés passez din vo molinette. Vlò pour chés gorzeuilles.

Din in.ne tchote castrole, o foaisez un roux avuc in.ne tchuillérée d’frain.ne pi in.ne eute éd beurre. Quanq vo roux il est bien roux, mais point d’trop, qu’il o prins in.ne boin.ne couleur, os rtirez l’castrole d’éch fu pi os rajoutez vo purée d’gorzeuilles blettes. Touillez pi ratatouillez toute. Os goûterez pour savoér siq i feut rmette un molé d’sé ou d’poéve. I n’resse pu qu’à mette chés pichons din un plot, qu’à verser l’seuce édsu pi à vous rapapiner.
Boin appétit, Karoline !


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/06/02

TCHÉCHE ?

Y avoait un momint qu’j’avoais l’invie d’nin pèrler, pi vlò qu’tchéqu’un i ll’o foait à m’plache, pi bien foait coére. Ch’est un tchot poinme, un rime conme al dit chetlò qu’al l’o écrit. Al est d’Nibeu, Édwige FONTAINE. Siq os n’con.naissez point , os allez découvrir éch pèrler d’éch Vimeu. Est spécial ! I n’di'té point rbéyez, mais rbeyeu. Ch’est point i y o ch’est i y eu, pi coére ch’étouot in plache éd ch’étoait, là-beus pour là-bos mais os alleu vir, o s’y foait, pi surtoute o comprind fin bien toute.
Ch’est avuc él permission d’éch Lanchron pi in avant-premiére d’éch liméro 87 qu’i s’in vo s’dessatcher din in.ne cope éd jours.

Boin rime avuc Édwige FONTAINE :

Tchéche ?

Fil à mesure qu’éj viusis
J’éne n’comprinds rien à rien.
J’érbée autour éd mi
Pi j’pinse : "A n’a mie d’sin !"

Rbéyeu chés bétes : janmoais
O n’zés voéreu in djerre.
Diseu mé cmint qu’a s’foait
Qu’i y eu qu’chés honmes à l’foaire ?

Chés honmes interligints
Asteux, civilisès,
I leu bat'te conme des tchiens
Dpi des chintaines d’énnèes.

O dit chés leus mawais
Aveuc leus dints pointus,
Mais i n’ont mie d’armèes
Point d’bombes pi point d’obus.

Chés honmes intérligints
I vinde'té des fusils
A foait guégneu d’l’érgint
Dsu l’dos d’chés paures martyrs.

Béyeu in Palestine
Béyeu in Afghanie,
A foait eune rude tchuisine,
Pi a n’est point fini !

A n’étouot point asseu :
Ch’Présidint d’Amérique
I vorouot invoéyeu
des pieutes bombes atomiques.

Contré chés terroristes
Din chés poéyis là-beus,
A foait qu’chés islamistes
I vont coére rintintcheu

Quante tertous o srons morts
À cœuse éd leu z-ouvrage…
Tchéche qu’éra tè pu fort ?
Tchéche qu’éra tè pu sage ?

Édwige FONTAINE (80, Nibeu. Vimeu) in mar 2002


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/06/02

Y O PU D’PAULETTE !

Os vous ramintuvez pétête éd min tchuin d’ziu d’éch preume d’avri 2001 ? ch’étoait l’histoére d’in.ne gin qu’i s’mettoait à l’plache d’éch mort qu’il étoait in route à veiller ; tout cho pour foaire in.ne boin.ne niche à sin copain. Bié seur ch’étoait des carabistouilles, des contes à Robert Mon Onque !

Eh bin, éll ésmain.ne passée, din no poéyis, os vnons d’con.noaîte miux, chonq foés miux ! Pi lò ch’est point des craques. Os pouvez dmander à n’importé tchéche, i vous l’diro, ch’est l’vérité vraie !

Fidjurez-vous qu’Paulette, cho foaisoait in boin momint qu’al avoait à rfoaire, y avoait djò in.ne cope éd moés qu’al étoait pèrtie à l’clinique, quanq al o dmandé à rintrer à s’moaison. Al sintoait qu’ch’étoait la fin, pi al vouloait moérir din s’moaison, din sin poéyis, l’paure fenme  !

Alphonse ésn honme il o don foait tout ch’qu’i falloait pour éq Paulette al finiche és vie din sin lit à elle, éq ch’étoait l’sien.ne à li étou, tout du moins qu’il avoait té l’sien.ne. Pasqu’él nuit-lò, Alphonse il l’o passé din ch’cadot.

Él lin.nemain au matin, quanq no boulindjére al o passé… Os l’con.naissez, j’vous nn ai djò pèrlé, ch’est elle qu’al foait signer des pétitions pour éch picard. Des foés jé m’dis qu’os ons rudemint d’él chance, nous eutes. Non contint d’nous apporter no pain à no porte, no boulindjére al défind no picard !

Adon, l’lin.nemain, conme tous sz eutes jours, él boulindjére al o arté s’voéture à l’porte Alphonse, pi il est sorti pour acater s’badjette. Al i o dmandé des nouvelles éd Paulette. Forchémint, tout l’mon.ne i lé savoait qu’al étoait à leu moaison.
Alorss Alphonse i i o répondu : « y o pu d’Paulette ! »

In.ne énemie heure pèr aprés tout ch’village il étoait au courant : y avoait pu d’Paulette !

Ch’est conme cho qu’édvant qu’midi n’fuche son.né, atcheune leu tour, chés fenmes il ont té rinde in.ne darin.ne visite à Paulette édsu sin lit d’mort. In preume, Toénette, qu’al habite jusse in face, pi Lydie éq ch’est leu voésin.ne, pi coére Josette éq ch’étoait s’tchote cousin.ne pèr alliance, pi pour finir Germain.ne éq ch’étoait rien du toute mais qu’al n’éroait point mantché cho pour in.ne vaque d’or. Tous les chonq, qu’éj vous dis !

In rintrant din l’cambe i leus attindoai'te à trouvoér deux candeillers pi in.ne branque éd boémni din in.ne gatte d’ieu bénite. Wate ! point du toute, Paulette al étoait afistolée d’tout un atrintchillage éd fils et pi d’tuyeux, al hansoait un molé, a n’avoait pétête pu bien s’tête, mais a n’étoait point morte, point morte du toute ! Tertoutes i nn ont té estomatchées, éd quoé nn avoér un cœup d’sang !

Troés jours pu tèrd, os l’ons conduit à no tchote chinmetiére, no Paulette. Éch cœup-chi, al étoait vraimint morte. Alphonse il avoait fini pèr avoér raison, i y avoait pu d’Paulette !


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/07/02

ÉL FEUTE À TCHÉCHE ?

Os n’allez point m’croère, mais lò ch’est vraimint point d’ém feute ! Tout il étoait fin prêt, il étoait pétête din les dix heures du soér quanq éj vos pour lancher mn affoaire édsu ch’site éd chés Diseux. Bé cré nom-dé-zeu quoé qu’ch’est qu’i s’passe, vlò in.ne voéx qu’al sorte dé mn ordinateur pi qu’a m’dit :
« Os avez coési un eute opérateur éq France-Télécom, bé tant piss pour vous siq a n’mèrché point, os n-avez qu’à vous in prinde à vous-minme, mi jé n’pux rien foaire pour vous !… »

Ch’étoait in.ne belle tchoté voéx, asseuré qu’éch tchot botteron qu’i y avoait à l’eute bout d’éch fil il étoait fin rétu pi point malindurant pour deux sous. J’ai acouté sin message in.ne énemie douzain.ne éd foés :
« Os avez coési un eute opérateur… »
Au bout d’un momint, j’i ai dit tout d’minme éq jé l’savoais, qu’al mé l’avoait djò dit, wate
« Os avez coési un eute opérateur… »
N’y avoait rien à foaire, point moéyin d’sé nin décheper.
Ch’o duré tout l’soérée conme cho, jé nn étoais réïu
« Os avez coési un eute opérateur… »

À l’fin des fins, j’ai té m’coutcher sans avoér pu rintrer dsu chl’intèrnéte éd brin. Pi ch’est conme cho qu’ém vlò in.nhui, qu’il est chonq heures du matin, éj sus pa dvant min bastringue, ch’est-ti des heures éd chrétien ? Pi du cœup m’vlò in route à foaire un eute tchuin d’ziu, chtichi qu’j’avoais ahansé hier au soér os ll’érez un eute cœup…

Pasqué jé n’sais point siq os êtes conme mi, mais mi, quanq i y o tchéque cose qu’i n’vo point, tchéque cose qu’i m’trute, éq cha n’torné point rond, i feut qu’jé l’diche, est pu fort éq mi i feut qu’cha sorche. A m’foait du bien, pèr aprés a vo granmint miux, os n’pouvez point savoér conme jé m’sins miux. Un boin "tchuin d’ziu", cho veut in.ne visite mon ch’métecin !

Ch’est conme o qu’os avez yeu droét à Météo France. Cho ch’étoait in.ne rude idée, él page al est tours lò, pi j’né ll’inléveroais point pour in.ne vaque d’or, ch’est lò qu’i y o l’pu d’mon.ne qu’i vient pour vir no prévisions à chonq jours. Y o yeu étou Total-Fina avuc l’Erika, pi in.ne cope éd foés France-Télécom bié seur ! Ch’est eux qu’il ont ch’pompon. Pi ch’qu’y o d’pu fort, ch’est qu’o n’put point y écaper, pour avoér du téléphon.ne i feut nin passer pèr France-Télécom. Ch’est un molé conme siq os sroème din ch’train. O put coésir sin wagon, mais point l’locomotive qu’al lé traîn.ne  !

Os n’pinsez point qu’o z-éroait pu foaire eute cose ? Éj sais-ti, mi ? maginons un molé : chés atrintchillages i rest'te à l’État qu’i sz’intertient bien conme i feut pi qu’i szés loue à chés opérateurs. Point d’passe-droét, tout l’mon.ne du minme pèrel, os vous abon.nez à chtilòl qu’os voulez. O put reuver, nan ?

Nan :
« Os avez coési un eute opérateur !… »


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/07/02

AÏUDE !

Éne croéyez point qu’éj min vos vous dviser d’éch l’attintat conte Chirac. I n’veut miux point. Éj pourroais récompèrer : deux ans d’prison avuc sursis pour éch cadoreux qu’il o escoffié un éfant d’un cœup d’pistolet din s’tcheuette, in légitime définche ; pi l’prison à perpéte pour ch’paure dessinsé qu’il o mantché sin cœup. Rmèrtchez, y o in.ne cope éd siéques, Damien in seize chint chinquante sept, il o té quèrtelé pour un cœup d’canif à Louis Tchinze. Mi, j’éroais té dsu chu cmin d’éch défilé d’quatore juhiet, éj m’éroais sintu étou in légitime définche !

Bié seur éj pourroais pèrler d’chés jux d’quatore juhiet éd min jon.ne temps, él course au sac, pi tout cho… A sro pour l’énnée tchi vient, à mesure !…

Nan ! In.nhui, os ons dzoin d’aïude, i feut qu’os vnèche nous écorer. Éj sus seur éq d’autchuns i peu'té nous tirer d’affoaire. I feut tracher din vo guernier, din vos viéseries, din vos réderies !

Vlò ch’qu’i nn est ! Fidjurez-vous qu’j’ai déteupé in.ne vielle binde magnétique avuc des canchons dsu. Des canchons picardes, d’édvant la djerre. Él binde al avoait té foaite din les énnées soéxante, avuc tchéques soéxante-dix-huit tours inregistrés in dix-neu chint trente-deux pi récapés d’él djerre éd quèrante.

Vlò ch’qu’i y o d’récou :
Pa driére San Leu, Palmyre, l’pére Angot, l’boin poéyisan, ch’franc picard, l’tripe éd vaque, chl’érignie, ch’pistolet.

Pi vlò ch’qu’i feut coére értrouvoér :
A l’veille, él voéture à quiens, in rvnant d’chez Barnum, él rue d’l’andouille, él ratatouille, échl’anguille, ch’baptéme éd Nicodème, vlò Grand-Mére à Poussières, canchon d’Noél, su l’calypète, mon diu qu’chés fenmes ch’est des lapides.

Tout cho ch’est ch’qué LEPAC il avoait inregistré in 1932, pi qu’o pouvoait coére acater in 1942, à mesure, à mon Lantez, au 25 éd l’Allée Conmerciale, Anmiens. J’dis tout cho, mais tchéche qu’i sait coére au reingne d’in.nhui éch qué ch’étoait qué ll’Allée Conmerciale, pi adoù qu’al s’étnoait din Anmiens ?

Bref, ch’qu’os trachons ch’est chés disques à Lepac (in.ne gin qu’i s’appeloait Capel, Lepac ch’étoait sin surpitchet). Siq os nn avez, os nous foaisez singne, pour qu’os szés rcopionche. À mn avis, a pourroait foaire un boin CD pour chetlò qu’i z-ainme'té bien rbatte ész hotons.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/08/02

A N’CANGERO MIE JANMOAIS !

Cho y est, José Bové il est déhiors. Aprés tchéques ésmain.nes éd prison. Chetlò qu’il ont berzillé ch’cabinet éd Dominique Voynet, il y sont-ti in prison ? pi les ceusses qu’il ont peloté d’cailleux ch’député d’Adville ?

Cho m’ramintuve in.ne histoére qu’i s’a passé y o in.ne trentain.ne d’énnées. D’éch temps-lò, éj m’otchupoait d’in.ne achuchon qu’al vouloait définde chés produits naturels pi sans drogue éd toute sorte conme chés tchultivateurs d’in.nhui i met'te din chés camps pi coére din chés mingeoéres. A s’appeloait l’A.C.A.N.B. pi tous lz ans os organisoème in.ne fête avuc chés producteurs pi avuc d’él musique. A s’passoait un cœup d’un côté, un cœup d’l’eute, des foés din in.ne pâture, des foés dsu in.ne plache éd village. Mais ch’étoait tours din l’verdure, ch’est pour cho qu’os avoème nonmé cho Biologie Sur l’Herbe. Jé n’sais point siq os avez con.nu cho, mais j’pux vous dire qu’a ratiroait du mon.ne !

Pi os foaisoème d’él réclame avuc des affiches qu’o papinoait dsu des cartons. Pi os alloème ahotcher chés cartons dsu chés potieux d’EDF ou din chés abes à l’intrée d’chés villages. Conme os étoème putôt d’èrgint-court, chés affiches os szés fabritchoème nous-minmes, in sérigraphie coére ! ch’étoait point d’él gnognote !

Bié seur, pi qu’os nous battoème pour no z-inviron.nemint, él fête finite, conme des boins écologisses qu’os étoème, os alloème coper chés fichelles pi récourre chés cartons. I servoai'te minme pusieurs énnées d’suite avuc à chaque cœup dz eutes affiches pi d’él corde à feutcheuse tout neuve.

Éll énnée-lò Biologie Sur l’Herbe a s’étnoait à Prouville, pi conme tous lz ans, os avoème pèrtagé chés affiches intér tous chetlò qu’i vouloai'té bien leu nn otchuper. Quoé qu’ch’est qu’i m’o prins d’nin don.ner deux troés à min fiu ? Éch polisson-lò i n’o rien trouvé d’miux qué d’éne ahotcher in.ne jusse pèr in dsous d’un stop à l’intrée d’Villers-Bocage.

A n’o point mantché, tchéques jours pèr aprés j’ai té convotché à l’gindèrmerie d’Anmiens. I m’ont montré ch’rapport éd chés cadoreux d’Villers. Y avoait minme in.ne affiche éd dessinée avu des crayons d’couleur. D’éch temps-lò i n’avoai'té mie coére d’appareil photo. Ah! ch’dessin n’étoait point si bieu qu’no z-affiche, o z-éroait dit qu’avoait té foait pèr un éfant d’troés-quate énnées. Probabe éq ch’étoait un gindèrme Rousseau, conme éch douanier ?

Pi d’lò, l’affoaire al o sui sin cmin, six moés pu tèrd, j’étoais dvant ch’tribunal. J’ém sus foait rmonté mes bertelles pèr in.ne juge, disant qu’ch’étoait hontabe éd t-ête un irresponsabe éd la sorte, éq chés automobilisses i n’pinsoai'te qu’a rbéyer mn affiche, pi qu’i grilloai'té chu stop rapport à cho !…

J’ai yeu bieu li dire qu’os n’étoème point tout seu, éq tout l’mon.ne i foaisoait pèrel. Prindons siq os voulez él foére-esposition d’Picardie… Éj n’ai point yeu l’temps d’aller pu loin, jé m’sus foait atuire conme un jon.ne nivelet, pi os ons té condan.né à in.ne aminde éd troés chints francs.

Tchéque moés pèr aprés, durant chés élections chés panneaux d’cirtchulation il ont té couverts d’affiches du CNJA, pi l-ont té bèrbouillés pèr chés nazillons d’Orde Nouvieu – éq ch’étoait chu Front d’éch temps-lò. Os avez-ti intindu pèrler d’aminde ou bin d’condan.nations ?


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/08/02

BOIN AN.NIVERSAIRE

In.nhui ch’est un an.niversaire, quoé qu’éj dis, ch’est coére miux, ch’est deux an.niversaires él minme jour ! Un preume, min ptchot frére il o ses âges. Os savez bien, chti qu’i vit au Paradjuay pi qu’i né l’sait point ! Est vrai dé vrai, quanq il o ch’cœup d’cerfeuil, i n’arrête point d’nous bassiner avuc ses tchinze énnées d’Afrique… Quanq o pinse qu’i n’y o janmoais mis les pieds, in Afrique, pi qu’cho foait passé trente énnées qu’il est in Amérique du Sud !…

Quoé qu’os voulez, achteure i n’cangero pu, il est conme cho, pi l-o tours té conme cho. Jé l’érvoés coére, un cœup qu’nos voésins l’avoai'te té cambriolés. In passant jusse édvant chés cadoreux, vlò qu’i dit à min pére :
« Hein, apa, os intindoème bien chés voleux, pèr nuit ! »
Bié seur, a n’étoait mie vrai, tout l’mon.ne i dormoait conme un seul honme, os n’avoème mie rien intindu du toute ! Il o follu asplitcher à chés cadoreux qu’un éfant d’chonq ans a put mintir pi raconter des contes à Robert-mon-onque tout aussi bien qu’un viu gin. Pi a n’o point té aisié !

Pour finir, il éro passé pu d’él mitan d’és vie à poser des tuyeux d’ieu. Mais soin ! point des tuyeux gros conme min tchot ditelet, nan, des conduites qu’os pourroète vous tnir édbout ndin. Pi chés robinets, i feut t-ête à deux troés pour észés torner !

Achteure qu’i réde éd vaques, eh bin, ch’est du pèrel au minme ! Ch’est point qu’i veuche péter pu heut qu’il o sin tchul, mais i n’o point l’sin d’la mesure. Cho foait qu’il o des pâtures éd pusieurs chintain.nes d’hectares, pi des milles et des milles éd vaques… Coére heureux qu’i n’feut point szés traire !

Ch’est pour tout cho éq jé l’ainme bien, min ptchot frére, pi qu’éj li foais des gros bés pi qu’éj li souhaite un boin an.niversaire.

Pi l’eute d’an.niversaire, qu’os direz ? Bé, os dvroète bien l’savoér vous eutes, vous qu’os êtes lò à m’atuire quanq i n-y o un dmi-jour d’értèrd ! Ch’est ch’tchuin d’ziu qu’il ses âges li étou : éch premier il o té lanché dsu l’toéle éch seize d’ahoute dix-neu chint quatré-vingt dix huit.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/09/02

PERMIS D’BERZILLER

Jusse in face no moaison, i y o in.ne piéche éd terre… nan, j’ém berlure, y avoait in.ne piéche éd terre ! Durant dz énnées al o servi d’corti à Mantine, no cabèretiére. És file, Jeanine, al vouloait péter pu heut qu’sin tchul. Ch’est pour cho qu’al n’o janmoais déteupé tchéqu’un d’bien assez pour él mèrier.

Quanq Mantine al est pèrtie à ch’camp d’soéle, i n’étoait mie tchestion qu’Jeanine al continuche à foaire pousser des lédjeumes din leu corti. Ch’est conme cho qu’ch’est dévnu in.ne pelouse arborée, conme i di'té din chés aginces mobillères. Quanq Jeanine al o té in rtraite, al o litchidé toute, és moaison pi ch’corti pour és n-aller din l’sud. Elle qu’al avoait djò in.ne pieu réque conme du papier d’limerie, jé n’sais point cmint qu’al put incorser ch’solé d’Montpellier…

Tours est-ti qu’éch corti l’o té vindu conme terrain à bâtir. Pi quoé qu’ch’est qu’o foait dsu in terrain à bâtir, éj vous lé dmande ? Bé os ll’avez dviné, o bâtit ! Du cœup, pour nous, i n’étoait pu tchestion d’érbéyer no tchote chinmetiére din chés rayons d’éch solé in route à s’coutcher. Lò, intér deux n-y avoait un bieu pavillon, conme o nin voét din chés jornals éd réclame pour chés moaisons Félix. Heureusemint, jusse pa dvant no ferniête, i nin restoait in.ne flépe d’éch corti, un morcieu d’à peu prés vingt-chonq vergues tout d’bistintchuin. Deux cherisiers quasimint chintenaires pi des peumiers, pi des pron.niers. Jé m’ramintuve éd chés pron.nes Monsieu, ch’étoait un régal ! Qué les panchies qu’os ons pu nin prinde !

Mais Madame a n’s’y a point plé din sin pavillon Félix. L’o té rvindu rondébilis. Pi racaté pèr un manchon. Li, i n’y o point té pèr quate écmins. Chés tronchon.noéres il ont tronchon.né, chés pelleteuses il ont pellé, chés toupions à béton il ont béton.né, pi vlò. Éch’tchot bout d’gardin tout d’berlong l’est in route à dévnir un bieu hanguèr in tôle, in forme éd triangue. Un triangue éd chinquante métes éd roéyon – jé n’sais point siq os avez rmèrtché, ch’est conme cho achteure, chés triangues il ont des roéyons, tout conme chés reues d’bicyclettes, i ll’ont dit din ch’poste.

Pu d’bigarrieux ni d’pron.nes Monsieu, du busin plein nos érelles, des flairinées d’mazout plein nos treus d’nez pi d’él tôle ondulée plein nos ziux. Qu’o z-est-ti bien à la campagne !


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/09/02

J’AI RPRINS DEUX FOÉS DES MOUILLES

L'énnée passée, ch’jour du onze sectimbe, jé m'ramintuve, j’ai acouté in.ne cassette éd Pierre Desproges, et pi au soér, à tabe, j’ai rprins deux foés des mouilles.

Jé n’sais point siq os êtes conme mi, mais, pour mi, chu onze éd sectimbe ch’est un méchant an.niversaire. Tant d’gins qu’i z-ont défuncté et pi tant d’berzillage. Jé rvoés l’feumée, ch’temps i nn est tout grimouché, j’intinds coére éch busin, toute il est coére din mes ziux pi din mes érelles.

Édz attintats pèrels conte in.ne démocratie, os nn avoait djò vu, mais des conme cho ch’étoait bien l’premiére foés ! Ah ! ch’étoait bien prépèré, réglé conme du papier à musique ! Toute il o té foait in moins dé rien, su l’cœup d’neuv heures d’édvant non.ne. In.ne belle organisation qu’o pourroait dire, siq éch résultat i n’avoait point té si horribe !

Tout un poéyis estomatché pèr chl’événemint, aboli, démasinglé, trondelé, mort édbout. Él misére éd chés gins qu’i trache'té leus pèrints. Chellòl ch’est sn honme, chtilòl sin fiu, in.ne eute sin frére et pi qu’i n’sai'té point siq i sont morts o bin vivants. O voét din leus ziux qu’il éront tours in.ne affolure qu’a n’djériro janmoais pi qu’al restero muchée din ch’fin fond d’leu tchœur tout du long d’leu vie.

Ch’pu pire, ch’est qu’o z-o bieu dire, o n’put point foaire grand cose conte in.ne affoaire pèrelle. In.ne foés qu’éch mau l-est foait, o n’y put pu rien. Bié seur, os put tours apporter d’l’aïude, mais o s’dit qu’ch’étoait avant qu’il éroait follu foaire tchéque cose. Siq y o des gins mawais assez pour foaire édz affreusetés pèrelles, ch’est un molé d’él feute à tout l’mon.ne. Ch’est qu’o sz o point milés d’prés assez. Qu’o sz o laissié foaire ch’qu’il avoai'te invie d’foaire. Alorss il ont foait à leu mode, conme édz affreux assasineux qu’i sont !

Cho foait achteure vingt-neuv ans éq pèr un onze éd sectimbe dix-neu chint soéxante-treize, chés mirlitaires il ont prins ch’pouvoér au Chili et pi suicidé ch’présidint Allende. Tout cho avuc l’aïude, l’bénédiction et pi chl’èrgint d’chés États-Unis. I y o yeu pu d’trente mille morts.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/10/02

CH’TREU D’SERRULE

I n’est point din mes habitudes éd foaire des orémus quanq chés gins il ont défuncté. I y in o dz’eutes éq mi qu’i lé foai'te bien miux qu’jé n’pourroais janmoais l’foaire. Mais ch’cœup-chi, j’ai l’invie d’vous dviser éd Christian ch’Gardinier. Cho foait pu d’in.ne énnée qu’i nous o tchitté. Pi lò doù qu’il est, asseuré qu’i s’otchupe éd chés Vignes du Seingneur à Georges Brassens !

Éd sin vivant, il étoait quasimint min voésin, vu qu’il habitoait Bovelles, éq ch’est à deux tchilométes éd Ferriéres. Ch’est qu’os nous voéyoème pu d’un cœup mi pi li ! I vnoait gardiner à Ferriéres, pi chés fleurs qu’il o planté o pu coére észés vir in.nhui. Os nous rincontroème étou din chés studios d’él radio durant qu’os foaisoème édz émissions in picard insen.ne.

Ch’est li qu’i cantoait d’bistinbout l’messe éd minuit tous lz ans din ll’église éd Bovelles. I n’mantchoait point d’répertoére, i cantoait étou chl’èrignie, ch’pistolet, pi tous chés canchons d’Émmanuel Bourgeoés… point à l’église, bié seur ! Éch darin cœup éq jé ll’ai intindu canté tout cho, ch’étoait à ch’Festival éd chés Wépes, l’énnée passée.

Pi ch’est qu’i nn avoait foait des verlées, éch ferlampier-lò ! Un soér qu’il étoait rintré un molé brindezingue, i s’étoait mis din l’idée éd greffer un poérier Louisebonne édsu sin Ficus Elastica. Apré Christian, i reuvoait d’avoér des poéres in caïoutchouc ! I nin braiyoait d’rire in mé l’racontant, mais cho i étoait-ti vraimint arrivé ? Ch’est qu’ch’étoait un rude cratcheu !

In.ne foés qu’il étoait lanché à dire des contes, n’y avoait pu moéyin dé ll’arter. Pi ch’étoait coére souvint qu’i s’mettoait li minme in scéne, conme din l’histoére-lò :

Un soér éq j’avoais coére éch cœup d’cerfeuil, in rintrant su les troés heures du matin, éj m’ai inchepé din chés poubelles, j’ai foait un busin du diabe et pi rinveillé tout ch’poéyis. Ém voésin.ne, qu’a n’o janmoais pu m’incorser, al s’a mis à m’atuire du heut dé sn éfnête éd cambe :

« Spéce éd viu dégoûtant, ébriaque, pot à goutte, t’es coére seu conme troés polonais ! Pi t’os coére pardu t’clé, à mesure ?
— Ah bé nan ! Ch’est point m’clé qu’jé n’trouve point, cho sroait putôt ch’treu d’él serrule !… »

Et pi vous eutes, os éroète-ti seu l’rouvrir, él porte à ch’Christian ? Os avez-ti djò assayé ? I nn’est qu’éd mette él clé din l’serrule.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/10/02

UN CHINT D’TCHUINS D’ZIU

15/08/1998 : éch tchuin d’ziu d’éch baroumoaite  01/09/1998 : i y o point d’tchutchute…  15/09/1998 : chu site nouvieu l’est arrivé  01/10/1998 : éch croécoui  15/10/1998 : à in.ne tchote file qu’al vient d’naite du côté d’Soéssons  01/11/1998 : cmint foaire édz écononmies 15/11/1998 : picard ou bien français ?  01/12/1998 : ch’EST-tI qu’intèrnéte a sroait dingéreux ?  15/12/1998 : un diminche d’aprés-eut  01/01/1999 : él pourdéne à l’goutte
 16/01/1999 : éj sus t-in rtèrd  01/02/1999 : min téléphon.ne i boaisse  16/02/1999 : i n’s’a rien passé  01/03/1999 : éch site contaminé  16/03/1999 : point d’sous point d’tripes  01/04/1999 : otchupé !  16/04/1999 : point si vite…  01/05/1999 : éspécial diries  16/05/1999 : y o coére à foaire  01/06/1999 : tout le mon.ne i con.noaît Tchotchote
 16/06/1999 : contint  01/07/1999 : vos-y Virenque !…  16/07/1999 : vivemint chés vagances !…  01/08/1999 : dix jours d’avanche !  16/08/1999 : qué brin !  01/09/1999 : biétôt l’rintrée des classes  16/09/1999 : un ntchien d’notaire  01/10/1999 : min taïon pi chés malots  16/10/1999 : picard sins frontiére ?  01/11/1999 : éj tate, éj tate..
 16/11/1999 : in.ne goutte éd jus  01/12/1999 : os vous dvisez-ti in picard ?  16/12/1999 : lette à un brocreu  01/01/2000 : un sieu, un rati, in.ne pelle…  16/01/2000 : tout insen.ne  01/02/2000 : béati Augousto  16/02/2000 : éch darin cœup d’fusil  01/03/2000 : cmint qu’a tchairo  16/03/2000 : rachin.nes  01/04/2000 : él baignoére
 16/04/2000 : élçon d’morale  01/05/2000 : chés inuits d’in.nhui  16/05/2000 : éjvousainme  01/06/2000 : toute i boaisse  16/06/2000 : un marister d’édvant la djerre  01/07/2000 : éch darin jour d’école  16/07/2000 : équarisseur éd carité  01/08/2000 : siq a monte, a n’deschind point  16/08/2000 : l’abbé Garbe, tchuré d’avant-garde  01/09/2000 : chés fous d’Ary
 16/09/2000 : a sec éd boin sins  01/10/2000 : rétoérs d’aprés-eut  16/10/2000 : Donmice, ermite d’Hubue  01/11/2000 : o n’sait mie quanq o n’sait point  16/11/2000 : tchéche qu’il est dessinsé ?  01/12/2000 : j’ainme point m’foaire érbiteler  16/12/2000 : o n’put mie savoér toute  01/01/2001 : d'où qu’i sont chés neiges éd din l’temps  16/01/2001 : merci Bernard  01/02/2001 : éch bouton noér
 16/02/2001 : intervue avu un minisse  01/03/2001 : soin, os sonmes casvels  16/03/2001 : pèrle à min tchul, ém tête al est malade  01/04/2001 : un rude pichon d’avri  16/04/2001 : coére bien !  01/05/2001 : prévisions à tchinze jours  16/05/2001 : in.ne drôle éd famille  01/06/2001 : ch’est nouvieu, cho vo sortir…  16/06/2001 : chatchun sin brin  01/07/2001 : éch marister éd Creuse
 16/07/2001 : estchusez-mé d’t-ête in rtèrd  01/08/2001 : n’in disons point d’mau, Camille !  16/08/2001 : cho nn est bien d’chés fenmes  01/09/2001 : chés surpitchets  16/09/2001 : quanq o raque in l’air…  01/10/2001 : i feut qu’j’asplique !  16/10/2001 : quèrante énnées  01/11/2001 : avis à tertous  16/11/2001 : tchéche qu’il o prins m’plache ?  01/12/2001 : chés peintures éd din l’temps
 16/12/2001 : qué misére !  01/01/2002 : un interremint d’quèrante sous  16/01/2002 : un éfant d’la djerre  01/02/2002 : rapport à quoé qu’éj sus lò ?  16/02/2002 : éch cheik sans provision  01/03/2002 : vin coutché, chide édbout  16/03/2002 : point d’porte à l’porte  01/04/2002 : y o pu d’abon.né à ch’liméro qu’os avez dmandé  16/04/2002 : coére un cœup d’passé  01/05/2002 : jé m’tâte
 16/05/2002 : rchette éd tchuisine  01/06/2002 : tchéche ?  16/06/2002 : y o pu d’Paulette  02/07/2002 : él feute à tchéche ?  16/07/2002 : aïude !  01/08/2002 : a n’cangero mie janmoais  16/08/2002 : boin an.niversaire  01/09/2002 : permis d’berziller  16/09/2002 : j’ai rprins deux foés des mouilles  01/10/2002 : ch’treu d’serrule

[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/11/02

Tchestion à Monsieu Sarkozy

J’avoais l’idée d’foaire min tchuin d’ziu d’in.nhui dsu allo-wigne, mais cho sro pour ch’prochain cœup, ou bin pour l'énnée tchi vient.

Tout cho ch’est rapport à m’tchote file qu’al est in CM2 pi qu’al m’o invoéyé un méle. I s’intitule « blème d'ortograf ». Ch’est pour chés sonmations qu’chés cadoreux i foai'te édvant d’tirer sur chés vastépluques qu’i prinde'te in flagrant délit.

Mi d’min temps, quanq j’ai foait min congé jé m’ramintuve éq ch’étoait :
« Halte-là… Halte-là, tchi vive ?… Halte-là ou j’foais fu ! »
ch’est don ch’qué j’i ai répondu.

Cho l’o bien foait rire, ém tchote file. Al m’o don.né un molé puss d’asplitchations :
Achteure, éch n’est pu cho du toute qu’i di'te, a ll’o intindu durant chl’mission d’télé Zone Interdite éd diminche passé. In.ne émission dsur chés cadoreux. Pi conme al doét nin pèrler din un dvoér éq sin marister i y o don.né à foaire, al voudroait bien savoér quoé qu’ch’est qu’i nn est.

Pour in.ne tchestion d'orthographe, éj pinsoais m’adrécher à Monsieu Ferry (Luc, point Jules bié seur), pi à l’fin des fins jé m’sus dit qu’chés instructions qu’o don.ne à chés cadoreux, cho n’o point grand cose à vir avuc l’Instruction Publique. I n’y o point miux plaché qu’no minisse éd l’Intérieur pour észés con.noaîte, chés fanmeuses sonmations.

Alorss, évlò, Monsieu Sarkozy, ch’est pour un accord éd pèrticipe passé. Cho tours té m’bête noérte, chés saprés pèrticipes passés ! Chés deux premiéres sonmations n’y o point d’histoére :
« Tu bouges point…
Feumier, tu bouges point ! 
»

Mais pour él troésienme, lò cho s’complique ! Pi conme, Monsieu l’Minisse, os n’êtes pétête point duit à lire du picard, éj m’in vos l’laissier in boin français et pi vous mette chés deux versions :
La ndin, éch pèrticipe passé (et pi passif !) o doét-ti ll’accorder avuc éch sujet – mawais, forchémint –, ou bin avuc és mére ?
« Enculé de ta mère, tu bouges pas ! »
« Enculée de ta mère, tu bouges pas ! »

Chu dvoér d’ém tchote file l’est à rinde lundi dervant-non.ne, os n’avez qu’a m’rinvoéyer m’lette in wardant l’boin.ne réponse et pi in biffant l’eute…


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/11/02

NO CAMPAINGNE ÉD CHIDE

Nous eutes, à no moaison, os buvons du chide. Point un tchot cœup in passant, os buvons du chide à tabe, troés chint soéxante chonq jours pèr an. Os pinsez bien qu’ch’est point du chide éd supermèrtché, ch’est du chide qu’os foaisons nous-minmes. Pi dvant d’foaire éch chide i feut ramasser chés pinmes. Ch’est in.ne rude affoaire qu’éd ramasser deux ton.nes éd pinmes. Quanq os ons fini, l’tchaîn.ne éd no dos al est un molé doreuse. Mais, dvant d’écmincher l’fabritchation, os ons l’temps d’nous rmette vu qu’i feut laissier parer chés pinmes in.ne cope d’ésmain.nes.

Durant qu’chés pinmes i pare'te, os ons d’quoé foaire qua-minme ; i feut s’otchuper d’éch matériel, nettier ch’grugeoér et pi ch’pressoér, érlaver chés ton.nieux pi rneiller chetlò qu’i sont éclillés. Des foés cho put prinde pu d’huit jours édvant qu’i fuche'te rmis à foait. Ch’est pour cho qu’i feut s’y prinde d’avanche. Quanq chés bèris i n’sont pu fouiyèrds, o brûle énedin in.ne méche éd soufre pour észés désinvrimer.

Quanq tout il est fin prêt, os pouvons inroéyer. Din chés pinmes i n-y in o des porrites, ch’est point d’trop grave, cho put coére passer, mais i feut détrier chetlò qu’i sont musies, sans cho no chide il éro l’goût d’muterné. No grugeoér il est étchipé d’un moteur alectrique, os n’ons don pu dzoin d’él torner à l’main conme din l’temps. Fil à mesure éq chés pinmes i sont grugées o szés met din ch’pressoér dusqu’à ch’qu’i fuche badjé à foait.

Quanq éch pressoér il est plein, o z-attind un molé pour laissier couler l’mére goutte : ch’est ch’jus qu’i coule dvant qu’o z-euche pressé chés pinmes. Él mére goutte, os llé wardons à pèrt. Ch’est avuc cho qu’os frons nous chide des diminches. Din six smain.nes os l’mettrons in boutelles din des champeunoéses avuc un muselet in fi-d’fer pour rétnir éch bouchon in liége.

Aprés qu’os ons récoué l’mére goutte, os installons chés blots pi os cminchons à serrer. Ch’est un systinme complitché qu’i foait torner l’vis d’éch pressoér. Avuc cho o z-o in.ne forche du diabe, i feut minme foaire intintion pour éne point dislotcher ch’matériel. Éd tous sins, i n’feut point serrer d’trop vite sans cho ch’jus i reste blotché din chés pinmes. O diroait qu’j’intinds coére min grand-pére : « Duchemint fiu, duchemint ! tu t’in vos ll’étran.ner !…  »

No pressoér i tient deux chint chinquante tchilos d’pinmes. Cho nous foait don huit pressées pour évnir à bout d’nos deux ton.nes. Conme os vnons d’mette in route pi qu’os foaisons in.ne pressée tous les deux jours, os voéyez qu’os nn ons dusqu’à ch’début déchimbe. J’érai don l’temps, à ch’prochain tchuin d’ziu d’vous nin dire un molé d’puss sur mes ramintuveries d’éfant quanq qu’éch chide ch’étoait min grand-pére qu’i lé foaisoait…

Pour l’heure, feut qu’éj ratorne din no forni, él pressée al n’attind point !


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

01/12/02

ÉCH BAPTÉME D’ÉCH CHIDE

Éj pouvoais avoér din les troés quatre ans quanq j’ai té vir pou l’premiére foés min grand-pére in route à foaire sin chide. Pi cho m’o foait un rude effet.

Est vrai qu’min grand-pére i foaisoait sin chide din s’cave. In.ne belle tchote cave voûtée avuc énedin tchéques bèris, éch grugeoér et pi ch’pressoér. Un pressoér qu’i tnoait deux chint chinquante tchilos d’pinmes. Il avoait in.ne tabe carrée. Jé nn’ai pu janmoais vu d’pèrelle.

Os maginez un tchot nasu éd troés ans planté lò jusse in bos d’éch l’escaïer. Ch’étoait point ordinaire. Min pére et pi mn onque, in bros d’écmise, i tornoai'té chés manoéyéles d’éch grugeoér. Ch’étoait à l’brune, éch chide ch’étoait aprés leu jornée d’travail.

Chés pinmes il arrivoai'te direc dé ll’évnelle éd cave din l’trémie d’éch grugeoér pèr un coulotte in bos. Ch’étoait René pi Guy, mes deux cousins, qu’il avoai'te él responsabilité dé chl’approvision.nemint. I détrioai'te chés pinmes à ch’mont qu’i y avoait din l’cour, i rtiroai'té chés porrites pi i vnoai'te atchun leu tour vidier leu sieu plein d’pinmes à ll’évnelle.

Aprés avoér wardé, à l’premiére pressée, un molé d’pur jus pour boère él diminche pi à chés fêtes, i mettoai'te chés pinmes grugées à atrimper din des tchuves avuc éd l’ieu. I szés mettront din ch’pressoér édmain au soér. Conme cho, avuc chint tchilos d’pinmes, o foait chint lites éd chide.

Tchéques énnées pèr aprés, à min tour, j’ai té détrier chés pinmes din l’cour. Min pére i m’don.noait un cœup d’main durant qu’mes cousins, René pi Guy, i tornoai'te éch grugeoér. Émn onque i né vnoait pu, mais min grand-pére il étoait tours lò. Il avoait l’œil à toute, pi person.ne d’eute éq li n’avoait l’droét d’serrer l’vis d’éch pressoér. Ch’étoait in.ne mécanique fin asteuse, à deux vitesses coére ! pour cho, o cangeoait chés deux clenches éd plache pi pour desserrer os szés rtornoait.

Bié seur, os pinsez bien éq tout cho, ch’qué j’mé nin ramintuve, ch’est quanq j’étoais pu grand. D’éch premier cœup qu’éj sus deschindu, j’érvoés surtoute éch pressoér. Durant qu’min pére pi mn onque i gruge'te, él pressée d’él veille al s’égoutte tout duchemint din ch’tchot tchuvieu qu’il est jusse édvant mi. Éd vir éch tchot pipi d’chide, cho agit dsu m’boutife, éj sors d’ém tchulotte min tchot moénié et pi in moins dé rien, vlò ch’chide baptisié. Min grand-pére i risotoait din ses bèrbes. J’étoais sin troésienme tchot-fiu, pi j’étoais ch’troésienme à robiner din sin chide. Él tradition al étoait respectée.


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

16/12/02

QUOÉ COÉSIR ?

Pour éch darin tchuin d’ziu dé ll’énnée-chi, j’pinsoais qu’a sroait vraimint aisié. J’étoais minme putôt imbarraché, jé m’disoais « quoé coésir 

A sro-ti Saddam-Bush, éch mal conte éch bien ! mais cmint savoér, adoù qu’il est ch’mal, adoù qu’il est ch’bien ?

Ou bin chés accidints d’la route… Pour un dsur troés, ch’est d’él feute à chetlò qu’il ont bu un cœup d’trop ! Mais soin, Monsieu Sarkozy, feut aller dusqu’au bout d’vos allégations : cho foait conme cho qu’chetlò qu’i n’boé'té point i sont responsabes éd deux accidints sur troés…. Alorss, boère ou point boère ? D’un côté un mort, éd l’eute deux ?

Éj pourroais vous dviser d’éch gardin d’min voésin d’in face, un gardin qu’il o berzillé pour nin foaire un pèrkinge, o-ti du sins ? Lò ch’est vrai qu’i y éroait à dire. A sro pour un eute cœup !

Éj m’étoais dit étou qu’éj pourroais m’lancher din nos traditions picardes :
Neiges in novimbe, Noé in déchimbe !
Din no famille, conme tous lz ans os n’ons point dérogé, os ons fêté Noé éch quatore éd déchimbe, mon d’ém sœur ! Bon, pi quoé dire éd puss ? Os vourroète point chu mnu à mesure ?

Tout cho ch’est pour dire qu’à l’fin des fins, coésir a n’o point té d’trop durte. Cho m’o prind hier à l’brune, édpu ch’temps-lò, vlò qu’j’ai à rfoaire. Éj nin sus in.nhui à min chonquienme mouchoér, éj n’arrête point d’toussiner, ém paure cawette a m’sen.ne pu grosse qu’un poturon, mes ziux i brai'te, min nez i coule, ch’est pu un nez qu’j’ai, ch’est in.ne fontain.ne…

Éj vous intinds d’ichi, os m’direz qu’cho n’est qu’in.ne inchifernure, éq cho n’o janmoais foait moérir person.ne. Bié seur, bié seur, mais tout d’minme, din l’état qu’éj sus, éj vourroais bien con.noaîte échti qu’i sroait coére capabe éd foaire seulemint un tchuin d’ziu !


[01/01/02] [16/01/02] [01/02/02] [16/02/02] [01/03/02] [16/03/02] [01/04/02] [16/04/02] [01/05/02] [16/05/02] [01/06/02] [16/06/02]
[01/07/02] [16/07/02] [01/08/02] [16/08/02] [01/09/02] [16/09/02] [01/10/02] [16/10/02] [01/11/02] [16/11/02] [01/12/02] [16/12/02]

 Adé

archives 2003 archives de l’année 2001