tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives de l‘année 2000

[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/01/00

UN SIEU, UN RATI, IN.NE PELLE…

un sieu, un rati, in.ne pelle, du brin su t’gamelle
in.ne pelle, un rati, un sieu, du colta dsu chés oésieux
un sieu, in.ne pelle, un rati, merci monsieu Thierry !…

I pèraîtroait qu’din tous chés éstations TOTAL-FINA pi din chés jours qu’i vien'te, pour un plein d’essence, os érons droét, gratiss, à in.ne pelle, ou un sieu ou bé coére un rati ! Eh bé i y o in.ne gin qu’i n’o point attindu cho pour aller vir sur plache quoé qu’ch’est qu’i nn est. In.ne gin qu’i m’o invoéyé, pèr intèrnéte, éch message qu’os allez pouvoér lire jusse pèr in dsous.

In attendir, éj vous souhaite à tertous, in.ne boin.ne fin d’énnée in espérant qu’i n’y o point yeu d’cœup d’malsaveur à vo moaison. Pour un cœup, éj m’in vos foaire él mise à jour in avanche, histoére d’éne point tchair in plein mitan d’éch beugue, o n’sait janmoais !

Rapport à ch’beugue, justémint, chés Diseux il ont mis in plache un site-miloér, des foés qu’no serveur adité i fuche in raque à ch’momint d’éch cangemint d’millénaire. Vlò ll’adréche :
http://ches.diseux.free.fr

Pi dvant laissier l’plache à Magritte, in.ne boin.ne énnée pi in.ne boin.ne santé d’él pèrt éd chés Diseux, et pi d’éch baroumoaite, in.ne heure édvant ch’beugue…

Vlò ch’qu’os ons rchu din no boéte à lettes :

From: m_daras@hotmail.com
To: ches.diseux@free.fr
Subject: tchuin d’ziux horzain
Date: Sun, 26 Dec 1999 22:41:13 +0100
MIME-Version: 1.0
X-Priority: 3 (Normal)
X-MSMail-Priority: Normal
Importance: Normal
Status: U

MES VAGANCES ÉD NOÉ

Éj sus rcrande, réduite, pi tout de minme épénie. Jé l’sins qu’il aflate mes cavieux. À mitan indordelée, jé m’ramintuve

I foait du vint, un vint des chint mille diabes, jé m’sus mis au rados din un ratchuin d’porte, él pleuve al découle éd bit in bout d’él tchaîn.ne éd min dos. Au côté d’mi, y o tchéqu’un éq jé n’con.noais point. Os nous rbéyons un boin momint, i y o point dzoin dé rien nous dire. I met sin bros pa dsu mn épeuille, pi pèr aprés, jé n’sais pu d’trop… Os nous értrouvons coutchés insen.ne din un grand lit. I m’o débillé durant qu’jé l’débilloais mi étou. I s’couque sur mi pi, tout duchemint, i rinte din mi, pi coére pu duchemint, i m’inméne dusqu’à ch’boutchet final. Miux qu’él tour Eiffel et pi qu’l’an 2000 dsu chés Camps-Élysées, éj n’avoais janmoais vétchu un fu d’artifice pèrel !…

Achteure jé ll’intinds, tout in tripatouillant mes cavieux, i m’dit des tchots mots doux din mn érelle : « ém tchote miole, min tchot margat in chuque, min wérot à mi tout seu, ém macleuse in dor, ém tchote lune » et pi coére « Érika mon amour » !…

Lò, éj m’écanille à foait, éj m’appéle point Érika, jé m’dénonme Magritte ! J’ouve mes ziux, éj sus din in.ne méchante cambe d’hôtel. À l’clitchette d’él porte, i y o sin chiré gan.ne d’ahotché, ch’est in.ne dégoûterie tout imbrondjée d’terque.

Mais qué pécavi qu’j’ai yeu lò, d’aller passer mes vagances éd Noé à Noérmoutier !!!

Magritte D’ARRAS, él 26 déchimbe 1999



[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/01/00

TOUT INSEN.NE

In preume, chés Diseux i vous souhait'te à tertous in.ne boin.ne énnée, in.ne boin.ne santé et pi d’l’èrgint plein vo porté-mon.noaie !

Y o tchinze jours j’avoais agincé min tchuin d’ziu à tchéques minutes éd l’an 2000, o z-étoait coére in dix-neu chint quatré-vingt dix-neu. Jé m’disoais qu’ch’étoait pétête min darin message édvant ch’grand bing-bang du cangemint de millénaire… Jé n’tran.noais point d’trop, éj pinsoais qu’aprés ch’naufrage éd l’Erika pi chés deux jours éd timpête, os étoème fin prêts pour éch beugue, i n’pouvoait point nous arriver grand cose éd pire !…

L’o follu attinde éch chonq éd janvier pour apprinde qu’os avoème passé à un doégt d’l’abonmination : Din l’chintrale éd Blayais in Gironde, él 28 éd déchimbe, deux réacteurs nucléaires il avoai'te yeu leu tchul din l’ieu. Durant ch’temps-lò, quoé qu’o z-asplitchoait din chés gazettes pi din chés télés ?
Chés plages imbrondjées d’terque il étoai'te seuvées, vu qu’éch PDG d’Total-Fina il alloait don.ner in.ne heure éd sin salaire (pétête minme in.ne jornée qu’il o dit pèr aprés !)
L’éctricité al alloait ête rindue à tous chés gins pour éch nouvieu an, et pi est vrai qu’pour cho, o put rmercier tous chés lignards d’EDF. Il ont ouvré à londjeur éd jour et pi d’nuit à rmette chés fils in plache, tout in heut d’leus étchelles, din ch’vint pi din chés neiges. Minme siq il o follu troés smain.nes putôt qu’troés jours !
Tout cho os ons pu ll’intinde et pi l’vir, putôt deux foés qu’in.ne !
Mais chés grosses têtes d’él sétchurité nucléaire, deschindus ésprés d’Pèris à Blayais, in hélico, os sz’avez-ti vu din vo télé ? pi chés ingénieurs avu leu tchote tchuillére pour ramasser l’ieu, pi chés cols blancs in route à rlocter ch’pavé d’él chintrale ?
In djise d’étrin.nes, os éroème pu avoér no Tchernobyl érien qu’à nous, pi os nn’éroème rien seu nom-dé-zeu !

Heureusemint qu’toute i n’est point si foutant. Pour éne point tchitter l’actualité, j’ai rchu d’in.ne gin (qu’i n’o point voulu dire sin nom) un tchot bout d’canchon qu’i tient d’sin taïon (à ch’qu’i prétind) :

Ah ! qu’est-i bieu dé tchier din l’ieu,
O voét sin brin qu’i nage.
Siq j’éroais seu qu’étoait si bieu
J’éroais tchié davantage !

Siq janmoais os nin con.naissez pu long qu’mi, pi siq os savez sur tchel air qu’a s’cante, disez-mé-llé, ch’est in.ne min.niére éd seuver in.ne piéche conséquente éd no patrimoéne lindjuistique.

Édvant nous tchitter, i feut point qu’j’obliche. Siq os êtes libes, éch 28 janvier au soér, éne mantchez point l’série à Tchotchote. Ch’est mon Lafleur, su l’cœup d’neuv heures moins l’quèrt, avu ch’Théïâte d’Animation Picard, 31 rue Édouèrd David, Anmiens
Nous eutes, chés Diseux, est asseuré qu’os irons ll’écorer !

I y o djò un boin momint éq Lafleur il o sin rétoér édsu intèrnéte, mais j’n’ai janmoais inditché sn adréche, j’éne avoais honte pour li :
    www.pageszoom.com/CGI/PUB/AAABBEPDSJSJ/C01/htfr/home.htm
mais achteure al o cangé, ch’est dévnu :
    www.ches-cabotans-damiens.com
Allez-y don foaire un tchot tour, i sont tours in 1999, mais l’an 2000 i varo un bieu jour, él tcheue d’no cot al est bien vnue !


[01/01/00] [16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/02/00

BÉATI AUGOUSTO

Échl’aréoplane pour raconduire Augousto din sin poéyis il est djò dsu chl’aréoport. Pèrtiro-ti pèrtiro-ti point ?

Éd tous sins, siq éj sroais d’Augousto, jé m’déméfieroais. Quanq o viusit, o n’court point si vite éq din sin jon.ne temps, o z-est rjoint pèr ses ratros. Pi à mesure, chés gins i nn ont des foés des boin.nes !…

Os voulez-ti un eximpe ? Os sonmes chu onze éd sectimbe dix-neu chint soéxante-treize, au Chili. Salvador Allende il est infreumé din sin burieu d’présidint à La Modena. Toute à l’intour, des chars d’assaut avuc leu canon pointé dsu ch’bâtimint. Avuc él bénédiction d’chés Améritchains, chés mirlitaires chiliens i vien'te éd lancher leu cœup d’forche conte éch gouvernémint in plache. I trouve'te éq chés minisses i nin foai'té granmint d’trop pour chés paures gins, pi point assez pour chés riches…

Su l’cœup d’dix heures du matin, y o un rédeux de radio qu’il intind, dsu chés ondes courtes, deux générals qu’i leu dvise'te. Y in o un – un dénonmé Pinochet – qu’i dit à l’eute :
« Siq Allende i vut s’n’aller din un poéyis horzain, o li don.ne un avion »
« Bié seur i » qu’i rinfique l’eute…
« Pi quanq i sro au dsu d’éch Pacifique, plouf din l’ieu !… »

Os con.naissez la suite, i n’ont point yeu dzoin d’nin vnir lò. À in.ne heure aprés non.ne, Salvador Allende il o mis ch’canon d’sin fusil din s’bouque pi il o action.né l’gachette. D’autchuns i di'té minme qu’il éroait yeu d’l’aïude !… Allez savoér !

Alorss mi j’dis :
Béati, Augousto, béati ! Magine un molé… in.ne foés in l’air, au dsu d’l’Atlantique… échl’avion qu’i tchait conme un cailleu… o bié, coére émiux, in.ne tchote trappe qu’al s’ouve jusse in.nsous d’tin cadot… dix mille métes éd déringolade… qué valdingue !… o z-o tout l’temps d’buser, dvant d’s’abolir din l’ieu salée !

Tu diros pétête éq jé m’mêle d’éch qu’i n’m’érbée point. Tu foais à tn idée, Augousto. Mi à t’plache, éj rintréroais à pied.


[01/01/00] [16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/02/00

ÉCH DARIN CŒUP D’FUSIL

Él darin.ne foés, éj vous pèrloais d’mette éch bout d’un fusil din s’bouque et pi d’action.ner l’gachette. Eh bé, min voésin tchot Douèrd i vient d’él foaire… Éj dis min voésin, cho sroait putôt éch voésin d’min voésin, mais din no poéyis, conme o dit, chés voésins éd nos voésins i sont nos voésins !…

Tchot Douèrd, qu’o z-appéle éch Tueu, i n’vit qu’pour él cache. Mais j’croés bien qu’os allons dvoér li canger sin surpitchet. Pasqué, quanq qu’o sz’intind din ch’poste ou bin à l’télé, chés cacheux i n’tue'té point, achteure i préléve'te. Ch’est conme cho qu’i di'te in.nhui.

Alorss bref, matché d’cache conme il l’est, forchémint, dpu in.ne cope éd moés él chervelle à tchot Douèrd al est in ébullition. Durant chés votages pour chés Européen.nes, il o té papiner dz affiches conte la Voynet. Au moés d’janvier il étoait Adville au côté de Minime G… pour définde nos libertés. I sintoait bien qu’chés acquis éd dix-sept chint quatré-vingt-neu i s’n’alloai'te à ch’diabe boli, éq no démocratie al étoait mnachée pèr chés technocrates éd Brusselles. Il o minme deschindu Anmiens, pi il o traché, din no cathédrale, l’éstatue à Saint Josse pour li mette in.ne candelle…

Arrivé à ch’trente et un d’janvier, lò il o cminché à dégalocher. I n’mingeoait pu, i n’dormoait pu, i busoait à londjeur éd jour et pi d’nuit. À forche éd pinser pi d’pourpinser, un bieu jour au vrépe, il o cratché. Il o prins sin fusil, il l’o armé et pi l’est arrivé ch’qu’i dvoait arriver !…

Feut croère qu’i y o un boin diu pour chés cacheux, tchot Douèrd i nn o récapé. I nn o té tchitte pour un treu à s’cœuchure et pi deux ongues éd pied. Chetlò-lò, i n’éro pu janmoais dzoin dé szés coper, ch’o té foait in.ne foés pour toutes.

Mi dpu ch’temps lò j’mé dman.ne, quanq i passe'té leu permis d’cache, o n’leu z-i dit don point éd pèr qué bout qu’i dessaque éch cœup d’fusil ?


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/03/00

CMINT QU’A TCHAIRO

À supposer qu’chés Tchétchénes i fuche'té roustis, abolis à foait, qu’Adolph Haider il euche démission.né, qu’éch pétrole à Total-Fina i fuche au coi din ch’fin fond d’l’Erika et pi que chés hutteux il euche'té rmisé leu fusil, éd quoé qu’éj pourroais bien vous dviser ? Pour qu’a n’fuche point du récœuffé, à chaque cœup j’attinds l’darin.ne minute in m’disant qu’éj trouvarai bien in.ne bricole, tchéque cose éd nouvieu à vous conter, a dépind cmint qu’a tchairo !

Min pére i pouvoait avoér din les quatore ans quanq il o acaté s’premiére bicyclette. Pour gaingner chés sous, il avoait ouvré toute in.ne énnée mon d’sin taïon, Théophane, qu’étoait ménuisier d’sin métier.

Él premiére verlée qu’il o foaite avuc sin vélo nu, ch’étoait pour rinde visite à s’tante Thasie qu’al restoait Anmiens à Saint-Maurice.

Mi, din min jon.ne temps, jé ll’ai con.nue, él tante Thasie ! Al avoait du poéille à sin minton, un poérion dsu l’bout d’sin nez et pi des romatiques déformants à ses mains. Éj né ll’voéyoais qu’in.ne foés tous lz’ans, à l’boin.ne énnée, et pi, d’avanche, j’appréhindoais, à chaque cœup jé nn avoais la colique, rien qu’à l’idée d’li foaire un dsu s’brongne !

Du temps d’min pére, él tante Thasie ch’étoait djò un quèrcan, in.ne rébéca. Quanq min pére il est arrivé à leu moaison, i n’étoait point coére deschindu d’sin vélo qu’al o cminché à ll’atuire :
« Ah, té vlò, ferlampier ! Cho foait pu d’deux moés qu’jé n’t’ai point vu ! Tu n’viens janmoais m’vir ! Spéce éd dégazant, t’os-ti ramné ch’pied d’fer qu’éj t’avoais prêté ? Rinte tout d’minme t’assir à no moaison… »

Min pére i n’o point moufté, il o adeussé s’bicyclette conte éch mur, il est rintré pi i s’a aplontché din ch’cadot, prés dé ll’écminée. Il hansoait conme un bidet poussiu. I s’prindoait pour Lapébie – ch’étoait ch’Virinque d’éch temps-lò – il avoait appuyé dsu chés pédales à fond d’train, conme un fouillaque. I n’in finichoait point d’érprinde halin.ne !

Tante Thasie al étoait in route à foaire d’él tèrte à lait boli. Dsu ch’tchuin d’fu ch’lait boli i rocholoait, éch bocal éd pron.nieux l’étoait ouvert. Avuc in.ne boutelle à limonate, al étaloait s’pâte édsu l’toéle chirée d’él tabe éd tchuisine. Al s’action.noait tellemint qu’a nn étoait tout défulée. Conme al s’avoait un molé rapuré, al o coére dit :
« Tu voés, j’ai quasimint fini, n’y o pu qu’à l’mette din ch’four. D’ichi à in.ne heure a sro tchuit. Tu resteros bien minger in.ne tchote piéche éd flan avuc mi ? »

Min pére, tout in rbéyant l’roupie qu’al pindoait à ch’nez d’Thasie, il o dit in risotant :
« Jé n’sais point coére, ma tante. A dépind cmint qu’a tchairo ! »


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/03/00

RACHIN.NES

Ém fenme al réde éd génalogie. Ch’est pour értrouvoér ses rachin.nes. Cho foait djò in.ne cope d’énnées qu’al s’a lanché din ll’affoaire-lò. Al étoait jalouse éd min courrier d’minisse qu’al disoait. Alorss pour avoér din no boéte à lettes des inveloppes à sin nom à elle, al o cminché à écrire din chés mairries pour récouer chés actes d’état-civil éd ses gins. I feut attinde troés smain.nes un moés pour érchuvoér in.ne réponse. À mesure a mèrche, o rmonte in.ne génération pu heut pi feut récmincher, din in.ne eute mairrie, pi des foés din l’minme. Lò, al attind un molé qué chl’scrétaire éd mairrie i fuche rapuré. I feut point boustchuler chés gins, qu’al dit conme cho. Pi à mesure, a n’mèrche point :
« O z-o point trouvé ch’qu’o trachez ! » ou bin coére
« Os n’ons pu chés actes il ont té déposés à chés archives dépèrtémintales… »
Lò, al reste in raque, vu qu’chés archives dépèrtémintales i n’invoé'té point de rinseignemints ni d’photocopie à person.ne. I feut vous déplachez pèr vous-minme, pi in.ne foés rindu, attinde sin tour, foaire él tchaîn.ne des foés pu d’un demi-jour pour avoér un manicraque à lire chés microflims !

Bref, os m’avez tertous comprins, foaire és génalogie, cho prind in.ne boin.ne dizain.ne d’énnées dvant d’nin vir él bout. Pi coére, o n’o mie janmoais fini !

Ouai bé, in.nhui avuc l’intèrnéte, toute il est in route à canger. Achteure os pouvez aller varon.ner dsu des sites qu’il ont incrintché des miyons d’actes d’état-civil éd tout pèrtout. Mais i y o surtoute chés listes éd distchussions. Os vous abon.nez à in.ne liste, prindons pour l’Aisn.ne ou bin la Creuse, pi os rchuvez din vo boéte alectron.nique, in.ne tripotée d’messages éd gins du mon.ne intier. Des gins qu’i cafouille'te éd génalogie din ch’tchuin-lò. Mi cho m’foait pinser à ch’ju des 7 familles éd min jon.ne temps :
— Éj vourroais grand-pére Potofu !
— Tu rpasseros ! T’éroais point él file Maquédru ?
Lò, ch’est du genre :
— Éj trache des Dupont, os nn avez-ti ?
— Nan ! jé nn’ai point, mais j’ai des Durand, os nin voulez-ti ?

Tous les jours au soér, i y o un mont d’messages conme cho din m’boéte, des foés dusqu’à chinquante ! Os nn ons-ti du goût, mi pi m’fenme, à lire tout cho !


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/04/00

ÉL BAIGNOÉRE

Tchote Raymonde al o tours té grandiére, al o tours voulu péter pu heut qu’al avoait l’tchul. Pi conme ch’étoait elle qu’al cantoait l’co, ésn honme, Alphonse i disoait amen à toute.

Din les énnées soéxante dix, il étoai'te à l’âge éd la rtraite. Cho foaisoait djò pu d’vingt ans qu’chés gvaux l’avoai'te té rimplachés pèr un tracteur Mac Cormick. Chés vaques, o n’avoait point attindu chés quotas laitiers pour és débarracher d’quasimint tout ch’troupieu. I nin restoait pu qu’deux, i sont pèrties à chés abattoérs rondébilis. Éch l’atrintchillage l’o té rvindu un boin prix à un jon.ne nivelet qu’i vnoait d’s’installer. Un moins d’deux, toute il o té nettoéyé.

Raymonde, o ll’appéle tchote Raymonde, rapport qu’al est heute conme troés pinmes à genoux, pi pour point l’confonde avuc Raymonde-Valentine et pi Raymonde-l’Anglaise. Pi tchote Raymonde al o in.ne langue, a nn’est point moaîte, alorss biétôt tout ch’poéyis l’o té au courant d’éch qu’il alloai'te interprinde.

Aprés qu’il euche'té trimé durant tout leu vie conme des mèrtyrs, il alloai'té pouvoér réaliser leu reuve – éd vrai ch’étoait putôt l’sien.ne à elle éd reuve. Achteure qu’il étoai'te in rtraite, il alloai'te pouvoér avoér in.ne moaison moderne et pi tout, in.ne moaison conme o nin voét din chés jornals in couleur !

Il alloai'te abatte él cloéson interdeux ch’forni pi leu moaison pour ragrandir él tchuisine. Pi chés étchuries i n’servoai'té mie pu à rien, é-ndin, o-z-alloait pouvoér agincer des cabinets in faïence et pi in.ne salle éd bain. Ch’est vrai quoé, aller foaire ses bzoins din ll’étabe à vaques, quanq i y avoait coére des vaques, o z-y étoait au cœud, pi o z-avoait d’él compagnie, mais achteure il y foaisoait d’pèr trop froéd, a n’étoait pu tenabe. Pi foaire és gran.ne toélette tous les diminches au matin din ch’lévier d’él tchuisine, a n’étoait point granmint pratique nan pu…

Alphonse il o cratché aprés qu’Marius Boétacleu, éch facteur, il euche mis din leu boéte à lettes un catalogue pour des salles éd bain. Un catalogue écmandé pèr Raymonde bié seur ! Éch jour-lò, éch Phonse il est arrivé à no moaison, il étoait tout rtorné. Li qu’i n’disoait rien d’habitude, lò il étoait tellemint rmonté conte és fenme qu’i nin bédjoait :
« Tu n’advineros janmoais quoé qu’ch’est qu’Raymonde a s’est mis din l’idée ! Vlò-ti point qu’in.nhui i li feut in.ne baignoére !… Quoé qu’ch’est qu’os froème d’in.ne baignoére, j’té dmande ! Tout chés affoaires-lò ch’est boin pour chés pèrisiens, ou bin coére pour des créatures ! Et pi d’tous sins, j’ai bieu li dire qu’in.ne baignoére cho n’est point hygiénique, tu sais cmint qu’al est Raymonde, al n’acoute seulemint point ch’qu’o li dit ! »

Conme éj li dmandoais rapport à quoé qu’in.ne baignoére a n’étoait point hygiénique, i m’o rinfitché :
« Tu n’voés don point pu loin qu’él bout d’tin nez ! Infin tout d’minme pinse un molé, tout cho a n’est point granmint prope ! Mi j’té l’dis tout d’suite, jé n’pourroais point trimper m’fidjure din d’ieu qu’j’ai lavé mes pieds ndin ! »
Lò, j’ai rbéyé chés grosses bottes in caïoutchouc qu’Alphonse il avoait din ses pieds, les minmes bottes du matin au soér pi du preume éd janvier à ch’trente-et-un déchimbe… Jé n’pouvoais point li don.ner tort ! Mi nan pu j’éne vourroais point trimper m’fidjure din d’ieu qu’Alphonse il o lavé ses pieds ndin.


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/04/00

ÉLÇON D’MORALE

Él l-histoére-lò, a s’passe y o djò un boin bout d’temps. A n’est point complitché, y avoait coére des vaques à Ferriéres, pi un tchuré, pi dz éfants d’tchœur, alorss os voéyez siq est viu !

Éch jour-lò, tchot Douèrd i s’est lvé à pitchette du jour, i foait à pein.ne clair, piq o z-est din chés courts-jours. Éd tous sins, i s’léve tous les jours à l’minme heure. Ch’est pour aller servir él messe à l’abbé Wasqua, no tchuré. Avuc li, i s’agit d’t-ête à l’heure, i dit s’messe au pas d’jumastique, dix minutes d’értèrd et pi t’arrives tout jusse pour échl’« ite missa est ».

Ch’écmin, tchot Douèrd i lé con.noaît pèr tchœur. L’vlò pèrti tout courant. In arrivant à mon Simon, conme tous les jours au matin, i don.ne un cœup d’pied din l’cruche à lait. Austôt pèr aprés, i randon.ne chés contrévints à Natole. Pi jusse édvant l’mère i croése Mémaine qu’al méne és vaque din sin pâti. Mémaine al est aheurée miux qu’in.ne pindule éd chés cmins de fer, du cœup tchot Douèrd i ralintit, in.nhui i sro à l’heure. Él vlò qu’i passe édvant l’école. Al est jusse in face d’éch prébytére. Éch marister il habite lò. Li étou i s’léve avuc chés glain.nes. Pi i mile toute pèr driére ses cassis.

Quanq il o té rindu à l’intrée d’él sacristie, vlò-ti point qu’tchot Douèrd il aperchut un moénié dsu ch’pos d’él porte. Il est lò mié d’froéd, tout ramonchelé din ch’tchuin d’éch mur. Point l’temps d’él rinmner à leu moaison pour él récœuffer, pi point tchestion, bié seur, d’él mette au rados din l’sacristie. Maginez un molé él chasube d’éch tchuré imbrondjée d’étrons, l’abbé Wasqua i nin froait in.ne attaque !

Feut foaire vite, tchot Douèrd i ravise in.ne bouse éd vaque au mitan d’chés rues. Al feume, al est coére cœude. I n’foait ni in.ne ni deux, i prind ch’moénié din ses mains, pi i s’in vo l’poser, tout à l’douchette, au bieu mitan d’éch bouseau. Et pi rondébilis i rinte din l’sacristie pour s’n’aller son.ner ch’premier cœup d’él messe pi pour s’ércanger, i feut coére qu’i méche és rhabillure d’éfant d’tchœur.

Ch’est ch’tchot moénié qu’il est fin heureux. In moins dé rien l’o té récœuffé, pi l’vlò qu’i s’met à siffler conme un pinchon, tellemint qu’il est contint. Un cot in mareude qu’i passe pèr là-bos, il l’o intindu. Ch’est ch’cot à Magrite, él métchin.ne d’éch tchuré. Ch’o té vite foait, in deux cœups d’tchuillére à pot, ch’paure moénié l’o té invalé tout cœuché vêtu.

No marister, driére ses cassis, conme il est granmint interligint, il est asteux assez pour prinde d’él grain.ne d’éch qu’i put vir. I pinse à chl’lçon d’morale dé dmain. I sort d’és poque éch tchot canepin qu’i n’tchitte janmoais et pi vlò ch’qu’il écrit ndin
Éd preume :
Chtilòl qu’i vous met din ch’brin, ch’est point forchémint pour vous foaire du mau.
éd deuze :
Chtilòl qu’i vous dessaque d’éch brin, ch’est point forchémint pour vous foaire du bien.
et pi d’troése :
Quanq o z-est din ch’brin, bé o freume és djeule !…


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/05/00

CHÉS INUITS D’IN.NHUI

Darwin il avoait raison, no mon.ne il est in évolution. Ch’est ch’mouvemint perpétuel, ch’est l’évolution permaninte. Tout l’temps a cange, qu’a fuche du miux ou qu’cho rimpire.

L’eute jour au soér, jé rbéyoais à l’télé un dotchumintaire dsu chés Inuits. In.nhui ch’est conme cho qu’o sz appéle chés Estchimaux, pour point szés confonde, à mesure, avuc chés crinmes glachées. Jé n’sais point siq os ll’avez vu, mais cho veut l’décatour ! Ch’est l’histoére d’Utuniarsuak, un viu Inuit. És fidjure al est tout rtrite. Ses ziux rimplis d’maliche i vous mile'te pa driére ses leunettes. Tout d’suite, quanq o l’voét, o sint qu’avuc li o n’s’in vo point s’in.nuyer.

Pi Utuniarsuak i raconte és vie, in.ne vie passée in trinieu avuc ses tchiens. Cmint qu’il alloait à l’pêque à phoque. Quanq i falloait attinde din ch’froéd durant dz heures et pi dz heures édvant un treu foait din chés glaches. Attinde qu’éch phoque i vienche respirer. Ch’étoait à l’perte à l’gaingne. Des foés i nin vnoait un, des foés i nin vnoait point. Siq a réussichoait, i n’étoai'te point d’trop d’deux pour dessatcher l’bête d’éch treu.

Utuniarsuak i nous inméne étou à l’cache à l’orse. Des orsés blancs qu’i foai'té din les deux métes chinquante éd long et pi qu’i pése'té pu d’chonq chints tchilos. Feut tout d’minme point avoér les tran.nettes pour atêter un bétail pèrel, avuc ses greux qu’i cope'té conme des rasoérs. Pi tou cho, rien qu’avuc un coutieu pi in.ne méchante aleumelle fichelée au bout d’un tinet !

Bié seur, tout in acoutant chés diries à Utuniarsuak, os ons yeu des images, forchémint. Des images à foaire reuver, des images qu’i vous don.ne'té l’invie d’pèrtir là-bos. Os ons don vu chés phoques pi chés orses. Chés Inuits il ont tours leus tchiens pi leus trinieux, mais achteure, pour cacher, il ont des fusils. Pi in rintrant à leu moaison il intasse'te chés rôtis d’orse et pi chés tranches éd phoque din leu congélateur. Leu mon.ne i cange.

Bé l’nôte éd mon.ne i cange étou ! Din no poéyis d’Sonme, chés cacheux i n’cache'té pu seulemint chés ieuves, achteure i s’in prinde'te à chés députés. Mais soin, point avuc des fusils, i szés pelot'te à cœups d’cailleux. Conme du temps d’chés honmes éd Cromagnon.


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/05/00

ÉJVOUSAINME

Ch’est vrai qu’éj vous ainme bien tertous. Minme chetlò qu’i m’invoé'té ILOVEYOU sins l’foaire ésprés. Qué cœup de malsaveur tout d’minme ! Pinsez un molé, in.ne gin qu’il étrame un message din pu d’él mitan d’chés ordinateurs d’él planéte…

Maginez qu’in plache éd berziller tchéques fichiers dsu chés disques durs, cha fuche tchéque cose qu’i dman.ne qu’o z-arrête, din l’mon.ne, éd foaire ouvrer des éfants éd huit dix ans, qu’o n’leu méche pu in fusil din leus mains pour nin foaire des soldats, qu’o leu tire point leu portrait débillés tout nus pour mette leu rétoér édsu l’intèrnéte…

Ou bié coére, jé n’sais point mi, un message qu’i don.neroait l’liste éd tous chés jornalisses qu’il ont té escoffié ou bin mis in prison pasqu’il ont foait leu métier d’jornalisse !

Ou bié coére, ou bié coére !… y in éroait-ti à dire !

Éj vous ainme bien tertous. Minme chetlò qu’i m’invoé'té din l’boéte à lettes éd chés Diseux, des messages pour m’asplitcher qu’chés pages éd no site i n’s’affiche'té point bien, qu’i y o tout plein d’berlures, éq ch’est in.ne dégoûtation d’y aller vir.

Ch’est-ti d’ém feute siq chés diseux i sont d’èrgint-court ? supposons qu’un bieu jour os fuchonche sur nos us, alorss, os éroème troés ordinateurs, un mac un PC pi un Unix, avuc granmint d’plache édsu pour mette tous chés navigateurs possibes. D’éch momint-lò, éj pourroais passer mes jours et pi l’mitan d’mes nuits pour vir éch qu’i n’vo point. Pi, in.ne foés chés berlurages démuchés, foaire chés rataconages pour éq toute i mèrche bien conme i feut…

Eh bin, tout cho ch’est bien bieu, mais ch’est point coére édmain l’veille !


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/06/00

TOUTE I BOAISSE !

O n’o intindu pèrler qu’éd cho éd tous les côtés ! Qué tchinzain.ne !

Y o huit jours, avu l’gréve éd chés brouteux d’èrgint, ch’est chés billets qu’i diminuoai'té din chés distributeurs…

Chés impôts i sroai'te pour boaissier… biétôt ! Fabius i l’o promis. Tout d’minme, j’y croérai quanq j’érai rchu m’feuille d’impôts…

Ch’est ch’chômage qu’il o deschindu in dsous d’chés dix pour chint ! Bié seur, o n’compte point lò-ndin chés C.E.S. à neuf chint quatré-vingt dix-huit francs pèr moés pour vingt heures éd travail pa smain.ne…

Ch’est Chevénemint qu’i s’in prind à chés Allemands. Soé-disant qu’i n’éroai'té point coére digérer l’période nazie. Li ch’est putôt s’chervelle qu’al ratincheroait

Chés candidats à l’mairrie d’Pèris, du début, il étoai'te à chonq, achteure i nin resse pu qu’un. I n’éront point l’mau d’coésir

Avu ch’colta d’l’Erika dsu chés plages, à Noérmoutier, chés réservations pour chés bieux jours il ont tcheu d’pu d’él mitan. Pourtant, ch’est point d’él feute à Total-Fina. I leus ont-ti démnés din tous les sins pour nettoéyer chés cochoncetés qu’il avoai'te foait…

Él nouvelle loé dsu l’ouverture pi l’ferméture d’él cache al o té présintée à chés députés. I m’sen.ne à vir éq d’autchuns il ont boaissié leu patalon dvant chés bindes à Saint-Josse…

Pi j’alloais oblier, éch tchuin d’ziu-lò i n’veut point grand cose. Lò ch’est ch’baroumoaite qu’il est in route à boaissier !…


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/06/00

UN MARISTER D’ÉDVANT LA DJERRE

Édvant la djerre, din no poéyis, éch marister i s’appeloait Alcindor Pédeleu. Ch’étoait un marister à l’ancien.ne. Grand, maigue, és fidjure démacoérée, i s’agoroait d’in.ne gran.ne blouse grise avuc des manches in lustrine noérte qu’i tnoai'te avuc des lastiques. Su s’tête, i mettoait in.ne tchote calotte in lustrine étou, pour mucher chés cavieux qu’i n’avoait pu.

À chés fêtes du quatore juhiet, d’él vir un complet troés piéches, avuc sin col cassé pi sin croate, a nous foaisoait fin drôle. Pour chu onze novimbe, ch’étoait in.ne eute antien.ne, i rsortoait sn uniforme d’adjudant d’réserve ! Feut dire qu’à l’djerre éd quatore, il avoait yeu bien des miséres. Aprés qu’i euche foait Verdun, il avoait té gazé din chés tranchées d’chu Cmin des Dames. Et pi, ch’est triste à dire, i n-i in étoait resté tchéque cose.

À l’école, quanq il avoait in.ne crise, tout d’un cœup i s’mettoait à morde és main gueuche, pi d’és main droéte, i s’don.noait des cœups d’régue su s’cawette. Nous eutes, chés ptchots, os nn étoème effouaillés. Chés grands, eux, il étoai'te aroutinés, cho foaisoait pu d’chonq ans qu’il lé voéyoai'te intrer in transe. Cho duroait conme cho deux troés minutes, pi Alcindor i s’rapuroait. I raveindoait ses bésiques qu’i pindoai'te à sin cou au bout d’leu lachet, i szés réchuoait avuc sin grand mouchoér à carrieux violets, pi l’élçon al pouvoait continuer.

Minme siq i y avoait point yeu chés arnicroches-lò, os éroème tran.né les bèrbettes édvant li. I feut dire qu’i mnoait sin mon.ne à la badjette. Tous les jours au matin, aprés qu’i nous euche foait rintrer, in silinche bié seur, i rintroait à sin tour. Atchun il étoait à s’plache, pi tous insen.ne os nous égargatoème, i n’y o point d’eute mot :
Bonjour Monsieu l’Instituteur
I s’installoait édsu sn estrade, d’un singne i nous foaisoait assir, pi os cminchoème à ouvrer.

Pi un bieu jour, ch’o té ch’cangemint. Os ons yeu l’visite dé chl’inspecteur. Ch’étoait point l’minme qu’ész eutes énnées. Un jon.ne postureu qu’il o passé in.ne heure à mèrtcher Diu sait quoé édsu sin ntchot canepin, au fin fond d’no classe. Quanq il est arrivé, os l’avoème salué, conme pour no marister, d’un
Bonjour Monsieu l’Inspecteur
qu’avoait clatché conme un cœup d’trompette.

Cho y o point plé, à chl’imbléyeux-lò ! Alcindor Pédeleu il o asplitché qu’étoait conme cho pour li tous les jours au matin. Mais i n’y avoait rien à foaire, éch grandier d’inspecteur il o dicté ses loés : à pèrtir dé dmain au matin, chés éfants il attindront in silinche pi sans rien dire édbout dvant leu pupite.

Él lin.nemain, ch’est don conme cho qu’a s’a passé. Infin, à peu prés conme cho, pasqué du fond d’él classe os ons intindu tchot Douèrd qu’i djeuloait :
Bonjour hé tchieu d’ver !
Quoé qu’ch’est qu’os voulez, él veille, tchot Douèrd il avoait foait l’école pichon.nière.


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/07/00

ÉCH DARIN JOUR D’ÉCOLE

Os allez dire éq jé n’édvise qu’éd cho, mais quoé, o n’put mie pèrler à chaque cœup éd l’Erika ou bin d’chés cacheux !

In.nhui ch’est ch’darin jour d’école pour chés ptchots, mais ch’est étou ch’darin jour d’école pour ém tchote sœur. Pi pour elle, ch’est vraimint ch’darin, a n’y rtornero pu janmoais ! Alorss éj m’énman.ne quoé qu’ch’est qu’al est in route à pinser, lò conme cho, à in.ne heure éd t’ête in rtraite ? Est asseuré qu’al buse

A s’ramintuve-ti d’és premiére rintrée avuc sœur Ritophane conme al disoait ? Ch’étoait un tchot botteron d’érien du toute, él sœur Marie-Théophane, mais falloait vir cmint qu’al émnoait tout sin mon.ne !

Ém sœur al alloait sur ses troés ans. Ch’étoait point viu, bié seur, mais m’mére al étoait coutruyére, du cœup os ons tous té à l’école éd boin.ne heure. Pi conme din chés maternelles i n’prindoai'té chés ptchots qu’à pèrtir éd quatre ans, ch’étoait ch’gardin d’éfants à mon chés sœurs d’él Sainte Famille. Ém sœur al étoait nmi-pinsion.naire. Quanq al rintroait au soér à no moaison, o rtrouvoait, intorsillé din sin mouchoér, ch’qu’a n’avoait point pu invaler à chu rpos d’midi. A n’étoait point nactieuse, mais chés tripes, a n’pouvoait point sz’incorser… Minme coére in.nhui, os n’i in frez point minger pour in.ne vaque in dor !

Siq ch’est point à chés tripes à sœur Ritophane, ch’est pétête à chés séries avuc Mame Nortier qu’al rapinse ém tchote sœur ? Maginez, sin premier poste éd maristresse, à Puzeaux ! Quanq al avoait d’pèr trop les freux, pèr chés soérs éd déchimbe, din sin logemint d’fonction, al prindoait s’vielle deudeuche racatée à ch’tchuré d’Saint Blimont, pi al ébzinoait mon d’Mame Nortier, él cabèretiére.

Pèr aprés i y o coére yeu Hérissèrt, avuc chés pèrints qu’i roboloai'te rapport éq pour invoéyer chés éfants à l’école i falloait észés lver à six heures du matin. Forchémint, chés "in rtèrd d’Hérissèrt" i mèrchoai'té coére à l’heure ancien.ne, avu ch’solé !…

Pi pour finir ch’o té Montiéres. I feut croère qu’a s’y o plé, vu qu’al y o resté 28 énnées… 28 rintrées avuc chés ptchots qu’i brai'té din chés cotrons d’leu mére. 28 classes éd "CP", ch’qu’i foait qu’in.ne inspectrice al i o dit qu’al étoait in route à s’fossiliser !… Bé 28 ans pèr aprés éch fossile il est coére édbout. Pi fin vertillant coére !

Mais ch’qu’i li mantchero le puss, ch’est chés mots d’billets d’chés pèrints. Ch’est point pour maldire, mais chés maristers i nin rchu'té des belles ! A n’s’invinte point, chés gins il écrive'té conme i pèrle'te. Ch’est point pour észés démépriser, ch’est point d’leu feute siq il ont té à l’école din chés courts-jours. Nin vlò un bieu échantillon :
Julien i n’o point té à l’école in.nhui, rapport qu’il o té tout l’long d’él nuit. Siq édmain i n’vo pu, i varo.


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/07/00

ÉQUARISSEUR ÉD CARITÉ

Il étoait deux heures d’érmontée, lundi passé, éj sortoais d’minger quanq éch téléphon.ne il o son.né. Ch’étoait madame Ducatieu qu’al appeloait au scours :
« No gvau Ulysse il est mort, échl’équarisseur il est lò pi i n’arrive point à l’quèrtcher din sin camion. I dit qu’i feuroait un tracteur pour déhaler ch’cadave éd chés étchuries. Os n’pourroète point vnir à mesure ? »

Ch’est à l’adon ! min tracteur il avoait in.ne reue d’crévée ! Mais tout d’minme, o n’laisse point chés gins din l’imbarros quanq il ont dzoin d’aïude. Chés Ducatieu i rest'te à chonq minutes, éj sus don monté à leu moaison. Conme éj con.noais chés agis, éj vo direc à chés étchuries.

Échl’équarisseur il étoait in route à rtchuler sin camion tout du long d’chés bâtimints, il étoait quasimint rindu à l’porte dé ll’étchurie. Ch’est point pour autant qu’il étoait tiré d’affoaire ! Il éroait follu un combe à ratirer din chés tchuins !…

Il o rouvert éch tchul d’sin corbillèrd à bétails. Din l’benne, y avoait in.ne vaque et pi deux coéchons. Djò qu’a n’sintoait point la rose, lò ch’o té l’pastorelle ! i y avoait d’quoé nin tchair les quate fers in l’air. Li pi mi, os ons tiré d’un côté, poussé d’l’eute… Os n’ons point mantché d’miséres, allez ! mais pour nin définir, éch pauve Ulysse il o té treuillé din ch’camion.

Il étoait temps, avuc chés flairinées d’carongne, émn estomaque i foaisoait des tchutromblets din m’panche ! Prêt à dédjeuler tripes et boéyeux, j’ai dit adé à monsieu Ducatieu. I nous avoait rbéyés ouvrer sins minme satcher ses mains d’ses poques…

Conme jé m’rin.nalloais, i m’o nman.né siq i dvoait m’poéyer tout d’suite, ou bin siq j’invoéroais m’facture pu tèrd ? J’nin sus resté conme deux ronds d’flan ! Ch’est-ti qu’i m’éroait prins pour éch moaîte-équarisseur, évnu don.ner un cœup d’main à sin conmis ? À moins qu’a n’fuche és maniére éd m’érmercier ? coére in.nhui jé m’pose des tchestions !

Pasqué j’ai bieu pinser pi pourpinser, il avoai'te bien seu déteuper min liméro d’téléphon.ne pour énman.ner d’l’aïude, à croère qu’i l’ont point rtrouvé pour ém dire merci ? J’attinds coére…


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/08/00

SIQ A MONTE, A N’DESCHIND POINT

Éch moés d’juhiet il o fini un molé miux qu’i n’avoait cminché. Os ons yeu tchéques jours éd solé tout d’minme. Du cœup chés tchultivateurs il ont pu batte leu pamelle pi leu cosso. Tous les jours au soér su l’cœup d’minuit, o z-intind coére chés moésson.neuses torner din chés camps.

Vlò ch’qu’os disoème mi pi ch’Léïon point pu tèrd qu’hier édvant no tchot blanc sé, à ch’comptoér, mon Mantine. Pi d’fil in adjuile, vlò qu’j’apprinds qu’Léïon i resse Anmiens rue du Pinceau, Ch’est un tchuin qu’éj con.noais bien, vu qu’j’ai habité prés d’quèrante énnées din ch’wèrtier Saint Acheul, in bos d’él rue d’Cagny pour tout dire.

Pi conme os vnoème d’édviser d’pleuve, jé m’ramintuve d’in.ne histoére éq j’avoais li din l’temps, din ch’live d’Antoéne Goze édsu chés rues d’Anmiens. I dit conme cho qu’édvant, él rue du Pinceau à s’appeloait rue du Plein Seau, pi cho sroait à cœuse qu’él rue-lò al est in pente pi quanq i y avoait d’l’hernu, ou bin in.ne boin.ne wérée, chés ieux i dévaloai'te lò-ndin à plein sieu… I y éroait minme yeu durant ch’quatorienme siéque, un mèrais du Plein Seau.

A nous o sen.né drôle à touté deux. D’éch temps-lò, chés noms il étoai'te putôt picards éq français : porte d’éch Gayant, plache au Feurre, rue des Blanques Mains, rue d’Infer, él tour Marie Sorchèle, él tour au Queval, ch’molin aux Waides, éch pont Blanque Taque, hôtel d’él Cugnie ou bin d’él Catte Rabeuse. Adon o n’éroait sûremint point dit rue du Plein Seau mais rue du Plein Sieu.

Mais pour nin définir éd no distchussion, ch’est ch’Léïon qu’il o yeu ch’darin mot :
« Éd tous sins, tout cho ch’est des contes à Robert Mon Onque, Goze i s’éro berluré, pasqu’a n’est point possibe éq chés ieux i dévale'te él rue du Pinceau, vu qu’él rue du Pinceau, tu l’sais bien, a n’deschind point, al monte ! »


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/08/00

L’ABBÉ GARBE, TCHURÉ D’AVANT-GARDE

L’abbé Garbe, tchuré d’Boves, i s’prindoait point pour éch tchuré d’Cucugnan, mais tout d’minme, vlò ch’qu’i nous o conté din l’temps, in picard bié seur, durant ch’érpos d’premiére conmunion d’ém cousin.ne :

Pèr nuit, jé n’sais point siq ch’est un miraque ou bin un reuve, mais j’étoais à mitan indordelé pi j’pinsoais à no mon.ne qu’il est fin débistraque, et pi d’un seul cœup, j’ai sintu qu’éj m’involoais din ch’temps.

J’arrive à l’porte d’éch paradis. Quanq il o seu ch’qu’i m’aménoait, Saint Pierre i m’invoée tout droét à Diu ch’Pére.
« Min Diu, édsu l’terre toute i s’in vo à l’berdandouille, éj vous in prie, i feut qu’os rmettèche un molé d’orde din tout cho, sins cho a finiro mal !
— Mi, y o belle lurette qu’éj sus t-in rtraite. Achteure, ch’est min fiu qu’i s’otchupe éd tout cho. »

Ém vlò don pèrti trouvoér Jésus-Christ. Ch’étoait ch’burieu duste à côté, à main droéte.
« Jésus, min boin Jésus ! i feut qu’os rdeschindèche su l’terre. Éch mon.ne il est vnu fou coére un cœup !
— Cmint rdeschinde ? Nan mais, ch’est-ti qu’tu m’prindroais pour un naïu ? Tu n’sais don point tous chés miséres éq j’ai yeu pi cmint qu’i m’ont arringé ch’darin cœup qu’éj y ai té, dsu l’terre ? Nan, nan ! mi jé n’débotte pu d’ichi ! »

I n’restoait pu qu’éch Saint-Esprit. Li i n’mé rfusero point sn aïude. Ém vlò don pèrti à ch’pingeon.nier – éch Saint-Esprit i réde éd pingeons – pi lò éj vo droét à ch’dizieu :
« Grand Saint-Esprit, i n’y o pu qu’vous qu’i puche m’aidier. I feut qu’os vnèche à toutes forches, chés honmes i n’ont pu leu tête à eux, i berzille'té toute, feut foaire tchéque cose édvant qu’i n’fuche éd trop tèrd !
— Ah bé ! miux-qu’à-dire ! ch’est point dmain l’veille éq jé rmettrai min nez din sz affoaires éd chés honmes, chaque foés qu’chés files i nin prinde'té pour leu trente-six mèrdis, i di'te éq ch’est d’ém feute ! »


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/09/00

CHÉS FOUS D’ARY

Est tchurieux chés surpitchets d’village, chés blasons conme o dit, siq o dman.nez à tchéqu’un d’Ferriéres cmint qu’o z-appéle chés gins d’Djimicourt, i vous diro « chés polonais », pi chés gins d’Ferriéres, « chés copeux d’velours ». Rien qu’dé l’façon qu’il o dé l’dire, o sint bien qu’i veut miux t-ête copeux d’velours éq polonais !

Pour ém mére ch’étoait pèrel. Al étoait née native éd Dreu, un tchot village aniché tout du long d’un titchot ruissieu à mitan cmin intér deux Airain.nes pi Ary . Pi vlò ch’qu’i disoai'te éd leu voésins, din ch’poéyis d’ém mére :
« Fous d’Ary, Dreu motcheux, Airain.nes imbléyeux »

Dreu motcheux, est asseuré, jé m’ramintuve coére chés rpos din l’famille d’ém mére, cmint qu’os étchignoème à rmangler chés eutes gins. Airain.nes imbléyeux est coére vrai, pi ch’est aisié à comprinde, avuc ses tchinze chints d’habitants, sin notaire, sin métecin, él chèrcuiterie et pi l’phèrmacerie… Chés Airain.noés i né sintoai'té point picher. I s’prindoai'té pour des gins d’la heute, tout l’temps à péter pu heut qu’leu tchul. Falloait intinde él drodjisse quanq al foaisoait l’artique pour ses épeignes à linge ! Al pinsoait qu’éch mot épingue ch’étoait picard pi qu’a s’disoait épeigne in boin français.

Mais pourquoé chés fous d’Ary ? Ch’étoait un poéyis d’tisseurs, il étoai'té tisseurs éd pére in fiu, n-y avoait un métier quasimint din tous chés moaisons. Jé rvoés coére échti d’Natole – Natole ch’étoait min taïon pèr alliance, i vivoait avu m’rataïon.ne qu’al étoait véve édpu ch’début du siéque. Qué goût qu’j’avoais, quanq j’alloais din l’boutique à toéle éd Natole pour él vir lancher ! Conme j’étoais tout titchot, éch métier j’él voéyoais fin grand – jé l’ai rvu pu tèrd, ch’étoait tout d’minme un rude meube, i rimplichoait tout l’boutique. J’intinds coére din mn érelle chés tilic et tilac dész allers-rtours d’él navette. Quanq ém mére a m’foaisoait rapasser, j’né m’rin.nalloais qu’à rgrêt, pi j’ém foaisoais atuire rapport à mes habits d’él diminche qu’il étoai'te infectés d’pion. Ch’est point pour dire, mais Natole i n’ém sen.noait point pu dessinsé qu’un eute !

Chés fous d’Ary, o raconte éq leu blason i leu varoait d’in.ne histoére éd clotcher. Éch clotcher d’leu église il éroait té d’berlong, pi i l-éroai'té rdréché avuc un fil éd laine. Avuc un fil, éj pux coére él croère, pi qu’i l-étoai'te tisseurs, mais avuc un fil éd laine, a n’és put point, ch’est des contes à Robert mon onque, à Ary o z-o foait des lincheux in lin, des toéles éd coton, éd l’imballe avuc du canve, mais janmoais o n’o tissu d’laine.


[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/09/00

A SEC ÉD BOIN SINS

Qué les temps qu’o vivons ! Chés gins i n’ont pu pour deux sous d’boin sin. Chés transporteurs routiers i n’avoai'té point coére blotché chés centres éd distribution d’essence éq tout l’mon.ne i bzinoait avuc des jerricans à chés pompes. Chés automobilisses i foaisoai'té l’tchaîn.ne durant des heures, i leu z-éroai'té battu pour mette trente francs d’gazole din leu réservoér. Un l’espace éd deux jours, chés éstations il étoai'te à sec.

Éch pu bieu d’toute ch’est qu’ch’est chés patrons qu’i l-ont foutu ch’brin. Les minmes patrons qu’i djeule'té quanq chés postiers i leu met'te in gréve, qu’i s’plainde'te éd t-ête prins in otage pèr chés grévisses, éq ch’est intolérabe pi qu’éch gouvernémint i dvroait invoéyer chés CRS pour észés mette au pas. Pi eux, quoé qu’ch’est qu’i l-ont foait ? un camion pour foaire éch blotchuss à chés raffineries durant qu’él reste éd leus véhitchules i continuoai'te à rouler. Ch’est point eux qu’i l-éroai'te yeu des problinmes d’approvision.nemint, i l-avoai'te du carburant d’avanche !

Maginez un molé, qu’un halbran il arrive à vo moaison, qu’i méche un cadenos à vous wardé-minger pi qu’i s’in voéche din vo corti pour matcher sin morcieu d’pain pi sin bout d’tran.nèrd tout in vous rbéyant in route à créver d’faim…

Tout d’minme, y o tchéque cose qu’éj n’arrive point à comprinde, ch’est qu’i y euche quasimint neuf gins sur dix pour t-ête d’accord avuc cho ! I l-ont gaingné, chés camion.neux, Jospin i leu z-o don.né ch’qu’i vouloai'te. Doù qu’i l’o prins ? din m’poque pi din l’vôte éd poque. Ch’est vo z-èrgint qu’i s’in vo aller din ch’porté-mon.noaie d’chés patrons !

Jé n’vos point continuer d’braire, i veut miux nin rire, ch’est pour cho qu’éj vous don.ne, in ramindo, un tchot dessin éq j’ai rchu i y o tchéques jours din m’boéte à lettes.

encore merci, msieu Desmarest !


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/10/00

RÉTOÉRS D’APRÉS-EUT

Mes vagances jé szés passées à Gardincourt, mais jé n’sus point resté à rien foaire. J’ai li un live ! Ch’est un live qu’i s’appéle Rétoérs d’aprés-eut d’un dénonmé Roger Wallet. Ch’est in français, bié seur, mais conme cho pèrle éd no Picardie, jé m’sus dit qu’j’alloais m’rapapiner. À croère éch qu’o lisoait din chés gazettes, ch’est l’avinture d’un joéne éd du côté d’Carcasson.ne, qu’il arrive din no poéyis pour t-ête marister. Ésn histoére a n’est point d’trop mal tornée. I n-y o un tchot molé d’tchul, ch’est la mode ! pi a s’finit in ieu d’boudin, ch’est la mode étou !…

Din chés tout premiéres pages, j’ai rmèrtché in.ne tchote berlure. Quanq i s’imbèrque din s’voéture, i prind in.ne boutelle d’ieu in cas qu’éch radiateur i fuche à sec. Ch’est putôt tchurieux, vu qu’él voéture ch’est in.ne deux gvaux ! In.ne vrai deux gvaux avuc sin cassi qu’i rtchait dsu vo bros siq o z-o l’idée d’él satcher pa l’portiére. Coére émiux, vlò qu’él deux gvaux al resse in raque jusse à ch’momint d’arriver. Pi ch’garagisse i s’y con.noaît, i n’prind point ses bos pour ses cœuches, ch’est in.ne pan.ne éd radiateur. Un radiateur édsu in.ne deudeuche, bé lò ch’est toute !…

Pi fil à mesure qu’éj lisoais, éj sintoais m’rage qu’al montoait. Ch’étoait tchéques mots pèr chi pèr lò : poéyis d’pichate, poéyis d’viux, chés picards qu’i pèrle'té din leu nez… Pi cmint qu’i déméprise chés éfants ! J’értraduis d’mémoére :
« Ch’paure misére qu’i mangon.ne, din in.ne blouse grise tout rataconée, édbout dvant ch’burieu, s’atchénichant à détouiller des mots agincés pour éd z-eutes, din in.ne langue éq pour li al sro tours horzain.ne. »

Et pi no jon.ne nivelet i n’est point contint rapport qu’o z-écrit sin nom – Jimenez – avuc un g putôt qu’avuc un j. Est vrai qu’lò ch’est l’pastorelle, cho dépasse toute ! Point ton.nant aprés cho qu’i n’és plaiche point din no Picardie, pi qu’i reuve éd sin rtour din ch’vrai poéyis ! Éch vrai poéyis ! Non mais tout d’minme ! J’croés bien qu’ichi i n’és sint point in France. Alorss jé m’ramintuve éq du début, sin pére à ch’futur marister, i maldisoait d’chetlò d’in heut in pèrlant d’chés trahisons des énnées quèrante. Siq i n’dit point chés boches du Nord, ch’est seur qu’i l’pinse !

Jé m’sus nman.né adoù qu’i vouloait nin vnir pi quoé qu’ch’est-ti qu’os li avoème foait, nous eutes picards, à Roger Wallet. Jé n’sais point, d’autant qu’il est d’pèr ichi… Mais ch’qué j’pux dire, ch’est qu’il o foait pour no Picardie ch’qu’il avoait foait pour él deux gvaux, i n’o minme point soulvé ch’capot !


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/10/00

DONMICE, ERMITE D’HUBUE

Donmice il étoait ermite din chés mèrais d’Hubue. I vivoait lò éd point grand cose, un tchot molé d’lédjeumes d’éch tchot gardin qu’i tchultivoait au côté d’és moaison, in.ne tchote cassine couverte in glui. Et pi y avoait étou ch’qué chés gins i li portoai'te, un molé d’frain.ne pour foaire d’él badrée, et pi à mesure, un morcieu d’tran.nèrd. Pasqu’il étoait granmint con.nu, Donmice. Monseingneur l’évêque il évnoait l’vir rédjuliéremint, pi i dvisoai'te insen.ne durant in.ne cope d’heures. Éd toute et pi d’érien, d’éch temps qu’il alloait s’ébérer, d’éch pain qu’il avoait coére rintchéri, pi d’chés paures gins qu’i n’avoai'te pu rien à minger. Tout l’mon.ne i lé disoait, Donmice il avoait s’plache tout prête din ch’paradis, o voéyoait djò sn auréole qu’al poussoait à l’intour d’és tête.

Ch’est conme cho qu’éch diabe, un bieu jour, il o té téné d’intinde canter dsu tous les tons chés mérites à Donmice. I y avoait lò justémint un jon.ne nivelet d’diabe, un apprinti tout jusse sorti d’l’école à diabe ; Phiudlatopéth qu’i s’appeloait. Satan il o don invoéyé din ch’mèrais, histoére éd vir siq Donmice il étoait sitant bien qu’o llé disoait, pi siq i y avoait vraimint point moéyin d’li foaire foaire un feux-pos.

Sitôt arrivé, Phiudlatopéth il o té droét à ch’dizieu, il o dit à Donmice :
« Monsieu l’ermite, siq os escoffiez in.ne gin éj vous don.nerai in.ne vaque in dor ! »
Donmice ch’étoait point un honme d’èrgint, i s’a déclatché d’rire :
« Passe tin cmin hé nasu ! tu n’croés tout d’minme point qu’éj vos tuer tchéqu’un érien qu’pour in.ne vaque in dor ! »
Alorss l’eute il o cangé d’canchon, i s’a ramintuvé ll’élçon liméro chonq d’éch catéchisse éd chés diabes :
« Éj sus seur éq t’es point capabe éd prinde éd forche él premiére fenme qu’al passero ! Forchémint t’es minme point un honme !… Quanq éj pinse éq tu n’con.naîtros janmoais qué goût qu’o z-y o, paure niacoés !!! »
Mais un ermite a n’és laisse point rbinder conme cho. Donmice il o risoté din ses bèrbes et pi i y o rinfitché :
« Éj n’ai pu l’âge éd foaire des tchutromblets din chés verdures avuc in.ne tchote pouillette, qu’al veuche ou bin qu’al veuche point… »

Lò, Phiudlatopéth i nn’est resté bec et borne, et pi il avoait bieu pinser pi pourpinser, rien dé rien ! A l’fin des fins, i s’a jté à deux genoux dvant Donmice :
« Rien qu’in.ne tchote tchuite ? Os n’maginez point cmint qu’min moaîte i s’in vo m’atuire quanq j’érvarai ! Tnez, siq os voulez, durant qu’o srez seu, éj prindrez vo plache d’ermite ! Siouplait, monsieu Donmice, pour un paure diabe conme mi, jusse in.ne tchote tchuite !… »
Ch’est conme cho qu’Donmice i s’a laissié foaire. Ête brindezingue, ch’est point si grave qu’éd t-ête un assassineu. Pi a n’li déplaisoait point d’vir Phiudlatopéth infiler s’ritchimpette d’ermite.

In.ne heure pèr aprés, él boutelle éd gnole al étoait vide, Donmice il étoait seu conme troés polonais pi i cantoait des canchons abonminabes, à s’édman.ner à doù qu’i sz’avoait apprins. Conme és voésin.ne al arrivoait pour li porter à mier, i ll’o boustchulée dsu ch’tas d’fien, i y o rtroussé ses cotrons et pi l’paure tchote Élise, in deux cœups d’tchuillére à pot, ésn affoaire al o té foaite. Al crioait conme in.ne pardue « Aïude, aïude ! » Éch warde-mahons qu’i passoait pèr lò il est arrivé tout courant. Donmice il o prins un cailleu bis gros conme un poturon pi il o équèrbouillé l’cawette d’éch warde-mahons avuc…

Quanq Donmice i s’a écanillé, Élise al s’avoait indordelée in s’anichant din ses bros. Phiudlatopéth i disoait ses capernotes édvant ch’corps d’éch warde-mahons qu’il étoait mort à l’écaille. Donmice et pi Élise i leus ont in allé, sans foaire éd busin, tout à l’douchette. Quanq il ont tchitté chés mèrais d’Hubue, él tchote al s’écoroait dsu ll’épeuille dé chl’ermite. Mais ch’étoait-ti coére un ermite ?


[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/11/00

O N’SAIT MIE QUANQ O N’SAIT POINT

Cho foait prés d’in.ne tchinzain.ne éd jours éq j’y pinse. Pi in.nhui jé n’pux pu m’atnir, i feut qu’éj vide min sac, i feut qu’jé l’dessaque, i feut qu’a sorche !

Ch’est rapport à chés Palestiniens. Achteure, o n’in pèrle pu d’trop, mais y o point coére bien longtemps, ch’étoait tous les jours qu’o pouvoait vir din ch’poste, des joénes qu’i leu z-in prindoai'te à cœups d’cailleux à chés blindés israéliens. Pi conme chetlò i n’sont point lò pour juer au bouchon, i réponde'te avuc des balles, des balles qu’i n’sont point tout l’temps in caïoutchouc.

Ch’est conme cho qu’fil à mesure, él liste éd chés éfants trondelés pèr chés soldats al édvient d’pu in pu conséquente. À szés vir, avuc leu fronde, a m’foait pinser à David pi Goliath. Ch’étoait din l’minme tchuin, y o troés mille et des énnées, mais Goliath i n’avoait point d’mitrailleuse, li !

Pourtant, soin ! i feut foaire intintion din tous chés histoéres-lò. Y o yeu des gins pour dire éq ch’étoait des manigances, qu’i falloait point s’laissier mner in batieu. Siq chés télés il étoai'te point lò, y éroait point sitant d’morts ! Un dénonmé Boujenah il o asplitché étou qu’chés éfants ch’étoait point leu plache din ch’pu dru, pi qu’leu pére et mére i dvoai'té szés warder à leu moaison.

Lò doù qu’j’ai foait du cmin, ch’étoait jeudi passé, durant invoéyé éspécial sur él deuxienme tchaîn.ne :
Éch jornalisse i nman.ne à un soldat israélien :
« Mais cmint qu’a s’foait qu’o n’tirez point din leus gambes, a sroait moins dingéreux ?
— Ch’est ch’qu’os foaisons, mais i leu boaisse'te ! »
Ch’est lò qu’j’ai comprins ch’qu’i nn étoait. Chés joénes palestiniens, ch’est vraimint rien qu’des bêtes à viches !


[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/11/00

TCHÉCHE QU’IL EST DESSINSÉ ?

L’ésmain.ne-chi, chés védettes, ch’o té chés vaques, chés vaques folles ! À croère éq d’un seul cœup, chés gins i leu z-ont aperchu qu’o don.noait d’él carongne in granulés à chés vaques, pi qu’a szés rindoait totchées et pi qu’él maladie-lò, chés honmes i pouvoai'té l’choper eux étou.

N’y o pourtant point d’quoé nin foaire in.ne pindule avuc un rsort in bos ! Él jour qu’i y éro dix mille morts pèr an à cœuse éd cho – autant qu’éd morts su chés routes –, i sro tours temps d’réduire él vitesse éd chés vaques et pi d’leu mette des chintures éd sétchurité !

Heureusemint qu’nous eutes Picards o n’nous épeutons point pour des nunuteries pèrelles. Él preufe, éj m’in vos vous l’don.ner, point pu tèrd éq tout d’suite !

L’eute jour au soér, durant qu’min blanc-bon.net al foaisoait tchuire no pichon, pêtché du côté d’La Hague probabe, jé rbéyoais chés infos dsu l’troésienme tchaîn.ne – os voéyez qu’à no moaison, os pratitchons éch pèrtage éd l’ouvrage !

In preume, din ch’bulletin région.nal, il ont annonché qu’chés maires éd séquants poéyis il avoai'te interdit chu génichiére din chés cantines d’école. Pèr aprés, à chés infos nation.nales, Chirac il o nman.né qu’o supprime tous chés frain.nes foaites avu chés resses éd bestiaux. Éch jornalisse il o asplitché étou qu’él consonmation d’vian.ne éd bœu al avoait tcheute éd quèrante-et-un pour chint, pi qu’l’eune aprés l’eute chés abattoérs i cminchoai'te à freumer leus portes.

Intér deux, aprés ch’temps, conme à l’ordinaire, os ons yeu droét à un tchot molé d’réclame. Ch’est conme cho qu’o z-o pu vir un gins avu in.ne blouse et pi un bon.net blancs qu’i ficheloait un rosbif, pi qu’i décopoait in.ne boin.ne côtelette. Durant ch’temps-lò, o z-intindoait l’fenme éd l’ANPE d’Picardie qu’al disoait :
« Siq os êtes boucher pi qu’os êtes à joc, vnez nous vir rondébilis, ch’est l’momint d’nin profiter, n-y o d’l’imbeuche ! »


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

01/12/00

J’AINME POINT M’FOAIRE ÉRBITELER  !

France-Télécom i s’in vont canger leu tarif au chonq éd déchimbe tchi vient. Aprés qu’il euche'te rintchéri no z-abon.nemint i y o in.ne cope éd moés, il annonche'te in.ne boaisse édsu chés conmunications locales.

Est vrai qu’cho passe éd 28 à 22 chintimes tous les minutes. Mais ch’qu’i nous don.ne'té d’un côté, i ll’érprinde'te éd l’eute. Édvant, quanq o décreuchoait, cho coûtoait soéxante quatore chintimes pi o z-avoait droét à troés minutes, achteure, cho coûtero soéxante chintimes, coére moins tchér qu’o vous disez, mais soin, ché n’sro pu qu’pour in.ne minute seulemint ! Ch’est point durte éd vir éch qu’i nn est :

temps :prix d’édvant : pèr aprés :différinche :
1 min0,74 F 0,60 F -19 %
2 min0,74 F 0,82 F +11 %
3 min0,74 F 1,04 F +40 %
4 min1,02 F 1,26 F +24 %
5 min1,30 F 1,48 F +14 %
6 min1,58 F 1,70 F +8 %
7 min1,86 F 1,92 F +3 %
8 min2,14 F 2,14 F 0 %
9 min2,42 F 2,36 F -3 %
10 min3,10 F 2,58 F -4 %

J’ai idée qu’cho n’cangero point grand cose à nous factures à vnir, troés quate francs d’puss pétête… Mais i feut tout d’minme avoér un rude tchulot pour annoncher qu’cho boaisse ! Jé n’sus point loin d’pinser qu’i nous prinde'té pour des gleudes. Pi ch’est point ch’premier cœup ! I leu magine'té pétête qu’o sonmes éd pèr trop niacoés pour comprinde éll infilure ?

Mèrchez, leu pu bieu temps i s’passe ! L’énnée tchi vient i s’in vont perde éch monopole, pi d’éch jour-lò, i perdront étou granmint d’pratiques. N-y in o pu d’un qu’i fro conme mi, o z-irons vir à mon dész eutes, pi o coésirons chtilòl-lò qu’i s’foutro point d’chés gins conme chés cacouilles éd France-Télécom i peu'té l’foaire.


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

16/12/00

O N’PUT MIE SAVOÉR TOUTE

Pèr nuit, j’ai foait un drôle éd reuve. Tous chés Diseux i sont lò, din l’piéche adoù qu’i leu réuniche'te. Mais d’un seul cœup, él porte a s’rouve, pi vlò ch’Présidint qu’i rinte. Maginez, éch Présidint mon d’chés Diseux ! Fidjurez-vous qu’il o coési chés Diseux pour évnir s’asplitcher avuc chés Picards. Os pinsez bien qu’os sonmes din no tchots seuïers.

Pi, fil à mesure, os cminchons à nous rapurer, pi os dvisons avuc li, in picard. Os dvisons dé rien pi d’toute, d’chés vaques folles pi d’chés frain.nes qu’o leu don.ne, d’chés lédjeumes trafitchés, d’éch récœuffemint d’no planéte, d’él couche d’ozone qu’al ratinche. Pi tout cho in picard, pi pour nous répon.ne, éch Présidint i n’est point bédjeux.

Tchotchote, qu’a n’est point honteuse, a s’lanche din l’définche éd no pèrlage. Pi ch’Présidint il est d’avis avuc elle, siq i pourroait foaire à sn idée, est asseuré qu’éch picard cho sroait l’langue à tous chés Européens… Cho foait seulemint in.ne cope éd moés qu’il o cminché à apprinde avuc chés cassettes éd nos diries.

Mais quoé qu’ch’est qu’i s’passe din m’cawette tout d’un cœup ? Éch bout d’ém langue i m’décatouille. Ch’est pu fort éq mi, vlò qu’j’interprinds d’débagouler dsu chés fanmeuses affoaires d’él mairrie d’ Pèris ! Alorss mes gins, ch’est à n’point croère ! Vlò no Présidint bec et borgne. Li qu’il étoait si didru, és bouque al resse gran.ne ouverte, i n’in dessaque pu in.ne.

Ch’est à ch’momint-lò qu’jé m’sus écanillé. Édpu ch’temps-lò, j’ai pinsé pi pourpinsé, pi j’ai comprins. No Présidint i n’est point duit assez avuc no picard. I feut coére qu’il apprinche tchéques conjudjaisons irrédjuïéres. O pourroème inroéyer pèr éch verbe savoér :

édvant in.nhui édmain
jé n’savoais point jé n’sais point jé n’sérai point
tu n’savoais point tu n’sais point tu n’séros point
i n’savoait point i n’sait point i n’séro point
os savoème point os n’savons point os n’sérons point
os n’savoète point os n’savez point os n’sérez point
i n’savoai'te point i n’sai'té point i n’séront point

et pi o n’sait janmoais :

minme siq i falloait i n’feudroait point
jé n’séroais point qu’éj seuche
tu n’séroais point qu’tu seuches
i n’séroait point qu’i seuche
os n’séroème point qu’os sachonche
os n’séroète point qu’os sachèche
i n’séroai'te point qu’i seuche'te


[01/01/00][16/01/00] [1/02/00] [16/02/00] [01/03/00] [16/03/00] [01/04/00] [16/04/00] [01/05/00] [16/05/00] [01/06/00] [16/06/00]
[01/07/00] [16/07/00] [01/08/00] [16/08/00] [01/09/00] [16/09/00] [01/10/00] [16/10/00] [01/11/00] [16/11/00] [01/12/00] [16/12/00]

 Adé

archives 2001 archives 1999