tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2001

[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/01/01

D’OÙ QU’I SONT CHÉS NEIGES ÉD DIN L’TEMPS ?

m’ramintuve chés premiers d’l’an d’min jon.ne temps. N’y avoait point d’tchutchute, d’éch temps-lò ch’étoait réglé conme du papier à musique, falloait souhaiter l’boin.ne énnée à tout l’famille. In preume, au matin, os alloème mon d’no taïon pi d’no taïon.ne, chés pèrints d’min pére. Li ch’étoait Aurélien pi elle ch’étoait Man-Blanche, mais os sz appeloème Pépére pi Mémére. Os étoème biétôt rindus, i restoai'te à tchéques métes éd no moaison. Aprés non.ne, ch’étoait tante Marthe à Saint Pierre pi tante Thasie à Saint Meurice, deux sœurs à Man-Blanche.

Éch diminche pèr aprés, os alloème à Ferriéres, vir Man-Titine – Valentine él sœur d’Aurélien. In passant, ou bin à mesure in rapassant, os nous arrêtoème mon tante Aline, él tchote sœur à Blanche. Chés diminches suivants os alloème sur Airain.nes, Dreu pi Ary. Émérentienne, él mére d’ém mére, o ll’appeloème grand-mére Mérence. Al avoait troés sœurs, pi surtoute al avoait coére ses pèrints, Man-Lise et pi Papa-Zéphir et pi ses bieux-gins, Man-Gèle et pi Natole…

Foaisez l’compte, i n-y in avoait-ti du mon.ne à imbracher, pi des piéches éd flan à invaler ! À chaque cœup, os avoème droét à un tchot patchet d’chuques, ou bin des foés, in.ne piéche chint sous. Pi j’ai coére oblié chés quate fréres et sœurs à mes pèrints. Os n’avoème point d’trop d’tous chés diminches éd janvier pour nin vnir à bout.

Heureusemint, din chés énnées-lò, chés neiges i n’étoai'té point rères. Tous lz ans, os étoème quasimint asseuré dé nn avoér tchinze à vingt chintimétes… Pour nous eutes, un Noé sans neiges, ch’étoait point un vrai Noé ! Point tchestion bié seur dé sn-aller varon.ner dsu chés routes quanq i y avoait d’pèr trop d’neiges, minme pour souhaiter l’boin.ne énnée. Alorss ch’étoait l’momint éd dessatcher d’éch guernier ch’trinieu qu’min pére il avoait foait d’ses mains pour mes sept ans. Din chés pâtures d’él fosse Ferneuse, os passoème des heures à deschinde chés roéyons à fond d’train, pi pèr aprés, à szés rmonter tout tédjant, in tirant ch’trinieu pèr driére nous. Qué goût qu’os pouvoème avoér !…

In.nhui, siq os avez droét à des vœux ch’est bien pasqu’i n’y o pu d’saisons. Siq il avoait tcheu des neiges, éj pux vous l’dire, j’éroais aveinds min trinieu, il est tours din chés échnailléres, pi j’n’éroais point pinsé à vous souhaiter à tertous

in.ne boin.ne énnée pi in.ne boin.ne santé !


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/01/01

MERCI BERNARD

Un poinme éd Bernard Dimey, éq j’ainme bien (Bernard) pi qu’j’ai rmis in picard (éch poinme) :

J’vos m’involer

Au soér éj vos m’n aller pour varon.ner din ch’temps,
Seur qu’éj n’y sus point coére, mais cho n’vo pu traîn.ner.
Éj voés djò des tchoté fleurs à l’intour éd vos brongnes.
Tous chés gins qu’i sont lò i cminche'te à m’érbéyer,
Siq j’y arrive, est vrai qu’a n’sro point ordinaire.
Il ont bien foait d’attinde, mèrche, i n’sront point d’la rvue.
Lò jé l’sins, jé m’rondis, puss pire qu’in.ne montgolfiére,
J’m’in vos tchitter la terre, person.ne i m’voéro pu !

J’ai cminché au matin, jusse à l’pitchette du jour,
Avuc du chide pur-jus vnu tout droét d’no platchu,
I glichoait conme du velours, éd vrai, éj nin reuve coére,
Et pi deux troés cœups d’flipe qu’il étoait boin n-et cœud.
À midi, mes cœuchures il étoai'te à bastchule,
Pi ch’est lò qu’j’ai comprins éq j’alloais m’involer.
Ch’est un travail du diabe, siq t’avanches point tu rtchules,
I feut point s’berlurer din ch’poéyis d’chés brindezingues.

Y in o des qu’i biberon.ne'te, cho n’o ni tchul ni tête.
Ch’est seur, chés inchepés-lò i n’s’involeront janmoais,
I resteront din chés raques, i tchitteront janmoais terre.
Alorss éq mi j’él sins, ch’est biétôt qu’a vo s’foaire.
J’vos survoler Pèris conme un ange du Boin Diu.
J’ainmeroais pouvoér inmner tous mes potes avuc mi,
Mais conme i s’fout'té d’mi pasqué j’monte édsu l’tabe
J’vos m’involer tout seu, pi j’ész inménerai point.

Il est huit heures du soér, douze heures qu’éj m’espadron.ne
Pi jé m’sins tout volage, conme un tchot gris-moénié.
M’vlò au mitan d’chés rues, avuc des gins qu’i djeule'te,
Éj vos prinde émn élan, et pi j’srai tellemint bieu
Éq tous chés hocleux-lò i vont nn ête ébleuis.
Allez hop ! Ch’est pèrti !… Nan, ch’est point pour in.nhui.
Vlò vingt énnées qu’j’assaye, tours j’értchais dsu min nez
J’assayerai coére édmain, aprés j’arrête éd boère.



[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/02/01

ÉCH BOUTON NOÉR

Éch jour-lò, ém taïon.ne Blanche al deschindoait Anmiens avu ch’Tchien. Éch Tchien, éd sin vrai nom Alcindor Morel, ch’étoait li qu’i foaisoait l’messagerie, tous chés mercrédis pi tous chés vardis.

Blanche al s’avoait incrintchée dsu l’bantchette d’él carrette au côté d’Pa-Tchien. Il alloai'té sn aller quanq Thasie al arrive tout courant :
— Attindez ! attindez ! qu’al crie, piq tu vos Anmiens, Blanche acate-mé don un bouton.noér !

Feut dire qu’à l’époque chés fenmes i mettoai'te des bottines qu’i leu montoai'te dusqu’à leus genoux. Des bottines avuc tout du long granmint d’titchots boutons point pu gros qu’des grains d’bucaille, un molé conme à chés soutènes éd tchuré. Pi chés bottines il étoai'te meudimint rserrées, pour foaire vir qu’os avoait des bieux mollets pa dsu des gvilles conme des brocreux d’caïelle. A foait qu’chés tchots boutons-lò, ch’étoait in.ne affoaire du diabe pour ész infitcher din leu bride. Pour ész abouton.ner i falloait un tire-bouton, in.ne éspéce éd creuchet qu’pèr chez nous o z-appeloait un bouton.noér.

Rindue à ch’mèrché à gvaux, Blanche al deschind d’él voéture.
Adé, merci, pi à d’tt à l’heure, sur les chonq heures.

In.ne foés qu’al o yeu foait ses conmissions pour elle, al s’a rapinsé d’éch bouton.noér pour Thasie. Al o don té mon Polyte Caron, in.ne vraie taverne d’Ali Baba pour éch qu’i nn est d’chés affutiaux à chés fenmes.

— Bonjour médéme, c’est porquoi ?
— Éj vourroais un bouton.noér pour ém sœur Thasie.
— Oui, mais de quelle taille ? Nous avons de nombreux modèles…
— O bé, d’in.ne taille normale, pour in.ne gin normale !
— Et vous n’en voulez qu’un seul ?
— Bié seur, piq éj vous l’dis !
Al pinsoait din sn à pèrt :
« Mais qué naïu chtilòl ! i n’comprind mie rien à rien. »

Éch vindeu i i o foait un bieu tchot patchet. Al est passée à l’tchaisse pour poéyer ses vingt-chonq chintimes.
« Chonq sous, a n’est vraimint point tchér, j’éroais pétête bien foait d’nin prinde un pour mi étou ? » qu’al pinsoait tout in s’rin.nallant…

À chonq heures d’érmontée, pile-poéille, Blanche al étoait à ch’Ion d’Or, din l’Cœuchie. Ch’est lò qu’al avoait rindez-vous avuc Pa-Tchien. Pi, hue Bijou, il ont rprins chu cmin pour rintrer.

Quanq il ont té raviendus à Ferriéres pi qu’Thasie al o rouvert éch tchot patchet, quoé qu’ch’est qu’i n-y avoait ndin ? un bieu tchot bouton d’brayette, tout noér !


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/02/01

INTERVUE AVU UN MINISSE

— Monsieu l’Minisse, o m’o dit qu’à l’Celle Saint-Cloud os avez rabistotché ch’câtieu pour atcheuiller vos invités.
— Ouai, pi cho nn avoait granmint dzoin. A n’étoait pu possibe, cho pèrtoait à l’berdandouille, mais achteure tout il est quasimint conme neu.
— Ah bé tant miux !
— Point si tant miux qu’cho, vu qu’din ch’pèrc i n-y o in.ne intaille qu’al est à à cœuse qu’i n’y o pu d’ieu ndin. Cho n’foait point l’affoaire à chés canèrds.
— Ah bé tant piss !
— Point si tant piss éq cho, piq o z-o foait vnir édz éspécialisses in plomberie qu’il ont agincé des tchilométes éd tuyeux, ch’qu’i foait qu’achteure i n-y o d’ieu tout conme din l’temps.
— Ah bé tant miux !
— Point si tant miux qu’cho, pasqu’éch papin d’énette il o imporvigné toute, qu’o z-éroait dit à vir éq ch’étoait putôt in.ne pelouse qu’in.ne intaille.
— Ah bé tant piss !
— Point si tant piss éq cho, rapport qu’os ons ramné des pichons pour qu’i minge'te éch papin d’énette.
— Ah bé tant miux !
— Point si tant miux qu’cho : vlò un bihéron qu’i rabzine pi qu’i cminche à mier chés pichons. Pi ch’est in.ne éspéce protégée, o n’put minme point ll’escoffier.
— Ah bé tant piss !
— Point si tant piss éq cho, vu qu’o z-o installé un coupe d’érnèrds pour épeuter ch’bihéron.
— Ah bé tant miux !
— Point si tant miux qu’cho, pasqué chés rnèrds i n’sé rtorne'té point d’éch bihéron pi i maque'té chés canèrds.
— Ah bé tant piss !
— Point si tant piss éq cho, piq o z-o mis chés canèrds au rados eute pèrt.
— Ah bé tant miux !
— Point si tant miux qu’cho, pasqu’in.nhui, él plomberie al est débistraque pi qu’i n’y o pu d’ieu coére un cœup.

Lò j’ai comprins qu’ch’étoait l’début d’in.ne longue histoére, vu qu’os étoème érnus à chu cminchemint. Mais vraimint, a n’est point croéyabe. I nn o-ti des miséres no paure minisse éd chés affoaires horzain.nes !


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/03/01

SOIN, OS SONMES CASVELS !

Tchéques dizain.nes éd chintimétes éd neiges din ch’Var pi vlò ch’poéyis tchul pa dsu tête. Des tchilométes éd camions blotchés dsu chés autoroutes. Chés gins réduits à passer leu nuit din leu carrette. Quatré-vingt mille abon.nés privés d’éctricité !… Pi in.nhui, os savez ch’qu’a vut dire : pu d’éctricité cho vut dire pu d’leumiére, mais étou pu d’cœuffage. Éch cœuffage chintral, qu’i fuche au gaz ou au mazout, pour qu’i torne, i li feut du courant.

Maginez un molé qu’os ayonche du temps conme il o foait durant chés courts jours in dix-sept chint dix. Él l-énnée-lò, él Seine al o té gelée durant troés moés, éch Rhone i carrioait des glaches édsur pu d’troés métes d’épaisseur. Dé ch’temps-lò, échl’hiver-lò, o llé sait, il o foait des dizain.nes éd miyers d’morts éd froéd éd faim pi d’maladie.

Siq os dvroème avoér él minme, lò cho sroait sûremint dix foés puss pire. A n’est point durte d’adviner ch’qu’i pourroait nous arriver. Pu d’éctricité, pu d’cœuffage, chés Pèrisiens il ont abattu chés abes d’éch bos d’Vincennes, infin chetlò qu’il ont yeu l’idée d’acater chés darin.nes tchuignies à mon ch’clincailler…

Pu d’pétrole, pu d’mazout, chés routes i sont impratitchabes. Cho vut dire in moins dé rien pu rien à minger. Chés gins, aprés qu’il euche'té matché leu tchien ou bin ch’cot d’leu voésin, i nin sont réduits à mier chés rots, conme durant ch’siége éd Pèris in dix-huit chint soéxante-dix.

Él terre ingelée dsur un méte d’heuteur, tous chés tuyeux d’ieu épeutrés. Pu d’ieu, point tchestion d’és foaire in.ne goutte éd café, minme froéd. Din chés cabinets, point l’pein.ne éd tirer l’chasse… Pi pu moéyin d’éteinde chés fux d’écminée !

Pi bié seur pu d’téléphon.ne nan pu. Alorss pu d’intèrnéte, pu d’tchuin d’ziu. Qué misére !

Heureusemint qu’no planéte a s’récœuffe, pasqué sans cho, jé n’sais point cmint qu’os nous nin dessaqueroème. Rien qu’d’y pinser jé nn ai les freux. Bé, du cœup, pour qu’a n’és produiche point, j’min vos foaire aïte-aïte in.ne boin.ne verlée in voéture, histoére d’érmette din ch’temps ém tchote couche éd gaz carbon.nique à mi pa dsu tous sz’eutes.


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/03/01

PÈRLE À MIN TCHUL, ÉM TÊTE AL EST MALADE

Conme siq chés agritchulteurs i nn avoai'te point coére assez avuc chés vaques dessinsées, vlò qu’él cocotte al érvient ! Bié seur, chés pouvoérs publics i n’ont rien trouvé d’miux qu’éd foaire abatte chés troupieux intiers adoù qu’i n-y avoait d’él doutance sur él boin.ne santé d’chés bêtes.

Jé n’sais point ch’qu’os nin pinsez, mais i m’sen.ne éq pèr les temps qu’os vivons, i feut avoér in.ne rude rate pour és mette din l’élvage, qu’a fuche éd n’importe qué bétail ! Des calimichons pétête ? et pi coére… Maginez qu’il attrape'te éch piétin, asseuré qu’a n’sroait point boin pour leu digestion, vu qu’ch’est des gastéropodes !

Ch’est point l’premiére foés qu’i n-y o des avintures pèrelles. Él cocotte, chés viux poéyisans i l’con.noaisse'té bien. Quanq cho leus arrivoait, i falloait foaire él dos rond, attinde éq cho s’passe, pi vlò toute. O n’foaisoait mie d’fu d’ou avuc chés vaques et pi chés berbis d’tout ch’troupieu. Pèr aprés il ont yeu des vatcins, pi o nn est vnu à bout, ch’étoait dévnu d’l’histoére ancien.ne, él cocotte, o n’in pèrloait pu. Sancte Bondéblai, ora pro nobis !

Cmint qu’a s’foait qué l’vlò rnue ? Ch’est-ti qu’chés vatcins i n’sroai'te pu souverains ? Os n’y êtes point, ch’est point cho du toute. Cho foait dix énnées qu’o n’vatcine pu ! Ch’est pour foaire édz écononmies. Pinsez don ! quate francs tous les six moés pour in.ne éjniche qu’o vo mner à l’abattoér quanq al éro chonq ans, siq éj compte bien cho foait trente-six francs. Pasqué tout d’minme, o n’vo point l’vatciner l’veille d’él tuer ! Cho m’foait rapinser à in.ne histoére à Fernand Reynaud :
« Ça eut payé, mais y a l’sel… »
Os vous nin ramintuvez-ti ?

Bref, in.nhui pour in.ne vaque qu’il ont écononmisé quèrante francs dsu, o s’in vo don.ner chonq mille francs pour él brûler. Alorss lò, jé n’comprinds pu rien à rien. Mais jé m’dis éq jé n’sus point éspécialisse, i doét m’mantcher des paramétes. Y o d’quoé nn appréhinder. Pi justémint, nin vlò un d’paraméte éq j’avoais oblié :
quèrante francs d’puss din un porte-mon.noaie,
chonq mille francs d’moins din un porte-mon.noaie,
ouai mais vlò ! point din l’minme !…


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/04/01

UN RUDE PICHON D’AVRI

Din no poéyis os ons tours yeu ch’respect d’chés morts. Quanq tchéqu’un l’avoait défuncté, ch’étoait à s’moaison qu’éch corps il étoait déposé. Tous chés voésins-voésin.nes i vnoai'té foaire in.ne tchote visite. Chti qu’il étoait d’église i disoait in.ne priére. Pi pour bénir éch corps, feute d’aspergeoér, o trimpoait l’branque éd boémni din l’gattelette d’ieu bénite.

Pi pèr nuit, o veilloait chés morts, o né szés laissoait janmoais tout seus. Ch’est conme cho qu’un soér Batisse et pi Zénobe sin bieu-frére, il leus ont rtrouvés mon d’Oscar qu’i vnoait d’passer l’arme à gueuche. O z-est au boin temps, él trente et un d’mars, pourtant déhiors i foait du méchant temps. Atchun din un cadot, i sont au rados din l’cambe à Oscar. Éch créchet ahotché à ch’jeu d’écminée i n’éclaire point granmint, jusse assez pour vir él boutelle éd gnole et pi deux verres posés dsu l’tabe. Din ch’fond d’él piéche, éch lit adoù qu’Oscar i dort éd sin darin sonmé.

Sur les minuit, Zénobe i s’léve, i rétind ses grands abatis tout écrampis, pi i sorte din l’cour in disant : « I feut qu’éj voéche vidier m’boutife ». Batisse, li qu’i n’in manque janmoais in.ne, i n’foait ni in.ne ni deux. I vo tcheur éch cadave, i l’attrape à plein bros, i l’installe à s’plache din sin cadot à li pi i vo s’lancher din ch’lit d’Oscar.

Vlò Zénobe qu’i rinte tout in rabouton.nant s’brayette :
« I n’foait vraimint point cœud, o z-est mié d’froéd, nom-dé-zeu ! Éj vos prinde in.ne tchote cardinote, a m’récœuffero. Tu boéros bien un cœup avuc mi ? »
In disant cho i prind l’boutelle, i rimplit chés deux verres à ras bord. I nin prind un qu’il invale d’un seul cœup d’un seul. Il attind un momint, pi conme person.ne i n’bouge, i nman.ne :
« Bé quoé, tu n’boés point ? tu n’os don point soé ? cho sroait bien ch’premier cœup ! »

Os maginez les freux qu’il o yeu quanq qu’il o intindu in.ne voéx qu’al sortoait d’éch fin fond d’éch lit :
« Mèrche, min fiu ! Siq i n’él boét point, mi j’él boérai !… »


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/04/01

COÉRE BIEN !

Durant qu’éj sus t-atchéni dsu min clavier, pa driére él ferniête, min cot i rbée l’pleuve qu’al tchait. I suit avuc és patte chés gouttes d’ieu qu’i dégouline'té d’l’eute côté d’chés cassis. Pour li ch’est un ju, tours nouvieu, pi i nn’est janmoais rcran.

Cho foait tout d’minme biétôt chonq moés qu’cho dure. Chonq moés qu’os ons d’él pleuve à masse, troés foés ch’qu’i tchait ész eutes énnées à l’minme époque. À ch’premier d’l’an, chés mèrais i z-étoai'té djò badjés d’ieu, chés nappes phréatiques il avoai'te érmonté pu heut qu’chés terres, din leus aires chés hortillons i n’pouvoai'te pu raveinde leus poérions acouftés dsous tchinze chintimétes d’ieu.

Un moés pèr aprés, à Anmiens, chés gins d’la Neuville din leu moaison, il avoai'té leus pieds din l’ieu, tout conme chetlò d’éch wèrtier d’chés planques Adville. Pi fil à mesure éq l’ieu al montoait, ch’étoait des chints d’gins édpu Péron.ne dusqu’à Saint-Wary qu’il ont du tchitter leu moaison.

No Sonme, ch’est in.ne riviére bien trantchille, a n’és met janmoais in colére, mais quoé qu’os voulez, quanq a n’in put pu, a n’in put pu, alorss a s’dessaque éd sin lit, pi a s’répind din tout l’vallée. A n’est point d’trop souvint, heureusemint, pi quanq cho arrive, o nin rvient point, o n’put point l’croère.

Ch’est conme cho qu’d’autchuns d’chés Picards il ont té dusqu’à pinser qu’siq il avoai'té tant d’ieu, ch’étoait pour éq chés Pèrisiens i fuche'té au , trantchilles pour éch Marathon. Pi i n’ont point té gênés d’él dire à ch’premier minisse, quanq il est vnu szés vir. A n’est point pinsabe, qu’il o répondu Jospin ! Pi rinvoéyer l’ieu d’él Seine din l’Sonme, a n’est point possibe, qu’il ont dit sz’éspécialisses. Bié seur, bié seur, il ont raison, a n’est point possibe. Siq ch’étoait possibe, y o longtemps qu’a sroait foait !…


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/05/01

PRÉVISIONS À TCHINZE JOURS

Ch’étoait in sectimbe quatré-vingt-dix-huit, éj m’avoais mis in rongne, rapport à chés prévisions météo. Sept jours à l’avanche, ch’est conme cho qu’avoait té annonché dsu intèrnéte, mais o n’pouvoait szés démucher éq su ch’minitel. Pi pour bien foaire vir éq ch’étoait point des mintiries, j’avoais rcopié l’page à Météo-France pi jé ll’avoais lanché dsu ch’site à chés Diseux…

Bé al y est coére, pi os m’croérez siq os voulez, éd tout no site, ch’est l’page qu’al érchuvoait l’puss éd visites. Quanq tous les moés o foaisoait chés comptes, cha n’mantchoait janmoais, ch’étoait réglé conme in.ne pindule, tchéche qu’il arrivoait in tête ? él page éd chés prévisions ! Ch’est tout d’minme in.ne misére, siq os inlvez chés pages d’atcheuil, ch’est quasimint él seule éd nos pages qu’a n’fuche point in picard !

Mais vlò qu’hier au soér, j’ai yeu in.ne surprinze pi in.ne rude, j’érbée chés éstatistiques, chés fanmeuses prévisions l-étoai'te abolies, rétamées, rousties, prêtes à t-ête érlédjées à sz obliettes, tout conme éch Pèris-Saint-Germain ou bin l’Olympic éd Marseille !

Pi ch’pu pire, ch’est qu’jé n’sais point rapport à quoé ! Ch’est-ti qu’chés Picards à forche d’avoér du méchant temps, i n’s’intéresse'té pu à ch’temps qu’i s’in vo foaire ? Qu’i sont réïus d’intinde tous les jours din ch’poste ou à l’télé qu’i vo coére tchair d’él pleuve ? Pour chetlò qu’il ont leus pieds mouillés, a put s’comprinde ! Surtoute qué l’pu souvint, ch’est point qu’leus pieds qu’i sont din l’ieu !

Mais ch’est qu’nous eutes, à chés Diseux, ll’histoére-lò, cho n’foait point no affoaire. Chés gins qu’i vnoai'té vir él page éd chés prévisions, à mesure, i ransoai'té un molé d’tous les côtés, i déteupoai'té chés diries, chés verbes et pi chés tchuins d’ziux !

Conme jé n’manque point d’gingin, siq os n’êtes point pu bêtes qu’os nn avez l’air, os avez pu rmèrtcher qu’j’ai nonmé min tchuin d’ziux « prévisions à tchinze jours ». Ch’est pour ratirer coére puss éd mon.ne ! Mais n’trachez point, ch’est conme Météo-France, ch’est d’l’esbroufe.

 
[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/05/01

IN.NE DRÔLE ÉD FAMILLE

Éll histoére-lò al pourroait vous arriver à vous étou. L’eute jour, éj m’in alloais mon d’ém file qu’al resse là-bos din ch’fin fond d’chés Cévennes, pi j’rinconte édsu ch’tchai d’él gare d’Anmiens deux honmes qu’il avoai'te atchun un bieu papar din leu bros. Il étoai'té fin bellots chés ptchots éfants. Conme j’étoais d’l’avant, éj rinte in conversation avuc chés gins pi j’leu nman.ne  :
— Qu’i sont-ti rétus vos tiotins, éd tchéche qu’i sont fius ?
— I sont fius éd nos files pi fréres éd nos fenmes !

Ah bé lò miux-qu’à-dire, ém vlò resté conme deux ronds d’flan ! Quoé qu’ch’est qu’cho vouloait dire, fiu d’no file pi frére éd no fenme ? A n’étoait mie possibe ! Bié seur, i leu foutoai'te éd mi ! Pi os ons dvisé un boin momint, il ont fini pèr m’asplitcher éch qu’i nn étoait vraimint.

Jean Poël pi Pierre Tuilleude, qu’i leu dénonmoai'te. I leu z-avoai'te rincontré à ch’chinmetiére éd la Madelein.ne, i l’étoai'té véves touté deux, avuc atchun in.ne file. Él file à Jean a s’appeloait Jeanne, chtilòl à Pierre ch’étoait Pierrette. Au bout d’tchéques énnées à leu rincontrer rédjuliéremint, Jean il avoait tcheu anmoureux d’Pierrette et pi Pierre i s’avoait assoté d’Jeanne. Chés mèriages il ont té foaits insen.ne, l’minme jour pi à l’minme heure. Ch’étoait l’énnée passée au boin temps.

Pi, bé, in.nhui il avoai'te atchun un fiu : Jeannot ch’étoait ch’fiu d’Jean pi d’Pierrette et pi Pierrot ch’étoait chtichi d’Pierre pi Jeanne.

Eh don ! il avoai'té raison, Jeannot ch’étoait ch’frére éd Jeanne, él file éd Jean qu’étoait l’fenme éd Pierre et pi Pierrot, ch’étoait ch’frére éd Pierrette, él file éd Pierre qu’étoait l’fenme éd Jean. Bien miux, Jeanne et pi Pierrette il étoai'té belles-méres éd l’in.ne l’eute, Pierrot pi Jeannot il étoai'té onques éd l’in.ne l’eute. Pi à forche éd buser à l’famille Tuilleude-Poël, toute i s’touilloait din m’paure cawette, ém chervelle al écminchoait à bolir.

Quanq éj sus rdeschindu sur terre, bé j’avoais point vu passer ch’temps, pi ch’train il étoait pèrti sans mi, cré vain Diu !


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/06/01

CH’EST NOUVIEU, CHO VO SORTIR…

Chetlò qu’il acat'té tout ch’qu’i s’dessaque in picard,
chetlò qu’i leu ramintuve'té d’Pierre Dutchet,
chetlò qu’i sui'té d’prés chés Diseux pi tout ch’qu’i brasse'te,
chetlò qu’i sont matchés d’picard,
chetlò qu’i sont prés d’leus sous,
tertous i feut rondébilis invoéyer vo bon d’conmande !

Dusqu’à ch’trente éd juin, os pouvez souscrire à ch’live Da nou vallée d’Selle éd Pierre Dutchet qu’éch Lanchron il o agincé. Pu d’deux chint chinquante pages, tous chés texes à ch’marister éd Creuse, et pi in.ne trentain.ne éd dessins foait avu du sabe, pèr éch marister étou.

Dusqu’à ch’trente juin, os pouvez acater éch C.D. Pierre Duquet din l’collection chés Diseux d’Achteure i rbat'té leus hotons. Ch’est in.ne heure et quèrt éd picard, 26 texes éd Pierre Dutchet, dit pèr Pierre Dutchet.

Passé l’trente juin, y éro du rintchér, mais dusqué lò, éch live il est à 90 francs, a n’foait point tchér d’él page, éch C.D. l’est à 50 francs, cho foait 42 francs d’l’heure, minme point chu SMIG ! Alorss, quoé qu’ch’est qu’os attindez ?


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/06/01

CHATCHUN SIN BRIN

Au début d’chés inondations, d’autchuns i disoai'te éq ch’étoait chés ieux d’éch bassin d’Seine qu’o z-avoait déversées din l’Sonme pi qu’i ll’avoai'té foait déborder. Bié seur, chés éspécialisses i ll’ont dit tout d’suite, a n’étoait point pinsabe, bien miux, a n’étoait point possibe !

Mais ch’qu’o z-apprind in.nhui, lò ch’est point des mintiries, éch n’est point des rumeurs ! Édpu dix-neu chint quatré-vingt-douze, din no dépèrtémint, ch’est troés mille chonq chints métes tchubes éd beues qu’i sont épar édsu deux chints hectares éd terre. Est déjò conséquent, mais l’pu grave ch’est qu’o pèrle achteure éd passer à deux mille six chints hectares, cho foait point loin d’chinquante mille métes tchubes éd beues…

Mais quellé beues qu’o m’direz ? Ch’est des raques qu’i vien'té d’chés éstations d’épuration à chés Pèrisiens. Du début, chés éspécialisses… Soin, point chetlòtt à l’heure ! Chetlò dé tt à l’heure ch’étoait dz éspécialisses in ieu, nan ! chetlò-lò ch’est dz éspécialisses in beues !… Adon chés éspécialisses il ont présinté chés raques conme édz amindemints, cho rimplachoait sz ingrais, ch’étoait miux qu’chés nitrates…

Achteure, o nin sait un tchot molé d’puss édsu chés beues. Chés écologisses il ont mis leu nez ndin, pi quanq i ll’ont rdessatché, il étoait plein d’dranclures ! Ch’est qu’chés beues-lò, ch’est un rude d’touillage éd cochoncetés. O z-y trouve du vif-èrgint pi du plomb, des pesticides et pi dz insecticides. Bref tout ch’qu’i feut pour nous impoéson.ner !!!

Ch’est à croère éq chés vaques folles, a n’o point suffi, qu’éch n’est point coére assez, qu’i n’ont point coére comprins !

Pi pour nin définir, pétête bien qu’os n’ons point yeu l’ieu d’chés Pèrisiens, mais leu brin, sié ! Pi siq os nous tchittons foaire, os allons nn avoér coére treize foés d’puss.


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/07/01

ÉCH MARISTER ÉD CREUSE

Jé l’voés coére, tchou Pierre, su l’cœup d’six heures, és carnasse din s’main, monter chés escaïers d’él Plache Dewailly pou vnir à nos réunions. Dvant qu’il arrive, j’ércon.noais s’voéx qu’al clairon.ne. Ch’est qu’o ll’intinds dé loin, éch Marister éd Creuse ! És voéx al foait clatcher chés que, chés co, chés can. Al chuinte avuc chés tché, chés chti, chés djli. A s’trondéle din chl’impèrfoait : pèrloai'te, cantoai'te, pourlétchoai'te. Al gliche édsu chés subjonctifs : qu’i fuche, qu’i seuche, qu’i diche, qu’i foaiche…

Conme il disoait li-minme, éch picard feut qu’i viche ! Quanq no pèrler i cante, i feut l’laissier canter !

In.ne foés rintré din l’salle, i dessatchoait d’és carnassiére un patchet d’feuilles éd papii, des feuilles étnues avuc un tchou lastique. Ses texes il étoai'te tapés dsu, avu s’vielle machine qu’al mèrtchoait des quate in plache d’ész apostrophes. In attendir éq tout l’mon.ne il fuche lò, i prindoait sin crayon pi, dsu ch’tchuin d’él tabe, i cminchoait à gribouiller. I nn o-ti des biffures, des rajoutures, des ratures sur chés fanmeuses feuilles-lò ! Tchinze foés, vingt foés qu’i s’y rprindoait, qu’il y révnoait. Copant un bout pèr-chi, cangeant l’orde éd chés mouts, rmettant in.ne ligne pèr-lò, a n’étoait janmoais conme i feut, janmoais à s’mode : « Un écrit cho s’miton.ne, cho s’polit, cho s’perton.ne…»

Fil à mesure qu’i viusichoait, il o cminché à vnir moins souvint à chés Diseux, mais os n’ons janmoais inregistré in.ne cassette – sauf él darin.ne, forchémint – sans qu’il y tienche sin rôle, pi surtoute, sans qu’il y méche és patte, ésn impreinte, sin grain d’sé.

Pi qué rédeux qu’ch’étoait, qué rude invintion.neux, tchurieux d’toute pi asteux avuc cho ! I stchultoait avuc in.ne vielle soée cirtchulaire portative, él lame usée al brûloait ch’bos, ch’étoait cho qu’i ll’intéressoait, i né ll’éroait point radjuisée pour in.ne vaque d’or. I foaisoait des silhouettes in fi-d’fer qu’il ahotchoait à ch’fil à linge, din sin gardin. I dessinoait avuc du sabe… Éch logo d’chés Diseux, ch’est li, chés dessins d’nos diries, ch’est li, chés marion.nettes éd tchot Batisse pi Phrasie, ch’est coére li !…

À chaque cœup qu’os l’voéyoème, os nous foaisoème atuire  : « Os n’savi point vous vinde. I feut t-ête tout pèrtout, i feut foaire pèrler d’vous. Tchot Batisse, i feut l’mette in avant  

I feut dire éq pour cho i savoait y foaire. Din chés espositions, chés manifestations, chés ineudjurations, i voéyoait-ti ch’maire o bin ch’conseiller, alorss il ouvroait sin grand compas, i trécopoait l’salle, avuc ses grands abatis i foaisoait d’sz agambées l’doube dész eutes. Pi lò il interprindoait sin bon.nhonme : « Tchot Batisse, a n’vous dit rien ? Tchot Batisse éch Rapide ? L’est con.nu conme éch leu blanc. Ch’est no héros, ch’est no fierté, jé ll’ai stchulté in cabotan ! Évnez vir conme il est rétu ! » I n’avoait d’cesse qu’éch député-maire i n’fuche rindu à chu stand éd chés Diseux.

Merci tchou Pierre, o t’appeloait ch’marister éd Creuse, mais t’étoais no moaîte à tertous, merci pour chés lçons éd public-érlachion. In.nhui, ch’est mi qu’éj té foais d’él réclame !


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/07/01

ESTCHUSEZ-MÉ D’T-ÊTE IN RTÈRD

Éch message il est tcheu hier au soér din m’boéte à lettes alectron.nique : éch baroumoaite i pèrtoait in vagances, pi i m’laissoait s’plache durant in.ne cope d’ésmain.nes, à mi Magritte d’Arras ! Oh bé lò, miux-qu’à-dire ! Ém vlò don baroumoaitresse pèr raccroc !…

Éch bricolier-lò i m’éroait prévnue pu tôt, j’éroais yeu l’temps d’m’értorner, mais lò, pinsez-don, sin message il étoait du tchinze, et pi mi éj n’ai rouvert ém boéte qu’él seize, étoait jolimint jusse pour foaire un tchuin d’ziu. A n’o l’air dé rien , mais ch’est qu’un clognon a n’és foait point in un tchuin d’ziu !

Bon ! bé pour in.nhui, o n’érez point grand cose à vous mette sous vo dint, mais ch’est promis, pour din tchinze jours, éj tâcherai d’t-ête d’attaque pi surtoute éd t-ête à l’heure. In attendir, siq o n’savez point quoé foaire, allez don varon.ner à mon d’chés Canadiens, tchestion d’pèrlage, ch’est un molé nos cousins germains. Éj vous conseille d’édman.ner bizoune din in boin moteur d’ércherche, pi o voérez ch’résultat. Mi j’ai yeu pu d’chint soéxante réponses :
tabarnac, qué grosse crisse de bizoune !

J’avoais étou traché tchul, mais ch’est seulemint qu’trente neu pages qu’il ont té détriées. Chés Picards i n’sont point d’taille. I feut dire qu’in.ne bizoune, in québécoés, ch’est in.ne brutchette, un robinet, un roételet, un moénié, bref un bite !

Magritte d’Arras, à l’plache d’éch baroumoaite pèrti in vagances


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/08/01

N’IN DISONS POINT D’MAU, CAMILLE !

Tout conme éch darin cœup, ch’est mi, Magritte qu’éj sus d’corvée, bé ch’cœup-chi, os érez l’lette éq j’ai écrite in.nhui à mn’anmie Camille, pi siq os n’êtes point contints, bé ch’est l’minme prix !

Min tchot bout d’chuque

Éj t’avoais dit din m’darin.ne lette éll intourloupe qu’i m’avoait jué tchot Phane. Tchinze jours pèr aprés, éj n’in sus point coére révnue. És’n aller conme cho in tchittant toute in plan pi m’laissier toute à foaire à s’plache, ch’étoait bien d’li, un pèrel ratro !

Ch’est vrai qu’il o tours té conme cho, à foaire foaire ésn ouvrage pa sz’eutes : Feudroait foaire chi, feudro foaire cho, din s’bouque a tours voulu dire : os allez foaire chi, os allez foaire cho. Pi nous eutes, conme des naïus, nous, chés oscures, chés sans grade : « bié seur, tchot Phane, os allons foaire conme tu l’os dit ! »

Ch’est conme és tolérance ! « Tout l’mon.ne il o l’droét d’t-ête con » conme i dit si bien. Mi, ch’est point cho qu’j’appéleroais d’él tolérance. Quanq o n’est point d’avis avuc li, il l’est-ti tolérant ?

Il est tellemint ginti, tchot Phane, pi janmoais un mot pu heut qu’l’eute… Ouai, bé ch’est qu’tu ll’os janmoais intindu quanq o n’vo point conme i vut ! I s’met din des rages du diabe, i jure conme un timplier. Éch pu pire ch’est quanq i cminche à canter des cantiques ! Lò, ch’est l’pastorelle, i vut miux point t-ête din ses pieds !

Pi vlò ! À ch’qu’o prétind, ch’est conme cho, pi cho sro conme cho jusqu’à l’fin des temps. I y in o des qu’i di'te éq ch’est din s’min.niére d’ête, pour édz eutes ch’est sin charisme ! Charisme min tchul, éj té nin foutrai, mi, du charisme !

Minme ti, quanq tu pèrles éd li, ét langue al fond, tes ziux i mile'te, té vlò conme in.ne alouette rôtie, tout prête à tchair din ses bros.

Bé, tu voés, Camille, tu vux qu’éj té l’diche, tchot Phane tu nin foais tin diu, éj n’in froais point min coéchon !

Et pi jé nn ai d’assez ! Éch prochain tchuin d’ziu, siq éch Phane i n’est point rintré, eh bé n-y in éro point, d’prochain tchuin d’ziu ! Tant piss pour li !…

Ll’ésmain.ne-chi, j’ai foait mes confitures éd framboéses, pi j’ai grand faim qu’tu vienches észés goûter. Quanjou qu’tu viens ?

Éj té foais des gros bés

Magritte à l’plache d’éch baroumoaite


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/08/01

CHO NN EST BIEN D’CHÉS FENMES

Qué lé jnée, mais qué lé jnée  ! A n’est mie Diu possibe ! Mais quoé qu’ch’est qu’j’ai foait à ch’Boin Diu ? Él saprée fumelle-lò, él jour éq j’ai llé rincontrée j’éroais miux foait d’ém casser un abatis !

Est tchurieux tout d’minme, i n-y o qu’avuc chés fenmes qu’i m’arrive des tours pèrels ! À croère éq ch’est din leus génes ! Il ont l’mawaiseté din l’sang, i n’pinse'té qu’a foaire indéver chés gins pi qu’a szés dintier  !

Pasqué ch’est tout d’minme tchéque cose, a n’s’invinte point ! Éj m’in vos fin trantchille in m’disant qu’éch tchuin d’ziu il arrivero à l’heure, qu’toute i sro foait bien conme i feut, in pinsant qu’éj pux dormir édsu mes deux érelles, qu’éj pux t-ête asseuré qu’chés gins i s’aperchuvrons minme point qu’éj sus t-in vagances !

Ah bé wate, pèrlons nné ! In deux cœups d’tchuillére à pot, al est capabe éd mette él chipouille tout pèrtout, éd foute un brin du diabe ! J’éroais du mé nnin douter, al o djò traché à nin foaire autant avuc éch Lanchron ! Al vouloait rameuter tous chés fenmes pour foaire la djerre à Gadrouille ! Ch’est in.ne éspécialisse éd chés cœups foéreux !

Ch’est minme à s’édman.ner cmint qu’j’ai pu li foaire fiate ! Feut-ti ête bête et pi coére coéchon pour maginer qu’avuc elle toute i roulero conme édsu des roulettes ! Feut sé nnin s’déméfier conme d’un bétail vrimeux, pire qu’in.ne vipére à cornes ! Al froait batte chés montaingnes !

Mèrchez, os n’êtes point lò dé ll’érvir, él signure à Magritte un bos d’un tchuin d’ziu ! Al o tchié din mes bottes et pi mèrché ndin ! I n’feut point m’prinde pour pu bête éq jé n’sus ! Ch’est point dmain l’veille qu’éj li dman.nerai d’ém rinde service ! Sancte boin déblai, ora pro nobis !…

D’un sin, ch’est pétête un mal pour un bien. Conme cho os avez récapé à mes ratrouilleries. In.nhui cho éroait pu ête édsu chl’écolo qu’i cabale pour avoér chés voéx d’chés nation.nalisses corses à chés présidintielles in réclamant l’armistice pour tous chés indépindantisses. Ou bin coére conte chés députés CPNT qu’i vont cacher quanq o n’o point l’droét ? In.ne supposition qu’o leus inléveroait leu salaire éd députés ? Piq i leus ont mis hors la loé a sroait d’boin.ne djerre ! Conme i l’ont dit eux-minmes « Os n’allez point nous invoéyer chés cadoreux ou bin chés mirlitaires ». Nan, mais o pourroait leus invoéyer ch’percepteur ?


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/09/01

CHÉS SURPITCHETS

Din min poéyis, i y o tours yeu des surpitchets. Vlò don, ringé din l’orde éd leu mawaiseté, chetlò qu’jé m’ramintuve.

tchot mélie ch’étoait ch’fiu à Mélie ; éch tchain, éj vous n’ai djò pèrlé, quanq il avoait sur les chonq ans, i disoait à tout l’mon.ne : « Mi j’sus tchain ! » a vouloait dire « Mi j’sus républitchain ! »

tchot pènier ch’étoait in.ne fenme qu’a n’sortoait janmoais sans sin tchot pènier d’pindu à sin bros ; ésn honme ch’étoait ch’toér à capieu, ch’étoait li qu’il alloait din chés étabes à vaques pour foaire ész inséminations.

Bié seur, tchitchou a n’étoait point bien grande, pi ch’mouton il étoait frisé. ch’tortieu, ch’potieu, ch’étoait deux fréres, un qu’étoait droét conme un i, l’eute qu’il étoait dochu-bochu. bouboule il étoait rond conme in.ne bille et pi djeule-et-dmi-quèrante-chonq-dints il éroait pu rimplacher Fernandel !…

éch poéreux il étoait éscrétaire d’univarsité, ch’étoait un horzain, i né vnoait qu’durant chés vagances. À cœuse d’éch courrier qu’i rchuvoait, chés gins i croéyoai'te éq ch’étoait li ch’doéyen ou bin coére éch recteur d’Académie. Falloait vir conme i s’érdréchoait. I mèrchoait, s’panche in avant, in s’dandinant conme un canèrd. Un bieu jour qu’i s’carroait avuc és fenme et pi Georges leu fiu au bord d’él mère, i y avoait in.ne vielle cœuchure qu’al trimpoait din l’ieu, échl’éfant il o dit à s’mére, avu sn accent d’pèrisien : « T’as vu Maman, la godasse !… » ch’cœup l’étoait jué, tout du long d’és vie, Georges i s’a appelé la godasse.

Honorine qu’al passoait ses jornées à miler driére ses cassis, o né l’con.naissoait qu’sous l’nom d’radar. Pi y avoait coére él tasse, lò ch’étoait ch’coq, o l’appeloait l’tasse ou bin ch’tisse tellemint qu’il étoait titisse-tatasse, un vrai tâte-mes-glain.nes. Il étoait à chés cmins d’fer. Qué plaisi qu’os ons yeu quanq os ons su qu’à sin travail, sin surpitchet ch’étoait ch’persureux !

Laïde, elle, ch’étoait l’anglaise, ch’étoait in.ne file-mére – à l’époque n’y avoait point coére éd mére célibataire. O disoait conme cho qu’a n’avoait point seu dire nan à chés Anglais d’él djerre quatore. És file Yolande o ll’appéle yaya, elle, ch’est à chés Allemands d’él djerre quèrante qu’a n’savoait point dire nan !!!

Pi mes voésins, elle ch’est péte pi li ch’est paillasse. Éj n’ai janmoais seu rapport à quoé, mais tout d’minme, os avouerez qu’ch’est un bieu coupe pour un rédeux !


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/09/01

QUANQ O RAQUE IN L’AIR…

Un sapré onze éd sectimbe qu’os ons vétchu lò ! bié seur, éne point t-ête sinsibe à in.ne histoére pèrelle, a n’est point pinsabe, a n’est point possibe. D’autant qu’chés télés i nous ont montré l’catastrophe, qu’os ons pu vir échl’événemint quasimint in direc.

Durant tout l’aprés-non.ne, i nous sz’ont-ti passées, rpassées pi coére ratapassées, chés meudites images ! Chés deux avions qu’i vien'té s’abolir din chés deux tours éd Manhattan, chés gins qu’i s’lanche'té din ch’vide, pi, tout in heut, chetlò qu’i scoue'té leu mouchoér pour qu’o vienche észés tcheur, ch’est dix foés, vingt foés qu’os ons pu szés vir

Cho m’o foait rapinser à l’tchote file qu’os nous o montré in route à s’noéyer din chés beues. Ch’étoait in Colombie y o in.ne tchinzain.ne d’énnées. Din ch’temps-lò, y avoait yeu des gins pour roboler pi pour dire qu’étoait hontabe éd montrer cho din chés télés. Édpu ch’temps-lò, os ons foait du cmin. Os ons yeu Loft-Story. Pi achteure éch seut à lastique sans lastique !

Heureusemint qu’chés Améritchains il ont un boin présidint. Ch’est un rude wépe échtilòl. Un eute éq li il éroait rapassé rondébilis à sin burieu d’él Moaison Blanque. Li, nan ! il o té s’mette au rados à mon d’chés mirlitaires. D’autchuns à s’plache, il éroai'te aïte-aïte rabziné dusqu’à New-York pour écorer chés sauveteurs. Troés jours qu’il attindro qu’chés porettes i fuche'té rtcheutes, rapurées à foait !

Viet-Nam, napalm, Allende, CIA, Pinochet, Afghanistan, Taliban, Irak, frappes chirurgicales… in picard, o n’o point chés mots qu’i feut pour édviser d’tout cho, mais os ons des dictons, pi y in o un qu’i dit :
Quanq o raque in l’air, qu’o l’érchuche su sin nez a n’est point bien rère !


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/10/01

I FEUT QU’J’ASPLIQUE !

Din ch’darin tchuin d’ziu, éj disoais qu’os n’avoème point chés mots pour pèrler d’chés États-Unis din l’mon.ne. À vrai dire, a n’est point vrai, mais ch’est qu’éj n’avoais point d’trop invie d’nin dviser. D’autchuns i m’ont écrit pour m’édman.ner d’m’asplitcher… pi dz eutes pour m’atuire in m’disant qu’jé m’foaisoais ch’complice éd chés terrorisses, adon piq ch’est conme cho, éj m’in vos mette chés point dsu chés i !

In preume, éj vos répon.ne à chetlòl qu’al mé dman.ne quoé qu’ch’est qué chl’histoére d’él tchote Colombien.ne, bé vlò : éch treize éd novimbe dix-neu chint quatré-vingt-chonq, éch volcan Nevado d’él Ruiz il o acoufté él ville d’Armero in Colombie, y o yeu vingt troés mille gins d’roustis pi ch’o té l’occasion pour chés télés éd nous montrer in.ne tchote file in route à moérir, quasimint in direc.

Éd deuze, jé n’sus point d’accord quanq os disez qu’éj sus complice éd chés terrorisses, mais jé n’sus point d’accord nan pu quanq j’intinds :
« ch’est des bèrbères, édz illuminés qu’i s’in prin.ne'te lâchemint à no civilisation »
o bin coére  :
« ch’est ch’combot d’éch bien conte éch mal ».

Quanq j’intinds cho, jé m’dis qu’chés Améritchains i n’sont pétête point d’trop bien plachés pour don.ner des lçons. J’rapinse à l’bombe éd Nagasaki, soéxante tchinze mille morts d’un cœup pi pu du doube chonq ans pu tèrd, éd maladie… étoait-ti vraimint indispinsabe aprés chés chint trente mille morts d’Hiroshima ? Deux miyons d’morts durant l’djerre du Viet-Nam, pi ch’poéyis berzillé avuc chés défoliants. In dix-neu chint soéxante-treize au Chili, él CIA al rinverse Allende pour mette Pinochet à s’plache. In dix-neu chint quatré-vingt-neu, ch’est juste cause, deux mille civils éd tués au Panama . Pi chés frappes chirurgicales dsu l’Irak… et pi et pi… Adoù qu’il est ch’mal, adoù qu’il est ch’bien ?

Bié seur, i n’s’agit point d’définde chés terrorisses, mais tout cho ch’est pour dire éq chetlò qu’i bourre'té l’crane à tchéques illuminés pour nin foaire des kamikases, i n’manque'té point d’ardjumints !…


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/10/01

QUÈRANTE ÉNNÉES !…

Cho fro dmain quèrante énnées éq chés policiers il ont escoffié des gins sins armes qu’il étoai'té vnu manifester din chés rues d’Pèris conte un couvré-fu racisse. Pétête troés chints, pétête moins, o n’o janmoais seu, pi o n’él séro sûremint janmoais.

Monsieu Maurice Papon, os savez chti qu’il est in prison pour complicité d’crime conte l’human.nité, il étoait din ch’temps-lò préfet d’police. Ch’étoait Charles de Gaulle qu’il étoait présidint, o z-étoait à tchéques moés éd chés accords d’Évian pi d’l’autodétermination éd chés Algériens.

Mi j’étoais in route à foaire min congé à l’époque, avuc granmint d’értèrd, rapport éq j’étoais sursitaire. Chés mirlitaires i classoai'té chés gins in deux catégories, chés Français d’France et pi chés FSNA, Français d’Souche Nord-Afritchaine. Bié seur, i y avoait granmint d’eutes noms d’oésieux pour észés désigner : chés bougnoules, chés rots, chés ratons, chés gris pi d’eutes surpitchets point ordinaires.

Monsieu Papon il avoait pondu un arrêté éd couvré-fu pour chés FSNA. I n’leus o point nman.né éd mette un croéssant gan.ne éd su leus habits, conme l’étoéle à chés juifs in dix neu chint quèrante deux. Ch’étoait point l’pein.ne, o szés rcon.naissoait à l’couleur éd leu pieu. Tours est-ti qu’passé 8 heures d’érmontée i n’avoai'té pu l’droét d’t-ête déhiors à pu d’troés à l’foés.

D’éch temps-lò, chés raton.nades, ch’est tous les jours, pi, tout conme chés ptchots gars à Bigeard in Algérie, chés policiers in France i jue'te éd la gégéne, i torture'te à mort chés Maghrébins. In plein Pèris, rue d’él Goutte d’or pi rue d’él Charbonnière. O z-értrouve chés cadaves à l’pointelette pi o dit qu’ch’est des réglémints d’compte inte chés Algériens.

Ch’est conme cho éq chu F.L.N., organisation terrorisse (bié seur, mais étou interlotchuteur d’éch gouvernémint français à chés pourpèrlers d’paix in Suisse !) i nman.ne à tous chés Maghrébins éd deschinde din chés rues éch soér du dix-sept octobe dix-neu chint soéxante-et-un, pour in.ne gran.ne manifestation. Pour dire éq chés loés i doé'té ête les minmes pour tout l’mon.ne.

I z-ont mis leus habits du diminche, i sont vnus avuc leu famille, leu fenme pi chés tchots éfants. Bié seur i n’ont point d’armes. I sont trente mille, pétête trente chonq mille. Pour eux, ch’est conme in.ne fête, y o tellemint longtemps qu’i n’leus ont point rtrouvés insen.ne. Mais cho n’dure point…

D’un seul cœup, szés vlò conme chés pichons prins din l’nasse. Ch’est sept mille policiers qu’i szés prin.ne'te au lache. I sont rmontés, o leus o dit éq pour un cœup rchu, i falloait nin rinde dix, o leus o dit étou éq deux troés d’leus camérades l’ont té battus à mort pèr chés manifestants. Alorss lò ch’est un vrai carnage. Chés policiers i tape'té conme des botchillons dsu chés Algériens qu’i né s’définde'té point. Cmint qu’i pourroai'té foaire ! Ch’est des gins qu’o jéte din l’Seine, mais soin, édvant o leus o loéyé leus mains pi leus pieds. Éd z’eutes qu’o z-imbèrque din chés buss éd la RATP, point pour éch Vél d’Hiv, os avez dix-huit ans d’értèrd, l’foés-chi ch’est ch’Pèrc des Princes. Il y resteront troés jours sans boère sans minger, pi chés blessés sans soins.

Tout cho, o né l’voérez point din chés lives d’histoére, i feut attinde trente ans pour qu’o n’in pèrle din chés télés… Ch’est rapport à des ratros pèrels éq jé m’sins fiér éd t-ête Français.


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/11/01

AVIS À TERTOUS

Din min tchot poéyis, tous les jours au matin, à pèrt éch mercrédi, os avons in.ne boulindjére qu’al passe avu s’carrette, in.ne vielle deudeuche. Al nous apporte éch pain qu’ésn honme il o tchuit pèr nuit. Du pain qu’il est coére tout cœud quanq o l’prind din ses mains.

Pi vlò qu’in.nhui, dvant d’ém don.ner l’badjette qu’éj vnoais d’li acater, no boulindjére al m’o nman.né d’patarafer in.ne pétition. Étoait in français, à cœuse, probabe, éq no minisse, i n’sé dvise point in picard – sins cho a s’séroait ! Du cœup, piq os y êtes duits, jé l’ai rmis in picard. Conme cho os n’srez point déringés din vos habitudes.


Pétition adréchée à Monsieu l’Minisse éd l’Édutchation nation.nale
pi à Mame él Ministresse d’él Tchulture
pèr chl’Univarsité picarde libe éd Quiérache (F.I.P.Q.) – 02140 Lemé

Voéyant qu’i y o deux poéds deux mesures pour éch qu’i nn est d’chés langues région.nales in France, tous chetlò-lò qu’il ont signé l’pétition-lò, il exige'te éq cho fuche du minme pèrel pour él langue corse – pèr eximpe –, pi pour él langue picarde – qu’o ll’appéle picard, patoés, chti ou chtimi, rouchi, o bin coére quiérachien –, pi in pèrtitchulier qu’i y euche pour éch baccalauréat un examen fatchultatif éd picard drés ch’moés d’juin 2002.


Ch’est-ti qu’no Picardie a cmincheroait à s’écaniller ? Soin mes gins, a n’est pétête point l’momint ! Avu ch’plan vigipirate, a n’vo point t-ête des pu aisiés éd foaire seutir chés perceptions…


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/11/01

TCHÉCHE QU’IL O PRINS M’PLACHE ?

Ch’étoais pèr éch seize éd déchimbe quatré-vingt-dix-neu, cho foait exactémint vingt-troés moés qu’éj disoais :

I feuro bien tchéqu’un pour értraduire éch picard in améritchain…
eh bé vlò, jé m’porte volontaire ! Adon, si din tchinze jours, jé n’sus point lò pour vous souhaiter in.ne boin.ne énnée, ch’est qu’éj srai pèrti là-bos.

J’ém voéyoais djò interpréte, quasimint fonction.naire, conme à l’Unesco !… Eh bin, ém z-anmis, j’ai té rtcheussé, pi conme i feut ! Ch’est in allant ranser dsu ch’wébe qu’éj mé nin sus t-aperchu. Un molé pèr hasèrd.

Conme tous chés baroumoaites, éj sus tchurieux d’savoér écmint qu’éch site éd chés Diseux il est plaché din chés tracheux, chés moteurs d’ércherche siq os ainmez miux. Ch’est conme cho qu’éj vos rédjuliéremint dmander à l’un ou à l’eute éd chés tracheux d’ém déteuper ch’mot « tchul ». Éj vous voés sourire din vo bèrbe. Ch’est-ti qu’o n’éroème point l’droét d’imploéyer ch’mot-lò ? Un tchul d’lampe, un tchul d’castrole, minme in picard cho existe ! Conme à ch’Lanchron il écri'té « tchu », os sonmes quasimint tout seu, nous eutes chés Diseux à pèrler « tchul » avuc in.ne aile à ch’bout. Os m’avouerez qu’est jolimint bien pratique pour savoér siq chés tracheux il ont vnu nous vir…

Ch’est conme cho qu’un bieu jour, éj sus tcheu dsu in.ne page éd no site. Ch’étoait ch’tchuin d’ziu du seize éd mars 2001 : pèrle à min tchul, ém tête al est malade. Pi conme éch tracheux i m’proposoait d’vir él page-lò értraduite in français, éj n’ai point pu m’atnir, j’ai dit ouai ! Quoé qu’ch’est qu’j’avoais foait lò ! Os allez vir éch résultat.

Éch tite, in preume, ch’étoait achteure : « pèrle à minute tchul… » Jé n’sais point siq os maginez l’suite ? Rien qu’pour qu’o vous foaisèche in.ne tchote idée, vlò cmint qu’éch darin paragraphe il étoait rtraduit.

Rindez-vous à din tchinze jours pour un nouvieu tchuin d’ziu. Conme éd bien, i y éro étou du neu un molé d’tous les côtés… pétête !
Adé pi vnez nous rvir.

étoait dévnu :
Les jours de tchinze de vacarme de à de Rindez-vous versent le d’ziu de tchuin de nouvieu d’un. Conme éd bien, pétête d’tous de côtés de les de molé d’I y éro étou du neu un  !
Rvir nous de vnez d’Adé pi.

Cmint qu’il ont pu verser din ch’vaquèrme, j’mé l’énman.ne coére ? Point l’pein.ne qu’éj vous foaiche un dessin, pour tout l’resse ch’étoait du minme pèrel… Qué touillage, qué cafouillage, in vrai massaque !

Ch’est justémint rapport à cho qu’éj sus trantchille. Vu ch’travail qu’i foait, chtichi qu’il o prind m’plache i n’sro point long à s’foaire foute à l’porte. À ch’momint-lò, ch’est mi qu’éj mé rvingerai. I pourront tours prier pi supplier, éj dirai nan. Minme pour in.ne vaque in dor, i n’m’éront point ! Ch’est vrai quoé, os n’ons point si souvint l’occasion d’rire un boin cœup…


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

01/12/01

CHÉS PEINTURES ÉD DIN L’TEMPS

Émn onque Robert il étoait peinte, in bâtimint pi d’al diminche étou. Il avoait un boin cœup d’pincieu, j’ai coére à no moaison in.ne toéle éd li sur un morcieu d’carton, o diroait quasimint la Joconde…

Mais ll’histoére qu’éj m’in vos vous conter, a s’passe in smain.ne. Robert il étoait à ouvrer mon d’éch boulindjer. Il avoait don s’bruche din s’main pi il étoait in route à rpeinde éch solin d’él façade avuc du terque. Ch’étoait l’mode d’éch temps-lò. Tous chés solins il étoai'te passés au terque. Conme cho point d’murs ieuiches, o z-étoait à l’abri d’chés fraictémes.

Vlò Norine qu’al arrive, avuc sin beudet, Gablou. Qué bétail éq ch’étoait chtilòl, coére pu têtu qu’in.ne mule ! Éj pèrle éd Gablou, bié seur ! Pi justémint, éch jour-lò, quanq Norine, du matin, al l’o attelé pour sn’aller traire, al o sintu qu’i n’étoait point din un boin jour. A n’o point mantché, i sont rnus à fond d’train, deschindant l’cavée d’éch Grand Roéyon à bride rabattue. Point moéyin d’nin vnir à bout, il o té moins eune qu’i n’foaiche baler l’voéture, chés cruches plein.nes éd lait et pi Norine avuc pa dsu ch’mèrtché ! Il étoait pressé d’rintrer, probabe !

Bé lò ch’cœup-chi, Gablou i n’étoait point pressé, mais alorss point pressé du toute. Est bien simpe i n’vouloait point mette un pied dvant l’eute. Norine al s’égargatoait à rameuter tout ch’poéyis, mais al avoait bieu djeuler pi coére juer d’és cachoére, éch beudet i n’sé nin rtornoait point. Il avoait décidié qu’i n’froait point un pos d’puss… et pi i n’foaisoait point un pos d’puss !

Émn onque, in voéyant cho, i s’a dit qu’i n’pouvoait point laissier Norine és décheper tout seu d’in.ne affoaire pèrelle. I n’o foait ni in.ne ni deux, il o prins s’bruche, il l’o trimpé din sin camion rimpli d’terque pi il l’o torchon.né in dsous l’tcheue d’éch beudet. Éch paure Gablou il o dréché ses érelles, il o poussé un hihan formidabe pi i s’est inseuvé au grandéssime galop, conme siq il avoait ch’diabe à sin tchul. Ch’étoait point ch’diabe qu’il avoait à sin tchul, ch’étoait ch’terque !

Norine, in voéyant cho, al o rélvé ses cotrons, al s’a plontchée pi al o dit à mn onque :
« Robert, siq tu n’mé nin foait point autant rondébilis, jé l’rattraperai janmoais, min beudet !!! »

J’ai idée qu’chés peintures d’in.nhui i n’veu'té point chés peintures éd din l’temps. Ch’éroait té d’l’acrylique, Gablou pi Norine il éroai’té-ti bziné sitant vite ?


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

16/12/01

QUÉ MISÉRE !

Éd tous temps, j’ém sus dit qu’chés cadoreux il étoai'té vraimint à plainde. I sont poéyés à pein.ne miux qu’un agrégé qu’i cmincheroait, pi au bout d’tchinze ans, o szés met à l’porte, i s’értrouve'te à joc, avuc leu tchote értraite, forchés d’prinde él plache d’un joéne conme vigile ou bin warde-mahons.

Jé n’maginoais tout d’minme point qu’i nn étoai'te arrivés lò qu’i nin sont in.nhui ! L’o follu qu’éj liche chés gazettes, pi qu’éj voéche chés photos d’cadoreux réïus. Il étoai'te in route à manifester. Trop rcrans pour évnir à pied, il avoai'te dû prinde leu pèniers à salade. Chés gyrophares i tornoai'te à rgrêt, chés sirénes il étoai'te inchifernées. I falloait vir leus ziux à chés paures gins, des ziux plein d’lèrmes din des brongnes démacoérées. I foaisoai'té pitié !

Él pastorelle ch’o té l’fenme éd cadoreux qu’os ons pu vir din chés télés. Él paure malheureuse al avoait ses doégts pleins d’greux, tout imbrondjés d’sang. Quanq al o yeu asplitché à ch’jornalisse qu’al avoait tricoté elle-minme éch gillet pare-balles d’ésn honme, tout in fi d’fer bèrbelé, j’ai comprins. Jé nn éroait brai  !

Qué misére ! Et pi in France, avuc un cadoreux pour deux chint soéxante chonq habitants, os sonmes coére chés moins mal hotchés. Ch’est bien pu pire din sz’eutes poéyis. Ch’est pour cho qué jé m’permets d’vous inviter à don.ner in.ne tchote piéchette à l’in.ne ou l’eute éd chés ONG qué vlò :
Secours Policier Français
Cadoreux du Monde
CRS in détréche

Os pouvez étou invoéyer un tchot méle d’incouragemint pour d’eutes gins qu’i méne'te éch combot pour définde chés mirlitaires éd tous les poéyis, ch’est des gins qu’i feut écorer :
amnesy_international@hotmaim.cop
ou bin coére laissier vo carte éd visite dsu ch’site d’éch général Aussaresses :
www.tortionnaires-sans-frontières.ong


[01/01/01] [16/01/01] [01/02/01] [16/02/01] [01/03/01] [16/03/01] [01/04/01] [16/04/01] [01/05/01] [16/05/01] [01/06/01] [16/06/01]
[01/07/01] [16/07/01] [01/08/01] [16/08/01] [01/09/01] [16/09/01] [01/10/01] [16/10/01] [01/11/01] [16/11/01] [01/12/01] [16/12/01]

 Adé

archives 2002 archives 2000