tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives de l’année 1998

[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

15/08/1998

ÉCH TCHUIN D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE

L’eute jour au soér, éj ransoais dsu chés autoroutes éd l’information – qu’a m’foait putôt pinser, à des momints, à des courses éd calimichons. Éj tchais tout d’un cœup sur éch site d’in.ne interprinze qu’al foait din chés Téléconmunications.

J’ém dis : bé lò min fiu, ch’est t’balle, a tombe ad rém. Éj m’in vos leu z-écrire, pourafin d’leu nman.ner cmint qu’a s’foait qu’il annonche'te à londjeur d’énnées qu’leus prix il ont coére boaissié et pi qu’ém facture éd téléphon.ne al rintchérit à chaque cœup. Est tchurieux, os n’trouvez point ? D’autant qu’jé n’téléphon.ne point d’puss qu’édvant !

Jé rbée leu z-adréche et pi j’voés qu’i feut qu’j’écriche à leu vaguemestre.
… Vaguemestre ? Est vrai qu’pour lors, webmaster a foait pèr trop améritchain.

J’ai foait min congé bié sûr, éj sais ch’qué ch’est qu’un vaguemestre, mais tout d’minme, histoére d’érmette mes idées in plache, éj prinds min diction.naire, pi lò, éj déteupe éq vaguemestre ch’est un mot qu’i nous vient d’chés Prussiens, qu’a vut dire moaîte éd voéture (Wagen in allemand).

Pèr chez nous, un barou ch’est ch’qué d’autchuns il appéle'te un bégneu, in.ne sorte éd voéture à gvau, siq os ainmez miux. Alorss éne trachez pu cmint qu’a s’foait qu’éj signe :

Éch baroumoaite

Ch’est pour cho
Ch’est pour eu
Ch’est pour lo
Ch’est pour o.


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

01/09/1998

I Y O POINT D’TCHUTCHUTE…

In picard, i y o point d’tchutchute a vut dire point d’distchussion ou bien coére ch’est incontornabe pour pèrler conme chés pèrisiens, pi ll’espression-lò, al vient d’in.ne histoére point ordinaire, in.ne histoére éq min taïon i racontoait, à mesure, à ses ptchots éfants.

Adon, éch jour-lò, Tchot Batisse il étoait pèrti Anmiens vir sin cousin Lafleur. Ch’étoait pourtant point l’momint, vu qu’o z-étoait diminche et pi qu’és vaque al étoait à tchéques jours éd foaire sin vieu.

Ch’est pour cho qu’Phrasie, sin blanc-bon.net, dvant dé sn’aller à l’messe, al o dit à leu fiu, Tchot Douèrd, qu’il alloait su ses huit ans :
« Tchot Douèrd, i feut qu’éj m’in voéche. Bien à tomber qu’tin pére i fuche point lò ! In.nhui os sonmes diminche et pi monsieu l’tchuré i dit s’messe pour tous chés défunts d’no famille. Siq éj n’iroais point, o nin pèrleroait à l’bèrbe ! Min fiu, t’éros bien soin à Noéreude, no vaque ; al est su l’point d’véler. Jé n’srai point longtemps pèrtie, mais si qu’i y o tchéque cose qu’i n’vo point, t’os qu’a vnir ém tcheur à l’messe. »

Fut dit fut foait, vlò Phrasie à l’église, pi monsieu l’tchuré in route à foaire ses prêches. Il avoait à pein.ne monté din s’caïelle prêchoére et pi cminché sin pron éq vlò qu’o z-intind in.ne tchote voéx qu’al appéle tout duchemint :
« Aman… Aman !…
— Chut… chut !… qu’i foait monsieu l’tchuré.
— Aman… Aman !… un molé pu fort
— Chut… chut !… » qu’i rdit monsieu l’tchuré qu’i cminchoait à s’épiner.

Alorss, Tchot Douèrd, ch’étoait li bié sûr, i déclaque éd tout sin pu fort :
« I y o point d’tchutchute, monsieu l’tchuré, Noéreude, no vaque, al est in route à véler. I y o djò chés deux pattes d’édvant qu’i leu dessaque'te »


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

15/09/1998

CHU SITE NOUVIEU L’EST ARRIVÉ.

L’eute jour au soér, jé nn ai coére déteupé in.ne rude ! Fidjurez-vous qu’éj m’étoais mis din m’tête éd tracher chés prévisions pour éch temps qu’i fro din no poéyis d’ichi in.ne cope éd jours. J’ém dis, min fiu, ch’est asseuré, él réponse al est dsu chl’« intèrnéte » ! Éj lanche ém mécanique, j’ém branche, cha mèrche nom-dé-zeu ! Au bout d’éch deuxienme tracheux d’sites, ch’étoait foait, j’avoais ll’adréche à Météo-France…

I pèraîtroait qu’os sonmes in.nhui pu d’un miyon in France à foaire pèrtie dé ll’étchipe éd rédeux d’toéle ; ch’est qu’a cminche à foaire du mon.ne, alorss i feut avoér soin à nous ! Biétôt os srons conme chés cacheux, os pourrons nous mette pèr au dsu d’chés loés, et pi os érons des députés intèrnétisses conme i y in o djò dz écologisses ! Ch’est pour cho éq France-Télécom i met ses pages-zoom édsu chl’intèrnéte. Et pi Météo-France il est in route à foaire pèrel…

Adon, sitôt qu’j’ai yeu ll’adréche, moins d’in.ne minute pèr aprés j’étoais dsu ch’site d’él météo. Achteure, ch’est pu chonq jours qu’i prévoé'té à l’avanche, ch’est sept ! Ouai, sept jours, ch’étoait mèrtché dsu l’page d’atcheuil…

J’ai yeu in.ne tchote pinsée pour éch paure lazère responsabe éd chu site. J’él maginoais djò in route à placher chés tchots solés, chés tahuts pi chés cœups d’hernu su l’gran.ne carte éd France édvant d’él mette dsu chl’intèrnéte. Qué calvaire ! Pi tous les jours qu’i falloait foaire tout cho ! Mi qu’j’ai djò tant d’mau à foaire él mise à jour deux foés pèr moés !…

J’ai don clitché pour aller vir chés prévisions à sept jours. Pi j’sus tcheu la dsu  :
« Cette nouvelle prévision est disponible sur le 08 36 68 08 08
« ainsi que sur le 36 15 METEO et réactualisée quotidiennement. »

Os n’ém croéyez point allez-y vir ! …

In France o n’o point d’idée, mais o-z-o ch’minitel !… et pi chés liméros d’téléphon.ne à 2,23 F à l’minute…


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

01/10/1998

ÉCH CROÉCOUI.

Minger du croécoui, os savez-ti ch’qu’a vut dire ? in.ne gin ou in.ne bête qu’al minge du croécoui, ch’est in.ne gin ou in.ne bête qu’a n’minge rien ou quasimint rien !

A varoait, à ch’qu’i pèroaît, d’in.ne histoére rédeuse qu’a s’a passé point loin d’ichi, ou bien eute pèrt…

D’éch temps-lò, Tchot Douèrd, éch fiu à Tchot Batisse, il avoait un cawite qu’il avoait gaingné à in.ne tireloterie. Un bieu cawite tout bitaclé d’rouge et pi d’noér. Sin pére i i avoait dit :
« Achteure éq t’es vlò grandelet, i feut qu’t’apprinches à t’otchuper d’tes affoaires. Tin cawite, éj vux bien qu’tu l’wardes à no moaison, mais ch’est-ti qu’tu l’raforeros pi qu’tu li rcangeros sn étramure, éne compte point dsur mi ni dsu t’mére pour foaire tout cho. »

Du début ch’o té tout bieu tout nouvieu, Tchot Douèrd il étoait matché d’sin cawite, i passoait l’mitan d’és jornée à ll’amidoler pi l’reste éd sin temps à ll’aflater

Tchéques ésmain.nes pèr aprés, tout il avoait cangé. Feut dire éq Tchot Douèrd il avoait eute cose din s’tête. És tchote cousin.ne Valérie al étoait rnue d’vagances, pi i ransoai'te insen.ne tout l’long du jour. Quanq i rintroait à leu moaison, Tchot Douèrd il étoait d’pèr trop maflé, i n’avoait mie pu l’tchœur éd s’otchuper d’sin cawite.

Dvant qu’i voéche coutcher, sin pére i li nman.noait rédjuliéremint :
« T’os-ti don.né à minger à tin cawite ?
— Éj croés qu’oui. »
qu’i répondoait Tchot Douèrd non moins rédjuliéremint.

A n’o point duré d’trop longtemps, un bieu jour au matin, o z-o rtrouvé ch’cawite trondelé au fond d’és cage. Rétamé, ratatiné, raplati, bref mort, tout ch’qu’i y o d’pu mort !

Forchémint, il avoait mingé trop d’croés qu’oui.


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

15/10/1998

A IN.NE TCHOTE FILE QU’AL VIENT D’NAÎTE DU CÔTÉ D’SOÉSSONS.

Mi j’té l’dis, t’es née sou in.ne boin.ne étoéle,
in.ne étoéle qu’al miloait din ch’temps d’no Picardie.
Pi, conme chés sœurettes din chés contes,
chés Diseux i leus ont boaissié dsu tin tchot ber.
Pi ch’est pour cho qu’édjò tes reuves i sont tout bleuse,
d’éch bleu d’no temps à l’aprés-eut.
Tu voéros, tu voéros, no Picardie l’est belle.
T’iros ranser din nous laris,
t’iros varon.ner din chés bos,
pi tu djetteros ch’coucou qu’i cante au moés d’avri.
À Pâques à bos, tu tracheros des moérilles.
Tu mingeros d’él tèrte à l’badrée à l’fête,
dz andimoles à l’Candeleur,
du lapin aux pron.nieux, d’él flamique à poérion.
À mesure, tu varos vir pi étou acouter
chés Cabotans d’Anmiens :
Lafleur, Sandrine, Papa Tchutchu,
et pi chés Leus d’Licourt,
éll étchipe d’éch Lanchron
pi bié sûr, chés Diseux d’Achteure


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

01/11/1998

CMINT FOAIRE ÉDZ ÉCONONMIES.

Éj sus t-un matché d’diction.naires, des diction.naires français d’avant dix-neu chint. Él pu souvint, ch’est dsu chés réderies qu’jé szés déteupe. À mitan démasinglés, i s’acumonchéle'té dsu chés étagéres, tout pèrtout din no moaison.

Ch’est in.ne drôle d’idée, qu’os allez pinser, pour tchéqu’un qu’i s’intéresse à ch’picard ! Bé ouai, pourtant a n’est point ton.nant, i feut tout de minme savoér qu’éch picard et pi ch’français i sont cousins issus d’germains, pi qu’o s’aperchut, à lire chés viux diction.naires, qu’i y o granmint d’mots din ch’picard d’achteure qu’o trouve din chés diction.naires français d’éch viux temps. Éch prochain cœup, éj vous nnin don.nerai in.ne liste, os voérez qu’i y o d’quoé nin resté dsu l’tchul  ! Tout cho, ch’est point pour érlancher l’vielle histoére d’éch picard qu’i n’sroait qu’du français mèrdoché. Ch’est pour vous dviser d’éch qu’i vient d’m’arriver.

Éj m’étoais don mis din m’tête d’acater éch diction.naire éd Furetiére, in.ne gin qu’i foaisoait pèrtie d’l’Académie Française, pi qu’il o foait imprimer sin dictionnaire de la langue françoise in seize chint quatré-vingt-dix, quatre ans dvant chti d’l’Académie. Du cœup, chés Académiciens i ll’avoai'té foutu à l’porte…

Éj savoais qu’éch diction.naire à Furetiére il avoait té rprind pèr chés Éditions Robert in dix-neu chint soéxante-dix-huit. Mais vlò-ti point qu’chés Éditions Robert i n’in ont pu, pi qu’ch’est chés Éditions Atlas qu’il ont rétchupéré tout ch’lot, à ch’qu’o dit.

Pi chés Éditions Atlas, ch’est des rudes wépes. I vinde'té des cédé-rhum sur Van Gogh à 29 F. Pi si a n’vous plait point, os pouvez leu rinvoéyer ch’cédé-rhum, os srez rimborsé sous pour sous.

Bé quoé qu’ch’est qu’os croéyez, si qu’os voulez acater ch’diction.naire à Furetiére, a vous coûtero 2350 F. Jé n’distchute point dsu ch’prix, pétête qu’a szés veut. Jé n’sais point, vu qu’j’ai point vu chés lives. Mais soin, ch’est à poéyer d’avanche. Pi si os n’êtes point contint d’éch qu’os avez rchu, bé tant piss pour vous, ch’est conme cho pi ch’est point eutrémint. Os warderez vo diction.naire, pi i warderont vos 2350 F. Quanq éj vous disoais qu’ch’est des rudes wépes…

Bref, ch’est conme cho qu’éj viens d’foaire édz écononmies. Éch diction.naire à Furetiére, j’attindrai d’él déteuper dsu in.ne réderie  !… À moins qu’i y euche tchéqu’un qu’i veuche mé nin foaire cadeau, o n’sait janmoais. Pour cho, os avez no adréche tout in heut à gueuche !…


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

15/11/1998

PICARD OU BIEN FRANÇAIS ?

Éj vous l’avoais promis ch’darin cœup, éch picard pi ch’français i sont puss éq cousins, o put minme dire qu’i sont fréres germains. Ch’est conme o qu’o déteupe, din chés viux diction.naires éd français, des mots qu’chés picards il ont wardés din leu pèrlage pi qu’éch français il o invoéyés à l’oust.

Pour un cœup, éj n’ai point mis d’traduction in français. A éroait té rédeux d’értraduire du français in français, minme si ch’est du français qu’i sint un molé l’muterné

Si qu’os n’avez point de viu diction.naire français, conme éch Littré d’dix-huit chint soéxante-dix-sept, ou bien, pu viu, conme éch Napoléon Landais éd dix-huit chint trente-six ou coére un Noël Chapsal ou un de Wailly, alorss, pour trouvoér chés mots qu’os n’con.naissez point din l’liste pèr in dsous, i veut miux tracher din in boin diction.naire éd picard ! A ch’momint-lò, os n’oblierez point nan pu qu’édvant, in boin français,"oi" a s’disoait "oé" et pi qu’du cœup, in picard, a s’écrit "oé" (pi étou "oè" ou "oué", ou bien "oai", ou coére "ouai").

Abonnir (verb.)
Accoiser (verb.)
Acconduire (verb.)
Accorer (verb.)
Ad rem (adv.)
Affiquet (subst. masc.)
Afistoler (verb.)
Aheurter (s’-) (verb.)
Alumelle (subst. fem.)
Amelette (subst. fem.)
Amouillante (adj.)
Andain (subst. masc.)
Anténois(e) (adj.)
Apoco (subst. masc.)
Apointir (verb.)
Aroutiner (verb.)
Assoter (s’-) (verb.)
Aveindre (verb.)
Aveine (subst. fem.)
Avertin (subst. masc.)
Avette (subst. fem.)
Bachelette (subst. fem.)
Badrée (subst. fem.)
Bague (subst. fem.)
Barlong (adj.)
Becquebos (subst. masc.)
Ber (subst. masc.)
Binot (subst. masc.)
Bisaille (subst. fem.)
Blairier (subst. masc.)
Boquillon (subst. masc.)
Botter (verb.)
Bousin (subst. masc.)
Brayette (subst. fem.)
Bréneux (adj.)
Breuille (subst. fem.)
Bucaille (subst. fem.)
Buhot (subst. masc.)
Caborgne (subst. masc.)
Cache-marées (subst. masc.)
Cacheron (subst. masc.)
Cadoreux (subst. masc.)
Caliborgne (adj.)
Camousser (verb.)
Carcaillot (subst. masc.)
Carogne (subst. fem.)
Cassine (subst. fem.)
Castelogne (subst. fem.)
Cavée (subst. fem.)
Chacha (subst. masc.)
Chaufour (subst. masc.)
Chiquette (subst. fem.)
Chouler (verb.)
Clenche (subst. fem.)
Cliffoire (subst. fem.)
Clincaille (subst. fem.)
Coq d’Inde (subst. masc.)
Coteron (subst. masc.)
Couet (subst. masc.)
Coulon (subst. masc.)
Courtil (subst. masc.)
Couverte (subst. fem.)
Couvet (subst. masc.)
Cravichon (subst. masc.)
Créquier (subst. masc.)
Débagouler (verb.)
Décesser (verb.)
Déclore (verb.)
Déconforter (verb.)
Découlant (adj.)
Deffubler (verb.)
Dégobiller (verb.)
Déjuc (subst. fem.)
Desheurer (verb.)
Détignonner (verb.)
Détors (adj.)
Devantier (subst. masc.)
Dizeau (subst. masc.)
Dodiner (verb.)
Duire (verb.)
Ébréner (verb.)
Écarbouiller (verb.)
Ecorche-cul (à l’-) (adv.)
Écoute-s’il-pleut (subst. m.)
Éffiloquer (verb.)
Effondrilles (subst. fem.)
Embréner (verb.)
Emmi (adv.)
Émouchet (subst. masc.)
En-hui (adv.)
Endéver (verb.)
Épine blanche (subst. fem.)
Épuche (subst. fem.)
Étamperche (subst. fem.)
Étersillon (subst. masc.)
Evaltonner (s’-) (verb.)
Farfouiller (verb.)
Feurre (subst. masc.)
Fieu (subst. masc.)
Flamique (subst. fem.)
Fouilleuse (subst. fem.)
Frayer (verb.)
Frelampier (subst. masc.)
Gabeloux (subst. masc.)
Gaviot (subst. masc.)
Glui (subst. masc.)
Gobelin (subst. masc.)
Guernon (subst. masc.)
Halbran (subst. masc.)
Hogner (verb.)
Imbriaque (subst. masc.)
Imbrouille (subst. fem.)
Laceron (subst. masc.)
Larris (subst. masc.)
Lévite (subst. fem.)
Liche (subst. fem.)
Lichette (subst. fem.)
Locher (verb.)
Louchet (subst. masc.)
Maflé (adj.)
Maldisant (adj.)
Malendurant (adj.)
Malgracieux (adj.)
Miséréré (coliques de -) (s. f.)
Mornifle (subst. fem.)
Mort-ivre (adj.)
Muchetenpot (à) (adv.)
Mucher (verb.)
Pamelle (subst. fem.)
Papin (subst. masc.)
Patis (subst. masc.)
Patrouiller (verb.)
Patrouillis (subst. masc.)
Peccavi (subst. masc.)
Peloter (verb.)
Pelu (adj.)
Pique-bois (subst. masc.)
Plamuse (subst. fem.)
Poturon (subst. masc.)
Pouilles (subst. fem.)
Priver (verb.)
Rabétir (verb.)
Rabouter (verb.)
Raccoiser (verb.)
Roidillon (subst. masc.)
Ramentuvoir (verb.)
Ramon (subst. fem.)
Rassoter (verb.)
Récouer (verb.)
Resarcir (verb.)
Resarcissure (subst. fem.)
Ressuer (verb.)
Ric à ric (adv.)
Ruellette (subst. fem.)
Sabouler (verb.)
Seille (subst. fem.)
Serpent (subst. masc.)
Terque (subst. masc.)
Tétin (subst. masc.)
Tette (subst. fem.)
Tille (subst. fem.)
Tinette (subst. fem.)
Tiquet (subst. masc.)
Toton (subst. masc.)
Toudis (adv.)
Touilloir (subst. masc.)
Triacleur (subst. masc.)
Trucher (verb.)

[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

01/12/1998

CH’EST-TI QU’INTÈRNÉTE A SROAIT DINGÉREUX ?

Vlò ch’qu’i m’améne à pinser cho :
Cho foaisoait pu d’un moés qu’éj canuloais ch’Déglic, éq jé l’ténoais, qu’jé l’poustitchoais. Éj vouloais qu’i m’don.ne in.ne cope éd texes à mette au côté d’chetlòl à défunt-Théophile et pi à défunt-ch’Marister, su ch’site à chés Diseux.

Il o follu qu’sin tchot fiu i sé nin mêle, qu’i m’foaiche un méle, in m’disant bravo, chés Diseux, et pi in m’édman.nant et pi ch’Déglic, ch’est pour quantéche ?

Ch’est conme cho (ch’est conme o ?) qu’éch jeudi dix-neu d’novimbe, Pierre Deglicourt il est vnu à l’séance éd chés Diseux avuc és carnassiére sous sin bros, pi qu’énedin, os ons coési touté deux insen.ne chés texes qu’os alloème lancher din l’toéle  ; ch’étoait :
Éd d’où qu’éj sus ? et pi Ch’bidet volant.
Ch’étoait intindu, pour éch preume éd déchimbe, Mathieu pi Yann i pourroai'te vir dsu chl’intèrnéte l’ouvrage éd leu téon, pi sin rétoér !

Bé vlò, est foait, pi os pouvez aller rbéyer, vous étou !

Mais ch’qué jé n’maginoais point, ch’est qu’in minme temps qu’j’alloais agincer chu liage, din l’liste éd chés Diseux, pour rinvoéyer à l’page éd Pierre, i feudroait qu’aprés sin nom, éj foaiche in.ne croéx, in.ne titchote croéx…

Éch mercrédi vingt-chonq, éch Déglic l’avoait té trondelé, aboli, rétamé !

Cmint qu’os voulez qu’achteure, j’euche él front d’érlancher Tchotchote, Tchot Jean ou bien no Jacques ? Qué toupion qu’i m’feuroait pour leu nman.ner in.ne ligne ou deux d’picard !

Alorss est décidié. Ch’prochain cœup qu’os voérez dz ouvrages person.nels édsu no site, a sro les mien.nes…


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

15/12/1998

UN DIMINCHE D’APRÉS-EUT.

Éch darin diminche éd novimbe, os ons yeu in.ne rude d’belle jornée. Éch solé i miloait din ch’temps. Éch vint i n’étoait point d’pèr trop mawais et pi il étramoait chés tchéques feuilles qu’i restoai'te ahotchées à sz’abes, qu’o z-éroait dit des feuilles in dor.

Ch’est pour o qu’j’ai prins m’voéture, j’ai quèrtché min matériel, pi j’ai té dusqu’à l’pâture adoù qu’ém jumint al poéche chés darins plés d’herbe et pi chés tchéques pinmes porrites qu’i traîn.ne'te in.nsous chés peumiers à chide. I sro bien temps dé l’rintrer à l’étchurie din chés courts jours, él paure bête.

Elle et pi mi, os ons foait in.ne tchote verlée din chés cmins d’terre, tout à l’douchette, in rbéyant chés cornailles otchupées à picter din chés terres nouvellemint rabourées pi chl’émoutchet qu’i miloait chés mulots in route à ranser au côté d’un mont d’fien. Éj matchillon.noais tchéques fourdrain.nes pi Quénette, ém jumint, in passant, l’air dé rien, al déroufloait ch’couplet d’in.ne toffe d’herbe éd Saint Jean. Au dsu d’un camp d’verdure, chés filets madame i foaisoai'té conme un grand tapis d’èrgint. Éch solé i boaissoait et pi i sz’aflatoait d’un darin rayon.

Os ons rnu pèr él cavée d’él Fosse à Truie, pi lò, os ons foait tchéques foulées d’galop. Ch’est s’récom◊pinse à Quénette. Et pi ch’est l’mien.ne étou.

Os ons rintré din l’pâture, j’ai déshèrnatché m’jumint, pi j’ai foait min tchot tour pour vir si ch’bèrrage il étoait coére in état. Ch’fil à ker i cminche à viusir pi chés pitchets in bos i sont tout biulés. Feuroait point qu’al s’inseuve, ém brave Quénette !

Ch’est conme o qu’in arrivant à ch’bac, éj m’ai aperchu qu’i y avoait tchéque cose qu’i n’alloait point bien. Éch niveau il avoait granmint deschindu. L’ieu al découloait tout duchemint pèr un treu dsu l’côté. Pi, in vis à vis, y avoait un eute treu. Deux treus in face l’un d’l’eute, os éroète pu lancher un manche à ramon n’din. Pourtant, ch’étoait point un bac in plastique. Ch’étoait un boin viu bac in tôle, d’él tôle d’acier éd prés d’deux millimétes d’épaisseur !

Falloait qué j’nin prinche min pèrti, qu’jé m’rinche à l’évidinche, tchéqu’un il avoait foutu un cœup d’fusil din min bac à ieu ! A bout portant ! I né m’restoait pu qu’à ramner un eute bac, pi à rmette éd l’ieu ndin, siq jé n’vouloais point qu’ém jumint al aglave éd soé
Mais nom-dé-zeu ! tchéche qu’il avoait pu foaire cho, pi à cœuse éd quoé ?

Pi d’un seul cœup, éj m’ai rapinsé qu’in pèrtant in balade, j’avoais aperchu quate ou chonq chevreuils, in route à poécher point loin d’in.ne tchote érmise, sous chu roéyon "monte-au-tchien". À ch’tchuin d’éch botchet, i y avoait étou in.ne voéture. Bié sûr, minme si os n’foaisoème point granmint d’busin mi pi m’jumint, chés chevreuils, jé sz’avoais déturbés. Il ont bziné à travers chés camps. In moins d’deux o szés voéyoait pu.

Min sintimint ch’o té tout d’suite éd pinser qu’éch propiétaire d’él voéture, cho y avoait point plé qu’chés chevreuils i leus euche'te inseuvé.

Ch’étoait point possibe qu’a fuche un cacheux qu’i m’éroait foait ch’cœup-lò ! Chés cacheux i n’froai'té point d’mau à in.ne mouque. I définde'te la Nature, tout l’mon.ne il lé sait. Ch’est point eux qu’i pourroai'té prinde él ristche éd foaire moérir éd soé un malheureux gvau din in.ne pâture.

Si ch’étoait point un cacheux, cho n’pouvoait ête qu’un écologisse. Il éro vnu lò pour m’apprinde qu’i n’feut point déturber chés frimions pi chés calimichons et pi sz’équèrbouiller avuc chés sabots d’min gvau !

Mais tout d’minme, éj mé dman.ne…

Si ch’avoait té un écolo, ch’est din m’carrette qu’il éroait foutu ch’cœup d’fusil !


[15/08/98] [01/09/98] [15/09/98] [01/10/98] [15/10/98] [01/11/98] [15/11/98] [01/12/98] [15/12/98]

Adé

archives 1999 textes perso M.M.Duquef