tb - Marie-Madeleine DUQUEF(†) (Tchotchote d’él tcheue d’vaque) - bt

mmd


N’y o in.ne viele vaque
Mitan d’chés raques
Qu’a brait sin vieu
Qu’est tcheu din ieu.

Un bidet d’bos
Qu’il étoait lò
Din sin batieu
L’o ravind ch’vieu !

Éch galibier
Sins ormercier
Tout déroédi
D’un ébondi
Vo droét din ch’ciel
Ses deux tchotes ailes
touillant ch’neuache

Éch l’ardipache.
Juant à cloque-pied
Din un poérier
Traite éd bouzré
Un jon.ne cazret.

Rouche conme in.ne pion.ne,
Ch’cazret ronmion.ne
« Ch’est mi, Germain.ne
« J’sus-t-in.ne balein.ne ! »

In.ne mawoése mouque
L’o ouvré s’bouque
Pi invalé
Ch’vieu écavlé

Mais a berdéle
Dé ch’vieu chl’érelle
A l’décatouille
És panche a s’touille

Alorss, dé l’bouque
Dé l’peuvé mouque
Ch’vieu i s’dessaque
Fin débistraque

I brait « Manman !
« Viens m’tcheur, manman !
« J’promets d’ête sache
« Conme in.ne imache ! »

L’vaque al rabzine
In fzant « drine, drine »
Avu ch’guerlot
D’sin tchot vélo

Sin fiu l’est lò
- L’est-i bélot ! -
I don.ne un bec
À s’mére qu’a l’lèque

A prind sin tchot
Edsus sin dos
Pi, cho ch’est drole
Vlò qu’a s’invole
In planque à voéle
Din chés étoéles

Ch’conte l’est fini
Adé, Ninie

Chut !…

(17 d’avri1984)

ÉL MAN

Deux frères : Polyte et pi Nésime

POLYTE. — Dis-don Nésime, él nuit-chi, jé nn’ai foét un rude drole éd reuve ! J’ai vu in.ne man qu’a s’a anmné din m’cambe, al o vnu dusqu’à min lit, al o ratiré m’cassette qu’al est in.nsous (j’té ll’ai janmoés dit, mé j’ai in.ne boéte avu tout plan d’piéches in dor), pi l’chorche-lò a ll’o ouvré, pi al o rintré ndin. Jé ll’ai intindu qu’a cafouilloét, pi jé ll’ai vu orsortir plangne d’étchus, pi a s’a involé avuc !
NÉSIME. — … Bè… bè, ch’est un reuve !…
POLYTE. — T’os djò vu des reuves qu’i sont d’vrais l’lindmain, ti ?
NÉSIME. — Mint cho ?
POLYTE. — Bè ouai ! Pachqué quand qu’j’ai rcompté mes pièches, i mé nnin mintchoét dix !
NÉSIME. — Bè lò ch’est toute, t’os janmoés su compter pu loin qu’troés !
POLYTE. — Est vrai, mé por mes comptries, j’foés des tchots monts in orbeyant chés doégts d’mes deux mans !
NÉSIME. — Alorss i dvoét pu n’y in avoér !
POLYTE. — J’té dis "des" tchots monts ! Quand qu’tous mes doégts is ont in étchu, j’ranmasse toute et pi j’mets ch’tas dvant un doégt. J’foés cho por chés deux mans. Bè hier i n-y in avoét tout partout, pi à ch’matan, ch’tchot doégt dé m’man droéte il avoét orien !… Adon él meudite man a m’avoét prins dix étchus in dor !
NÉSIME. — Tu t’éros blousé !… Un reuve cho arrive point d’vrai !
POLYTE. — Pusqué j’té l’dis !…
NÉSIME. — Oh, tu m’imbétes !… T’es coére seu conme t’es lò, pi mi, tu l’sais, j’ainme point chés ivrongnes, éj m’in vos joutcher !
POLYTE. — J’ai janmoés bu qu’deux méchants lites, ch’est point avuc cho… (à part li)
Ban, éj vos coutcher itou, mé jé n’vos point freumer mes yux, pi j’milerai tout le nuit. Ch’coeup-chi, j’sérai ch’qu’i nn’est !…

I s’couque, mé i resse assis su sin lit, pi din l’noér, i mile pi surtoute il acoute !

POLYTE. — Él vlò !… J’intinds conme un cot qu’i marche su ses poéilles éd pates, pi à l’leumiére dé chl’inter-deux dé ch’volet, jé ll’ervoés, éd minme qu’hier. Min Diu !… Ch’est in.ne man tout crochuse !… A s’anmin.ne !… Él vlò tout près d’mi, su ch’plantcher… A ratire min coffe… Cho foét un busin d’infer, Nésime i vo ll’intinde, i vo vnir estofier l’diablèche… A l’ortire éch couvert… A rinte din m’cassette… Ah nan, point deux foés !… Ch’coeup-chi, j’m’in vos ll’avoér !… Tout duchmint, tout duchmint, j’vos foére tchér éch couvert éd tous mes forches !… Tchok !…
— Oïe oïe oïe ! Oïe oïe oïe !
POLYTE. — Tu pux tojors djeuler, t’es rfoéte !… Un tour éd clé !… Bè, ch’est in.ne boin.ne fin finale por un mawoés reuve !… À cht heure, éj pux m’rindordler, j’orbérai dman quand qu’a sro estofiée à foét !…

Él lindmain matan.

POLYTE. — Bé dis don Nésime, t’es point coére élvé, quoé qu’tu foés ?… T’es malate ?… Oh ! T’os pissié, cho découle in.nsous d’tin lit !… Sacristi ch’est du sang !… T’os du mau à t’panche ?… Bé nan, ch’est tin bros !… Oïe oïe oïe !… Min Diu Sangneur !… Il o pu… il o pu… il o pu d’man !…

(27 éd sectimbe1994)


Archive des tchuins d’ziu de 1998 Textes personnels de ch’ Déglic