tb - Marie-Madeleine DUQUEF(†) (Tchotchote d’él tcheue d’vaque) - bt

Cliquer sur un titre permet d’accéder directement au texte correspondant.

mmd

  1 : histoére touilloére
  2 : in.ne qu’a s’a point mèrièe
  3 : él serpentinette
  4 : quoé foaire ?
  5 : un drole éd reuve
  6 : ém rintrée
  7 : al étoait lò
  8 : Roux-Poéilles
  9 : l’anmour
10 : l’anmour vache
11 : un noér conte éd carimoéro
12 : j’pourroais nin dire
13 : chés « Sainte Bèrbe »
14 : St Éloé
15 : chés puchelages
16 : janmoais contints
17 : manman crépe éd Chine
18 : mi j’reuve
19 : rue des Gantiers
20 : canchon révatoére
21 : Pére Noël
22 : martché à réderies avu Cabotin
23 : vlo ch’printemps
24 : éch mouchoér éd Pépére
25 : ch’tchot lapan
26 : él nouvelle ain.nèe
27 : él gran.ne nain.ne
28 : Papier-à-lette
29 : cho sint la paix
30 : Pierre l’Ermite
31 : man Yin.yin.ne
32 : i sont fin droles
33 : ch’reuve éd Thalie
34 : él tchulture por tout l’mon.ne
35 : éch seucisson
36 : chés blasons
37 : din sn ormoére
38 : él man


1 – Histoére touilloére

        

Y o in.ne vielle vaque
Mitan d’chés raques
Qu’a brait sin vieu
Qu’est tcheu din ieu.

Un bidet d’bos
Qu’il étoait lò
Din sin batieu
L’o ravind ch’vieu !

Éch galibier
Sins ormercier
Tout déroédi
D’un ébondi
Vo droét din ch’ciel
Ses deux tchotes ailes
Touillant ch’neuache

Éch l’ardipache
Juant à cloque-pied
Din un poérier
Traite éd bouzrè (malpropre)
Un jon.ne cazret (porte-bois, larve de phrygane).

Rouche conme in.ne pion.ne,
Ch’cazret ronmion.ne :
« Ch’est mi, Germain.ne
« J’sus-t-in.ne balein.ne ! »

In.ne mawoèse mouque
L’o ouvré s’bouque
Pi invalé
Ch’vieu écavlè
mmd Mais al berdéle
Dé ch’vieu chl’érelle
A l’décatouille
És panche a s’touille

Alorss, dé l’bouque
Dé l’peuvé mouque
Ch’vieu i s’dessaque
Fin débistraque

I brait « Manman !
« Viens m’tcheur, manman !
« J’promets d’ête sache
« Conme in.ne imache ! »

L’vaque al rabzine
In f'sant « drine, drine »
Avu ch’guerlot
D’sin tchot vélo

Sin fiu l’est lò
- L’est-ti bélot ! -
I don.ne un bec
À s’mére qu’a l’lèque

Al prind sin tchot
Édsus sin dos
Pi, cho ch’est drole
Vlo qu’a s’invole
In planque à voéle
Din chés étoéles

Ch’conte l’est fini
Adé, Ninie

Chut !…

2 – In.ne qu’a s’a point mèrièe

        

Al o in.ne calipette qu’a li muche ses cavieux
et pi un caraco gris pi noér sur és pieu.
Sin viux cotron il est tout berlong pa driére,
ses croumirs sont d’trop grands, is étoai'te à sin pére.
S’brongne al est échuchèe, molasse conme in.ne vielle poére,
ch’est point ch’sourire d’avril, al épaveude chés toérs !
Ses éstomacs i tchai'te au long d’és boutinette,
chti qu’i ll’éroait mèrièe, l’éroait point tè à l’fête.
Al o wardè ses fréres pi soégnè ses pèrints,
a foait qu’al pouvoait point berdler avuc chés gins.
Ch’est l’vielle file d’édvant dgerre, chelle qu’al o janmoais ri,
qu’al o mouru tout seue din un tchot treu d’soéris.

Bé chelle-lò nan plus a s’a point mèrièe

Sin tchul tout ramonchelè din des tchots patalons
sans gambe et pi à flèpes, a vo juer à ballon.
Él berluque éd bout d’toéle, qu’o voét toute à travers
a n’muche point sz éstomacs. Quéques foés i vont prinde l’air !
Al foait d’él jumastique, al nage conme un pichon,
al feume al rit al boét avuc des jonnes guèrchons.
Al s’in vo din chz écoles, i feut qu’a rfoaiche des dvoérs,
pi meinme al cause din ch’poste, janmoais tout ch’qu’al sait foaire !
Siq a s’a point mèrièe, a nn o yeu dz anmoureux !
Al dit : « Feut mie s’in foaire, si qu’on vut t-ête hureux,
i feut prinde du boin temps édvant d’éte in dsou l’terre… »
Cho, ch’est point in.ne vielle file, ch’est in.ne célibatére !


3 – Él serpentinette

        

Du temps qu’min pére pi m’mére is étoai'té core qu’à ch’début d’leus anmours, avu l’permission d’ém taïon.ne is ont tè à l’foére ; din l’jor, hein, point l’soér, ch’auroait point tè convenabe. Suzan.ne al étoait point riche, pi li, l'avoait point granmint d’sous. Portant, ch’cœup-lò, édvant in.ne baraque, min pére il o sintu qu’ch’étoait l’momint éd foaire éch grand seingneur.

Ch’étoait l’parade, éch patron i dgeuloait din un inton.noér : « Rintrez mz anmis, vnez vir nou tchote serpentinette ! Vnez l’vir dincher ! Rintrez msieu-dames, os verrez l’dinche d’él serpentinette ! »

Conme édsu l’boutique, i y avoait, peinturèe, in train d’viroler, i y avoait in.ne file qu’o z-éroait dit in.ne fu-folette ; alorss min pére il o foait : « Ém Suzan.ne, éj vous inmène ! » Ouai, i i o dit « vous » dusqu’à ch’mèriache ! Bon ! Vlo in.ne tralèe d’gins qu’al sorte, in foaisant : « Oh ! qu’ch’étoait-ti bieu ! Feut vir cho ! Écmint qu’a s’tortignoait, la belle ! » Pi des tas d’eutes tchotes coses… 

Robert il o poéyè ; wahou, ch’étoait point don.nè, mais quanq o z-ainme !… Din l’baraque in preume is ont point vu grand-cose, vu qu’i n-y avoait qu’in.ne lampe à pétrole. Mais, aprés un tchot momint, is ont aperchu din ch’mitan in.ne gran.né tchuvelle à lessive avuc in.ne couverte édsu.

Quanq chés gins l’ont tè rintrès tertous, éch patron pi s’fanme is ont prins chés poingnèes d’éch batchet in meinme temps qu’is ortiroai'té él couverte. Alorss mes pèrints – qu’is étoai'té point coére mes pèrints – et pi édz eutes gins is ont vu… in.ne serpe – por coper du bos – in train d’foaire édz ébondis pasque chés deux asteux is éscouai'te él tinette. Pi quoé qu’os pinsez qu’is ont dit mes anmoureux in s’défitchant d’él baraque ? « Y o point à dire, ch'est un fanmeux spectaque !… »

Et pi ch’est vrai, hein !


4 – Quoé foaire

        

Quoé foaire avu des doégts ? O put tcheuiller in.ne pion.ne, ou bien un bieu lancheron… foaire in.ne ércherchichure à l’poque qu’al o un treu… décatouiller un tchot… blasser ch’bros d’éch nasu qu’il o in.ne afolure… chés lépreux peu'té point.

Quoé foaire avu des gambes ? Varon.ner din chés camps, y foaire des tchutrondelets (cabrioles) … tracher aprés sin tchien seuvè dsu chés cmins… bziner d’un ébondi… dincher avu l’jon.nèche pi dminder l’man à ch’pére. Chés tchuls-de-gatte, peu'té point.

Quoé foaire avuc és voéx ? Chtilol qu’il o du creux o ll’intind d’tout partoute… à l’noche éd sin garchon il invoée s’canchon.nette ; ch’ferlapier i nous blouse ; ch’tchuré foait sin sermon, ch’blanc-bon.net ses diries. Chés muets, i peu'té point.

Quoé foaire avu des ziux ? Erbéyer chés gazettes, échl ieu qu’al frinchon.ne à ch’vint, vir ch’solé ou chl hernu… d’él tayon.ne ramonchelèe él pieu tout plangne éd fronches ou bien l’brongne éd sin fiu din chés bros d’és moman… chés avules peu'té point.

Quoé foaire avu dz érelles ? acoutez ch’tchot darin qu’i berdouille « boin.ne ain.nèe » ou bien él pleuve qu’al tchait din ch’gardin tout bréyoux… chl’oésieu qu’i s’égaviote… intinde él tchœur d’és mére quand qu’o z-est din sin gron… Chés sourdieux peu'té point.

J’ai des doégts, j’ai des gambes, du creux, dz érelles, des ziux… tout partoute y o à foaire, y in o-ti à rbéyer, por sz hureux qu’is ont toute in boin état, conme neu. Mais y o des peuves lazares, des viux pi meinme des jon.nes qu’is ont ni doégts ni gambes, érelles et ziux freumès dpu qu’i sont vnus au mon.ne. Pi mi éj sus t-à berdeler quand qu’j’ai du mau à m’tête, un greux qu’il o dranclè, in.ne réderie berzillèe, mn avoér tout rétréchi…

In.nhui, j’croés qu’j’ai comprins ; merci min Diu merci ! J’restrai pu étombie conme in.ne peuve déwoégnèe… éj vos rire, j’vos dincher, j’vos canter, j’vos rbéyer… janmoais pu jé m’plaingnerai…
Ou rien qu’un tchot molé.


5 – Un drole éd reuve

        

Ch’est un reuve, ch’est meinme un drole éd reuve. Ch’est un drole éd reuve qu’éj viens d’foaire. J’avoais tè à l’tireloterie. Vlo qu’o m’déclaque, Diu quelle affoaire, éq ch’étoait por mi éch prinmier prix. J’avoais gaingnè – z-allez point m’croére  – éch poéyis d’Versailles, avu ch’catieu, chés gardins pi chés arrosoérs qu’i bat'te por foaire chés grandes ieux.

Bé vlo qu’i m’di'te :
« Éh, feut partir rondébilis, sins prinde d’értard, ou bien chl’ésgond vo vous roustir. Vlo vo billet, bzinez à l’gare !
— Quoé qu’os disez ? Feut m’in aller por prinde éch train ? Y o chinquante ans qu’jé ll’ai point foait, pi os volez… Oh ! Savez-vous qu’in vous acoutant cho buse din m’chervelle ! Si feut qu’j’aille vive ailleurs éq din m’tchote moaison, meinme si ch’est din ch’catieu d’Versailles, din min tchœur i varo ch’poéson d’él raminteuverie d’éch boin temps ouèche éq j’étoais din m’ville d’Anmiens, din min Sant-Leu éq j’ainme sitant ! Versailles à coté, ch’est mie rien. »

Brais point min wèrtier, j’m’in vos mie. Éj voroais t’tchitter qu’jé n’poroais point. Clotcher d’Sant-leu, t’es m’vie à mi, ch’est point d’Versailles, ch’est d’ti qu’j’ai dzoin.

Él vraie vérité, achteure j’vos vous l’dire, y o point pu d’reuve qu’éd pleume dsu ch’tchien ! Éch berdelage lò ch’est por du rire, pasque… j’ainme Sant-Leu, pi Anmiens !


6 – Ém rintrèe

        

Mi ch’est m’rintrèe. Éj foais un tchot bec din mes cavieux, éj rouve un ziu, ém mére al est lò.
« I ll'est l'heure min tchot coco… »  qu’a m’foait avu un drole d’air.
« Ah !… » qu’éj ronmion.ne, fin mawoèse. Mioum mioum qu’a m’orfoait dsu min musieu. Pi a m’démuche un tchot molé.
« Ah non ! Point coére !
— Bé si, m’tchote minette tu vos t-ête in rtard !
— Éll’école, j’y pinsoais pu, est vrai, ch’est in.nhui ! »

J’ai bieu t-ête tchœurfali conme un coéchon malade, l’école ch’est tchéque cose éd sérieux. Jé n’sus pu in.ne nasue, éj sais qu’min pére i vo travailler à ché cmin de fer ; manman al raveude chés cœuchettes, al lavure nou moaison, al foait à mier à tertous, feut t-ête à ll’heuteur. J’ahoque mes deux bros à l’intour éd sin cou, pi a m’foait foaire un ébondi pa dsu ch’cœutè d’min tchot lit blanc.

Bé, in.nhui, jé n’passerai point m’tête intré chés rosaces in fi d’fer. Ch’étoait min bon.nheur, chés matans, quanq j’alloais point coére à la gran.ne. A chaque cœup, mes érelles i s’imbrochoai'te quanq éj voloais m’ratirer. Alorss, j’appeloais : « Anman, viens m’ravinde !… »

Lò, point tchestion, éj sus pu un coéchon malade, éj sus t-un ieuve qu’il éroait l’fu tchéque part.
Aïte aïte, ész éscaïers, aïte aïte un cœup d’loque su m’brongne, aïte aïte émn écmise éd nuit à terre, aïte aïte ém robe des diminches qu’al o rdeschindu in smangne, aïte aïte des cœuchettes, des cœuchures tout milantes, conme chés ziux dé m’mére.

Mais tout duchmint, min chinoér neu – il est noér, ch’est l’mode –, mais Anman a l’o prins avu des tchots liserés bleuses, pasqué ch’est pu djai. Achteure, i n’minque pu qu’ém carte in dsou d’min bros. Manman al l’o finie hier au soér, fin tard. Al o prins conme doublure, por qu’a foaiche bien roaide, éch carton Devred d’éch patalon d’min frére ; et pi al l’o rcouvert avu ch’dos d’és vielle blouse noérte ; él toute agincè conme un port'feulle, à deux poques.

Tchéques jors pu tard, éj marron.noais in voéyant sz eutes in tchuir. Mais conme in.ne tchote mont d’brin al o volu m’foaire bistcher, mi j’m’ai rdréchèe et pi j’i ai dit :
« Ouai, ét mére a t’o acatè in.ne carte in tchuir, pasqu’a sait point nin foaire in.ne conme él mien.ne avu deux poques, na ! »

Mais lò, j’y sus point coére, hein ! Lò, éj sus t-à l’porte d’él moaison. J’imbrache min cot vite et vite – i m’san.ne qu’i vo braire – ém mére a m’prind m’man ; nous vlo parties. Anman al o pinsè à prinde sin sac ; al sait qu’él rue d’Metz l’Évêque al est plangne (pleine) éd feuilles mortes et pi d’marrons, coére din leu boéte à picots.

Conme os sonmes in avainche, os in ramassons tout un mont. À mesure, i nin tchait su min dos. Ch’est qu’os sonmes édjo in octope ; chés marron.niers i nn ont pu pour longteimps ; alorss édvant d’s’indordeler, i nous invoé'té tout ch’qu’is ont d’pu bieu.

Bon… ch’est point tout cho, feut y aller…
Éj croés qu’moman al voroait point qu’éj m’in voéche.
Portant, nous vlo dvant l’porte.
Chés eutes méres i cœuse'té intré eux.
Mais l’mien.ne a m’serre conte és panche.
Éj sins éq quanq ch’est qu’a m’lachero, sin tchœur i sro si amati (amolli) qu’a n’mé parléro pu.
Mi nan pu, j’porai rien li dire.
Alorss, éj tire su sin bros… a m’imbrache… és bouque al rit, mais ses ziux i sont tout bréyoux.
Jé né l’érbée pu… 
Pi cho y est, éj sus rintrèe… 

Mais j’sus t-in.ne gran.ne !!!


7 – Al étoait lò

        

Al étoait lò, grand-mére, pour chés tchiens, pour chés cots.
Chiens d’ivrongne chtès à l’rue, cots galeus qu’o n’vut pu.
Al étoait lò por ch’tchout infant langreux d’pèrints coureux.
Al étoait lò pour orculer ch’fricot qu’il alloait rocholer quanq él voésin.ne al bréyoait sn honme qu’i vnoait d’tchair, fin seu !…
Al étoait coére lò por ramidoler l’jon.nèche qu’a nn avoait pour ses trinte-six mardis.
Al étoait toudis lò por warder chés mouquerons d’sin fiu quante i avoait chés congès poéyès.
Mais, al o tè tout seue quanq chés neiges is ont tcheu.
Al o tè tout seue… Sins fu ! Sins in.ne flépe éd pan ! Sins meinme in.ne goutte d’ieu.
Al o coére tè tout seue quanq l’Eute a s’est anmenèe din s’tchote moaison tout berzillèe… l’Eute… él Gran.ne Fautcheuse, avu s’brongne démacoérèe, avu ses mans qu’ch’étoait pu qu’des oss !
Pi al cantoait, avu s’voéx d’éstchélette : « Y avoait des gins, y in avoait plein ! Y in avoait plein quanq t’alloais bien ! Achteure qu’té vlo fin ramonchelèe, tous tes anmis i t’ont laissièe ! Marie Sossotte, t’es point à l’fête ! Marie Sossotte, éq t’os-ti tè béte ! Ah ah ah !… »
Mais l’peuve lapide s’est rétampie un tchot molé ; toute déwangnèe ; ses yeux freumès ; pi d’in.ne voéx douche, conme chelle éd chés anges , al o dit :
« Ch’est vrai, tout m’vie, j’ai tè matchèe par tout cheux qu’is avoai'té édzoin d’mi… Mais ch’est hureuse qu’éj m’in irai, pasqué mi, Fautcheuse, j’ai ainmè !


8 – Roux-Poéilles

        

Roux-poéilles, ch’étoait ch’prinmier fiu d’Porette, in.ne mére-leup qu’al avoait point tè granmint héreuse din s’vie. Sin marle il avoait tè éscofiè pèr un mawoés cacheux. A savoait don éq sin prinmier leup i sroait sin darin. A foait qu’al l’ainmoait puss qu’és pieu. Pi quanq a l’voéyoait varon.ner à l’intour d’és muche, sin tchœur i butchoait à li foaire du mau. Pi a s’mettoait à tran.ner conme un épeutoére à ch’vint d’él froédure. A l’racachoait vite et vite, pi pour li canger ses idèes, a li cantoait l’canchon éd chés méres-leups qu’is indordél'té leus tchots leups :

mmd « Foais vite dodo min tchot leup
ou j’m’in vos houper ch’monsieu
qu’i varo à pieds décœux
por ét mette din sin capieu.
Si tu vux point t’indormir,
éch leup-wérou i vo vnir,
i t’inmin.nero din sin treu,
ch’est lò qu’i maque chés tchots leups.
Mais si tu foais vite dodo,
bien muchèe din ch’fond d’éch bos,
manman-leup a t’définro
conte ch’mawoés carimoéro.
T’in vos point din chés villages,
ouèche qué chz honmes is ont la rage,
pour point prinde un méchant cœup,
resse toudis à l’tcheue-leu-leu.
Si tu t’colles tout conte ém pieu,
margré ch’froéd t’éros bien cœud.
Vite in.ne lèque dsu tin musieu,
vite foais dodo min tchot leup. »

Portant, chés méres i n’peuv'té mie warder leu fiu in-dsou d’leu panche dusqu’à l’fin des fins. Alorss, éd pu in pu al laissoait libe d’és promner. Pi meinme aller foaire chés conmissions point loin. Un matin, al o busè din s’cawéte pi al s’est dit « Achteure, ch’est à li d’porter à matcher à s’Mémé ». Mémé Troés-Pattes ch’étoait in.ne peuve lapide. Al avoait tè bersillèe pèr in.ne maquoére invintion.nèe pèr des sauvaches. És muche à elle, a s’trouvoait din ch’bos d’échl Honme Pindu. Porette, in don.nant à Roux-Poéilles in.ne belle tchote pouillette toute fraique por és taïon.ne, al n-y in avoait-ti dit édvant ch’grand voéyage !…
« Bé à ti min fiu, din chés bos y o des mawoés, acoute észés point siq i vu'te t’amidoler ; pinse à chés meudites maquoéres. Pi i y o itou des cacheux, avu des pétoéres qu’i vous font des treus à vou pieu. Foais un bec à Mémé Troés-Pattes, pi rabzine rondébilis avuc manman. Sains décatour, vo droét tin cmin. »

Roux-Poéilles, él pouillette din s’dgeule il étoait parti d’un ébondi, sitant vite qu’és pauve mére a s’avoait sintue moins épeutèe. « Est fin bien, i vo point luron.ner in route  » qu’al avoait pinsè. Mais Roux-Poéilles, sitôt muchè à s’mére, il o cminchè à ralintir ésn allure, pi, fil à mesure, il alloait d’pu in pu duchmint. Pi un tchot molé pu loin, i o pu avainchè du toute. Ch’est qu’i n-y in avoait des coses à rbéyer. Cho grouilloait d’tout partoute. In preume, il o laissiè tchair éch matcher (la pitance) d’Mémé, pasqu’i y avoait un gros cornillot baveux qu’i s’balonchoait su in.ne branque. Nou leup l’o voulu l’matcher ! Mais il o sintu s’panche qu’al gargouilloait, ch’étoait fin mautchœurant. Un drole d’oésieu, por él foaire maron.ner, i tchaisoait et pi i s’rinvoloait quanq Roux-Poéilles i s’avainchoait. Mais, él tchote soéris qu’a s’trondloait à ch’solél, elle, al y o passè. Ch’étoait droldémint boin.

Tout d’un cœup, toute s’est involè, muchè, acouvetè. Pi pa dvant li i s’est amenè in.ne jon.ne file, avuc des ziux bleuses conme éch ciel, quanq i foait bieu. Roux-Poéilles i s’est ramintuvè chés diries d’és mére. Gningnin-gningningnin des mawoés… Gningnin-gningningnin des maquoéres… Gningnin-gningningnin des pétoéres. Mais chelle lòl al avoait din ses mans in.ne tchote berluque éd fleurs qu’al infitchoait din ses cavieux. Ch’étoait-ti bieu à vir ! Nou leup i nn étoait tout ébeubi ! I povoait pu nin dire in.ne. Alorss al o foait in.ne risette. Et pi ch’fiu d’Porette il o intindu in.ne tchoté voéx fin douche qu’al disoait :
« T’épaveude point min tchot mimine, éj vux mie t’crotcher… ém bouque al est bien d’trop titchote… Bée, éj maque éq des ponmes et pi du pan ; point d’él vian.ne crute avu du poéille et pi dz oss. Ch’qu’éj vux, ch’est rien qué dé t’don.ner un tchot bec ! »

Un tchot bec d’él file-lò, qu’il o busè Roux-Poéilles, cho doit coére ête pu boin qu’chés lèques d’ém mére. J’y vos ! Bé ouai, i y o étè. Al o collè un bec su ch’musieu d’éch leup, pi din ses érelles poéilluses al o dit des coses qu’i o point comprins, mais qu’is i ont foait des freumions (fourmis) tout partoute. Al o prins in.ne fichelle qu’al avoait din s’poque, pi al o intorsillè éch cou d’él béte avuc, pi al o avainchè. A o point yeu dzoin d’él tirer. Il o viendu tout seu. Ziux à ziux, a ll’avoait indjilbeudè. In route, a ll’o avérè (interrogé subrepticement) sans nn avoér l’air :
« Ouèche éq tu vos conme cho, min mimine ? »
L’eute in rintindant coére in.ne foés « min mimine », toute i s’est touillè din s’cawette. Alorss il o tout démuchè :
« Hé hé… éj m’in vos mon Mémé Troés-Pattes li don.ner in.ne tchote pouillette.
— Ouèche qu’al reste ét mémé ?
— À ch’bos d’échl Honme Pindu, meinme qu’a n’sé nin vo pu, vu qu’al o qu’troés pattes. »

Lò, él file sitant bélote al o défitchè, toudis d’és poque, in.ne boéte noérte d’ousqu’al o dessatchè un fi d’fer. « Ch’est un touki à qui » qu’il o intindu Roux-Poéilles. Mais conme i savoait point à tchéche, il o foait ch’sourdieu. Pi l’file rétuse, mais qu’a dvoait ête un tchot molé niaite, al o mangon.nè tout bos des coses din chl’atrinchillage, pindant qu’éch jon.ne nivlet i l’matchoait avuc ses ziux tout milants.

Mémé Troés-Pattes a dormoait din sin treu. Édpuis sn arnicroche, a n’foaisoait dgére éq cho. O buque à s’muche.
« Tchéche ? » qu’al foait.
— Bé, ch’est vo tchot fiu Roux-Poéilles avuc in.ne tchote pouillette tout fraique.
— Tire él branque, él clanque al tchairo. »

Él branque tirèe, él clanque al o tcheu. Seulmint, cho nifle… cho grongne… cho mord !… Un tchien tout hérissè, d’él bave à s’dgeule, i raindon.ne (bouscule) él pauve Troés-Pattes qu’a s’défique. Pan ! Pan !… Deux cœups d’pétoére in plangne tête, juste intré ses deux ziux. « É morta la vacca ! » qu’i foait ch’cacheux – qu’il étoait portant d’Grattepanche. Chonq minutes aprés, Troés-Pattes al o tè ahotchèe dsu ch’dos dé chl’assassin qu’i s’est rin.nallè avu sin sale bétal.

Quanq il est arrivè à s’moaison, i y avoait s’file, fiére conme Arpajon, édvant in.ne cage qu’al éroait étè pour un lapan. Pi din ch’fin fond, attindant ch’fourgon d’éch zoo, y avoait Roux-Poéilles, tout ramonchelè, avu des ziux tout bréyoux. Pi din ses érelles poéilluses, sins décessier, él voéx d’és mére al alloait pi a révnoait conme in.ne cloque éd défunctè :
« Bé à ti… sins décatour… bé à ti, vo droét tin cmin… bé à ti, bé à ti, bé à ti !… »

Prindez-in d’él grain.ne, sins décatour, allez droét vou cmin !


9 – L’anmour

        

Vous, os disez tous éq l’anmour, bé ch’est tout ch’qu’i y o d’pu bieu au monde, hein ? Et bin mi, él prinmiére foés ch’étoait point granmint djai ! J’étoais coére tout titchote, hein, jé n’savoais rien d’la vie. Jé n’pinsoais qu’a des mumuses éd tchot, éj couroais din ch’gardin, j’érbéyoais chés mounieux, j’grimpoais à chés abes. Mémére a n’disoait mie janmoais « Foait point chi, foait point cho ». A m’rappeloait seulmint por matcher. Qu’j’étoais-ti hureuse.

Un bieu jor éd juin, su ch’mur d’éch voésin, il étoait lò, in train d’mé rbéyer avu un drole d’air. Il o deschindu, tout in roucoulant in.ne canchon anmoureuse. Mi, peuve innochinte, bé, j’ai cantè itou. Alorss, conme éj nageoais din l’bon.nheur conme un caborgne (chabot) din ch’bros d’éch Don, i m’o seutè dsu ! Bé, y o miux, mais ch’est pu tchér ! I doét y in avoér des monts d’jon.nèches éd berlurèes par des ferlapiers minteux pi coureux. Tchéques moés aprés ch’paradis, j’ai yeu du mau à min tchœur, pi à m’panche, pi j’ai pu pu l’mucher.

Oh, j’pux mie m’plainde, y o pu pire éq mi ! Mémére, quanq ol o vu ch’trahal, a m’o rien dit. Et pi meinme, a m’don.noait des tchots becs, pi a m’foaisoait des flattes. « T’otchupe, qu’a m’disoait, éj sus lò. Éj frai tout ch’qu’i y éro à foaire  ». J’ai yeu mes infants avuc bien du mau. Et pi Mémére a m’o ésplitchè qu’a povoait point szés warder. J’m’énn éroais défoait siq j’avoais tè tout seue.

Achteure, éj voés mes troés gran.nes sœurs s’in aller pronmener pi rintrer à ch’clore. Pi mi, éj sus t-infreumèe, por min bien, qu’a m’dit Mémére ! Éch pu pire, ch’est, qu’por pu qu’jé rcminche, al vut qu’jé m’foaiche cafouiller m’panche à chl hopital éd chés cots ! Ah !… Ch’est vrai, éj vous ai point dit tchéche qu’éj sus. Éj sus t-in.ne finmélle éd cot, pi Mémére, ch’est Tchotchote d’él Tcheue d’Vaques.

Alorss, os disez-ti coére éq ch’est l’anmour qu’i nous rindra la Libertè… Miaou !


10 – L’anmour vache

        

Ch’étoait dvant l’dgerre. Cho s’est passè rue Duméril. J’ai ll’ai vu dsu ch’Progrés d’él Sonme, hein !… Y avoait un cyclisse qu’il avoait artè sin vélo conte éch trottoér… et pi ch’tramway, in passant, il o ahotchè chl’ingin. Él gazette al dit qu’aprés ch’cœup d’malsaveur, « él bicyclette al o yeu s’reuille éd derriére qu’al o tè violèe ! » Éj vous jure qu’est vrai !


11 – Un noér conte éd carimoéro

        

Il est lò, ébeubi, avuc des gambes conme d’él dgimove. Ses ziux i peu'té point s’déhotcher d’él gate qu’i vient d’berziller. Dsu ch’morcieu qu’il est coére din s’man i s’étale in.ne taque rouche. Il o bieu tracher tout partout, dsu ses mans, ses bros, i voét rien, meinme point in.ne tout titchote afolure. Éch pu pire ch’est qué l’berluque éd gate, al s’édgoutte éd pu in puss, avuc édz étitchures qu’o diroait d’in.ne éscouette à salate (panier à salade).

Min Diu, Sangneur ! Éch sang i découle bien d’lò ! Écmint qu’a s’put dz histoéres pérelles ? Alorss in.ne idèe a s’déjouque d’és cawette ; il avoait obliè toute, mais lò, i s’rapinse… És conschienche al est point trantchille… Éch sang lò i ressen.ne droldémint à chti qu’i découloait t't à l’heure d’él panche éd sin moaîte.

Pindant ch’peu d’temps-lò, tout duchmint, conme un voleu, éch clore i s’a anmenè ; din l’tchuisine, tout il est muchè din chz ombes. I trache aprés chl’éctrichitè. Él machinerie al est lò. I n’o qu’à mette és man dsu, a sro in dsou. Bé, du chuque ! N-y o rien su ch’mur !… 

Mais, ch’est pu fort qu’éd juer à bouchon ! Un bougitoér (bougeoir) i dégriboule d’échl heut d’échl armoére. Pi l’vlo tcheu, tout alleumè, din l’man d’échl honme ! Ch’est-ti sin doégt qu’i s’a infitchè din ch’treu d’éch manche, ch’est-ti ch’treu qu’i o invalè ch’doégt ? Ch’est in.ne noérte histoére, os nin sérons janmoais l’fin fond.

Adon, vlo l’berluque éd blanc-fer qu’al o vnu dsu chl’index. Conme si chl’aimant d’Fifine qu’al ramasse ses épiules avuc i ll’éroait ahotchè. « Aïe aïe aïe ! Min doégt, min doégt !… » qu’i s’met à dgeuler. Pi ch’est qué l’tcheue d’éch meudit bougitoér, qu’al étoait in blanc-fer, al est dévnue tout gliyante, froéde conme in.ne andjille.

A s’intorsille alintour dé chl index in s’arsérrant d’pu in pu. A s’inroule, pi d’un rond a nin foait deux, pi troés… pi ch’doégt i gonfe… i gonfe… I vient noér, conme éch boudin qu’éch Toéne il o foait quanq il o éscofiè sin coéchon… et pi… plach !… i s’émorméle dsu ch’plantcher.

Achteure él tcheue d’bougitoér al o djo gaingnè sin grand doégt, a s’rintorsille alintour, i gonfe, i gonfe, plach !… Allez, à ch’doégt à z-érelles !… un tour, deux tours, plach !… Pi ch’est ch’doégt à bague qué l’meudite tcheue d’andjille éd bougitoér al étran.ne… plach !…

Nou honme, matchè pèr un mau du diabe pi épaveudè conme in.ne mouque dsu in.ne arnitoéle, i buse… i buse… éq ch’est avu l’man lò qu’il o crévè l’boutinette d’éch Martchis ! Ch’est in.ne punition du Boin Diu !… Alorss, i n’pinse pu qu’à in.ne cose : Déhors, déhors aïte aïte !… Pi quanq i sro déhors, i dgeulero : « Ch’est mi, ch’est mi chl’assassineu d’éch Martchis ».

Mais, qu’ch’est-ti dur d’arquer… aprés in.ne saisissure pérelle, surtout qu’él candelle a s’a éteindu. Il avanche in.ne gambe, pi l’eute… schloup, schloup… qu’i font ses cœuchures dsu l’ratatouille éd doégts épeutrès. In intindant ch’busin démacatoére (à faire vomir) , i s’raminteuve qu’il o coére sin peuche, éch bricassè il i o laissiè… plach !… sitôt pinsè, sitôt tcheu ! Él ratatouille al infe, al infe, i nn o dusqu’à ses tchuisses, pi ch’est s’panche qu’al foait trimpette… pi ses épeules, pi s’bouque… Aïe aïe aïe !… Beurk !… beurk !…

— Alorss, él chute ?
— Qué chute ?
— Bin, l’chute d’éch noér conte !
— Ah ! Ouai, bé por in.ne chute, ch’est in.ne chute ! Jé nn ai coére min péte aussi noér qu’éch cot ! Quelle éscouade (secousse) éq cho m’o foait quanq éj m’ai rtreuvè in bos d’min lit ! Qué nuit, mz anmis, qué nuit !

12 – J’pourroais nin dire

        

Oh la la !… N-y in éroait des coses à dire si qu’o vouloait sé nin don.ner l’pangne (peine) , hein ! N-y in o sitant qu’i fauroait tracher par doù cmincher ; pachqué, n-y o qu’a chter un ziu n’importé ouèche, ch’est point por dire, mais y in o à dire ! Et pi coére, jé n’dis rien d’éch qu’o put intinde, meinme sins écouter. Ah ah ! Nan ! Ch’est point toudis bieu, ch’qu’i di'té chés gins. I berdéle'té por né rien dire ou por dire du meu dész eutes ! Y o granmint d’gins qu’ch’est point du boin, pi qu’i froai'té miux d’rinfitcher leu musieu din un tchuin d’leu platchu. Pachqué, si qu’éj voloais, éj porroais nin dire !… Mais mi, chés mawoèsetés qu’éj mile et pi qu’j’acoute, jé szés warde din min tchœur. Pététe qu’un jor jé szés dessatcherai, pi lò i n’intinrront. Pachqué mi, chés mawoés, jé n’pux point szés sintir. Si ch’étoait d’mi, jé szés froais hasir dsu ch’martché dsu ieu, por leus apprinde. Alorss, qu’on vienche point m’dire éq j’ai dit ch’qué j’ai point dit, pachqué lò, mi j’dis toute !


13 – Chés « Sainte Bèrbe »

        

Chés « Sainte Bèrbe » ? Mais sn histoére, bé y in o des monts ; éj min vos vous dire toute.
In preume, ch’étoait in.ne file telmint sache, éq din sin poéyis, sin surpitchet ch’étoait él tchote sainte. Quanq al o dévnue in.ne gran.ne file, o z-o tè tout ébeubi éd vir éq des poéilles i cminchoai'te à li mucher sin minton ! Pi cho o fini pèr li foaire in.ne bèrbe dusqu’à s’boutinette. A foait qu’al o tè pour tous chés gins « él tchote Sainte Bèrbe ». Bon, cho ch’est in.ne histoére éq j’ai treuvè din chés archives d’Anmiens.

Bon… Deusse, deusse. Ch’est in.ne file… pachqué ch’est tojors in.ne file. Ch’est in.ne file qu’a s’est mèrièe avuc un honme… d’accord, ch’est tojors conme cho… in.ne file qu’a s’a mèrièe avu un honme, éq sin nom il étoait Bèrbe. Pi conme échtilol i vindoait du nougat dsu l’foére d’Anmiens, por rigoler un molé, a s’a collè, à sin minton, in.ne tcheue d’vaque. Tout cho por foaire d’él pub à ch’nougat d’él fanme à Bèrbe. Bon !…

Él darin.ne histoére. Ch’est in.ne file… ch’est tojors pérel, ch’est in.ne file… qu’al voloait point s’mèrier – intré nous, al avoait bien raison. Bon. Sin pére, qu’il éroait ainmè avoér des tchots infants, i ll’o porsui par driére avu un sabe. Un grand gros gris rocher, qu’il étoait dvant sin tchot musieu, i s’a ouvrè in deux por qu’a s’infique éddin. Mais, a s’a foait quand meinme ahotcher pèr des varlets mawoés.

Is i ont épeutrè s’panche avu des ratieux in feraille. Pi coére, i ll’ont hasie à mitan. Pi coére is i ont tambutchè s’peuve cawette avu des martieux. Mais ses afolures is ont point dranclèes. Al avoait meinme point un greux. Alorss, chés inragès is i ont cœupè ses tchots éstonmacs avu des rasoérs ; pi ch’o tè des cœups d’cachoére, tout du long d’chés rimparts éd Niconmédie… Ah ! J’ai point dit « point d’conmédie ». Niconmédie ch’étoait sin poéyis. Ouèche éq ch’étoait, jé n’sais point.

Sin pére, qu’i nn avoait un air, conme à sn habitude, pindaint qu’a prioait ch’Boin Diu por li, i li o cœupè s’tête ! Chés anges is ont ll’inmenèe, s’tête, tout in heut d’éch mont Sinaï. Pi in.ne voésin.ne a m’o dit éq quanq éch pére il o dgillotinè s’file, échl hernu il o tcheu dsu li, pi qu’il o tè éscofiè. Ch’est por cho éq quanq i y o d’l’orage mi j’vous conselle éd dire :
« Bèrbe, vous qu’os êtes si agriyape,
« foaisez tchair échl hernu dsu ch’diape ! »


14 – Saint Éloé

        

Sant Éloé, d’abord, ch’étoait un Picard éd Noéyon. Théophile i vut qu’i soét d’Limoges, mi j’dis qu’il est d’Noéyon ; dsu min live à mi y o martchè Noéyon, ch’est Noéyon ! Il est nè in chon-chint-quatré-vingt-huit. Os prindez des notes, hein ! Ch’étoait un orféve vraimint fanmeux – Ch’est cho qu’i di'té chés gins.

Un jor, Clotaire, ch’étoait sin roé, hein !
« Ch’étoait point Dagobert, alors?
— Nan, bin d’abord, ch’étoait Clotaire. Ch’étoait sin roé. »
Né m’berlurez point pachqué mi pi ll’Histoére, cho foait deux… ptéte meinme troés ! Alorss éj m’in vos m’perde.

Nan, ch’est Clotaire, hein ! Ch’est sin roé. I i o don.nè, un jor, tout ch’qu’i falloait por foaire un bieu cadot, qu’i sroait sin tron.ne. I i o don.nè du dor, des brillants et pi d’toute. Bon ! Pi, quanq Éloé il o inmenè sin trahal, chés gins is in reuvnoai'té point, éch roé i n’in croéyoait point ses ziux. I y avoait janmoais rien eu d’si bieu ! Alorss, Éloé il o dessatchè dé s’camion.nette, un deuxieinme cadot tout pérel… foait avu chés restes éd trésor qu’i y avoait d’trop. Ch’est por cho éq Clotaire, qu’il étoait in.ne gin asteux, il o prins Éloé pour s’otchuper d’ésn èrgint.

Pu tard, Éloé il o tè trésorier éd Dagobert, nous y vlo ! Ch’est chti qu’i mettoait s’panche din l’gambe éd sin patalon ! J’ai janmoais comprins écmint qu’o put s’berlurer à ch’point lò, pi qu’i mettoait s’tchulotte à l’invers i mettoait chl’heut in bos pi ch’bos in heut !
« Ah bon ! Ch’étoait conme o ? J’ai toujours cru qu’ch’étoait chu dvant driére, mi !
— Ah !… Bé, ch’est por cho qu’jé m’disoais cmint qu’a s’foait qu’i mettoait s’panche din s’gambe ! »
Bon bé voéyez, je nn’ai apprins tchéque cose.

Bon, révnons à Éloé. Quanq il étoait jon.ne nivelet, Éloé, i s’mettoait toudis édz habillures éd riche avu du dor et pi d'toute. Toudis ch’qu’i y avoait d’pu bieu qu’i mettoait dsu s’pieu ! Mais quanq il o yeu viusi un molé, il o dévnu un vrai Saint du Boin Diu. Pi l’o don.nè tout ch’qu’il avoait à tous chés peuves martyrs.

Ell’histoére al dit coére qu’il étoait marichou – sains doute quanq il o ieu don.nè tout sn argint – il o tè marichou. Pi un jor, Note Sangneur il o vnu, pi i i o dmindè d’li ferer sin gvau. Conme ch’alloait point assez vite, nou Jésus l’o copè l’gambe d’él béte, i ll’o rcœuchèe… Aprés, bé il o rcollè l’patte sans qu’éch bidet i ronmion.ne.

Tout cho ch’est por ésplitcher porquoé qu’Éloé ch’est ch’patron d’chés orféves, pi d’chés marichoux et pi d’tous cheux qu’i feraille'te et pi ch’est toute !


15 – Chés puchelages

        

Dins l’temps n’y avoait tchéques cose… mais… lò, éj sus t-un tchot molé mon.neuse, pachqué ch’nom qu’éj vux vous dire il est point gramint bieu.

D’outant éq quanq éj lis éll affoaire din chés lives, cho s’appelle point conme ém mére al disoait.
Eux, est mèrtchè "tablettes", mi i m’sen.ne bien qu’ch’est le meinme cose. Portant ém mère al étoait point vuldjaire, ch’étoait meinme in.ne sainte fanme, mais conme al avoait trahaillè in usine, ch’étoait seurmint lò qu’cho s’disoait.

Ichi o z-est à ch’poste, o put point tout dire, jé n’él dirai point qu’ch’étoait des puchelages éj dirai des tablettes… Oh !… oh !… oh !… oh, j’pux pu rien foaire ! Tant piss !… Bon, él répétez point !…

Allorss, tablettes… éj vos don.ner éll érchette éd chés tablettes. Éch pu difficile ch’est d’avoér chés tchots plots ouèche qu’os mettrez vou affoaire. Din l’temps, chés épiciers i vindoai'te éd toute, pi meinme des jux d’cartes désappareillès, ou bien mal foaits pèr éd jon.nes apprintis à ch’début. Cho s’acatoait por foaire des puch… des tablettes avuc.

Erchette : foaisez un caramel avu du chuque, ou miux, d’él miélasse. Pindint qu’cha s’foait, prindez in.ne carte, pliez-llé à chés quaté tchuins pour nin foaire in.ne tchoté boéte, avu l’rein.ne, ou ch’roé ou ch’varlet din ch’fond ; rimplichez-llé et point d’trop bord pour point qu’cha dédgeule. Pi os milez chés jon.nes pour leur impétcher éd leu brûler leu bouque. Os leus i don.nez quante ch’est froéd. Foaisez bien intintion, éne vous berlurez point pour éch nom, ch’est des…(pucelages) tablettes !


16 – Janmoais contints

        

Cho ch’appellle janmoais contints.
Mais quoé qu’ch’est-ti qu’is ont à braire ? Quoé qu’ch’est qu’is ont chés gins d’Sant-Leu ? Qu’i s’mèle’té point dé ch’qu’i vo s’foaire ! Y o dz horzains qu’i buse'té por eux ! Des vielles moaisons, ch’est plein dz otons. I feut mie pu s’raminteuver. Din des éscaïers in béton, is éront vite fini d’reuver. Feut s’désincheper d’tout ch’qu’il est viux ! Binde éd niacoés, soéyez d’achteure. Pisqu’i vous di'te éq cho sro miux, os n’savez mie ch’qu’est vou bon.nheur !…

Ouai…mais mi, j’sus du troésieinme ache,
Conme chés moaisons, j’sus décatie.
Si tout ch’qu’est viux vo à ch’balache (la décharge) ,
Bée à ti, Tchotchote, bée à ti !…


17 – Manman Crépe éd Chine

        

Du temps qu’min pére i travailloait il étoait ouverier féreux à ché cmin d’fer. Ch’qu’i foait qu’os avoinmes des permis por foaire des varron.nages por érien. Os nin laissoinmes janmoais perde… Quoéqu’os n’soéyonches point riches, pi qu’cha f'soait quand meinme dépinser un tchot molé d’sous !

Adon tous sz étés os alloinmes à chés mers éd chés alintours. Chés hivers, ch’étoait Péris qu’i rimplachoait. Nou pére, qu’i voloait qu’chés join.nes is euche'te d’l’instruction, i nous train.noait din tous chés musées d’él ville ! Éch Louve éch Musée Grévin, ch’Trocadéro pi chés Arts et Métiers, pachqué min frére il étoait fin fou d’mécanique.

Mais por mi éch pu bieu jor, ch’étoait l’mi-carinme éd Péris. Os y alloinmes tous lz ans ! Éch l’ain.nèe lò qu’éch moés d’février l’o-ti tè mawoés ! Ém mére al l’avoait-ti dit des foés ch’dicton : février, févrio, si t’ingéle él mér, n’ingéle point chés tchots.

Tchéques jors édvant chl’éspédition, ém mére al avoait débistratchè s’chervelle pour trouvoér quoé qu’al alloait mette su sin dos. Jé n’mé raminteuve point quanq ch’est qu’al avoait acatè un mantieu. Lò, falloait y passer. À Anmiens, quanq al alloait déhors, al avoait dsu s’pieu qu’ésn écmise, sin cœutron, un méchant caraco pi in.ne blouse noérte. À ch’froéd, a chtoait dsu ses épeules sin fichu. Ah ! sin fichu !… jé l’érvoés coére ! Ch’étoait un viux carré noér, tout poéillu, qu’al plioait in deux por foaire un rectangue.

Quanq min frére i s’in alloait à l’école, et pi qu’mi j’étoais d’trop tchote, chés amprés-midis froéds, ém mére a s’dépêtchoait d’lavurer ses gates, al écanilloait sin fu, pi a m’prin.noait à gron. Avuc sin fichu, a nous anichoait tous les deux. Alorss mi, jé n’passoais qu’un tchot bout d’musieu, et pi j’disoais : « Allez ! Os sérions des peuves malhureux et pi os nous édmindérions (nous demanderions l'aumône) à l’porte d’éch théïâte. Allez, mman ! Cante ! Alorss él fanme qu’al étoait in.ne boin.ne mére al cantoait :
« Écoutez bien cette touchante histoire de deux enfants tout jeunes abandonnés… »
Pi mi j’disoais :
« Si-ou-plait, mdame, un tchot sous por acater du lait à min tchot frére. »
Min tchot frére il avoait chonq ain.nèes d’puss éq mi, mais por attindrir chés gins,i valoait miux dire qu’il étoait tchot.

Ch’est assez ! Quoé qu’a vient foaire tout cho din l’mi-carinme ? Os avez raison, j’y rviens ! Adon, à m’mére i falloait in.ne habillure. Al o attindu dusqu’à l’veille d’éch départ, tout in ronmion.nant :
« Est-ti point malhureux, por in.ne jornèe, d’foaire in.ne dépinse pérelle ! »
Al pinsoait qu’échl èrgint lò l’étoait tè miux por sn honme pi ses infants.

Infin, nous vlo parties à ch’mèrtché. Tout partoute doù qu’os alloinmes, étoait d’trop tchér. Un tchot molé édvant qu’chés magasins i freume'te, vlo qu’à l’vitrine éd Cario, in.ne étitchette al disoait « Réclanmes ! » Os rintrons, os érbéyions tchéques réclanmes, ch’étoait coére trop tchér. Él vindeuse al nous avoait point seutè dsu, al avoait sintu à tchéche qu’al avoait à foaire ! Infin, al dit :
mmd « Quoé qu’os volez ?
— Un mantieu ! » qu’al dit m’mére.
« Qué genre ? » qu’al foait l’eute.
« Un genre point tchér » qu’a li rinfique ém mére.
« J’ai ch’qu’i vous feut, y o in.ne fin d’saison… »

Jé mé nmainde coére éd qué saison qu’ch’étoait, vu qu’os étoinmes in février pi qu’il étoait in crépe éd Chine noér. Avu in.ne doublure in crépe éd Chine. Pi dsu l’panche, éll abouton.nure ch’étoait un bouton gros conme un tchul d’boutelle, qu’il étoait itou in crépe éd Chine ! Éq toute i n’pésoait point d’puss qu’in.ne pleume éd crapieud. Mi jé l’trouvoais rudemint bieu, surtoute éll abouton.nure… Ém mére, qu’al étoait toudis mal affistolèe, infin al alloait t-ête aussi belle qué sz’eutes.

Jé n’comprindoais point porquoé qu’a f'soait un air nactieux, pichqué ch’étoait in.ne réclanme éd fin d’saison. Pi qu’a m’san.noait t-ête in.ne habillure éd pranchéche. Os alloinmes nous in aller sans ll’acater, hein ! quanq él fanme al o treuvè ch’qu’i falloait dire : « Si qu’os l’prindez, por vous cho n’fro qu’dix-neuf francs ! » Éj croés qu’ch’est rien d’pu boin mèrtché qu’al o busè Mman. Éch bieu mantieu in crépe éd Chine l’o tè vite infitchè din in.ne boéte ! Alintour, in.ne fichelle, in.ne poingnèe in bos ahotchèe dsu, pi nous vlo ratornèes à no moaison.

Éch soér, ch’o tè chés grands débarbouillages éd min frére et pi mi ; éch preume din l’tchuvelle i cangeoait à chaque cœup… Pachqué, por foaire bistcher l’eute, os disoinmes :
« J’ai foais pipi ndin »

Él lindmain, à l’nuit noérte, os nous avons lvè avu des tchots ziux cachieux. Mman al o don.nè un coup d’loque dsu l’brongne éd ses mouquerons et pi à déjeuner à tout sin mon.ne. Alorss al o mis in.ne blouse prope, pi, aprés un molé d’chirache à ses bottines pour mucher chés greux d’éch tchuir, al o infin dessatchè d’éch carton éch paltot in crépe éd Chine. Al o abouton.nè ch’tchul d’boutelle. J’prinds point min fichu, qu’al o foait, chés ércherchichures à chés matchures éd mites i s’voé'té trop. Mais conme in heut al étoait dégaviotèe, al o mis in.ne tchote épiule à sin col.

Min pére l’étoait in veston. Din l’temps, des pardsus, chés peuves i n’avoai'té point souvint. Y avoait qu’nous deux min frére qu’os avoinmes des habillures d’hiver. Li, jé n’sais pu quoé qu’il avoait, mais mi, j’ém raminteuve min bieu mantieu, bleu canard… Os nn avez janmoais vu des canards bleuses, hein ? Pi portant chés viux gins i sai'te qu’él couleur lò ch’est point in.ne invintion ! Éch l’étoffe, o nous l’avoait don.nèe. Pi Léocadie, qu’a vnoait tcheude chez nous, quanq Lisa al l’avoait foait. Il étoait presqué conme si qu’o l’avoait acatè.

Achteure érvnons à nou histoére. Aprés avoér acouvetè ch’fu avu des chindes, o z-ont tè à l’gare. Min pére il o prins s’file à l’épeulette, pachqué, margré qu’i fuche grand conme un coéchon à genoux, ses tchotés gambes i trachoai'te, i trachoai'te… És fanme a s’époumon.noait driére, tiraillèe pa l’man d’sin fiu qu’i voloait point tchitter sin pére. Tchéque foés, éch peuve honme i m’passoait vite et vite pa dsu s’tête por ém don.ner à m’mére, pachqu’il avoait in.ne tchinte, pi qu’il étouffoait. Ch’est mn imphyzinme, qu’i disoait. Ch’est qu’aprés s’mort qu’os ons seu qu’il avoait in.ne angin.ne éd poétrangne. Éch cœup d’malsaveur passè i mé rmontoait dsu sin cou et pi i rpèrtoait d’pu belle.

Éch jor lò, éch vint i nous cœupoait in deux, mais à cht allure lò os avoinmes point granmint l’teimps d’él sintir. Din ch’train, Ppa i cachoait deux tchuins cœutè d’él voée por ses tchots cocos, pi in.ne plache pou s’fanme. Li i s’assiyoait point souvint, i don.noait toudis s’plache à chés fanmes pi à chés viux gins. Mes pèrints z-étoai'té point des « tout-à-mi » ; pindant tout leu vie, is ont tè toudis lò pou sz eutes.

Rnons à nou histoére ; à Péris, min frére et pi mi, ész eutes ain.nèes, os nous amusoinmes conme des tchots sauvaches. Quanq chés masques is étoai'té passè, chés rues ch’étoait plan d’confettis. I y in avoait sitant qué jé n’voéyoais pu mes cœuchures. Et pi chés déroulis… heu… des déroulis, in patoés i dise'te des serpentins. Chés gins is étoai'té telmint pressès dé szés lancher, chés déroulis, qu’él mitan is étoai'té point déroulès tout à foait. Y in avoait meinme des point déroulès du toute !

Os rimplissoinmes des sacs éd tout cho, pi tout l’long d’éll ain.nèe, os szés chtoinmes din l’moaison. Mémére a disoait mie rien. Ch’étoait-ti in.ne boin.ne mére ! Chés déroulis itou, os szés chtoinmes ; pi os szés rinrouloinmes des foés pi des foés. Et pi meinme, quanq ch’étoait ch’jor d’érpassache, Mman a leu don.noait un cœup d’fer et pi Ppa il ércolloait chés morcieux berzillès. Ch’étoait-ti des boins parints !

Por nin révnir à ll’ain.nèe crépe éd Chine, mi, por él prinmiére foés, j’étoais à l’fête. J’étoais point assez niaite pour point vir qué m’mére crépe éd Chine, al avoait s’peuvé brongne tout bleusie d’froéd. Al o tran.nè tout l’long d’él jornèe. Mais, a n’avoait mie l’habitude d’és dadoter (dorloter)  ! Al trouvoait meinme… meinme él forche éd nous foaire des risettes.

Ch’est jor lò qu’j’ai comprins qu’si nou mére al étoait point l’pu belle, al étoait seurmint l’pu boin.ne. Quanq os avons ratornè à nou moaison, un cœup d’consine (tisonnier) à ch’poéle, un verre éd café bien cœud, al pinsoait pu qu’à s’ramintuver avuc nous tous chés bieux masques, pi à rbéyer ch’mont d’confettis pi de déroulis, tout répindu din l’tchuisine.

Édpu ch’temps lò jé n’pux point rvir in.ne flépe éd crépe éd Chine, sins qu’cho buque din m’poétrangne et pi qu’jé rvoéche él peuve lapide, avu ses pieds in musieu d’tchien, sin dos in glache, mais sin tchœur, hasi d’anmour pou sn honme et pi ses join.nes.


18 – Mi j’reuve…

        

Mi j’reuve d’un poéyis cœud, ouèche qu’os séroinmes hureux, qu’i y éroait pu d’miséres, pu d’lapides, pu d’langreux ! Conme éch maintieu d’él vierche, éch ciel i sroait tout bleuse. Y éroait qu’à s’laissier vife. Fini chés dgerres affreuses, os s’don.neroinmes des tchots becs à londgeur éd jornèe. Os poroinmes vir dz horzains, os n’sroinmes mie épeutès. Chés gins pi chés bétals déwaingnès (handicapés) ou point bieux, os szés mettroinmes à l’plache éd tous chés imbléyeux. Pu qu’éj sroais triste-à-vir, pu qu’éj sroais dadotèe (cajolée) . Moins éq j’éroais d’gingin, puss qu’éj sroais acoutèe.

Oh ! Bé ! Éj sus t-in train d’buser. Quoé qu’ch’est qu’al o m’cawette ? J’sus point pu avainchèe, ch’est point mi qu’éj sus ch’moaîte. Portant, cho sroait l’momint. Siq él cose a doét s’foaire, cho sroait un soér éd Noël. O put toudis él croére. Pére Noël, pi tchot Jésus, acoutez m’tchote priére, wardez tous vos amuses mais foaisez qu’édsu l’terre, cho fuche conme jé l’voroais, mi et pi sz eutes, ch’est tout conme, qu’i y euche pu qué dz hureux, chés bétes et pi chés honmes.


19 – Rue des Gantiers

        

Din l’rue des Gantiers, tchéques moaisons pu loin qu’él note, o povoait vir un grand batimint, avu dsu ch’cœutè un colidor. I mnoait à ch’driére d’él moaison. Chés gins qu’i restoai'té lò is avoai'té leu fnête édsu l’rue d’chés Rinchevaux. Quand i passoai'té leu nez, i rbéyoai'té chés pichons qu’i varon.noai'te din ch’bros d’l’Afe.

Mi quanq j’alloais à l’Union su l’plache des Huchers, ch’est point chés pissons qu’éj voéyoais. In dsou d’in.ne éfnête i poussoait in.ne fougére qu’al forchichoait droldémint fil à mesure chés jors. Al éroait tè fin bélote siq al avoait point yeu s’cawette acouftèe pèr un capieu point ordinaire. Cha pindouilloait pi cha s’soulvoait conme des cavieux quanq éch vent i vion.noait. Os éroétes seulmint point advinè quoé qu’ch’est qu’cha povoait bien n-ête. Y avoait des morcieux d’jambon, des bistéques, des tchuisses éd pouillettes. O z‑éroait dit un terrain d’campinge quanq chés gins i s’sont ratornès. Ch’étoait toudis plein d’oésieux qu’i pinsoai'te éq ch’étoait lò por eux.

Mi jé n’rioais point dvant l’vue-lò, j’savoais ch’qu’i nn étoait. Ch’étoait l’tchote langreuse qu’a nn étoait cose. És mére al travailloait conme in.ne lapide, s’taïon.ne a s’démiangnoait (se démenait) por trouver des sous. Falloait acater tout ch’qu’i y avoait d’pu boin à mier. Eux, is y éroai'té point toucher por un impire, ch’étoait pou leu tchote. Conme disoait grand-mére, éll infant-lò al avoait qu’les pieux les oss. Por qu’a s’rimpleume, il éroait fallu qu’al maque…

Rien à foaire ! Ch’étoait loin d’ête in.ne dgeuluse. A plucsinoait. Al cafouilloait din s’gate. Al berzilloait sin pichon, al émormeloait sn éclair. Pi a s’mettoait à braire in ronmion.nant : « Éj nin vux point, est d’trop mautchœurant ». Alorss, quanq person.ne i rbéyoait, él tchote séclette al balainchoait sin boin minger pèr l’éfnête. Pi cho tchaisoait dsu l’peuve fougére, qu’al avoait bieu pinser « ch’est point d’cho qu’éj maque ». Cho tchaisoait… cho tchaisoait… pi l’file a maigrichoait… a maigrichoait… Al o point foait d’viux oss.


20 – Canchon révatoére

        

Din chés jornals, édpu tchéques temps i y in o qu’por chés rues piéton.nes, oz avez vu, hein ! Mi qu’jé n’sus portant point in.ne mitan d’béte… Éch Déglic, j’ai intindu ch’qu’os avez dit, éq jé nn étoais in.ne béte tout intiére ! Sié, sié ! o ll’avez point dit, mais jé ll’ai intindu !
— Ouai, mais jé l’pinse
— Adon j’disoais qu’margré qu’jé n’fuche point mitan d’béte, jé n’comprinds pu rin dé rin. Feut des rues piéton.nes qu’i di'té chés gins d’in heut ? Bé alorss, porquoé qu’à Anmiens, din l’rue des Heutes Cornes, lò doù qu’chés nasus i passe'té quate foés par jor, doù qu’i n-y o toudis des camions à lédgeumes édsu un trottoér. Porquoé qu’édsu ll’eute éd trottoér is ont foait un éscaïer qu’il agvale toute él plache ; cho nin foait in.ne touillèe éd viux, éd jon.nes et pi d’voétures din chés grosses heures. Bé, jé nn ai foait in.ne canchon révatoére (qui fait rêver)  :
mmd

Mi éj sus por chés rues piéton.nes
Ch’est fin bien por éch peuve é-mon.ne
Siq o s’boustchule conme ch’est plein d’gins,
I y o point d’mort, cho foait mie rien

Mi j’reuve éq ché sroait formidabe
Si y avoait des trottoérs piéton.nabes

Érbéyez un molé tout partout
Chés autos grouille'té conme des poux
Dsu chés cœuchies dsu chés trottoérs
Ch’piéton n’sait pu cmint qu’i feut foaire

Mi j’reuve éq ché sroait formidabe
Si y avoait des trottoérs piéton.nabes

Varon.ner, mi, ch’est min plaisir
Mais din chés rues i feut coésir
Écrabouillè pèr chés voétures
Ou ramonchelè tout conte chés murs

Mi j’reuve éq ché sroait formidabe
Si y avoait des trottoérs piéton.nabes

Si l’cœuchie n’est point por ch’piéton
Ch’trottoér ch’est à li, nom de nom
Vlo in.ne édvise qu’tojors j’érmache,
I feut qu’chatchun i reste à s’plache

Mi j’reuve éq ché sroait formidabe
Si y avoait des trottoérs piéton.nabes

21 – Pére Noël

        

Dine-dong, dine-dong, ch’est l’cloque des morts !
Quoé qu’al o à son.ner si fort ?
Ch’est ch’pére Noël qu’i vient d’défuncter.
Min Diu, qu’o vo-ti ll’érgretter !…

Din un tchot poéyis tout prés d’Anmiens, ch’est l’lin.nmain d’Noë, conme cho s’est toudis foait d’pu chés viux temps, sitôt l’messe finite, tous chés jonnes d’éch villache i bzine'té tous alintour d’él créche. Oh, bié seur, i ll’ont djo vu, il étoai'té tertous à l’messe éd minuit. Mais ch’est qu’ch’est lò qu’il est, ch’bieu jouet qu’is ont cmindè ! Pis conme éch pére Noë i don.ne toute éch qu’o vut sans distchuter, os pinsez bien qu’i y o person.ne qu’i dmainde des berluques !

Os in révnez point, hein ! Os avez janmoais vu cho din vou église ! Ch’est qu’os avez point, conme ichi, un boin tchuré qu’ch’est un saint, qu’il o rien qu’à rbéyer chés gins por qu’i dvien'té conme i feut. Alorss, si ch’Pére Noël i foait lò des passe-droéts, est mie tonnant !

Adon, vlo cmint qu’a s’passe. Mossieu l’tchuré i foait : Titine ! Él tchote al trécope (traverse) éch mont d’galmite (groupe d’enfants) . Éch bédeu i dessaque d’él sacristie él boéte qu’i y o écrit dsu Titine, et pi i li don.ne. Aprés, ch’est Pronieu… et pis Pépétte… et pis Nin.nin, pis tchot Neuneulle et pis à l’fin éch fiu à chl’Anarchisse. Quand tertous i z’ont leus affoaires, alorss, chés pèrints i dépieut'té chés imballes in dgeulant des « ah aïe aïe ! » pis des « oh ouille ouille ! » Éd chés boétes tout berzillèes, chés tchots is ont défitchè des catins, avu leu tête in bistchuit, des berches (berceaux) avu des drops, des couvertes, et pis meinme des carrés d’oreiller, des patinettes à pédale, et pis toute et pis toute ! Et pis margré qu’i fuche'té mon ch’Boin Diu, i virole'te avu l’don.nation d’pére Noël din leu bros.

Chés nasus un tchot molé rapurès, éch tchuré, éch bédieu avuc tout ch’villache i di'té, aïte aïte, in.ne dizain.ne éd capelet por ch’Pére Noël, édvant d’ratorner à leu moaison. Écht ain.nèe chi, aprés ch’dixieime ainsi-soét-il, éch pasteur éd chés anmes i foait un grand seingne avuc sin bros pour arter ch’busin.

« Feut qu’j’vous diche tchéque cose qué jé n’sais point cmint m’y prinde. Mes bien chérs fréres, margré qu’éj vous ai promis qu’chés juets i vnoai'té point de mi, os m’avez janmoais cru. Bé lò, os allez vir qu’jé n’vous berluroais point. Achteure, j’ai l’droét d’défreumer m’bouque. Édpu soéchainte-dix ain.nèes, échti qu’i vous acatoait tous chés belles amuses-lò, ch’étoait ch’pére Noël.
— Ah ah ! Bé os l’savons bien, qu’i rigole'té chés gins.
— Ah, acoutez mé don, qu’i rprind ch’tchuré, ch’est vrai, ch’étoait ch’pére Noël, mais point chti d’tout l’mon.ne, ch’étoait ch’ti à nous, éch viux pépé d’éch catieu qu’étoait quasi chintenaire. Noël, ch’étoait sin vrai nom, chti d’ses pèrints. Alorss mi, jé ll’ai tours appelè pére Noël.
Mie-qu’à-dire (pas possible)  ! éch viux rapiamuss (rapiat) -lò, il o janmoais lvè sin tchot doégt por in.ne gin… ch’est un mawoés “tout-à-mi”.
— Il étoait point rapiamuss. Éch peuve lapide l’avoait don.nè tous ses sous à sin frére, éq chins cho, il éroait tè in prison. I n’avoait wardè qu’éch catieu d’ses taïons qu’i tchaisoait d’tout partoute. Y avoait janmoais yeu un ouverier por érmette des cataplaches à chés treus d’éch toét pis d’chés murs. I disoait qu’conme cho, chés bétals malhureux i povoai'té rintrer à leu dgise. I matchoait qu’chés lédgeumes éd sin gardin et pis tchéques pron.nes tcheutes édsu chés cmins. S’ridgimpette al dévnoait à fleppe… Feut savoér qu’i vivoait dsu in.ne tchote pinsion d’bléssè d’dgerre. In foait d’tout-à-mi, tout ll’ain.nèe i mettoait sn argint d’cœutè, pis, édvant Noël, in.ne camion.nette al apportoait tout ch’qu’il avoait cmindè à chés Nouvelles Galeries d’Anmiens. I m’avoait foait promette qu’ém bouque al sroait tcheudue tout l’temps qu’i vivroait.
— Bé alorss, porquoé qu’os nous l’disez ?
— Mes peuves anmis, ch’pére Noël il i moru él nuit chi. I m’o dit qu’i falloait rien canger pour in.nhui. Bé, os l’voéyez, j’ai orien cangè. I n’resse pu qu’à prier l’Boin.ne Vierche por li… éq m’est avis qu’os nn avons puss édzoin qu’li ! »

Dine-dong, dine-dong, ch’est l’cloque des morts !
Vlo porquoé qu’al son.noait si fort
Ch’pére Noël il avoait défunctè,
Din ch’Paradis il o étè, amen…


22 – Martché à réderies avu Cabotin

        

Mi quanq o cause éd réderie, j’érvoés ch’martché d’édvant l’dgerre, échti qu’i s’étnoait dsu l’plache qu’a s’appeloait, in preume Sant Firmin, pi aprés ch’o tè Louis Déwoélly. A n’étoait point ouèche qu’al est achteure. Ch’étoait par driére chés Sœurs Grises. I y in éroait-ti à dire su tout ch’qu’i s’y passoait ! Ah ! Ch’étoait coére émiux qu’à chés parades dé l’foére.

Bé, jé m’raminteuve in.ne foés qu’j’étoais partie avu m’mére. Os avoinmes éch tchien d’nou voésangne, i nous suivoait tout partout ! Cabotin qu’ch’étoait sin nom. Un grand bétail batard. Nous vlo tous les troés dvant chl’amarache éd mame Klein, in.ne grosse mémére qu’al juoait du clairon por ahotcher l’pratique. Éch jor-lò, al avoait étalè tout un mont d’vaisselle su ch’pavé. Pi pa dsu, deux douzangnes éd gates « au coq » – qu’achteure cho sroait à un prix du diape.

Os acoutoinmes, intré deux musiques, él fanme qu’al avoait point s’langue din s’poque, pindant qu’Cabotin i s’avoait assis dsu sin tchul. Tout d’un cœup, éd l’eute cœutè dé chl’étalache, i s’amin.ne in.ne berluque éd tchien.ne éd borgeoés à qui qu’és patron.ne a i avoait collè des faveurs édsu s’tête, por point qu’chés poéilles is i catouille'té ses neuneuilles. Cabotin il o pinsè qu’cho y étoait ! I s’a rétaimpi fin vertillant, pi, por aller don.ner un bec à ch’tchot mon d’brin-lò, il o volu foaire un ébondi. Mais, conme il étoait ébleui… trop bien ébleui por cartchuler sn affoaire, il o tcheu in plan mitan d’él vaisselle !…

Badaboum ! O diroait qu’jé l’voés coére. Éd tous chés gates « au coq », Cabotin l’avoait foait un puzze éd pu d’chint pièches ! Pi ch’pu pire, ch’est qu’il étoait échoui par chés promeneux qu’is juroai'te à ses érelles. Alorss, au lieu dé s’dessatcher rondébilis d’éch berzillache, i tornoait pi i ratornoait ndin avu ses grossé pattes. Os éroétes dit chl’égvau d’Attila.

Pindint qu’mame Klein a s’étotchoait, in foaisant viroler (tournoyer) sin clairon dsu ch’peuve tchien tout épaveudè, os nous avoinmes muchè din chés gins. Mais ch’meudit bétal i nous o déteupèes, pi tout contint d’li i dgeuloait driére nous conme siq os alloinmes éll’aflater. A foait qu’os n’povoinmes mie nous inseuver, pinsez si qu’os étoinmes din no tchots seuïers.

Hureusemint, in.ne fanme éd nous wèrtier al o jurè ses grands diux qu’os étoinmes point ch’propiétaire d’él sale béte. Pindint ch’cœup d’temps-lò, os ons bzinè sans dmin.ner no resse. Avu bié seur éch bétal qu’i seutoait driére conme un cabri. I s’croéyoait l’pu belle réderie dé ch’martché.

Qué Cabotin d’brin !


23 – Vlo ch’printemps

        

Ah qu’éj sus-ti continte, vlo ch’printemps, vlo ch’boin temps. Chés cots i font « miaou » pi chés oésieux « tchui-tchui ». Vont povoér juer din ch’gardin, chés infants ! Quoé qu’ch’est qu’o z-o cangè intre hier pi in.nhui !

Éj vos dessatcher m’tchote robe qu’al sint tout l’muternè. Din ch’solé j’vos m’trondeler (me rouler, me vautrer) conme quanq j’étoais nasue. J’vos mucher din ch’tiloér ém dgife éd mal leunèe. Quanq chl’hiver l’est fini feut mie pu ête mousue.

Ah qu’éj sus-ti continte, vlo ch’printemps, vlo ch’printemps ! Cantez, riez tertous ! Vux-tu t’seuver, chorchelle ! Moérir cho s’foait l’hiver, falloait vnir édvant. Mé rvlo fin vertillante, i m’sen.ne qu’i m’pousse édz ailes ! ah qué j’sus-ti continte, vlo ch’printemps, vlo ch’boin temps !!!


24 – Éch mouchoér éd Pépére

        

Él tchote à Titine, in.ne voésin.ne, conme al étoait point granmint dadotèe (bichonnée) pèr ses pèrints, al étoait toudis mon sin taïon qu’i restoait à cœutè. Qu’a ll’ainmoait-ti sin pépére ! I l’prindoait à gron pi i li cantoait chés canchons d’sin jon.ne temps. Pététe éq si l’mére a sz avoait intindu, a ll’éroait agon.ni, ch’peuve viux. Ch’étoait point des cantiques à l’Vierche, mais conme i cantoait tout in mangon.nant din s’bèrbe, a n’étoait point grafe.

Et pi Tinette… Tinette, ch’étoait sin surpitchet, vu qu’és mére a s’appeloait Titine. Adon Tinette, margré qu’a comprindoait point toute, a rioait à nn avoér du mau à s’tchote panche. Seulmint, i y avoait tchéque cose qu’i li sen.noait fin drole, ch’étoait ch’mouchoér éd sin pépé, és loque, conme i disoait, qu’al étoait noérte conme du carbon.

Un jor, échl infant al o nmindè à sin pére porquoé qu’eux i s’mouchoai'té leu nez din des loques blanques. Bé, qu’i i o répondu cht honme, ch’est pachqué mi, mn écminèe al est prope. Ch’n’est qué dz ain.nèes pu tard éq Tinette al o comprins. Sin pépére i prisoait, pi sn écminèe ch’étoait sin nez.

Et pi vlo ll’histoére éd Tinette, él file à Titine !


25 – Ch’tchot lapan

        

Ch’est la vie d’un tchot lapan. J’étoais bien au cœud, bien trintchile. Ch’étoait fin doux tout partout alintour éd mi. Pi tout d’un cœup, ém vlo poussaillè, écrabouillè, pi rpoussaillè. Pi in.ne leumiére qu’a m’foait freumer mes ziux, a bzine din m’chervelle. Pi j’tchais dsu tchéque cose éd durte, éd glachiè. Éj nin sus tout rtri, tout gliyant, éj démaque tout plan d’cochon.neries.

Éj sins qu’cho rmue à cœutè d’mi, pi i y o in.ne cose fin réque qu’a m’raindon.ne (bouscule) , qu’a m’raindon.ne. Mais éj pux point dire qu’cho m’plait point. Meinme, ch’est putot agriyabe, et pi, a foait qué m’vlo tout sétchè. J’rouve un ziu, quoé qu’ch’est qu’éj voés ? I y o lò des poéilles, pi coére des poéilles. Éd meinme éq mi, mais ch’est pu grand… pi cha m’érbée, avuc un air fin amiteux. Éj nin sus tout ramidolè (apaisé) .

Édvant min musieu, y o un jé-n’sais-quoé qu’i m’ahoque… Cho sint boin ! J’avinche ém bouque, vlo in.ne goutte qu’a s’dessaque… Mioum mioum !… Oh ! Ch’est cœud, ch’est boin. Bé, j’ai comprins, ch’est m’manman. J’ai invie d’canter, mais cho m’froait invaler d’travers. Alorss, j’ém foais tout titchot, pi j’érprins d’él boin.ne caleur d’avant ch’cœup d’malsaveur.

Éj croés qu’ch’est cho, la vie, o z-est hureux, pi cho cange ; mais cho n’dure mie, feut prinde patieinche. Tout cho in si peu d’temps ! Ch’est granmint, por un tchot lapan ! J’m’in vos m’joutcher tout conte él panche éd moman et pi adé…

Pan ! Pan !

Quoé qu’i n-y o ? Mman ! Émman ! J’ai rchu un cœup din m’poétrangne… pi ti, mman, t’os foait un drole éd cri ! Pi porquoé qu’tu foais couik… couik… Oh, mman ! J’ai du mau, pi j’sus tout mouillè rouche, pi ti aussi, pi tu m’érbées sans m’vir ! Quoé qu’j’ai foait d’mau, dis mman ? quoé qu’j’ai foait… quoé qu’…


26 – Él nouvelle ain.nèe

        

Ah… l’nouvelle an.nèe… Du temps d’mes taïons, éch jor éd l’an ch’étoait sacré. Falloait aller vir tous chés gins, pi don.ner des tchots becs à tous chés musieux !

Adon, in.ne foés, ém mére et pi ses pèrints is ont tè foaire él tornèe. À l’fin d’él jornèe észés vlo dvant l’porte éd des cousins d’cousins. I buque'te (frappent) un cœup. « Intrez » qu’is intinde'te. I rint'te… Quanq ém mére a m’racontoait cho, à ch’momint-lò a s’déclatchoait toudis à rire. Quanq ch’alloait miux, al finichoait sn histoére.

Adon, vlo chl’éspectaque qu’is ont vu. In.ne grandé pièche noérte, avu seulmint, conme din tous chés moaisons d’éch temps-lò, su in.ne tabe éd nuit, in.ne tchoté lampe à pétrole qu’a f'soait pu d’suie qué d’leumiére. Aprés un momint, él troupe al o vu un grand lit din ch’mitan d’éch mur. Et pi ndin, deux gins. Is étoai'té joutchès, avu un essui (torchon) dsu leu tête. Et pi des grossé gouttes i tchaisoai'té éd chés deux brongnes.

Éch pu pire éd toute, ch’étoait chés murs. Éj dis chés murs, mais chés murs i s’voéyoai'té point. Porquoé ? pachqué cho n’étoait qu’des couron.nes ahotchèes dsu. Oh, point des couron.nes éd roés, nan, des couron.nes éd chimintiére ! Chés viux gins i s’raminteuve'té seurmint cmint qu’is étoai'té foaites chés couron.nes din leu jon.nèche. Ch’étoait avu des tchoté perles noertes et pi violettes infitchèes din du fi d’fer. Pi meinme quanq chés gins is alloai'te à ch’chimintiére, is implichoai'té leus poques avu chés vielles perles d’échtèes à chés monts. Bon !

Os imaginez ch’qué m’mére al o pinsè lò. Al avoait oh… chonq, six ans ! À ll’âche-lò, vir des morts vivants qu’i rigoloai'té conme des bochus, cho li o foait un fanmeux cœup ! Infin, is ont yeu ll’ésplication. Chés cousans d’cousans is avoai'té la grippe. Alorss, por él foaire s’inseuver, i s’foaisoai'té suer. Chl’essui dsu leu tête, ch’étoait por cho, et pi, por s’action.ner un molé is avoai'té foait un flipe, bien tchulottè. Pi chés couron.nes, bé, leu cambe, ch’étoait chl’ateïer ouèche qu’is infitchoai'té chés perles por fabritcher chés couron.nes.

Point l’pangne (peine) éd vous dire qu’él fin d’él soérèe, al o point tè triste !


27 – Él gran.ne nain.ne

        

Cho s’est passè y o granmint d’temps, ch’étoait loin, loin, din chés poéyis d’chés tchots nains. Pupuche, hein, un tout titchot bout d’fanme, qu’al étoait conme cho édpu tchéques moés, al vnoait d’sintir qu’éch momint l’étoait viendu, pi qu’al alloait mette din sin lit (accoucher) . Ch’o point train.nè hein !…

Mais… quellé spectaque éq ch’o-ti té, quanq échl infant al o dessatchè l’bout d’sin musieu in n-hurlant conme él sirin.ne d’él dgerre. Min Diu, qu’al étoait-ti gran.ne ! És tête al sortoait pa llé fnête d’él moaison et pi ses gambes i dépassoai'te dé l’porte. Seur, qu’il o dit ch’tchuré, ch’est in.ne punition du Boin Diu, pachqué, si chés caïelles d’él capelle i s’dépleume'te, ch’est point d’él feute éd chés tchuls d’Pupuche et pi d’Tchotchot ! Chés malhureux pèrints is étoai'te étombis d’honte d’avoér fabritchè in.ne abonmination pérelle. Conme i falloait quand meinme i don.ner un nom, ch’o tè Pérette. J’mé nminde si ch’est point à cœuse d’él Tour Perret ? Él tour Perret, oh !… ch’est point à rigoler, hein !

Margré qu’a fuche toujours bien polie pi toute, qué jon.nèche qu’al o yeu ! Pinsez, in.ne gran.ne nain.ne ch’est in.ne à-pèrt, in.ne marginale qu’o diroait achteure ! Quanq al arrivoait tchéque part, tout l’mon.ne i s’inseuvoait ! Ch’est qu’Pérette a sz éroait épeutrès avuc chés deux batieux qu’i li servoai'té d’cœuchures !

Conme un foait ésprés, din un eute poéyis, coére pu loin… Jusse in meinme temps qu’Pupuche… Ima, él fanme à Laya, éch roé d’chés grands Gayants, al attindoait itou. Él matron.ne al avoait à pin.ne arrivè qu’Ima Laya… al avoait foait sin trahal… A n’o point yeu d’mau du toute, hein !

Mais quoé qu’ch’est qu’ch’étoait qué l’berluque-lò qu’al wignoait conme un tchot cot ? Est vrai qu’il étoait fin bélot, ch’tchot mouqueron, meinme qu’il éroait tè un fin bieu fiu, si qu’il avoait point tè si rintchintchin (riquiqui) . À cœutè d’ész eutes gins, o z-éroait dit un tchot cafignon din un mont d’poturons. Seurmint qu’un carimoéro il avoait trécopè ché cmin d’Ima… Laya quanq al attindoait ! Peuve berluque !… l’o point tè granmint hureux chés jors d’aprés ! Chés mawoés grands gayants i l’boustchuloai'te, et pi meinme qu’és mére a li tapoait dsu, quanq i voloait aller à gron ! A l’prindoait por in.ne bibache !

Pu qu’cha alloait, pu qué l’vie al étoait durte por chés deux à-pèrt, conme is sz appeloai'te, quand ch’étoait point chés carimoéros ! A foait qu’un bieu jor, ou putot, un tristé soér, à ch’meinme momint, conme un foait ésprés, chés peuves lapides l’ont tè mis à l’porte éd leu poéyis. Észés vlo dsu chés cmins tout bréyant.

L’in.ne a f'soait :
« Ch’est mi Pérette él gran.ne nain.ne, él gran.ne nain.ne, él gran.ne nain.ne, ch’est mi Pérette él gran.ne nain.ne, qu’éj sus-ti t-à plain.ne ! »

Pi l’eute i disoait :
« Éj sus Berluque éch tchot gayant, éch tchot gayant, éch tchot gayant, éj sus Berluque éch tchot gayant, éj sus t-un peuve infant ! »

Pi vlo Pérette él tchote gran.ne nain.ne qu’a s’infique din un bos tout plein d’abes. À ch’meinme momint, conme un foait ésprés, Berluque i s’in alloait sé nnin dessatcher ! I tchai'te nez à nez… Chatchun l’ouvroait des ziux conme des plangnes (pleines) leunes. Ch’étoait bien le prinmiére foés qu’i voéyoai'te un eute infant d’carimoéros ! Pachqu’is étoai'té seurs dé nn ête édz infants d’carimoéros, o leus i avoait toudis dit… Is in reuvenoai'te point d’és vir pérels !… Et ouai, is étoai'té pérels, in.ne gran.ne nain.ne, un tchot gayant, ch’est pérel… infin à pèrt qu’i y avoait in.ne file et pi un fiu !

Quoé qu’i s’a passè ? Éj né l’sais mie, j’y étoais point, mais j’ai idèe qu’ch’o point tè triste ! Pi vlo, l’histoére al est finite, ch’étoait in.ne vraie histoére, hein ! aussi vrai qu’in.nhui ch’est l’preume d’avri !


28 – Papier-à-lette

        

Papier-à-lette, hem… j’m’in vos vous dire sn histoére. Un moés d’ahout édvant l’dgerre. Neuve heures d’éch matan. Éj vos foaire inne rude belle jornèe. O z-o djo cœud. I feuroait pététe bien qu’jé cminche à pinser qu’i feuroait pététe bien qu’jé cminche à mé lver. Sans quoé, ém mére a vo s’ramner in ronmion.nant.

À ch’momint-lò, j’intinds in.ne voéx fin mawoèse. A s’dessaque d’él moaison quasi in fache éd mes pèrints. Ch’est lò qu’i resse min tchot camarate Robert. Él voéx ch’est chelle d’és grand-mére norriche.
« Robert, tu vos-ti té lver ? Grand tchœur fali, i feut-ti qu’j’aille ét tcheur avu min ramon ? »
Tchéqu’un qu’i con.naitroait point l’norriche i s’froait un sang d’enque in pinsant qu’al vo l’émormeler, sin norrichon. Hum ! Y o mie d’dinger. Quanq chés tchiens i dgeule'te, i morde'té point. D’autant qu’éch nasu-lò, él’Assistinche al i o don.nè quanq il étoait tout titchot. A ll’o wardè, ch’est point por él berziller achteure !…

J’ém sus défitchè d’min lit, pi dé ll’éfnête, j’érbée l’cambe éd tchot Robert. Tiens, vlo Papier-à-lette. Il arrife, tout vertillant margré sn âche, és tchote carte in dsou d’sin bros – achteure is apelle'té cho un « porte-documint ». Il o s’tchote carte in dsou sin bros pi sin viux capieu dsu s’tête. Quoéqu’un molé dépleumè, il o bien l’air d’éch qu’il étoait din sin jon.ne temps, un clerc éd notére.

In.nhui ch’est un peuve lazare qu’i vind… ou putot, qu’i voroait vinde… tchéques inveloppes avu un tchot mont d’papier à lette. Ch’est d’lò qu’i vient sin surpitchet. Édvant l’moaison, i s’arrête in tornant sin dos. I s’ardréche du miux qu’i put pi il houpe és boin.ne anmie avu in.ne drole éd voéx tran.neuse (tremblante)  :
« Marie… »

A vo-ti répon.ne ? Voéyons, ouèche qu’os in sonmes din ch’trimesse ? Quanq Papier-à-lette i vient d’toucher s’pinsion, Marie al arrife, aïte aïte, mette sin musieu à ll’éfnête. I n’feuroait point grand cose por qu’a s’prinche por Juliette quanq és anmoureux i vient li foaire és sérénate. Alorss, conme siq al étoait dsu ch’théïâte, avu l’voéx d’Sarah Bernhardt et pi in.ne bouque in tchul d’poule, a li dit :
« Monte, Papier-à-lette ! »

Feut dire éq Juliette, infin, Marie, al resse din ch’galatas, alorss, édz éscaïers, y in o à grimper. I n’sé l’foait point dire deux foés. I monte conme un jon.ne nivelet à s’prinmiére affoaire. Quoé qu’i foait arrivè in heut ?… Bé… Ém mére a m’o dit qu’il alloait li vinde sin papier à lette.

Ouai mais, éch trafic-lò, ch’est point à londgeur d’ain.nèe, ah nan nan, ch’est seulmint à ch’darin jor d’éch trimesse. In.ne pinsion, cho dure coére moins qu’chés roses ! In.nhui, chés roses i sont porrites. Quanq ch’est qu’t’os pu d’sous, peuve Papier-à-lette, quanq ch’est qu’t’os pu d’sous, t’es pu qu’in.ne vielle béte. Il o bieu savoér éq quanq al est point lò à ch’prinmier houpage (appel) , cha vut dire qu’a n’varo point, ch’est pu fort éq li, i feut qu’i criche ; et pi, conme i voét point l’dgife d’és dulcinée, i réheuche (hausse) sin ton.
« Marie ! »
Point d’Marie. Coére un molé pu fort :
« Marie ! »
Ch’est lò qu’éj prépère mes érelles pasqué l’fin, jé l’con.noais. Marie al resse din sin galatas. Papier-à-lette i s’égaviote. Pi tout d’un cœup, cho éclate. Aprés un « Marie » dgeulè coére pu fort éq taleure, o z-intind in.ne tchoté voéx qu’al foait, avu un air fin innochint :
« Du brin ! »

Ch’est tchot Robert qu’il est toudis din sin lit, pi qu’Papier-à-lette i déringe. Échl anmoureux sin l’sou i prind l’air offinchè d’in.ne tchoté pouillette à qui qu’o z-éroait dit des coses déplachèes. I s’rétampit dsu ses viellé gambes et pi i foait, conme à tous sz’eutes foés :
« Min diu, éq chés gins sont-ti vuldjaires, pi i rprind d’pu belle : Marie !
— Du brin » qu’i li racache Robert.

Alorss lò, cho nn est d’trop por Papier-à-lette, si bien édutchè. I rlainche un ziux à ch’nid d’anmour ouèche qu’il advine qu’un coucou plan d’sous i foait des mangnes à s’vielle pouillette, pi avu dix ain.nèes d’puss i s’in rvo, plontchè in deux conme un intchurabe d’échl hospice.

Il atinro, crévant d’fan, aglavè d’soé, dusqu’à quanq éch facteur i i apportro ses sous. Alorss, o l’voérez rabziner tout raverdi. Lò, Robert il éro point à foaire él malhon.nête. Marie al sro tout chuque, éch viux i montro din ch’galatas érvinde sin papier à lette à l’élue d’sin tchœur. Éq ch’est-ti bieu l’anmour !


29 – Cho sint la paix

        

Un jor, j’étoais vraimint titchote, ém mére, in voéyant qu’cho busoait din m’tête, a m’dit conme cho :
« Quoé qu’t’os, m’minette, à quoé qu’tu pinses ?
— Bé, i y o tchéque cose qu’éj comprinds point.
— Dis-llé à t’mére, ém tchote crotte, éj sus point qu’in.ne mitan d’béte !
— Bé, porquoé qu’madame Alfontaine al o dit cho sint la paix ? Qué l’dgerre al sinte point boin, jé l’comprinds, mais la paix, cho sint orien !
— Oh, bé sans doute qu’i y avoait yeu des bisbilles din s’moaison, pi qu’i s’étoai'té ramissièes, alorss al avoait sintu qué l’paix al arrivoait.
— Bé nan, pisqu’al avoait bouchè sin nez pi qu’al avoait dit “y o in.ne flérinèe, cho sint la paix” »
Alorss lò, ém mére a s’est déclatchèe à rire et pi a m’o dit :
« J’ém raminteuve éd quoé qu’i ratorne, al o dit cho quanq Marlin.ne Solel al o arrivè. Tu sais bien qu’a s’met du Sint-boin, pi un mont d’poud’riz dsu s’brongne.
— Ouai, mais madame Alfontaine al o dit cho sint la paix.
— Peuve innochinte, a voloait dire éq cho sint la p… la p… heu… la p… »
Ém peuve mére al o janmoais pu dire éch mot !


30 – Chl’éstatue Pierre l’Ermite

        

Mi j’ai rchu in.ne lette din min corrier l’eute jor. Ch’étoait, os allez point l’croére, ch’étoait Pierre l’Ermite qu’i m’avoait écrit, i m’o dit qu’o z-alloait l’déplacher. Alors i m’o dit : « Ti qu’tu causes din ch’poste, prinds m’définche. » Alors i m’o invoéyè in.ne tchote canchon. Cho s’appelle él canchon bréyouse éd tchot Pierre :

mmd Boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point, m’ortirez point
boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point d’ouèche qué j’sus bien

Jé n’vux point m’in aller,
mes braves gins disez leu
ichi éj sus t-hureux,
jé n’vux point m’in aller,

Boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point, m’ortirez point
boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point d’ouèche qué j’sus bien

Si des sous os avez
béyez nos peuves meulins
cho sroait-ti point l’momint
d’nous les foaire raviser

Boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point, m’ortirez point
boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point d’ouèche qué j’sus bien

Anmiénoés, j’vous in prie
éch jor qu'j'évatchuroais
seur qu’éj nin moriroais
foaisez tchéque cose por mi

Boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point, m’ortirez point
boin.ne gins d’Anmiens et pi d’pu loin
m’ortirez point d’ouèche qué j’sus bien.



31 – Man Yin.yin.ne

        

Él pindule a vnoait à pangne és son.ner onze heures qu’o buque à ch’cassi.
« Quoé qu’i y o ?
— Bé disez don, chés volets d’man Yin.yin.ne i sont coére freumès… Ch’est-ti qu’al éroait du mau ?
— Cmint… al est point lvèe ? Oh bin ch’est seur, al o du mau. Feut y aller vir, prinde in.ne étchelle, pi par vo cour os arrivrez à sn éfnête éd driére pi os érbérez pèr éch carrieu. »

Prinde éll étchelle, éll infitcher din l’cour, éll éheucher dusqu’à l’éfnête, ch’o point prins pu d’chonq minutes. D’un ébondi, éch voésin i grimpe édsu chés brocreux (échelons, barreaux) , i met sn œul à ch’cassi…
« Alorss, os l’voéyez-ti ?
— Bé nan, éch ridieu i muche toute.
— Oh, bé feut berziller un carrieu, os li ragincerez aprés ! »

Ém mére a i invoée un viux essui (torchon) . Écht honme i ll’intorsille alintour d’és man, pi vlan ! I raindon.ne (frappe) éch cassi qu’i tchait din l’cambe in f'sant un busin du diabe. Nou voésin i passe sin bros pa ch’treu, i foait torner l’fermure, l’éfnête a s’ouvre. Il infique in.ne gambe, pi l’eute, pi i seute din l’cambe.

« Y o un lit, mais y o person.ne énedin, qu’i crie à m’mére.
— Bé ch’est qu’a s’jouque édvant, qu’ém mére a li racache (réplique) .
— Bon, j’y vos » qu’i foait in s’infonchant din l’pièche.

Quanq il o ouvert él porte du fond, il o vu, assis su sin lit, toute épeutèe, man Yin.yin.ne.
« Quoé qu’i y o min tchot, qu’al foait l’peuve fanme, fin ébeubie, in ércon.naissant sin voésan
— Bé… Ch’est qu’il est point loin d’midi, man Yin.yin.ne
— Quoé qu’tu dis lò ? midi ?… Bé j’ai droldémint bien deurmi l’nuit-chi ! Passe-mé min pingnoér, jé m’léve. Hé ! Dis don ! Siq os buvroinmes in.ne tchote doucheur por nous ormette tertous ? »

Ch’est ch’qu’il o tè foait… avu tous chés gins qu’is étoai'té vnus à chés nouvelles. Pa l’suite, quand man Yin.ne al racontoait ll’histoére-lò, a s’tordoait d’rire. Por elle, ch’avoait tè in.ne drole éd boin.ne farche qu’a nous avoait foait. A y est pu, l’brave mémé !


32 – I sont fin droles

        

I sont fin droles chés gins. Oh ! Z-ont chez eux tout ch’qu’i feut, pi i s’in vont dsu chés cmins pou s’suive à l’tcheue-leu-leu ! Mi quanq éj voés tout cho, jé m’raminteuve él dgerre.

Chés viux et pi chés tchots dsu chés routes, hé ! quoé d’eute foaire ? Chés gins iz étoai'té point toudis in train d’canter.

Mais achteure, sont coére moins. Z-avez qu’a szés rbéyer quanq is attinde'te à ch’fu qu’i vut point dévnir vert ! I y o leu bouque qu’al érmue, o croéroait qu’i vont braire.

Ch’gaz ! Éch pu grand d’chés maux ! À l’dgerre i y in avoait point. Par driére chés autos, des masques o nn éroait dzoin ! Des pare-chocs berzillèes, des files interminabes, des nez écrabouillès, édz injures abominabes…

I pinse'te à quoé, min Diu, tout cheux-lò qu’i s’in vont, disez leu qu’i sroai'te miux din ch’tchuin d’leu tchote moaison. I di'te qu’ailleurs ch’est miux, cho ch’est des mintiries. Pi in restant din s’rue, o foait dz écon.nonmies. Mi j’vous l’dis, j’ainme Anmiens. Ch’est ichi qué j’sus nèe, y o qu’ichi qué j’sus bien. Janmoais jé n’m’in irai !


33 – Ch’reuve éd Thalie

        

mmd Un reuve, mais i feut-ti s’foaire dz’idèes por un reuve ?
I busine din min tchœur in.ne dranclure qu’al batéle
Nin.ne pèrt, éj voroais l’vir, tout partoute il est lò.
Ch’étoait pindant l’horeur d’in.ne drole éd noérté nuit
Vlo qué m’mére l’grosse Zabelle, édvant mi, al o vnu,
Avuc él habillure d’quanq al avoait mouru !
Margré tout sin tintouin, falloait l’vir s’érdrécher,
Pi meinme qu’al avoait coér ch’cataplache éd poud'riz
Qu’a s’colloait por mucher s’brongne fin démacoérèe,
« Tran.ne, qu’a m’o dit, ti qu’t’es bien l’file dé t’mére
« Ech mawoés Diu d’chés juis i vo t’avoér itou,
« Plain.n-té, m’file ! Tu vos tchaire din ses mans bérzilloéres (destructrices)  ! »
Sitôt qu’al o yeu dit él cose épouvaintabe,
Ésn ombe édsu min lit, i m’san.ne qu’a s’a boéssiè,
Pi mi, conme éj vouloais i don.ner un tchot béc,
Min ziu il o pu vu qu’un mont démacatoére
Foait ds oss, avu dé l’vian.ne qu’al train.noait din du brin,
Pi des tchiens conme des vaques qu’i s’battoai'te pou l’matcher !
Rachin.ne
avu ll’ayude éd Tchotchote

[cliquez pour comparer avec le texte de Racine]

×

Un songe (me devrais-je inquiéter d’un songe ?)
Entretient dans mon coeur un chagrin qui le ronge.
Je l’évite partout, partout il me poursuit.
C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit.
Ma mère Jézabel devant moi s’est montrée,
Comme au jour de sa mort pompeusement parée.
Ses malheurs n’avaient point abattu sa fierté ;
Même elle avait encor cet éclat emprunté
Dont elle eut soin de peindre et d’orner son visage,
Pour réparer des ans l’irréparable outrage.
" Tremble, m’a-t-elle dit, fille digne de moi ;
Le cruel Dieu des Juifs l’emporte aussi sur toi.
Je te plains de tomber dans ses mains redoutables,
Ma fille. " En achevant ces mots épouvantables,
Son ombre vers mon lit a paru se baisser ;
Et moi, je lui tendais les mains pour l’embrasser.
Mais je n’ai plus trouvé qu’un horrible mélange
D’os et de chairs meurtris et traînés dans la fange,
Des lambeaux pleins de sang et des membres affreux
Que des chiens dévorants se disputaient entre eux.
 
[fermer]
 

34 –Él tchulture por tout l’mon.ne

        

I y avoait in.ne foés un honme qu’il anmoait granmint sin poéyis, i vouloait nin con.noaîte toute et pi toute d’ésn histoére. Por cho il o tè din in.ne binde éd fouilleux tout ch’qu’i y o d’pu sérieux. Il o inmenè sin fiu margré qu’à ch’début, il avoait point l’ache, mais o ll’o prins quand meinme telmint qu’il étoait action.nè (motivé) .

Tchéque temps aprés, éch tchot il o yeu, pour sin Noël, deux fibules, point d’Prisunic hein ! nan nan, des vraies épiules gallo-romaines. Os croéyez pététe qu’i sz o ringèes din ses tchotes amuses ? Point du toute. I s’a dit : ch’est point des coses por in.ne gin tout seu, feut l’foaire vir à tertous. I ll’o don.nè, por orien bien seur, à nou musée d’Anmiens.

Un eute jor, li qu’i flairine tout partout conme un boin tchien d’cache, il o mis s’man dsu tchéque cose qu’il étoait in d’sous, il o houpè éch responsable éd chés fouilleux pi is ont dessatchè un casqué gauloés, éq ch’est rare conme les bieux jors d’Anmiens. Lò, feut dire éq ch’est un molé grache à s’tata. Pachqu’él doét matcher des monts pi des monts d’glache à chucolat por qu’is euch'té des batons éq ch’est des fanmeux outieux d’fouilleux. Ch’o don tè un vrai trahal d’étchipe.

Por nin révnir à ch’capieu d’nou ratataïon, il est parti rjoin.ne chés épiules din ch’musée… Bon !… Cho, ch’est ch’prinmier morcieu d’min conte. Vlo ch’reste. Y o tchéques jors éd cho, észés vlo tous les deux, éch tchot pi sin pére, partis à ch’musée por érvir tout leus réderies. Advinez quoé qu’o leus o dit ! Por éch pére ch’est tchinze francs, mais por éch nasu ch’est qu’chint sous.

Bé, conme al dit leu tata qu’és cawette al est plangne (pleine) éd gingin, est vrai qu’él tchulture al est por tout l’mon.ne, mais y in o qu’i sont boins éq por él tchulture éd chés ponmes-é-terre !


35 – Éch seucisson

        

Ch’étoait édvant l’dgerre. Un jor qu’j’étoais su ch’pos d’él porte, éj voés nou tchote voésangne qu’al couroait aprés sin cot avu un cisieu din s’main. Oh !… Li, fin épeutè, i vient s’mucher pèr driére chés volets. Os savez din l’temps à Sant-Leu, din l’jor, chés volets, o szés posoait su chés trottoérs.

Adon vlo ch’cot, lò, au rados. Vlo l’tchote aux chint cœups :
« Min cot, min cot, qu’al berdloait.
— Mais, il est mie perdu, j’vos mie tè l’matcher, qu’j’i dis
— J’él sais bien, mais j’veux i cœuper sin seucisson ! »

Ah !… Mi ch’est ch’sifflet qu’a m’o cœupè. « Li cœuper sin seucisson, nin vlo-ti des mœurss ! » qu’al lanche ém mére et pi al freume éll eintrèe d’él muche avu sin pied por qu’éch malhureux i devienche point in mitan d’cot. Échl infant a s’arrête toute ébeubie. Ch’étoait bien l’prinmiére foés qu’a s’faisoait atuire pèr ém mére, qu’al adoroait chés jon.nes.

él grosse Zabelle « Porquoé qu’tu vux li foaire du mau ?
— Bé j’i frai mie d’mau !
— Oh ! Bé ti alorss tu nn es in.ne fanmeuse ».

À ch’momint-lò, ch’cot i s’défique à l’eute bout. Él mawoèse file, sin cisieu au bout d’sin bros, a vut ll’ahotcher, mais mi, d’un ébondi, jé l’ragripe et pi mman al prind ch’meudit cisieu. Él tchote a s’met à braire :
« Éj vux sin seucisson, éj vux sin seucisson ! »
Os érbéyons ch’martyr, alorss ém’man a m’dit
« Tiens-llé bien, ch’est mi qu’éj vais i cœuper ! »
Ch’est ch’qu’al o foait et pi ch’seucisson a ll’o don.nè à chl’infant.

Chelle lol a s’est dépêtchè d’él coller à ch’cou d’és catin, pindant qu’éch cot i faisoait sin ronron din mes bros. Bé, os in foaisez des droles éd têtes ! Quoé qu’os avez comprins ? Éch seucisson ch’étoait in.ne fichelle, avu à ch’bout in.ne médalle ouèche qu’i y avoait un coéchon qu’i rigoloait. Ch’étoait in.ne réclanme éd seucisson.


36 – Chés blasons

        

J’ai trouvè des blasons d’Alcius Lediu, i disoait… il o rlevè tous chés blasons, d’chés gins, d’chés poéyis. I feut point vous épaveuder siq os intindez vo tchot poéyis qu’i vous tient fort à tchœur, et pi qu’o nin dit du mau, ch’étoait pour rigoler ; pi quéques foés cho rimoait… ch’o point granmint d’sinss mais cho foait rire chés gins ; pi si os êtes point contints os essayez d’vir à l’intour éd vous chés eutes poéyis, pi os essayez d’trouver tchéque cose qu’il est coére pu pire qu’él veute.

Bon ! I y o chés mingeux d’pron.nes éd Sains, chés maqueux d’oées éd Tronchoé ; chés mingeux d’lard ganne éd Tilloé-les-Conty ; chés mingeux d’boudin d’Saint-Romain ; lò ch’est un peu pu pire : chés maqueux d’éréques éd Méneilles… qu’is étoai'té avares, rapiats, qu’is avoai'té point d’sous, i maquoai'te chés arêtes, chés éréques ch’est dz arêtes ; des mingeux d’soérets d’Sailly-le-Sé, ch’est pachqué cha rime ; des maqueux d’tripes éd vaque à la Faloése ; des mingeux d’blè vert éd Clairy-Saulchoix ; des mingeux d’carottes pourrites d’Heilly ; et pi chés patés à cots d’Méharicourt, ch’étoait boin ; pi chés matcheux d’cots noérs éd Cayeux-sur-Mer. Pi est toute… a suffit !


37 – Din sn ormoére

        

Ch’est in.ne canchon qu’al est foaite por in.ne gin qu’al o in.ne tout titchote moaison fin eimbarnifouillèe (encombrée) , avu dz affoaires tout partout. Y in o dsu ch’poéle, in dsou d’él tabe, in dsou d’sin lit, mais ch’pu pire, ch’est sn ormoére, pachqué…

Y o dz affoaires, y o dz affoaires,
Y o dz affoaires din sn ormoére :

I n-y o…
Un nasson
por avinde des pissons,
Des maron.nes
por éch péte éd chés jon.nes
Un tchot cot
por foaire du boin friscot
Des seutrelles (crevettes)
acatèes à Noéyelles

Quoé qu’i y o coére, quoé qu’i y o coére
quoé qu’i y o coére din sn ormoére ?

I n-y o…
Un chinoér
pa dsu des cotrons noérs
In.ne castrole
por foaire édz andimoles
Un cadot
por ch’taïon foaire dodo
In.ne agache
por matcher chés bibaches

Quoé qu’i y o coére, quoé qu’i y o coére
quoé qu’i y o coére din sn ormoére ?

I n-y o…
Des démétures
pi un mont d’habillures
Un orsignou (rossignol)
un tchot molé gogniou
In.ne calipette
pour avoér cœud à s’tête
Du libouli
avu du chuque candi

Quoé qu’i y o coére, quoé qu’i y o coére
quoé qu’i y o coére din sn ormoére ?

I n-y o…
Des leunettes
por érbéyer l’gazette
Du séyu
por avoér des boins ziux
In.ne chorchelle
ramonchelèe qu’al berdéle
In.ne berbis
pi in.ne tralèe d’soéris

Quoé qu’i y o coére, quoé qu’i y o coére
quoé qu’i y o coére din sn ormoére ?

I n-y o…
Un coéchon
qu’est noér conme du carbon
In.ne épiule
por éch pincer (gilet, à rapprocher de spincer) d’Ursule
Du savlon
por laver ch’nez d’Madelon
Des porettes
i in o des bérouettes

Quoé qu’i y o coére, quoé qu’i y o coére
quoé qu’i y o coére din sn ormoére ?

I n-y o…
Un cadoreux
por él cache à voleux
Des pinderloques
qu’à sz eurelles o z-ahoque
Un leup-wérou
épaveudè fin fou
Un boutchet d’rose
pi y o pu rien eute cose

Quelle affoaire, quelle affoaire
y o pu rien din sn ormoére.
Hou !


38 – Él man

Deux frères : Polyte et pi Nésime

Polyte. — Dis-don Nésime, él nuit-chi, jé nn’ai foét un rude drole éd reuve ! J’ai vu in.ne man qu’a s’a anmnè din m’cambe, al o vnu dusqu’à min lit, al o ratirè m’cassette qu’al est in.nsous (j’té ll’ai janmoés dit, mé j’ai in.ne boéte avu tout plan d’pièches in dor), pi l’chorche-lò a ll’o ouvrè, pi al o rintrè ndin. Jé ll’ai intindu qu’a cafouilloait, pi jé ll’ai vu orsortir plangne d’étchus, pi a s’a involè avuc !
Nésime. — … Bè… bè, ch’est un reuve !…
Polyte. — T’os djo vu des reuves qu’i sont d’vrais l’lindmain, ti ?
Nésime. — Mint cho ?
Polyte. — Bè ouai ! Pachqué quand qu’j’ai rcomptè mes pièches, i mé nnin mintchoét dix !
Nésime. — Bè lò ch’est toute, t’os janmoés su compter pu loin qu’troés !
Polyte. — Est vrai, mé por mes comptries, j’foés des tchots monts in orbeyant chés doégts d’mes deux mans !
Nésime. — Alorss i dvoét pu n’y in avoér !
Polyte. — J’té dis "des" tchots monts ! Quand qu’tous mes doégts is ont in étchu, j’ranmasse toute et pi j’mets ch’tas dvant un doégt. J’foés cho por chés deux mans. Bè hier i n-y in avoét tout partout, pi à ch’matan, ch’tchot doégt dé m’man droéte il avoét orien !… Adon él meudite man a m’avoét prins dix étchus in dor !
Nésime. — Tu t’éros blousè !… Un reuve cho arrive point d’vrai !
Polyte. — Pusqué j’té l’dis !…
Nésime. — Oh, tu m’imbétes !… T’es coére seu conme t’es lò, pi mi, tu l’sais, j’ainme point chés ivrongnes, éj m’in vos joutcher !
Polyte. — J’ai janmoés bu qu’deux méchants lites, ch’est point avuc cho… (à part li)
Ban, éj vos coutcher itou, mé jé n’vos point freumer mes yux, pi j’milerai tout le nuit. Ch’coeup-chi, j’sérai ch’qu’i nn’est !…

I s’couque, mé i resse assis su sin lit, pi din l’noér, i mile pi surtoute il acoute !

Polyte. — Él vlo !… J’intinds conme un cot qu’i marche su ses poéilles éd pates, pi à l’leumiére dé chl’inter-deux dé ch’volet, jé ll’érvoés, éd meinme qu’hier. Min Diu !… Ch’est in.ne man tout crochuse !… A s’anmin.ne !… Él vlo tout prés d’mi, su ch’plantcher… A ratire min coffe… Cho foét un busin d’infer, Nésime i vo ll’intinde, i vo vnir éstofier l’diablèche… A l’ortire éch couvert… A rinte din m’cassette… Ah nan, point deux foés !… Ch’coeup-chi, j’m’in vos ll’avoér !… Tout duchmint, tout duchmint, j’vos foaire tchér éch couvert éd tous mes forches !… Tchok !…
— Oïe oïe oïe ! Oïe oïe oïe !
Polyte. — Tu pux tojors dgeuler, t’es rfoéte !… Un tour éd clé !… Bè, ch’est in.ne boin.ne fin finale por un mawoés reuve !… À cht heure, éj pux m’rindordler, j’orbérai dman quand qu’a sro éstofièe à foét !…

mmd

                Él lindmain matan.

Polyte. — Bé dis don Nésime, t’es point coére élvè, quoé qu’tu foés ?… T’es malate ?… Oh ! T’os pissiè, cho découle in.nsous d’tin lit !… Sacristi ch’est du sang !… T’os du mau à t’panche ?… Bé nan, ch’est tin bros !… Oïe oïe oïe !… Min Diu Sangneur !… Il o pu… il o pu… il o pu d’man !!!

(27 éd sectimbe1994)