tb - Pierre DEGLICOURT(†) (éch Déglic) - bt

Cliquer sur un titre permet d’accéder directement au texte correspondant

pdg

  1 : i buse à mort
  2 : ch’tchot fiu d’cho'f feume sans panche
  3 : ch’bidet volant
  4 : i nn’est qu’d’és croére !
  5 : éch leup d’sainte austréberthe
  6 : tout i passe
  7 : tchèche qu’i cmande ?
  8 : in.ne vie d’mérister
  9 : Ach Gott
10 : in après-eut des pu cœuds
11 : ém téon.ne pi chés fétes
12 : éj sus sé
13 : in.ne feume a cante pi a répond
14 : fabe
15 : allégations éd deux jon.nes pingeons        à la brune au boin temps
16 : M.L.F. vaincro
17 : chu bazér au chirage
18 : chés Grands Bretons
19 : l’rintrèe d’chés rots
20 : miux veut prévoér
21 : chu brasseur pi sin gvau
22 : in.ne histoére d’ércluse
23 : éd d’où qu’éj sus ?


1 – I buse à mort

        

Tchièche éq ch’étoait ?
Ch’est-i ch’prémier wêpe qu’i voloait ?
Ch’est-i ch'ti-lò ? ch’est-i ch'ti-chi ?
Toute un chatchun ? N’importé tchièche ?
Mn anmi à mi ?
Tes pécavis ?
A d’où qu’ch’étoait ?
D’où s’acoufter ? A d’où s’mucher ?
D’où qu’os nous joème, t’y ratornoais ?
Din chés résérves ? din ch’cafornou ?
Dsous un botchet ?
N’importé d’où ?
Quand qu’ch’est qu’ch’étoait ?
Quand qu’t’os té djaie, pi anmiteuse ?
Quand qu’j’étoais doreux, fan crantcheux ?
Quand qu’t’os révnu ténée à l’brune ?
Quand qu’t’os ieu t’leune ?
Quand jou qu’a s’foait ?
Pi cmint qu’ch’étoait ?
T’raminteuves-tu d’chu goût qu’t’os ieu ?
A cangeoait-i fort d’nos réderies ?
Plein tin cotron, chés taques éd beue,
Sz’os-tu réchuées ?
Quoi qu’i nn’est d’ti ?
I buse à mort.
O poviez bièn,
Si tu nn’avoais ieu l’sintimint
Din sin lincheu el l’insatcher.
L’tchitter deurmir au ieu qu’éd braire…
Ch’tchœur essantché,
El tchitter tchaire !

2 – Ch’tchot fiu d’cho'f feume sans panche

        

À no moaison, os ll’apploème « ch’tchot fiu d’el feume sans panche ».
Pourquoé ?

Pétète pasqué cho'f feume-lò a n’avoait ni tchul, ni panche, ni tétons, conme al disoait Man Ia. Ch’est qu’d’éch temps-lò, pour in.ne feume, a n’avoait rien d’racachant éd t’ête sé conme in reillot, ch’est poé conme in.n'hui (qu’is dit'te…)

Li, ch’étoait chl’étalon.nieux d’no poéys, chti-lò qu’il avoait prins l’man.nie d’én rapasser pér no férme qu’un molé dvant la brune.

Falloait l’vir s’érdrécher dsu sin gvau, quante il lé fésoait ferrailler din chés rues… In.ne rude béte, sn’étalon, vértillante et pi toute, tours fin bien bruchée, avuc ses sabots graissiés, ses poailles éd tcheue pi d’criniére tréchès, pi tout plein d’rubans bitaclès tout pértout.

Quante os avoait dzoin d’sin bétail à no férme, chl’étalon.nieux i prindoait sin temps. I préparoait sn’ouvrage tout pian-pian. Chl’éspectaque il alloait cmincher… M’mére a m’él disoait, qu’al étoait coér piote d’éch temps-lò, mé qu’a n’mantchoait janmoais d’érlutcher cmint qu’a s’passoait : chés bas-flancs, si qu’cho'j jumint a n’és tchittoait poé foaire, ch’coup d’ész ortilles, si qu’a n’voloait rien warder, pi cmint qu’à mzure écht’honme il aidoait sn’étalon…

Mé ch’est point d’o qu’éj voloais vous causer in.n'hui. À cœuse qu’échl’etalon.nieux il arrivoait tours fin terd à no ferme ? Ch’est qu’vu l’heure, Pa Fred i rétnoait no honme à souper.

Et don, vlò-t-i point qu’un jour au soér qu’il avoait vnu, Man Ia al avoait foait tchuire édz artichauts.

Conme éch tchot fiu d’cho'f feume sans panche i nn’avoait janmoais matchè, il o tè malin asseu por attinde qu’ész eutes is cminch'te à minger, histoére d’érbayer cmint qu’is s’y prindoai'te.

Et pi alorse, i tire in.ne feuille… i touille cho's seuce aveuc… i llé sérre din ses dints… i chuche… Alloait fin bien : poé dzoin d’t’ête tchurè por matcher dz’artichauts !

Quante i nn’est à ch’tchœur, conme o i avoait dit qu’ch’étoait l’puss boin, i n’foait ni in.ne ni deux… flouc et flouc… il infique toute din s’bouque, chés poéilles et pi ch’réstant, sans seulemint s’étotcher !

Paur chér honme ! Pi poli avuc cho : ch’est qu’il o dit à Man Ia qu’étoait fin boin !

Dz’éfants, est mawais, tout l’mon.ne i l’sait. Mn’onc pi m’mére, is nn’avoait'te du mo à leu panche éd s’atenir d’és foute éd li. Meume ém téon.ne, quand qu’a m’contoait tout o, a n’in brayoait d’rire, érien qu’éd s’énnin raminteuvoér, pi, dsous sin chinoér, s’panche al dansoait… mé al dansoait ! Alorse, mi tou, j’ém déclatchoais à rire… Étoait-i d’éch l’étalon.nieux, ou bien d’sintir Man Ia si héreuse, ou bien coér à vir és panche hocher pi éscouer conme o ?

D’tous les façons, sûr et certain, ch’est poé mi « ch’tchot fiu d’cho'f feume sans panche » !


3 – Ch’bidet volant

        

Min téon (téon signifie grand-père) i l’avoait acaté, pou l’proumenate, in tchot poney qu’os apploait Papilette. Ch’étoait in-ne béle béte intelliginte, courageuse, pi fin amiteuse (amiteuse signifie affectueuse) . Al comprindoait tout ch’qu’o li disoait... « Papilette, inseuvons-nous » qu’i li disoait min téon « vlo chés cadoreux (cadoreux signifie gendarmes)  !... » Chu bidet i bzinoait (bzinoait signifie filait) conme in-ne arcabalète (arcabalète signifie trait d’arbalète) ... I s’arrêtoait tout seu à chés croésemints. Biétôt qu’os éroait peu i dire à l’erélle : « Papilette ! os allons à l’ville d’Eu » qu’i vous y éroait mné tout droét. Pa Fred i li avoait acaté in-ne tchotté voéture légère, foaite in osier, avuc in-ne tchotte porte pèr dérrière pour monter ndains. Meume éch piot botron (botron signifie petit bout de femme) d’Man Ia, qu’a n’étoait portant poé fiére avuc chés bétes, al l’atloait pou sn’aller à conmissions.

Chés piots is ll’aimoaiètté bien, Papilette. Éd’foaire in tour dains sin pénier étoait bien pu racachant (racachant signifie plaisant) pour eux qu’éd monter à ch’manége éd bidets d’bos d’Saint Firmin. Ch’étoait étou l’plaisi d’chés Gamachoès, chés nveu niéches à Pa Fred, quante is vnoaitte à l’férme aveuc leu mére : ma tante Catherine.

Chof feume-lo, ch’étoait in-ne maitresse feume ! Sn’honme, él frére à min téon, il avoait té réformè ; pi i s’avoait guérinè (s’avoait guérinè signifie s’était agité) d’tous les sins, à l’dgerre éd quatore, pour t’ête soldat, pi « defin-ne no poéys conte chés hordés seuvages ». Pi vlo qu’il avoait dispéru du coté d’Douaumont. Ma tante, al étnoait don sin conmérce toute seule, éd main d’moaite, pi al alvoait ses troès éfants, pi ch’étoait des rudes ! In-ne feume d’autorité qu’ch’étoait, et pi, a n’vo-ti poè insem-ne, in-ne feume éd poéds. Lò, éch compte i y étoait.

Él foés-lò, sin bieu-frére, pa Fred, il l’avoait invitée à foaire in tour in voéture à poney, in attindi (in attindi signifie pendant) qu’Man Ia al lavuroait in molé ses castroles avuc és file. Sins pinser méfaire (méfaire signifie mal faire) , ch’étoait poè ch’premier avril, Pa Fred i foait monter ma Tante él première dains chu pénier. I li don-ne és main, al pose sin pieu (pieu signifie pied) à ch’tchul d’él voéture, al monte... À ch’momint-lo, cré nom dés os, quoé qu’i s’passe ?... Vlo chov voéture qu’al bastchule, pi vlo ch’paure Papilette qu’i s’invole in l’air conme in moégneu !... L’o fallu qu’Pa Fréd i bzine (bzine signifie se précipite) pa dvant, pi qu’i s’ahoque (s’ahoque signifie s’accroche) à chés blancarts, pour foaire ratérir él paure béte qu’a s’édmandoait quoi qu’i s’passoait qu’chu cmin i s’inseuvoait conme cho... Ch’est nos cousins qu’is ont ieu du plaisi ! Ny avoait djo chés bidets d’bos, à cht’heure ch’étoait chés balinchouères !

Papilette i n’avoait point d’rantchume. Quante chés Gamachoais, pi ma Tante, is ont ratorné él foés d’après à no férme, il a vnu szés vir débértcher, in passant s’téte édsus chob barriére d’éch plant (plant signifie paturage planté d’arbres) . Paure béte ! I n’in voloait poè à ma Tante d’él l’avoér cangé in cosmonotre...
Mais elle, a n’i avoait point pérdon-né, al o passé dvant l’béte sans ll’érbeyer, fiére conme in « tchot banc »(*).

N.D.L.A. (*) : Tchot Banc, ch’est in n-héros d’éch roman "Cléopatre" éd Gautier de Costes de La Calprenède (1610-1663), qu’il étoait gramint grandier.


4 – I nn’est qu’d’és croére !

        

Din min poéys, jé n’dirai point l’tchel mé Tchotchote al lé con.noait, is m’ersan.ne'te, ch’est des gins intelligints : à preufe ! is n’ont janmoais foait ll’ouverture d’él cache conme ész eutes. Tout pértout, is ouv'te él diminche. Nous, ch’est l’lundi. Conme o, chés cacheux dz’alintour is racache'te chés ieuves pi chés pardrix d’sur no térroér…

Min cousin, qu’il est tou d’éch poéys-lò, ch’est un matchè d’cache. Dpi qu’j’i ai parté carnier à sin prémier fusil, i n’o janmoais mantchè in.ne ouverture, pour sûr.

Chl’énnée-lò, n-y avoait granmint d’catimurons din chés hailles ; pi l’étoai'té fin meurs au momint d’él cache. S’feume pi s’bélle-mére is nn’avoai'té tcheuillè des coédrons, chu diminche qu’i fésoait ll’ouverture édsur Borsécourt.

À l’brune, quand qu’i s’a ratrinè avuc és poaire éd capucins din s’musette, vlò s’bélle-mére qu’al i dit :
— Fiu, o n’ons pu d’chuque pour din nos confitures ; n’y in o pu l’mitan d’in.ne live à l’mon Doléson. Feut qu’os allièche édman nin tcheure chez Moummouth !
— Bé, Mman, qu’i li ratorne éch cousin, ch’est dman lundi, ch’est l’ouverture édsur nos térres…
— A n’est mie génant, qu’al rinfique gramére ; ll’ouverture, ol l’frez diminche tchi vient…

N-y o un poss éscriptome : Os riez d’cho'b bélle-mére, os avez toute comprins, os êtes tou dz’intélligints, vous.
Os avoète édviné qu’él brafe feume a n’étoait point d’no poéys ! Nous, os ons ieu bien du plaisi d’intinde cho…
Écmint ? foaire ll’ouverture el’diminche tchi vient ? Non mé, a n’o mie d’sin, pi qu’éd sur no terres, ch’est l’lundi.


5 – Éch leup d’sainte austréberthe

        

Tchot Phane i nous avoait dit i feut parler d’in.ne histoére éd leup, j’ai traché in.ne histoére éd leup, et pi mi des leups jé nn’ai vu qu’din chés zoos…

Jé n’m’in vos don poé vous conter cho'c cache d’éch darin leup d’no poéys, Charles Élcat i ll’o écrit, pi l’est miux plaché qu’mi pour él foaire, vu qu’i llé tient d’és téon.ne, qu’al avoait mis s’tchotté main din l’djeule éd chu merle éd leup, qu’chés cacheux is broutoai'te din chés rues.

Érmertchez, ch’est souvint chés tchotes jon.nettes qu’is ont affoaire à des leups :
« Bé à ti ch’leup ! » qu’o dit à chés pouillettes qu’is écminche'te à courir.
Pi d’éch-lò qu’al o rbéyé chés feulles à l’invers, o dit : « Al o vu ch’leup ! »

N’y auroait-i don qu’un honme, Saint Françoès qu’il éroait vnu moaite d’un leup, à Gubio ? Est poé vrai ! n-y o coér cho'p piote Sainte Austréberthe. Ch’est point in.ne histoére picarde chel-lò, al est neurminde, mais l’Neurmindie ch’est à no porte.

Adon, Austréberthe al vivoait à Jumièges, edsur él Seine. Al œuvroait pour un abbaye qu’i n-y o lò ; A leu lavuroait leus loques. Feut dire qu’a n’mantchoait poé d’travail, ch’étoait in.ne gran.ne abbaye, pi granmint d’mon.ne il y passoait.

Y o ieu chés deux fius d’Clovis II, qu’is n’étnoai'té poé à plache, alorse leu pére por észés calmer, i leus a foait coper leus nerfs, pi i sz’o tchittè dsur deux bouts d’bos déchin.ne él Seine. Ch’est « chés énervés d'Jumiéges » qu’o dit. Ch’est lò qu’osz’o ratirés d’él ieu.

Pu terd, y o ieu Agnès Sorel, cho'r rein.ne éd bieutè, qu’al y vnoait avuc chu roé, sn anmoureux, pi qu’al aimoait si tant ch’poéys-lò, qu’al o nmandé qu’après qu’al fuche défunctée, sin tchœur il y rvieinche. I y est coére.

Austréberthe, no piote sainte, a n’és touilloait poé avuc chés gins d’la heute, non, al lavoait leus drops pi leus cmises. Pour déchin.ne chés quérques éd bricoles à chu fleuve, pi nin rmonter, al avoait un tchot beudet, fin rétu.

Pi vlo-ti point qu’un diminche, qu’él béte al poéchoait chés querdons din ch’plant, in albran d’leup i ll’o étran.nè pi il o matchè toute, sauf él tcheue. Chés gins, émutès, is s’inseuvoai'te tertous, in s’égaviotant : « A ch’leup ! A ch’leup ! L’o épeutrè ch’boédet ! »

Quante Austréberthe al o intindu cho, al o prins ses cotrons à deux mains, pi al o couru dsous chés peumiers, éréchèe conme un cot-sans-poéil conte éch bétal éd leup. Chti-lò, il étoait in route éd s’éjuer avu l’tcheue d’éch beudet…

« Mawais ! qu’al i dit, bétal du diabe ! vorache ! djeulu ! matcheux d’toute ! Est-i point hontabe quoé qu’t’os foait ? Goulafier ! Quoé qu’i m’értient dé t’foute ét bruchée à cœups d’ramon ! Teigneux ! Cmint qu’éj frai nmain pour brouter mes lavureries ? »

Ch’leup, ébeubi, mon.neux, contristè, tran.neux, minabe, tout péteux, tout wignant d’détréche, i ll’acoutoait, écati à terre, tcheue abachée, in li rtornant des yux épeutés…

Ch’est qu’Austréberthe al étoait rmontèe.
« Pi qu’éj n’ai pu d’beudet, ch’est ti qu’tu fros sin travail ! Bé à ti ! Tu sros lò nmain dérvant non.ne, ou bé gare ! »

El lin.nemain, à l’déjouque, ch’leup l’étoait lò, à l’porte, assis dsu sin tchul il attindoait dpu in.ne boène heure. Quante il o vu l’piote sainte, s’tcheue a s’a mis à hochiner d’contintemint.

« Ah ! Té vlo, ferlapier d’leup ! Viens lò qu’éj t’ahoque mes deux péniers dsu tin dos ! M’est-avis qu’i feuro qu’tu foèches tchéques voéyages… Rbéyez-mé cho qué dédjaine ! Tu nin foait in rude ! Avanche, hé mandrin ! »

Pi a s’a passè conme cho dusqu’à qu’éch leup i vieinche à moérir. Din ch’méchant temps, pi din chés pires caleurs, matchè d’froéd, noéyè d’pleuve, aglavè d’soé qu’és langue a nin trinoait quasimint à terre, ch’leup i s’a démian.nè l’restant d’és vie conme… conme… conme un beudet, janmoais si contint éq quante i povoait deusser sin poéil conte chu cotron d’Sainte Austréberthe.

Ch’étoait poé un leup conme ész eutes, pi qu’és féte, ch’étoait à Jumiéges, él jour d’édvant chti d’chés fux d’os, és féte a s’apploait « él féte d’éch leup vert ».


6 – Tout i passe

        

Tchinze ans qu’t’avoais, pi mi deux d’puss
Conme esz eutes, os avons dit « j’t’ainme »
Qué des bés, à pleinés lippes, à ziux fremés, conme ész eutes.
A n’étouait qu’un ju, cœup d’solé.
Pi, t’main, din l’mien.ne al o foait s’plache, tout duchemint.
Chom mer al monte, al érdéchind,
duchemint.

Cho iau al vo, cho iau al vient, sans fin.
Conme deux tchots cots, o put s’dintier (s’dintier signifie se chamailler) ,
Un eute pu vien.ne (vien.ne signifie venir) tout éfléper (éfléper signifie effilocher, sens fig détruire ) , dz’avolés (dz’avolés signifie des velléitaires) .
Loin d’l’in.ne l’eute a pu suire chu cmin,
Quand qu’est fini d’rire, qu’o s’értrache (s’értrache signifie se cherche de nouveau) ,
Feut chom main d’où qua l’sien.ne al pu rfoaire és plache, tout duchemint.
Chom mer al monte, al érdéchind,
duchemint.

Cho iau al vo, cho iau al vient, sans fin.
Chés piots lirots (lirots signifie au sens figuré enfants, sens propre canetons) qu’o couve insen.ne, feut sz’aflater (sz’aflater signifie les caresser) , sz’amignoter (sz’amignoter signifie les cajoler) , dadoter (dadoter signifie caliner) .
Insen.ne o tran.ne (tran.ne signifie tremble) , o brait (brait signifie pleure) , o rit,
Tout est pour eux !
I tchitte éch nid, bache (bache signifie baisse) ét main,
N’y o pu dzoin d’leu montrer chu cmin, tout duchemint.
Chom mer al monte, al érdéchind,
duchemint.

Cho iau al vo, cho iau al vient, sans fin.
L’fin d’chop parade vient, tout duchemint.
Chu viux bos i cminche à musir.
Pour finir, fin ramonchlés (ramonchlés signifie recroquevillés) din nos lincheux (lincheux signifie draps mais aussi linceuls)
Feudro bien qu’i vienche él meumint
Éd tous les deux nous indordler (indordler signifie endormir) , ét main din m’main,
tout duchemint…


7 – Tchèche qu’i cmande ?

        

Os avez-ti déjo mingé des pectoïds ? Ch’étoait des seurtes éd tchotes pastilles, bé… conme chés cachous, mais pu noères pi rondes.

O szés vindoait l’mon dl’apotitchaire, pi pétête bien din chés gares… Ch’étoait din des tchotes boétes, éq pour ész’ouvrir, o peuchoait dsu ch’couverque, pi qu’a clatchoait.

Sin téon i nn’ainmoait bien, pi à mzure i ni in don.noait in.ne à chucher, à Pélou, quand qu’il étoiat piot, meume qu’a pitchoait à mort din s’bouque pi sin gaviou.

Il l’apploait Parrain, sin téon, pi s’téonne Man Na, pasqu’elle disoait qu’t’ête appelè grand-pére grand-mére par ses piots éfants, a fésoait viusir chés pérints.

Adon, Parrain il avoait proumné des gins din sin quate-roues quasimint tout s’vie. Ch’étoait sin traval, vu qu’Man Na a n’ainmoait point ll’avoér din ses gambes din ll’hotel qu’i tnoai'te, ni l’vir buvasser avu chti-chi pi chti-lò à chu comptoér.

Li, a fesoait sn’affoaire, dsu chés cmins, li non pu i n’avoait point gramére drière sin tchul, i prindoait l’droét d’lamper sin tchot cœup quand qu’il avoait soé, in.ne tchote bistouille ch’étoait point méfaire, pi in.ne rinchette, a tue in ver. D’tous les façons, s’i s’ertreuvoait un molé fatidgé, sin bidet i savoait chu cmin…

Quand qu’Parrain il o prind sn’értraite, il o wardè sin gvau, pi sin quate-roues. Mé lò, pu moéyen d’és carapater. Pu l’droét d’feumer, pu l’droét d’chucher, étoait point boin por és santè qu’al disoait mémére. Ses verlées, ch’étoait d’querrier l’patron.ne à ch’mertché du bourq pi din chés chinmetiéres. Li, édvant, à s’plache éd cocher, élle madanme, éddin l’voéture, in.ne seurte éd berline, tindue d’évlours bleuse, avu des tchots boutons d’plache in plache, qu’a fésoait conme des boutinettes. N-y avoait des cassis qu’i s’ouvroai'te à coulisse, à l’porte éd darrière pi dsu chés côtés, pi coèr in tchot, édvant, pour écmander à ch’cocher. El restant d’ses attelées, Parrain i soégnoait sin bidet.

« Qué temps qu’i passe din ll’étchurie ! qu’al disoait Man Na, il y couquero… »
Ch’est qu’il l’ainmoait bien sin gvau.
Ch’est in voéture qu’il o vnu à moérir, Parrain, dsu un querriot d’soèle…

Tous sz’ans, i fésoait sin moés d’eut à l’mon Frité, dz’anmis à li, ch’étoait ses vagances, pi l’avoait foait un arringemint avuc chés gins qu’i li donnoai'te sin contint d’feurre, pi d’aveine pour sin bidet.

Pi l’foés-lò, d’érmontèe, qu’il avoait bien matchè, bien lapè (i savoai'té rchuvoér ches gins-lò !) après ch’darin cœup d’cachoére à l’ieu d’vie d’chide, un cœup d’solé… étoait fini… chu paur Parrain il étoait parti ad patrès.
Os o rvindu chu gvau pi chu quate-roues, pi os o débarrachè ll’étchurie.

Advinez quoé qu’os a démuchè dsous chés bottes éd feurre ?
Un mont d’tchotes boétes vides éd pectoïds… des chints pi des chints ! Paur cher honme, il ainmoait cho… ManNa a n’i o janmoais perdon.nè. A d’où qu’il avoait ieu chés sous ?

In.nhui, chés feumes al veul'te ête libérèes… Al vont s’proumner din chés manifs, avuc leus tchulottes pi leus soutien-tètes in djise d’étinderd. Al z-édman.ne'te l’égalité avuc chés honmes…
Bin, Pélou l’est pour !


8 – In.ne vie d’mérister

        

Édpu qu’éj sus t-in rtraite, os nous arringeons joujours pour révnir après cho'r rintrée din chés écoles. Mi j’dis qu’ch’est pour avoér él plaisir éd t-ête in vagances quand qu’ész eutes i n’y sont pu. I y in o étou qu’i dit'te éq ch’est point pour cho, ch’est pour én point vir esz’eutes s’in aller tout contints vir chés piots din leus écoles… Jé n’sais point.

Os savez qu’i n-y o granmint d’gins qu’i sont lò à bichtcher à cœuse éq chés méristers qu’is ont des vagances éd deux moés dmi… I n’save'té point él vie qu’os mnons din ch’métier-lò… qué jé mnoais… Est vrai qu’est long deux moés dmi. A n’o mie d’sins… o s’habitue à vive trintchillemint, tout pian-pian, pi tout d’un cœup, clac ! i feut canger d’vie, ête heurè, préparer s’classe, pinser tout l’long d’un jour, pi des foés pér nuit, cmint foaire pour qu’échti-chi i s’tieinche à plache pi qu’échti-lò i comprinche érien qu’un molé…

Chés gins i n’peut'té mie comprin.ne qué canche qu’is ont d’avoér des piotes vagances. Is n’ont point l’temps d’s’habituer, eux !

Ch’est si vrai qu’éj connoais des « collégues » conme o dit, qu’is s’in vont in vagances din dz’hotels éd méristers, ou bé din des camps d’campinge éd méristers, qu’is s’értrouve'te avec d’eutes méristers, pi lò, pindint chés vagances, is peut'té deux moés durant pérler d’école et pi d’nazus…

Ch’est-i point bieu, cho ?


9 – Ach Gott

        

A s’passe pindint chés vagances, in fache d’él tchuisine éq j’étoais, n-y avoait un mont, et pi dsu ch’mont os y avons montè un diminche. Étoait in.ne espéce éd gran.ne falaise, d’onze chints douze chints métes éd d’heut. Él diminche, os sonmes montés dsu ch’mont, et pi lò, n-y avoait un mon.ne ! Ch’étoait dz’ailes volantes conme os dit… Mi j’appélle cho des ailes volantes… Bé n-y in avoait du mon.ne, des jon.nes, des merles et pi des fumelles… I s’éjtoai'té du heut d’éch mont, acrintchès au bout de… d’cho't toéle-lò, avuc troés quate fichelles… I faisoai'té l’tchaine l’in.ne derrière l’eute pour és laisser tchaire ! Non mé, o nin voét d’toute, hein ! Qué malheur qu’éd vir cho ! Pi lò, dsu l’planque, i n-y o un bout d’loque qu’éch vint i leuve pi qu’a s’bache, qu’écht’honme il est lò qu’il attind… il attind qué l’loque al fuche conme i feut, pi qu’i seute… d’él planque. A des meumints, éch vint i l’souléve écht honme ! i l’importroait ! i feut qu’ész’eutes i vieinche'té l’étnir. I y in o un… os n’ém croérez point, hein ! I y in o un, i s’a involè, pi i l’o montè pi montè qu’il a rapassè dsu no tête. Y avoait lò deux feumes à côté d’mi, éq pour sûr, conme mi, i n’étoai'te point d’éch poéys-lò, pi qu’à chaque cœup qu’écht’honme i s’éjtoait, al disoait, mé point in picard, « Ach Gott »


10 Un après-eut des pu cœuds

        

A s’a passè per in.ne nuit d’octobe point conme ész’eutes. In.ne après-dîner durant, chu solé il avoait toute caufouré, pire qu’in plein moés d’eut. N’y o mie pu d’saisons, ch’est l’mon.ne à l’invers. Jé m’proumnoais don din chés camps, d’où qu’o s’sintoais si bien, din in.ne nuit douche qu’a s’épénichoait din cho'l leumiére éd cho'p pleine leune. Point in.ne nuée din ch’temps, point un frichon d’vint, point in.ne méchante hulotte qu’al éroait houpé din ch’bos…

D’in.ne piéche éd terre à in.ne pâture, d’in.ne voéyette à in.ne eute, mé vlo vnu dvant cho'b barrière qu’al s’ouve à l’angue (l’angue, ch’est un tchot cmin d’min poéys).

Adon, intampi à cho'g grille, éj m’ai mis à rbéyer chés taques blanques, chés croéx, chés dintelles qu’él leune al éjtoait din ch’corti. Toute il étoait trantchille, écati, indordlè…

Pi vlo-ti point qu’in.ne neuée d’feulles mortes a s’invole éd chés grands abes drière min dous. Ch’étoait conme si qu’éch vint d’amont i s’éroait ému tout d’un cœup… Mé, o n’sintoait point seulmint in.ne halein.ne, pi chés papillons noérs is déchindoai'té tout duchemint, sins bruit, pi i s’étrinmoai'té tout pertout…

Ch’est à ch’momint-lò qu’éd l’eute bout d’éch corti, d’no côté à nous, i m’o san.né qu’i y avoait du mon.ne… Éj m’érziutoais bien, mé ch’étoait d’trop loin… A foait qu’j’ai sui chu mur pour miux vir à l’eute grille.

Quante j’y sus, tchèche qu’éj voés dsu chu banc ? Un viux camérade à mi, qu’os allions à l’école insan.ne… Y avoait si longtemps qu’jé n’l’avoais point vu qu’éj pinsoais qu’il étoait défunctè…
Pi il étoait lò, conme din sin cadot, qu’i parloait, sins dire érien, à tchéqu’un qu’jé n’voéyoais point.

Étoait-i l’meumint d’s’assir lò, in plein.ne nuit ? Est vrai qu’mi, j’y étoais bien… Au bout d’cho'v voéyette, d’no côté à nous, i y avoait vraimint des gins, dz’honmes pi des feumes qu’i s’proumnoai'te pi qu’i gestitchuloai'te… « Quoé qu’i s’passe ? qu’éj pinse, tout l’mon.ne il est-i dévnu totchè ? Feut qu’éj voèche o d’pu près. »

J’n’ai point clitchè à cho'g grille pour rintrer, pasqu’al wigne él diabe, pi os voéyez écmint qu’éj sus, a m’éroait granmint imbarraché d’foaire du busin, quante érien, neune pert, énn mouftoait. Pétête bien étou qu’jé cminchoais à avoér les tran.nettes.

I nn’est ch’qu’i nn’est, j’ai sui chu cmin, pi chu deuxieinme mur. Impossibe d’érbéyer par édsu, chu mur il étoait d’trop heut et pi chu cmin d’trop bos. In.ne chance qu’au bout d’chu cmin, a torne, pi qu’i n-y o un roéyon, pi conme chu mur i s’a dehansè, no conmune al o posè des plaques in béton, qu’él darin.ne in heut al est plein.ne éd treus… J’étoais jusse à l’heuteur pour éjter un ziu.

Alorse émz éfants, a n’est mie croéyabe !… Ém piote mére al est lò, qu’al court din ch’tchuin d’chés noéyés… Al rit avuc tchéqu’un qu’jé n’voés point ; al foait san.nant d’li don.ner un bé… Pi al érvient, tout courant conme in.ne jon.ne file, s’éjter din les bros d’un honme qué jé n’pux point n’point rcon.noaîte… meume si n-y o bétôt soéchinte ans qu’jé n’l’ai pu vu… à s’dédjaine, esr sûr éq ch’est min pére !…

Alorse, éd droéte, éd djeuche, dvant mi, pi dusqu’à din ch’fin fond d’no chinmetière, j’értreuve tous chés gins qu’j’ai con.nu… tertous din leu ritchimpette pi leus affitchets des diminches…

Vlo min téon, i tient m’téonne par és main, min ratéon i bécote ém ratéonne… Mn’onc Policar pi s’feume is vont s’éjuer avuc ém tante Pélagie pi sn’honme, eux qu’is n’povoai'té point s’vir éd leu vivant… J’érvoés m’cousin.ne Germain.ne, Marcel pi Fortunée, Ricard, Bathilde, Maria pi Zéphir, Tchot Iein pi Mérie, pi Fanchon, pi Médorine, pi Méranciein.ne, et pi et pi…

Is sont tertous lò, mes pérints pi mz’anmis d’din l’temps, tous chés gins qu’is ont foait ch’qu’éj sus… Tertous aussi bieux qu’din m’mémoére, pi djais, pi soéyeux, pi héreux d’t-ête insan.ne… À croére qu’él nuit-chi, ch’est leu féte !

Portant, érien n’vient émuter chu silinche ; is cause'te mé o n’intind rien…
Tout d’meume, ch’est bien « Claire » qu’i crie sans voéx Pa Fred à m’mère… pi qu’a s’értorne… Pi ch’est " Pierre " qu’is dit'te in tchœur més pére et mére… pi que tout d’un cœup, tertous insen.ne tous més pérints is mile'te éch mur d’où qu’éj sus muchè !… Ch’est-i qu’i m’éroai'té crié ?

Mi, éj n’ai rien intindu, pi j’n’ai rien vu, pasqué mz’éfants, j’ébzine coère… Bah ! Is m’attindront bien coère un molé ! Éd tous sins, tant qu’éj sus lò, i n’moériront point.


11 – Ém téon.ne pi chés fétes

        

J’ém disoais qu’étoait bien bieu chés fétes et pi chés cadeaux pi toute, mé qu’mi j’n’étoais point lò din l’coup… Feut dire qu’éj n’ai point tè élvè din chés habitudes-lò, ém granmére, qu’a m’o élvè justémint, al étoait un molé… cmint qu’éj dirai… un molé rsérrèe… A n’ainmoait point d’trop chés fétes, chés anniversaires pi tout cho. Pour elle, ch’étoait dz’invintions pour foaire dépinser d’l’ergint à chés gins.

Alorse, ch’étoait point pour dire, mé Saint Nicolas, à sn’avis, l’éroait tè miux qu’chés tchots gars is n’in perle'té point d’trop, pasqu’éch pére Fouettard i llé suit toujours, pi après toute, tchéche qu’i n’o rien à s’érprocher, surtoute quante o z’est piot, is sont réres chet-lò. Éd Sante Catherine a n’in disoait point d’mau, n’y avoait point d’file à no moaison…

À Sante Berbe a n’avoait dzoin d’érien, elle. Éd tous les façons, Sante Berbe, pour chés feumes, a n’és fétoait point din no poéys, qu’al disoait… qu’al disoait, jé n’sais point si ch’est vrai.

Pi ch’étoait conme cho pour toute… à mn’anniversaire, al étoait fin trantchille, j’étoais in vagances à l’mon d’ém tante. Ém féte ? Éj povoais tours tracher dsu chl’arméno d’chés posses. A n’éxistoait point… Él 28 éd juin étoait bien mertchè Sants P. et P. mé quoé qu’ch’est qu’a voloait dire ? Éd tous les sins qu’al disoait, meume si ch’étoait Sants Pierre et Paul, ch’étoait sûr qu’ch’étoait point tin vrai patron.

Jé n’vux point dire du mau d’ém téon.ne. Éd l’anmour pour sin tchot fiu, a nn avoait à revin.ne. Ch’étoait tous les jours qu’a mé fésoait cadeau dé sn’anmour. Al éroait défitchè sin pain d’és bouque pour mé l’don.ner.

Pi d’tous les façons, mi, j’tiens d’ém granmére, j’pinse… j’n’ainme point d’trop chés fétes. Ch’est histoére éd vidier no porté-monnoie din l’poque éd chés freurisses pi tous chés tire-sous-lò…

Édpi l’otchupation, édpi Pétain, os avons él féte des saintes méres… après coère, o n’o coère rajoutè él féte éd chés saints péres… mé cho, a prête à rire ! Falloait l’invinter…

Rbéyez à l’télé quoé qu’is nous cont'te din chés réclames et pi chés pubs ? Os don.nez un coïer in or à in.ne feume, al vo s’éjter din vos bros tout d’suite, al est déjò à mitan débillèe…

Ben mi, d’l’anmour, j’nin sroais tout mon.neux dé ll’acater, pi jé n’voroais point foaire affront à in.ne feume, un affront pérel !
Adon jé n’leu foais point d’cadeau.


12 – Éj sus sé

        

J’n’ai rien à dire édsu Noél
Rien à dire éd chu nouvieu an
J’énn vo poè causer d’chés puchelles
Éd Bieuvais ou bien d’Orléans !
Rien à dire éd cho'v vielle ain.nèe ;
Rien non pu d’no governémint ;
I vo sin cmin sans s’otchuper
D’chés arnicroches… Tours fin contint !
Éd chés man.nifs, quoé qu’éj dirai ?
Feut-ête jon.ne pour croére éd nos jours
À l’libertè, ll’égalitè…
Os voéyons bien qu’a n’o pu cours !
Rien à dire éd l’ain.nèe tchi vient…
Foésez comprin.ne à chés chomeux
Éq l’avnir d’l’intréprise dé nmain
Ch’est chés robots, mé ch’est point eux.
Si dire, ch’est juer avec des mots
Nos politichiens is n’font qu’cho.
Os sz’intindons, seurs d’éch qu’i dit'te
Pi tou à l’inconte aussi vite…
J’n’ai rien à dire édsu Noél
D’éch nouvieu an j’énn dirai rien
Si qu’éj causoais d’chés bélles puchélles…
Alorse, jé nn’éroais… dusqu’à nmain.

13 – In.ne feume a cante pi a répond

        

Al dit :
« J’ainme chés gins conme i feut
Jé n’pux point sintir chés coureux
Qu’i déméprise'té chés paures glain.nes,
Qu’i n’trache'te éq cotrons à rtrousser,
Qu’à mette leu main d’où qu’i n’feut point. »
Tout d’meume
Din mes bros, j’éroais volu l’prin.ne,
Gintimint,
Li foaire un tchot pipe
Dsu s’lippe.
I n’falloait poin d’trop ll’éfouailler,
Adon, d’causer jé m’contintoais,
A m’o dit qu’éj l’échouissoais !
J’n’ai meume pu ieu l’droét d’lérbéyer !…
Foaisez singne si o comprindez…

14 – Fabe

        

A s’passe la-bos in Italie
Dsu chés bancs,
À midi, au mitan d’cho'p plache,
Vlo qu’is s’raffore'té chés proumneux…
Tout s’éjuant
Is plot'te, à mzure, tchéques morcieux d’pain
À in.ne neuèe d’pingeons voraches
Qu’is s’bat'te pour avin.ne éch pu bieu.
Qu’i nn’éfouaille'té deux paurs moégneux
Qu’d’in.ne frouéte dérouflèe sroai'te contints
I nn’est d’chés bétes conme éd chés gins :
Chtilò, il inforne à lure-lure
L’eute i plucsine chés ramassures !…

15 – Allégations éd deux jon.nes pingeons à la brune au boin temps

        

Ouai ?
Nan !
Ouai !
Nnan…
Ouai…
Coère… coère…

16 – M.L.F. vaincro

        

Pi qu’os causons d’anmour in.nhui, mi j’pinse qu’i feut aussi qu’os causonche éd chés feumes, ch’est naturel cho. Poé pour distchuter d’chu M.L.F. – os savez ch’qué ch’est qu’chu M.L.F. ? – pi pour distcuter éd chés problèmes-lò, non non non. Mi, quante o pérle du role éd chés feumes din no sociétè, ch’est à chétlo éq j’ai con.nues din min jon.ne temps qu’éj rapinse… Pi alorse, o put dire qu’i n’avoai'té poè dzoin d’porter tchulotte pour écmander, pi canter l’co à leu moaison ! Mi cha sroait putôt un M.L.H. qu’éj voroais

Feut dire qu’a m’font granmimnt rire chés filles d’in.nhui, qu’is s’dédjise'te in fiu, chés patalons, chés litchettes, chés cveux copés, tout o… Él pire éd toute, por mi, ch’est qu’i feut tou qu’i fuch'té ablotchèes conme édz honmes, sés conme des soérets, pi, conme al disoait m’téon.ne, sans tchul ni panche ni tétons. Qué misére ! Os n’pinsez point ? Is n’comprin.ne'té point, chés feumes-lò, qu’él forche éd chés feumes, ch’est d’énn point-ête édz honmes !

Mi j’énn m’érsins point in rbéyant d’él berbe, des musques et pi un poétrail poéillu. Tout à l’inconte, i y o des doucheurs, des rondeurs, dz’amontèes pi des valon.nemints… qu’éj n’in dirai point d’puss lò dvant tous chés gins, vu qu’ch’est mn’affoaire.
Conme i dit ch’poéte, j’él dis d’abord in français, tel qué j’mé nin souviens :
« Leurs jambes, sous les jupes, qu’elles chassent,
« Tourmentent des désirs obscurs et les agacent
« Comme deux sorcières qui font tourner
« Un philtre noir dans un vase profond. »

Mi j’l’ai traduit pour qu’os comprindièche :
« Leus gambes, dsous chés cotrons qu’al racache'te
« Al déturbe'te des invies muchées, pi a sz’éréche'te
« Conme deux chorchélles qu’al froai'te
« Torner un filtre éd noér fin avant d’in.ne cafetiére. »
… Un filtre, ch’est point cho, chés filtres, cha sert à foaire du… bon !

Né m’disez point qu’ch’est des man.niéres éd merle, éd matcho conme o dit in.nhui, qu’éj prinds chés feumes conme édz’agobilles , qu’o sé nnin sert quant qu’o nn o dzoin pi qu’o tchitte tchèr à lure-lure. Éj pinse à dz’anmours éd piots, à in.ne risette qu’o s’foait d’in.ne férnette, à in.ne tchote main, au côtè d’él vote, dsu in.ne barriére, à deux yux verts quis tornoai'té si tant in m’érbéyant, qu’o nn’avoait l’torni, à cho'p poétrin.ne ron.ne din des dintelles, qu’o z’advinoait, pér un diminche, a la messe, à dz’anmours éscréts qu’o z’o tchittè passer…

I y in o bien qu’is vont vir chés pinturlures din chés musèes, ou bien cho'm mer à Biarisse, j’ai bien l’droét d’érbéyer tout o ! tout ch’qu’il est bieu ! jé n’foais point d’mau !

D’tous les façons, pour nin révnir à chu M.L.F. est vrai qu’din no sociétè judéo-chrétiein.ne, i trinaille tours conme in.ne sorte éd rapure d’idèe, qu’a date éd Mathuzalé, éq chés feumes ch’est du poéson, ch’est ch’diabe édsu no terre. A n’o mie d’sin d’croére cho, point vrai ?

Meume din chés croéyances d’éch momint-lò, vlò ch’qué j’ai intindu din un flim éd ciléma, din l’bouque d’un moéne d’éch temps-lò :

In preume, Diu il o foait no mon.ne si bieu, i n’put mie avoér foait lò un animau qu’i n’éroait rien dé rien d’boin din s’pieu !

Éd deuze, Diu l’o foait l’honme avuc des raques, i n’o point foait l’feume avuc du fien, ni meume avuc chés pieds ou bien chés boéyeux d’Adam. Nan, i ll’o foait avuc un boin morcieu, cho'c cotelette.

Éd troése, Diu i put tout foaire, il o coési d’évnir piot Jésus din l’panche d’in.ne feume. Éll’indroét-lò i n’est don point in.ne abomination conme o dit !

Éd quate, à ch’darin jugemint, acoutez-mé bien, par après l’rinvétition d’chés morts, tchéche qu’i sro roé din chu paradis ? Diu, naturelmint, point un honme, pi tchéche qu’i sro rein.ne ? in.ne feume !

         C.Q.F.D.


17 – Chu bazér au chirage

        

I y o des mistouffes conme-cho qu’o foait à chés bleuses, chés bleusailles, à chés étudiants pi à chés poéillus qu’i font leu congè. Ch’est à moérir éd rire.

Ch’étoait un Itaïen, qu’i s’dénonmoait… mettons Mario. N’étoait point d’trop grand, rondelet, un molé gongneux dérriére ses leunettes, mé fin fin fin aimabe. Conme il ainmoait rire – coère bien – i fesoait des piotes canchons dsu chés événemints, la politique, tout o. I y in o un d’couplet qu’i m’érvient lò, jé n’tiens pu, i feut qu’éj vous l’cante. A rapport à cho'c conférence éd Yalta. Os vous nin rapplez, d’Yalta ? ch’étoait din les ain.nèes… I y o longtemps ! Acoutez bien, est court :

Churchill, Staline, Roosevelt
Din un tchuin prépére'te in.ne dinette
Churchill dit OK bé qué bieu bantchet
Mé por éq cho aille, feuroait d’él volaille.
Chu coq gauloés, ch’est boin,
Éd cho'f farce sro coére él codin !

Pi ch’est toute, ch’est point in.ne invintion, il étoait d’Noéyon ch’tchot-lò. Os voéyez qu’Mario, chl’Itaïen, i défindoait no France, pi qu’il l’ainmoait pététe puss éq chés Français. Ch’est pour cho qu’il étoait si héreux éd t-ête soldat, militaire din l’armèe qu’i disoait, héreux d’t-ête Français conme ti pi mi quoé. Pasqué « ch’est bieu, ch’est généreux, la France ! »

Pi croéyant qu’il étoait, os voéyez s’dédjain.ne :
« Binjamin, sin tchœur sur és main ». Ou bien coére « À tchœurs vaillants rien d’impossibe », « Éj vous ainme, mes fréres, conme Diu i vous o ainmés » tout o ! Qué misére quante o z-y pinse…

Pour t-ête fin prêt, fin propre, jusse édvant qu’éd foaire sin congè, i s’avoait foait coper sin… Écmint qu’o dit ? Conme i font chés Sémites don… i s’avoait foait circoncire.

Pour nin définir dé mn’histoére, n’vlo-ti point qu’un cœup, n-y in o deux troés d’no cambrèe, ch’étoait à l’armèe. Troés Picards, d’Anmiens éq ch’est l’pu boin d’la France – y in o un il o té controleu d’chés prix, éch deuzieinme il étoait percepteu, chu darin il étoait patron d’in.ne gran.ne moaison d’confection – chés troés lò i se sont mis din l’idèe éd passer sin… ésn ingin au cirage noér. I s’jét'té dsu li, i l’détchulot'te…
Li i crioait : « Foésez point cho, mes gars, est sinsibe à mort ! Éj viens d’t-ête opérè… »

Rien à foaire, il o fallu qu’il y passe. Pi, mi pi sz’eutes, os rbéyoème. Os nous sintoème un molé inchpès, un molé mal-prins, mé os rbéyoème.J’ai té l’vir par après, quante i sortoait d’chés lavabos. Il avoait inssayè d’és lavurer… és… sin machin. I m’o jusse dit : « Jé n’pux point frotter conme éj voroais, est d’trop doreux… » I m’érbéyoait avuc ses yux d’myope un molé gongnou, in étendi qu’des lermes i tchaisoai'te édsu s’brongne. Pi tout sn’allant j’ai l’intindoais dire : « Les cons ! Oh les cons ! »

Qué partie d’plaisi qu’os ons ieu chu cœup-lò !


18 – Chés Grands Bretons

        

Pi un cœup, os ons tè vir chés grands bretons. Os savez ch’qué ch’est, in Gran.ne Bretagne. Ch’Laurint Devime i disoait qu’ch’étoait point au diabe boli, ch’est qu’i feut passer dsu la mer ! in car-ferry ! ch’est dingéreux ! Os nn’avez intindu causer, hein ? Bé i nn’est ch’qu’i nn’est ! nous o nous nn’avons dessatchè tout vivants d’éch ferry.

Nou vlò don chez chés grands bretons, bé ch’est des droles ! i sont fin totchès chés grands bretons. Jé ll’avoais déjò li din in.ne bande à dessins, ch’étoait un tchot breton, ou putôt, un gros tchot breton qu’i l’avoait dit… bé ch’est vrai !

D’in.ne leu carettes i vont à djeuche… est dingéreux. Jé m’sus dit, tant pisse pour min permis, i valoait miux qu’ech foèche conme eux. Pi o nn’ons point ieu d’imbarros.

Éd deuze, is n’pérle'té point picard, ch’est d’l’inglais qu’is pérle'te. Lò j’étoais point d’trop imbarrachè, vu qu’o m’o foait traduire Kiplinge, Dickanse et pi Shakéspéare à l’école ! Ém feume al o tè rasseurèe la dsu quante os ons trachè à coutcher à Londes.

Éj dis à cht’honme din ll’hotel :
« Av iou a bédrome for tri ?
— Yes qu’i m’ratorne – os voéyez qu’il avoait comprins.
— Ho méni monnaie » qu’éj dis.
I m’dit chu prix « béd ind breakfast »
« OK » qu’éj dis – os voéyez qu’j’ai du vocabulaire, hein !

Éj comprinds qu’i m’édman.ne alorse quoé qu’os mingerons à chu breakfast. Mi j’énman.ne à m’feume, al tornique à m’répon.ne, alorse écht’honme i i o déclatchè conme cho :
« Un tchot noér, conme tout l’mon.ne ? »
I pérloait français, conme ti pi mi. Ch’étoait seuremint un Neurmind qu’i vnoait d’débartcher, avuc Djillonme, in rapassant par Saint Wary… Sié, j’ai vu din chu djide… ch’étoait martchè din chu djide.

Pi ch’est point toute. Ém feume a m’o dit : « feut qu’tu démuches in tchot tchuin pour minger » – o pinsez bien qu’ch’est point avuc no poéye éd marister qu’o poroème matcher din chés palaces ! – J’érbée don su m’carte, éj voés des abes édsur, in.ne seurte éd boés, os y in allons… étoait fin bien, un parkinge fin trantchille… OK… I y avoait in.ne mére à côtè avuc des canerds édsur. Ém feume a nous foait tchuire in.ne onmelette, os mingeons… Mé vlo-t-i point des gins qu’i cmminche'te à rapasser, pi des voétures, des Rolls, des Djags, des Packams, pi chés gins i nous rbéyoai'té minger. I n’ont mie janmoais rien vu chés Inglais… ch’est des rudes droles ! Pour nin définir, os avoème soupè in plein din l’mitan d’Ide Park… Ch’est point bieu cho ? Tout l’mon.ne né l’foait point !

Mé ch’est point coére toute ! Ém feume a m’dit : «Ch’est point tout cho, os n’sonmes point vnus d’si loin pour érbéyer dz’abes, feut qu’tu nous foéches vir Picadily Circus. I  cminche à foaire nuit, toute va t-ête inluminè… »

O trachons, o méttons l’nez dsu cho'p plache. A n’étoait point indifférint, mé l’pire éd toute, ch’est quante os est ddin, ch’est d’sé nin dessatcher. Ch’est toudi l’meume éq din ll’arin.ne éd éch cirque d’Anmiens, quante o foait rintrer chu gvau ddin, i n’put pu qu’torner in rond ! Bé ch’est ch’qu’os ons foait… Qué des sens interdits qu’is ont ! Pi m’feume qu’al étoait berlurèe din ch’poéys-lò qu’toute il est à l’invers, droéte djeuche, nord, sudre… J’éroais prins cho'r rue qu’al disoait, o nous rtrouvoème in Écosse !

Nan mé, a n’avoait mie d’sin, pinsez à chu Neurmind d’l’hotel, qu’i nous attindoait avuc chu tchot noér pour no breakfast.
O nous sonmes rtrouvés quand meume à l’hotel.


19 – L’rintrèe d’chés rots

        

Rintrèe, rintrèe ! Dvant qu’o rintrionche à no moaison, ch’est un rot qu’i y o rintrè ! Vlo-ti point qu’min fiu, Leurint, chl’artisse, au momint qu’i rinte din cho's salle éd bains – pasqué nous os sonmes modernes, os avons in.ne salle éd bains – , adon, vlo qu’il intind wigner din chés vécés. Il avanche, pi quoé qu’i voét ? un rot, mz’éfants ! qu’i satchoait s’téte d’éch molé d’ieu qu’i n-y o din ch’fin fond d’cho't tchuvette… – ch’est un siphon, est moderne étou.

« Courage, inseuvons-nous ! » qu’i dit min fiu, qu’li, i n’o point foait la djerre.

Pi, i s’ravise… Pasqué ch’est point pour dire, pi ch’est point pasqué ch’est min fiu, mé li pi mi, os avons pu vite foait un tour éq deux.

I rinte don coére un cœup, i freume éch couverque, i tire él cache d’ieu, i rbée… chu rot l’étoait parti par d’où qu’il avoait vnu !

Lò dsu, i i o don.nè in.ne boène bistouille d’ieu d’Javel, pi in.ne rinchétte éd Déméstos, pi ch’cœup d’cachoére avuc éch canérd à Jonson – os pinsez bien qu’moderne conme os sonmes, os n’pouvons pu nous passer éd tous chés produits-lò, point !

Tout d’meume, in.ne supposition qu’éch rot i fuche rintrè pér nuit, vu qu’os n’alleumons meume point quante os allons à chu tchot tchuin… Os voéyez min paur Leurint s’assir éd sur chu tron.ne… chu rot qu’i s’agrippe à ch’qu’i prind por in.ne tchote étchélle qu’al pindroait lò, ou bien coére qu’i prind cho pour un bout d’crocro qu’o li don.nroait pour ll’apateler…

Non mé, est point à rire… Éj sroais tchurieux d’savoér si n’y in o dz’eutes din l’ville d’Anmiens qu’a leu z-est arrivè étou.

Mz’anmis, ch’est-i cho leu truc moderne éd tout-à-l’égout ? A sroait-i invintè pour foaire rintrer direc din no moaison tous chés vermines éd bétals du diabe ?

Feut qu’os nous défindionche !


20 – Miux veut prévoér

        

Él tour Perret1 [Tour, d’une hauteur de 100 mètres environ, érigée par Auguste Perret pendant la reconstruction d’Amiens après la guerre 1939-1945] l’est-elle bien droéte ?
Jé l’érbéyoais l’eute jour éd loin, i m’sen.noait qu’al étoait d’berlon (d’berlon signifie de travers) .
Par rapport à in.ne écminée qu’al étoait dvant, n’y o point d’tchutchute (point d’tchutchute signifie pas de doute) ,
ch’est ll’écminée qu’al étoait torte (torte signifie tordue) , ou bien chot tour !
Écmint savoér ?
L’racomparer à un clotcher ?
Chti d’Saint Germain2 [Église d’Amiens dont le clocher est très incliné], n’est point pinsabe…
Chti d’Saint Martin3 [Église d’Amiens dont le clocher était en mauvais état (restaurée depuis)] i s’in vo tchère
Coésir él fléche d’él cathédrale ? Minme s’i ll’ont rfoaite, a n’est mie droéte !
Feut monter din l’tour pi l’plomber (plomber signifie vérifier au fil à plomb)  !
Mettons qu’min fil fuche assez long, mais quand qu’i sro tcheu (tcheu signifie tombé) tout in bos,
cmint miler (miler signifie observer) ch’plomb ?
J’ém raminteuve (J’ém raminteuve signifie je me souviens) qu’à l’construction,
is ont imploéyé l’minme coffrage à chaque étage.
Si chot tole a s’a volindré (s’a volindré signifie s’est gauchie) rien qu’un molé (un molé signifie un peu) , au premier cœup,
qué différinche qu’a froait in heut.
Cré nom des eus !
In lé milant dans chés nuées, j’ai remertché, quand qu’i foait du vint,
qu’al balinche un molé din ch’temps (ch’temps signifie le ciel) .
Est sûr, j’l’ai vu cariocher (cariocher signifie osciller) , j’pux dire qu’al balero (balero signifie basculera) d’tout sin long
din l’rue d’Noéyon4 [Rue de Noyon, proche de la tour Perret] !
Foaites à vou aise, édpi qu’jé l’sais, mi, j’passe au largue.

21 – Chu brasseur pi sin gvau

        

Din l’temps – mi j’vis din l’temps – din l’temps i n’étoait point tchestion d’alcootest. Aveuc chés voétures à gvaux point d’in.nui, quante o z’étoait d’trop seu pour ll’émner, chu bidet, li, i savoait chu cmin.

J’ém raminteuve d’un livreu d’biére qu’il avoait vnu déquertcher ses ton.nieux à chu café au côtè d’ém moaison. Oh ! est fin viux ! vingt chinq ans, pététe. Ch’étoait à la fin d’és tornèe, à la brune. Déjò qu’i n’étoait point récint à foait in arrivant, il o défini d’és tchuiter mon Margrite.

Chu gvau li, il attindoait au long d’éch trottoér, i cminchoait à s’épiner, i rbéyoait à ll’édvinture d’éch café si qu’sin moaite i vnoait. L’béte a s’disoait qu’al alloait coère foaire des heures supplémintéres, qu’a n’li sroai'te point poéyèes.

Il o cminchè par értchuler din l’voéture qu’al étoait garèe lò. Étoait point grafe, ch’étoait point l’miein.ne. Pi i s’a mis in traverse éd cho'r rue et pi… et pi… vlò qu’il o foait nmi-tour pi qu’il est rpérti à sn’étchurie.

Ch’est qu’chés agints is l’ont arrtè in bos d’no rue – I y in avoait coére qu’is faisoai'té du service din chés rues, d’éch temps-lò – pi a leu z-a sen.nè drôle qu’éch querriot i s’proumin.ne sans person.ne éddin.

À tchéche qu’il ont rtirè chu permis ? À chu gvau ou à cht honme qu’i bréyoait assis dsu chés marches à Margrite ?


22 – In.ne histoére d’ércluse

        

Mi j’ai invintion.nè din m’téte, in.ne histoére, in.ne histoére d’ércluse… Os acoutez bien !…

Alorse, cha nn’est l’histoére d’in.ne ércluse, hein !

Des rouleux, des ronmanichels, si os volez, is i avoai'té kidnapè s’piote file, à l’feume, tout piote , éd tchéques moés qu’al étoait, l’tchote.

Alorse éd chagrin, a s’avoait foait ércluse, pi rien qu’d’aperchuvoér in.ne égyptien.ne éd Bohinme al évnoait in folie l’feume, al étoait in rage.

Pi vlò qu’un cœup chés gindarmes is ni in ont don.nè in.ne à tnir, éd voleuse d’éfants, dvant dé ll’occire vu qu’él roulure-lò al avoait affolè un honme, qu’o disoait.

Pi ch’est juste au momint qu’chés gindarmes is révnoai'té ll’érprinde qué ll’ércluse a s’a aperchu qué l’piote rouleuse-lò qu’al étnoait, ch’étoait s’propré file, éq chés romanichels is i avoai'té prins.

Il étoait d’trop terd. L’paure feume al l’o vu moérir d’és feute, lò dsous ses yux.

Ch’est point in.ne histoére drole, est un molé ludjube min conte, mé est fin bien quand meume hein ?

Non ! qué magination qu’j’ai !
J’y ai meume trouvé un nom à l’piote : a s’appélroait « Ésméralda ».


23 – Éd d’où qu’éj sus ?

        

Éj sus-t’in.ne "person.ne déplachée"…
Dins min poéys, j’sus t-un horzin (horzin signifie celui qui n’appartient pas au village) ,
Chés jon.nes is m’trait'té d’Périsien ;
Anmiens, émz’amis d’chés Diseux
Is di'te qu’ém langue al sint l’Vimeu.
N’feut point tcheur (tcheur signifie quérir, aller chercher) do iau à chom mére
In ville, ch’est del ieu à chelle mâre…
Point d’Woégnérue pi point d’Sant-Leu
D’où qu’al est m’plache ?

Ch’est-ti d’ém feute éd d’où qu’éj viens ?
N’l’ai mie coési – point d’pu qu’mes gins (mes gins signifie mes parents) .
Ch’est-ti d’ém feute si ch’est Anmiens
Qu’j’ai foait m’jon.nesse pis qu’j’y sus coère…
Jé n’sus d’neune pèrt
Ch’est conme eu, qu’al disoait m’paure mére
Ch’est conme o, clatchoait min téon (téon signifie grand-père)
Ch’est conme cho, dins l’poéys d’min pére
Ch’est conme lo, f’soait mon onc Léion
Ch’est conme aleu, qu’i disoait chti-chi
Ch’est conme évlo, répondoait chti-lo
Ch’est conme ollo, qu’i foait min voésin
Ecmint coésir ? Ch’est à lure lure…
D’qué race qu’éj sus ?

J’vux défin.ne chog gran.ne Picardie :
Edpi Tornai dusqu’à chom mér,
Ratornant pér no cathédrale…
Chés savants lindjuistes is diront
Qu’min perlaghe nin pu n’est d’neune pèrt
Pis qu’éj touille toute, n’importe écmint.
Is n’voé’té point qu’ch’est in cminchemint
D’chu picard INTERNATION-NAL !!!