tb - Jacques VARLET(†) - bt
(tchot Jacques)
jv POURQUOÉ QU’J’ÉCRIS ?

« Vanitas vanitatum, et omnia vanitas »
Non, ch’n’est point du Picard, ch’est du latin d’église.
Pourquoé qu’j’écris tout cho ?
Vo folloèr qué j’vos l’diche.
Vanité des vanités, tout i n’est qu’vanité.
Pour ceusse qu’i n’comprinne'te point
I feut bien qu’j’él traduiche.

Tout il o été dit, d’pu quèques énnées déjò…
A n’veut point dire qu’éj doés frumer m’gamelle pour cho.
O put l’dire autrémint, avuc du sintimint,
Poétiquemint, passionnémint.
In trachant dz’eutes écmins.
Pi nos boène lingue picarde
Al put don.ner ch’canjmint.

J’écris, in preum, pasqu’a m’amuse
J’éroais peu aussi bien juer d’él cornemuse,
D’él trompette ou du noc, pour réveiller l’cambuse.
J’essaie d’écrire au miux des coses qu’a m’turlupine'te;
J’n’ai point d’ébsoin d’gardin pou qu’mes vers i fleuri'te.
Ou bien si j’énn ai un, il est din l’fond d’min tchœur.
Et pi j’érbée no monde avuc un ziu motcheur.
Dés foés j’édviens mawais…
Ouai ! Quint éj pinse à Diu !
Éd vir écmint qu’i s’muche j’ém dis : « Ptête qu’il o honte…
D’avoér mantché sin cœup in fabritchant no Monde ? »
In seupposant qu’i peuche nous vir.
Pi s’il existe, coère…
Mais jé n’sus point pressé d’aller m’énn intchérir.

O vanité ! j’ai yeu quèques dons
Qu’j’ai hérités d’min père ou bien d’min rataillon.
A n’impèche point pour cho d’ête un vrai tchœur fali.
O n’él répéterez point… j’sus tellemint contint d mi.

Tous les jours éq Diu foait, éj creuse éddin m’cahouète,
J’rassaque des sintimints du pu preufond d’min tchœur.
Et pi, j’foais min possibe pour vive in accordure
Aveuc toutes mes pinsées pi tous mes écrivures.

Bien seur, j’écris pou sz’eutes,
Pour qu’i peuche’té m’comprinde.
Pour qu’i rsinche'te avuc mi tout ch’qué j’ai érsintu.
Pour éq leu amitié al vienche érjuinde él mien.ne.
Pour qu’insanne os crionche qu’él Vie, ch’est boin à prinde.
Qu’o fuche crantcheux, poussiu, matché, creutché, pi même…
Mi, quint j’écris, cha vut dire : j’aime !

J’écris aussi, j’él pinse, pour ém foaire vir.
« Quoé qu ’ché nn est qu’échti-lò qu’il èrmue gramint d’vint?
Pi qu’i s’in prind à Diu, pi qu’i déturbe chés gins ? »

Un èrtiste, d’éch qu’i foait, il est toujours fin fier.
Pi qu’i foaiche d’él peinture, qu’i sculte des peumes-é-terre…
L’art i n’existroait point, s’i n’montroait point ch’qu’i foait,
Si s’muchoait din sin cuin conme un cahouin d’clotcher.

J’espére éq din chint ans… pétête…
Un trifouilleux d’èrchives, un rot d’bubiothèque,
Tchiésero su un cahier tout gris, tout sale, tout gaune.
Pi, in lisant mes vers à travers ses lorgnons,
I diro: « Jacques Varlet. .. tchièche éq ch’est qu’éch ti lò ?
Tout inconnu qu’il est, ch’étoait un rigolo ! »

« Vanitas, vanitatum et omnia vanitas »
Honteux qu’éj sus d’vous dire tout cho.
Honteux… Mais tout compte foait… rmettez mé nné éne tasse !

LA GUERRE DES BOUTONS

Ch’étoét in mil neuf chint quarante chinc, quarante six. Chés éfants d’Brucamps pi d’Granflots i n’étoètent point mal insane, i s’parloètent, défoés i juoétent au ballon, pi défoés i s’disputoètent aussi quant i n’étoètent point d’accord. Mais i n’ voloét miux point, d’in côté comme ed’l’eute, aller cacher à nids d’pigeons d’sus l’ tèrritoère d’ech voésin ; lo, o z’étoétes erporsui comme un tchien galeux.

Y avoét, à ch’l’époque-lo in cinéma imbulant qui passoét dins chés tchots poéys ; i v’noét d’ Domart in Ponthiu. Ech ménipulateur i s’apploét Arnould Leulier…. Pour nous, chés gosses, ch’étoét l’bon diu qui l’arrivoét quant i déballoét s’n’attiral. Y gn’avoét point d’télé à chés momints-lo.

Un bieu jour, i nous o passé un film qui s’apploét " La guerre des boutons ". J’el’ l’ avoés déjo lu in roman, mé ch’film i m’o paru coère pus bieu. Huit jours edvant il l’avoét passé aussi à chés éfants d’ Granflots….. Ch’l’histoère-lo al nous o donné d’z’idées.

Quèque jours pu tard, vlo ti point qu’ène délégation ed quat ou chinc "granflots" al vient nous treuvoèr pour nous d’minder si qu’o n’voloét point erfoère aveuc eux l’djerre des boutons "pour du rire", ch’est à dire sans s’foère trop d’mo.

O z’acceptons aveuc inthuniasme, à condition qu’o n’arrache point vrémint chés boutons pi qu’o n’aflèpe point chés vètmints.

O prindons rindez-vous pour ech diminche suivant, al sortie d’ Brucamps, su l’route ed Granflots, aux invirons d’tchinze heures.

Fut dit, fut foét… O z’étoèmes ène dizaine ed’morveux intre dix et treize ans aveuc des sabes ed bos pi des frondes….O z’arrivons à l’sortie d’ech village… Nom des zeus ! Chés "granflots" i nous attindoètent lo…..I z’étoètent au moins à tchinze, aveuc des grands diabes ed dix sept ou dix huit ans qui trinoètent des gourdins comme des pitchets d’pature. Pi z’é vlo ti point qui nous porsuitent à toute berzingue. Nous, prins d’panique o nous seuvons comme des lapins dins chés patures aveuc chés gaillards-lo à nos trousses.

J’ai intindu crier darrière mi, ch’étoét tchot Jean Parmintié qui s’étoét foét prinde pi qui poussoét des cris d’goret pasqu’i c’minchoètent à l’détchuloter.

Comme j’étoés in d’chés pu trouilleux, seurtout à keuse ed mes habits d’al diminche, j’sut ervenu dare-dare dins ch’village aveuc min frère pi un copain. Comme disoét  Petit Gibus : « Si j’aurais su,…j’aurais pas v’nu ! » Pi o z’o attindu… pleins d’intchiétude.

Au bout d’ène demi-heure , troés quarts d’heure pétète, o voét r’venir ch’gros d’el troupe…., non point pénaud comme o z’éroé peu l’pinser, mais triomphant, jubilant comme des mounieux sur un mont d’crotes.

J’èm dis « Ch’n’est mi diu possibe qu’chés cri-cri-lo, i’z’ont racaché chés "granflots"! »

Pi o’z’o yeu l’explication : Pour impécher chés "brucamps" d’es seuvér, chés "granflots" i z’ont foét ène maneuve ed contournemint… Ouais, mais dins leu action i n’ont point vu qu’ i traversoètent un plant d’haricotes you que ch’propriétaire, un grand belge nommé Joseph, il étoét intrain d’biner.

Quint il o vu chés bandits-lo écraser ses zaricotes vertes, ch’Joseph il o vu rouge. Il o bondi, binète in l’air al porsuite ed chés "granflots" qui n’ont point d’mindé leu reste.

Voéyant cho, chés "brucamps" erquintchés i z’ont r’torné su leus pos, pi i z’ont r’porsui à leu tour chés "granflots" qui croéyoètent que ch’t’homme il étoét tojours aveuc eux.

Quint chés agresseurs i z’ont été pardus d’vue, mes copains i sont ervenus dins ch’village la gloère au tcheur mais aveuc, au fond, l’impression d’el l’avoèr écapé belle. Quint à mi, j’n’étoés point trop fier d’avoèr déserté pi d’avoèr mantché l’victoère-lo "à la papy russe " comme i disoét ch’maristère.

CHÉS CAHOUINS

Dins mes énées d’jonesse j’aimoés gramint chés oésieux pi min camarade Roland aussi ; à tel point qu’o z’étoèmes tout l’temps à cacher des nids pour appriver chés jones pi qu’o n’es rindoét point compte qu’o n’n’in f’soèmes des martyrs. J’ai défoés invie d’foute des coeups d’pied dins l’tchul d’ech morveux qu’j’étoés alorsse.

Mais y avoét des oésieux qu’i v’noétent à part dins nos passions : ch’étoét chés rapaces octurnes. Ed pus l’tchote chouette tchulotte (qu’o disoét) jusqu’à ch’grand duc in passant par toutes seurtes ed cahouins, chés bêtes-lo al nous foutoètent plus ou moins la troulle. Cha n’seurtoét qu’par nuit, cha avoét des cris bizarres, cha voéyoét clair comme in plein jour pi cha passoét au-dsus d’vos tiète sans bruit avec des yux ronds qu’o z’imaginoét. Ch’étoét de fantômes d’oésieux.

J’èm ramintuve ec l’hiver, el soèr, quint j’alloés tcheur min lait à l’ferme Oger, ej passoés d’vant l’l’église tout keurant pour èn point intinde un cahouin seurtir d’ech clotcher pi lancher sin cri d’djerre. Quint j’èn n’intindoés un, j’avoés des frichons d’èm tiète jusqu’à mes ortieux.

Bref, ch’étoét la panique.

Vlo-ti pont qu’un bieu jour, comme o z’étoèmes à court ed nids d’pigeons pi d’tourtes pi qu’o z’avoèmes visité casimint tous ché bos d’ Brucamps, o z’o pinsé à un coin d’bos qu’o n’avoèmes point foét et pour keuse… ch’étoét innaccessibe à keuse d’un roncier ed plusieurs vergues (i feut troés vergues pour foère un hectare qu’i disoét ch’maristère). O s’o dit qu’i gn’avoét pétète gramint d’nids d’muchés lo-d’dins vu qu’o z’intindoét toujours roucouler. Pi, prénant nos courage d’ène main pi un baton d’l’eute, o z’avons c’minché à intamer ch’roncier.

Malhureus’mint, o z’étoémes in sandalettes, avuc nos gambes à l’air, pi in pus d’chés ronces, pour parfoère, y avoét aussi d’z’ eurties pus grandes ec nous. O z’avoét bieu abatte tout cho à grands coeups d’bâton, cha s’plioét in deux pi cha v’noét décatouiller nos mollets in s’erdréchant… Bref, ch’étoét l’infer. Mais comme o z’avoét s’fierté, l’un comme l’eute, i n’étoét point tchestion d’ertorner in si boin cmin. O z’avoèmes parcouru ène vingtaine ed mètes avuc chés diffitchultés qu’o d’vinez quint o sommes errivés dins un indroét you qu’y gn’avoét casimint pus d’ronces. Ch’étoét un taillis fin sombe avuc des tchots abes à l’écorce noèrte, un molé épineux (j’ai seu, pus tard, ec ch’étoét des prunelliers) O mitan d’tout cho, y avoét un abe un molé pus grand dont qu’o n’voyoét point ch’coplet. O nous appreuchons pour vir si y avoét un nid… Nom des zeus ! O z’intindons comme un ratchillon’mint d’co in colère à deux mètes au-dsus nos tiète pi o voyons lo ène demi-douzaine ed cahouins grands comme des codins pi qu’i nous r’béyoètent avuc des yux ronds pi des becs grands ouverts tout in écartant leus ailes pi in s’pinchant un avant d’un air fin maouais.

Ch’l’ertour il o té vite foét, ronces ou point ronces, o z’avons prin nos gambes à nos co dins ch’sintier qu’o z’avoèmes foét pou v’nir, pi qu’i s’étoét déjo à mitan r’dréché ; ène vraie panique. Dins l’l’affoère, o z’avoèmes laissié l’mitan d’el pieu d’nos gambes dins ch’roncier pi l’eute mitan al bruloét l’diabe couverte ed bursoufflures d’eurties.

Chés ronciers ch’est boin pour chés tcheuilleux d’meurons. Et pi léchons chés cahouins deurmir in paix, qu’o nous sommes dit après ch’coeup-lo.


Textes personnels de ch’Marister Textes personnels de Tchot Phane