tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2004
 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/01/04

QUOÉ FOAIRE ?

cminchoais à écrire min tchuin d’ziu qu’il inroéyoait conme cho :
« Boin.ne énnée, boin.ne santé,
pi d’l’èrgint plein min porté-mon.noaie… »
J’avoais l’idée d’vous pèrler pèr aprés d’no Picardie sous chés neiges, des neiges qu’i tchai'té à masse édpu au matin… D’un seul cœup, vlò ch’téléphon.ne qu’i son.ne, pi j’intinds tchéqu’un qu’i m’dit tout d’in.ne traite :

« Tu m’os oblié coére un cœup ! Tu sais bien qu’ém moaison al est toudi ouverte à tout l’mon.ne ! Mais os êtes tertous pèrels. Mes éfants quanq i vien'te i n’sé rtorne'té point d’mi. Pourtant i m’voé'té bien, éj sus tours lò. Jé n’dis rien, jé szés rbée gintimint. Jé n’vourroais point qu’i croéche'té qu’éj sus t-in colére aprés eux. J’espére conme cho qu’i sront puss à l’aise, conme rapurésWate !

I varon.ne'té din tout l’moaison, i mile'té tout pèrtout. Pa dvant chés tableaux pi chés éstatues i foai'te in.ne tchote pause pour ész admirer, mais mi i n’mé rbé'té minme point. Cho n’sroait-ti qu’un tchot singne, un tchuin d’ziu, in.ne risette. Érien, passé rien !

Et pi ch’est mes éfants ! Jé sz’intinds, j’acoute éch qu’i di'te. Quanq i pèrle'té d’mi, ch’est pour nin rire ou bin coére pour m’atuire et pi m’traiter : Jé n’sus qu’un viu ratrouilleux… Jé n’sus pu boin à rien, j’compte pour du beurre… Éj n’existé point !…

Y o coére puss pire, y o chetlò qu’i leu réclame'te éd mi pour prêcher la djerre sainte pi peloter chés fenmes éd cailleux dusqu’à szés foaire moérir, chés paures lapides ; édz eutes ch’est pour écatir chés gins édsous des ton.nes éd bombes ! Qué misére !

D’min côté, mi étou qu’j’ai cangé. D’un temps, éj té sz’éroais roustis, abolis, acouftés dsous des monts d’terque in fu et pi d’chindes tout bouillantes !

Tout d’minme, ch’est mes éfants !… D’un eute sins, cho n’put mie pu durer !… Quoé foaire ?…

« Mais nom dé Diu, tchéche éq ch’est qu’il est à l’eute bout d’éch fil ?

— Tu voés, ti étou ! Ch’est-ti qu’tu n’mé rmets point ? Ch’est mi, ch’est Diu ! »

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/01/04

DES MOTS, TOURS DES MOTS !

Glichot, tuichou, chupiner, cagirotte, pipion, queusse-queusse…
Vlò lò six mots qu’os n’trouvarez point facilemint din chés diction.naires éd picard.

« Arrêteros-tu d’chupiner ! » qu’al disoait m’grand-mére Blanche à sin bieu-frére, émn onque Alfred, Lalouette éd sin surpitchet, pi qu’éd vrai i s’appeloait Nicolas pour échl’état-civil. Lalouette i vnoait rédjuliéremint cafioter mon d’ém grand-mére. I buvoait sin café tout bouillant pi pour éne point s’brûler s’gargate, in minme temps qu’i buvoait, il aspiroait un tchot filet d’air. Cho foaisoait in.ne éspéce éd sifflémint touillé avuc des glouglous et pi des guerdouillis. Éj croés bien qu’i lé foaisoait ésprés pour foaire indéver Man-Blanche. A n’incorsoait point cho ! Ch’verbe chupiner, j’ai fini pèr él déteuper din ch’diction.naire à Beauvy : ch’est conme cho, à Bieuvais tout conme à Ferriéres, o chupine !

« Soin dé n’point invaler ch’tuichou » qu’i disoait min pére. « Ch’est point un tuichou, ch’est un glichot » qu’al li répondoait m’mére. Ch’étoait coére souvint qu’i distchutoai'te éd leu picard à l’in.ne l’eute, min pére né natif éd Ferriéres, ém mére éd Dreu intér deux Ary pi Airain.nes. Os ll’avez pétête adviné, un glichot d’un côté pi un tuichou d’l’eute, ch’est quasimint du minme pèrel, pi ch’est bien puss bieu qu’un noéyeu, qu’i fuche éd cherise ou bin d’fourdrain.ne… pèraîtroait qu’chés gins d’éch Ponthiu i rcrache'té chés glichots, tout conme ém mére…

Lucien, min voésin, li sin papin ch’est d’gardiner. Pèr driére és moaison sin corti il est d’trop tchot, i feut coére qu’i tchultive in.ne piéche éd terre au mitan d’chés camps, sin pèrterre. Pi pour carrier fien et pi ratriner chés choux à lapins pi ses betteraves à vaques éd là-bos dusqu’à s’moaison, cmint qu’ch’est qu’i foait ? Bé i prind s’cagirotte. Introuvabes din chés diction.naires, mais din min poéyis, atchun il o l’sien.ne : in.ne cagirotte ch’est in.ne tchote carriole à deux reues, des reues d’vélo ou bin d’voéture d’éfant, tout l’mon.ne à Ferriéres i vous l’diro.

« Allo, S.O.S. dépannage ? émn ordinateur il est coére in raque. J’étoais in route à foaire in.ne page éd cartchul pi d’un seul cœup él soéris al s’est blotchée. N’y o pu rien qu’i mèrche ! Cmint qu’éj foais ? » Cho ch’est m’tchote sœur, qu’al passe ésn értraite à foaire chés comptes éd l’interprinze à sn honme. « A n’est point durte, à main droéte, édsu l’côté, n-y o un tchot pipion. Tu l’voés-ti ? T’appuies dsu pi tn ordinateur i s’in vo rdémarrer, tout i vo s’arringer ! » Un pipion ch’est conme in.ne sorte éd bouton, mais soin, ch’est point un bouton d’brayette !

« Aman, aman ! vite ! vite ! i feut qu’jé m’méche in queusse-queusse ! » Cho ch’est Jean-Gleude min frére. I pouvoait avoér din les chonq ans, ch’étoait au moés d’janvier. Pèr nuit, il avoait tcheu des neiges. Point un plé étramé d’plache in plache ! nan, des neiges qu’éj vous dis ! des neiges conme i pouvoait nin tchair d’éch temps-lò, tchinze chintimétes in moins dé rien. Éj m’apprêtoais à mn aller à l’fosse Ferneuse avu min trinieu. Vlò min tchot frére qu’il arrive. « Tu m’inménes, dis ? tu m’inménes ? » Ténant conme in.ne mouque à brin qu’il étoait… cmint rfuser ? « Éj vux bien t’inmner, nasu, mais pour cho, feut qu’tu fuches habillé in conséquence ! » In conséquence, éj vous dmande un molé ! Os voéyez qu’à quatore ans éj foaisoais djò d’l’imblée. Din l’cawette dé chl’éfant, in conséquence ch’est dévnu in queusse-queusse. Édpu ch’temps-lò, din no famille, qu’a fuche pour carrier fien ou pour abatte des pinmes, o n’foaisons janmoais rien sans nous mette in queusse-queusse.

Éch mot queusse-queusse i n’est point din chés diction.naires, mais d’ichi tchéques énnées, tchéche qu’i sait ? O dit bien qu’éch picard il est tours vivant, nan ?

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/02/04

RALINTICHEZ !

Os savez-ti qu’chés automobilisses i sont in route à canger ? Mi qu’j’habite in bordure éd route, éj pux bien vous l’dire. Cho cminche à défiler sous nos croésées sur les chonq heures du matin. Mais nous eutes os y sonmes duits, chés moteurs i peu'té vion.ner, o finit qu’o n’ész intind pu. Édvant du moins ch’étoait conme cho. Mais dpu tchéque temps, cho n’vo pu du toute. Chés voétures i roule'te moins vite. I respect'té chés limites éd vitesse. O n’intind quasimint pu chés moteurs.

Bé ch’est fin bien qu’os allez dire. Ch’est point si bien qu’cho, pasqu’achteure, ch’est chés musiques qu’o z-intind. Boum boum boum ! boum boum boum ! Cho foait un busin du diabe. Et pi conme i roule'té moins vite, o nin perd point in.ne goutte. Pétête qu’os allons nous y foaire, mais ch’est point gaingné !

Bié seur, ch’est chés cadoreux à Sarko pi chés radars à Robien qu’il ont foait lver l’pied à chés automobilisses. Chés résultats i sont lò. In 2003, des milles et des chints éd morts in moins, d’affolés in moins pi d’voétures berzillées in moins !

Ch’est un malheur éq nos minisses i n’euche'té point mis étou tchéques radars mon d’chés asseurances. Mais quoé qu’os voulez, chés gins-lò il applique'té ch’principe éd précœution – ch’est un mot à la mode –, il attindront don deux troés énnées pour vir siq cho continue din ch’boin sins édvant d’boaissier leu tarif. Durant ch’temps-lò, i peu'té leu frotter leus mains. Leus tchaisses i leu rimpliche'te avuc no pécaillons. Ch’est tout boin : os roulons pour eux pi ch’est eux qu’i nous roule'te.

In attendir, i n-y o coére du cmin à foaire, i n’feut point s’arter in route, i feut nous atchénir pour coére foaire boaissier chés accidints. Pour qu’os n’fuchonche point prins d’court, chés bulletins météos i nous balonche'té un cœup dz alertes oranges, un eute cœup édz alertes rouges. Soin i vo pétête tchair des neiges… Soin pèr nuit, os érons pétête d’él rimée

Pi tout l’mon.ne i s’y met d’boin tchœur. Ch’est conme cho qu’l’eute jour au soér, éch jornalisse à ch’jornal d’él télé i nous o bien prévnus :
« Édmain chés routes i n’sront point boin.nes, alorss un boin conseil, éne prindez point ch’volant et pi ralintichez !… »
Os voéyez éq tout cho ch’n’est qu’in.ne tchestion d’boin sins. Ch’est vrai, siq os né tnez point ch’volant, i veut miux ralintir !

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/02/04

ALLEZ-Y !

Cho foait achteure pu d’in.ne énnée qu’éj vous ai pèrlé d’él canchon qu’min pére i cantoait à chés fêtes, qu’al s’appéle "à l’pêque pèr un diminche". Éj vous dmandoais à l’époque siq des foés os n’con.naîtroète point l’suite. Éj n’ai point yeu granmint d’réponses, et pi person.ne n’o seu m’dire écmint qu’al finichoait l’fanmeuse canchon. Des foés qu’os éroète un ramintu d’tchéque cose, os pouvez tours mé ll’invoéyer, éj nin sroais fin contint.

Tout conme i n’savoait qu’in.ne seule canchon, min pére à chés bantchets, i n’racontoait qu’in.ne seule histoére. Ch’étoait tchéqu’un qu’i n’és mettoait point in avant, qu’i n’foaisoait point d’imblée, il ainmoait miux rbéyer pi acouter din sin tchuin. Alorss, quanq i falloait canter ou bin conter, bin i foaisoait conme tout l’mon.ne. Tout jusse éch qu’i falloait pour avoér la paix.

Ésn histoére, tous chés gins i lé con.naissoai'té pèr tchœur, mais cho n’foait d’érien. Quanq o z-est in boin.ne compagnie, o z-acoute polimint. Feut dire éq d’éch temps-lò i n’y avoait point d’télé, point d’éstar-académie. Cho foait qu’o n’étoait point rgardant, pi qu’o n’mantchoait point d’rire minme à in.ne histoére qu’o z-intindoait édpu tout l’temps. Éj sus quasimint seur qu’o l’con.naissez étou, mais j’vos tout d’minme vous l’dire.

Cho s’passe mon d’in.ne gin qu’o z-appéle "éch Potieu". Sin surpitchet ch’est à cœuse in preume qu’i s’tient droét conme un I pi in deuze pasqué din s’tête étou il est droét conme un I. Il o l’tchœur su la main, i don.neroait sn’écmise, mais soin ! avuc li i n’feut point déroger. Sin blanc-bon.net, ch’est Marie, in.ne tchote fenme fin rétuse qu’a n’o point l’air d’avoér froéd à ses ziux. Il habit'te in.ne méchante cassine tout au bout d’éch poéyis, él porte al n’est janmoais freumée.

Pèr un bieu soér vlò un trimardeu qu’il arrive à leu moaison, un paure hopitailleu qu’i trache és coaille. Ch’Potieu i llé foait rintrer pi prinde in.ne cœude. Pi conme il est biétôt l’heure éd souper :
« Marie tu mettros in.ne assiette éd puss. »
Il ont mingé la soupe et pi un bout d’fromage, pi ch’Potieu il o rfreumé sn aleumelle. Cht honme, li, i rbéyoait ch’morcieu d’fromage, i llé miloait ch’paure malheureux :
« Éj pux-ti coére éne avoér in.ne tchote chiquette ?
— Ch’est toute pour in.nhui. Puss, cho sroait d’él goulaferie ! »

Conme o z-étoait din chés courts-jours, él nuit al étoait tcheute édpu longtemps. Ch’Potieu i n’est point honme à laissier dormir à l’fertille un éfant du Boin Diu, minme siq ch’est un vastépluque :
« O n’avons qu’un lit, mais il est grand assez pour nous troés, os couquerez conte éch mur, mi au mitan pi m’fenme éd l’eute bord. »
Fut dit fut foait.

À pein.ne lanché din chés lincheux, ch’Potieu i s’a mis à ronfler conme un soufflet d’forge. Él tchote Marie, qu’a n’dormoait point, al o cminché à dire tout bos :
« Allez-y, allez-y ! »
pi pu fort, vu qu’i né s’passoait rien :
« Mais allez-y don ! »
Cht’honme i s’tâtoait, pi à l’fin des fins il o prind sn élan pour s’dessatcher d’sin tchuin… pi il o té à ch’wardé-minger rprinde un boin morcieu d’fromage.

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/03/04

DJÉRIS DON !

« Djéris don ! » vlò ch’qué jé m’dis tous les jours ! Mais cho n’est point des pu facile, allez ! Jé n’vous nn ai janmoais pèrlé, mais in.nhui ch’est pu fort éq mi, feut qu’éj vous l’diche ! Éj sus atteint d’in.ne maladie qu’al m’impoéson.ne la vie. Quanq os sérez ch’qu’i nn est, os comprindrez miux qué calvaire qu’éj vis tous les jours, pi surtoute él preume éd chaque moés et pi l’seize étou !

Ll’ésmain.ne-chi, j’éroais yeu dû cmincher à coper d’l’haiyure. Ch’est qu’jé nn ai din les deux chint chinquante métes à tailler. Pi ch’boin temps il arrive, pi toute i s’in vo débourrer.

J’ai coére min chide à mette in boutelles. Cho foait pu d’tchinze jours qu’a dvroait t-ête foait. Siq cho continue, j’vos t-ête obligé éd mette du chuque énedin, sins o i s’in vo rester plat conme in.ne andimole. Du chide qu’i n’mousse point a n’est point granmint boin.

Pi lò nous vlò l’preume d’éch moés d’mars, justémint, pi pour au soér i m’feut un nouvieu tchuin d’ziu. Quoé dire ? Adoù pucher ? Mes histoéres éd famille, os cminchez à nn ête réïus, pi jé n’voés point grand cose qu’os n’éroète point djò li ichi. Éll actualité, ch’n’est point d’trop racachant. Ch’n’est point ch’pére Aristide qu’i nous diro l’contraire !

Pour éch qu’i nn est d’éch temps, os ons yeu froéd mais y o yeu pire. Il est tcheu des neiges, dix chintimétes mon d’chés brétons. Du cœup vingt et des milles éd gins sans éctricité. Siq no société a n’résiste point à tchéques chintimétes éd neiges, adoù qu’os allons ? Soin, os sonmes casvels !… bin ouai, mais cho ch’étoait min tchuin d’ziu i y o troés ans jour pour jour. Jé n’vos point m’mette à ratrouiller. Point coére !

Conme éj vous ll’annonchoais du début, j’ai don à rfoaire, pi l’puss pire ch’est qu’jé n’m’in étoais minme point aperchu. J’étoais conme Monsieu Jourdain qu’i foaisoait d’él prose sans l’savoér. Conme tous chés maladies cho porte un nom à coutcher déhiors. Éj viens d’apprinde cho i n-y o in.ne cope éd jours, ch’est in.ne drôle d’affoaire. Cho s’appéle d’él procrastination.

Qu’éj vous rasseure tout d’suite, o n’in meurt point. Tout du contraire ! Et pi n’vous lanchez point aïte aïte din vo diction.naire : ch’est in.ne éspéce éd manie qu’al consiste à rmette à dmain cho qu’o pourroait foaire in.nhui. Os voéyez qu’jé n’sus point lò d’moérir.

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/03/04

CHÉS CRAPURES

À intinde Bush, i y éroait des états-voéyous ! Ch’étoait rapport à l’Iran, i y o quasimint un an d’ichi, durant l’djerre éd libération d’l’Irak.

Des états-voéyous, jé n’sais point d’trop, mais des chefs d’état minteux pi des gouvernémints d’voéyous cho existe, os ons pu nous nn aperchuvoér.

In preume ch’o té Bush li-minme, qu’i nous o dit qu’Saddam il avoait des armes éd destruction massive. Éch rapport éd la C.I.A. il étoait lò dvant ses ziux. Ch’étoait in.ne émnache conte él mon.ne intier. Falloait foaire tchéque cose, i n’pouvoait point laissier passer cho. Ch’est conme cho qu’la djerre du bien conte él mal al pu t-ête inroéyée. Édpu l’temps, o z-a pu s’rinde compte éq chés armes in tchestion il étoai'te introuvabes. Éch rapport éd la C.I.A. o n’él trouve point nan pu neune pèrt. Ch’est-ti qu’él djerre-lò, éch n’étoait éq pour foaire main basse su ch’pétrole éd l’Irak ?

Éd deuze, Tony Blair, li, il o li à chés députés anglais él thése d’un étudiant vielle éd troés ans in leu foaisant accroère éq ch’étoait un rapport éd chés inspecteurs éd l’O.N.U. in Irak ou tchéque cose conme cho…

Éch troésienme ch’est coére tout cœud, ch’est Aznar. Djò qu’il avoait imbrindjé sin poéyis din l’djerre d’Irak mèrgré qu’quate sur chonq éd chés Espagnols i n’fuche'té point d’avis ! À l’occasion d’chés attentats qu’il ont foait pu d’deux chints morts à Madrid, vlò-ti point qu’il o assayé d’mette cho dsu l’dos d’chés indépindantisses éd l’E.T.A. ! Sin cœup il o foéré. Cho n’i o point réussi, pi sin pèrti il o té rousti à chés votages.

Édz eutes qu’il ont des gron.nées d’castroles d’ahotchées à leu fond d’patalon, i leu met'te à l’abri d’chés juges in foaisant voter des loés ésprés pour cho. Mais tout d’minme, feut-ti qu’cho fuche in.ne boin.ne plache ! Quoé qu’ch’est qu’i n’froai'té point pour él warder !

Pi du tchulot, in puss éd cho ! À chetlò qu’i deschinde'té din chés rues pasqué chés crédits du C.N.R.S. i sont réduits quasimint à rien, o leu dit qu’i froai'té miux d’avoér des prix Nobel !

Bé, justémint, i feudroait invintion.ner un prix Nobel éd crapurerie, chés candidats i leu boustchuleroai'te à l’porte. In attendir, os pouvez tours foaire conme chés Espagnols quanq o nn érez l’occasion, i n’est qu’d’avoér l’interligince d’éch cœup d’pied din l’tchul !

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/04/04

titre canard
titre canard
titre canard ACHUCHON

Bin vlò ! ch’est foait, cho foaisoait un momint qu’ch’étoait din l’air, chés Diseux d’Achteure i vien'te éd leus achuchon.ner avu ch’Canèrd Intchaîné. Os allez t-ête contints, à pèrtir d’éll ésmain.ne tchi vient, tous chés jeudis, os érez dsu no site éch puss boin d’éch canèrd értraduit in picard. Des cœups, os srons minme in avanche édsu l’version in français. Os n’voulez point l’croère ? Eh bin, vlò l’preufe éq ch’est ch’qu’i s’a passé ll’ésmain.ne passée.

Din min darin tchuin d’ziu – ch'étoait éch seize éd mars –, éj vous dvisoais éd l’interligince d’éch cœup d’pied din l’tchul pi os pouvez vir à main droéte ch’qu’o z-o pu vir din ch’Canèrd du 24 mars ! dessin canard
 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/04/04

FEUMÉE SANS FU

In preume, éj vourroais foaire mes estchuses à tous chetlò qu’il ont té vir jeudi passé édsu no site – i y in o pu d’troés chints. Chés paures gins i leus ont cassé leu nez. N’y avoait point puss éd Canèrd Intchaîné in picard qu’éd beurre à ch’treu du tchul d’min ntchien ! Ch’n’étoait qu’un méchant pichon d’avri, pi n-y o qua-minme granmint d’gins qu’i n’leus ont point laissié prinde…

Bé mi étou jé m’sus foait rbinder;. Ch’étoait point à ch’preume d’avri, ch’étoait à l’télé i y o in.ne cope éd jours. In.ne émission dsu chés rumeurs. Ch’o té in preume, un dotchumintaire édsu ch’live éd Thierry Meyssan, l’effroéyabe imposture. Tchéche qu’i nn’o point intindu pèrler ? Un live adoù qu’il est écrit qu’ch’est point un Boeing qu’il o démasinglé ch’Pintagon.ne, éq ch’étoait putôt un missile. Pour preufe, in.ne photo d’où qu’o voét bien qu’éch treu din l’façade d’éch bâtimint, il est bien d’trop tchot pour qu’a fuche un Boeing qu’il éroait passé pèr lò. Pi, éd lò, Meyssan i cminche à invintion.ner tout in.ne théorie, des contes à Robert-Mon-Onque pour finir pèr dire éq ch’est la C.I.A. qu’al éroait monté tout ll’affoaire-lò pour éq Bush i puche aller libérer chés Irakiens.

Tout cho, bié seur, éch n’est qu’des allégories sans tcheue ni tête, pi j’m’attindoais à vir chés jornalisses éd la Chonq démangler toute éd bistinbout. Naïu conme éj sus, j’maginoais qu’il alloai'te érprinde ll’affoaire du début. Montrer qu’él fanmeuse photo al avoait té trafitchée, ou bin coére qu’éch Boeing il avoait rintré pèr eute pèrt. Quanq o z-atchuse tchéqu’un éd raconter des craques, i n’suffit point éd dire qu’il o minti, i feut l’montrer, os n’croéyez point ?

Asseuré qu’chés jornalisses il ont raison, quanq i di'te éq Meyssan il o té din l’émission d’Ardisson pour foaire él réclame éd sin live, pi qu’i n’y avoait lò person.ne pour él contrédire !
Mais il ont-ti raison quanq leu z-émission à eux al finit pèr in.ne distchussion adoù Meyssan i n’est point lò ? I falloait nin profiter pour li mette sin nez din sin brin !

Éll émission-lò a n’a sûremint point foait grand cose pour foaire avancher chu schmilblick. Tout du contraire ! Bié seur chés gins conme mi qu’i n’croé'té point un mot d’chés allégations à Meyssan i n’ont point cangé d’avis, mais chetlò qu’il y croé'té nan pu, j’ai idée !

Ch’qu’o put dire éd tout cho, surtoute, ch’est qu’pour chés rumeurs i y o un indroét bien conme i feut pour forchir et pi imporvigner toute, ch’est chl’intèrnéte ! Siq Ésope i vivroait coére in.nhui, i feuroait qu’i cange sin rébus :
« Quoé qu’ch’est qu’i y o d’puss miux au mon.ne ? l’arnitoéle !
Quoé qu’ch’est qu’i y o d’puss mawais au mon.ne ? l’arnitoéle ! »

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/05/04

LÉGINDE

Ch’étoait din l’temps, n-y o d’cho dz énnées
N-y avoait in.ne titchote bergére
Qu’al émnoait ses berbis poécher
Din chés gatchéres

Chés berbis l-étoai'te tout crapées
Él bergére ch’étoait in.ne didi
Niaite, ses cavieux mal rafulés
In.ne tchœur fali

Éch fiu d’un roé passoait pèr lò
I n’étoait ni bieu ni rétu
Ch’étoait un vrai carimèro
Un noércassier

Conme in puss il étoait gogneu
Vinigoutte pire qu’in.ne pinme éd terre
I n’o mie vu ch’bout d’éch musieu
D’él tchote bergére

Él tchote al étoait à tracher
Deux troés poux din sin caraco
A n’o don point vu ch’prince passer
À bourricot

Éch prince l-o mèrié in.ne dondon,
File éd roé mais quèrcan à foait.
Un vatcher pi l’bergére leu z-ont
Achuchon.nés

Ch’est conme o qu’a s’a arringé
– Éj sus seur qu’a vous cope la chique –
Sans qu’o z-euche édzoin d’déteuper
D’badjette magique

L-ont té tertous fin malheureux,
I n’ont point yeu un seul éfant…

Ch’est conme cho qu’i feut raconter
À chés tchots nasus chés histoéres
siq os n’voulez point qu’chés nivelets
I nin dmande'té coére et pi coére.

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/05/04

JÉ L’SAVOAIS BIEN !…

Au matin jé m’sus lvé à l’pointelette. Tous chés diminches ch’est conme cho, i n’feut point t-ête impaillé, sins cho quanq o z-arrive édsu chés réderies, chés boin.nes affoaires i sont pèrties édpu vitam æternam. Tout ch’qu’i reste ch’est des cochoncetés. Pi surtoute, o vous rtrouvez au mitan d’tous chés nadjeux qu’i vien'té lò avuc leu tchien au bout d’leu laisse à rallonge et pi avuc leus nasus din leus voétures d’éfants. I sont lò qu’i rbé'te in l’air, i n’y o mie rien qu’i sz’intéresse. Quoé qu’ch’est qu’i vien'té foaire, éj vous lé dmande ! In puss, des vraies taques d’heule. O z-o invie dé szés pousser. Mi, i feut qu’éj mé rtienche pour point szés boustchuler.

J’étoais don arrivé d’boin.ne heure pi j’étoais lò bénaise, in route à fornitcher din chés tchaisses éd live pi chés cartons d’disques. D’un seul cœup, n-y o tchéque cose qu’il o cminché à m’dintier, tchéque cose, éq j’avoais à foaire, mais quoé ? jé l’savoais bien qu’j’oblioais tchéque cose, mais point possibe d’ém ramintuvoér quoé !

Du cœup, j’ai coére trifouillé un molé din chés viéseries, trachant chl’oésieu rère, un disque éd chés Capenoules ou bin un viu live in picard. Mais ch’tchœur i n’y étoait pu, ém chervelle al étoait trutée. Tours él minme tchestion qu’al révnoait à tout bout d’champ. Quoé qu’ch’est j’éroais du foaire et pi qu’éj n’ai point foait ?

In rintrant à no moaison, j’ai cminché à rtorner ch’mont d’papiers qu’i traîn.ne'té dsu min burieu. Est vrai qu’ch’est in fèrfouille, mais j’m’y rtrouve putôt point d’trop mal. Bié seur éj trache à mesure in.ne lette in.ne cope éd jours. Éj finis pèr él déteuper, des foés din ch’live qu’éj sus t-in route à lire, al sert à mèrtcher m’page !

I nn’est qu’d’avoér un tchot molé d’orde. Vlò ch’papier pour éch contrôle technique d’émn auto. Ch’est pour din tchinze jours, os ons coére él temps. Cho ch’est mn avis d’imposition pour éch tiers provision.nel. Éch chéque il est din sn inveloppe. I pèrtiro dmain à ch’facteur. Jé n’sais point siq os êtes conme mi ? Mi, éj poéye à l’darin.ne minute, jé n’vux point don.ner mn èrgint d’avanche. Él date limite, ch’est l’dix-sept, éch chéque i pèrtiro l’dix-sept !

Cré nom-dé-zeu ! siq édmain o z-est l’dix-sept, ch’est qu’in.nhui os sonmes él seize. Ch’est cho ! ch’est ch’qu’éj trache édpu au matin ! Pi l’seize, os l’savez bien vous eutes, ch’est ch’tchuin d’ziu ! Ah bé cho vo éne ête du prope. Un tchuin d’ziu foait aïte-aïte, un tchuin d’ziu sins grand cose énedin. Coére un vrai tchuin d’ziu d’brin !

Déjò qu’éch darin cœup, j’avoais dérouflé un rime éd Jacques Faizant pour él mette in picard !

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/06/04

CŒUP D’RAMON

Cho fro biétôt soéxante énnées qu’os ons té libérés d’chés Allemands. Durant l’otchupation, i n’ont point mantché éd lapider chés terrorisses, conme i disoai'te à l’époque éd chés résistants. Ch’étoait la Gestapo avuc l’aïude éd chés miliciens, des Français chetlò, qu’il étoai'te coére pu mawais qu’chés Allemands.

Él dix éd juin, alorss qu’i rmontoai'te pour aller leu batte in Normandie, in.ne division SS al o aboli ch’village d’Oradour-sur-Glane. Soé-disant qu’o leus éroait tiré dsu. Chés honmes fusillés, chés fenmes, chés éfants brûlés din l’tchote église. I n’y o point yeu granmint d’récapés. Pèr aprés qu’Hitler il o té rousti pi qu’i s’a défoait, qu’éch troésienme Reich il o yeu capitulé sans conditions, des juges il ont trouvé l’moéyin d’atchuser des Alsaciens, qu’il avoai'te té inrôlé d’forche din chés SS. Des galibiers éd dix-sept ans. Chés officiers, eux, i leu nin z-ont tiré sans d’trop d’arnicroches.

In.nhui chés Améritchains – qu’il ont libérés chés Irakiens, né l’oblions point – i confonde'te un rpos d’noces avuc in.ne attaque éd chés terrorisses (tiens szés rvlò chetlò !) Résultat quèrante-troés morts. Granmint d’fenmes et pi d’éfants. Pi o z-apprind qu’din chés prisons, chés prison.niers i sont torturés. Chés clitchés il ont foait l’tour du mon.ne et pi i n-y in o à l’gron.née. Mais soin, lò i n’ont point té long à déteuper ch’responsabe : un deuxienme classe. J’mé dmande minme siq a n’sroait point un Alsacien, à mesure ?

Soin, a cange tout d’minme ! Chés poéyis avanchés il ont foait des progrés. O n’cope pu d’langues, o n’foait pu rôtir à tchot fu, o n’arrache pu d’ongues, infin pu granmint, pétête in Tchétchénie ? pi coére ? Soin, j’édvise éd chés peupes civilisés ! Nan, ch’qu’o foait achteure, a n’laisse point d’traches. O s’in prind al chervelle éd chés gins. Sous Staline, chés Russes il invoéyoai'té djò chés dissidents din chés asiles adoù qu’il étoai'te soégnés à grands cœups d’médicamints. Achteure, chés prison.niers i sont débillés tout nus avuc un sac édsu leu tête.

Ch’qu’i cange étou ch’est qu’din l’temps, chés responsabes i n’leu muchoai'té point, ch’étoait net conme tortchette. Au moéyin-âge, chés évêques il étoai'te lò durant chés séances éd l’Intchisition, et pi ch’pape i n’és gênoait point pour leu dmander éd mette les boutchies doubes. Machiavel il écrivoait un live pour asplitcher qu’pour un prince, tout chés moéyins i sont boins pour arriver à ses fins.

Achteure i feut foaire cho à l’muche-tin-pot, surtoute i n’feut point qu’o l’seuche ! Pi siq cho vient à t-ête con.nu, vite o dessaque un lampisse pour li foaire porter ch’capieu. Ch’est in.ne berbis galeuse, chés états-majors i n’sont point au courant dé rien.

Heureusemint qu’la France al est lò ! Din ch’poéyis d’chés droéts d’l’honme, o n’o point dzoin d’lampisse ! Ch’est vrai, quoé ! I n-y o janmoais yeu d’corvée d’bos durant l’djerre d’Algérie. Pi chés gégénes i n’ont janmoais servi qu’à foaire torner chés frigos pour tnir chés biéres à l’fraique et pi qu’à éclairer chés tribunals militaires. Et pi nous étou qu’os avons no Machiavel : Un dénonmé Aussaresses, général d’ésn état, qu’il o écrit un live pour dire tout ch’bien qu’i pinsoait d’él torture !

Mèrchez, a n’o janmoais foait d’mau à person.ne éd don.ner un cœup d’ramon dvant sin pos d’porte !

 
[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/06/04

DUCHEMINT CH’BEURRE !

Duchemint ch’beurre, éch pain il est tchér ! Asseuré qu’din ch’darin tchuin d’ziu, jé m’sus mal asplitché, vu qu’os n’m’avez point comprins. Alorss i feut qu’in.nhui éj méche tchéques points sur tchéques I.

In preume, ch’est point mi qu’il o foait ch’rapport intré ch’débèrquémint d’éch six juin dix-neu-chint-quèrante-quate et pi l’situation in Irak in.nhui. Ch’est George Bush qu’il o trouvé l’moéyin éd récompèrer chés deux. Bin mi, j’éne pinse point qu’a fuche él minme du toute.

À chetlò qu’i pinse'te qu’éj mets chés Améritchains din l’minme sac éq chés nazis, éj réponds qu’ch’est point vrai. Un puss chés Améritchains et pi leu gouvernémint, cho foait deux, i n’sont point tertous d’avis avuc George Bush. Et pi li pi Roosevelt, ch’est point tout à foait du minme ton.nieu nan pu.

 ! pèrlons nné d’Franklin Roosevelt, justémint ! Ch’est tout d’minme li qu’i n’vouloait point qu’o don.ne des armes à chés résistants français, rapport qu’i y avoait granmint d’conmunisses din chés maquis. Ch’est conme cho qu’din ch’Vercors – pi eute pèrt – chés F.F.I. i leus ont battu conte chés chars allemands avuc des pistolets et pi tchéques méchants fusils pi qu’i leus ont foait abolir à foait. Os savez-ti étou qu’os éroème bien pu avoér un gouvernémint améritchain ? Siq éch grand Charles i n’éroait point tapé du poing dsu l’tabe, tout il étoait prévu d’avanche !

J’ém ramintuve étou qu’édvant d’t-ête libérés os ons té bombèrdés. Os ons yeu droét à des bombes anglaises. Qu’a fuche édsu l’prison d’Anmiens ou bin su l’gare éd triage éd Longueau, cho tours té des avions qu’i vnoai'te un pitché déposer leus bombes in plein dsu chl’objectif. In.nhui o z-appéleroait cho des frappes éd cérusien.

Mais os ons yeu surtoute chés fanmeuses fortéresses volantes améritchain.nes qu’i vnoai'té pèr chintain.ne à des dix mille métes d’heuteur. I lâchoai'te un tapis d’bombes édpu Saint-Fuscien dusqu’à Boves. Sans qu’i n’y in euche in.ne seule qu’al tchaiche édsu chés lignes d’écmin d’fer qu’il avoai'te l’intintion d’berziller. I n’prindoai'té point d’gants, mais conme cho chés boys i n’ristchoai'te point d’leu foaire deschinde pèr chés canons d’él D.C.A. allemande. Asseuré qu’o leus éroait dit tchéque cose, il éroai'te répondu conme ész eutes : « Ah ! la Guerre, grosse Malheur ! »

Avuc éch temps qu’i passe, o cminche à vir és dessatcher des dotchumints. O nin vient étou à s’intéresser à chés civils : 50 000 morts in Normandie, cho cminche à t-ête conséquent. Point ton.nant qu’chés survivants i n’euche'té point tertous seuti à ch’cou d’chés libérateurs pour leu foaire des bés !

Bon vlò ! quoé qu’éj pourroais coére rajouter pour qu’os arrêtèche éd m’atuire et pi d’ém traiter ? Bin, à mesure, branchez don vo télé dsu Antin.ne 2, vardi tchi-vient à dix heures et nmi pi chonq minutes d’érmontée, pi rbéyez le monde selon Bush !

Lò qu’os avez raison, ch’est pour Machiavel. J’ém sus t-un molé berluré din chés dates : intré li pi Innochint III et pi sin Dominique qu’i s’in vo prêcher – libérer ? – chés Albigeoés, i n-y o pu d’troés siéques éd différinche. Os n’sonmes don pu au moéyin-âge.

<
>[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/07/04

IN.NE RUDE PÈRTIE D’PÊQUE

Juin quèrante, l’évatchuation, a vous dit-ti tchéque cose ? J’avoais sept ans à l’époque et pi j’ém ramintuve point toute. Pétête bin qu’un bieu jour éj vous raconterai éch qué j’ai rétnu d’tou cho…

Tours est-ti qu’os ons traversé pu d’él mitan d’la France. Au volant d’él vielle camion.nette B14, ém mére. A n’o point sin permis d’conduire, mais au côté d’elle, y o min grand-pére. Li, i ll’o, ch’ permis. I n-y o tchinze ans, il o accreuché s’grand-porte in manœuvrant pour rintrer in mèrche arriére. Cho ll’o vexé, édpu ch’temps-lò i n’o pu janmoais conduit ! Bié seur min pére et pi mn onque i sont soldats, pi o n’sait point pèr d’où qu’i sont.

Os nous ons rtrouvé à Château-Garnier, un tchot poéyis éd deux chints habitants à quèrante tchilométes passé Poétiers. D’éch temps-lò, chés gins il étoai'te rindabes service. Os ons té atcheuillés mon d’chés Gautron. Écht honme, il étoait jornaïer, és fenme al alvoait leus troés éfants : Zabeth din les douze treize ans, djò bien édruée pour ésn âge, Gleude qu’il étoait d’âge avuc mi et pi l’tchote darin.ne éq j’éne sais minme pu sin nom. Éd tout sin, la Gautroune – ch’étoait conme cho qu’o ll’appeloait din sin poéyis – quanq al pèrloait d’ses deux pu jon.nes éfants, ch’étoait mon drôle et pi ma drôlesse. Pi l’un conme l’eute, quanq il avoai'te foait tchéque cose éd travers, ch’étoait l’frottée d’ortilles asseurée. Pi a n’comprindoait point qu’ém mére a n’foaiche point d’minme avuc mi !

Mi pi ch’Gleude os alloème ranser din chés bos, réder des arcabalètes in noésetier. Os avoème des hourlons pi des cerfs-volants din des boétes d’alleumettes. Quanq qu’i y avoait d’él pleuve, os foaisoème des bèrrages pour rétnir l’ieu pi foaire torner des tchots meulins.

Éch Clain i passe à Poétiers dvant d’aller sé jter din la Vienne. Quanq i trécope Château-Garnier, ch’est un tchot ruissieu point bien méchant. À ch’boin temps, trente chintimétes d’ieu à ch’pu avant, din chés courts jours un molé d’puss. Pi ch’jour-lò, agvalés dsu ch’parapet d’éch pont, mi pi Gleude os étoème trantchillemint in route à pêtcher.

D’un seul cœup, os intind un bruit d’moteur. Ch’est un camion mirlitaire qu’il arrive à fond d’train. À l’arriére éj voés tchéqu’un qu’i m’foait singne. Ch’est min pére !

Bié seur quanq éj rapasse à mon l’Gautroune pi qu’éj raconte tout cho à m’mére, person.ne i n’vut m’croère. J’ai bieu dire et pi bieu foaire. J’avoais yeu in.ne bleuse vue, j’avoais reuvé, a n’étoait point possibe ! Heureusemint, l’lin.nemain min pére il o vnu nous vir in vélo pi il o dit qu’ch’étoait grâce à mi qu’il avoait seu d’où qu’os étoème. Sins cho j’passoais pour un minteu !


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/07/04

APPEL D’ÉCH MONT NOÉR

Éch picard ch’est no langue région.nale. In preume pi dvant d’nin dire puss, ch’est in.ne langue tout court, et pi du cœup, ch’est point tasseulemint ch’bien éd chés habitants d’él Picardie pi d’éch Nord-Pas-de-Calais et pi coére éd chetlò d’chu Hainaut belge, mais ch’est étou ch’bien à tertous, éch bien d’éch mon.ne intier.

Pourtant o put vir, édpu tchéques énnées et pi coére puss édpu tchéques moés, qu’éch picard il est in route à t-ête privatisé : des mots d’no langue et pi minme édz espressions intiéres il ont té déposés, conme des mèrques éd conmerce à chl’Institut Nation.nal d’él Propiété Industrielle (INPI). Ch’est conme cho qu’o put trouvoér : chti, chtilà, cafougnette, ti j’arconnos t’es d’min coin, va kère eune bière pour tin pére (et pi i in o coére édz eutes !) Ch’est net conme tortchette, cho vut dire qu’o n’put pu s’servir librémint éd chés mots ni d’chés espressions qu’il ont té bréftés. Pi ch’est point des paroles in l’air, o z-o pu l’vir din chés gazettes : d’autchuns d’chés propiétaires éd brévet il ont traîn.né dvant chés juges un éditeur coupabe d’avoér mis din sn ouvrage un mot déposé à l’INPI !

I y in o des qu’il ont prins pour estchuse él définche éd l’idintité (qu’a né dmande qu’à truter in écarts conmunautarisses éd toutes sortes) mais ch’est in.ne invintion qu’al porte un message éd mort. I sont in route éd leu pèrtager chés agobilles d’éch picard conme siq i sroait à l’agonie : éj prinds l’aile pi j’té tchitte él tchuisse, éj prinds chés cafougnettes pi j’té tchitte chtilò !

Qu’os fuchonche créateurs, lindjuisses, militants ou seulemint picardisants, nous eutes, in.nhui, os n’voulons point d’in.ne privatisation d’no langue picarde – pi point d’puss pour ész eutes langues éd l’human.nité . Os maintnons éq chés mots picards pi chés espressions i sont à tout l’mon.ne. Qu’i n’peu'té point t-ête protégés pèr des brévets ni dévnir des mèrques pour mercantis. Bréveter no pèrlage pi bréfter ch’génonme humain, ch’est du minme pèrel. Ch’est un cœup d’malsaveur intolérabe pour él propiété collective éd l’human.nité din ch’qu’al o vraimint d’pu rmèrquabe.

Ch’est point mi qu’jé l’ai dit, ch’est ch’qu’os pourrez trouvoér (in français) siq os allez à l’adréche lò :
appel du mont noir
Tant qu’os y srez, os pourrez nin profiter pour signer l’pétition… siq à vous dit !


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/08/04

JULES, T’OS RAISON !

Éj m’in vos coére nin rmette in.ne couche : i feut qu’os allèche signer l’pétition l’Appel du Mont Noir. In.nhui os sonmes point loin d’in.ne chinquantain.ne éd gins à ll’avoér foait, allez-y, foaisez conme nous, nom-dé-zeu !

In puss os pourrez vir chés réponses éq d’autchuns il ont écrit. Pi n-y in o un d’message, d’un dénonmé Jules, qu’il est vraimint rédeux. Ch’est rapport à C***, bié seur.

In preume Jules i nous pèrle d’éch Tartarin d’Tarascon à Marcel Aymé. Bé os voéyez siq éch pére Daudet – Tchot Phonse pour ses gins – il avoait déposé ch’mot Tartarin, ch’Marcel il éroait té condan.né. Bien foait.

Pour nin révnir à C***, j’ai té tcheur din min guernier tchéques 45 tours éq j’ai d’li, pi j’ai szés racoutés. I n-y in o qu’i s’appéle ché Sidis pi ché z’aut’s, jusse un molé d’racisme, point granmint, éch racisme éd tous les jours. Bé Mousseron, qu’il est mort in 1943 i n’o sûremint point écrit li minme chés histoéres-lò. Nin vlò tchéques in.nes qu’éj m’in vos vous nin foaire él résumé – éd mémoére.

Ch’est troés flaminds qu’i jue'te à cartes, Zeph il arrive. D’és main droéte i trache tchéque cose din s’poque. Y o un flamind qu’i li dit :

« Té jue aveuc ?
— Nan, qu’i dit ch’Zeph, jé m’gratte ! »

Éch tchot Zeph i n’vut point prinde és purge. S’mére al s’épine, sin pére étou pi i finit pèr li foute in.ne bafe. Éch l’éfant tout braiyant i li dit :

« Éj m’in vos l’boère él purge mais j’n’irai point tchier ! »

Ch’Zeph i trache quoé qu’i pourroait bien acater à s’fenme pour ses âges. I dmande des idées à sin voésin Batisse. L’eute i li propose :

« Acate z-i in sac à main.
— A nn o djò un.
— alorss, acate un pot d’fleurs
— A nn o djò un.
— Bé j’sais-ti mi, acate z-i un putoés
— Quoé qu’ch’est qu’cho ?
— Ch’est un tchot bétail poéillu pi qu’i pue à mort
— A nn o djò un ! »

Os voéyez bien qu’il étoait capital éd bréfter ch’mot "C***" ! Pi pour n’point canger d’érgiste, éj m’in vos réponde à Jules :

T’os raison, Jules, mais j’n’ai point tort.
Baise min tchul pi os srons d’accord


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/08/04

QUANQ ÉJ SRAI GRAND…

Éch baroumoaite il o ses âges. Six énnées qu’cho li foait. Six énnées d’tchuins d’ziu ! Nous vlò in.nhui à ch’chint quèrante chonquienme… nan sixienme ! Jé n’sais point siq os vous rindez bien compte ? Des cœups, éj sus t-in raque, éj mé nman.ne éd quoé qu’éj pourroais bien vous dviser. À mesure éj sus t-obligé d’aller vir tous chés tites, pour éne point don.ner deux foés l’minme.

Os avez yeu droét à toute : chés histoéres tradition.nelles éq tout l’mon.ne i con.noaît, chés contes à Robert-Mon-Onque, chés ratrouillages édsur mes gins, chés cœups d’djeule étou quanq i n-y o tchéque cose qu’i m’o mis in rage din chl’actualité. Pi ch’est coére pu souvint qu’a min tour éq cho m’arrive !

Bé in.nhui o n’érez rien d’tout cho. Émn onque Robert il est in vagances, Tchot Batisse étou. Chés minisses il avoai'té rindez-vous avuc chés canitchules qu’i leu z-ont foait feux-bond. O n’put pu compter dsur person.ne. Chés jux z-olympiques il otchupe'té chés lucarnes d’él télé. Du dor, éd l’èrgint pi du bronze, quoé nman.ner d’puss pour la France ? Chés Irakiens i continue'té d’leu foaire libérer pèr chés Améritchains. Ch’est dévnu rétchurant conme i di'té din ch’poste. Ch’est-ti qu’a vourroait dire éq cho décrape ?

Et pi d’tous sins, vous étou qu’os êtes in vagances. Jé l’voés bien, os n’êtes point sitant qu’d’habitude à vnir lire chés tchuins d’ziu. Asseuré qu’os vous rattraperez quanq os rapasserez. Conme jé n’jéte érien, éq tout il est coére visibe édpu ch’premier tchuin d’ziu, os n’érez rien pardu. Os pourrez vous nnin mette in.ne boin.ne panchie quanq os rvarez.

Min ptchot frére étou qu’il o ses âges in.nhui. Pi conme éj sais qu’i s’rapapine avuc nos histoéres éd famille, nin vlò in.ne tchote qu’al mé rvient, pi qu’a n’date point d’hier :
Un jour il étoait in route à s’foaire atuire pèr min pére. Du heut d’ses troés ans i s’a dréché dvant li pi il o déclatché « Tu voéros quanq éj srai grand pi qu’ti tu sros ptchot ! »
Allez ch’Nono, éj té foais des gros bés.


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/09/04

SOÉXANTE ÉNNÉES D’RÉFLEXION

Éj m’étoais dit éq pour éch preume éd sectimbe, éj froais min tchuin d’ziu dsu l’libération d’Ferriéres, qu’al s’a foaite él trente-et-un d’ahoute. Ch’est qu’i n-y éroait d’quoé dire. À Ferriéres, l’un din l’eute troés chints habitants, i y o yeu in.ne douzain.ne éd morts, des allemands et pi des français, in.ne boin.ne quèrantain.ne éd doryphores foait prison.niers. Chés doryphores, conme o z-appeloait chés fridolins, chés boches, chés vert-dé-gris.

Et pi vlò !… éj m’aperchus qu’in.ne histoére pèrelle, i feudroait troés o bin quate tchuins d’ziu, à tout l’moins, pour él conter bien conme i feut. Os maginez in.ne éspéce éd feuilleton qu’i s’étaleroait sur pu d’deux moés ! Pétête qu’un bieu jour jé ll’écrirai, él ramintuverie-lò. Mais point ichi.

Ch’preume éd sectimbe ch’est étou in eute an.niversaire. Cho foait soéxante énnées in.nhui qu’j’ai feumé ém premiére cigarette. Os avoème été privés d’toute durant quatre ans. Min pére, qu’i n’feumoait point, il écangeoait s’ration d’toubac conte un tchot morcieu d’savlon, in.ne flépe éd beurre, o bin coére un tchot bout d’tchuir pour arsémeler nos cœuchures.

Bié seur, chés restrictions, chés titchets d’ration.nemint il ont coére duré in.ne cope d’énnées. Mais ch’n’étoait tout d’minme point l’minme qu’édvant. Tours est-ti qu’él preume éd sectimbe dix-neu chint quèrante quate, quanq chés anglais il ont arrivé din no poéyis, il ont distribué du chucolat, du sém-sém-gonme et pi des cigarettes.

D’éch patchet d’cigarettes éq j’avoais récoué – éj croés bien qu’étoait des Chesterfield – j’ai yeu l’droét d’nin feumer in.ne tous les diminches. A foait qu’éch patchet il o duré point loin d’chonq moés, pi qu’à ch’momint-lò, j’avoais yeu l’temps d’foaire mes provisions.

Ch’étoait l’début d’in.ne longue histoére, in.ne histoére qu’al n’est point coére finite in.nhui. Tous les jours au matin quanq jé m’léve et pi qu’jé cminche à tousser, à m’étotcher pi à hanser conme un viu bidet poussiu, jé m’dis qu’a n’est pu possibe, qu’i feut qu’j’arrête. Cho n’est point durte, éj n’arrête point d’arrêter !…

Achteure, dsu chés patchets d’toubac, il est mèrtché feumer tue. Ch’est pétête vrai, mais tout d’minme, siq os voulez vous défoaire à cœups d’cigarettes, os érez l’temps d’canger d’avis édvant d’nin vnir à bout.


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/09/04

MINGEZ DU CHOU !

I n-y o tchinze jours éj vous pèrloais d’él libération d’Ferriéres, bé ch’est foait, j’ai prins min courage à deux mains pi min crayon d’l’eute et pi j’m’ai mis à raconter cmint qu’a s’a passé éch trente et un du moés d’ahoute. Os pourrez l’lire mais pour cho feudro poéyer, piq a pèraîtro din ch’liméro d’éch Lanchron qu’i s’in vo t-ête dessatché d’ichi tchéque temps. Un liméro éspécial justémint édsu l’libération, ou putôt dsu chés libérations, vu qu’a n’o point té l’minme jour tout pèrtout, forchémint.

I n’feudroait point croère éq toute il est rdévnu conme édvant la djerre du jour au lin.nemain. Chés cartes éd ration.nemint, os n’alloème point nn ête débarrachés conme cho, il ont coére duré in.ne cope d’énnées… Bié seur, o n’étoait pu dépourvu conme du temps d’chés boches et pi, in leu z-inseuvant, il avoai'te inmné avuc eux leus croéx ganmées pi tout leus ersatz. Tout duchemint, ch’pain il o té d’pu z-in pu blanc. Chés boulindjers i n’y mettoai'te pu d’frain.ne éd maïs. Pi chés rations il avoai'té raugminté. Aprés ch’qu’os avoème vétchu, ch’étoait l’paradis.

In quèrante-chonq, ch’lundi d’él Pintecote, ch’étoait chés conmunions, chés premiéres d’aprés la djerre. Pi os étoème invités à mon Tchot Louis vu qu’sin fiu i foaisoait s’conmunion ll’énnée-lò justémint. Tchot Louis il étoait blantchisseu à Boves. Os ons don té acouter l’messe din ll’église éd Boves. Ch’étoait l’abbé Garbe qu’il étoait tchuré et pi j’vous n’ai djò pèrlé din un tchuin d’ziu durant chés bieux jours 2000. Chés guernouilles éd bénitier i ll’ainmoai'té point d’trop. Minme qu’à forche d’invoéyer des lettes éd dénonchiations et pi d’délamintations à chl’évêque, il ont réussi à l’foaire déplacher.

Aprés l’messe os nous ons rtrouvé mon Tchot Louis. Il avoai'té mis chés tchots plots din chés grands. Jé n’sais pu trop pèr quoé qu’os avons inroéyé, jé n’sais pu nan pu quoé qu’cho nn-étoait qu’éch dessert. Ch’qué jé m’ramintuve, ch’est d’éch plot d’résistance – résistance ch’étoait un mot à la mode din ch’temps-lò. Ch’étoait des seucisses aux choux. I n-y in avoait à l’gron.née, des cœudrons du diabe.

Os nn ons tertous prins in.ne boin.ne panchie. Tchot Louis il avoait vu lèrgue. Mais quanq és fenme al o rposé dsu l’tabe ch’plot qu’al avoait mis à récœuffer, à tous chetlò qu’il alloai'te sé rservir Tchot Louis i disoait :
« Mingez du chou, mingez du chou, i veut miux qu’i resse des seucisses éq du chou ! »


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/10/04

CŒUDIÉRE IN CRONQUE !

J’ai d’él misére avu m’cœudiére édpu tchéque temps et pi j’ai bien cru qu’i n’y éroait point d’tchuin d’ziu in.nhui à cœuse éd cho ! Coére bien qu’i n’foait point d’pèr trop froéd. Pi coére bien étou qu’éj m’ai ramintuvé in.ne histoére d’ieu cœude… Chetlò qu’il étoai'te adités à chés séries d’chés Diseux i leu nin souvien'té pétête ?

Ch’étoait in dix-neu chint quatré-vingt-sept. Éch tchinze d’octobe ! Pèr huit heures d’érmontée, chés Diseux i sont din in.ne tchote salle au côté d’éch cinéma Régint. Pi i sont din leu tchots seuïers ! Éch décor il est in plache. D’ichi in.ne heure i s’in vont présinter leus nouvelles Diries. In preume, cho sro Ordin in.ne histoére éd scieinche-fiction pi pour finir La foére, un conte à Tchot Batisse.

À neuf heures pétantes os inroéyons. I n’est qu’temps vu qu’os ons nman.né à chés gins dé vnir pour huit heures et nemie… Du début toute i s’a passé bien conme i feut. Os avoème décidié d’foaire in.ne copure édvant d’finir Ordin, rapport éq La Foére ch’étoait granmint pu court. Adon vers les dix heures quanq os ons annonché in.ne tchote pause, vlò Leurint éch fiu d’éch Déglic qu’i s’dessaque tout courant d’éch fin fond d’él salle pi qu’i dit à sin pére :
« I feut qu’tu vienches rondébilis, no cœudiére al est in cronque. Jé n’viens point à bout dé ll’arrêter. Siq o n’foait rien al s’in vo esploser ! »
I n-y avoait djò un boin momint qu’il étoait lò à guériner, mais i n’avoait point voulu déturber tout l’mon.ne. Éch Déglic i n’foait ni in.ne ni deux, él vlò pèrti avuc sin fiu à leu moaison.

Os ons tertous dvisé avuc észés spectateux in.ne énemie-heure durant. Os ons coére foait traîn.ner dix boin.nes minutes. Wate ! tours point d’Déglic ! I nous restoait pu qu’à récmincher sans li. J’ai don asplitché à chés gins qu’él cœudiére à Ch’Déglic al avoait à rfoaire, éq du cœup os alloème nous lancher din l’deuxienme pèrtie sans puss él l-attinde et pi qu’éj liroais sin texe à s’plache, dusqu’à temps qu’il érvienche.

Chonq minutes pèr aprés él vlò qu’i rapasse pi qu’i vient s’rassir au côté d’mi. I m’foait singne qu’a vo, qu’os pouvons continuer. Éj li monte adoù qu’o nin sonmes pi l’vlò qu’i s’lanche din s’réplique :
« I feut dire qu’él sorte éd gromignon-lò i n’avoait point coére comprins qu’por avoér in.ne chance éd toper chés tchotes bêtes, i falloait s’éne appreucher à contré-vint A malaise li qu’i sintoait à mort, vu qu’o n’avoait point coére invintion.né l’ieu cœude… »
Lò i s’a arté, il o rélvé sin nez, il o rbéyé chés gins pi i leu z-o déclatché :
« Ouai bin ! Pèrlons-nné d’ieu cœude !… »

Os ons dû attinde in rude momint qu’chés gins il euche'té fini d’rire édvant d’pouvoér érprinde no dirie.


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/10/04

CHÉS PINMES DU TEMPS D’MIN PÉRE

Él campaingne éd chide al est cminchée. L’ésmain.ne passée os ont té ramasser à chés Vignettes et pi in.nhui ch’étoait l’pâture Matante. À chaque cœup qu’j’y vos jé n’pux point m’impêtcher d’érpinser à min pére.

Quasimint dusqu’à s’mort ch’est li qu’il o abattu chés pinmes. Conme ch’étoait un asteux, il avoait rédé in.ne tringue in fer avuc un creuchet à ch’bout pour locher chés branques. Démontabe qu’al étoait, in troés morcieux, un molé conme in.ne can.ne à pêque. Conme cho i pouvoait l’mette din ch’coffe d’és voéture. Al est tours lò pi j’mé nin sus coére servi in.nhui.

Ch’est qu’a nn o vu, l’fanmeuse tringue. In preume ch’o pétête bien té l’pâture Matante. Pi un bieu jour éch Conmandant – ch’étoait un officier d’réserve – éch l’honme éd Matante – éq ch’étoait point no tante du toute – il o yeu l’invintion d’és mette à l’intrée d’és pâture avuc in.ne bastchule pour compter combien qu’os avoème ramassé ! Min pére quanq il o vu cho il est dévnu tout pâle. Dsu l’cœup, i n’o rien dit mais quanq os ons yeu rapassé à no moaison, ch’étoait net conme tortchette :
« Person.ne i n’m’o janmoais foait un affront pèrel ! I m’o yeu in.ne foés mais i n’m’éro point deux ! »

Os ons don té ramassé mon d’no cousin.ne Giséle – in.ne vraie cousin.ne, chetlò, issue d’germain du côté d’él mére éd min pére. Ch’étoait à Rvelles, os alloème don l’veille tcheur un atchit à l’érchette buralisse éd Molliens-Vidame. Chés peumiers il étoai'té viu conme Mathieu Salé. I n’don.noai'té pu grand cose, tchéques cafignons tous lz ans. Ch’o duré conme cho in.ne cope d’énnées, dusqu’à ch’qué chés pâtures i fuche'té vindues conme terrains à bâtir.

Du cœup, os ons té ramasser à Sorel-in-Vimeu. Lò, chl’atchit, ch’étoait à Airain.nes qu’os alloème pour él ll’avoér. Ch’étoait l’propiétaire, Mame Mention, qu’al décidoait d’él date qu’os pouvoème y aller. Pi ch’étoait tours fin tèrd, pu souvint passé l’Toussaint qu’à ch’début d’octobe. Os n-ons-ti yeu du méchant temps, d’él pleuve, des grêles, des neiges fondues ! Quellé pitchettes, os n’sintoème pu nos doégts, pi nos pieds ch’étoait conme des glaches.

In.ne foés os ons minme té tcheur des pinmes à Prouville. Os né l’ons foait qu’un cœup. Ch’étoait rapport à cht’honme qu’i tnoait ll’érchette buralisse éd Bernaville. Pour nous foaire un atchit, i li falloait in.ne attestation d’éch maire éd Prouville, in.ne facture atchittée d’éch propiétaire éd chés peumiers, pi pétête bien in.ne attestation d’résidinche pour mi qu’j’acatoais chés pinmes, jé n’sais pu d’trop. Éj n’ai janmoais yeu ch’fin mot dé ll’histoére-lò. Ch’étoait-ti qu’il étoait contint d’foaire un atchit pour des pinmes, qu’i n’avoait pu foait édpu des siéques. Tout du contraire, ch’étoait-ti pour nous dégoûter ? qu’i n’avoait pu l’goût d’rimplir tous chés paperasses-lò ?

Pasqué tout d’minme i feut qu’os l’sachèche ! Tout ch’qu’o put foaire éd’l’alcool avuc, siq os cangez d’canton, i feut un atchit pour él transporter. Un atchit pour des pinmes ou bin coére des poéres, un atchit pour du blé ou pour dé l’pamelle, un atchit pour des pinmes éd terre. I n’y o longtemps qu’chés agritchulteurs, quanq i port'té leus récoltes à chés copératives, il ont des atchits gratiss, qu’i rimpliche'te eux-minmes trantchillemint à leu moaison, sans leu déplacher. Mais pour chés pinmes, point tchestion. Cho n’est point pour éch qu’a coûte. Pour in.ne ton.ne cho dvoait foaire din les vingt francs à l’époque. Mais soin ! siq os vous foaisez prinde, chés gabelous i confisque'té l’mèrchandise et pi i peu'té minme blotcher vo voéture.

Pourtant ch’cœup-lò, os ons ramné nos pinmes sans atchit, mais os né l’ons foait qu’un cœup. Falloait point tinter ch’diabe.

Pi un bieu jour, éch Conmandant il o fini pèr défuncter. Min pére, li, cho foaisoait déjò in.ne cope d’énnées qu’il étoait à ch’camp d’soéle. Échl’interdit i n’avoait pu d’raison d’ête. Os ons rtorné à l’pâture Matante, pi os y allons coére in.nhui.

Bé pi justémint, éll énnée-chi, i n’y o point granmint d’pinmes. Os ons yeu fini d’boin.ne heure. Mais cho n’foait dé rien. Conme dit no voésin.ne, éq ch’est in.ne pèrisien.ne qu’al s’y con.noaît in chide, cho nous fro moins d’pinmes à éplutcher !


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/11/04

À DEUX GENOUX, MES FRÉRES, PI PRIONS !

Édmain au soér os srons fixés, infin, pétête !… Pasqué siq i y o coére des comptes à rfoaire conme à ch’darin cœup, asseuré qu’cho prindro un molé puss éd temps.

Os sérons siq éch présidint, qu’il o imbèrtché sin poéyis din in.ne djerre d’éch Bien conte éch Mal, i s’in vo pouvoér continuer à mintir à chés Améritchains pi à s’inrichir, li pi s’famille, avu ch’pétrole éd chés Irakiens.

Os savez, ch’présidint qu’i dit : « Chetlò qu’i n’sont point avuc nous i sont conte nous. » Chti qu’il o rincontré Diu, qu’i soutient qu’pour li ch’pu grand gin éd tous les temps ch’est Jésus. Chti qu’il apporte él preufe éq l’èrgint pi l’érligion i peu'té foaire boin ménage. Chti qu’o dit d’li qu’il est pu riche éq Diu li-minme…

Din chés énnées soéxante-dix, tchéqu’un il o dit :
« Éch vingt-et-unienme siéque i sro érligieux ou bin i n’sro point ! »
Minme siq ch’étoait point Malraux – i sé nn est tours défindu – ch’étoait sûremint un vision.naire. Bush i pèrle éd croésade. Pour Ben Laden, ch’est la djerre sainte. O s’croéroait révnu in plein Moéyin-Âge. Siq ch’est pour t-ête rinvoéyé huit siéques in arriére pi s’értrouvoér avuc chés fondamintalisses et pi chés intégrisses éd toute sorte, i veudroait miux qu’éch vingt-et-unienme siéque i n’fuche point pi qu’os passonche rondébilis à ch’vingt-deuxienme siéque !

In attendir, ch’est ch’pére à Bush qu’il o écoré Ben Laden pour foaire indéver chés Russes in Afghanistan, pi qu’il o armé Saddam din s’djerre conte l’Iran in li don.nant des missiles pi des bactéries d’anthrax. Ch’est Bush li minme qu’il o mis ch’Moéyin Orient à fu pi à sang. Alorss i m’sen.ne à vir éq cho sroait bien qu’i fuche rééli. Cho sroait d’pèr trop facile éd laissier un eute éq li détouiller à s’plache tout ch’brin qu’il o foutu là-bos. Durant ch’temps-lò, i pourro coére tracher chés armes éd destruction massive ; bié seur, pi i pourro étou nin profiter pour arrondir sin magout, mais i n’est point dit éq chés Améritchains i leu laisseront coére émner in batieu durant quatre énnées d’puss.

Siq i n’est point rééli, chés démocrates i s’in vont mette leu nez din tous chés trimacs, chés trutchages, chés mintiries, os allons nn apprinde des belles !…

Prions pour G.W.Bush, i nn o dzoin !

Pèr éch troés d’novimbe : Ch’est foait, Bush i warde él présidinche. Éq Diu warde l’Amérique !


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/11/04

CHÉS RTCHEUILLINS

Des foés jé n’sais pu doù qu’éj nin sus. À mesure, éj dis taïon in pèrlant d’min grand-pére, dz eutes cœups ch’est à perpos d’émn arriére-grand-pére conme o dit. Ch’est rapport éq chés Picards i n’sont point tous d’accord. Cho dépind doù qu’o z-habite. Din ch’Vimeu, ch’est d’un sin, din chl’Anmiénoés ch’est d’l’eute. Pi coére, à n’est point si clair éq cho !

Tours est-ti qu’à Ferriéres os disons grand-pére, pi os disons taïon putôt qu’arriére-grand-pére, min rataïon ch’est don émn arriére-arriére-grand-pére. Alorss, à pèrtir d’in.nhui, pour qu’os n’vous berlurèche point, éj m’in vos tâcher d’m’y tnir.

Adon, pèr un bieu jour éd sectimbe, min grand-pére i m’o dit conme cho : « Tu viens, fiu, os allons ramasser tchéques pinmes, éj m’in vos foaire du chide d’értcheuillins ». Jé m’sus dit qu’des rtcheuillins cho dvoait t-ête in.ne sorte éd pinme à pèrt, granmint précoce. I feut dire qu’à l’époque j’avoais din les onze ans, jé n’con.naissoais point grand cose à chés pinmes à chide – ni à eute cose nan pu.

Os ons don té, mi pi min grand-pére, ranser din chés pâtures, pi os ons ramassé tout chés cafignons qu’os ons pu trouvoér. Des pinmes véreuses, értrites, pi sures conme a n’est point permis. Quanq o plantoait ses dints ndin, ch’étoait à grimper à pèroés. Ch’est conme cho qu’j’ai comprins qu’chés rtcheuillins ch’étoait chés pinmes tcheutes édvant d’t-ête meures.

Os ons rnu à s’moaison avuc, l’un din l’eute, dix tchilos d’értcheuillins chatchun. In cmin, min grand-pére i m’o asplitché qu’avuc cho, il alloait foaire in.ne vingtain.ne éd lites éd chide, pi qu’grâce à cho, i pourroait attinde él vraie campaingne éd chide, fin novimbe.

Jé m’disoais din ch’fond d’ém tête « cmint qu’i vo mette tout ch’matériel in action, grugeoér, pressoér pi tout l’diabe sin train pour foaire jusse vingt lites éd chide ? et pi doù qu’i s’in vo l’loger sin chide, i n’o point d’ton.nieu si tchot qu’cho ? » Min grand-pére ch’étoait point un méchant honme, mais soin ! falloait savoér él prinde. I n’ainmoait point t-ête téné pèr ses ptchots éfants : « pourquoé chi ? pourquoé cho ? » I savoait asplitcher bien conme i feut, mais ch’étoait li qu’i décidoait d’éch momint.

Pour chés rtcheuillins, siq j’m’éroais point rétnu, j’y éroais dmandé pi j’m’éroais foait invoéyer à l’oust. In.ne énemie heure pèr aprés, l’réponse jé l’avoais trouvée mi-minme. Éj croés bien qu’il lé foaisoait sprés, min grand-pére, ch’étoait s’min.niére à li éd nous édruer. I nous forchoait à rbéyer, à raviser à miler pi à nous servir éd no chervelle. Siq pèr in.nhui, j’ai in.ne flépe éd gingin, éj croés bien qu’ch’est un molé à min grand-pére éq jé l’doés.

Quanq éj li ai yeu foait un , à l’heure éd rapasser à no moaison, i m’o dit « édmain os frons du chide à l’alambic. » J’ai busé tout l’soérée, quoé qu’ch’est-ti qu’il alloait m’foaire vir ? Cmint qu’o put foaire du chide avuc in.ne alambic ? Ém grand-mére al foaisoait sin café ndin tous les matins, et pi sn alambic i restoait tout l’long du jour édsu ch’tchuin d’fu. A n’étoait mie possibe éd foaire du chide avuc in.ne alambic !

Os êtes conme mi, os vous posez des tchestions ? Bé os attindrez ch’prochain cœup pour avoér chés réponses ! Éd tchéche qu’éj tiens ?


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

01/12/04

N’ATTINDEZ POINT QU’I N’Y IN EUCHE PU

Jé n’vous ai point coére érien dit d’él darin.ne nouvieuté qu’al vient d’t-ête dessatchée à mon chés librairies. Nouvieuté, ch’est pétête un bien grand mot, vu qu’ch’est ch’vingt-et-un d’octobe qu’él fanmeuse binde à dessins al o té présintée.

Os avez dviné qu’éj vux pèrler dé chl’album « Astérix i rinte à l’école ». Ch’est point l’premiére foés, i y o tchéques énnées, n-y avoait djò yeu « Chés pinderlots d’él Castafiore », mais ch’étoait resté in.ne affoaire confidintielle. O nn’avoait point granmint intindu pèrler. I n’y avoait mie qu’chés matchés d’picard qu’i savoai'te éq cho existoait.

Tout du contraire, éch cœup-chi, ch’o té conme un cœup d’hernu. In.ne réunion d’presse avuc, à ch’qu’o m’o dit, des picardisants à l’gron.née. Huit jours pèr aprés, quanq j’ai voulu nn acater un, chés libraires il avoai'te vindu tous leus eximplaires. Conme ch’étoait dévnu introuvabe, des tchots malins i nin mettoai'te à vinde dsu chl’intèrnéte à des prix point possibes.

Jé m’sus dit cho n’foait dé rien, j’m’in vos attinde un molé. J’ai sûremint attindu d’trop longtemps, quanq j’ai rtorné mon ch’libraire, lò ch’étoait puss pire, él premiére édition al étoait rétamée. Échl’éditeur i nn o don ahansé in.ne eute rondébilis. Tours est-ti qu’à l’heure-chi éj n’ai point coére li « Astérix i rinte à l’école ».

Ch’qu’i m’foait du bien à min tchœur, ch’est d’vir qu’éch picard i n’est point lò d’t-ête aboli. Alorss éq cho foait deux siéques qu’o n’arrête point d’dire qu’il est estrêmisé, il est coére fin vertillant pi sûremint point prés d’défuncter. A preufe !

Éj con.noais chés gins qu’il ont écrit in picard din chés bulles, pi j’pux vous dire éq ch’est des wépes à tchul gan.ne. Os pouvez don acater vo binde à dessins les ziux freumés. Os allez vous rapapiner d’premiére !

Coére émiux, os n’avez qu’à aller à mon Cognet, un libraire éd Saint Quintin éch samedi quate éd déchimbe à troés heures d’érmontée. I n-y o là-bos in.ne séance éd signure avuc chés auteurs. Conme cho os rvarez avu vo binde à dessins déducassée.

Éd tous sins, siq a n’vous plait point – mais cho m’éton.neroait granmint –, os pourrez vous nnin débarracher facilemint. Éj sais-ti, os pourroète, à mesure, mé nin foaire cadeau pour min tchot Noé.


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

16/12/04

ÉCHL’AMASSOÉR NOUVIEU L-EST ARRIVÉ !

N-y avoait tchéques moés qu’o nin pèrloait, échl’ouvrage il étoait inroéyé, bié seur mais jé n’pinsoais point qu’il abouteroait sitant vite. Pour chetlò qu’i n’séroai'te point ch’qué ch’est, chl’amassoér ch’est ch’diction.naire à Tchotchote !

Un diction.naire picard-français pi français-picard qu’al o agincé din les énnées quatré-vingt-dix, qu’il o té dessatché in dix-neu chint quatré-vingt-quatore, pi qu’il étoait introuvabe édpu quasimint s’pèrution. Feut dire qu’i n’avoait té tiré qu’à troés chints eximplaires, alorss os pinsez bien qu’i n’ont point posé à tabe !

Amassoér ch’est un mot qu’Tchotchote al o invintion.né. Ch’est qu’al o du gingin, Tchotchote, pour elle, in.ne préface cho dvient in.ne édvant-brongne, i feut l’foaire !… Mais ch’qu’i y o d’bien din sn amassoér ch’est qu’à chatchun d’chés mots qu’al met ndin, i feut qu’al nous conte in.ne tchote histoére, in.ne histoére bié seur éd sin wartier Sant-Leu. Pasqué chl’amassoér, ch’est ch’picard éd Sant-Leu, point moéyin éd sé nin décheper, ch’est ch’pèrlage éd ses gins qu’al o mis din sin live.

Él premiére vèriure, al étoait in deux morcieux, deux lives qu’o z-éroait dit foait avuc in.ne méchante machine à écrire, mais ch’est Tchotchote qu’al avoait voulu qu’i fuche'té conme cho. Al avoait foait un live édsu un wartier d’pauves, alorss i falloait qu’a fuche un pauve live pi un live éd pauve.

Pi ch’Phlippe il o déteupé chl’Amassoér et pi i nn o tcheu anmoureux fou. Éch’Phlippe ch’est ch’libraire-éditeur – éch Labyrinthe, os n’con.naissez point ? – Ch’est li qu’i n’o point yeu d’cesse éq Tchotchote al s’érméche à l’ouvrage et pi qu’al li don.ne éd l’aïude pour agincer él deuxienme vèriure.

Et pi, qu’os m’direz, quoé qu’i y o d’neu énedin échl’amassoér nouvieu ? Bé in preume il o té ramonchelé in un seul morcieu. Éch couvert, i est in couleurs, ch’est l’rue des Tanneurs qu’al est rprésintée in peinture à l’heule. Din chl’intérieur, chés écrivures i sont un molé pu tchotes, mais à l’fin des fins ch’est bien pu agréabe à lire. Pi pour éch contnu, minme siq toute i n’o point té cangé, i n-y o du nouvieu un molé tout pèrtout. Din chés mots pi din chés photos. Pi justémint, pour éch qu’i nn est d’chés illustrations, i m’sen.ne à vir qu’in.ne tabe a n’éroait point té in trop. Éch’Phlippe, quoé qu’tu nin dis ? pour éch prochain cœup bié seur !

Bé vlò, in tous les cas ch’résultat il est lò dsu m’tabe, os pouvez m’foaire fiate, qu’os ayèche él premiére vèriure ou bin qu’os l’ayèche point, i feut acater rondébilis él deuxienme. Maginez un molé éq chés quèrante chonq mille matchés d’picard qu’il ont acaté "Astérix i rinte à l’école" i leu méche'te à vouloér acater chl’amassoér ? Ch’est pour él cœup qu’éch Phlippe i sroait din ch’brin !…

Pour chetlò qu’il attinde'té l’érchette d’éch chide à l’alambic, bé feuro qu’il euche'te un molé d’patieinche, in.nhui, éch chide, i n’est pu l’heure d’él fabritcher, il est quasimint boin à mette in boutelles. Os nin rpèrlerons ll’énnée tchi vient.


[01/01/04] [16/01/04] [01/02/04] [16/02/04] [01/03/04] [16/03/04] [01/04/04] [16/04/04] [01/05/04] [16/05/04] [01/06/04] [16/06/04]
[01/07/04] [16/07/04] [01/08/04] [16/08/04] [01/09/04] [16/09/04] [01/10/04] [16/10/04] [01/11/04] [16/11/04] [01/12/04] [16/12/04]

Adé

archives 1er semestre 2005 archives 2003