tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives de 2009

[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/01/09

ÉQ DIU I WARDE NO BOIN MOAÎTE !

In attendir, boin.ne énnée à tout l’mon.ne !…

Boin.ne énnée à nos bantchiers, ch’est eux chés puss boins. Récompèrez : pour chés Anglais 31,33%, à Francfort 40,4% mais in France 42,68% ch’est bien nous eutes qu’os sonmes in tête pour éch qu’i nn’est d’él déringolade éd chés borses ! Éd tous sins, chés gins-lò i n’trache'té point à nous mintir : quanq o z-annonche soéxante-quate-mille chômeux éd puss la borse al érpasse au dsu d’zéro. A s’comprind d’li-minme : au puss qu’i n-y o d’chômeux au puss éq chetlò qu’i travaille'te i leu tien'té trantchille, des foés d’perde leu ouvrage !

Boin.ne énnée à chés juges, surtoute à chetlò d’éch ministére public qu’il ont rmis Julien Coupat in prison. Ch’est vrai qu’ch’est un dingéreux terrorisse. D’un temps, pour d’autchuns, Guy Môtchet étou ch’étoait un terrorisse. Chetlò qu’il ont foait cho, ch’est des juges éd la magistrature édbout à ch’qu’o dit. Bin disez-mé, il ont bien du mérite, pasqué, pour foaire terluire chés seuïers à no boin moaîte à tertous, a n’doét vraimint point t-ête aisié d’ête édbout, o z-est miux à genoux !

Boin.ne énnée à ch’Gouvernémint Hébreu. Édpu in.ne cope éd moés ch’est quate Israéliens qu’il ont té escoffiés pèr des rotchettes évnues d’Gaza. Ch’est vrai qu’ch’est intolérabe, i feut arter chu génocide ! Pi siq o n’êtes point d’avis, bin ch’est qu’os êtes antisémites, soin à vous eutes !…

Boin.ne énnée à Monsieu Cardos. Conme tous chés minisses éd l’Édutchation, i s’a imbèrtché din in.ne réforme, in.ne éd puss et pi, à cœuse éd cho, i s’in vo pétête seutir din chu prochain rmanimint ministériel. I sé nin doute un molé pi qu’il o dit li-minme : « Ch’est rtchuler pour miux seutir ! » Bé conme cho i pourro ratorner apprinde à foaire in.ne régue éd troés. Canger chés couches à chés éfants, tout conme chés maristresses éd maternelle, cho i nn’est mie capabe !

Boin.ne énnée à tous chés travailleux du trente-et-un déchimbe. Pour éch qu’i nn’est d’chés cadoreux, pour eux eutes, éch travail éd chés jours fériés i n’est point d’trop ténant. Béyez putôt : Él nuit passée il étoai'té pu d’trente-chonq mille din chés rues. Du cœup, onze-chint-quèrante-sept voétures éd brûlées… Siq i feut qu’i leu met'te à pu d’trente pour mette él fu à in.ne voéture, tchestion rindemint i n’y o point d’quoé foaire él fiertchul.

Boin.ne énnée à Mame Gattelot. Un mort din in.ne ambulance feute d’avoér un lit pour li… Éj li souhaite, à Roseline, qu’éch lampisse responsabe i fuche biétôt démastché et pi mis in prison. Conme cho, al pourro dormir édsu ses deux érelles. Éd tous sins, quoé qu’o foaiche, écht honme-lò il étoait rousti d’avanche, i n’éroait point survétchu… à ch’qu’o dit ! D’éch jour-lò, l’euthanasie al o foait un grand pos in avant. O put espérer éq biétôt chés conduiseux d’ambulance i pourront abolir chés gins quanq i n’trouve'té point d’plache pour eux din chés hôpitals pèrisiens !

Pi pour finir, boin.ne énnée à no boin moaîte à tertous. Vu ch’qu’il o djò foait l’énnée passée, pi vu tout ch’qu’i s’in vo foaire pour nous eutes, paures niacoés, jé n’sais point cmint ll’érmercier ? Quoé qu’ch’est qu’os sroème évnus sans li ? Qu’éch Boin Diu i foaiche bien intintion à li, os érons coére granmint dzoin d’li ll’énnée-chi !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/01/09

TU SROS PRINS !

Él l-histoére-lò, al m’o té contée pèr min grand-pére Aurélien quanq j’étoais tout titchot. Os voéyez qu’a n’date point d’hier !… Cho m’foait rapinser qu’éj n’ai janmoais fini d’vous raconter s’vie, à Aurélien. A sro pour éch prochain cœup, pétête… In attendir, vlò cmint qu’éch Norat i s’a rtrouvé in prison !

Ch’Norat il étoait manchon. Hiver conme été, i sn’alloait Anmiens, à pied bié seur, sur les chonq heures du matin pi pèr n’importe qué temps, és musette à sin dos et pi s’gamelle ndin. À mesure, il avoait dz in.nuis avuc chés gabelous in arrivant à l’octroé d’éch wèrtier d’Marolles. Des gabelous qu’i vouloai'té li foaire poéyer des droéts pour sin morcieu tran.nèrd pour li minger à midi… Mais vlò qu’éj ratrouille coére un cœup, chés gabelous éj vous nn ai djò pèrlé, ch’étoait in 2005.

Ch’Norat, ch’étoait point un tchœur fali, él soér, din s’musette i ramnoait in.ne brique ou bin in.ne cope éd pan.nes qu’il avoait dérouflées dsu ch’chantier. Ch’étoait pour radiabler s’moaison, in.ne méchante cassine adoù qu’sin blanc bon.net al alvoait leus chonq éfants.

Au fond d’leu gardin il avoait hansé tchéques cambernes à lapins et pi l’été, à la brune, ch’étoait point rère d’él vir avu s’bérouette qu’i pèrtoait à lancherons. O disoait minme qu’il alloait à l’herbe din l’piéche mon onque pu souvint qu’à sin tour.

Éch soér-lò, justémint, él reue d’és bérouette al wignoait à mort et pi ch’est à l’adon qu’ésn affoaire foaite, au momint d’és mette in route pour rintrer à s’moaison, chés cadoreux il leus ont démuchés éd driére in.ne haiyure et pi qu’il ont inmné. Il éroait pourtant dû s’déméfier, ch’Norat, pasqué in s’in allant él reue al li disoait « tu sros prins, tu sros prins, tu sros prins…  »

In rnant intér deux chés cadoreux, ch’étoait in.ne eute canchon, él reue al disoait achteure « j’té ll’avoais-ti point dit, j’té ll’avoais-ti point dit  ! » Lò ch’Norat i y o foait intintion, mais il étoait d’trop tèrd !

Des foés jé m’dis qu’a sroait bien éd don.ner des bérouettes à tous nos politiciens – Aurélien il éroait dit chés polititchiens –, mais, sroai'té-ti pu asteux qu’éch Norat ?


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/02/09

J’ACOUTE…

J’acoute et pi j’tiens point compte :
Ch’est vrai qu’i feut aller d’l’avant, qu’i feut continuer d’berziller toute, chés hôpitals, chés écoles, la Poste et pi chés juges sans puss s’otchuper d’chés gins qu’i vourroai'té conserver chés services publics. Rien ni person.ne éne pourro m’impêtcher d’érfiler toute à mes boins anmis d’la heute !

J’acoute et pi j’tiens compte :
Os sonmes à Saint-Lô, j’acoute et pi j’intinds des cœups d’sifflets… ch’est mi qu’i siffe'té lò ? a n’est point supportabe ! Deux signures et pi ch’cœup l’est jué : préfet pi chef éd la police i sont invoéyés à l’oust. Éd tous sins, il étoai'té prévnus, durant l’moédeut, ch’est chu chef éd chés cadoreux Corses qu’il o té rmercié aprés qu’des méchants terrorisses il euche'te invahi l’villa à min boin anmi Cacouille…

J’acoute point, ch’est coére él miux :
Él vingt-neu d’janvier, ch’est pu d’un miyon d’gins qu’i deschinde'té din chés rues. Cho ch’est chés cadoreux qu’i llé di'te. Il ont soin éd nin compter qu’un sur troés. I n’ont point invie éd perde leu plache… Chés jornals, il appèrtien'té tertous à mes boins anmis, toute il est réglé conme du papier à musique, i n-y o un boin bout d’temps qu’i mèrche'te bien au pas. Ch’est pèrel pour chés télés. Éch message i passe conme in.ne lette à la poste : Mes gins, ch’est la crise qu’al vous foait tran.ner ? Mèrchez, j’sus lò ! Éj m’in vos rondébilis nin rmette in.ne louche : éd l’èrgint pour chés banques – vo èrgint –, pour qu’i peuche'té continuer d’gaingner des sous et pi d’don.ner des boins dividendes à leus action.naires. Éd l’èrgint étou pour chés industriels, pour qu’i peuche'té continuer à délocaliser in Chine ou bin din chés poéyis d’l’Est ; l’principal, conme pour chés banques, ch’est qu’il intasse'té des pécaillons pour leus action.naires.

Toute il est possibe
Jé l’sais bien éq toute il est possibe, él toute ch’est d’savoér adoù s’arter. I n’feut point dépasser chés bornes… pasqué, sans cho i n’y o pu d’limites. Cho m’ramintuve tchéque cose, j’ai intindu braire din in.ne étabe, mais jé n’sais pu din l’tchelle ! Ch’est point din l’princesse éd Cléves in tous les cas, éj m’in souvaroais. In pèrlant d’princesse, j’ém rapinse d’un cœup l’tête d’él princesse éd Lamballe qu’o z-o promné au bout d’in.ne pique in dsous chés cassis à Mèrie-Antoénette. I feut qu’jé m’déméfiche, siq o szés pousse à bout, chés nom-dé-zeu-lò i sont capabes éd toute, i pourroai'té bien mé nnin foaire autant in.nhui ? Éj sins d’un seul cœup, min co qu’i m’décatouille !…

Mèrchez, émn ouvrage i n’est point des pu facile ; éj vourroais bien vous vir à m’plache !

signé SAR Nicolas
PCC : Éch baroumoaite.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/02/09

TANT PISS POUR TI !


Delivered-To: online.fr-ches.diseux~free.fr
Date: Mon, 12 Feb 2009 16:40:09 +0100
To: ches.diseux~free.fr
From: magritte.daras~laposte.net
Subject: Touche pas à ma Picardie
X-me-spamlevel: not-spam
X-me-spamrating: 40.000000
X-me-spamcause: OK,

salut Tchot Phane,
T’os-ti signé l’pétition ?
Pour él foaire ch’est lò :
http://www.touchepasamapicardie.fr

Granmint d’bés
Magritte


Bonsoér Magritte,

Bin vlò ! Saprée Magritte ! Cho nn est bien d’ti ! et pi du cœup ch’est ti qu’tu t’in vos prinde pour tous sz eutes, tant piss pour ti !…

Cho foait djò in.ne cope d’ésmain.nes qu’éch l’intèrnéte picard il est in route à bolir avuc éll affoaire-lò. I pèraîtroait qu’él région Picardie al sroait mnachée, qu’éch gouvernémint i vourroait ll’abolir. Él Sonme al s’értrouvaroait achuchon.née avu ch’Nord - Pas-de-Calais, l’Oése avu chés têtes dé tchiens d’Pèrisiens et pi l’Aisn.ne avuc échti qu’i nin vourro bien !…

Édpu ch’temps-lò ch’est des brairies à nin pu finir, des délaminteries et pi des cris d’voleux din tout l’toéle d’èrignie picarde. À tel point qu’o n’intind pu qu’cho ! T’os bien dû t’éne aperchuvoér ? Mi, ch’est bien simpe, éj nin sus réïu !

Bié seur, qu’i y euche in.ne pétition qu’al té ahansée, ch’est dévnu in.ne habitude. I n’sé passe point d’ésmain.ne sans qu’o m’invoéche in.ne pétition à signer. I n-y in o d’autchuns qu’il ont té vir ét fanmeuse pétition touche pas à ma Picardie pi qu’il ont rbéyé chetlò qu’i ll’avoai'té signée et pi lò ch’est l’pastorelle, il ont té atuire chés gins qu’i n’avoai'té point signé !

Ch’est conme tout pèrtout, éch Picard il o ses intégrisses. Et pi des intégrisses qu’i leu berlure'te, qu’i leu trompe'té d’combot. Pasqué tout d’minme i feuroait vir à point touiller toute. No langue picarde ch’est in.ne et pi l’région Picardie cho foait deux !

Pour éch qu’i nn’est d’él région pi d’no pèrlage, o n’put point dire éq chés élis i leus in fuche'te granmint rtornés d’no langue. Cho n’foait point d’trop longtemps qu’i leus ont aperchu qu’al existoait, pi qu’il ont ouvert leu porté-mon.noaie… ouvert, i feuroait putôt dire introuvert !…

Pi chés habitants d’él région Picardie, don, il ont-ti té soégnés bien conme i feut pèr leus conseils dépèrtémintals et pi région.nal ; roulés din l’frain.ne qu’il ont té, ouai ! Cho rmonte à Mathiusalé, ch’étoait l’autoroute A1 qu’al passe à mitan cmin intér deux Saint Quintin pi Anmiens, pour qu’i n’y euche point d’jaloux, probabe ! Pi tchéques énnées pèr aprés, rinchette avuc éch TéGéVé. Os pouvons t-ête fiérs éd nos conseillers, os sonmes tout seus, din l’France intiére, qu’os ons yeu droét à in.ne gare des betteraves !

Os éroème té à l’traîn.ne d’éch Nord - Pas-de-Calais, asseuré qu’a n’éroait point té pu pire, os éroème pétête écapé à chés verriéres métalliques d’él gare d’Anmiens !!!

Tout cho ch’est point grand cose, jé ll’éroais bien signé tout d’minme ét pétition, Magritte, tout in m’disant, à mesure, qu’a n’serviroait point à grand cose. Mais vlò ! Pour achteure, jé n’cangerai pu, jé n’pux point incorser qu’o m’diche quoé qu’ch’est qu’éj doés foaire.

Allez, adé Magritte, et pi des gros bés tout d’minme.

Et pi vous, mes gins, bé, os foaisez conme os vourrez, él l’adréche al est din ch’message à Magritte.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/03/09

MI J’SUS P.A.F.

Éj voés qu’os trachez à dviner, éj m’in vos vous don.ner d’l’aïude, in preume in vous disant ch’qu’a n’est point !

Ch’est point :

P.A.F. Prix À Fornir,
[Travailler puss pour gaingner moins ? mi j’sus t-in rtraite !…]
P.A.F. Pèrticipation À chés Frais,
[Tous chés sous don.nés à chés banques alorss éq chés tchaisses i sont vides, adoù qu’o szés prind ? cho sroait point din m’fouillousse pi din l’vôte, des foés ?]
P.A.F. Plan Académique éd Formation,
[Pour apprinde à chés maristresses éd maternelle à canger chés couches, à mesure ?]
P.A.F. Picards À chés Frontiéres,
[I feut définde no Picardie… qu’i di'te ! Él tchelle éd Picardie ? Pour savoér éch qué j’nin pinse allez vir min darin tchuin d’ziu…]

Nan, P.A.F. cho vut dire :

Picards Aflateux d’Frimions

Os avez-ti djò rbéyé un frimion ? i s’érmue éd tous les côtés, i s’in vo d’in sins, i s’in vo d’l’eute, i monte et pi i rdeschind, i ranse éd tous les côtés, i n’est janmoais in.ne minute sins rien foaire ! Asseuré qu’éch n’est point un tchœur fali !

Qu’i n’y euche qu’un frimion dsu vo tabe quanq os rchinez, il est lò qu’i trécope él tabe, os prindez vo canté d’pain, il est pèr in dsous pi i s’inseuve rondébilis. Du momint qu’os allez pucher in.ne tchuillérée d’confitures, os pouvez t-ête sûr qu’il est lò à l’intour d’éch pot. N’y o point moéyin d’sé nin décheper

Cho n’vous foait rapinser à person.ne ? In.ne gin qu’i nin foait des ton.nes, qu’i brasse du vint et pi qu’i n’définit d’é-rien ? In.ne gin qu’o voét din tous chés écrans d’télé et pi qu’i s’croét djò prix Nobel ? À l’vir guériner conme cho, jé m’sus dit qu’i falloait ll’écorer, j’ai pinsé qu’sans cho, à s’espadron.ner d’la sorte, il alloait tchair faibe

Ch’est pour cho qu’os m’voérez pi qu’os m’intindrez, coére pu d’un cœup et pi tout pèrtout, dire tout ch’bien qu’éj pinse éd no boin moaîte à tertous. Qu’éch boin Diu i nous l’warde in boin.ne santé, no Frimion Premier !…


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/03/09

VASILÉO

Fidjurez-vous qu’à Ferriéres, os ons té sans ieu durant huit jours ! Heureusemint qu’éch conseil éd conmune il avoait prévu toute. Os n’in sonmes point coére satché à foait, mais os tnons ch’boin bout, Nom des Dju !

Adon, cho foait in.ne ésmain.ne vardi passé, chés pompes éd no captage il ont té in raque. Él grosse qu’al sert tout l’temps in preume, pi l’tchote qu’al est lò à l’rescousse, pour écorer l’grosse siq il feut ; él tchote a n’o point tnu pu d’in.ne heure. In moins d’érien éch réservoér éd no câtieu d’ieu il o té à sé.

Éch conseil éd conmune i s’a démné conme un bieu diabe. In un rien d’temps, chés pompiers l’ont té tcheur éd l’ieu à Saveuse pi il ont rimpli nous câtieu d’ieu avuc. Ch’étoait point d’l’ieu potabe, mais pour és laver l’bout d’sin nez, étoait foaisabe. Chés conseillers il ont distribué des boutelles d’ieu d’tabe pour qu’os pouvonche foaire tchuire no minger, et pi, à mesure, nin boère un cœup, pour chetlò qu’il ainme'té cho – atchun i foait à s’mode, point vrai ?

cote vasileo Ch’est à croère éq no maire il l’avoait sintu. N-y o in.ne cope éd moés il avoait décidié d’évnir à l’aïude d’in.ne gran.ne interprinze, Vasiléo(*), pour elle s’otchuper d’éch Service des Ieux d’no conmune. Conme él fanmeuse interprinze a n’étoait point d’trop vertillante, él feute à la crise bié seur, i nous ont asplitché qu’pour cho os alloème cmincher pèr poéyer atchun 56 euros pi tchéques chintimes. Asseuré qu’étoait pour éq chés imploéyés à Vasiléo i n’fuche'té point à joc, à moins qu’a n’fuche pour don.ner à chés action.naires ou bin coére à ch’PDG, allez savoér ?

D’un sins, no conmune al foaisoait s’B.A. pour érlancher nos interprinzes bien françaises. Tout cho pour dire éq Vasiléo i n’ont foait ni in.ne ni deux et pi qu’él mercrédi d’aprés, chés pompes i sont arrivées. D’Allemagne qu’i vnoai'te, chés pompes. Achteure ch’étoait l’Europe éq Ferriéres il étoait in route à rlancher. Él tchote pompe al o té rmise in plache rondébilis, in deux cœups d’tchuillére à pot ch’o té foait, mais pour él grosse, ch’est in.ne eute poaire éd manches. Al est d’trop grosse pour rintrer din chés tuyeux d’éch captage ! Bref, os nin sonmes lò, affoaire à suire.

Quoé qu’ch’est qu’os voulez, in France os n’ont point d’pompes mais os ons ch’savoér-foaire !

(*) Soin, éne point confonde, VazyLeon, ch’est point l’minme du toute !…


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/04/09

HABRUTI

Heute Autorité pour éch Berzillage éd chés Reuves Utopisses et pi l’Trache éd chés voéyous dsu chl’Intèrnéte.

Artique aboli

Soin ! értornez rondébilis à l’page d’édvant.
Inlvez d’ vo z-historique éll adréche éd chu site-lò.
Éne continuez point d’assayer d’rbéyer l’page-lò.
N’allez point pu loin !

logo RF
Présidinche éd la Rubrique Bananiére,
Ministére d’él Tchulture,
Ministére éd l’Écononmie numérique,
Ministére éd l’Intérieur,
Ministére éd la Liberté dsu intèrnéte,
Direction chintrale éd la Police Antiterrorisse

Él page tchuin d’ziu à doù qu’os assayez éd débèrtcher, mèrgré tout ch’qu’os ons pu vo dire, al foait pèrtie éd chol Liste Noérte qu’al o té hansée pèr nos intchêteux. Conme os ons l’droét d’él foaire pour écorer chés juges din leu combot conte chés terrorisses, chés anarchisses et pi chés ultra-gauchisses, vo z-idintité al o té inregistrée et pi os srez biétôt convotché pour t-ête intindu in vue d’ vo mise in examen, pour achuchon numérique éd malfaisants in vue d’in.ne interprinze terrorisse.

Pour éch qu’i nn’est éd vo signalemint à tanq sympathisant éd l’ultra-gueuche os êtes achteure pardu sans rsources. Stapindant, os pouvez coére foaire usage éd no progranme Témoin Érpinti in nous disant tout ch’qu’os pouvez savoér édsu chés liages anarcho-autonomes d’intèrnéte, pi coére dsu chés pirates informatiques et pi chés pédophiles. Chés syndicalisses i nous intéresse'te étou, pi minme bié seur chés étringers in situation irrédjuïére. Os trachons in puss édz informations édsu chti qu’il o hansé l’page-lò pi qu’i s’foait appeler « ch’baroumoaite » : siq os l’con.naissez person.nellemint et pi qu’os savez à doù qu’i s’trouve à l’heure tch’il est, évnez nous l’dire aïte-aïte.

Os pouvez aidier vo poéyis. N’obliez point qu’él dénonchiation ch’est un dvoér républitchain.

In.ne convocation officielle al arrivéro biétôt din vo boéte à lettes.

Gouvernémint bananiais,
Éch Minisse éd la Liberté dsu intèrnéte
Frédric Malému.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/04/09

FEUT-TI OUVRER PUSS…

À mes camèrades pêtcheux qu’i sont in route à blotcher toute, j’éne vourroais point leu dire qu’il ont tort, mais tout d’minme, j’ainmeroais bien qu’i buse'te un molé à ch’qu’i sont in route à foére. Bié seur qu’il ouve'té conme des paures lapides et pi qu’il ont dzoin éd gaingner leu vie tout conme ész eutes et pi qu’i mérit'té minme éd t-ête bien poéyés pour éch qu’i foai'te !

Asseuré qu’os leus o dit : « i feut vous moderniser, feut acater des batieux pu gros avuc éd l’atrintchillage moderne, chés banques i vous prêteront d’l’èrgint, et pi os gaingnerez des mille et pi des chints ! » Cho, ch’étoait n-y o tchéques énnées, pi vlò qu’achteure o leus i dit « Soin ! os n’avez point l’droét éd prinde tant d’pichons qu’os voulez, i feut respecter chés régues éd Brusselles, à chatchun s’pèrt ! »

Stapindant, cho n’est sûremint point in.ne solution éd supprimer chés quotas pour afin éq chatchun i puche pêtcher tant et pi coére. Cho sroait un molé conme échti qu’i soée l’branque adoù qu’il o posé sin tchul !

Ch’est du minme pèrel pour chés voétures, chés syndicats i peu'té djeuler pour qu’o don.ne éd l’aïude à chés constructeurs, o-ti du sin éd fabritcher dz automobiles à ti à masse ? Chés réserves éd pétrole i n’sont point inusabes, o nin voérons biétôt l’bout ! Os froème miux d’écononmiser ch’qu’i resse et pi dé l’foaire durer putôt qu’d’él gadrouiller !

Siq o continue conme cho, biétôt pu d’pichons, pu d’pétrole et pi pu d’glaches à chés pôles ! I sro bien temps, à ch’momint-lò éd braire pi d’és délaminter. In attendir, cho m’foait rapinser à ch’Titanic avu sn ortcheste qu’il o continué à juer dusqu’à ch’darin bouillon !

I n-y in o pourtant d’autchuns qu’il ont du gingin pi qu’i sai'te él mette in pratique. Ch’est la crinme éd no poéyis, forchémint qu’ch’est chés puss boins piq ch’est nous qu’os sz ons coésis, qu’os sz ons élis ! Ch’est no braves députés !

Il étoai'té trente-six pour voter rapport à l’loé Habruti ! I sont in chômage pèrtiel à pu éd quatré-vingt-tchinze pour chint (*). Pour chés chonq-chint-quèrante-et-un qu’i n’étoai'té point lò, o put dire éq toute il est pour él miux, vu qu’i n’décesse'té point d’érchuvoér leus pécaillons, avuc chés frais éd déplachemints in puss, à mesure ?

(*) 02/04/2009 les amendements n° 446 de M. Brard et n° 458 de M. Dionis du Séjour à l’article 2 du projet de loi adopté par le Sénat, après déclaration d’urgence, favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet (éviter la double peine: paiement de l’abonnement à Internet malgré la suspension)
pour 36, contre 0, abstentions 0.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/05/09

J’ÉROAIS DU M’DÉMÉFIER !

Ch’étoait éch 17 d’avri passé, os voéyez qu’est viu. Min darin tchuin d’ziu il étoait in boéte d’él veille ; éj m’étoais lvé éd boin.ne humeur, rinveillé pèr chés tortrelles, du matin i cantoai'té leu rindjéne.

Conme tous les jours, min premier ouvrage ch’o té d’aller lire édsu intèrnéte chés blogs éq j’ai rpérés pi qu’i pinse'té conme mi rapport à no boin moaîte. L’occasion étou d’érbéyer chés cours éd la Borse. Moins deux pour chint à dix heures du matin, pourvu qu’a durche. Mi, éj n’ai éq tchéques Eurotunnels, qu’in.nhui i n’veu'té pu un sou, alorss au puss qu’a boaisse, au puss qu’éj sus contint.

Toute il étoait don pour l’émiux din l’puss boin d’ché mon.nes. Éch solé i miloait din ch’temps, à midi i foaisoait boin n-et cœud quanq jé m’sus t-in.nallé à chés Vignettes, él pâture adoù qu’al est m’jumint, Quénette. Ch’étoait jusse histoére éd li foaire in.ne tchote flate, d’li don.ner un morcieu d’pain rassis et pi tchéques cafignons d’pinmes.

Ch’est qu’Quénette, ch’est tchéque cose, j’ai l’ai yeu qu’al avoait point coére chonq ans. Os ons apprins insen.ne, mi à monter à gvau, pi elle à t-ête montée. In.ne belle histoére d’anmour qu’al dure édpu vingt ans. Achteure qu’al est poussiuse et pi mi doreu éd mes rongnons, os n’foaisons pu d’balade, mais os nous ainmons bien touté deux, et pi six chints tchilos d’calins, cho compte !

Pour nin révnir à ch’jour-lò, chés chéchers i cminchoai'te à t-ête in fleurs et pi chés épin.nes noértes i cminchoai'te à leu faner. A foait qu’ch’étoait blanc din ch’temps à cœuse éd chés chéchers et pi blanc pèr terre rapport à chés épin.nes noértes. Conme j’étoais à l’intrée d’él pâture, n-y o un coq éd faisan qu’il o déboulé à tchéques métes éd mi pi qu’i s’a inseuvé in courant à pattes.

Vain Dju, qu’étoait-ti bieu ! Étoait d’trop bieu, probabe ! J’éroais du m’rapinser à ch’conte d’éch vizir Caversha din chés mille et un jours ! J’éroais du m’déméfier. Seur qu’a muchoait tchéque cose, étoait d’trop bieu !

Quanq éj sus rintré din l’pâture, Quénette a n’est point vnue au dvant d’mi ; quanq jé l’ai vue rétindue d’tout sin long pi qu’jé l’ai appelée, Quénette a n’o minme point rélvé s’tête ; quanq éj m’ai appreuché et pi qu’j’ai posé m’main dsu s’cawette, Quénette al étoait djò froéde. Malva !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/05/09

CHÉS COMPTES I SONT BOINS.

Chés tchestions d’gros sous, cho n’o janmoais té min fort. Quanq i cminche à n-y avoér granmint d’zéros, ch’est pu fort éq mi, i feut qu’jé rtraduiche in francs, pi minme in anciens francs pour ém rinde compte d’éch qu’a pu foaire ! Mais j’croés bien éq jé n’sus point tout seu. Cho foait djò un boin bout d’temps qu’o cminche à compter in kerviel ; os savez, Kerviel ch’est chu seute-ruissieu d’él Société Générale qu’il o crotché 4,82 miyards d’euros – à li tout seu, à ch’qu’i di'té ses patrons !

Un madoff cho foait don un chint d’kerviel, mais minme conme cho o n’magine point. I feut tchéque cose à mitan cmin intér deux chl’euro pi ch’kerviel. Alorss, prindons qu’un smicard i gaingne mille euros pèr moés : sur quèrante énnées pour qu’i s’in voéche in rtraite, cho foait qu’il éro rchu quèrante foés douze mille euros, ch’qu’i foait quate-chint-quatré-vingt mille euros. Os allons appeler cho un viosmig. Os y êtes-ti ?

Achteure un kerviel cho foait dix mille viosmig pi un madoff, un miyon éd viosmig. Os cminche à y vir clair : Monsieu Madoff il o escrotché un miyon éd vies au smig à li tout seu ! N-y o d’quoé nn avoér él tornis : avuc éch qu’il o dérouflé à ses niacoés d’clieints, i n’y d’quoé poéyer quèrante énnées d’salaire à un miyon d’ésmicards !

Él toute ch’est d’avoér él tchuillére à pot qu’i feut pour é-mesurer chés pécaillons : Obama il o don.né deux madoff à chés banksters améritchains. In France, chés banksters, eux, i n’ont yeu éq quate kerviel, vraimint in.ne misére. Ch’est minme un miraque éq la Borse al arrive à rmonter din chés conditions-lò. Quanq éj pinse qu’il ont pu rgaingner prés d’un pour chint l’jour qu’o z-annonchoait qu’la France al étoait un récession ! I leu n-in feut-ti des breuilles tritaclées à nos braves banksters !

Ch’est point conme chés ouvriers, chetlò, i feuroait pouvoér ész mette tertous in prison. Donmage qu’i n’y euche point assez d’plaches, pasqué, vraimint, chés interprinzes i n’ont mie pu dzoin d’eux, vu qu’i foai'té fabritcher leus bricoles pèr chés Roumains, chés Marotchains ou bin coére chés Chinoés.

Heureusemint qu’i n-y o chés syndicats. I foai'té foaire à tout l’mon.ne in.ne tchote verlée tous les moés. Conme cho, él pression al értchait dusqu’à l’prochain.ne promenade, pi chetlò qu’i nin sont capabes i peu'té gaingner d’l’èrgint à masse.

Mèrchez, no boin moaîte il o bien raison d’écorer chés gins riches conme il lé foait. Chés boins Français, ch’est eux, minme siq leus comptes i sont in Suisse !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/06/09

IL EST-TI D’TROP TÈRD ?

Os ons récoué él boéte noérte d’éch Tchuin d’Ziu tchu261 !
Vlò don ch’qu’i s’a passé édpu ch’lundi preume éd juin, d’érmontée :

Lundi, 9 heures d’érmontée, éch baroumoaite il invoée un message à Magritte Daras :
« Aïude, éj sus t-in raque pour éch tchuin d’ziu d’au soér tchi vient, tu pourroais-ti él foaire à m’plache ? »

Lundi, minuit moins vingt, Magritte al li répond, in s’foutant d’li :
« Ch’est pour tin tennis ?
« Soin ! ch’est dingéreux éd juer au tennis avuc des poéres.
« Mi, tchestion d’tennis, j’ainme miux in.ne boin.ne paille !… »

Lundi, minuit moins dix, éch baroumoaite il invoée dsu sin site :

Os n’érez point d’tchuin d’ziu in.nhui, il est d’trop tèrd, mais os n’perdrez point toute, os sérez qu’Gaél Monfils i juero conte Fédérer, un quèrt éd finale à Roland Garros.

À dmain… siq j’ai du tchœur à l’ouvrage !!!

Éch baroumoaite,
pèr éch preume éd juin 2009.

Ch’est lò ch’darin singne éd vie qu’os ons d’éch baroumoaite, éch qu’i suit, ch’n’est pu qu’pèr des messages automatiques qu’o lé sait :

Mèrdi, à l’pointelette, éch baroumoaite i branche ésn ordinateur. Éch l’intèrnéte il est à joc, n’y o pu d’téléphon.ne nan pu. Point moéyin d’aller canger ch’tchuin d’ziu 261 !

Mèrdi, à non.ne, éch baroumoaite il ouve és télé, i cminche à rbéyer ch’tennis. Point moéyin éd sé nin décheper. Il o sin tchul collé à sin cadot.

Édpu ch’temps-lò, o n’sait point ch’qu’i nn est. O z-espéroait coére él vir foaire surfache mercrédi au soér, o pinsoait qu’aprés qu’Gaél Monfils il euche té aboli pèr Fédérer, éch’baroumoaite il alloait rnir à sins. I sen.ne bien qu’nan.

Jeudi 7 heures d’érmontée : In.ne cellule éd crise al s’in vo t-ête mis in plache. Os n’mantcherons point d’vous tnir au courant.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/06/09

POÉE TES DETTES

Quanq j’étoais titchot, min grand-pére i m’racontoait des tchotes histoéres édsu chés oésieux et pi leu canchons. Jé m’ramintuve pu d’grand cose ! D’autant qu’à l’époque, j’étoais un éfant d’la ville et pi qu’à pèrt éch srin qu’min pére il alvoait din in.ne cage, et pi chés moéniés qu’i vnoai'té picter éch crottin d’chés bidets din chés rues, éj m’y con.naissoais in foait d’oésieux conme in.ne truie à chés étoéles.

Ch’est pour cho qu’i n’m’in reste point grand cose. Os érons vite foait l’tour éd la tchestion :
Un preume éch carcaillou qu’i cante conme un pardu : « Poée tes dettes, poée tes dettes, poée tes dettes ! » et pi ch’est-ti point l’fumelle qu’al li répond : « Tchitte , tchitte… » ?
N-y avoait étou él tchote alouette qu’al montoait din ch’temps in s’égargatant : « Diu, Diu, Diu, don.ne-mé à boère, jé n’jurerai pu… diu, diu, diu, don.ne-mé à boère, jé n’jurerai pu ! » In.ne foés arrivée din chés nuées, adoù qu’al pouvoait boère un tchot cœup, lò ch’étoait in.ne involée d’jurons : « Diu, Diu, Diu, Diu, Diu ! »
Un eute qu’i n’étoait point granmint poli nan pu, ch’étoait ch’pinchon blanc qu’i disoait « Dis, tu veux-ti qu’éj t’escoffiche, vain Diu ? »

Vlò tout ch’qu’i m’érvient éd chés tchotes canteries à min grand-pére. N-y avoait coére min pére. Li, il écrivoait au crayon d’bos, dsu chés us qu’i ramnoait d’Ferriéres pour ém grand-mére : « cote codache, min tchul s’arrache ! »

Ch’est un molé courteu, qu’os allez m’dire, eh bin, siq vous-eutes o nin savez tchéques in.nes, invoéyez-mé-szés pi jé szés rajouterai à m’liste. Pi j’alloais oblier, n-y in o in.ne qu’a n’s’invinte point : tous les jours au matin, quanq éj rouve él porte éd min gardin, n-y o in.ne tortrelle joutchée dsu ll’antin.ne-télé d’no voésin et pi al mé souhaite él bonjour. Ch’est point croéyabe, tous les jours au matin, vlò ch’qué j’intinds : « Tête eud con, tête eud con !  »

Alorss, jé n’reuve pu qu’d’in.ne cose ch’est dé ll’appriveuder, l’meudite tortrelle, et pi d’nin foaire cadeau à no boin moaîte. Quanq i n’éro d’assez, i pourro li réponde : « Casse-toi paure con ! »


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/07/09

PÈR UN BIEU DIMINCHE À FERRIÉRES

Os sonmes él diminche sept éd juhiet dix-neu-chint-douze. Éch deuxienme cœup d’él messe i vient d’son.ner. Pierre i sort éd leu moaison tout courant. I n’est point in rtèrd. Mais là bos, à l’mère Cadet, sin copain Simon il est djò lò qu’il l’attind. Ch’est eux chés deux éfants d’tchœur éd l’Abbé Biendiné.

Pierre il o dix ans édpu tchinze jours, et pi i vient d’foaire és premiére conmunion. Avuc un an d’avanche !… Ch’est rapport à sin frére, Paul, qu’i vient d’avoér douze ans. Li, s’conmunion il l’o foaite avuc un an dé rtèrd. Tout cho pour dire éq Pierre et pi Paul il ont foait leu conmunion insen.ne à l’Pintecote.

Pierre il o rjoint Simon dsu l’Ville. Insen.ne il ont poussé l’porte éd l’église, il ont filé tout droét din l’sacristie, il ont dit vite foait bonjour à Monsieu l’Tchuré, et pi, aïte aïte, atchun il o cminché à infiler és ritchimpette d’éfant d’tchœur. N’y o point sitant d’boutons qu’à chetlòl éd Monsieu l’Tchuré, mais tout d’minme cho cminche à nin foaire à abouton.ner !

D’un seul cœup, Pierre i s’aperchut qu’il o oblié sin live éd messe. I cminche à désabouton.ner chés tchots boutons…
« Quoé qu’ch’est qu’tu foais, qu’i li dit ch’tchuré
— Jé rtorne à no moaison, j’ai point min live éd messe !
— Tu n’os mie dzoin d’inlver t’soutène, t’os qu’a y aller conme cho, os sonmes édjò assez in rtèrd. »
L’abbé Biendiné i n’est point des pu facile. Avuc li o n’distchute point. Pierre il o don rtrécopé ll’église dusqu’à l’porte pour aller tcheur sin live éd messe à leu moaison.

Tchéques minutes pèr aprés, quanq Honorine al arrive à l’église, quoé qu’ch’est-ti qu’al voét, pindu à l’clitchette d’él porte, in.ne soutène d’éfant d’tchœur !… Éch diminche-lò, l’abbé Biendiné il o dit s’messe avuc un seul, d’éfant d’tchœur…

Pierre, ch’étoait min pére.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]
>

16/07/09

MIN GRAND-PÉRE AURÉLIEN DIN L’APRÉS-DJERRE

Aprés l’Libération, os ons cminché tout duchemint à vir dispèroaîte chés titchets d’ration.nemint. Ch’est tchéque cose qu’il o prind troés quate énnées tout d’minme. Ch’o té du minme pèrel pour chés bons d’matériaux. A foait conme cho éq l’interprinze éd manchon.nerie d’Aurélien a s’a rmis in route, toute à l’douchette, à torner conme i feut.

Din les énnées chinquante, pétête minme un molé dvant, chés donmages éd djerre il ont cminché à leu mette in plache. N-y avoait minme un ministére éd la Rconstruction qu’il avoait té hansé ésprés pour cho. Quanq leu dossier l’étoait accepté, chés sinistrés n’avoai'te érien à déborser, ch’étoait l’État qu’i poéyoait pour eux eutes. Étoait jolimint pratique.

O z-o minme dit à l’époque qu’i n-y avoait des gins qu’il avoai'te seu nin profiter. D’in.ne cassine à mitan démanglée, à cœups d’donmages és djerre, il avoai'té seu nin foaire un bieu câtieu, in câtieu qu’i n’étoait point in Espagne !

Chés interprinzes i n’avoai'té don point d’mau à trouvoér d’l’ouvrage. I nn avoai'té à ti à masse, minme putôt d’trop. Din l’sien.ne d’interprinze, ch’étoait tours li, Aurélien qu’i tnoait chés djides. À biétôt soéxante-tchinze ans, il avoait coére boin pied pi boin ziu.

Durant quasimint chonq ans il ont travaillé conme des seuvages. Mais n-y avoait un mais pi un rude ! Ch’étoait l’État qu’i poéyoait chés donmages, ch’étoait étou l’État qu’i réclamoait chés taxes et pi chés impôts sur chés sociétés. N-y avoait don un robinet pour arrouser et pi un eute robinet pour pomper.

Él problinme ch’est qu’chés débits i n’étoai'té point les minmes. Un tchot pipi d’érien d’un côté, pi un flot du diabe éd l’eute. Point l’pein.ne qu’éj vous foaiche un dessin, os advinez din qué robinet qu’i n’y avoait qu’un tchot filet d’érien.

Fil à mesure qu’éch temps i passoait, chés comptes édsu ch’papier, il étoai'té boins, puss qué boins minme. Mais chés tchaisses i leu vidoai'te, i n’y avoait pu d’litchidités. Et pi chés matériaux, falloait bien szés poéyer à chés fournisseurs.

Aurélien il o tnu l’cœup dusqu’à temps qu’il o pu, pi l’jour qu’i n’o pu pu, au boin temps d’dix-neu-chint chinquante-quate, bé cho i o tellemint truté s’chervelle qu’il o foait un cœup d’sang, pi qu’i nn est mort. Il alloait avoér soéxante-dix-neuv ans.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/08/09

ÉCH PROGRÉS…

Quanq chés Diseux il ont cminché à ouvrer, chés inregistrémints il étoai'té foait dsu des bindes magnétiques. Siq o vouloait canger tchéque cose, o prindoait in.ne poaire éd cisieux et pi du ruban adhésif et pi o décopoait un bout d’un côté, un bout d’l’eute, o rcolloait un tchot bout adoù qu’i mantchoait. Dix-neu chintimétes éd binde pour foaire in.ne ésgonde, falloait tchair juste à ch’boin indroét. Ch’étoait d’l’ouvrage d’éspécialisse !

Pèr aprés o rcopioait l’binde dsu des cassettes. Pi tout cho a n’étoait point éternel, éch magnétisme éd chés bindes i dépérichoait. Au bout d’tchéques énnées, i falloait mette éch son à fond, o n’intindoait pu qu’un tchot romion.nemint.

Et pi chés cédés il ont arrivés, os ons déteupé chés inregistrémints numériques. Pi chés ordinateurs il ont cangé, il ont cminché à savoér trafitcher chés sons numériques. Du début, récompèré à in.nhui, ch’étoait un calimichon et pi achteure un ieuve. O n’pouvoait s’otchuper éq d’in.ne minute à l’foés ! Mais qué différinche d’avuc chés cisieux. O z-avoait in.ne précision d’un millienme d’ésgonde, él minme éq deux dixienmes éd milliméte édsu l’binde magnétique… Et pi surtoute, rien i n’étoait janmoais pardu, tours o pouvoait rnir in arriére et pi rcmincher à quanq o vouloait, pi autant d’foés qu’o vouloait. Ch’étoait l’Amérique !

Bié seur, a n’s’a point arté in si boin cmin. In.ne cope d’énnées pèr aprés, chés ordinateurs il ont seu lire et pi graver des cédés. In vrai, ch’étoait point du tout gravé, ch’étoait brûlé, grillé, minme qu’émn otieu pour foaire cho i s’appeloait Toast ! Tout il étoait don pour l’émiux din ch’puss boin d’chés mon.nes. Ch’qu’os foaisoème, ch’étoait « ad vitam æternam ».

Wate ! mes paures amis, qué décarsure ! qué cœup d’mal faveur ! L’eute jour éj trache aprés des inregistrémints éq j’avoais récoués un molé d’tous les côtés. Du picard bié seur, du picard introuvabe. J’ai fini pèr értrouvoér éch cédé, mais mn ordinateur i n’in vut point, i foait conme siq i n’existoait point ! Du cœup, j’ai dman.né à Isabelle éd l’Office qu’al érbèche din ses viéseries chés archives éd nos diries. Bernique ! pu d’archives, éch cédé il n’est pu lisibe li nan pu. À croère éq chés disques i n’ont point té grillés à foait, il ont jusse té hasis pèr chés ordinateurs ! Qué misére, in foait d’éternité, cho n’o minme point duré dix ans !

Min grand-pére il lé disoait bien : éch progrés tuero ch’progrés !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/08/09

IN.NE TCHIÉE D’TCHUINS D’ZIUX.

Eh bé ouai, cho foait in.nhui onze énnées qu’éch baroumoaite il o foait sin premier tchuin d’ziux ! In.ne tchiée ! Est vrai, os né l’savez sûremint point, mais min pére i llé disoait toudi : « in.ne tchiée cho foait onze ! » pi siq o li dmandoait « à cœuse ? » i répondoait in risotant : « Ch’est pasqué onze foait tchiée. »

Os vous rindez-ti compte ? Onze énnées éd ratrouillis, éd ratruchis, éd papoteries et pi d’langardages ! Os nn’êtes point réïus ? Mi, n-y o des cœups éq jé n’ai plein mes djettes. À mesure, j’ai l’invie éd planter m’pelle énedin ch’mortier et pi d’toute invoéyer à l’oust !

Quanq éj pinse qu’un moins d’troés ans, j’ai pu récmincher l’minme billet avuc él minme tite et pi quasimint él minme bégnotée d’ramintuveries. Sans mé nn aperchuvoér, bié seur ! Qué misére, a n’est point bieu d’viusir, mèrchez !

D’un eute côté, conme person.ne i n’y o point foait intintion, ch’est pétête lò qu’al est l’solution. Éj pourroais rprinde chés écrits qu’il ont pu d’chonq ans, prindons, et pi, éj vous szés rserviroais conme siq i sroai'té tout neus. Éj sus seur qu’os n’y voéroète éq du fu.

In attendir, tchéche qu’il est capabe d’ém dire adoù qu’i leu muche'té chés deux tchuins d’ziux qu’i sont l’rétoér éd l’in.ne l’eute ? Et pi, tchestion in ramindo, cmint qu’a s’foait qu’éj signe in.nhui min deux-chint-soéxante-sixienme billet alorss qu’i n-y o éq deux-chint-soéxante-quate tchinzain.nes éd passées édpu l’début ?

Chés gaingnants il éront l’droét dé vnir boère un cœup d’chide doux din min platchu quanq j’arouterai m’campaingne. Jé sz invite !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/09/09

HONTABE !

Jeudi passé, chés cadoreux d’Anmiens i ransoai'té din chés wèrtiers nord. Conme à chés autos tampon.nantes, il étoai'te à foaire la course aprés in.ne eute voéture. Quanq il ont deschindu d’leu carrette pour toper chl’houstaba qu’i cirtchuloait sans vignette à sin pare-brise, il ont té atcheuillé pèr in.ne binde éd « djeunes » qu’i sz ont pelotés d’cailleux.

Mi j’dis tout d’suite qu’a n’est point bien ! A n’est point bien d’rouler sans s’vignette d’asseurance et pi a n’est point bien nan pu éd peloter chés cadoreux d’cailleux. Mais ch’pu pire l’est à vnir ! Attindez qu’éj vous raconte écmint qu’a s’a fini.

Chés paures cadoreux, pour és décheper d’él mawaise imbustchade doù qu’il avoai'té tcheu, il ont tiré avuc leu flash-ball. Os savez, ch’est chés pistolets qu’i lanche'té des balles in caïoutchouc. Conme cho, il ont pu rmonter din leu carrette et pi rintrer rondébilis din leu conmissariat.

Ch’est tchéques minutes pèr aprés qu’i n-y o un éfant qu’il o té prins in quèrque pèr éch Samu. I s’plaindoait d’avoér érchu in.ne balle din l’bos d’sin dos. In.ne balle in caïoutchouc, bié seur. Chés cadoreux il ont déminti : quanq il ont tiré i n’ont point vu d’éfant.

Éj m’ai ramintuvé un conte à Raymond Devos. I nous avoait bien foait rire avuc éll histoére-lò :
« Écmint qu’os voulez qu’i m’écrase siq i m’voét point ? »
Ouai, mais lò ch’est point à rire, ch’est du sérieux. Ch’est un éfant d’sept ans ! Os vous rindez compte ? SEPT ANS !…

I feut-ti qu’il euche él viche din l’sang pour és mucher quanq chés cadoreux i tire'te, pi surtoute, prétinde pèr aprés qu’i o té touché ! Mèrchez, dvant qu’i n’fuche longtemps, ché nn est coére un qu’i pelotero à sin tour chés cadoreux d’cailleux et pi minme, à mesure, qu’i roulero sans vignette !

Pi du cœup, jé m’rapinse d’éch qu’i disoait… cmint qu’i s’appéle don ? Sin nom i n’mé rvient point ! Os savez, chtilòl qu’il o in.ne tête éd pitebule – a n’est point d’és feute, és cawette, i n’éll o point coési  ; bref, tout cho pour dire qu’in.nhui, i feut vraimint aller tracher chés voéyous din chés écoles maternelles.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/09/09

CAMILLE

Os vous nman.nez pétête cmint qu’a s’foait qu’jé n’pèrlé point d’émn eute grand-pére, qu’i n’y in o qu’pour Aurélien ? Min deuxienme grand-pére, i s’prénonmoait Camille, pi j’ai ll’ai point con.nu, il étoait mort édvant qu’éj vienche au mon.ne. A foait conme cho qu’éj n’ai point granmint d’histoéres à vous conter dsu sin compte !

Camille il étoait né él treize éd sectimbe dix-huit-chint-soéxante-tchinze, i s’avoait mèrié in janvier dix-neu-chint avuc Émérentienne et pi il avoai'té quatre éfants quanq il o té mobilisé in ahoute quatore : Lucie, née in dix-neu-chint, Albert, in dix-neu-chint-deux, Roger qu’il étoait d’dix-neu-chint-huit pi l’tchote darin.ne, Lydie, ém mére, née in dix-neu-chint-dix.

D’éch temps-lò, l’armerdre al ratissoait lèrgue, et pi ch’étoait point pour aller tcheuiller des lancherons. Moins d’deux moés aprés avoér té rappelé à ch’Quatorienme Régimint Territorial d’Infanterie, Adville, Camille il étoait au casse-pipe du côté d’Bucquoy, un molé au dsu d’Bapaume. Ch’o té, pour éch régimint, 40 morts, 414 dispèrus pi jé n’sais point combien d’blessés un moins d’un moés.

Ch’n’étoait qu’él début d’in.ne djerre horribe, qu’al édvoait durer quatre énnées, foaire 10 miyons d’morts et pi 20 miyons d’invalides. Mais Camille i nn’o point vu l’bout ! Aprés Bucquoy, in novimbe il ont té à Nieuport, in Belgique, du côté d’Ypres. Lò il ont vétchu din chés tranchées, avuc éd l’ieu dusqu’à leus genoux, sans pouvoér leu laver ni leu rcanger. Ch’est Camille li-minme qu’il l’o écrit à ses bieux-gins ! I s’in vont rester din ch’tchuin-lò durant pu d’dix moés.

À l’fin du moés d’ahoute, o z-inméne tout l’mon.ne pèr éch train. Soé-disant qu’ch’est "la rléve" !… In foait d’érléve, él darin jour d’ahoute dix-neu-chint-tchinze, éch Quatorienme R.I.T. i s’értrouve din chés tranchées, à Bully-les-mines, interdeux Lens et pi Béthune. Ch’est don din des tranchées éq Camille il o yeu ses âges. Treize jours pèr aprés ses quèrante ans, Camille il o té escoffié.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/10/09

COÉCHON.NERIE D’GRIPPE

Qu’o z-est-ti bénaise dé s’sintir au rados, éd savoér éq no santé al est défindue, qu’o prind bien soin d’nous eutes. Roseline a ll’o bien dit : « Éne vous foaisez point d’sang, toute i sro fin prêt quanq éch viruss i montréro l’bout d’sin nez. »

Ch’est point pour du rire, chés laboratoéres éd phèrmacerie i sont in route à fabritcher soéxante-quatore miyons éd vatcins. Vu qu’os n’sonmes éq soéxante miyons d’français, o pourro don vatciner étou chés sans-papiers pi chés Afghans d’Calais.

Bié seur, éch vatcin-lò, o n’est point asseuré qu’i n’y éro point, avuc, tchéques déboéres ésgondaires, vu qu’o z-o point yeu l’temps d’foaire chés espérieinches. Et pi ch’est conte éch viruss d’él grippe à coéchons d’in.nhui, chtilòl qu’il est pour nous eutes aussitant dingéreux qu’in.ne inchifernure !

Alorss, suivez-mé bien : I leus ont atchéni à hanser, in moins dé rien, un vatcin conte un viruss qu’i n’existé point coére. Pi os maginez qu’i s’in vo t-ête ad rém ? Minme chés cérusiens qu’i n’vu'té point leu foaire vatciner, i n’y ont point fiate ! I nous prinde'té vraimint pour des niquedouilles.

Mais tout cho ch’est fin boin pour chés laboratoéres. Os pinsez, tous chés pécaillons qu’i s’in vont tchair din leus fouillousses ! Surtoute qu’il ont sûremint déménagé leus usines éd fabritchation din chés poéyis d’l’Est, à moins qu’a n’fuche mon chés Chinoés ?

Mèrchez, ch’est l’État qu’i poéye, qu’o z-o invie d’dire ! Mais soin ! Éd vrai, ch’est mi pi vous qu’os poéyons. Pi chés pu riches avu leu compte acoati in Suisse, i n’poéront rien du toute. Os savez cmint qu’o dit din min poéyis :
Ch’est ch’pèrtage à Moconduit, toute à mi pi rien à ti.

No langue picarde al plache, bien conme i feut, chés points édsu chés I. D’eximpe, ch’picard i s’in vo dire : « Ch’est in.ne pinme pour mi minger. » O comprind qu’él pinme ch’est point pour in eute ! Un eute eximpe :
Tandiss qu’in français, o vous dit :
« Travaillez plus pour gagner plus ! »
in picard o vous diroait :
« Ouvrez d’puss pour nous eutes gaingner d’puss ! »


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/10/09

TCHOT JEAN L’AINMOAIT DU LAIT BOLI

Éj m’étoais dit qu’in.nhui cho sroait un tchuin d’ziu dsu ch’fiu à no boin moaîte. Et pi o nn o tellemint pèrlé éd tous les côtés… D’un sins, i veut miux qu’éj laisse dire sin pére. Éd puss, i llé dit in français, din sin français à li, éq tout l’mon.ne i comprind :

« Ce qui compte en France pour réussir ce n’est plus d’être bien né ; pour réussir, c’est travailler dur et avoir fait la preuve, par ses études, par son travail, de sa valeur… »
(Zikarsor 1er)

Minme éq Siné, i n-y o d’cho pu d’in.ne énnée, i ll’avoait sintu, li qu’i disoait :

« il ira loin ce petit ! »

O n’allons point nous plainde, vu qu’cho nous o valu un nouvieu jornal, él seul qu’éj liche, avuc éch Canèrd Intotché, bié seur.

J’ai llé aperchu à ch’jornal éd la troés, point Siné, Tchot Jean ! il est bien prope édsur li, il o des belles leunettes, pi i foait point racaille du toute. Éch n’est point à cœuse éd li qu’chés polimploés i s’in vont t-ête infnouillés. Éd l’ouvrage i nn o, vu qu’il est djò présidint d’éch Conseil Général.

Conme à vingt-troés ans passés, i n’o point coére déhotché sin Deug, i n’est point lò éd t-ête mastérisé. Mais a n’est mie méchant. Qu’il euche des pieux d’âne ou qu’i n’euche point, i n’o point de sang à s’foaire. Éd tous sins, ch’est-ti point éd tous les temps ? Chés éfants d’chés roés i n’ont-ti point té chefs éd régimint quasimint austôt qu’il étoai'te arrivés au mon.ne ? Ch’est point pour autant qu’il étoai'té foait pour cho !

Et pi, disez-mé, i feut bien qu’i s’habituche ! Quanq i sro à l’plache éd sin pére, conme cho, i sro duit à toute. Tout ch’qu’o put dmander ch’est qu’i n’fuche point pèr trop épiné, qu’i n’guérine point d’trop in attendir sin tour. I n’éro pétête point d’trop à attinde, un malaise vague à l’âme, et pi ch’cœup il est foait. A put vnir pu vite qu’o z-y pinse.

Pour chetlò qu’i pinse'té qu’min billet il est un molé courteu, i peu'té lire o bin rlire él princesse éd Cléves.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]
>

01/11/09

PRUDENCE !

Saint Prudence i vivoait au neuvienme siéque aprés Jésus-Christ, pi ch’étoait Louis qu’i reingnoait, un fiu à Charlemagne éq sin surpitchet à li ch’étoait él débon.naire. Mais min Prudence à mi ch’est Prudence Boissière. Ch’est li qu’il o foait, pour éch français, éch preume éd chés diction.naires analogiques.

Y o in.ne cope d’énnées j’ai pu acater él premiére vèriure éd sin live qu’al date éd 1862. J’m’ai aperchu, pèr aprés, qué dsu l’arnitoéle, Gallica (éq ch’est foait pèr él Bibiothéque Nation.nale) il avoai'te mis chés images d’ésn ouvrage. Étoait minme bien miux qu’cho, pi qu’o pouvoait téléquèrtcher ch’live in format texe. Il avoai'té foait in.ne ércon.naissanche éd caractéres. Foait pèr un manicraque qu’i s’dépatouille tout seu !

Bié seur, o n’put mie li foaire fiate à chint pour chint à leu z-ingin. Des foés o s’értrouve avuc tchéque cose conme cho :
certe damenhigue d la fade gsiméeaiite et aux yanx chiguntunt conimerce à me tdser sor le sustènie.
Os allez vir din ch’live in papier pi os lisez, advinez quoé ?…
Bin os lisez cho :
cette domestique à la face grimaçante et aux yeux clignotants commence à me taper sur le système.

Cho m’o foait pu d’un cœup rapinser à m’niéche, él tchote Laurence, qu’al resse point loin d’Toulouse. In.ne foés, al m’avoait invoéyé pèr émaille tchéques lignes qu’il étoai'té tout mèrdochées, et pi qu’os vnoait à bout dé szés lire tout d’minme, pasqué chaque mot il avoait wardé és premiére et pi s’darin.ne lette. Étoait vrai dé vrai. Avu chl’eximpe qu’al m’avoait invoéyé, a mèrchoait fin bien, o z-advinoait toute.

Avuc él machine automatique et pi ch’diction.naire à Prudence ch’n’est pu du minme pèré. In.nhui éj sus t-arrivé à l’lette T. Quanq j’ai fini d’érprinde tous chés mots débistraques éd bit in bout d’in.ne lette, éj vos vir siq mes eutes diction.naires i sont d’accord avuc li. Ch’est du bieu mon.ne qu’il est lò rassen.né dsu min burieu : Monsieu Napoléon Landais (1836), Monsieu Bescherelle aîn.né (1855), Monsieu Littré, (1878) et pi minme éch tchot darin, Monsieu Pierre Larousse qu’i n’vut point dire ésn âge mais qu’i date sans doute éd 1905.

Aprés tout cho, i m’resté coére un molé d’mots qu’i sont bien conme Prudence il sz o écrits mais qu’o n’sait point d’où qu’ch’est qu’i leu dessaque'te. Ch’est pétête qu’i s’a berluré, min boin Prudence ? Des foés quanq il écrit mithologiste o pu s’édmander siq i n’o point mis un i in plache d’un y ? Ch’est à ch’momint-lò qu’éj vos vir mon Gogole. Il ont invintion.né in.ne rubrique Recherche dans les livres qu’al est jolimint bien pratique.

Siq Prudence i n’est point tout seu à écrire mithologiste, qu’i nn o dz’eutes édvant li qu’i ll’ont foait étou, jé m’dis qu’ch’est point s’pleume à li qu’al o gliché, éq ch’est no z-orthographe qu’al o cangé. Aprés tout cho, i n’resté pu qu’un molé d’effondrilles qu’éj mets din un tchot tchuin, in attendir éd déteuper un bieu jour éch qué chés tchéques mots-lò i vu'té dire.

Pi à quoé qu’a sert tout cho, qu’os m’direz ? eh bin cho sert à avoér un diction.naire bien foait, avuc granmint d’mots qu’o n’con.noaît pu in.nhui. Et pi, à mesure, éj tchais dsu un mot qu’ch’est du picard, ou, à tout l’moinss, dsu un mot qu’i s’rappreuche d’un mot picard, et pi lò éj sus fin heureux.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]
>

16/11/09

PERZÉTCHUTÉ !

I n’mantchoait pu qu’cho. J’érbée chl’arméno, conme cho sans pu foaire intintion et pi d’un seul cœup… min sang i n’o point foait troés tours ni minme deux, min sang i n’o foait qu’un tour… os sonmes él seize éd novimbe… nom dé Dju ! min tchuin d’ziu !

Il est chonq heures du vrépe, éj pinsoais t-ête trantchille, eh bin nan ! Pourtant, ch’est point l’momint, mi j’vous l’dis ! Cho foait quate jours in.nhui qu’os ons cminché no campaingne éd chide. Ch’est don l’troésienme pressée qu’os ons assis aprés-non.ne. Él mére goutte al coule tout duchemint. O n’allons point l’boustchuler.

Feut dire qu’éch chide, ch’est in.ne tradition din no famille, cho foait tchéques tchuins d’ziu qu’os avez pu lire la dsu, pi siq os sz avez point li, os n’avez qu’à aller vir din chés archives. Éj sais-ti, mi ? d’eximpe in déchimbe 2002. Et pi i nn o dz’eutes, à vous dé szés déteuper !

Pour nin révnir à ll’énnée-chi, tout i viusit, éch grugeoér i cminche à prinde éd l’âge, éch pressoér, n’in pèrlons point, tous lz’ans o rimplache tchéques lattes à chés cages. Éch pu pire ch’est l’tabe. Él vis al rinte énedin et pi bié seur, cho fouit. Pi au puss éq chés énnées i passe'te, au puss éq cho fouit. Ch’cœup-chi, os ons foait un rabistotchage un molé pu conséquent. Pour él momint, cho tient, pourvu qu’cho dure…

Pour chés ton.nieux, ch’est du minme pèré. Édpu l’an passé, j’ai minme acaté un ton.nieu in plastique. Min paure grand-pére il o dû foaire un tchutromblet din sin luiset. Mais quoé qu’ch’est qu’os voulez, y feut vive avuc sin temps !

Tout cho pour dire qué chl’atrintchillage i n’in put pu. Pi mi étou qu’éj viusis. Des foés jé m’dis… Pi nan, ch’est point possibe, i n’y o rien à foaire. Él jour éq jé n’frai pu min chide, ch’est qu’éj srai à ch’camp d’soéle. Allez, mes gins, i feut qu’j’y voéche. Él mére goutte al o fini d’couler, i feut qu’jé cminche à serrer l’pressée, tout duchemint pour éne point ll’étran.ner.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/12/09

INCHIFERNURE

Bien atombé qu’él fin d’no campaingne éd chide al fuche aboutée, pi qu’os ayonche lavé bien conme i feut tout chl’atrintchillage hier. Jé m’disoais : « éj vos foaire min tchuin d’ziu trantchille conme Batisse ». Pi vlò qu’édpu qu’éj sus lvé, j’ai min nez qu’i n’in finit point éd découler. Troés mouchoérs éd trimpés dpu au matin ! Pourvu qu’a n’fuche point l’grippe à coéchon…

D’autant qu’jé n’sus point vatciné. Ch’est point qu’éj n’ai point voulu, ch’est putôt qu’o n’mé ll’o point dmandé. Tout d’minme, ch’est-ti qu’jé n’sroais point sitant indispinsabe éq Roseline ? Éd tous sins, j’éroais dit nan. Éne dit-on point qu’éch vatcin i sroait, à mesure, pu dingéreux qu’él grippe coéchon.ne ?

I pèroaît qu’in France, i n-y éroait in.ne chintain.ne éd morts à cœuse d’él cochon.nerie d’grippe-lò. Et pi, din l’minme temps, l’grippe éd tous les jours, chetlò qu’a n’o point d’eute nom ? point espagnole, point aviaire point porcine point rien d’eute ? combien qu’ch’est-ti qu’él grippe ordinaire al foait passer tous lz ans éd paures lapides ? Éj né l’sais point et pi j’né l’trouve point neune pèrt !

Conme éj sus prévoéyant et pi ménutieux, j’ai foait min testamint édpu un boin bout d’temps. O n’és déméfie janmoais assez, des foés qu’un bieu jour éj meurche. Pi justémint, ch’est point quanq éj srai mort qu’i feuro y pinser. D’éch momint-lò, il est d’trop tèrd. Adon, ch’est décidié, éj srai crématorié et pi mes chindes i sront épar énedin min corti. Des chindes i nin feut din un gardin. Ch’est d’él potasse, ch’est boin pour chés lédjeumes.

Conme cho, on n’sait janmoais, in.ne supposition qu’no Perzidint i fuche prins d’un pécavi, in.ne lubrie… Pour ém foaire rintrer din sin Panthéïon, a s’in vo t-ête jolimint durte ! In attendir, éj vos m’foaire un boin flipe et pi j’vos m'joutcher.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/12/09

NOÉL IN DÉCHIMBE.

Tout l’mon.ne i con.noaît ch’dicton picard :
Neiges in avri, Noél in déchimbe.
Din no famille, os sonmes pour él respect d’chés traditions. Ch’est pour cho qu’os ons tours foait Noél in déchimbe. Qu’i y euche yeu des neiges in avri ou bin qu’i n’y in euche point yeu !

Os foaisons cho putôt un samedi au soér, conme cho, l’lin.nemain, ch’est diminche, o put foaire in.ne grasse matinée. Il arrive coére souvint qu’a tchaiche éch deuxienme samedi d’déchimbe, et pi des foés ch’est l’troésienme. A dépind ! Éd vrai, lò qu’j’y pinse, ch’est pu complitché qu’cho. Éj dirai, pour éne point vous touiller d’puss, qu’a tchait ch’darin samedi dvant chés vagances. Os y êtes-ti ?

Adon, conme os pouvez vous nnin douter, ch’est foait, piqu’os sonmes in.nhui à troés jours éd chés vagances. Pi ll’énnée-chi, ch’qu’éch pére Noél i m’o apporté, il o point pu mé l’mette din mes seuïers. O n’advinerez janmoais ch’qué ch’étoait. Cho foait un boin méte soéxante d’heuteur, stapindant ch’est fin rétu. Cho rmue, cho bouge tout seu pi pourtant n’y o point d’pile alectrique énedin. Quanq o z-i foait un tchot bé, à mesure, cho put minme vous l’rinde.

Éne vous berlurez point, tas d’polissons, ch’n’est point ch’qu’os croéyez . Éj voés bien à vo z-air qu’os pinsez à des cochoncetés. Ch’est point cho, os n’y êtes point du toute. Nan, mais disez-mé, ch’est-ti qu’os m’prindroète pour un viu dégoûtant ? Nan qu’éj vous dis ! ch’est point in caïoutchouc ! Nan cho n’és gonfe point !

Jé n’m’in vos point vous foaire landjir éd pu longtemps : j’avoais deux tchoté-files l’eune éd vingt-huit ans, l’eute éd dix-sept biétôt dix-huit. Eh bin él troésienme al vient d’arriver. A n’est point tcheute du heut d’éch temps. Ch’est min fiu qu’il o jué chés péres Noél in lanchant, à l’muche-tin-pot, in.ne tchoté grain.ne lò doù qu’i falloait… cho vo foaire dix-sept ans d’cho, et pi i n’o point loupé sin cœup, ch’nom-dé-zeu-lò.

Ém vlò don tri-grand-pére (éne touillez point toute ! éj n’ai point dit trisaïeul) et pi fin contint dé ll’ête. Merci, pére Noél !… Nom d’un ntchien, vlò qu’ai oblié min tchot-fiu, qu’il est pourtant pu grand qu’mi ! I feut don putôt dire qu’éj sus quadrupépére.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]
[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

 Adé

archives 2010 archives 2008