tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives de 2010

[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/01/10

BOIN.NE ÉNNÉE À TERTOUS

et pi surtoute in.ne boin.ne santé !

Éj n’in dirai point d’puss in.nhui

Éch baroumoaite,
pèr éch preume éd janvier 2010.

Rindez-vous à din tchinze jours pour un nouvieu tchuin d’ziu, ou bin pétête édvant, tchéche qu’i sait ? Conme éd bien, i y éro étou du neu un molé d’tous les côtés…

A preufe :
Nous vlò in.nhui él huit éd janvier. Quoé dire ?
d’in.ne : i foait froéd ! Pèrlons-nné d’éch récœuffemint d’no planéte !
éd deuze : j’ai vnu à bout d’min diction.naire Boissière. Jé m’sins tout désorieinté. Et pi quoé qu’ch’est qu’éj m’in vos nin foaire ? À l’fin des fins, cho m’foait lò in.ne belle gambe,
éd troése : déjò 2 morts d’éch viruss P.D.A. in moins d’huit jours ! éj doés-ti m’foaire vatciner ?

Mais tout d’minme, 2010 a n’écminche point si mal éq cho :
d’in.ne : vingt-deux pour chint d’augmintation pour éch Cac-quèrante d’un sins. Vingt-deux pour chint d’augmintation pour éch chômage d’un eute sins. Éch compte il est boin, chés riches gins pi chés paures lazères i y o point d’écalo !
éd deuze : Rachiti Dada al s’in vo avoér éd quoé otchuper chés momints canulants qu’al passe à Strasbourg in dévnant avocate (austôt qu’al éro ch’diplonme).
éd troése : Philippe Séguin i n’varo pu mette sin nez din chés comptes à no perzidint. Tout l’mon.ne i llé sait bien, no boin moaîte, tout ch’qu’i dépinse, ch’est pour qu’o fuchonche heureux


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/01/10

PATIEINCHE VEUT MIUX QU’FORCHE ET PI RAGE

I n’éro janmoais follu attinde éq trente énnées. Achteure, cho cminche à s’arouter. I n’y in o point coére granmint, mais cho vient tout duchemint. L’étoait temps, tout d’minme, qu’éch Conseil Général i s’y méche !

Cho foait quasimint trente ans éq chés wépes d’éch Lanchron il ont té ahotcher des plancartes édsous chés potieux d’la DDE à chés intrées d’village din ch’Vimeu. Ch’est conme cho qu’Ault étoait rdévnu Bourc-éd-Eut, Nibas étoait Nibeu et pi Yzengremer, Zinguermeu.

Bié seur, à l’époque, a n’o point té bien vu du toute et pi chés plancartes in tchestion i n’sont point restées granmint longtemps in plache. Non mais ! i n’feut point rigoler avuc éch donmain.ne public, tas d’polissons !

Et pi chés polissons-lò, justémint, il ont porsui leu cmin. Éll étchipe qu’al évnoait d’naîte, al s’in vo fêter ses trente ans. Pi i n’ont point foait qu’éch jornal, chés lancheron.neux. Ch’o té des séries d’agincées éd tous les côtés, pi des lives d’édités à l’gron.née.

Mais ch’qu’o foait avancher chu chmilblik, éj croés bien qu’ch’o té Tintin et pi Astérix. In értraduisant chés bindes à dessin in picard, Jean-Luc et pi Jacques il ont déteupé lò in.ne rudemint boin.ne infilure. J’ai idée qu’chés tirages – d’autchuns à pu d’chint chinquante mille – il ont foait buser bien des gins.

Édpu prés d’deux chints ans qu’o z-annonche rédjuliéremint qu’éch picard il est mort, vlò qu’d’un seul cœup o s’aperchut qu’o put foaire éd l’èrgint avuc ! Person.ne i n’y croéyoait mie pu. ath

Din no mon.ne éd mercantis, os pinsez bien qu’in.ne occasion pèrelle, o né l’laisse point passer. Des plancartes in picard, cho s’in vo ratirer des tourisses… des tourisses avuc leus fouillousses rimplies d’pécaillons !… mèrchez, él dépinse éd vingt-chonq mille euros al s’in vo t-ête biétôt rimborsée.


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/02/10

DES MALHONNÉTES !

Hier ch’étoait l’réderie d’Candas. Siq o put dire… Pasqué, tout d’minme disez-mé, in.ne réderie din in.ne salle à tout foaire, ch’est mie in.ne réderie ! Bié seur conme o nn est privé édpu troés moés, o z-est fin contint qu’i n-y euche un tchot tchéque cose à s’mette édsous sin dint.

Os o don té à l’réderie d’Candas. Os nous ons lvés à l’pointelette et pi à huit heures pétantes os étoème din l’plache. Os ons minme croésé in cmin éch camion d’él Dédé-Eu ; i vnoai'té d’lancher tchéques pelletées d’sé au mitan d’chés rues d’éch poéyis, pi ch’étoait point du luxe. Pèr nuit, il avoait tcheu un molé d’neiges et pi pétête d’él pleuve qu’al s’avoait cangé in glache in arrivant dsu ch’goudron d’chés routes.

Tout cho pour dire qu’i falloait és déméfier, éq cho glichoait pèr indroéts. In voéture ch’est mie rien, o z-o quate reues, mais quanq éj m’ai satché dé mn auto, éj n’avoais point granmint él pied marin. D’autant qu’j’avoais oblié d’prinde ém can.ne. Éj m’avanchoais don à tout tchots pos, peur éd m'églandir, pi d’m’értrouvoér les quate fers in l’air.

Heureusemint qu’étoait din in.ne salle, qu’os étoème à couvert, sans cho ch’étoait un cœup à s’rin.naller tout droét à s’moaison et pi à s’ranicher au fin fond d’éch lit ! Bon, piq os y sonmes, i feut inroéyer. Au moins lò, din ch’bâtimint cho n’gliche point. Infin, point sitant qu’déhiors !

À l’fin des fins, minme in foaisant durer, o nin voét vite él bout. J’avoais quasimint foait ch’tour. Pour éne point rnir berdouille, éj ravise un viu trente-troés tours des énnées quatré-vingt-neu, éj mets m’main din m’poque pour dessatcher min boursicot. Wate, é-rien ! Point d’boursicot. Éj trache, é-rien, éj trache deux foés, éj trache troés foés, troés foés rien.

J’ém rapinse qu’in rintrant din l’salle, j’avoais l’niflette, él roupie al pindoait, prête à tchair, j’m’ai don moutché min nez. Pi pour ém moutcher, j’ai prinds min mouchoér. Pi d’où qu’il est min mouchoér ? bé din m’fouillousse, bié seur. Asseuré qu’in prindant min tire-jus, j’érai foait tchair min porté-mon.noaie ! Bien atombé, un boursicot qu’i n-y avoait bien din les trente-chonq euros énedin.

J’ai dmandé à tous chés gins à l’intour éd mi siq i n’avoai'té point trouvé mes sous ? nan, qu’il ont dit. J’ai té vir à l’atcheuil, rien nan pu. J’ai coére érbéyé un molé d’tous les côtés in rtornant à no voéture et pi éj sus rintré à Ferriéres tout moneux.

Tout d’minme, in.nhui chés gins, i sont rudemint malhonnétes, chés gins d’Candas coére puss qu’ész eutes ! Heureusemint qu’in arrivant à no moaison, j’ai aperchu min porté-mon.noaie qu’il étoait resté dsu no tabe, sans cho j’étoais rtcheussé d’mes trente-chonq euros. Binde éd voleux !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/02/10

J’ÉNE VUX PU SITANT D’LAPINS QU’CHO

Lò, j’ém rapapine, j’ém ratapapine !… Djò qu’i n-y o un moés d’cho, os nous ons aperchu qu’chés plancartes éd poéyis in picard il avoai'té raverdi, aprés trente énnées d’abolition ! In.nhui, ch’est Perziau qu’i s’in vient reugminter l’tchyrielle. Pi j’ai idée qu’cho sro point ch’darin.

Éj m’étoais minme motché (gintimint) d’éch Conseil Général, in disant qu’i trachoait aprés chl’èrgint d’chés tourisses. Os pèrlez d’in.ne belle rétcheusse ! Siq i n’y o qu’chés plancartes-lò pour észés ratirer, chés point eux, chés tourisses, qu’i s’in vont rimplir chés tchaisses !

Pi pour montrer qu’i n’sont point des piche-troés-gouttes, nos politi-tchiens il ont coére rouvert leu porté-mon.noaie – éq ch’est avuc nos sous qu’i lé rimpliche'te – pour écorer un ju picard. Ch’est à Bieuvais qu’a s’passe. Chés Bieuvaisoés (à moins qu’a n’fuche chés Bieuvaisiens ?) i s’in vont mette in plache éch champion.nat du mon.ne éd balle au tambourin. Pi pour cho, ch’est 70 000 euros qu’i s’in vont avoér à dépinser !

Siq os voulez con.noaîte chés régues, os pouvez aller ranser dsu ch’site à Luc Decroix. I y lò tous chés jux picards possibes éd rassen.nés. Ch’est point pour dire, mais, dvant d’y avoér té vir, jé n’pinsoais point qu’il existoait sitant d’jux picards. Ch’est à n’point croère !

Bon ! os avez-ti té vir ? os avez-ti vu l’trache d’un ju picard éd balle à tambourin ? os savez-ti à cœuse ? Ch’est tout bête, ch’est qu’él fanmeuse balle au tambourin cho n’o janmoais té un ju picard ! Ch’est mi qu’j’ém sus berluré. I n-y o bien chinquante-quate clubes in France, mais rien qu’un din ch’Pas-de-Calais pi un eute din l’Oése, à Bieuvais, pi ch’est toute. Ch’est autant picard éq mi j’sus t-évêque !

Lò, cho m’ramintuve in.ne histoére éd no tchot poéyis. Ch’étoait Raymonde l’Anglaise… éne point confonde avuc Raymonde Valentine, ni avuc tante Raymonde, Raymonde l’Anglaise al restoait din ch’tchul-d’sau. Ch’est elle qu’al disoait un jour à sin voésin Alcindor :
« Ah ! Jé n’vux pu sitant d’lapins qu’cho !
— Bé, combien qu’tu nn os coére ?
— Un ! »

Tout d’minme, 70 000 euros cho foait tchér du lapin, os n’trouvez point ?


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/03/10

IN.NE BELLE TCHOTE POUILLETTE

Cho foait djò un boin momint éq j’él con.noais. Fin vertillante, rétuse, point quèrcan pour deux sous, mais droéte à ch’dizieu, ses cavieux tours bien rafulés in dsous s’calipette. Ch’qu’i l’impêtchoait point d’montrer ses tettes quanq l’idée llé prindoait. Marianne qu’a s’appéle.

Sans nn’avoér té vraimint anmoureux, ch’est in.ne tchote bachelette qu’al m’o tours bien plée. J’ainmoais ch’tchot botteron qu’al étoait, és min.niére éd vive et pi d’éne point s’otchuper d’éch qué chés eutes i pouvoai'té pinser. In.ne supposition qu’éj doèche coésir intér deux in.ne nuit avuc Marianne din min lit pi 24 heures éd warde à vue, j’ainme é-miux deux us qu’in.ne pinme éd terre et pi… qu’un doégt din l’tchul.

Pi jé ll’ai rvue Marianne, n’y o point bien longtemps d’cho. Diu dé diu, qué cangemint ! D’un temps, jé né ll’ai point rcon.nue. Al avoait bien cangé, él Marianne d’ém jon.nesse. Nouvieu moaîte, nouvieu sifflet. Al s’a achuchon.née avuc un tchot cayen mawais-la-gale, un bas-du-tchul qu’i s’vourroait d’la heute. Un vastépluque qu’il est tours à démépriser chés gins, pi à szés traiter. Un éspéce d’houstaba qu’i foait rien qu’à berziller tout ch’qu’i put trouvoér à s’portée. Un échortin qu’i foait d’l’imblée mais qu’i tran.ne les bèrbettes quanq i y o tchéqu’un qu’i li tient tête. Un radjin qu’i n’incorse point éd t-ête con­trarié. Pour tout dire, a nn o foait sin diu, jé nn’éroais point foait min coéchon !

Marianne ch’qu’al est dévnue in.nhui, i feut l’vir pour él croère. Al vo pieds décœux, sin bon.net i n’est pu rouge il est blanc et pi s’rhabillure al est vnue blanque étou, éq ch’étoait l’couleur d’él roéyeuté d’l’ancien régime. Du cœup, o diroait in.ne ma-sœur qu’a nn o prins pour ses trente-six mèrdis !

Achteure, os pourrez li foaire és fête éch darin diminche d’éch moés d’mai. In.ne fête qu’al o té maginé pèr un dénonmé Philippe Pétain, mèrichau d’sin métier, qu’il avoait foait don d’és person.ne à la France.

Marianne al foait lò in rude travail, al ragrandit l’famille pi al ouve pour él patrie.


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/03/10

QUANQ O RIT O N’O PU D’FORCHE

Ch’étoait Fleurimond-Long-Minton qu’i racontoait ll’histoére-lò. In.ne histoére à Logomme. Ch’est l’interremint d’és belle-mére. Logomme il appéle Lucien sin voésin pour qu’i li don.ne éd l’aïude pour deschinde éch certcheuil d’éch premier étage. Cmint ! qu’i dit Lucien, un cœup d’main éj vux bien, a n’sé rfuse point, mais tout d’minme, ablotché conme tu ll’es, tu pourroais bien l’deschinde tout seu !… Quoé qu’ch’est qu’tu vux, qu’i li rinfique Logomme, quanq o rit o n’o pu d’forche !

Siq éj nin viens à vous dviser d’cho, ch’est rapport à no paure perzidint. Quanjou qu’i leu vont arter éd s’atchénir édsur li ? Li qu’i foait tout sin possibe pour éch bon.nheur éd chés Français – pi d’chés Picards étou ! Ch’est-ti point in.ne misére dé szés vir tertous aprés li ? Heureusemint qu’il o des Fillon, des Bertrand pi des Frédéric Lefèvre pour éll écorer. Ch’est un molé conme chés grongnèrds éd la warde à no ptchot Caporal !

Fillon, justémint qu’il o déteupé chés mots qu’i falloait pour él définde :
« O n’put mie prinde in compte un votage pèrel, n-y o d’trop d’abstentions. Ch’est rapport à chés 22 présidints d’région qu’i sont à gueuche pi qu’i n’ont point seu intéresser chés électeurs à leu sort. »
Bin, o né m’croérez point, i nn o d’autchuns qu’il ont foait rmèrtcher qu’in Alsace – qu’i sont coére putôt à droéte, à ch’qu’o dit – i n-y o là-bos étou granmint d’pêtcheux qu’i n’ont point prins l’temps d’passer din chés isoloérs. Édz eutes il ont récompèré avuc chés votages à chés Européen.nes, in disant qu’l’UMP al avoait canté victoére alorss qu’i n-y avoait coére puss d’abstention.nisses. À quoé qu’i nin sont réduits !

Tant qu’à Frédéric, li il o dit : « O z-o voulu voler leu élection à chés Français » Édpu qu’j’ai intindu cho, j’y pinse pi j’y rapinse, éj pinse et pi j’pourpinse, éj n’ai point coére bien comprins quoé qu’ch’est qu’il o din s’cawette no Frédi, ni tchéche éq ch’est qu’il o pu foaire cho, mais vraimint a n’est point bien. Heureusemint qu’no boin moaîte il o ch’boin sins éd s’achuchon.ner avuc des gins granmint interligints conme Frédi. Avuc él gron.née d’langues vrimeuses qu’i sont tours à llé démépriser, à l’beudrailler pi à li tracher pouilles, i n’éroait point fini, no paure perzidint.

Marianne, conme os pouvez l’vir, a n’o point pu és décheper nan pu éd chés ferlampiers d’dessineux. Mais ch’qu’i m’foait coére l’puss indéver ch’est d’m’aperchuvoér éq siq os tapez sarkocu dsu Gogole, os avez quatore mille pages in français qu’i vous attinde'te – pi biétôt in.ne in picard étou. Mèrchez, il ont bien yeu raison éd voter l’Hadopi, sins o adoù qu’os nin sroème ! Tout d’minme, a n’est point bieu d’peloter d’cailleux un corbillèrd !…


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/04/10

1er avril

J’ÉROAIS PU…

J’éroais pu vous foaire un boin pichon d’avri, d’eximpe, raconter cmint qu’Zikarsor il o don.né s’démission, pi qu’il l’o dit din chés télés ! Ouai, bié seur, j’éroais pu, mais vlò, éch facteur il est passé, i m’o don.né min courrier et pi j’ai cminché à lire et pi lò, d’un seul cœup, jé nn ai yeu mes gambes copées, et pi min tchœur i s’a arté – qué j’vous rasseure, i s’a arté jusse un momint, piqu'éj sus coérein.nhui.

D’éch cœup-lò, pu l’invie d’rire, fini ch’pichon d’avri, ch’n’est qu’à passé onze heures du soér éq j’ai té dégazer un dessin – jé n’sais minme pu ouèche – pour él mette in plache jusse édvant qu’i fuche minuit. Qué misére !

A n’o janmoais été aisié d’pèrler d’la mort. Surtoute quanq ch’est in.ne mort "progranmée" ; surtoute quanq o z-est duit, durant achteure pu d’dix-huit moés, à ouvrir éll inveloppe tous les smain.nes. Éll inveloppe avuc énedin éch jornal qu’o z-attind, pi qu’o n’o d’cesse d’avoér li éd bistinbout. Pasqu’énedin i n-y o qu’des gins qu’o z-ainme bien qu’il écrive'te !

Os avez pétête adviné ? Nan ? Os don.nez vo langue à ch’cot ? Bin vlò, Siné-Hebdo i s’in vont mette él clé dsu l’porte et pi leu rin.naller atchun d’leu côté. I s’in vont coére foaire tchéques liméros, troés pour bien dire et pi cho sro fini, chés carottes i sront tchuites !

Mantcheroait pu qu’éch porri d’Val i foute Djillon à l’porte éd France-Inter et pi lò cho sroait ch’coq. Tout l’mon.ne bien muselé, baillon.né. Mèrchez, os n’intindrons biétôt pu qu’in.ne seule voéx, él voéx d’no boin moaîte à tertous !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/04/10

BIROUTIC !

« Ti con.noais point Biroutic ? Din l’rue Alfrid Catil ? Bin dis-don, mz’ami, ti con.noais point grand cose ! » Ch’étoait y o vingt-deux ans d’cho, ch’étoait doube assassinat din l’rue Motte, Rachid, min pote, i s’édvisoait in picard avuc Chope, Pierre éd sin tchot nom, Chope Pierre éd Woégnérue… qu’éd goût qu’os avons yeu ! Ch’étoait l’boin temps ! Bé m’vlò coére in route à ratrouiller. Qué misére !

Pour nin révnir à Biroutic, os savez sûremint qu’éj sus t-un matché d’Mac, éq jé n’pux point incorser chés winedoseries à Bill Djettes. Rien qu’d’y pinser j’ai l’invie d’dégobiller. Pi min Mac, i n’est point d’hier, i s’in vo avoér biétôt dix ans, os pouvez bien dire éq ch’est in.ne viéserie… Sié jé ll’ai intindu ! siq os ll’avez point dit, os ll’avez pinsé !

Adon, édsu chés Macs éd din l’temps, n-y avoait in.ne tchoté pile qu’al n’étoait lò éq pour maintnir él pindule à l’heure. Min Mac, ch’est un Mac éd din l’temps, adon n-y o in.ne tchoté pile énedin. Os m’suivez-ti ? Bon, pi in.ne pile, cho s’use, point vrai ? pi quanq al est usée, in.ne pile o llé rimplache nouboué ? Bé vlò, os y sonmes à l’tèrte à pron.ne !

In.ne pile à rimplacher, a n’est mie si grave qu’os m’direz, stapindant, a n’est point in.ne pile ordinaire, os nin trouvarez point à mon Carrefour. Ch’est in.ne pile éspéciale qu’a n’sert quasimint qu’à chés horloges à Mac-inetoches. Jé m’dis : rien d’pu aisié, éj min vos appeler mon Biroutic – conme i dit Rachid – ; éch liméro – conme i dit Gadrouille – il est din min canepin d’adréches.

Ch’est à ch’momint-lò qu’éch grand trimac il o cminché : N-y o in.ne voéx d’éfant d’Mèrie qu’al m’o ramagé « Sérieusse i vous z-ormercie éd vo z-appel et pi i vous dmande éd bien vouloér attinde in.ne tchote minute qu’y euche tchéqu’un pour s’otchuper d’vous !… » pi lò dsu, in.ne musique éd ouesterne à croère éq j’étoais in plein Texas ! In.ne minute, pétête… pi l’voéx d’ange « Sérieusse i vous z-ormercie… » J’avoais bieu li dire qu’éj vouloais Biroutic « Sérieusse i vous z-ormercie… » et pi l’musitchette « tagadag, tagadag !… »

J’ai fini pèr avoér in.ne vraie gin qu’al m’o déclatché « Sérieusse à vo service ! quoé qu’ch’est qu’i n-y o pour vo service ? » j’i ai asplitché qu’éj vouloais in.ne tchoté pile pour mette din min viu Mac… éj n’ai point yeu l’temps d’porsuire pu loin, al m’o rébési « Sérieusse à vo service ! éj vos passe éch service éd chés consonmabes »

Lò, coére un cœup, chov voéx d’reuve, ch’cœup d’tagadag, ch’est rpèrti pour un tour éd bastringue… Du cœup, j’vos foaire in.ne tchote verlée édsu intèrnéte, histoére éd vir à quoé qu’a rsen.ne Sérieusse. Point grand cose à vir côté Mac, i n’est tchestion qu’éd microseuce.

« Sérieusse, Service Consonmabes, bonjour, quoé qu’ch’est qu’i n-y o pour vos service ? » À pein.ne éq j’ai l’temps d’dire qu’éj vouloais in.ne tchoté pile pour mette din min viu Mac… qu’o m'rinfique aussi sec « Sérieusse à vo service ! ch’n’est point d’ém compétence, éj vos passe éch service éd chés piéches détatchées. » Lò, voéx d’reuve… musitchette… j’y sus duit, j’ai l’temps d’érbéyer un molé puss avant dsu leu site intèrnéte… éj déteupe in.ne page Prise de main à distance MAC© j’ém lanche édsu conme él vérole édsu chés fius d’tchurés pi vlò dsur quoé qu’éj tchais :
serieusse

Durant ch’temps-lò, éd musitchette in voéx d’reuve, j’ai yeu in.ne gin d’éch service éd chés piéches détatchées. Él temps d’li asplitcher qu’éj vouloais in.ne tchoté pile pour mette din min viu viu Mac… i m’o robolé tout d’in.ne traite : « él miux ch’est qu’os vnèche avuc vo z-ordinateur ! »

Éj m’in vos surtoute mette min canepin d’adréches à jour !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/05/10

CH’EST-TI POINT BIÉTÔT FINI ?

Ch’est nn est d’assez ! I feut arter d’foaire indéver chetlò qu’i prinde'té soin éd no z-avenir ! Des gins qu’il ont toute sacrifié pour foaire no bon.nheur à tertous ! Quoé qu’ch’est qu’o dvaroème siq i n’sroai'té point lò ? Os y avez-ti pinsé, cho n’sroait-ti qu’in.ne tchote minute ?

Ch’est vrai cho ! Cmint qu’o put aller tracher pouilles à des Balladou ou bin coére à des Pasquoé. Des gins qu’il ont tours té à ch’service éd chés Français. Qu’il y ont passé leu vie ! quoé qu’éj dis, passé ? ch’est leu existence intiére qu’il ont gadrouillé pour nous eutes !

Quanjou qu’os comprindez qu’i feut laissier foaire chés gins qu’i sai'té miux qu’nous, chés gins puss instruction.nés qu’nous eutes, paures niacoés. Maginez un molé quoé qu’ch’est qu’os froète siq os sroète minisse ? Bé cho nin sroait du prope ! J’ainme é-miux n’point y pinser !… Et pi, d’tous sins, ch’est vous qu’os sz’avez coési in mettant vo tchot bulletin din l’boéte !

Ch’est conme pour chés syndicats, i feut acouter Thibaut… jé m’rappéle pu d’sin tchot nom… ch’est point Hinri, Hinri ch’étoait l’eute d’édvant… Hinri Zutrassis ; ch’est point Jean-Marc nan pu… échtilòl éd Thibaut ch’est point un rigolo. In tous les cas, i foait bien sn ouvrage, ch’est conme chés donmestiques éd gran.ne moaison qu’i vont foaire picher Mirza tous les jours au soér. Lò ch’est point tous les soérs, i foait promner échl’ouverrier tous chés preumes éd mai, in li foaisant canter des sous, des sous ! dsu l’air d’chés lampions, pi o z-est trantchille éd li pour un an.

Pi, i veut miux qu’chés riches i fuche'te coére pu riches qu’édvant, conme cho os érez puss éd miettes qu’i tchairont d’leu tabe. Mèrchez, l’jour éq chés riches i sront vnus pauves, ch’est lò qu’os pourrez vous délaminter ! A sro coére bien puss pire qu’in.nhui

Toute il est in route d’és mette in plache pour qu’os vivonche din un mon.ne meilleur : d’eximpe, din chés écoles, échti qu’pu tèrd i finiro avuc un CDD éd technicien d’surface il o-ti dzoin d’con.noaîte Kant o bin Spinoza ? I feut-ti seulemint qu’i seuche lire ? Biétôt os érons l’école qu’i feut pour chés fius d’ouverriers. Pour ész eutes, i n’mantchero point d’plache din chés Gran.nes Écoles pour ész atcheuiller !…

Siq os n’avez point coére li éch meilleur des mon.nes d’Huxley, i feut aïte aïte qu’os l’lisèche, pasqu’o z-y vo tout droét… o z-y vo point, o z-y court ! Boin.ne fête à tous chetlò qu’il ont du travail… et pi étou à chetlò qu’i nn’ont point !!!


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/05/10

OS BOÉRONS DU CASSIGOUTTE !

Des foés o z-intind dire qu’éch vin français i n’vo point bien, éq chés vignérons i sont à deux doégts d’él faillite ! Mi j’dis, cho dépind lestchels éq ch’est ! Éj nin con.noais un, feut croère qu’a n’vo point sitant mal éq cho !!!

Jé n’vo point vous dire sin nom, i n’o point dzoin qu’o li foaiche dé l’réclame. I feut vous dire qu’éj n’acate janmoais d’vin in boutelle, ch’est toudi in vrag. Rmèrtchez qu’ch’est du minme pèré pour éch chide. Lò ch’est minme puss pire : janmoais in boutelle, pi janmoais in vrag nan pu ! Éch chide éj mé l’foais mi minme !

Pour nin révnir à no z-histoére, cho foait in.ne cope d’énnées qu’jé cmande du muscadet in cubi à mon… nan ! j’ai dit qu’jé n’dirai point tchéche !!! Tours est-ti éq l’énnée passée, j’étoais un molé in rtèrd – jé n’sus pourtant point d’Hérissèrt ! – pi qu’j’ai passé m’conmande passé l’trente d’avri. Cho foait qu’éj n’ai point yeu min muscadet. Point d’réponse nan pu d’éch vindeux…

Du cœup, éll énnée-chi, pour éne point t-ête rbindé, éj m’ai lvé d’boin.ne heure, à l’intour d’éch preume d’avri. Pi pour t-ête sûr éd min cœup, j’ai invoéyé m’conmande pèr éch facteur et pi pèr intèrnéte. Pasqu’i feut dire éq min mèrchand d’muscadet, ch’est point l’mitan d’in.ne bête, il o sn adréche intèrnéte, Monsieu !

Pi, conme troés smain.nes pèr aprés, jé n’voéyoais point rien vnir, j’ai prins min téléphon.ne et pi – bin ouai, quoé qu’os voulez, o z-est moderne o bin o n’l’est point, min muscadétieu il o étou l’téléphon.ne… Quanq j’ai appelé, ch’premier cœup, éj sus tcheu dsu ch’pére Vignéron. I m’o dit conme cho qu’sin fiu il étoait mon d’chés Brétons, mais qu’i sroait rintré au soér. Él lin.nemain, éj rappéle, éj tchais dsu l’mére Vignéron. Éj li dis, din l’famille Vignéron, éj vourroais ch’ fiu !… point d’chance, qu’a m’dit, i n’est point lò, os voulez-ti sin liméro d’portabe ? bin ouai, qu’éj li dis…

Cho éroait pu durer conme cho dusqu’à perpéte… j’ai jusse rinvoéyé un message pèr intèrnéte, in li dmandant siq ch’étoait du lèrd o bin du coéchon ! Bin os né m’croérez point, éch n’étoait ni du lèrd ni du coéchon ! éj n’ai janmoais yeu d’réponse.

Pour nin définir, siq os voulez sn adréche, invoéyez mé un maille, il est sûremint in route à foaire prangére, i n’feut point l’déturber. Et pi à no moaison, nous eutes, in plache éd foaire un kir, os boérons un boin cassigoutte !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/06/10

ÉTICHURES ÉD FOSSE À BRIN

Des mawais, des crapures, des porris, des carmin.nes. Chés Picards i n’manque'té pourtant point d’invintion pour leus atuire, mais lò ch’est l’pastorelle ! Jé n’trouve point chés mots qu’i feuroait !

Ch’est des pirates… des Somaliens probabe ?… à moins qu’a n’fuche des Tarnacoés ?… din chés ieux internation.nales coére ! Quoé qu’ch’est qu’o z-attind pour észés passer à l’castrole ?… Des gins sans fu ni liu qu’i croé'te éq toute i leus est permis !

Chés batieux d’djerre éd tous les poéyis i dvroai'té djò t-ête in route pour észés trondeler… d’él racaille qu’i feut nettier à cœup d’karcher !… des bêtes nuisibes qu’i n’pinse'té qu’à mal foaire… Cmint s’sintir in sétchurité siq o passe la dsur ?

Bin nan, ch’est point l’pein.ne, ch’n’est pu l’pein.ne, est foait. Heureusemint qu’i y avoait lò, din l’tchuin, tchéques braves mirlitaires : nettoéyage kasher point tchér… I né sn’alloai'te point prinde éd gants avuc des batieux qu’i leu di'te human.nitaires… J’té nin foutroais, d’l’human.nitaire !… il avoai'te des armes, ouai… des coutieux pi des tinets, à ti à masse, au moins in.ne douzain.ne ! Tchinze morts ! éch cœup l’est foait !

Os pouvez trantchillemint vous rindordeler, mes gins, no planéte al est seuvée. Ch’est in.ne lubrie qu’il ont din ch’poéyis-lò ; y o djò vingt siéques éd cho, os ons yeu droét à un eute seuvetage, pi un rude, vu qu’i dure coére… Os savez bien : « laissez vnir à mi chés ptchots éfants… » In.nhui, ch’message il est tours valabe, minme un molé d’trop, pétête ? Pi, pour éq tout l’mon.ne il euche és pèrt, mèrchez ! Allah i n’est mie si grand qu’o vourroait vous l’foaire croère !!!


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/06/10

CASSE-PIPASSO !

Jé n’vous ai point dvisé d’chés trente ans d’éch Lanchron. Ch’est rapport à chés pirates human.nitaires et pi surtoute pasqué, dsu l’cœup, jé n’vouloais point nin pèrler. Ch’qu’i m’est arrivé lò, ch’est in.ne drôle d’histoére. J’vo vous l’conter tout d’minme, mais né l’répétez point !

Él vingt-neu éd mai, j’avoais té foaire un tchot tour à l’Moaison Pour Tous d’Adville, su l’cœup d’troés heures, histoére éd vir tout ll’étchipe éd chés lancheron.neux dvant qu’i n’y euche pèr trop d’mon.ne. A s’étoait fin bien passé, j’avoais déposé chés cassettes et pi chés livrets d’nos diries pour afin qu’Jean-Luc i szés méche in plache él diminche au matin. Feut dire qué l’diminche d’érmontée, il avoai'té hansé in.ne éspéce éd salon du live picard avuc des écriveux in picard, des éditeux in picard et pi des vindeux d’lives in picard.

Din des affoaires pèrelles, j’ai tours soin dé n’point m’trouvoér din trop d’mon.ne à l’foés. Ch’est rapport à mes érelles. Des érelles qu’i sont porrites édpu qu’j’ai granmint tiré au canon durant min congé. O n’y put point grand cose, i feut foaire avuc. A foait qu’à londjeur éd jour, éj vis avuc des sifflémints din m’tête conme a n’est point permis. Fil à mesure, o s’y foait, o finit biétôt qu’o né sz’intind pu. Éch malheur, ch’est qu’in minme temps, y o granmint d’coses qu’o n’intind pu nan pu. Tout ch’qu’il est un molé din chés aidjus i passe à l’oust ! Siq y o tchéqu’un qu’i chuchote, o n’y comprind rien dé rien. Ch’est conme cho, pi o n’put point l’canger !

Él diminche trente, éj sus don rpèrti à l’Moaison Pour Tous, j’étoais là-bos pour quatre heures d’érmontée. N-y avoait coére un mon.ne du diabe. Éj m’ai installé à l’tabe éq Jean-Luc il avoait agincé pour Chés Diseux. I n’avoait point vindu grand cose, o n’frons point forteune avuc chés sous-lò ! Éch busin il étoait coére putôt conséquent. Pour n’importé tchéche, i n-y avoait d’quoé nn ête échoui. J’ai tout d’suite pinsé à mes acouphènes (ch’est conme cho qu’a s’appéle…) ; il alloai'té coére sé nin rdon.ner un rude cœup.

Pi d’un seul cœup, vlò chés pipassos qu’il arrive'te. Il étoai'té quate. A n’étoait point bien méchant, j’arrive coére à intinde d’él musique sans qu’a dvienche éd trop doreu… a dépind ltchelle éd musique ! Mais ch’pu pire ch’est qu’chés gins qu’il étoai'té lò in route à berdeler… éj sais-ti, mi, d’leu gardin, d’leus éfants, éd leus vagances passées pi d’leus vagances à vnir… i n’leus ont point tai. Bien du contraire, il ont continué à jablater, il ont jusse pèrlé un molé pu fort pour leus intinde mèrgré chés pipassos !

Ém paure cawette al o cminché à bolir et pi à infler. Ch’o té biétôt troés locomotives, quate pétête, qu’i leus ont mis à torner din m’chervelle. Des vraies… des z-à vapeur qu’i foaisoai'te leus tchou tchou tout in sifflant conme des pardues. Ch’étoait à nn avoér él tornis, à nin vnir fou à foait.

Pi d’un seul cœup j’ai yeu conme in.ne bleuvue !

Au côté d’mi, n-y avoait chés Diseux ! n-y avoait ch’Déglic et pi ch’marister éd Creuse, Théophile, et pi Jacques, pi coére Tchot Jean. Il étoai'te lò, tertous fin contints. Ch’Marister i conjudjoait c’est pas si simple à tous chés temps, Jacques et pi Tchot Jean il étoai'te à leu dviser d’in.ne croésiére qu’il avoai'te foait insen.ne ; Théophile i n’disoait rien, i risotoait tout seu din sin tchuin.

Éch Déglic li, i m’avoait interprins édsu l’série d’él veille au soér :
« T’éroais dû vnir, étoait fin bien ; dom’ musique, pi dob’ boin.ne, doc’ canchon.nette, à ti à masse, et pi dvant dé sn aller, chop’ pastorelle, chu boutchet final ! Mèrche, tu n’sais point ch’qué t’os pardu ! »

Pi d’un cœup, quoé qu’ch’est qu’i leus o prins ? Chés pipassos, probabe ? chom’ musique – conme i disoait ch’Déglic – ? Tertous il ont cminché à intrer din les transes… il leu tnoai'te pèr leu main din in.ne éspéce éd sarabande… i gambillon.noai'té din tous sins… qué charivari ! ch’Marister i djeuloait « o z-y vo ! o z-y vo ! », ch’Déglic i m’foaisoait des singnes à grands bros, Théophile i n’risotoait pu, i s’tordoait d’rire, pire qu’un bochu. Jacques et pi Tchot Jean i leus imbrachoai'te à plein.ne bouque… Tertous i randouilloai'té chés gins, i szés trondeloai'té pèr terre, i szés piétinoai'te, i sz’écatichoai'te, i sz’éberdeloai'te… tout cho in dansant l’quèrmagnole !… Qué sabbat !

Il étoai'té bien in forme éd gins, des rhabillures d’él diminche et pi toute, pourtant j’intindoais conme des tchots bruits d’osselets, des clincaillis d’éstchélette et pi cho sintoait la chorche !

J’ai seuti dsu l’preume éd chés locomotives qu’al o trécopé m’tête et pi jé m’ai inseuvé.


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/07/10

À CHETLÒ QU’IL IMBRONGUE'TÉ L’IMAGE ÉD LA FRANCE

« Le chef de l’État a demandé aux ministres de faire en sorte que les responsables tirent rapidement les conséquences de ce désastre. » (chés jornals)

Ex Libris dit Frédo Phile, qu’i pèrle din un live éd ses tchutromblets avuc des joénes éd quèrante ans…

Drinse sur la Luce (Saint Panchard, priez pour elle) qu’al n’est lò pour person.ne fauque chés Gwadloupéiens…

Diabe Boly, dit Joéyeux Drille, qu’i dépinse 116 000 euros pour és’n aller in Martinique porter in.ne tchote piéchette à chés z-Haïtiens qu’i vien'té d’ête éscoués un rude cœup…

Cliche-Toudy, él Boutinette qu’al est poéyée 9 500 € à rien foaire, in puss dé sn értraite…

Ciché point mi, ch’est un eute, (Blanc conme neiges) avuc ses 12 000 € d’cigares pèrtis in feumée…

Skie-Assis dit Ramédbou qu’al crie à ch’leu pour chés cambes à chés bleus pi qu’al nin prind in.ne coére pu tchér é-rien qu’pour elle…

Sagnac pi Gigna (Estrora pi Amasi), qu’il ont des logemints gratiss pour mette leu famille au rados

Gallas, Maria dit Bachelette : ch’est sin fiu, qu’il est potier d’sin métier pi qu’i s’értrouve à l’tête d’in.ne sinécure…

France-Inter Bourpiff, coére miux Boutefu, condan.né pour injure raciale, alorss qu’i doét s’otchuper d’no z-idintité nation.nale…

Ribéric, Watt éd sin surpitchet, et pi sin blanc bon.net qu’i sont in minme temps à la foére et pi au meulin : li grand moaîte éd chés sous, l’eute à mette au rados in Suisse chés pécaillons d’és patron.ne…

Et pi l’pastorelle : l’eximpe i vient d’in heut, ch’est chl’intraîn.neu, qu’i dit "casse-té paure niacoés" à l’un d’chetlò qu’il érprésinte !!!

Biétôt chés États-générals ? Chés cahiers d’doléances i sont djò badjés à foait !

Diu i rcon.naîtro les sien.nes !!!


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/07/10

HERTCHULE, ARVIENS !

Os savez sûremint cmint qu’Hertchule il o nettié chés étchuries d’Augias. D’éch temps-lò, i n-y avoait point d’Karcher©, il o don décatorné chu fleuve Alphée pour li foaire trécoper chés fanmeuses étchuries qu’il étoai'té badjées d’fien à foait. In moins d’in.ne jornée, ch’cœup l’étoait foait, affoaire réglée…

I n-y o six smain.nes éd cho, ch’étoait rapport à chés inhuman.nitaires Israéliens, éj vous dvisoais d’fosse à brin. Éj n’éroais point dû, vu qu’in.nhui, os y sonmes dusqu’à no bouque din l’fosse à brin, et pi qu’cho pue rudemint ! Édvant d’atuire ses voésins, i feut ramon.ner à sin pos d’porte. Et pi conme un ramon i n’y froait point grand cose, jé n’voés qu’Hertchule pour nous dessatcher d’lò.

Pasqué tout d’minme, os m’avouerez qu’cho cminche à t-ête conséquent ! qu’cho cminche à foaire granmint ! tous chés invintions mintoéres, chés carabistouilles invintion.nées, chés mintiries point maginabes !!!

Un minisse éq d’in.ne main i s’otchupe d’éch budjet d’no poéyis et pi d’l’eute i récoue des sous pour sin pèrti, avuc és fenme qu’al gére in Suisse l’in.ne des pu grosses forteunes éd France… O n’croéyez point qu’cho foait un rude merlicœudage d’éspéces ?

Rmèrtchez, il o té à boin.ne école, avuc, pour éll écorer, deux éspécialisses, deux rprins d’justice ; l’in.ne, condan.née à six moés d’prison avuc sursis pour in.ne affoaire éd mèrtchés trutchés, pi l’eute, condan.né à 18 moés d’prison avuc sursis pi 30000 euros d’aminde pour prise illégale d’intérêts. Ch’est conme cho qu’o z-apprind sin métier !

Pi chtilòl éq j’alloais oblier, li qu’i s’prind pour Zola ! I n’est qu’d’és croère ! N’impêque ! Mimile il o dû foaire un rude tchutromblet din sin luiset !!! Pi tout ll’étchipe qu’al cante él minme rindjéne, qu’al érprind l’minme érfrain, tous autant qu’i sont avu chés castroles qu’il ont d’ahotchées à leu tchul !

Quanjou qu’leu sankimpur il abruvero nos éroés ?

Éj sus fiér éd t-ête Picard, éj n’ai janmoais té fiér éd t-ête Français, mais in.nhui j’nin sus t-honteux !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/08/10

PIMPON PIMPON !

Chés gins d’ém premiére fenme il étoai'té nés natifs éd Frévent. Ch’est d’ém belle-mére qu’éj tiens tchéques mots d’picards qu’i n’sont point granmint con.nus pèr ichi din no ptchot poéyis d’Ferriéres. D’eximpe : « crier pâté cœud » ; a s’dit à Frévent d’in.ne fenme qu’al crie durant sn accouchemint, pi du cœup, a pu vouloér dire, à mesure, accoutcher.

I feut rmonter din ch’diction.naire à Furetiére, qu’i date éd seize-chint-quatré-vingt-dix, pour déteuper :
« On dit d’une femme en mal d’enfant qu’elle crie les petits pastéz pour dire qu’elle crie bien haut, qu’elle souffre beaucoup. »
Point ton.nant, piq o s’aperchut, tours din ch’diction.naire à Furetiére un molé pu heut, éq d’éch temps-lò chés apprintis-pâtissiers i cour'te din chés rues d’Pèris in criant « aux petits pastéz chauds ». Os voéyez bien qu’tout cho i vo insen.ne.

Mais ch’est point pour cho qu’éj vous pèrle éd Frévent. Ch’est qu’i m’est rnu din m’chervelle des flépes éd canchon ; in.ne canchon éq j’ainmeroais bien ll’értrouvoér in intier. M’est avis qu’ch’est in.ne seurte éd son.nerie d’clairon foaite pour appeler chés pompiers et pi qu’o z-y o mis des paroles édsu.

filature de Rollepot Achteure, vlò ch’qu’i m’in resse :
« Pompiers d’Rollepot mettez vite sac à dos
« Pour él manœuve d’él pompe éd chés tuyaux
« Os irons boère…
« In.ne pinte à manche et pi un boin tchot pot »

J’ai té vir mon Gogole. Rollepot ch’est un liu-dit d’Frévent, adoù qu’y avoait in.ne filature qu’al o brûlé in dix-huit-chint-soéxante-et-onze. Pèr aprés n-y in o in.ne eute qu’al o té hansée. Achteure o z-y foait des mousses in plastique. Et pi in.nhui, n-y in o-ti coére des pompiers à Rollepot ?


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/08/10

UN ÉFANT CHO N’MINT POINT !

J’éroais pu tout d’minme foaire un molé intintion. Des cœups o n’voét point pu loin qu’él bout d’sin nez. Maginez qu’j’euche foait min premier tchuin d’ziu pèr un vingt-neu d’février. Éch baroumoaite il éroait ses âges tous les quatre ans, pi a n’sroait point pu mal pour autant…

Os vous rindez-ti bien compte qu’édpu in.nhui douze énnées, tous les tchinze jours j’ém patrique ém chervelle pour dessatcher un mot d’billet ? Minme qu’a m’est arrivé d’foaire deux foés l’minme ! à tchéques énnées d’écart qu’os direz et pi sins seulemint m’in rinde compte, bié seur, mais tout d’minme…

Mais y o tchéque cose d’asseuré, ch’est qu’éch baroumoaite i n’vous o janmoais minti. Chés éfants i n’mint'té point. Éne dit-on point qu’él vérité a s’dessaque éd leu bouque ? Bé siq os né m’croéyez point, vlò-lò in.ne tchote histoére qu’al vous montréro qu’os vous berlurez.

Soin ! Ch’est lò chés darin.nes frouettes ! éch tiloér à ramintuveries il est à sec ! Aprés ch’tchuin d’ziu-lò, i feut vous attinde à tchéques mintiries… à moins qu’a n’fuche des romion.neries conte éch gouvernémint. Et pi i feut qu’éj diche un grand merci à Zikarsor. Échtilòl, et pi sn étchipe siq i n’existeroai'te point, i feuroait sz’invinter !

Pour nin révnir à mn histoére, ch’étoait point bien longtemps aprés la djerre, min ptchot frére i vnoait d’avoér troés ans, pi os étoème à Ferriéres pour chés vagances. Min pére, li, i deschindoait Anmiens pour ouvrer, à vélo, tous les jours au matin. Ch’est vrai qu’cho deschind pour aller Anmiens, mais soin, au soér quanq i rapassoait, cho montoait ! Pi pour él peu qu’y euche un molé d’vint – quasimint tours des vints d’ouest – ch’est alorss qu’i falloait avoér des boins guérets !

D’éch temps-lò, nos voésins ch’étoait des Pèrisiens qu’i né vnoai'té point d’trop souvint. Il étoai'té vnus pour él Vierge d’ahoute ; d’Pèris dusqu’Anmiens pèr él train, pi in taxi d’Anmiens dusqu’à Ferriéres. Troés jours pèr aprés, il étoai'té rpèrtis, pèr él minme taxi, mais sûremint point pèr él minme train.

Tchéques jours pèr aprés, un bieu matin, o s’a aperchu qu’pèr nuit l’moaison à chés Pèrisiens al avoait té visitée. Pi chés visiteux i n’y avoai'té point té d’main morte. Il étoai'té vnus, probabe, avuc in.ne camion.nette ; él moaison al avoait té quasimint vidiée : pu d’tabe pu d’caïelles, pu d’eurmoére, pu rien !!!

Ch’étoait d’l’ouvrage bien foaite, pi nous eutes, qu’o dormoème tout au côté, os n’avoème rien intindu, os n’nous avoème rindu compte dé rien. Ch’est conme cho qu’él lin.nemain au matin, chés cadoreux il étoai'te lò dsu ch’pos d’él porte à Mantine, él cabèretiére ; il écrivoai'té din leu ptchot canepin, éll intchête al étoait lanchée. Ch’est à ch’momint-lò qu’min ptchot frére, qu’i passoait dvant chés cadoreux tout don.nant l’main à min pére, il o déclatché d’tout sin pu fort :
« Hein, apa ! o sz’intindoait bien, pèr nuit, chés voleux ! »


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/09/10

Présidint, os sonmes lò

J’ai rchu din m’boéte à lettes tronique un méchant message qu’i n’m’o point granmint plé. Il étoait in français, éj vous l’ai don értraduit in picard :

« Priez avuc éch pére Arthur pour éq XXX il euche in.ne attaque,
« Pi foaisez suire éch message-lò à chonq gins éd vo canepin d’adréches.
« Tchot Blaise i l’o foait, i vient d’gaingner chonq euros à l’tireloterie.
« Éne berzillez point l’tchaîn.ne,
« Papa Tchutchu il l’o foait, troés jours pèr aprés, il o té aboli d’chés listes à Paul Imploé. »

Présidint, nous eutes, tous chés boins Français, os sonmes lò pour vous écorer ! Pi tous chés mawais qu’i vous traîn.ne'té din chés raques, i feut leu z-inlver leu nation.nalité ! Quanjou qu’ch’est-ti qu’i s’in vont arter ? O n’ons janmoais yeu un présidint conme vous ! Tchéqu’un qu’i s’dépinse sins compter pour qu’os fuchonche heureux. Éj n’arrive point à maginer adoù qu’os nin sroème siq os n’sroète point lò !

Pi vous eutes, tas d’niacoés, pinsez à nos écoles et pi nos univarsités ; i n’ont janmoais yeu sitant d’sous, i n’sai'té minme pu quoé nin foaire. Pinsez à chés hôpitals : des infirmiéres à l’gron.née, qu’i n’sai'té point à quoé leu z-otchuper. Pinsez étou à chés wèrtiers d’banlieue adoù qu’i n-y o tellemint d’cadoreux qu’chés voéyous i n’ont pu assez d’cailleux pour észés peloter !

Jé n’sais point siq os vous rindez compte, mais minme chés gins à l’étringer qu’i nous invie'te d’avoér un sitant boin présidint. Des foés i di'té du mau d’li, mais ch’est tasseulemint pèr jalouseté.

Tant qu’à chés romanos, pour qu’i né rvien'té point nous imporvigner, ch’est point bien complitché, i suffit d’leu tatouer un liméro dsu leus avant-bros… Et pi l’eute lò, Bénoét Seize, i froait bien d’prinde eximpe édsu Pie Douze et pi freumer s’djife… nan mais ! éd quoé qu’jé m’mêle ?


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/09/10

MES MIE À MI.

Os ons yeu, n-y o tchéque temps, mi pi Julie, in.ne tchote distchussion édsu chés "mie" in picard. I n’y o point si longtemps qu’cho, mie in français o sé nin servoait coére in plache éd pas o bin point. In.nhui a n’est pu d’usage, à tout l’moins in français. Stapindant chés Picards il ont wardé leu mie, mais soin ! o n’put point l’mette à tous les seuces. Ch’est ch’qu’os nous disoème, mi pi Julie.

Alorss, pèr aprés, éj m’ai dman.né cmint qu’o pourroait détrier tout cho ; du cœup, j’m’ai lanché din in.ne gran.ne tchête. J’ai té tracher tous chés mie qu’o put trouvoér din chés tchuins d’ziux. J’ai szés point comptés, mais o put dire à lurlure qu’i n-y in o pu d’deux chints !

Os allez don juer insen.ne avuc mi pi avuc mie. Ch’est, conme qu’i diroait in.ne éspéce d’intchête lindjuistique ! Vlò lò pèr in dsous, tchéques pinsées bien tornées avuc un mie ndin, ou bin un point pi minme des foés pusieurs. À vo avis, o put-ti écanger l’in.ne pour l’eute ? A s’diroait-ti din vo picard à vous ? Quanq o put l’foaire, a cange-ti d’sin ?

No boin Présidint il o dit « des sous, i n’y in o mie », il éroait pu rajouter « mais pour mi, sié ! »

Un minisse qu’i mint, a n’est mie rien, ch’est quanq i n-y in o pusieurs qu’a vient épinant.

N’y o point d’tchutchute, person.ne i né m’fro freumer m’djife.

Un porté-parole aussi tant niacoés, a n’est mie Diu possibe !

point d’sous, point d’légion d’hon.neur !

Éch trésorier-lò ch’est un point grand cose…

Un présidint pèrel, a n’s’étoait mie janmoais vu.

O n’dit-ti point « és langue al sro usée qu’ses bros i sront coére tout neus ! »

Éch présidint i n’o mie qu’à invoéyer l’Europe au diabe boli

Tous chés promesses qu’il o foaites, i n’y pinse mie pu.

Achteure, pour 2012, i n’o mie pu rien à perde

Foaire éd l’imblée, i n’sait mie foaire éq cho.

Chés ratrouilleries à Mame Rédingue, cho n’li foait mie ni cœud ni froéd

Pour chés rtraites, foaire mèrche arriére, i n’y pinse minme point.

Éch minisse éd l’Idintité Nation.nale il o dit « Ch’est point mi ! Pinsons peu mais pèrlons granmint ! »

O n’sait mie quanq o n’sait point.

Clitchez ichi siq os voulez vir chés mes réponses.


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/10/10

CŒUCHMÈR !…

Mais quoé qu’ch’est qu’i pourroait bien foaire éd puss, no paure présidint ? Chés romanos qu’i vien'té minger l’poule au pot din l’gatte éd chés boins Français, i sz o rinvoéyés à leu moaison. Chés riches, grâce à li, i n’ont pu dzoin d’mette leus pécaillons in Suisse, in France i sont au rados. Minme chés paures cons qu’il ont yeu leu pèrt : i s’in vont pouvoér ouvrer puss pour gaingner moins.

Aprés tout cho jé n’comprinds vraimint point : cmint qu’i n’dépasse point vingt-six pour chint éd gins contints d’és person.ne ? Heureusemint qu’i y o à l’intour éd li des minisses qu’il ont du gingin ! Éj pinse à Heurtesson pi à Befeux. Siq i n’étoai'té point lò pour él l-écorer, i n’éroait minme point chés voéx à Marine, éch paure misére !

In.ne boin.ne min.niére dé szés rassen.ner, ch’est d’foaire peur à chés gins. Quanq il ont les freux, i sont pire éq des ptchots éfants, i vien'té leu lancher din ch’gron d’leu pére à tertous. In vrai, ch’o djò cminché, éch plan vigipirate il o té raverdi. Janmoais os n’ons té aussi tant mnachés pèr chés terrorisses. Tours 26 pour chint !

Alorss i feut foaire miux, i feut in.ne alerte à la bombe, i feut foaire évatchuer no Tour Eiffel… Ch’est lò qu’os nin sonmes in.nhui. Tours 26 pour chint !

Du cœup pour la suite o put maginer !…

D’eximpe o pu maginer éq chés caïds d’al Caïda i fuche'té dsu l’point d’foaire esploser in.ne bombe din ch’métro. Chés cadoreux il ont vu vnir, mais i n’bouge'té point. I n-y o tchéques gins d’affolés, un mort pétête minme ? Rien à foaire. Conme a foait pu d’huit ans qu’i s’otchupe éd no sétchurité, o z-est tours à 26 pour chint !

Put qu’mantcher, o pu maginer d’nin rmette in.ne tchuillére à pot : Chés plombiers du Rambo Varior il étoai'te à la rtraite. I rprinde'té du service. Szés vlò à hanser un onze sectimbe à l’seuce d’eux eutes. Cho foait pusieurs miyers d’morts. Pi lò chés jux i sont foaits, rien n’vo pu. Médiapèrt i sé nin mêle, i démuche éch potieu rose édsu chl’intèrnéte. No paure présidint il est tcheu tellemint bos qu’i n’sé rprésinte minme point in 2012 !…


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/10/10

ÉCH FOUR ET PI CH’MEULIN

J’éroais bien té manifester, mais quoé qu’ch’est qu’os voulez, o n’put point t-ête à ch’four pi à ch’meulin in minme temps. In.nhui étoait prévu qu’os iroème ramasser des pinmes. Du cœup, i n’sro point tchestion ichi ni d’four ni d’meulin, mais bien putôt éd pinmes à chide.

Éch temps i n’étoait point d’trop bieu ; chés prévisions il étoai'te putôt à l’pleuve. Chés prévisionneux i n’leus ont point trompé granmint. Du matin, os ons coére yeu d’él chance, in.ne rolée d’solé intér deux tahuts ; tout insen.ne, étoait putôt agréabe.

Pèr aprés, éch temps i s’a grimouché. Stapindant, os ons tout d’minme pu picnitcher din l’pâture éd chés Vignettes. Un répilé qu’il o té arté in plein mitan pèr in.ne grinchée du diabe, in.ne wérée qu’al nous o foait rapasser aïte-aïte à no moaison. Os étoème tertous conme des glain.nes fraiques… Mais cho n’o point duré, nous vlò rpèrti…

Bref, intér deux ébroussures, os ons ramassés nos pinmes. Os nn’ons point yeu sitant qu’os éroème voulu, mais os n’ons point té berdouille. Chés pinmes ramassées, ch’n’est point l’toute ! i feut szés rintrer, szés mette au rados. Toute in un mont, al s’in vont leu réchuer et pi leu parer bien conme i feut. D’ichi un moés os arouterons no campaingne éd chide.

Chés bisbilles il ont cminché jusse à ch’momint-lò. Éch compteu d’pinmes, avuc sin peu dsu sin compteur, il appuyoait bien dsu ch’tchot pipion à chaque foés qu’i voéyoait in.ne pinme qu’al passoait dvant sin nez, mais asseuré qu’al passoai'te éd trop vite pour li ; pétête qu’il avoait du brin din ses ziux, à tout l’moins dé l’ieu ?

Tours est-ti qu’chés pinmes in plache, os nous ons rtrouvé avuc quèrante-troés tchilos d’pinmes, suivant ch’SOCPC (Service Officiel éd chés Compteux d’Pinmes à Chide), pi six-chint-quèrante-chonq tchilos, suivant ch’syndicat RPC (chés Ramasseux d’Pinmes à Chide). Vlò adoù qu’os nin sonmes in.nhui. Tchéche qu’il o raison ? Os voérons bien quanq os frons no chide !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/11/10

LÀ-BOS SIQ J’Y SUS…

Quanq octobe il est pour finir
Él Toussaint al vo biétôt vnir !…

Ch’est coére un d’nos boins dictons picards ! Nous eutes os lé savons bien, ch’qu’i doét arrivé, cho arrive ! put qu’mantcher ! ch’est réglé conme du papier à musique !…

Ch’est conme cho qu’chés délédjés CECT (Confédération d’chés Éternels Cotchus du Travail) il ont dit à leus syndiqués : « rintrez din vos niches, os vous avez assez promné conme cho, siq os continuyez, cho s’in vo finir pèr coûter tchér à la Fraaaaaance. Laissez nous foaire, os allons négocier pour vous eutes avuc éch MIDIF (Malheureux Interprindeux Dzireux d’Implir leus Fouillousses) ! Allez, cantez avuc mi in.ne darin.ne foés : “tous insen.ne, tous insen.ne, ouai !…” et pi achteure, rintrez à vo moaison. »

I feut-ti démépriser chés gins pour éne minme point leu don.ner in.ne chance éd leu nn aller leu tête heute. Pi ch’n’est point bien malin nan pu éd foaire s’acumoncheler él rantchœur et pi l’rantchune din l’cawette éd chés ouvriers. Asseuré qu’i leu nin ramintuveront d’ichi in.ne poaire d’énnées.

Pour tirer d’affoaire chetlò qu’i nous méne'te, jé n’voés pu qu’in.ne boin.ne djerre. In.ne djerre conte chés terrorisses ! Pétête qu’o l’avez rmèrtché, mais al est djò cminchée, él djerre-lò. Soin ! à forche éd brasser du vint pi d’foaire des promesses in l’air, soin qu’a n’fuche conme Djillot qu’i crioait à ch’leu ! Alorss, i feut foaire tchéque cose, mèrtcher un grand cœup, un cœup d’deux cœups !

Pour bien, i feuroait qu’chés gins il euche'té vraimint les freux ! Éj sais-ti, mi ? in.ne seurte d’onze sectimbe bien français, siq os voéyez ch’qu’éj vux dire ? D’eximpe, in.ne bombe à ch’premier étage éd no tour Perret ? Quate chonq chints morts, prindons ?

Bien atombé, n-y o tout ch’bieu mon.ne qu’i feut pour foaire cho bien conme i feut, din chés régues éd l’art conme o dit. N’y o qu’à dmander à chetlò qu’il ont seu déroufler chés ordinateurs éd chés jornalisses du Point, du Monde et pi d’Médiapèrt. Chés des gins qu’i n’manque'té point d’gingin pi qu’i sai'té passer inaperchus.

Mèrchez ! Pour vous rmette vo tchœur à l’indroét, allez vir là-bos siq j’y sus (trop tèrd !!! Os pinsez bien qu'in.ne foés Daniel Mermet mis à l'porte, France-Inter il ont foait l'vide din chés archives.)
maj 02/01/2015
et pi acouter don chés pèrties 10/12 et pi 11/12. Cho s’passe pèr nuit, à Grandpuits, él 22 d’octobe. Mi jé nn ai brai.


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/11/10

I N’EST QU’DÉ S’CROÈRE !

Ch’o cminché y o djò in.ne cope d’énnées, jé n’sais point siq éj m’in vos pouvoér vous sz érdon.ner din l’orde ; tant piss, éj vos sz’invoéyer fil à mesure qu’i mé rvaront.

D’in.ne, i s’réclame éd Jean Jaurés. Socialisse et pi pacifisse. Pourvu qu’cho dure. Feut-ti vous rafrétchir vo mémoére ? Jaurés l’o té assassiné ; coére émiux, tchéques énnées pèr aprés, ésn assasin l’o té atchitté. O put tours reuver, quoé qu’ch’est qu’os attindez ?…

i n’est qu’dé s’croère Éd deuze, ch’est à ch’tour éd Guy Môtchet d’és foaire récouer ! Guy Môtchet, jon.ne conmunisse éd 17 ans, fusillé pèr chés Allemands. In.nhui, quanq chés lycéens i deschinde'té din chés rues, i dit qu’ch’est pasqu’i sont manipulés ! Feuroait savoér !…

Éd troése, Albert Camus qu’il o failli y avoér droét li étou ! Tracher à mette din s’fouillousse un Nobel éd littérature, ch’est cho qu’i froait jolimint bien din ch'tableau, tout d’minme. Point d’chance, a n’s’est point foait, Camus i n’iro point coutcher à ch’Panthéïon ! I n-y o conme cho des morts qu’i feuroait tuer in.ne deuxienme foés.

Éd quate, ch’est-ti point li qu’il o té démangler ch’mur éd Berlin ?… rien qu’avuc ses ptchotés mains blanques, des mains qu’i n’ont janmoais yeu d’durions ? Un mur qu’i né dvoait tchair qu’éch lin.nemain seulemint ?…

Éd chonq, lò ch’est tout nouvieu !… a vient d’és foaire !… ch’étoait à Colombey-chés-deux-Clotchers !… chu neuf éd novimbe, il o-ti point dit qu’il étoait no djide ? Soin i n-y in o yeu dz eutes édvant li, atchun din sin poéyis, Francisco, Benito pi Adolf ! Pi, i n’o mie pu s’impêtcher d’és récompèrer à ch’Grand Charles ! Chtilòl, éj né l’ainmoais point granmint, o put minme dire éq jé l’abonminoais, mais li, j’né l’ai janmoais déméprisé !…

Michel Audiart i ll’o dit dvant qu’jé l’diche mi-minme :

Chés cons il ose'té toute, ch’est à cho qu’o szés rcon.noaît !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

01/12/10

LETTE À MONSIEU L’MAIRE ÉD FERRIÉRES

Monsieu l’maire, i feut qu’éj vous raconte émn histoére. Vardi passé, au matin, j’ai té rinveillé su l’cœup d’huit heures du matin pèr du busin in bos d’chez nous. Jé m’sus dit qu’ch’étoait coére chés manchons d’in face qu’i quèrtchoai'té leu camion…

Eh bin nan, quanq jé m’sus lvé pi qu’j’ai rouvert chés contrévints, n-y avoait in.ne pelleteuse in route à démasingler ch’trottoér in grés pa dvant m’grand-porte. Jé m’dessaque et pi jé dman.ne à cht honme qu’il étoait lò avuc sin paletot gan.ne fluo :
« Cmint qu’éj vo foaire pour sortir ém voéture ? »
I n-y o yeu un silinche, et pi l’eute honme, din l’pelleteuse, i m’o répondu :
« Os allons rboucher ch’treu… »
Ch’est don ch’qu’il ont foait. J’ai pu sortir ém carrette et pi j’ai rintré foaire min déjner trantchille. Eux z’eutes, il ont rcminché à creuser…

Un momint pèr aprés, écht honme in gan.ne i m’o dit qu’i falloait qu’éj rouve ém grand-porte pour afin qu’éch plombier i puche rintrer. Ch’étoait rapport à l’tuyeuterie in plomb qu’al alloait dusqu’à ch’compteur d’ieu pi qu’il alloai'té canger pour mette du plastique à l’plache.

Jé n’vous raconte point, monsieu l’maire, combien qu’j’ai té contint quanq éch plombier, sans prévnir person.ne il o copé l’ieu durant qu’j’étoais in route à prinde ém douche. Tours est-ti qu’à in.ne heure éd rélvée, il ont ramné, avu l’pelleteuse, un quèrt éd méte éd sabe qu’il ont lanché din ch’treu. Pèr au dsu, il ont rmis chés grés au léger ; il sz’ont assis avuc éch dos d’éch godet d’él pelleteuse et pi i leus ont rin.nallé, sans rien dire éd puss qu’i n’avoai'té dit in arrivant.

À pèrt qu’a n’étoait ni foait ni à foaire, pi qu’à ch’ premier passage d’ém voéture i n-y avoait djò troés pavés d’décœuchés, jé n’y ai point foait d’trop d’attache. Cho n’est qu’pu tèrd, pèr nuit, qu’j’ai cminché à rpinser à tout cho. À forche éd buser, d’pinser pi d’pourpinser, j’ai fini pèr comprinde quoé qu’ch’est qu’i m’avoait arrivé.

Monsieu l’maire, j’ai té victime d’éch Gang éd chés Tuyeux d’Ieu !… D’abord étoait mèrtché dsu leu camion.nette : G.T. Ieu. Des gins, probabe, qu’i rvinde'té chu plomb au poéds, du plomb qu’i veut puss éq du dor !

In preume éj m’ai dit qu’siq os éroète té au courant, o m’éroèté prévnu l’veille. In deuze, vous qu’os êtes si tant précœution.neux d’l’èrgint d’vo conmune – éq ch’est no sous à nous eutes, tout d’minme –, os n’éroète point foait canger chés tuyeux d’plomb pour du plastique, vu qu’i n’y o point d’dinger qu’éch plomb i nous impoéson.ne. Conme os n’êtes point l’mitan d’in.ne bête, os n’êtes point sans savoér éq no ieu al est tellemint durte qu’éch calcaire i dépose à l’intérieur éd chés tuyeux ; tant et si bien qu’cho foait in.ne couche éd protection qu’al impêque éch plomb d’ête au contact éd l’ieu. Alorss ? chés gins point prévnus ? chl’èrgint pèr chés ferniêtes ? a n’étoait possibe qu’a fuche vous… ch'étoait des attrape-gins !!!

Achteure, éj vous érais prévnu, os foaisez conme os voulez, mais j’sroais d’vous, éj prévaroais tout l’mon.ne pour qué sz’eutes i n’leu foaiche'té point rbinder conme mi G.T. Ieu !


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

16/12/10

HÉ, CHÉS JUGES, ÉVNEZ M’CHIRER MES BOTTES !

Un ripou cha vo, ch’est quanq i n-y in o pusieurs éq ch’est un problinme !

Des cadoreux qu’i s’in prinde'te à un innochint, qu’i ll’atchuse'té d’tous les maux pi qu’in puss i li fout'te és roufe, il ont té condan.nés à aller in prison.

No minisse éd l’Intérieur il o dit qu’étoait disproportion.né ! Déjò qu’ch’est un rprins d’justice, i n’feuroait point qu’i voéche direc éd l’Intérieur pour finir à la Santé !

Feut-ti qu’jé rméche éch code pénal in picard ? seur éq nan, i n’y comprindroait mie rien ! minme in boin français, à mesure

Pour foaire court o put dire :
Chti qu’i critique éch qué chés juges il ont jugé i put avoér dusqu’à 6 moés d’prison et pi 7500 euros d’aminde…

Ch’est ch’qu’i n-y o d’écrit din chl’artique 434-25 (in vidjeur édpu l’preume éd janvier 2002.)

Le fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende.

Les dispositions de l’alinéa précédent ne s’appliquent pas aux commentaires techniques ni aux actes, paroles, écrits ou images de toute nature tendant à la réformation, la cassation ou la révision d’une décision.

Lorsque l’infraction est commise par la voie de la presse écrite ou audiovisuelle, les dispositions particulières des lois qui régissent ces matières sont applicables en ce qui concerne la détermination des personnes responsables.

L’action publique se prescrit par trois mois révolus, à compter du jour où l’infraction définie au présent article a été commise, si dans cet intervalle il n’a été fait aucun acte d’instruction ou de poursuite.

Siq i n-y o tchéqu’un qu’i s’sint d’attaque pour értraduire tout cho in boin picard éd pèr ichi, i put l’foaire et pi surtoute mé ll’invoéyer mon d’chés Diseux !!!


[01/01/10] [16/01/10] [01/02/10] [16/02/10] [01/03/10] [16/03/10] [01/04/10] [16/04/10] [01/05/10] [16/05/10] [01/06/10] [16/06/10]
[01/07/10] [16/07/10] [01/08/10] [16/08/10] [01/09/10] [16/09/10] [01/10/10] [16/10/10] [01/11/10] [16/11/10] [01/12/10] [16/12/10]

 Adé

archives 2011 archives 2009