tb - Pierre DUQUET(†) (ch’marister éd Creuse) - bt

UN CŒUP, UN COT, UN COU

jpg

Da nou parler de l’vallée d’Selle
Pour chés poéyis in "i", pour chés poéyis in "el"
Un cœup, un cot, un cou…
Ch’n’est mie du tout pérel.
Un cœup cha buque
Un cot cha miaule
Un cou cha cante.
Je n’vux mie vous monter l’cou !
Un cœup, un cot, un cou…
Un cœup : ch’cœup d’deux cœups,
Un cot : l’tcheue d’nou cot all est bien vnue,
Un cou, cha foé cocoricou.
Avu un tchou molé d’sé, a passe miux :
Un cœup cha put t-éte salé
Quand qu’il est bien butché ;
Un cou, cha s’sert avu ch’jus
Quand qu’i n’est point d’troup salé ;
Quant à ch’cot, ny o qu’éd sous tcheue
Qu’a foé d’l’effet.
Un cœup, un cot, un cou…
Quel imberlificotage, pour éch’ti qu’i n’est point d’nou poéyis
Ch’cœup-chi, nou cot il o coursé nou cou
Ch’cou il o cocoricoté, chés glain.nes is ont codaché
Un cœup pour errien qui dit ch’tchien
Nan ! Ch’cot l’o coère loupé sin cou,
L’o coère loupé sin cœup.
Coucou qu’i foé ch’cou !
Cha sro pour ech prochain cœup
Qu’i dit ch’cot, tout moneux.
Pi vous itou.
O z-avez comprins ?
J’ércminche !


      CHÉS CALORINES (calorines signifie peupliers de Caroline)

Dréchées da nou vallée
leu piid da l’ieu, leu tête da chés nuages
nous abes s’avinche’te et pi s’balinche’te
da ch’vint , in.hui (in.hui signifie aujourd’hui) comme da l’temps.
A l’intour ed Paques, leus bourgeons roux-poéils (roux-poéils signifie à poils roux)
i dvise’te avu sz’agaches (agaches signifie pies) pi chés cornailles
qu’i font leu nid su leu capieu
et pi leus feuilles nouvelles i s’déroule’te
et pi rimpliche’te echz’abes
et pi berdouille’te et pi routéle’te (routéle’te signifie roucoulent) et pi berdéle’te (berdéle’te signifie bavardent)
du matin au soèr, comme edz’étournieus
da ch’gron (gron signifie giron) d’echz’étés.
A l’Vierge ed mai i perde’té leu cotons, qu’i tché’té (tché’té signifie tombent)
comme des neiges su l’verdure ed chés prés.
Après chés caleurs, i prenne’te un cœup d’viux
i jon-nisse’te, i roussisse’te
pi à l’Toussaint, ches pauvrés feuilles i s’inroule’te
et pi i déboule’te su ll’herbe et pi su chés routes
d’où qu’a s’amonchéle pour foaire p (p signifie de la boue) des beus£.
Chés calorines, da chés courts jours i sont dépleumées
comme nou voésine qu’o pu d’cavieu (cavieu signifie cheveu) edsous s’calipette (calipette signifie bonnet de femme)
ch’est vrai qu’i pousse’té pu bos da s’tête
autour de s’bouque et pi de s’galoche ed minton
qu’i tran-ne (tran-ne signifie tremble) et pi romionne (romionne signifie marmonne) comme chés branques déloquetées£
d’nous peupliers ed novimbe à février
O sz’appelle « peupliers » da vou bieu parler, ouai !
Ch’est vrai qu’i s’tienne’té bien droéts
point pliés du toute
meume da chés timpètes, étampis (étampis signifie dressés) dsu chés rives,
fiers pi tout contints ed s’érbéyer (s’érbéyer signifie se regarder) da nou Selle1 [affluent de la Somme qui passe à Prouzel et Plachy.]
Nou peup’, nou peup’, nous peupliers.


        CHÉS PIERROUS

Sus l’plache de ll’édjlise el parole all est à chés mounieus (mounieus signifie moineaux)
I s’chamaille’te da ch’lierre de ch’mur ed nou chimetiére
O n’intind pu qu’eux
I vous échouisse’te (échouisse’te signifie assourdissent) avu leu pépiages pi leu berdelages (berdelages signifie bavardages)
Tiens ! nin vlo un qui deschind su l’route
Pi qui seute com.me eune mécanique ed droéte pi d’gueuche,
et pi qui djigne (djigne signifie guette) , et pi qui djigne !
Esz’eutes i deschinde’te à leu tour
Mais quoé qu’ch’est qui mile’te (mile’te signifie observent) ,
pi quoé qu’ch’est qui z-attinde’té nous pierrous ?
O sz’appelle pierrous da nou vallée d’Selle
Ch’n’est point avu un tchou grain d’sé su leu tcheue qu’o sz’apprivoéseroué,
nous pierrous rouscailleux grincheux, voleux, crintchés (crintchés signifie perchés, dressés)
Ch’est des hardis-leus, motcheus, raleus, des vrais bâtons bréneux.
Un pierrou ch’est ch’Lafleur1 ed nous oésieux
Ch’est pour cho qu’da nou poéyi ch’ti qu’o dénomme
tchou Pierrou ch’est un fameux bonhomme !
Mais je dvise et pi vlo l’solution qu’all passe.
Tchou Mile avu s’tonne à reues i sort d’el ferme
et pi sin bidet Fatchin, Fatchin ch’est ch’réservoér à crottin.
O z-avez comprins, ch’que djignoué nou pierrou, ch’est ch’cassecroute
Pi quand l’provinde all tché su ch’pos d’el mare
Qué hourvari, qué tintamarre
Eszé vlo riches, eszé vlo servis, eszé vlo à tabe
Berbis qui brait perd eune djeulée.
Pour el circonstinche o pourroué dire
Pierrou qui piaille perd eune betchée.
I z-ont vite comprins, maque et pi taite (maque et pi taite signifie mange et tais-toi) .
Ch’n’est mie lò que j’vous attinds
A-it’ a-it’ ! (A-it’ a-it’ ! signifie vite vite) I s’dépéche’te ed sin foute eune boin.ne panchie (panchie signifie ventrée)
O sz’intind quasimint pu
Pi vlo tchéqu’un ! Froutt’, i s’invole’te su l’toét dé ll’école
Mais i nn’o toujours un qui foé l’fier-tchul pi qu’i reste
Dreché su ch’mont, o n’voé pu qu’li. I pose pour el’vérité d’nou dicton :
Fier com-me Artaban ! Artaban ! o ne l’connoué mie chtilo
Mais nous pierrous o szé connoué, i sont toujours lò
Ch’est pour cho qu’o dit da nou poéyi,
pour un imblayeux (imblayeux signifie prétentieux) qui s’prind pour un apote,
I s’erdrèche comme un pierrou sur un mont d’crottes.


    ABAISSE ÉCH DROP

Da ch’temps-lo quand qu’i y avoué un tchuré da chaque poéyi
O z’étoué pu rgardant tchestion d’chés dévotions.
L’abbé Guénard, tchuré d’Plachy
Da nou vallée d’Selle
L’étoué connu com.me ech leu blanc,
Bien equ cha fuche in noér qu’o l’rincontroué l’pu souvint,
Su sin vélou, par tous chés temps
Battant d’l’aile com.me un oésieu. O ll’apploué chl’hirondelle
I n’tenoué point in plache.
Tchurieux d’toute, es mélant d’toute
Point imblayeux (imblayeux signifie prétentieux) , un tchot molé berdleux (berdleux signifie bavard) ,
Vlo nou tchuré !
I s’asseyoué ainsi à l’tabe d’ech baron
Equ chez Lodie avu s’marmaille
I m’o baptisé, communié, il o marié min fiu.
O l’connaitrez miux quand o sérez ch’qu’il o foué
l’jour éd l’interremint ed Firmin
L’cérémonie al touchoué à s’fin
D’vant ch’corps, l’abbé Guénard avu sn’étole
Ech goupillon da s’main, alloué intonner ch’Libera.
Advisant ch’catafalque
i s’aperchut qu’chés porteux avoué’té laissii l’boéte à découvert !
Ch’est point séant, da nou village, o respecte chés morts.
Es pinchant vers tchou Mile, ech fiu d’Célestine
Qu’étoué éfant d’tchœur avu mi
I li prind sin bros in désignant d’sin minton el circonstinche,
Pi il intame ch’Libero, pinsant qu’ tchou Mile il o saisi
« Libera-a me-e do-ooo-mine »
Tchou Mile i n’bouge mie point, ech message i n’o point passé
« Abaisse ech drop » qu’i dit tout bos ch’tchuré
Point d’résultat. Pi cha continue
« De-eee morte aeterna-aa-am » et il ajoute pu fort :
« Abaisse ech drop »
O ll’o bien intindu ch’cœup-lo
Mais point tchou Mile, o-z- o bieu dire i n’est point futé
Pi chl’abbé Guénard i o continué :
« In diae-ee illa… abaisse ech drop »
L’foés-chi il o crié si fort
equ tous chés gins is ont cru qu’ech drop-lo ch’étoué da l’litanie
Et pi cha continue
« Tremenda-a… abaisse ech drop »
Et quand il avoué épuisé chés garnitures et pi chés fioritures d’ech grégorien, chaque foés qui r’prindoué sin souffe ch’drop il étoué lo :
« Quando… abaisse ech drop… caeli… abaisse ech drop…
« Abaisse ech drop, bougre d’imbécile ! »
Et quand « chl’imbécile » il o éclaté,
tout l’monde il o comprins equ ch’n’étouait pu du latin
O z-o bien ri d’ech drop-lo.
Et pi, à vrai dire, ch’picard pi ch’latin cha sonne aussi bien
Pi Tchou Mile, eune baffe in picard ch’est toudi l’même qu’in latin !


   HISTOÈRE ED COTS

Ed su sin gron
I o un cot qui ronronne
Ed sous sin cotron
I y in o un eute qui ronmionne
I s’innuie, o l’afflate (afflate signifie caresse) pus
Ch’est point coère pour in.hui (in.hui signifie aujourd’hui)
Qu’all dit Mélie
In rbéyant (rbéyant signifie regardant) sn’homme.


CHÉS FREMIONS (FREMIONS signifie fourmis) À Z’AILES

« Par temps d’hernu (hernu signifie orage) , ny o des fremions à z’ailes »
qu’al disoué tchote Mélie à l’vieille Mamzelle.
« On dit des fourmis à ailes »
qu’al li rinfitchoué (rinfitchoué signifie répliquait) el puchelle troup zélée,
« on ne met pas de "z", il n’y a pas de liaison »
Bé lo ch’est toute !
des fourmis z’ailées ch’est bien des fourmis à z’ailes.
A dit bien ch’que cha vut dire, des fremions qu’i vole’te
Da nou picard o n’s’imbarrache point ed tous chés nunuteries (nunuteries signifie sornettes) -lo
On est vnu lo pour carillonner point pour pertonner (pertonner signifie fignoler) .
Si cha sonne point o l’foé sonner, ch’est comme el cloque ed nou clotcher.
« À z’ailes » a vo miux à dire que « à ailes ».
Sans cho o pourroué s’intotcher (s’intotcher signifie s’étouffer) pi o z’o l’air inchpé (inchpé signifie empoté) .
Pi chés gins d’la ville i s’fout’te ed nous, pi alorss !
À Prouzel pas d’zèle, ptète qu’à Plachy i font des chichis
Ch’qu’i foé l’bieuté d’nou parler ch’est quand qu’cha sonne bien
Cha sort comme cha vient, cha péte pi ch’est fin bien.
Par chez nous tchèche qu’est constipé ?
O parle tout d’un bout, sins tournitcher, sins tornicoter
quand qu’o z’o té à l’école da chés courts-jours (da chés courts-jours signifie pendant l'hiver seulement donc rarement) , o z’écrit comme o parle.
Chti qu’i n’o rien à dire, pour seur i s’tait
n’y o point d’danger qu’i bedjaye pi qu’i fache des tchuirs mal-t-à proupous
pi qu’i mèche des "z" doù qu’i n’in feut point.
Pi alorss !
Chés z’haricouts, t’os point mis assez d’zèdes qu’al disoué grand-mère,
tu nn’éros point min fiu,
feut t’apprinde à parler bien, tu n’iros jamoué souper à l’préfecture
Pi achteure i paroué qu’o z’o l’droét d’el dire
Comprindez-y tchèque cose, pour nous o nous comprindons,
un "z" ed puss un "z" ed moins,
ch’qu’i compte ch’est l’seuce qu’i ny o avu pour esz’assaisonner.
Pi l’canchon d’Seurvat* [auteur picardisant de chansons dont « chés z-haricouts ».] a n’sroé point ch’qu’al est
sins chés "z" qu’i ny o pa dsu l’martché.
Nous z’eutes qu’o n’arrètons point ed dire cha coule comme ech robinet,
toute i passe chés berluques (chés berluques signifie les impuretés) pi ch’purjus (purjus signifie le meilleur, mot à mot cidre fabriqué sans ajout d’eau) ,
chés érelles i nin sont rimplies pi nin sont jamoué rassasiées,
chés tchuirs i passe’te avu ch’reste.
Quand qu’nou parler i cante, i feut l’laissii canter,
O voudroué pu qu’cha s’arrète.
Tant qu’ej berdelle j’enn’pinse mie à mes malheurs
Pi l’musique ed nou parlage, a nou console ed nos douleurs
pi a m’foé oublier l’mawaiseté ed chés gins d’achteure
Da qué monde qu’o vit, min pauve monsieu !
Wardez-llé (Wardez-llé signifie gardez-le) nou picard pi foète clatcher chés "z"
pour imbéter chés mamzelles troup nactieuses (nactieuses signifie délicates, qu'un rien répugne) qu’i z’ont peur
ed chez fremions à z’ailes.


BLANQUE

A s’apploait Blanque ed sin tchout nom
Allez comprinde tchèque cose à cho !
Affublée d’un nom péreil
a n’pouvoait t’ête eq nette et pi proprette.
Bin non, ch’étoait eune sorte ed noérchon.
Cracra qu’al auroait du s’appler
tout juste boin-ne à raforer (raforer signifie nourrir) chés coéchons.
Ch’savon pi elle, i n’és rincontroai'te mie jamoais
All avoait surmint peur ed l’ieu, pi peur d’user s’pieu
Feut dire eq da nou poéyi d’in heut
l’ieu a vient d’ech puits
pi qu’i feut l’ermonter pi foaire aller ses bros.
Coèr bien qu’eul pleuve al o pitié d’nous
pi qu’a n’in foait tchère (tchère signifie tomber) juste assez pour foaire boère chés vieus (vieus signifie veaux) .
Est vrai qu’da chés citernes o n’in voét vite el bout.
S’décraper, foèr es toélette conme o disez
ch’est bien pour chés périsiens qui n’ont qu’cho à foaire.
O n’sonmes point vnus dsu l’terre pour astitcher nou musieu,
l’ieu all coute troup tchère pour qu’o l’gaspillonche à l’salir avu ch’savon.
O comprindez, achteure, qu’o pu s’appler Blanque
Mais nom des eus, point da un poéyis sans ieu !