tb - Pierre DUQUET(†) (ch’marister éd Creuse) - bt

Cliquer sur un titre permet d’accéder directement au texte correspondant

jpg

  1 : un cœup, un cot, un cou
  2 : chés calorines
  3 : chés pierrous
  4 : abaisse éch drop !
  5 : histoère éd cots
  6 : chés fremions à z’ailes
  7 : Ti-Lomme
  8 : él trimpette éd chide
  9 : chés bigophones éd Plachy
10 : chés botteus d’calorines
11 : chl’étron
12 : éch l’ange Gabriel
13 : histoère éd cots [in.ne eute –]
14 : chés robineux
15 : él grande feutcheuse
16 : él grive musicienne
17 : ch’lapin d’tchou Daire
18 : ch’est l’progrès
19 : un canado
20 : chés Périsiens
21 : ch’cache-in-tête
22 : pour nou noches d’or
23 : ch’bouilleu d’cru
24 : chl’Armistice
25 : él panche d’un notaire
26 : ch’miloér à reues
27 : chl’euson d’Noël
28 : chés calindriers
29 : él maladie d’amour
30 : éch toubac
31 : cache réservée
32 : ch’passage
33 : Blanque

Toutes les illustrations de cette page sont des siligraphies réalisées par Pierre Duquet

×

Le mot lui-même est un néologisme inventé par Pierre. Voici comment il procédait :
Tout d'abord il allait récupérer du sable de fonderie, lequel après usage prend des teintes brunes plus ou moins foncées. À l’aide de ce sable il composait un dessin sur une surface lisse comme une vitre ou un morceau de tôle émaillée de couleur claire. Une fois l’œuvre menée à son terme, il plaquait dessus une feuille de papier imprégnée de colle. Après avoir délicatement récupérée celle-ci toute engluée de sable, il ne lui restait plus qu'à la laisser sécher. C’était une belle trouvaille de sa part. Quand il était en activité, il a, bien sûr, réalisé des siligraphies avec ses élèves de l'école de Creuse. Celles que vous trouverez ci-dessous ont été créées dans les années 1985-1995. Pour beaucoup, mais pas toutes, elles sont situées dans le texte qu'elles devaient illustrer.

Fermer
 


1 – Un cœup, un cot, un cou

        

Da nou parler de l’vallée d’Selle
Pour chés poéyis in "i", pour chés poéyis in "el"
Un cœup, un cot, un cou…
Ch’n’est mie du tout pérel.
Un cœup cha buque
Un cot cha miaule
Un cou cha cante.
Je n’vux mie vous monter l’cou !
Un cœup, un cot, un cou…
Un cœup : ch’cœup d’deux cœups,
Un cot : l’tcheue d’nou cot all est bien vnue,
Un cou, cha foé cocoricou.
Avu un tchou molé d’sé, a passe miux :
Un cœup cha put t-éte salé
Quand qu’il est bien butché ;
Un cou, cha s’sert avu ch’jus
Quand qu’i n’est point d’troup salé ;
Quant à ch’cot, ny o qu’éd sous tcheue
Qu’a foé d’l’effet.
Un cœup, un cot, un cou…
Quel imberlificotage, pour éch’ti qu’i n’est point d’nou poéyis
Ch’cœup-chi, nou cot il o coursé nou cou
Ch’cou il o cocoricoté, chés glain.nes is ont codaché
Un cœup pour errien qui dit ch’tchien
Nan ! Ch’cot l’o coère loupé sin cou,
L’o coère loupé sin cœup.
Coucou qu’i foé ch’cou !
Cha sro pour ech prochain cœup
Qu’i dit ch’cot, tout moneux.
Pi vous itou.
O z-avez comprins ?
J’ércminche !


2 – Chés calorines (calorines signifie peupliers de Caroline)

        

pdq Dréchées da nou vallée
leu piid da l’ieu, leu tête da chés nuages
nous abes s’avinche’te et pi s’balinche’te
da ch’vint , in.hui (in.hui signifie aujourd’hui) comme da l’temps.
A l’intour ed Paques, leus bourgeons roux-poéils (roux-poéils signifie à poils roux)
i dvise’te avu sz’agaches (agaches signifie pies) pi chés cornailles
qu’i font leu nid su leu capieu
et pi leus feuilles nouvelles i s’déroule’te
et pi rimpliche’te echz’abes
et pi berdouille’te et pi routéle’te (routéle’te signifie roucoulent) et pi berdéle’te (berdéle’te signifie bavardent)
du matin au soèr, comme edz’étournieus
da ch’gron (gron signifie giron) d’echz’étés.
A l’Vierge ed mai i perde’té leu cotons, qu’i tché’té (tché’té signifie tombent)
comme des neiges su l’verdure ed chés prés.
Après chés caleurs, i prenne’te un cœup d’viux
i jon-nisse’te, i roussisse’te
pi à l’Toussaint, ches pauvrés feuilles i s’inroule’te
et pi i déboule’te su ll’herbe et pi su chés routes
d’où qu’a s’amonchéle pour foaire p (p signifie de la boue) des beus£.
Chés calorines, da chés courts jours i sont dépleumées
comme nou voésine qu’o pu d’cavieu (cavieu signifie cheveu) edsous s’calipette (calipette signifie bonnet de femme)
ch’est vrai qu’i pousse’té pu bos da s’tête
autour de s’bouque et pi de s’galoche ed minton
qu’i tran-ne (tran-ne signifie tremble) et pi romionne (romionne signifie marmonne) comme chés branques déloquetées
d’nous peupliers ed novimbe à février
O sz’appelle « peupliers » da vou bieu parler, ouai !
Ch’est vrai qu’i s’tienne’té bien droéts
point pliés du toute
meume da chés timpètes, étampis (étampis signifie dressés) dsu chés rives,
fiers pi tout contints ed s’érbéyer (s’érbéyer signifie se regarder) da nou Selle1 [affluent de la Somme qui passe à Prouzel et Plachy.]
Nou peup’, nou peup’, nous peupliers.


3 – Chés pierrous

        

Sus l’plache de ll’édjlise el parole all est à chés mounieus (mounieus signifie moineaux)
I s’chamaille’te da ch’lierre de ch’mur ed nou chimetiére
O n’intind pu qu’eux
I vous échouisse’te (échouisse’te signifie assourdissent) avu leu pépiages pi leu berdelages (berdelages signifie bavardages)
Tiens ! nin vlo un qui deschind su l’route
Pi qui seute com.me eune mécanique ed droéte pi d’gueuche,
et pi qui djigne (djigne signifie guette) , et pi qui djigne !
Esz’eutes i deschinde’te à leu tour
Mais quoé qu’ch’est qui mile’te (mile’te signifie observent) ,
pi quoé qu’ch’est qui z-attinde’té nous pierrous ?
O sz’appelle pierrous da nou vallée d’Selle
Ch’n’est point avu un tchou grain d’sé su leu tcheue qu’o sz’apprivoéseroué,
nous pierrous rouscailleux grincheux, voleux, crintchés (crintchés signifie perchés, dressés)
pdq Ch’est des hardis-leus, motcheus, raleus, des vrais bâtons bréneux.
Un pierrou ch’est ch’Lafleur1 ed nous oésieux
Ch’est pour cho qu’da nou poéyi ch’ti qu’o dénomme
tchou Pierrou ch’est un fameux bonhomme !
Mais je dvise et pi vlo l’solution qu’all passe.
Tchou Mile avu s’tonne à reues i sort d’el ferme
et pi sin bidet Fatchin, Fatchin ch’est ch’réservoér à crottin.
O z-avez comprins, ch’que djignoué nou pierrou, ch’est ch’cassecroute
Pi quand l’provinde all tché su ch’pos d’el mare
Qué hourvari, qué tintamarre
Eszé vlo riches, eszé vlo servis, eszé vlo à tabe
Berbis qui brait perd eune djeulée.
Pour el circonstinche o pourroué dire
Pierrou qui piaille perd eune betchée.
I z-ont vite comprins, maque et pi taite (maque et pi taite signifie mange et tais-toi) .
Ch’n’est mie lò que j’vous attinds
A-it’ a-it’ ! (A-it’ a-it’ ! signifie vite vite) I s’dépéche’te ed sin foute eune boin.ne panchie (panchie signifie ventrée)
O sz’intind quasimint pu
Pi vlo tchéqu’un ! Froutt’, i s’invole’te su l’toét dé ll’école
Mais i nn’o toujours un qui foé l’fier-tchul pi qu’i reste
Dreché su ch’mont, o n’voé pu qu’li. I pose pour el’vérité d’nou dicton :
Fier com-me Artaban ! Artaban ! o ne l’connoué mie chtilo
Mais nous pierrous o szé connoué, i sont toujours lò
Ch’est pour cho qu’o dit da nou poéyi,
pour un imblayeux (imblayeux signifie prétentieux) qui s’prind pour un apote,
I s’erdrèche comme un pierrou sur un mont d’crottes.


4 – Abaisse éch drop

        

Da ch’temps-lo quand qu’i y avoué un tchuré da chaque poéyi
O z’étoué pu rgardant tchestion d’chés dévotions.
L’abbé Guénard, tchuré d’Plachy
Da nou vallée d’Selle
L’étoué connu com.me ech leu blanc,
Bien equ cha fuche in noér qu’o l’rincontroué l’pu souvint,
Su sin vélou, par tous chés temps
Battant d’l’aile com.me un oésieu. O ll’apploué chl’hirondelle
I n’tenoué point in plache.
Tchurieux d’toute, es mélant d’toute
Point imblayeux (imblayeux signifie prétentieux) , un tchot molé berdleux (berdleux signifie bavard) ,
Vlo nou tchuré !
I s’asseyoué ainsi à l’tabe d’ech baron
Equ chez Lodie avu s’marmaille
I m’o baptisé, communié, il o marié min fiu.
O l’connaitrez miux quand o sérez ch’qu’il o foué
l’jour éd l’interremint ed Firmin
L’cérémonie al touchoué à s’fin
D’vant ch’corps, l’abbé Guénard avu sn’étole
Ech goupillon da s’main, alloué intonner ch’Libera.
Advisant ch’catafalque
i s’aperchut qu’chés porteux avoué’té laissii l’boéte à découvert !
pdq Ch’est point séant, da nou village, o respecte chés morts.
Es pinchant vers tchou Mile, ech fiu d’Célestine
Qu’étoué éfant d’tchœur avu mi
I li prind sin bros in désignant d’sin minton el circonstinche,
Pi il intame ch’Libero, pinsant qu’ tchou Mile il o saisi
« Libera-a me-e do-ooo-mine »
Tchou Mile i n’bouge mie point, ech message i n’o point passé
« Abaisse ech drop » qu’i dit tout bos ch’tchuré
Point d’résultat. Pi cha continue
« De-eee morte aeterna-aa-am » et il ajoute pu fort :
« Abaisse ech drop »
O ll’o bien intindu ch’cœup-lo
Mais point tchou Mile, o-z- o bieu dire i n’est point futé
Pi chl’abbé Guénard i o continué :
« In diae-ee illa… abaisse ech drop »
L’foés-chi il o crié si fort
equ tous chés gins is ont cru qu’ech drop-lo ch’étoué da l’litanie
Et pi cha continue
« Tremenda-a… abaisse ech drop »
Et quand il avoué épuisé chés garnitures et pi chés fioritures d’ech grégorien, chaque foés qui r’prindoué sin souffe ch’drop il étoué lo :
« Quando… abaisse ech drop… caeli… abaisse ech drop…
« Abaisse ech drop, bougre d’imbécile ! »
Et quand « chl’imbécile » il o éclaté,
tout l’monde il o comprins equ ch’n’étouait pu du latin
O z-o bien ri d’ech drop-lo.
Et pi, à vrai dire, ch’picard pi ch’latin cha sonne aussi bien
Pi Tchou Mile, eune baffe in picard ch’est toudi l’même qu’in latin !


5 – Histoère ed cots

        

Ed su sin gron
I o un cot qui ronronne
Ed sous sin cotron
I y in o un eute qui ronmionne
I s’innuie, o l’afflate (afflate signifie caresse) pus
Ch’est point coère pour in.hui (in.hui signifie aujourd’hui)
Qu’all dit Mélie
In rbéyant (rbéyant signifie regardant) sn’homme.


6 – Chés fremions (fremions signifie fourmis) à z’ailes

        

« Par temps d’hernu (hernu signifie orage) , ny o des fremions à z’ailes »
qu’al disoué tchote Mélie à l’vieille Mamzelle.
« On dit des fourmis à ailes »
qu’al li rinfitchoué (rinfitchoué signifie répliquait) el puchelle troup zélée,
« on ne met pas de "z", il n’y a pas de liaison »
Bé lo ch’est toute !
des fourmis z’ailées ch’est bien des fourmis à z’ailes.
A dit bien ch’que cha vut dire, des fremions qu’i vole’te
Da nou picard o n’s’imbarrache point ed tous chés nunuteries (nunuteries signifie sornettes) -lo
On est vnu lo pour carillonner point pour pertonner (pertonner signifie fignoler) .
Si cha sonne point o l’foé sonner, ch’est comme el cloque ed nou clotcher.
« À z’ailes » a vo miux à dire que « à ailes ».
Sans cho o pourroué s’intotcher (s’intotcher signifie s’étouffer) pi o z’o l’air inchpé (inchpé signifie empoté) .
Pi chés gins d’la ville i s’fout’te ed nous, pi alorss !
À Prouzel pas d’zèle, ptète qu’à Plachy i font des chichis
Ch’qu’i foé l’bieuté d’nou parler ch’est quand qu’cha sonne bien
Cha sort comme cha vient, cha péte pi ch’est fin bien.
Par chez nous tchèche qu’est constipé ?
O parle tout d’un bout, sins tournitcher, sins tornicoter
quand qu’o z’o té à l’école da chés courts-jours (da chés courts-jours signifie pendant l'hiver seulement donc rarement) , o z’écrit comme o parle.
Chti qu’i n’o rien à dire, pour seur i s’tait
n’y o point d’danger qu’i bedjaye pi qu’i fache des tchuirs mal-t-à proupous
pi qu’i mèche des "z" doù qu’i n’in feut point.
Pi alorss !
Chés z’haricouts, t’os point mis assez d’zèdes qu’al disoué grand-mère,
tu nn’éros point min fiu,
feut t’apprinde à parler bien, tu n’iros jamoué souper à l’préfecture
Pi achteure i paroué qu’o z’o l’droét d’el dire
Comprindez-y tchèque cose, pour nous o nous comprindons,
un "z" ed puss un "z" ed moins,
ch’qu’i compte ch’est l’seuce qu’i ny o avu pour esz’assaisonner.
Pi l’canchon d’Seurvat* [auteur picardisant de chansons dont « chés z-haricouts ».] a n’sroé point ch’qu’al est
sins chés "z" qu’i ny o pa dsu l’martché.
Nous z’eutes qu’o n’arrètons point ed dire cha coule comme ech robinet,
toute i passe chés berluques (chés berluques signifie les impuretés) pi ch’purjus (purjus signifie le meilleur, mot à mot cidre fabriqué sans ajout d’eau) ,
chés érelles i nin sont rimplies pi nin sont jamoué rassasiées,
chés tchuirs i passe’te avu ch’reste.
Quand qu’nou parler i cante, i feut l’laissii canter,
O voudroué pu qu’cha s’arrète.
Tant qu’ej berdelle j’enn’pinse mie à mes malheurs
Pi l’musique ed nou parlage, a nou console ed nos douleurs
pi a m’foé oublier l’mawaiseté ed chés gins d’achteure
Da qué monde qu’o vit, min pauve monsieu !
Wardez-llé (Wardez-llé signifie gardez-le) nou picard pi foète clatcher chés "z"
pour imbéter chés mamzelles troup nactieuses (nactieuses signifie délicates, qu'un rien répugne) qu’i z’ont peur
ed chez fremions à z’ailes.


7 – Ti-Lomme

        

Ti-Lomme a n’vous dit rien ? O n’savi point tchéche éq ch’est ?

Ti-Lomme, Ti-Lomme éd Vers ! L’est con.nu conme éch leu blanc, ch’est nou fierté. Il o sn’estatue da l’grand-rue édsous chés maronniers. Pindint l’otchupation chés boches i nous l’ont impruntée, jé n’sais point pour quoé nin foère, pi ch’qu’i n’ont foé, bé i

z-ont oublié éd nous l’érdon.ner. Tchou Bazin, après l’libération i ll’o restchulpté, in pierre él foés chi, pour én’ pu qu’o nou l’érprinche. Mais à vir chés yux qu’i foé achteure édpu sn’escapade, o voé bien qu’i n’est point satisfoait dé ch’qu’o i o foé.

Ti-Lomme éch cante éd nou vallée, il o raconté su tous les coutures da ses canchons.

I n’és passoué point d’fête, éd noches, éd bantchets sans qu’o cante ésn’arégnie. Bé, ch’est ptête pour cho qu’par ichi chés fenmes i z-ont peur d’éch bétal-lo.

Tous chés garlavoirés d’nou tchuin i con.naisse’té tout cho par tchœur : él bête vrimeuse qu’a s’est laissii tchére da l’gate, chés mouques in sintinelle, où qu’o savi, pi ch’nez d’cousin Gleude, et pi et pi, él tripée d’vaque éd tchou Jacques, él ratatouille, Saleux Saloui, él crotte, pi ch’pistolet… bref Ti-Lomme conme ch’est dit da sin surpitchet, un surpitchet généralemint cha dépeint bien sn’honme, ch’étoué point un géant, i tnoué cho d’sin père, pi s’il o grandi, pi s’il est dévnu pu grand qu’li, ch’est à cœuse d’ésn érnonmée. Li Émmanuel Bourgeois, ch’fiu d’Ti-Lomme éd Vers, un fameux luron qu’ch’étoué, pi qu’i savoué s’foère intinde.

À ch’sujet-lo, feut qu’éj vous raconte ch’qu’i i est arrivé éch jour d’où qu’il o débartché à Paris pou l’première foés.

Sin cousin Constantin il l’avoué invité à vnir él vir, ch’étoué coér un frelutchet qu’i n’avoué jamoué sorti d’sin treu. Cmint qu’il o foé pour arriver jusqu’à l’rue, o n’mé l’o point dit. Il o surmint prins ch’train et pi chés sergints d’ville i l’ont aidié à tracher l’rue, sins doute. Mais arrivé lo, il o ieu bieu foère, éch nom d’él rue i s’in souvnoué, mais point moéyin d’értrouver ch’numérou.

Quel invintion qu’i l-ont chés Périsiens. Pa l’rue d’Vers, o n’perdoué mie sin temps à compter chés moésons. Il est resté lo un momint à s’érbéyer. Point tchestion d’aller dminder à tous chés gins-lo d’où qu’i perchoué cousin Constantin. I n’éroué point vu l’bout i nn avoué d’trop, pi i l’érbéyoé’te conme un épeutaire, et pi i z-avoué’te l’air d’és foute éd li. Ch’est mal con.nouéte nou bonhomme, i n’s’est point démonté pour cho.

Dvinez ch’qu’il o foé pour értrouver sin parint da chl’infer-lo. Autant tracher in.ne aidjuille da un mont d’fiin, in.ne guernouille da chés rosieux d’nou tchuin. Bé vlo cmint qu’i sé nn est tiré nou Ti-Lomme. Il o deschindu pi rmonté l’rue, qu’al dvoué ête fin longue à ch’qu’o m’o dit, in djeulant conme un perdu :

« Vlo Ti-Lomme qu’i passe, vlo Ti-Lomme qu’i passe… »

I n’fouésoué qu’éd foère conme chés djeulards éd marchands qu’i rimplissoé’té él rue. Mais li, il l’o foé su l’cœup d’midi, pi lo il o té intindu. Avu sin surpitchet canté avu chl’accent d’nou vallée, o n’pouvoué point s’berlurer. Cousin Constantin l’o rcon.nu nou bonhomme, Ti-Lomme l’étoué seuvé.


8 – Él trimpette éd chide

        

J’él voé coér min père, su l’cœup d’chonq heures, par chés grandes caleurs, déchinde à ch’platchul avu ch’bol da s’main. J’intinds ch’bruit d’él canelle qu’al oingne un tchou cœup, pi l’tchote pitchette éd chide qu’al coule. Pi l’vlo qu’i rmonte da l’lumiére avu un tchou molé d’soleil da s’main.

Ch’est qu’il est fin bieu nou chide quand il o bouilli, pi qu’il est paré, pi qu’o l’considère à l’lumiére da ch’lite blanc. Jaun.ne, luisant, doré, plaisant à l’vue pi à ch’gout, nou chide à nous.

Rintré à l’tchuisine j’érvoé ch’père chucrer s’bolée avu deux tchuillerées à café d’chuque cristallisé pi touiller tout duchemint pour foère sortir éll’odeur pi l’respirer. Cha l’rafraichissoué rien qu’à ll’érnifler. Assis à l’tabe i cœupoué in.ne tranche éd pain d’deux lives, i l’findoué in deux, lo où qu’al est si blanque pi doù qu’i y o granmint d’treus, pi i l’trimpoué da ch’breuvage éd nou contrée.

In.ne trimpette éd chide bien fraique, un tchou molé surette, un tchou molé sucrée, n’y o rien d’tel pour vous rafraitchir par chés cœudes jornées d’été.

Quand qu’o z-étions à l’moésson, da chés camps azis, nou langue pindante, nou gosier réque, o nin révoué.
Ch’bol vidii, min père i lissoué ses moustaches, un cœup à gueuche, un cœup à droéte, o savoué qu’il étoué satisfoait. I n’y avoué point miux qu’sin chide pour éll’édjéyer. I n’pouvoué mie s’in passer.

Jusqu’à s’mort, tous sz’ans i nin foésoué in.ne assise, rien qu’pour li, il aimoué tant cho.

À chés visiteurs i n’mantchoué jamoué d’énn offrir un verre, ch’étoué s’fierté. Il o rfusé tous chés subvintions putout qu’d’abatte ses peumiers. I szés con.naissoué par leu nom, putout pa ch’nom d’cheux qu’i sz’avoué’te plantés. Ch’peumier Vinchint il avoué des tchotes peumes rouges pi un molé surettes, ch’peumier d’él mère Debuise des grosses blanques putout amères pi qu’i pourrissoué’té vite. À l’Canvrière i z-avoué’te trop d’chuque, au bord d’él rivière i z-avoué’te trop d’ieu.

I con.naissoué chés crus conme o dit, pi i savoué foère chés mélanges. Sin chide ch’étoué sn’œuve. Un chide d’él vallée d’Selle, d’chelle où qu’o z-o conservé chés peumiers plantés par nous tayons pi qu’o laiche moérir d’leu belle mort.


9 – Chés bigophones éd Plachy

        

O z-éroué dit un échaim d’mouques à mié un jour d’harnu, in.ne nuée d’seutrelles da sz’éteuilles au moés d’eut, cha gazouilloué conme in.ne volée d’sansonnets da sz’ormieux d’nou courtil, tchéque foés a oingnoué conme in.ne tchinzaine éd grand-portes mal graissiies, ou cha chuintoué conme in.ne nichtée d’cahuins da nou clotcher par nuit, a nazilloué conme in.ne escouade éd berdleux inchifernés, pi tout duchemint a ronron.noué conme un tchou cot édsu min gron, un tchou bouseré da sin bercieu, pi a s’éteindoué conme in.ne candelle qu’o vient d’souffler.

Pi quand tout i s’arrêtoué pi qu’o z-avoué pu qu’ses yux pour intinde, o comprenoué qu’él fanfare La Joyeuse éd chés bigophones éd Plachy al avoué fini d’jeuer. Éch charme l’avoué foé sin cmin.
Pour d’él musique, i n-y avoué d’él musique lo ndin, pi d’él vraie :
Ch’Théo avu sin piston, ch’Marcel avu sin bugle pi ch’Robert avu s’basse i gonfloué’te leus bajeus, leu trongne al rougissoué, i balanchoué’té leu tête, i battoué’té du piid, in djignant su leu morcieu qu’étoué fitché justé lo dvant su leu nez, pi l’groche tchaisse d’éch Ballon al régloué l’cadence ou bien al comptoué chés pos, pindint qu’ész’eutes, chés beudets, da leu bigophone, à l’suite, i foésoué’té simblant d’souffler. Conme pour ch’paté d’alouette, n-y avoué in.ne musique pour dix chuchettes.

Chés beudets, da leu mirliton i chuchoué’té ch’bout d’éch tuyeu où qu’étoué infitché l’tchote pastille qu’al cantoué avu eux. I falloué du souffe, pour sûr, mais ch’qu’o leu z-avoué point dit, ch’est qu’i falloué dl’oreille.
Dl’oreille ! Ch’n’est point ch’qu’i leu manque, i z-ont tout ch’qu’i leu feut. Pour bigophoner juste, i n’feut point canter faux.

Avu leu rouillère bleuse pi leu bonnet d’coton à rayures pi à pompon, drière él bénière éd Laridon i défiloué’te, imberlificotés da leus instrumints d’carton qu’étoué’té peinturlurés in rose bonbon pi in noèr conme leu barboère.
Éch chef, cousin Achille l’avoué d’él poègne, ch’étoué point du chuque, conme tous chés Ti-Lomme l’avoué d’él panche et pi d’él brongne. Ch’est li qu’i tnoué l’badjette, ch’est li à mzure qu’i battoué la mzure.

Quand qu’o sait l’importance qu’i n-y o à partir quand qu’i feut pi à s’arrêter tertous insan.ne, o comprins miux à quoé qu’a servoué s’badjette.

Mais il avoué bieu foère, i nn avoué toujours un qu’i s’arrêtoué après sz’eutes, in.ne fachon à li d’insister pour dire qu’leu canchon al étoué finite pour du bon. O li pardon.noué d’avouér bissé quand qu’i falloué point, conme à sz’eutes quand qu’i foésoué’te involer leus canèrds édsu l’plache dvant chés nadjeus. Ch’étoué à l’boin.ne frantchette.

Tout alloué fin bien, o z-étoué joéyeux à l’Joyeuse, o n’pinsoué qu’à s’amuser. Chés gins i suivoué’té fin contints, chés gosses i gambadoué’te él long d’chés défilés d’nous djudjusses. Toutes chés fêtes z-étoué’té bigophonées. À Plachy o n’avoué jamoué vu cho ! Il est vrai qu’pindint chés énnées qu’i z-ont suivi l’djerre éd 14, o nin finissoué pu d’s’amuser. Mais toute il o in.ne fin.

Tout il o bien été jusqu’à ch’jour où qu’i z-ont cangé leu bonnet d’coton pour in.ne castchette galonnée pi trotché leu brongne éd djudjusse pour in.ne musique éd musicien. Quand qu’i s’sont prins au sérieux — tchéche qu’o ieu ll’idée-lo ? — ch’étoué fini, o n’o pu rigolé.

Ch’qui prouve éq quand qu’o vut péter pu heut qu’sin tchul, o z-est toujours érfoué, o tché toujours pu bos qu’o z-étoué. Djudjusse o ll’est, musicien cha s’apprind ! Qué dommage qu’o z-êtes si vite partis. Adiu joéyeux bigophoneux d’Plachy. Avu vous, o z-avons si bien ri.


10 – Chés botteus d’calorines

        

pdqQuand à mzure da chés patures o voérez tchéqu’un marcher à l’écarcouillette in balanchant ses bros, én’vous berlurez point, ch’n’est point qu’il o foé da s’tchulotte non ! ch’est qu’ch’est un botteu, un botteu d’calorines, quoé.

L’pu souvint il est pertché su sz’abes conme chés cornailles, battant la mzure avu s’sarpe, mais feut bien qué d’temps in temps i dégordiche ses gambes da ch’pré avu chés vaques. Pourquoé qu’i marche conme cho, ch’est pour én’point s’inchper da ses grimpettes, chés crochets qu’il o fichelé à ses mollets pour miux s’aggripper à ch’tronc.

Ch’est pindint chés courts jours, putout à mi mars qu’i foé sin fier tchul, loéyi à l’calorine, à mi heuteur, butchant avu s’sarpe su tout ch’qu’i dépasse d’éch tronc.

In.ne calorine feut qu’cha pousse droét, pour cho feut qu’o l’affile, qu’o cœupe tout ch’qu’i rbique da ch’bos, pour qu’al fuche conme un crayon avu sin plumet in heut, lo d’où qu’chés agaches et pi chés cornailles i foé’te leu nid.

Toute él sainte jornée il est lo, agvalé su leu panche, ses bros à l’intour éd leu taille, ész’imbrachant su toutes les coutures. Ah pour sûr i nn est amoureux d’ses calorines, i feut vir conme i szés lorgne, conme i sz’amidole, conme i szés courtise avint d’észés monter.

I n’feut point qu’al fuche’té jalouse, i szés sert chatcheune leu tour, vertillant conme un jeune coquelet. Ch’est ainsi qu’éch Boulou i mnoué sn’étchipée.

Mais vlo-ti point qu’un jour in.ne éd ses cavalières pu jalouse qu’ész’eute al o voulu s’érvinger, pindant qu’il étoué in train d’él coéffer dé ll’ébrintcher d’él parer, l’chipie-lo al l’o foé tchére, putout al i o foé mantcher sin cœup.
O ll’o rtrouvé les bros in croéx o z-o cru qu’il étoué mort, ch’étoué mal él con.nouéte, i sé nn est tiré avu in.ne patte folle. Mais dpu ch’temps-lo i n’botte pu, i n’leu z-o point pardon.né à chés calorines, pi pour s’érvinger ch’est li qu’i sz’abot achteure.


11 – Chl’étron

        

Dpu qu’il avoué tchitté l’école i n’s’arrêtoué pu d’pousser, i n’s’arrêtoué pu d’grandir. Il avoué filé conme nou lampe à pétrole, mais i n’y avoué point d’mécanique pou l’régler, li !

Il étoué dévnu long, fin long pi o n’savoué pu cmint foère. Ses bros dépassoué’te d’és lévite, ses patalons arrivoué’te à ses genoux. I salué d’un tchou cœup d’tête in passant dsous chés portes. Ch’étoué dévnu un grand dépindeux d’andouille. I simbloué nn avouér toujours un tchou bout d’trop. Il avoué surmint grandi trop vite, ch’reste i n’avoué point suivi.

Ch’est ptête bieu d’ête grand, d’avouér éd grandes tchilles pi d’grands abattis, mais grand, feut ll’ête da s’tête aussi !

Avu s’voué d’feusset qui gargouilloué da s’gargate, il avoué toute du jouène coquelet qui trache à canter da ch’tchuin d’éch pouiller sins jamoué y arriver.
Rbéyez-mé ch’l’étron-lo, o presseroué su sin nez i nin sortiroué du lait !

pdq Sous ch’l’affront i baissoué sin nez pi i rougissoué. I n’y o point d’doute, i li mantchoué tchéque cose, ch’qui don.ne du tchulot, qui rimplit vou tchulotte, qui vous foé ête un honme, pi qui pousse édsous vou nez : dé l’moustache ! Su s’lippe n’y avoué qu’du duvet, su s’brongne qu’d’él pieu d’bébé, dsous sin minton qu’troés poèils follets. Poèillu conme in u, poèillu conme in u ! Ses copains s’foutoué’te éd li pi chés filles aussi.

Ch’est alors qu’il o ieu ll’idée-lo ! Sn’onque Arsin.ne, éch coulon.neux o du li souffler. Ch’est à l’brune, avu ll’étchelle dé ch’guernii qu’il o grimpé da ch’pigeon.nii pi qu’il est resté un long momint. Pi l’lindemain il o rcminché, pi ch’manège il o continué.

O z-avez surmint comprins. Ch’est qué ch’brin d’pigeon, si o s’in barbouille il o l’réputation d’foère pousser ch’qui li mantchoué su sin minton pi dsous sin nez, pi ptête ailleurs, tchi sait ?
Dpu qu’i vo da ch’pigeon.nii, j’croés qu’i o tchéque cose éd cangé, li qu’avoué peur éd chés filles, tous les diminches i cminche à roucouler. Conme quoé ch’brin d’pigeon il o sn’utilité.


12 – Éch l’ange Gabriel

        

I s’appéloué Gabriel éd sin tchou nom.

I n’li mantchoué qu’deux ailes pour qu’i fuche éch’l’ange d’él tchote Marie pi annoncher l’boin.ne nouvelle ; à dire vrai, toutes chés nouvelles, chés boin.nes conme chés mawaises. Il insistoué surtoute sur chés mawaisetés, et pi il avoué in.ne telle fachon éd foère él gazette, o z-éroué dit un kiosque à journieux. Cha s’affichoué su s’panche, da ses yux, cha s’écrivoué su s’brongne ! Toute étoué da s’voué, da l’musique éd sin parler. Il étoué foé pour édviser, s’vie a s’passoué à roucouler chés “ke” pi chés “tche” éd nou picard.

Ch’est avu li qu’j’ai comprins l’canchon d’nou parler. Da s’bouque cha dévnoué d’él braise, du chuque, du mié. Avu li o s’érbéyoué braire, rire et pi o n’étoué mie pu moaite éd li.

Cho foésoué cœud à s’panche, pi cœud à sin tchœur. Cha sintoué boin ch’cide éd peumes pi ch’calva, éch fiin sous chés calorines, éch café da l’tchuisine et pi tous chés sinteurs éd nou terroèr.

I chuintoué conme chés hulottes pi chés cahuins. I cassoué chés “cœu” chés “co” chés “con” chés “can”. I balanchoué sur chés diphtongues, sur chés brèves et pi chés longues. I s’gargarisoué avu chés “tche” chés “chti” chés “djli”. I barbotoué da ch’l’imparfait, “parloué’te”, “cantoué’te”, “chuchoué’te”. I s’pourléchoué d’chés subjonctifs “qu’i seuche’te”, “qu’i puche’te”, “qu’i fuche’te”, “qu’i suche’te”.

Qué lçon de “syntaxe” et pi de “grammaire” pour un marister. Éj vous salue Mantelle, inge Gabriel éd nou parler dé l’vallée d’Selle. Éj li pardon.ne d’avouér tué mes glaines qu’alloué’te gratter ses tchotes graines. Achteure, conme mes glaines, ch’est mi qui vo plucsiner da sin gardin.


13 – Histoère éd cots [in.ne eute –]

        

Ch’est avu s’tcheue qu’éch cot il o foé tchére éch lite
Da ch’lite n-y avoué d’él goutte
Él goutte a s’est répindue su ch’fu
Ch’fu il o prins à ch’ridieu
Toute il o brulé.
Ch’étoué min cot, ch’étoué nou moéson
Pi ch’lite éd goutte ch’étoué pour mi.
Pi ch’est pour cho
Qu’édpu ch’temps-lo, édpu ch’cœup-lo, dpu ll’affoère-lo
Qu’min cot i n’boé pu d’goutte…
O m’foètes berlurer,
Ch’est dpu ch’temps-lo, dpu ch’cœup-lo, dpu ll’affoère-lo
Qu’j’ai la goutte pi qu’éj n’ai pu d’cot.


14 – Chés robineux

        

J’ém voé coér da ch’temps-lo, da nou tchote école mixte à classe unique conme o disoué, avu chés tchous bitlets, chés tchous nazus, chés robineux, conme mi, qu’i chuchoué’té leu peuche in frinchon.nant leu nez, assis dsu chés bancs conme des condamnés, usant leu fond d’tchulotte à londjeur éd jornée, balanchant leus galoches au bout d’leus gambes troup tchotes, tortillant leu tchul quand qu’cha pressoué un molé — à mzure n-y avoué des fuites, ch’est-ti point normal à cht age-lo !

Pi ch’moaite i n’s’otchupoué mie d’eux, in train d’prècher pou ész eutes, chés grands, dé l’ieu, d’él nature éd nou pieu pi dsu ch’temps. I z-avoué’te bieu tinde leu main in l’air in foésant l’grimache, i n’érbéyoué mie d’leu côté, pour cho, i berdouilloué’te pour én’point ll’interrompe :
“Msieu, cabinet ! Msieu cabinet !”

I s’apploué Vignole éd sin nom ! In.ne main toujours in l’air pi l’eute plachée lo d’où qu’i feut pour arrêter l’marée, i continué’te à pleurnicher :
“Msieu cabinet ! Msieu cabinet !”

Mais i z-avoué’té bieu foère et pi bieu dire, él nature al n’attind mie, passé l’limite ch’robinet i n’obéit pu, pi ch’déluge i suit. In.ne tchote mare su ch’plantcher, un fond d’tchulotte trimpé pi des lermes qu’i coule’te su leus bajoues qu’i tran.ne’te, vlo ch’résultat d’un malintindu.

D’in.ne pert un moaite troup gigogneux pi dl’eute un robinet moneux.


15 – Él grande feutcheuse

        

Al est lo qu’al varon.ne à l’intour éd nou moéson, qu’al farfouille, qu’al luron.ne, qu’al tornicote qu’al mile pi qu’al djigne, él grande feutcheuse, in attindant sn’heure ! Al est lo qu’al passe pi qu’al rapasse. Al est lo, pi a n’est pu lo. Allez savoér achteure.
Édpu tchéque temps i simbloué qu’a nou laissoué trantchille, o n’él voéyoué mie pu par chez nous pi in.nhui al est révnue !
Al mile pa ch’treu d’él serrure, al soulève éch tchuin d’éch ridieu,
Al acoute par éll’écminée. Ch’est ptête elle qu’al djigne pa l’lucarne éd nou télé.
Pour tchéche qu’a nn o ?
J’n’ose point y pinser, ch’est-ti pour mi ?
Conme granmint d’gins, j’ai bieu foère conme si j’n’él con.naissoué point, conme si a n’étoué point lo, conme si al passoué sin cmin. És brongne d’éstchelette a n’quitte point m’cahouette.
És feuque a n’rouille mie, a n’s’arrête jamoué.
A nou nn o-ti cœupé d’nous bieux épis, d’nous boins amis, nous viux pérints pi nou tchou-fiu, pi sins prévnir ou bien in prenant sin temps conme in.ne grande herchelle qu’al casse toute, qu’al broé toute pi qu’a n’s’éstchuse dé rien.
Chés treus, tous chés treus qu’al o foé da nou vie, jamoué o n’pourro szés rboucher.
Al foé tout in dépit du boin sins. Si j’avoué travaillé conme cho, n-y o longtimps qu’o m’éroué mis à l’porte.
A n’pourroué-ti point foère ésn’ouvrage pu consciincieusemint ? Pisqu’al est lo pour foère éch tri, pi qu’al est poéyi pour cho, al froé bien miux d’y mette un tchou peu d’jinjin.
Rbéyez-mé cho ! A n’coésit point, al prind n’importe tchéche pour ajouter à sn’addition !
Nou Mémère qu’al est lo qu’al attind dpu si longtimps éch boin vouloèr d’él chorchelle-lo. À deux énnées près, al vo sur ses chint ans, pi tous les jours, autant qu’éch Boin Diu i foé d’jours, al réclame él droét d’s’érposer pi d’partir, pi a li rfuse tout l’temps, al jue à ch’cot pi à l’soéris avuc elle, a n’él préviendro minme point l’jour d’où qu’cha sro sin tour !
Ch’est in.ne malapris in.ne mal édutchée. Par conte al prind sins raison chés tchous jésus, chés tchous fius pi al laisse chés grand-mères, al prind chés tchotes rétues pi chés laiderons i rest’te, al prind chés malins pi al laisse chés godiches, al garde chés langreux pi chés pauves miséreux ! Pourquoé ? O s’l’édminde !
Tout conme si a s’amusoué à foère souffrir sin monde, à torturer chés gins.
Ch’est pour cho qu’éj vous l’dis, jé n’pux point li pardon.ner. Pi j’m’in moque après tout, j’ai foé pu d’él mitan d’ém vie, pi je ll’attinds éd piid ferme pi a n’m’impéchro point d’li dire ch’qu’éj pinse éd ses manigances à l’chipie-lo.


16 – Él grive musicienne

        

n’arrive point à canter, in.ne grive musicienne.
pdqSu l’antenne éd nou télé i y o in.ne grive qu’a Quoé qu’ché n’est qu’in.ne grive et pi musicienne ?
Én’trachez point da chés canchons d’Seurvat, a n’o rien à voér avu sz’haricouts.

In.ne grive ch’est un oésieu tout gris conme sin nom i l’dit, cha maque des carcailloux pi des fraises, cha foé sin nid da sz’héyures, conme chés hirondelles, cha l’maçon.ne avu d’él beue. À forche dé s’torner, pi dé s’ratorner, dé s’glicher, dé s’frotter à l’in.ndin d’éch nid cha dvient sitant bieu pi si bien foé qu’o voudroué t-ête un oésieu pour s’y anicher.

Quoé qu’i nn est, nou grive a n’put point canter ?

Él saison al est coér à venir, n’est mie coér l’heure, chés hirondelles et pi ch’coucou i n’sont mie lo.
Pa plus su ch’bout d’nou bouleau qué dsu ch’perquoèr qu’li tind chl’antenne éd nou télé, él tchote grive a n’pu point canter. Al o bieu s’érdrécher conme un moénieu su un mont d’crottes, l’tête in l’air pi l’tcheue in bos pour lancer sn’aubade à l’cantonnade, cha s’arrête da s’gorge, à chés premiers glouglous cha n’passe point, cha n’vut point passer éch disque il est rayé.

Et ch’est ainsi qu’édsu nou télé, él grive, él tchote grive musicienne al o annonché ch’printemps...
Sans avouér pu l’canter.


17 – Ch’lapin d’tchou Daire

        

pdqCh’étoué chez tchou Daire da l’temps qu’j’étoué marister à Creuse qué ll’opération prévue a n’o point ieu d’suite. Min fiu qu’avoué huit ans i s’otchupoué d’nous lapins i leu tcheuilloué des lancherons él soèr après l’classe pi l’jeudi i leu nettoyoué leu niche, il inlvoué ch’fiin, ch’feumii pi chés crottes, chés tchotes crottes qu’i glissoué da l’poque éd sin voésin à l’école, in djise éd bonbons, ch’coquin-lo.

Bref min fiu qu’éj dis avoué-ti point ieu l’idée d’avouér des tchous jouènes pour rimplachi chés grous qué s’mère al nous servoué ch’diminche après l’messe, in chivet, in compote ou aux prunieus.

Un lapin cha s’rimplache, ch’n’est mie éternel.

Il avoué raison, mais pour cho quand o n’o qu’des lapins i feut trouver un male… ah !… quand qu’o n’o qu’des lapines i feut trouver un male ch’est évidint.

N’y avoué qu’tchou Daire qui rédoué d’lapins da nou village et pi qu’i nourrissoué un male blanc pour l’érproduction.

Allez don don.ner in.ne explication pi foère él démonstration à un nazu d’huit ans, ch’n’est mie l’affoère d’in.ne mère.

Toujours est-i qu’un bieu jour avu s’mère, da un pénii à couverque is avoué’té mis un lapin ou in.ne lapine, él suite a vous l’diro, pour l’inmener au male, chez tchou Daire.

J’voé à vou tête qu’os avez déjo comprins, ch’est point l’peine qu’éj continuche !

Él confrontation al o ieu liu. Chés deux males i s’sont értornés i n’avoué’té rien à s’dire. Tchou Daire avu ses yux d’teupe n’avoué mie rien vu.

Ch’est min fiu qu’o comprins, i nin savoué djo pu qu’mi.


18 – Ch’est l’progrès

        

Pourquoé qu’ch’est-i, pourquoé qu’ch’est don éq toute i cange, éq toute il est rmis in tchestion
qu’i n’y o pu d’ortilles su chés roéyons
pi pu d’raveluques da chés minettes
pi pu d’mahons da sz’imblavures
pi pu d’cardons su l’route éd Byon
Ch’est l’progrès

Pourquoé qu’ch’est-i, pourquoé qu’ch’est don
qu’da chés camps n’y o pu d’bidets
mais dz’atrantchillages à reues
qu’i font ch’travail éd chés chomeus
pi qu’i n’font pu d’crottin pour foère du fiin ?
Ch’est bien dommage pour chés betteraves
pi chés pauves gins, qu’i s’impoéson.ne’te avu leus fumées pi leus ingrais
Ch’est l’progrès

Pourquoé qu’ch’est-i, pourquoé qu’ch’est don
qu’i n’y o pu d’écminée da nous moésons
pi qu’chés toétures i sont in pannes
pi qu’da nou poéyis n’y o pu d’paillis,
pi qu’da chés pignons i z-ont mis des briques à l’plache éd chés gros moéllons
Ch’est l’progrès

Pourquoé qu’is ont abattu chés granges, pi chés platchuls
qu’à l’plache i font pousser des plouses
pi qu’au lieu d’lédjeumes i tchultive’té du gazon
qu’i tonde’te avu leu zinzin, conme i font chés moutons
Ch’est l’progrès

Pourquoé qu’i n’y o pu d’ieu da chés mares, moins d’oésieux da chés bos
pu d’hourlons da chés abes, pu d’coucous da chés prés
qu’i déverse’té du poéson da chés rivières pour foère moérir chés pichons
Ch’est l’progrès

Pourquoé qu’i y o in.ne berluque sur mes leunettes, un bouton su min nez, pi pu d’cavieux su m’tête
qu’ém panche al tché pi mes cœuchettes avuc
qu’i n’y o point d’sentibon da mes cœuchures pi min caneçon
éq chés fleurs is impest’te, éq chés routes i put’té l’essence
pi qu’chés tchiens i n’érnife’té pu leu crotte ?
Ch’est l’progrès…
Nan ch’est l’printemps.

Pourquoé qu’i n’y o point d’pichons da chés héyures, mais des guernouilles avu d’gros yux, des carcailloux qu’i bave’te pi des limichons tout nus
Qu’i n’y o point d’madjettes dsu chés toétures, mais des pingeons pi des mounieux ?
Ch’est l’progrès…
Nan ch’est in.ne bêtise !

Pourquoé qu’ch’est-i, pourquoé qu’ch’est don
qu’chés tchiens i parle’te avu leu tcheue, pi qu’ch’est pa dsous qu’i s’ércon.noésse’te, éq ch’est par l’eute côté qu’i z-aboé’te pi qu’édvant dé s’coutcher da leu boéte, par deux foés i s’ratorne’te un rond
Ch’est l’progrès…
Nan, pichon d’avril !

Pourquoé qu’ch’est-i, pourquoé qu’ch’est don
qu’i n’y o pu d’sous da min boursicot
pu d’lait pour min cot, pu d’avin.ne pour min beudet,
qu’i n-y o un treu à m’boutinette
pu qu’in.ne reue à m’bicyclette, des réderies da chés guerniis pi des soéris, des soéris et pi plein d’andouilles autour éd mi ?
Pichon d’avril !

Pourquoé qu’ch’est-i, pourquoé qu’ch’est don
éq ch’est point bieu d’mintir quand o n’put point avouér raison,
éq ch’est in.ne abomination qué d’édviser quand o z-o pu rien à dire
et qu’éj froé miux dé m’taire, vu qu’ch’est ch’qu’os avez l’air éd dire
Bé ch’est ch’qu’éj foé. Et pi adé !


19 – Un canado

        

pdq Un canado ch’est un oésieu
Qui niche da nou gardin
I pond ses us da l’terre
I szés couve pindint troés moés
Aniché sous in.ne touffe d’herbe
M’édmindez point cmint qu’il est foé
Ni l’couleur éd sin pleumage
Cha doét ête un molé seuvage
Et pi granmint futé
J’ai bien souvint rbéyé
Mais jé né l’ai jamoué vu.
Ch’qu’i o d’bizarre ch’est qu’da sin nid
Y o jamoué l’minme nombe d’us
Qu’i y in o des grous pi des tchous
O szés foé tchuire da chés chindes
O szés minge avu un molé d’beurre
Ch’est jolimint boin avu un soéré ou un oégnon
Y o trinte six mille façons d’ész accomoder
M’sœur Thérèse a szés tchuit da l’braise
M’tante Suzon a szés met da ch’bouillon
Cousine Estelle da in.ne poéyelle
Cousin Gaston avu des champignons
ou bien des moérilles quand ch’est l’saison
Hortense j’y pinse, a sz’épluche
Laridon szés tchuit su des lardons
D’siré szés foé dorer
Alphé sz’écrabouille in purée, in omlette… in omlette ?
Arrêtez, arrêtez, o m’berlurez, éj touille toute achteure, un canado ch’est mie un oésieu, ni minme un u d’oésieu, un canado ch’est in.ne peume éd terre. O riez ?
Émn’histoère a n’est mie si bête éq cho :
Nou grand-mère da l’temps, in nous apportant chés canados tchuits da l’braise disoué :
Vlo chés pigeons sins tête
Régalez-vous, mz’éfants !


20 – Chés Périsiens

        

Dpu qu’i z-ont dmindé à vive da l’pature avu chés vieus, n-y o tchéque cose éd cangé, n-y o tchéque cose éd nouvieu.
I z-ont installé leu caravane sous chés peumiers. I s’proméne’te à tchul nu pi à piids décœux da chés bouses.
J’pinsoué qu’chés Périsiens i z-étoué’té un molé nactieus, allez don, i sont pire éq chés romanos.
Pour eux tous chés patures ch’est des plouses d’où qu’i vont s’trondler sins minme érbéyer doù qu’i pose’té leu fondemint.
I vont tcheur leu lait da in.ne castrole.
Tout ch’qu’i n’comprinde’té point pour eux ch’est drôle. I save’té toute, i nous prenne’té pour des bouseus. Ne sz’intreprindez point,
i z-ont la parlotte conme édz’eutes i z-ont la bougeotte.
Avu leu parler pointu, o n’intind pu qu’eux. Eux, pi leu musique éd cannibales qu’leu transistor i piaille toute él sainte jornée.
Ch’est fini, nou trantchillité al o vétchu, nou poéyis l’est indjilbeudé !
Chés Périsiens i sont arrivés.


21 – Ch’cache-in-tête

        

O ll’avez ptête con.nu, ch’étoué ch’frére éd Tantar. I vivoué à Saint Souillu avu s’fenme qu’al servoué chez Monsieu Daire, nou médecin. Pi li i gardoué ses terres pi ses bos pi i li fouissoué sin gardin.

pdqGarde-chasse qu’il étoué, pi i nn étoué fier, il étoué quasimint foé pour cho. I n’avoué jamoué seu foère éq cho. Il étoué vnu au monde avu un fusil. Il avoué in.ne façon à li d’porter ch’fusil o comprindoué rien qu’à l’vir qu’i vivoué avu, qu’il étoué marié avu, qu’i couchoué ptête avu.

Un fusil qui tiroué des cartouches à cleus, conme o n’in foé pu. Avu li i n’mantchoué jamoué sin cœup. O ll’avoué applé Cache-in-Tête pasqu’i n’avoué qu’cho da s’tête, i n’parloué qu’éd cho, pi li au moins i nn avoué pour sn’argint. Tout ll’énnée i cachoué, pi il étoué coér poéyi pour cho.

Il étoué long, fin long, sé conme un soéré avu des djibolles qu’i nin finissoué’té pu.

Mais mais, i avoué un mais, il avoué in.ne patte folle, in.ne gambe roède. Ch’est à l’djerre éd 14 qu’il o du avouér éch l’in.nui-lo, pi dpu ch’temps-lo i foésoué avu mais i n’in parloué jamoué. Ch’auroué du l’géner quand qu’i marchoué, point du toute, i simbloué qu’cha ll’arringeoué pour sin métier. Quand qu’il ouvroué ses grands compas, i foésoué des pos l’doube d’ész’eutes, il auroué foé moérir sin monde, li pi ses grands abattis.

Ch’est pour cho qu’i n’avoué pu d’porte-carnii, pi qu’i vnoué à bout d’ses tchiens, person.ne én’pouvoué l’suive. Il attatchoué l’terre éd sin talon gueuche, échti d’él gambe valide pi avu l’eute, él tchille roède, i feutchoué sz’éteuilles pi chés verdures pi chés betteraves pi chés peumes éd terre, da chés labours pa-dsu sz’errois, da chés jatchères pi chés ridieux, él’long d’chés héyures, da chés marais pi chés rosieux.

Il ouvroué ch’compas grand, fin grand, il arpintoué l’plain.ne conme in.ne mécanique pi l’carnassière al battoué lé mzure édsu sin tchul. I nin foésoué-ti des tchilométes avu s’patte folle.

Ch’est ch’qu’il avoué du foère éch jour-lo à Prouzel. Il étoué vnu chez Tantar sin frére pour éch rebond d’él fête pi l’jornée d’cache d’éch Cache a s’est terminée conme tous sz’ans, chez Dancourt, à ch’café. Ch’est lo qu’i vnoué taper la carte avu ésn étchipe éd bros cassés, à l’manille coinchée.

Il avoué don ahotché à ch’porté-mintieu és carnassière pi sin fusil pi i sé n’étoué pu otchupé, i s’étoué assis à l’tabe in leu tornant sin dous, s’patte folle infitchée l’long d’éch mur.

Il étoué installé pou l’soérée, ch’verre à bistouille édvant li pi chés troés eutes autour, Zouzou, Pollinaire pi ch’Bouif. Avu li, ch’n’étoué point la parlante !

In.nhui l’étoué point à prinde avu des pinchéttes, il abattoué sz’atouts, alignoué chés plis, éclusoué chés rinchettes sins dire un mout. Sauf quand qu’i coinchoué, alors sin poing i tchésoué su l’tabe conme un cœup d’fusil. Pan ! Nin vlo coér qu’i vont poéyer tcher leu capote !

Pi l’porte a s’est ouverte pi ch’grand djeulard éd Bouthor, éch marichau il est intré :
— Bé vlo ch’Cache, t’és coér lo, t’és point pressé d’érmonter à Saint Souillu in.nhui. Ch’est ptête éq t’és bredouille ?
— Cmint qu’éj sus bredouille, et pi chtilo !
qu’i li rinfique éch Cache, pi in disant cho, i s’a ratorné il o attrapé chés pattes d’éch capucin qu’i dépassoué’te d’éch carnier pi il o tiré un grand cœup pour défitcher ch’bétail.

Mais quoé qu’ch’est qu’il est arrivé ! Vlo-ti point qu’nou ieuve i s’met à s’vidii. Mais point d’éch qu’o pinsez, conme tout boin cacheux, avint dé l’infitcher da l’carnassière, éch Cache i l’avoué foé picher. Bin alorss ! ch’est in.ne drôle d’affoère. Pi ch’capucin i continoué à s’vidii, cha couloué su ch’pavé, cha foésoué déjo un rude mont. In rbéyant miux, o z-o vu qu’ch’étoué dl’aveine qu’i tchésoué dé s’panche.

Alors tertous i s’sont mis à rire, sauf éch Cache qu’avoué l’air tout mawais.

Jé n’sais point cmint qu’il est rmonté à Saint Souillu pi qu’il o rtrouvé sin capucin qu’avoué té cangé un pieu d’lapin.

Tchéche qu’avoué ieu ll’idée-lo, o ne ll’o jamoué vraimint seu, mais à vir éch sourire intindu qu’éch Bouthor il adréchoué à sin fiu, jé n’sus point loin d’croère qu’i z-y étoué’té pour tchéque cose. Pi qu’éch bidet d’éch marichau n’avoué point ieu tout s’ration d’aveine in.nhui. Pi qué l’pieu d’éch lapin éq dame Bouthor al avoué tué hier a n’étoué pu da ch’fournil.


22 – Pour nou noches d’or

        

Msieu l’Maire,
pi vous tertous qu’o z-êtes lo à l’intour éd nous, j’vourroué vous dire un grand merci pou m’fenme et pi mi, pi vous don.ner un tchou mout d’esplitchation rapport à ch’batieu, vu qu’o z-êtes lo à vous dminder ch’qu’o foètes ichi.

A foé chinquante énnées qu’o ramons su ch’minme batieu, ém fenme pi mi. N-y o 50 énnées qu’o z-avons monté à Prouzel-Heut, par un jour éd pleuve du moés d’octobe pi un 13 pa dsu l’martché (a porte bonheur qu’o dit) pour nous imbartcher. Pi dpu ch’jour-lo o ramons o ramons !

Pour sûr qu’o sommes intrainés achteure… ptête qu’o z-érouèmes pu aller à chés jux olympiques éd Séoul ! Pi telle qu’éj con.noué Mamie Dutchet, o z-érouèmes point mantché ch’départ, nous, al o toujours peur d’ête in rtard.

pdq Bref o ramons, o ramons, nou batieu l’est coér lo. Pour aller doù ? O l’savi, vous, doù qu’o z-allez pi doù qu’o z-allons ? J’mé l’sus souvint dmindé. Tout ch’qu’éj nin sais ch’est qu’o z-y allons, pi qu’o z-o foé pu d’écmin qu’i nous in reste à foère. Doù qu’o z-allons, n’vous in foètes point, ch’Bon Dieu i nous l’diro quand qu’o z-arrivarons.
O f’sons conme tout l’mon.ne, conme ész’eutes o z-allons, o z-allons.

Ch’temps i court, i court, i court pi o suivons !

I nn o granmint qu’i sont passés pa dvant nous pour nous montrer l’route, des viux, n’y o point si longtemps Clotilde al étoué coér avu nous pi des tchous – a n’est point juste éll’affoère-lo. Ch’est souvint dur éd ramer, ch’courant il est fort par ichi pi il est traite.

O z-avons, pu souvint qu’à nou tour, tcheu da ieu. Pi n’est mie si commode éd s’accorder pour ramer insan.ne.
Mamie Dutchet al tire un molé d’côté, feudroué tirer droét, éj sus t-obligé d’érdrécher tout l’temps. Achteure o sommes un molé ramonchlé, o ramons moins vite, a s’comprind, pi o n’avinchons mie pu, éj sins qu’o z-allons bientôt nous arrêter.

J’ém tate, o z-allons-ti rpasser bail ?
Quoé qu’t’in dis Mamie Dutchet ?
pi vous quoé qu’o nin pinsez ?

23 – Ch’bouilleu d’cru

        

Ch’bouilleu il arrivoué da nou village avu ch’lambic aux invirons d’Mardi-Gros.
Tout chl’atrantchillage tiré par un grand gvau blanc s’arrêtoué près d’él fontain.ne, conme tous sz’ans !
Ch’est qu’i nin falloué dl’ieu pour éll’opération-lo.
I trainoué avu li éll’odeur ! éll’odeur partitchulière qu’al attiroué conme des mouques tous chés boé-sans-soui, chés lapeux, chés chucheux, chés bistouilleux, chés buvatiers d’ichi pi d’ailleurs.
Il étoué lo pour tchinze jours, pi pindant tchinze jours i nn o pu d’un qu’i n’desseulro point.
O l’attindoué dpu fin longtemps, pi vlo qu’il étoué lo. Niflez un molé, éch bouilleu il est arrivé !
O i avoué atravé du bos, du bos fin sé esprès pour li. Ch’est vrai qu’él tchuisine-lo al alloué durer un boin momint. Pour cœuffer ch’contenu d’tous chés barriques pi d’tous chés tonnieux qu’alloué’te défiler pindant tchinze jours, i nin falloué, pour sûr.
Chatchun il o prins sin tour pi l’cérémonie al o cminché.
Posémint ch’bouilleu il o célébré chl’office, il o alleumé ch’fu, rimpli l’cœudière, vérifié chés cadrans. I y avoué toujours du monde avu li, pour cho il avoué d’él compagnie. O vnoué l’vir par tchuriosité pi assister à ch’miraque, pinsez don, nou chide trinsformé in goutte, pi d’él vraie, d’él roède, pinsez don, qu’a vous racloué chés tuyeuteries da ch’fin fond d’vou gosier, nou boésson cangée in goutte, pinsez don, in ieu d’vie, in calva conme o dit point loin d’ichi, in calva conme in Normandie.
I y avoué surmint d’él magie lo dsous. O voéyoué bien l’tchuve éd tchuivre qu’o cœuffoué conme pour foère des flipes, o con.naissoué bien l’marchindise qu’o mettoué d’din, mais après ?
I y avoué bien un tuyeu qu’i rintroué da in.ne boéte pi qu’i rsortoué in bos, mystère, pour laissii tchére goutte à goutte éch nectar da ch’ciboère.
Allez y comprinde tchéque cose !
Bref ch’nectar il étoué lo, pi i sintoué jolimint boin !
Si boère i falloué pou l’gouter, i n’falloué point nin boère èd troup, pi trop vite quand il étoué coér tout cœud pi qu’i montoué à vou tête pi qu’i vous foésoué perde vou z-esprit pi vou z-étchilibe.
Ch’maire éd tchou Plachy, chl’Arthur i n’est mie coér révnu, ou putout i n’s’est réveillé qu’troés jours après.
Fin noèr qu’il étoué après avouér siroté chés premières lampées d’chés premières cœuffes, chelles qu’i sont si traites. Il o dormi tout l’nuit, su s’panche, conme il étoué tcheu.
Él lindemain i n’s’est mie rindu compte qu’o l’avoué cartchi da l’bétaillère pi lo infermé da l’cage à vieu, qu’o l’avoué promené tout l’sainte jornée da tout ch’village.
In voéyant passer ch’cortège père Camille qu’il o d’él répartie il o-ti point dit :
— Bé chl’Arthur il o gaingné sin pari, il o foé ch’tour éd Plachy sans tchitter s’moéson, ch’cochon-lo !

24 – Chl’Armistice

        

Quand qu’éj sus vnu au mon.ne, pour sûr qu’cha n’date point d’hier, o n’mé l’avoué point dmindé pi j’n’ai mie pu coésir éch jour pi ll’indroét, j’n’avoué point rtnu m’plache ni avisé tout min mon.ne.

pdq Coér hureux éq j’ai point ieu à attinde à l’porte. Ch’étoué à l’fin d’él djerre éd 14, o ll’avez pinsé sins qu’éj vous l’diche. Éj n’étoué point attindu à ll’indroét-lo ! Intindons-nous, da ch’poéyis-lo, mais da nou tchote vallée d’Selle, da nou Picardie.

Fidjurez-vous qu’ch’est da ch’poéyis d’chés Bretons qu’j’ai mis min nez à ch’portillon, et pi qu’éj nin sus sorti, pi cho grace à in.ne sage-fenme éd là-bos qu’i m’o foutu in.ne baffe su min tchul pour m’écaniller, pi qu’j’ai brait in breton pi qu’a m’o foé boère du lait d’in.ne vaque bretonne.

Ch’est d’él feute éd chés boches tout cho !

Pi si j’n’ai point prind rachin.ne da ch’poéyis d’Jules Verne — i s’apploué Jules conme min père, mais li i n’aimoué point nou parler, o l’savi hein ! échl’imbléyeux-lo — si j’nin sus sorti, qu’éj dis, ch’est qu’éch train i nous o ramné à deux ém mère et pi mi, qu’j’étoué lo, l’foés-chi, à Plachy.

Ém mère a s’étoué inseuvée à l’avinche éd chés boches. Troés jours j’ai guerlopé da s’panche, pour un peu ch’est da un wagon à bestiaux qu’j’éroué vu l’jour.

Coér hureux qu’min père il attindoué à l’gare éd Nantes. Bléssé d’djerre, il étoué mobilisé à chés chantiers d’la Loire !…

Mais qué rapport qu’i n-y o avu chl’armistice ? Pi d’abord quoé qu’ch’est qu’un armistice ? Un armistice ch’est quand qu’él djerre a s’arrête, ész’armes mis d’côté.

Feut qu’éj vous diche, in 18 chés boches qu’i z-avoué’te des fremions da leus gambes à forche éd gariner pi d’foère du sur plache su l’ligne Hindenbourg i n’ont-ti point ieu l’idée d’attatcher lo doù qu’chés Inglais pi chés Français i dvoué’té s’tenir par la main. I sz’ont surprins, i z-ont infonché ch’front pi avinché su Anmiens. Chés gins i s’sont inseuvés pi m’mère, épaveudée, qu’a m’attindoué d’in.ne minute à l’eute, a sz’o sui.

Él suite o l’con.naissez, ch’qu’o n’savez point ch’est quand qu’éj sus arrivé da l’mon.ne, él quate avril, eux chés boches, ch’jour-lo i s’sont artés à Villers Bretonneux pi i n’ont point té pu loin. Pour qué raison ? N’allez point croère éq ch’est à cœuse éd mi.

Tout ch’qu’éj nin sais, ch’est quand qu’o z-avons rintré da l’Somme, ém mère pi mi, i s’sont inseuvés pi qu’i n’ont pu voulu s’batte pi qu’i z-ont dmindé l’armistice.

A foé qu’achteure, tous chés 11 novimbe, ch’est conme si ch’étoué mn’anniversaire, ch’est ch’jour-lo qu’éj sus devnu Picard pour dé vrai, pu Breton.

Pi tous sz’ans n-y o in.ne énnée d’puss, pi j’sus chl’armistice vivant d’éch 11 novimbe 18.


25 – Él panche d’un notaire

        

Est-ti vrai qu’nou notaire il o perdu s’panche, qu’éd sous s’lévite i n’y o pu d’panche du tout pi qu’i trache après ? À mzure, o perd ses leunettes, s’canne, sin britchet, ch’est imbétant mais cha s’rimplache ; sin boursicot a sroué l’pompon, pour un notaire o n’éroué mie idée d’cho, i sont trop près d’leus sous, chés clients-lo.

O perd sin tchou tchien ou bien sin cot, o perd és plache, pour cho n’y o point d’dinger n’y o point d’chomeu da ch’métier-lo. Notaire, o ll’est à vie, pi coér après, éd père in fiu, pi coér après, pi ch’magout i suit. Cmint qu’a s’foé qu’nou notaire i trache après s’panche ? A sroué-ti qu’i ll’o muchée conme sin coffre ?

O z-o déjo traché après ch’nez d’un notaire. Édmond About, da sin roman, à la fin i nn est vnu à bout. Mais in.ne panche ? N-y éroué-ti in.ne panche à rtrouver là-bos da sn’étude, lo doù qu’i reste infreumé, point toujours tout seu ? Pi qu’o n’sait point ch’qu’il i foé !

O z-allons foère in.ne entchète.

Si j’ai bien comprins, d’él panche i nn avoué, pi point pour un peu, pi i nn avoué toujours ieu, in.ne panche à foère péter des bouton.nières, in.ne panche mure conme in.ne pron.ne, dure conme in.ne peume, ronde conme és brongne, pleine conme in.ne vaque qu’i vo véler. In.ne panche a vous pose un notaire, cha foé sérieux pi cha vous foé rmartcher.

Un notaire ch’est in.ne autorité, in.ne grosse lédjeume, a n’maque point qu’des lédjeumes, pi o voé doù qu’i l’met. Pi quand qu’o l’porte pa dvant, s’panche, in s’érdréchant un molé, pour én’point t-ête désétchilibré, a foé jaser : pour sûr qu’i nn o ieu pour ses trinte six mardis, pi qu’i n’o pu longtimps à attinde, n’y o pu qu’à acater chés dragées.

Fier tchul, sûr qu’i l’sont tertous un molé, chés notaires, avu leus grands airs, ch’est conme cho, a n’a point cangé, a n’cangero mie pu allez ! Mais lo o n’s’y rtrouve mie pu, qué raison qu’il éroué ieu éd s’értrouvoér sé conme un soéré, conme un cleu tout habillé, conme un manche à ramon tout usé à forche éd ramoner. Pour avouér quoé ? puss d’aise pour abouton.ner sin plastron pi rbéyer l’heure à sn’ognon, pour s’assir à tabe, pour dormir autremint qu’su sin dous, pi coér… foère des calipettes da sin lit ou bin ailleurs…

O m’don.nez des idées ! O z-avez l’esprit mal torné !
Un boin coquelet, j’él sais, ch’est toujours un molé séquelet, chi ch’étoué ch’qu’o pinsez !
Chi ch’étoué in.ne tchote pouillette qu’o foé fonde él panche à nou soéré ?
Jé n’don.nroué point m’langue à ch’cot-lo.
Maigrir conme cho, a n’est mie pinsabe, ch’est qu’o z-est malade ou qu’o s’use pa ch’bout-lo. Ch’est pour cho qu’nou notaire i n’o point foé d’viux ous, à vouloèr bruler l’candelle par chés deux bouts…
mort alité.

26 – Ch’miloér à reues

        

In.ne loque da in.ne main éch flacon d’polish da l’eute i sont lo a s’érbéyer da leu pare-brise, da l’glache éd leu portière, da chés chromes éd leu reues pi minme da ch’noèr d’él plaque éd derrière.

Feut qu’cha brille, éq cha fuche lisse et pi milant et qu’o puche és miler ndin, leu miloér à reues, leu bieu miloér à reues. A sroué déshonorant d’laissii in.ne taque éd mouque ou d’beue dsu l’peinture blanque, ou miux, conme o disez,... métallisée !

pdq Feut qu’a fuche prope, qu’a luise qu’a brille pi i souffe’te un tchou molé, leu bouque ouverte, in.ne flépe éd brouillard dsu chés chromes épeutés qu’i z-astique’te à nin démonter leu bros.

I frot’te i frot’te i frot’te i frot’te… ch’est qu’leu voéture al tient pu d’plache da leu vie éq leu fenme pi leus bouserés. I nin sont intotchés, à croère qu’i sont vnus au mon.ne avu. Avu un moteur da leu panche pour sûr. Ch’est ch’pu bieu cadeau qu’éch Bon Diu pi leu porte-monnoée i leus o foé.

In s’élvant l’matin i boéve’té leu café pi i vont vir da leu garage si Titine al est coér lo, pi si al o bien dormi. I li font des yux d’merlan frit pi des mamours. I couqueront ptête avu l’jour où leu fenme a leu fro la nique.

Ch’est point par amour d’él mécanique qu’i trompe’té leu fenme pi qu’i z-intrétienne des mamzelles Renault, des mamzelles Peugeot, des Citroén qu’i z-appelle’te par leu tchou nom. I n’peuve’té pu aller pissii sins elle, pour aller tcheur leus cigarettes, i met’té leu moteur in route, cha n’les géne point d’mette chés huit gvaux dsu l’pont pour cho ! Est vrai qu’i n’ont point dzoin dé sz’atteler, i sont toujours prêts.

Dpu qu’i z-ont leu bagnole, i n’save’té pu marcher à piid ! Ch’est des tchuls d’gatte achteure. I z-ont cangé leus deux gambes, encore allantes, conte quate reues chromées qu’i n’arrêt’té pu d’torner.

I sont in admiration édvint ch’moteur éd leu bricole… éh quoé qu’éj dis ! éd leu tchoté fille ! i l’écoute maloter, manon.ner, roton.ner, gazouiller conme un tchou nazu. Éch ronronnemint i szés rtient, i sont lo ahutés dsu ch’capot acoutant és tchote canchon qu’al érsan.ne à ch’bruit dé l’ieu qu’al coule da ch’ruissieu ou dsu l’toéture quand qu’él pleuve al tchait. Éch ralinti i sz’indort, mais o z-avez bieu dire, i sont indjilbeudés, i n’ont pu leu tête à eux !

Quand qu’éch moteur i ronfe, leu cahouette a s’imballe itou. I dvienne’te un molé mawais,
n-y o pu d’eute cœuse qu’i compte qu’éch tchou champignon qu’i décanille’te avu leu piid. I n’ont point d’émzure, i n’peuve’té mie pu s’arrêter, i z-appuie’te à fond, i fonce’té conme des fous su chés routes, droét dvint.

Pi i s’arrête quand ch’réservoér il est à sec, ou quand qu’i sont da ch’mur… ch’mur ou bien l’tchote boéte qui rimplachero pour toujours, pour eux, leu miloér à reues.


27 – Chl’euson d’Noël

        

Can ! can ! can ! mi j’sus chl’euson, miux qu’un tchien j’garde vou moéson.
Quand qu’tchéqu’un i buque à l’porte, un cœup d’trompette, j’appelle min moaite. J’tinds min cou, pi ch’siffe, pi si o z-insiste, éj pinche. Avu min bec, éj tate chés mollets, un tchou molé, pi j’értinds chés cœuchettes !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

Si m’panche al train.ne à terre, à mzure o pourroué croère qu’ch’est qu’mes pattes qu’i sont troup tchotes, ch’n’est mie d’ém feute si ch’Bon Diu l’o mal prins ses mzures. Bé rassurez-vous, ch’qu’i manque à mes gambes, il l’o rajouté à min cou !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

Tout pian-pian jé m’dandine él long d’l’héyure d’éch gardin, j’bots la mzure, éj cligne éd l’œil, j’mile tout ch’qui pousse dsu l’terre, da chés routes, chés errois pi chés partchets, ch’est miux qu’da l’pature, lo doù qué ll’herbe al est fin durte pi qui n-y o qué dz’ortilles.
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

Da m’gargate a m’décatouille, à vir chés tchotes laitues fin rétuses, j’sins min tchœur qu’i fond conme du beurre. Jé n’sus point un plucsineu, quand qu’j’intreprinds in.ne salade, bien proprémint jé l’maque jusqu’à ch’tchœur, jé n’gadrouille point l’marchandise, da ch’mitan ch’est lo qu’ch’est ch’meilleur !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

J’n’ai point dzoin d’grandes éreilles conme chés beudets, partoute doù qu’min tchul i train.ne, j’intindroué in.ne mouque voler. Mes ratayons à ch’Capitole, i z-ont ieu raison d’chés tchous futés évnus d’Gaule qu’i croéyoué’te surprinde chés Romains d’Ronme qu’étoué’te indormis. N’est mie permis !
À cœuse éd nou trompette, i z-ont té réveillés pi nous Gauloés moneux n’ont pu rien foère, pi n’ont pu ieu qu’à s’rin.naller.
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

Éj carapatte un bos dé ll’étchelle car jé n’sais point m’jutcher, mais si y o d’l’ieu da l’mare, n-y o point dzoin d’ém pousser. Éj nage conme un canèrd, pi mi aussi j’ai dzoin d’ém laver. Éj passe les troés quarts éd min temps à lisser mes pleumes pi a szés foère blanques, y o point d’honte à s’foère in.ne bieuté.
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

Hiver conme été jé m’balonche d’in.ne patte édsu l’eute, da ch’solé da chés neiges et
pi l’pleuve, n-y o point d’danger qu’éj m’inrheume. O pinsez qu’jé l’sus ? Non min fiu ! Ch’est qu’par tous les temps, mi j’parle avu min nez
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

Mi j’m’in.nuie tout seu, in.nhui conme hier pi coér édmain, si j’torne et pi j’ratorne autour éd vou moéson, ch’est qu’éj trache après tchéqu’un pou l’conversation. Éj sus fin bien dsu vou plouse, o savi, mais à forche éd tornitcher, j’ai du mau à min tchœur. O pourroéte-ti m’trouver in.ne ame sœur ? In.ne tchote épouse blanque et pi rétuse, pour partager min bonheur ?
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

pdq Oué ! tchote oé, ch’est vrai qu’un jour o avons pinsé à ti, mais point conme tu l’intindoué. J’t’édminde pardon min peuve l-euson.
O t’aimions bien da nou gardin. T’étoué fin bieu da nou pature, si amiteux dsu ch’pos d’nou porte.
Pou ch’réveillon tchéche qu’i ll’o dit qu’tu sroué miux dsu ch’plot au mitan d’chés marrons pi d’chés ognons.
Conme des djeulus, conme des canailles, o t’avons sacrifié à l’sainte ripaille.
Quand qu’j’ai vu tin pilon flotter su l’seuce da mn’assiette, jé nn ai ieu des rmords, a n’vouloué point passer, cha restoué in travers d’ém gargate !
Pour mi ch’réveillon-lo ch’étoué mantché, j’intindoué toujours da m’tête tin cœup d’trompette pi chés cancans :
Quand quand quand qu’o z-érez l’temps, feut qu’o qu’o pinsiez à mi !

Mi j’étoué chl’euson, qu’al dit l’carcasse, Noël passé, d’mi après chés tchiens i n’reste mie pu rien. O n’pinsro mie pu à mi, mais croéyez-mé bien, conme tous sz’eutes, o z-irez tertous à l’casse, pi mi, pi vous aussi o n’értrouvrez pu vou carcasse.


28 – Chés calindriers

        

Conme tous sz’ans, à l’intour éd l’an ch’est ch’défilé d’chés marchands d’calindriers. Quand j’dis marchands o nous comprenons, én croéyez point qu’ch’est vou z-étrennes qu’i vienne’té vous apporter, o z-êtes des gogos. Avu leus vœux leu feut des sous ! Par chés temps qu’i courent n’y o mie pu rien qu’i s’don.ne. Don.nant-don.nant.

Ch’est l’procession d’chés arlandeux, d’chés tchémindeux, éch défilé d’chés calindrieus. Chés pompiis in tnue, chés éboueux, chés pétcheux, chés cafouilleux, chés berdleux pi chés nazus dl’école, jusqu’à chés viux combattants d’quatorze. I passe’té tertous avu chl’artique da leu main, ch’est tout juste si i n’tinde’té point l’eute pour érchuvoér leu du.

D’abord i y o l’factrice, y o pu d’facteur achteure, un sourire éd fenme à l’porte, cha foé passer chés mawaisetés pi cha foé intrer un tchou rayon d’solé. Pi al déssaque d’és carnassière ses tchous cartons avu sz’images in couleur. Coésissez qu’al dit mais ch’est toudi tertous les minmes.

I feut dire éq chés administrations des postes i n’ont point granmint d’jinjin. I rcminche’té tous sz’ans l’minme histoère, i y o qu’chés numérous qu’i cange’te, y o toujours un batieu su l’ieu, l’montagne da chés neiges, un bidet da in.ne pature, in.ne vaque pi sin vieu, un tchien d’cache in arrêt da un bostchet, un tchou cot qu’i dort édsu un coussin bleuse.

Pi après cheux d’él poste i n’o dz’eutes ! Des calindriers, des calindriers nin vux-tu nin vlo ! Y nn o d’tous les marques éd tous les grandeurs éd tous les couleurs, su des plaques, su des calpins, su des cheintures, su des torchons. Pourquoé point su nou drop pi nou caneçon !

À ch’régime-lo o sommes invahis d’calindriers, éj passe min temps à taper des cleus pou sz’accrocher. O nn avons pour tous chés pièches éd nou moéson pi minme pour chés dépindinces. Da l’tchuisine i nn o troés l’un pa dsu l’eute, ch’est pratique à nou age, o perd él mémoère, feut tout martcher, ch’est l’seul moéyin dé n’point l’oublier. I y in o un da ch’pouiller rapport à l’ponte éd chés glaines pi pour assir chés couveuses. O put nin mette da ch’gardin pour érbéyer chés quartiers d’leune, pour foère pousser chés smis pi chés rpiquages.

Y nn o, à ch’qu’i paroué, qu’i nn ont da leu cabinet, quoé qu’o nin dites ? Bé ch’est qu’o vieusi pi qu’o z-oublie d’y vnir pour y aller. I nn o minme da chés chambes à coucher, o croyez, achteure chés fenmes i n’ont mie dzoin d’compter. À moins qu’a n’fuche pour martcher chés jours “sans” ?

O passe ses jornées à dviser avu sin calindrier, o baignons da chés moés, o nageons da chés jours numéroutés. Pi quoé qu’o nn avons d’puss à multiplier chés calindriers ? o n’in multiplie point ch’temps pour cho. Ch’temps il est conme il est pi o n’y pouvez rien. Pi à passer sin temps à compter pi à décompter o n’auro mie jamoué l’possibilité d’vive deux jours da un.

Ch’est mie in comptant ch’temps tout l’temps qu’o l’vivrons miux.


29 – Él maladie d’amour

        

Quand qu’o voé tchéqu’un da chés rues qu’i dvise tout seul pi qu’i rit à sz’étoéles in tnint un boutchet da s’main, in patouillant da chés beues avuc ses bieux affutiaux, ou bien ch’est qu’il est un tchou molé zinzin, tout à foé mur pour aller à Dury, conme o dit, ou bien ch’est qu’il est tcheu amoureux, n’li jtez point la pierre — un picard o dit cailleu.

O n’est mie à l’abri d’él maladie-lo, vous conme ész’eutes. Su nou terre édpu qué l’monde est monde pi qu’i y o d’él vie à revinde, toute il est infesté par éll’épidémie-lo !

Chés bêtes et pi chés gins i nin passe’té tertous par lo. Chés bétals qu’i marche’té da l’ieu, qu’i vole’té da chés airs, qu’i garine’té da l’herbe, da chés porettes pi da chés beues, un bieu jour i nin sont atteints. pdq

I dvienne’te tout d’un cœup mawais, pi s’met’te à s’batte à s’dégriffer quand qu’i z-ont des pattes, à s’morde quand qu’i z-ont des dints, pi si i n’ont point i s’boustchule i s’trondéle i s’roule’te à terre l’un pa dsu l’eute sins raison conme édz’ébaloufrés.

Quéque foés minme, i cange’té d’pieu, ou bien d’pleumage, peinturlure leu tête ou bien leu tcheue, pi i s’met’te à canter conme édz’extravagants. Vlo pour chés bêtes.

Ch’est point miux pour chés gins ! Ch’est pareil, i y o mie dzoin d’vous foère un dessin ! Cmint qu’a s’attrape ? o né l’sait mie bien ! i paroué qu’i suffit d’s’érbéyer ziux da ziux pi ch’cœup l’est foé. O z-êtes vaccinés qu’o disez, énn êtes-vous bien seur ?

Él maladie-lo ch’est in.ne saloperie. O z-êtes ahotchés pi o n’pouvez pu vous nin débarracher. Y o point d’médicamint pour cho. I nn o qu’i nin perde’té l’boère pi l’minger, pi dz’eutes qui’ brai’té toute él sainte journée…

A n’est mie vrai, croéyez point ch’qu’éj vous dis ! Él maladie-lo a n’est mie si méchante éq cho ! À preuve éq vous o nin mourrez d’invie dé ll’attraper, mettez-vous à l’aise, ch’est l’Saint Valentin in.nhui. A vous passero avint qu’cha m’érviinche.


30 – Éch toubac

        

Tchéche qu’o dit qu’ch’étoué du poéson ?
Du poéson !
A n’est mie vrai l’mintirie-lo,
À preuve éq n’onque Jules l’o vétchu chint ans avu s’pipe pi ch’glouglou.
Tout s’vie il o tété à ch’biberon
De l’toutouille à ch’brule-djeule
y o mie tint d’différinche
ch’est seulmint ch’gout qui cange.
Pi ch’toubac cha vous rallonge, cha vous prolonge ch’est conme qui diroué un éléxir éd longue vie
Cha conserve conme éch sé da nou salouér pour qu’nou viande a n’torne point.
O z-o bien feumé chés jambons pi chés soérés,
Chés cminées y feume’té bien, hiver conme été pi cha récauffe min nez.
Du poéson ! Si tchou Jules il o tant duré ch’est qu’il étoué marié avu s’pipe.
I né ll’o tchittée qu’él jour où, conme o dit, il o cassé l’sienne éd pipe.
Mi n’y o point d’danger qué j’él casse él mienne.
Oué, éch toubac ch’est m’compagnie
conme pou mn’onque ch’est tout m’vie
mais mi j’préfére észés rouler !
Ainsi parloué ch’Mantelle
Gabriel pour ész’intimes, in rbéyant feumer s’loco.

I falloué l’vir à l’pause éd chés batteries foère és dévotion.
D’abord i sortoué s’blague in véchie d’verrat (i falloué bien cho à ch’matou-lo) in.ne blague fin tchulottée fremée avuc un tchou lachet.
I ll’avindoué da ch’fond d’él poque éd sin patalon lo où qu’cha s’tient bien au cœud.
Pi i sortoué ch’cahier d’feuilles.
Ah ! chés tchous lives avu ch’tchou lastique, je nn étoué tout bête à sz’érbéyer quand j’étoué tchou !
Su ch’couverque l’étoué martché
RIZ LA CROIX
Qu’i y euche in.ne croéx, cha s’comprind pou l’dévotion, mais quoé qu’i vnoué foère lo ndin chés chinoés…
Da l’blague i puchoué un molé d’toubac, pi ch’travail i cminchoué.
D’abord, i pliyoué l’feuille in deux pour foère conme un tchou coulou,
Il écarpilloué avu sn’index éch toubac da ch’tchou coulou.
Ah ! Pour cho i prenoué sin temps,
Conme si ch’plaisir il étoué da ch’bout d’ses doégts,
I rouloué’te l’un su l’eute avu ch’boudin d’toubac qu’i s’értrouvoué intorsillé da l’feuille allez savoér commint.
Et pi, rondibilis, rap ! rap ! avu s’langue, un cœup à droéte, un cœup à gueuche l’cigarette al étoué fichelée.
Il avoué gardé l’blague pindue à s’main, ch’qui foé qu’és cigarette in.ne foés roulée, i pouvoué nn intreprinde in.ne eute, après avouér jutché l’première pa dsu sn’éreille.
I nn éro in.ne eute pour éd t’à l’heure, après l’pause,
A n’est point bien vu qué d’nin rouler in.ne pindint ch’travail,
Cha n’foé point sérieux minme pour un batteux.
Conme il o deux éreilles, il auro d’él réserve !
Par él tchelle qu’i vo cmincher, pa l’droéte ? ah, ch’vint i souffe éd par lo pi il éroué vite foé d’l’foère tchére da chés beues,
Cha sroué dommage !
I prind donc él chuchette éd droéte, pi il l’érbée un molé, par quel bout qu’i vo l’piper et pi par quel eute qu’i vo ll’alleumer ?

Crac ! Un cœup d’dint, i cœupe ch’brin d’toubac qui berleudoué da ch’bout pi i l’porte à s’bouque. À droéte ou à gueuche ?
Dvinez ! O don.nez vou langue à ch’cot ?
Mais si, o l’savi ! ch’Gabriel il o in.ne tchote préférinche pou l’gueuche,
Ne l’imbrintchez point dsu l’politique o nin finirouèmes pu.
Pi i continue à berdler conme si i foésoué ésprès d’értarder ch’momint fatidique.
Alorss, quand toute il est fin prêt, quand l’colle éd salive al o ieu l’timps d’sétchi, i sort sin britchet à madou d’él blague, avu sin peuche il intraine él molette, a foé dz’étinchelles… point d’éch côté gueuche, ch’est lo qu’il o planté l’chuchette, et pi ch’vint i vient toujours d’él droéte, o l’savi bien.
I n’in falloué mie tant.
Chl’amadou i prind bien sans cho !
Tout duchemint i l’pose su ch’toubac,
Él première tétée al est un molé fouéreuse pi i tête un grand cœup, él feumée a s’intorsille autour d’és tête
I freume ses yux
Éch britchet da s’blague, él blague da s’poque, un reuve à s’lippe
Ch’Mantelle il est tout à s’dévotion.


31 – Cache réservée

        

Tchou Ba l’étoué matché d’cache, i n’vivoué qu’pour cho ! Toute ésn’énnée a s’passoué à attinde éll’ouverture d’él cache.
Avu ses deux tchiens, ses troés furets pi ses deux fusils, éch pu viux, un fusil qu’i tiroué des cartouches à cleus, pi l’eute à pertchussion cintrale.

I passoué ses soérées à lire éch Chasseur Français pi à pertoner ses cartouches avu s’tchote mesurette lo, és tchuillère à poude et pi compter chés plombs et pi szés sertir avu du savon !
Él pu clair éd sin temps, conme éj dis, a s’passoui à s’otchuper d’cache, éd berdler d’cache, éd distchuter d’cache !
N-y avoué d’él cache partoute, n-y avoué d’él cache da l’moéson, in.ne tête éd brocard pi in.ne tête éd cochon impaillée.
N-y avoué d’él cache dsu chés boutons d’ésn’habit.
N-y avoué d’él cache da ses yux cassieux.
Ch’étoué un cacheux inragé, conme o n’in voé pu !

Mais vlo-ti point qu’l’eute diminche i s’a disputé à ch’bistrot in tapant la carte. Longuétchille i ll’o insulté, cotchu qu’il o dit. D’un mot nn est vnu un eute. Ész’eutes i s’sont mis dsu sin dous !

Alors il o vu rouge, pi il o djeulé, conme i foé quand qu’il est mawais, in butchant dsu l’tabe :
— Pisque ch’est cho, éj réserve, o n’cacherez pu su mes terres, vous tertous !
Pi i s’a lvé. Fut dit fut foé. L’o écrit à ch’jornal, il o parlé à ch’maire, il o passé ses nuits à peinturlurer des pancartes jaun.nes pi l’matin dé l’ouverture n-y avoué des tchotes pancartes à chaque tchuin d’ses pièches éd terre, à ch’Larri, à l’Vignette, à l’Vallée à Chorchelles, minme da chés Frocous.

Quoé qu’il o dit Longuétchille in considérint l’publicité-lo :
— Ah bé lo ch’est toute, éch cotchu-lo !
Cache réservée… i nn o oublié in.ne éd pancarte, il o oublié d’nin mette in.ne da ch’dous d’és fenme et pi ptête pa dvant.
Cache réservée, n-y o pas mal éd braconniers qu’i cache’té su ses terres.
Pi i né l’sait point !


32 – Ch’passage

        

Al est lo tout au bout d’sin cmin
Pi n’y o person.ne pour éll’aidier à passer
I sont lo, tertous lo pi malgré cho, al est toudimint abindon.née, rbéyez-llé !
A n’iro surmint pu loin, achteure
Al o posé sin baluchon su ch’bas-côté
Pi a s’érbée pi al attind.
Quoé qu’al attind, o l’savi, vous ?
Quoé qu’o z-attind à l’veille éd ses chint ans ?
O savi ch’qué ch’est qu’d’attinde ?
O z-attind ch’train quand qu’o z-est su ch’tchai,
Chés vagances quand qu’o z-est tchou,
L’értraite quand qu’o z-est viux
Ch’printemps, chés bieux jours,
Un éfant quand qu’o z-est marié
O z-attind toujours tchéque cose da s’vie.
Mais lo !
Quand qu’o n’attind pu rien, ou putôt ch’qu’i n’arrivero pu
Ch’qu’i y o à ch’bout d’éch qu’o n’sait point
Quand qu’o z-o pu invie d’vir éch qu’o z-o jamoué vu
pi qu’o z-o pu invie dé rien, ni d’savoér éch qui varo après
O l’savi, vous, ch’qui varo après ?
Éch’tchuré i l’sait li ! i n’foé qu’cho d’él dire !
Mais i n’est-ti bien seur ?
D’éch voéyage-lo person.ne énn’est mie jamoué révnu.
À mzure o foé simblant d’y croère, mais n-y o ch’passage,
Éch trondlé qu’o foé da ch’qu’o n’sait point,
Éch treu doù qu’o tché pi doù qu’o n’érvient pu.
Ch’est lo ch’mystère !
Pi al est lo, su ch’bord, mémère, ch’est lo qu’al est, pi n’y o pu qu’à seuter !
Allez, allez mémère !
Al est lo tout seue pou ch’passage,
Pi tous cheux à l’intour i n’peuve’té mie l’aidii,
I n’font seulmint qu’dé l’érbéyer, qué d’él miler.
N-y o lo tout sin mon.ne, ses fius, ses tchous fius pi ses arrières tchous fius.
I sont tous lo pi i n’bouge’té point, mais a ne szés voé mie pu.
Ses yux i sont ailleurs.
Al érbée ses mains, ses pauvrés mains tout rétrillonnées par chés lessives, chés froédures pi chés calamités !
pdq A n’ész’o ptête jamoué tant rbéyées, achteure qui n’vont pu li servir.
Al attind qu’él porte a s’ouve, éch pos à foère,
Éch dernii.
És bouque al tran.ne, al souffe un cœup,
Ch’dernii.
Ch’est fini, a n’érvaro pu !
I z-ont bieu rbéyer, ch’est toute
A s’a passé tout seu,
Pi al a passé conme in.ne grande
À qui l’tour achteure ?
Os n’êtes point prêts ?

33 – Blanque

pdq A s’apploait Blanque ed sin tchout nom
Allez comprinde tchèque cose à cho !
Affublée d’un nom péreil
a n’pouvoait t’ête eq nette et pi proprette.
Bin non, ch’étoait eune sorte ed noérchon.
Cracra qu’al auroait du s’appler
tout juste boin-ne à raforer (raforer signifie nourrir) chés coéchons.
Ch’savon pi elle, i n’és rincontroai'te mie jamoais
All avoait surmint peur ed l’ieu, pi peur d’user s’pieu
Feut dire eq da nou poéyi d’in heut
l’ieu a vient d’ech puits
pi qu’i feut l’ermonter pi foaire aller ses bros.
Coèr bien qu’eul pleuve al o pitié d’nous
pi qu’a n’in foait tchère (tchère signifie tomber) juste assez pour foaire boère chés vieus (vieus signifie veaux) .
Est vrai qu’da chés citernes o n’in voét vite el bout.
S’décraper, foèr es toélette conme o disez
ch’est bien pour chés périsiens qui n’ont qu’cho à foaire.
O n’sonmes point vnus dsu l’terre pour astitcher nou musieu,
l’ieu all coute troup tchère pour qu’o l’gaspillonche à l’salir avu ch’savon.
O comprindez, achteure, qu’o pu s’appler Blanque
Mais nom des eus, point da un poéyis sans ieu !