tb - Jean-Pierre CALAIS (tchot Phane) - bt

jpc

Ch’est arrivé durant qu’j’étoais din ch’métro
d’un seul cœup, tout’ i s’a arté, n’y avoait pu d’éctricité.
Chetlò qu’is l’ont voulu rmonter l’ont té grillés pa ch’fu d’infer.
Os étoème foaits conme des rots.
Alorse épaveudé à mort, éj sus parti à fond d’train
in courant d’tout min seu mitan d’bout d’éch long colidor,
mais din ch’fin fond, j’ai aperchu des flanmes :
là-bos étou cho brûloait.
Ch’est à ch’momint-lò qu’j’él ai vu.
I n’couroait point
i marchoait au dvant d’mi,
trantchillemint.
Quanq qu’il o té à mn heuteur,
il o coére ralinti in molé.
J’érbéyoais ses sourcius hasis,
il o posé s’man dsu mn épeuille
pi tout in foaisant édmi tour
il o prind min bros.
Attendi qu’os avanchoème
tout duchemint,
i m’pèrloait
d’éch nombre
d’or.

L’ANDIMOLE DU DIABE

Chetlo qu’i l-ont té au catéchisse i vous diront, à mesure, qu’éch Boin Diu il o foait ch’mon.ne in six jours.
Jé n’voudroais point aller conte él religion, mais jé n’sus point d’avis, mi j’croés qu’pour foaire ésn ouvrage éch Boin Diu il o ieu dl’aïude, qu’éch Diabe i i o don.né un tchot cœup d’main.

Ch’est comme cho qu’éch premier jour quanq éch Boin Diu il o foait ch’jour, éch Diabe, li, i foaisoait l’nuit.
Quanq Diu i fabritchoait chés ruissieux, chés rivières pi chés mers, éch Diabe i s’otchupoait d’réder chés montagnes pi chés volcans.
Diu foaisoait-ti chés roses, ch’Diabe i mettoait sz’épin.nes.
Sitôt qu’éch Bon Diu il o ieu cminché chés mouques à mié, tchéche qu’i leu z-o mis un épillon à leu tchul ? éch Diabe, bié sûr !
Durant qu’Diu i foaisoait chés tchiens, chés madjettes pi chés vaques, ch’Diabe i foaisoait chés cots, chés leus et pi chés ions.
Éch sixienme jour, éch Bon Diu il o créé l’honme, austôt ch’Diabe il o créé l’fenme.

Pi ch’est conme cho qu’à ch’septienme jour i leu z-ont rtrouvé fin rcrans. A tchaisoait ad rém, ch’étoait un diminche, i l-ont don décidié d’leu rposer.
Mais au bout d’un momint ch’Diabe il o dit :
    « J’aglave éd faim, nom dé Diu !… oh ! éstchusez-mé, éj disoais cho…
    — Ch’est conme mi, qu’il o robolé Diu, mi j’ai un appétit des chonq chint mille Diabes !… »
Conme justémint o z-étoait à l’Candleur, i l-ont décidié d’leu foaire des andimoles.
L’pâte al o té biétôt foaite. Durant qu’al élvoait, éch fu l’o té alleumé. Ch’étoait un fu à bataille, chés flanmes i montoaie'te pu heut qu’él cathédrale d’Anmiens, pi l’poéyelle al étoait deux foés pu gran.ne qu’él plache Longueville.

Ch’est ch’Boin Diu qu’il o inroéyé, forchémint, pi quanq ésn andimole al o té tchuite assez, qu’al o té dorée à foait, il o mis in.ne piéche in èrgint din s’main (cho porte bonheur !) il o prins l’poéyelle pi il o foait seuter sn andimole.
I ll’o invoéyé sitant heut in l’air qu’ésn andimole al o té s’coller à ch’plafond d’éch temps !
Pi ch’est conme cho qu’os ons ieu ch’solé.

    Éch Diabe, éd vir cho, i nn étoait malade éd jalouseté. Il o don prins l’poéyelle, il o mis d’él pâte énedin pour foaire ésn andimole à sin tour. Il étoait bien d’trop épiné, i n’o mie seu attinde qu’al fuche dorée pour el foaire seutir. Ésn andimole à mitan tchuite, pale conme vos fesses, al o monté din ch’temps.
Pi ch’est conme cho qu’o z-ont ieu l’leune.
Mais ch’Diabe i n’étoait mie fort assez pour coller sn andimole à ch’plafond d’éch temps. A foait qu’al o cminché à rdéchinde.
Alorss éch Diabe il o rlanché l’poéyelle par in-nsous.
L’temps qu’ésn andimole al rinte din l’poéyelle ch’o té l’leune déschindante.
Il o rmis l’poéyelle à récauffer dsu ch’fu.
Durant ch’temps-lo ch’o té le nouvelle leune
Il o rlanché sn andimole in l’air.
L’temps qu’a s’dessaque dél poéyelle ch’o té l’leune montante.
Sn andimole al o coér monté un molé.
Ch’o té l’plein.ne leune.
Pi al cminché à rdéchinde…

Coér in.nhui, éch Diabe i n’décesse point ch’manége-lo.
I n’sait point, échl’hocleux-lo, qu’i n’put point foaire aussi bien qu’éch Bon Diu, qu’i n’arrivero janmoais à coller sn andimole à ch’plafond d’éch temps.


Textes personnels de Tchot Jacques Textes personnels de Théophile