tb - ÉCH TCHUIN D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
les états d’âme du webmestre

AVU LL’AÏUDE (aïude signifie aide) ÉD DODORE

Nan, nan, nan, nan, ch’picard i n’est point mort (bis)
Rbéyez (Rbéyez signifie regardez, vient de rbéyer) , i bouge coére, rbéyez, i bouge coére!

(vielle canchon d’él Nation Picarde éd la Sorbon.ne, xive)

Vlò don, mes gins, in.ne histoére signée pèr un dénonmé Dodore, un surpitchet (surpitchet signifie surnom) , probabe, qu’al o té pubiyée din chl’arméno (arméno signifie almanach) «Le Bonhomme picard» in 1896. Os voéyez qu’a n’date point d’hier. Chés asteux (asteux signifie petits malins) d’Lancheron.neux i l’ont déteupé (déteupé signifie trouvé, vient de dé­teu­per) étou (étou signifie aussi) et pi i nn ont dvisé din ch’liméro chint-un d’éch Lanchron.

Chés deux texes i sont lò pu bos. Os allez pouvoér récompèrer chés deux écrivures, chelle à Dodore éd 1896 pi chelle-lòl d’éch Lanchron in mars 2006. Os pourrez vir conme cho qu’os n’sonmes point loin d’éch Picard Internation.nal maginé pèr éch Déglic:

Toutinsanne et pi Linsanleutt

Batisse Boutroulle et pi s'famme Gleudine étoait't d'inne joie sans parelle ech jour lo. Y ny'avoait d'quoi ! El Roussotte al vnoait d'avoér deux vieux bien vivants.
Dpus déjo longtemps, Batisse i reuvoait d'tous chés bénéfices qu'és vaque al alloait li rapporter :
« J'vindrai ch'vieu au bout d'troés smangnes, qu'i s'disoait. Toujours bien douze écus... Pi ch'lait qu'el Roussotte al donnero bien, os frons du burre, oz ingraisserons un cochon... Ma foi ! os allons foaire ed l'argent. »
Mais lo qu'che nn'étoait deux d'vieux à l'plache d'un, j'vous dmande si Batisse et pi s'famme avoait't liu d'ête contints.
Quate toute fut bien mis à plache, Batisse, aveuc ses deux voésans, i s'est in-allé trouver éch machtér.
« Msieur Ferlampin, qu'iz i dit, nou vaque al vient d'avoér deux vieux. Comme cho n'est point inne affoaire comme inne eute, j'veux leu donner à chatchin un nom, prindez vos érgisse. »
Ch'machtér i n'povoait point nin rvnir. I met ses leunettes, pi i dmande à Batisse chés noms d'ses vieux.
« Ny'in a un qu'éj veux appler Toutinsanne, et pi l'eute o ll'appellrons Linsanleutt. »

Ch'père Ferlampin il inscrivoait. Pi, quate cho fut fini, il o foait signer Batisse et pi ches deux eutes. Lo dsu i sont ervnus à l'moéson pi il ont bu quéques boénes rasades ed flipe éq Gleudine al avoait foait.

Quéque temps s'passe. Chés vieux i vnoait'té bien.
Un bieu jour, i passe un boucher : «  ! père Batisse, qu'i crie, o n'éroait't point un vieu à vinde par hasard ?
— Bé, sié qu'i dit Batisse, intrez don. »
Les vlo partis da chl'étabe. Il examinn'té chés bétes.
« Combien qu'oz in dmandez ? qu'i dit ch'boucher.
— Ah ! j'vos vous dire, qu'i foait Batisse, éj vindrai Toutinsanne, mais j'én vindrai point Linsanleutt.
— D'accord, qu'i dit ch'boucher, j'acatrai toute insanne pi point l'un sans l'eute...
Batisse : — Voyons, combien qu'o dite ed Toutinsanne ? O savez... point Linsanleutt.
Ch'boucher : — J'én veux point vous surfoaire, j'acatrai toute insanne sept pistoIes.
Batisse : — Sept pistoles... Pour Toutinsanne, ch'est bien intindu.
Ch'boucher : — Ch'est intindu. Point l'un sans l'eute. J'inlvrai cho jeudi tchivient.
Batisse : — Martché conclu ! »

L'jeudi d'après, ch'boucher il arrive. Il inte da l'moéson Batisse, pi i i met quatorze pièches ed chints sous da l'gron d'Gleudine.
I s'in vo à chl'étabe aveuc Batisse, i1'inyeuve un vieu, i l'met din s'voéture pi i rvient. « Doù qu'ch'est qu'oz allez ? qu'i dit Batisse.
— Tiens ! qu'i répond ch'boucher, j'm'in vos tcheure l'eute.
Batisse : — Cmint l'eute ? Vlo qu'o voulez m'prinde mes deux vieux !
Ch'boucher : — J'én vous ai don point acaté toute insanne ?
Batisse : — Bé oui ! mais j'én vous ai point vindu Linsanleutt.
Ch'boucher (à part li) : — Ch'est ti qu'i dvient fou ? (Tout heut) : — Voyons, intindons nous. Quoi qu'o m'avez dit quate éj sus vnu acater vos vieux... qu'o voulète vinde toute insanne pi point l'un sans l'eute.
Batisse : — Bé oui ! bé oui ! J'vous ai vindu Toutinsanne, mais point Linsanleutt.
Ch'boucher : — Eh bien ! O somme d'accord, donnez mi don tout insanne.
Batisse : — Mais o ll'avez din vo voéture.
Ch'boucher : — Non ! J'ai l'un sans l'eute pisqué l'eute il est coèr lo din chl'étabe.
Batisse : — Gleudine vo peu tcheure chés voésans pi ch'machtér aveuc ses érgisses !
Ch'boucher (à part li) : — Ah ! pauve Batisse, feut ti qu'il euche té un si fameux lapan. Por seur i n'y est pu, i perd la boule. »

Chés voésans iz arriv't pi ch'machtér aveuc ses leunettes su sin nez pi sz'érgisses sous sin bros.
Batisse : « Voyons, msieu Ferlampin, vlo un homme qu'i veut m'inlver mes deux vieux. J'i ai vindu Toutinsanne pi lo i veut prinde Linsanleutt aussi.
Ch'boucher : — Msieu Ferlampin, Batisse i m'o vindu ses deux vieux, pi lo i n'veut pu m'in donner qu'un. Comprindez vous cho ?
Batisse : — Ah ! Nan, nan, min homme ! Tu n'y es pu, tu déroules... J't'ai vindu un vieu, chti qu'oz appelle Toutinsanne, mais j'n'ai point vindu chti qu'i s'appelle Linsanleutt !
Ch'boucher : —Ah ! oz appelle vous vieux ?
Batisse : — Dmandez à msieu Ferlampin... Msieu Ferlampin montrez vos érgisses !... »
Ch'boucher i bée su sz'érgisses, pi i voit, in effet, qu'Batisse il o un vieu qui s'appelle Linsanleutt et pi un eute qu'oz ape1le Toutinsann.
« Imbécile qu'éj sus, qu'i dit ch'boucher, inne eute foés, o n'm'y rprindro pu, j'acatrai d'abord l'un sans leute pi après toute insanne. Comme cho j'én srai pu rfoait !... Pi dire qu'éj croéyoais qu'éll animal ed Batisse lo i perdoait la boule. Ah ! l'cotchin... »
O nin rit coèr din no village, o savez.

[Ch'est éne histoére d'o n'sait point tchéche, qu'al o tè rdémuchèe din ch'Bonhomme Picard éd 1896]

Boin confinemint, mes gins !

Éch baroumoaite,
pèr éch seize d’avri 2020.

Rindez-vous à din tchinze jours pour un nouvieu tchuin d’ziu. Conme éd bien, i y éro étou du neu un molé (un molé veut dire un peu) d’tous les côtés... pétête (pétête signifie peut-être) !
Adé pi vnez nous rvir.

 


Tchuin d’ziu du 01/05/2020 Tchuin d’ziu du 01/04/2020