tb - ÉCH TCHUIN D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
les états d’âme du webmestre

rvlò Tchot Doère!

Ch’est à n’point croère! Fidjurez-vous qu’j’ai déteupé (déteupé signifie découvert, vient de dé­teu­per) din viu arméno d’dix-neu-chint-quate, l’Astrologue Picard, un texe qu’il est signé Tchot Doère. In 1904, Tchot Doère, a n’foait point d’doute, ch’est Édouèrd David, éch l’einfant d’Sant-Leu, conme i llé dit li-minme.

In preume, éj m’ai nman.né (nman.né signifie demandé, vient de nman.­ner) siq a n’étoait point in.ne niche (niche signifie farce) , tchéqu’un qu’i s’foaisoait passer pour li, pi l’o follu s’rinde à l’évidinche: Ch’étoait bien un texe d’Édouèrd David. Éj vous asplique achteure, à cœuse qu’éj nin sus seur.

J’ai rbéyé (rbéyé signifie regardé, vient de rbéyer) din in.ne piéche éd théïâte, l’Bataille éd Querriu, qu’al date éd 1891, pi din un rtcheuil, Vieilles Réd’ries, éd 1920. Pi lò bé j’n’ai pu yeu d’intchiétudes, étoait signé d’no poéte anmiénoés. Os allez vir pèr vous minme.

Intér deux Querriu pi Tasie… J’avoais oblié d’vous l’dire, éch texe éd 1904 i s’appéle Tasie! Intér deux, granmint d’érsennance din ch’vocabulaire; o trouve des deux côtés: chés mots brongne, canmarade, ch’man, chagran, einfant, fan, fanme, foulloait, mangnes, matan, pangne, sannoait, etc. Cho foait granmint (granmint signifie beaucoup) , tout d’minme.

Pèr l’eute bout, éj n’ai point récompèré ch’vocabulaire, mais bien putôt l’façon d’écrire, échl orthographe. D’un côté, chés verbes i sont écrit manquoitent, avoitent, restoitent, étoitent, éd l’eute siq j’ai coére récou (récou signifie récupéré) un taitent, ch’est putôt dévnu avoit’nt et pi étoit’nt. Tchéche qu’i n’cange point in tchinze ans d’temps?

Mais surtoute ch’est chés oi qu’il ont foait qu’lò jé nn étoais çartain. In 1891, Tchot doère il écrit moaison, un 1920 il écrit moison. L’o-ti cangé s’min.niére éd pèrler ou bin s’min.niére d’écrire? Tchéche qu’i sait? Tours est-ti (Tours est-ti signifie toujours est-il) éq tout du long d’chés poinmes qu’i sont lanchés din ch’live éd 1920, n-y o point qu’chés verbes qu’i sont in oi il écrit coir ou coire pour encore pi toute à l’avenant.

Cré nom des Eus, mais ch’est qu’ch’est l’minme tout pèrtout din Tasie! J’nin don.neroais l’tête éd min blanc-bon.net (blanc-bon.net signifie épouse) à coper, éch tchot Doère éd Tasie, ch’est bien Édouèrd David! Tanq éj sus à éplutcher sin texe, éj nin profite pour vous dire éq j’y ai coére déteupé tchéques trouvailles qu’o n’rincontrérez point eute pèrt:
ses yeux pertris d’autant d’astue que d’ courage
Jé ll ai trouvé, astue, seulmint din un diction.naire à Debrie, Parlers Nord-Amiénois; a vut dire astuce, adresse.
Ou bin coére:
Tous chés pareints et anmis étoitent da leus drouillettes
Lò, ch’est Jules Corblet qu’i m’o don.né l’réponse; din sin Glossaire étymologique et comparatif du Patois Picard, i dit conme cho qu’être dans ses drouillettes a vourroait dire être très occupé.

Vlò ch’qu’i nn est, mes gins (mes gins signifie mes amis) , pi siq os voulez nin savoér éd puss, éjtez don un ziu dsu chl’écrit à Tchot Doère, os n’avez qu’a clitcher lò

×

TASIE

Nouvelle Picarde.

Avu s'n église fan rétuse da s’ viéserie, tout là- heut jouquée, comme einne grande volière su chés remparts de ch’ l’ancien catieu; avu ses tchottes moisons débistraques bien rédées et peinturées d’toutes couleurs qui foittent à l’ Sonme einne potière fan belle, Pinquigny est bien l’ein d’chés pus gais villages ed no gaie Picardie.

A tout moumeint, des gribannes viennent s’anmarrer à l’ rive, tourmeintant ch’ ieu, ouèche qu’ chés moigneux n’ cessent et pis n’ décessent ed s’abruvoir, donnant des cœups d’bec à ch’ soleil qui s’y dandine et s’y mile ein tous eindroits.

D’ chi, d’ lo, des péqueux postés comme des cierges ed confrérie, ou assis su ch’ gazon, graves comme des évêques leu tchu su leu trônne, coiffés d’ein largue capieu qui les foit sanner à d's épeutoirs à moigneux, taquinent ou s’ laichent taquiner par ches pissons dont chés écailles jettent des fux d’ dor au travers de l’ ieu.

Ch’est donc à Pinquigny que s’ passe ch’ l’histoire que j’ m’ein vos vous raconter.

Emmi (Emmi signifie parmi) l’ kyrielle d’ouvriers pis d’ouvrières qui, tous les matans, s’ reindent à chés usines de ch's aleintours, i n’ n’étoit point d’pus gaie, d’ pus délurée que l’ tchote Tasie, l’ fille d’défeint ch’ mangnier.

S’ brongne rouge conme einne pionne et fraique comme ein clichot (clichot signifie noyau) d’ c'rise bien chuché; ses cavieux frisottés rabattus su ses yeux pertris d’autant d’astue que d’ courage; s’mangne franqu'meint ouverte, foisoient r'tourner sur elle tous chés geins de Pinquigny qui, ein l’ bayant passer, n’avoient qu’ein cri d’ admiration: Qué belle jonnesse!

Tasie avoit yeu dix-sept ans à chés pronnes ed 1897. Après l’ mort ed sin père arrivée i gn’avoit chonq ans, s’ mère el l’ avoit envoyée à l’ fabrique, pou l’ l’aidier à gangner sin pan, conme grandmeint d’ ses compangnes, car o n’ vit point d’ pangnes (pangnes signifie peines) , ni d’brairies, mais d’ travail.

Sans r'chigner ni foire l’ mawaise tète, l’ tchotte fille s’avoit mis à l’ ouvrage tout d’abord ein molet niaite et pis timide, mais d’ boin tchœur. Pis à m’sure qu’alle grandissoit pis forchissoit, aiguisée surtout pa l’ coquetterie qui démange toutes chés filles, Tasie, aveuc ses belles colors avoit preins de l’ gaîté à n’ein veindre à ch’ marqué.

De l’ gaîté! Tasie n’ n’avoit autant que d’ pauverté.

Aussi, foulloit l’ vir quatre fois par jour, ein allant pis ein révenant d’sin travail, au matan, à midi, à einne heure, au clore, babillant, babillant au mitan d’ ses compagnes, écannillées pa s’ boinne humeur comme ein host d’poul's-dangne (host d’poul's-dangne signifie troupeau de poules d’Inde) , toujours à plache, riant, cantant, gambillonnant, courant d’ groupe à groupe, seutant au devant d’ chés jonnes geins qu’alle agaçoit d’ses joyeux propos, sans peinsier à mal, mais tout boinnemeint pou foire einne pinte à leu détrimeint.

Car a n’avoit point s’langue da ein sac, Tasie, mais airoit putôt été capabe ed foire rire ein mont d’cailleux.

Et quand o li d'mandoit: «Tu n’ té maries donc point, Tasie?

«Bast! qu’alle répondoit, o n’o mie tout gangné l’jour qu’o s’ marie et pis à l’ loterie-lo gno bien pus d’ méchants lots que d’boins. Pou m’ mette einne corde à min co, j’y arriverai toujours».

Pourtant chés soupireux n’ manquoitent point d’aller nifler à ch’ corsage bien reimpli d’ Tasie, qui renvoyoit ses adoreux à l’ saison d’ chés pronnes, pis pronnes finites à l’ pousse d’ radis.

«Ah! qu’o disoit da ch’ village, i n’ein feuroit ein rude malan pou l’ dégoter. Ch’est damage qu’i n’y euche point d’prix d’ rosière da no poys sans cho qu’os airoit du plaisi à vir couronner einne si belle fille».

Ein soir, au clore, à ein décatour de l’ route, Tasie, qui, d'pus veupes, paraissoit toute reinfrongnée, preind prétexte d’avoir oublié sin pangne à l’ l’usine pou quitter ses compangnes.

Min Diu! gn’avoit lo rien que d’ tout naturel et chelles-lo n’y virent point malice. Ch’étoit arrivé à d’eutes qu’à Tasie.

El leindeman, à ch’ même décatour, Tasie cangeoit de ch'man ayant einne commission à foire pou s’ mère. El surleindeman, pis chés jours d’après même manège de l’ part ed Tasie qui treuvoit toujours ein prétexte pou planter lo ses compangnes.

«J’ai conme da l’idée qu’ Tasie alle vut réder d’moigneux, dit l’einne.
— Bast! n’o-t-elle point déjo l’ cage. Ch’est . donc pou n’ein mette, dit einne eute.
— Si ch’ n’est point offenser ch’ boin Diu que d’dire du mau d’einne fille si honnête…
— O ne m’ f'rez mie accroire qu’i gno point du louche…»

Et patati et patata si bien qu’ chés langues ont yeu fini de s’ déloyer su l’pronmesse qu’o l’ guetteroit pis l’ suiroit.

Ah! i n’o point été long à treuver, ch’ prétexte ed Tasie.

Ch’ prétexte, ol l’avez edvigné, naturellemeint, ch’étoit tchot Charlot, ouvrier de l’ même usine, qui, chaque soir, à ch’ décatour, muché drière ch’ l’hayure, atteindoit Tasie pou vir ensanne lever l’ leinne qui saquoit sin feuchillon da ch’ ciel.

O n’ put point dire que l’ nouvelle avoit mis da l’émoi ch’ village ed Pinquigny point pus qu’ chés compangnes ed Tasie. Caqueinne sait bien qu’ ch’est pa ch’ bout lo qu’alle commeinch'ro s’ vie.

Pis à tout preinne, si Tasie étoit einne jolie fille, Charlot étoit, ma fique, ein fiu rudement décœupé respirant l’ forche à plangne brongne. Il avoit r'preins du travail à l’ fabrique l’ ainnée passée ein quittant sin service militaire. Tout étoit donc por el miux et déjo o d’visoit de ch’ mariage qui d'voit s’ foire da ein an, aussitôt leu anmasse foite pou s’ mette ein ménage.

Ein matan, Tasie étoit arrivée à sin métier toute ramonchelée, frichonnant, guerlottant malgré l’ boinne saison. Ses compangnes n’avoitent point assez d’leus deux yux pou l’ bayer canger d’colors:

«T’os du mau, Tasie, qu’a li dit l’ einne.
— Je n’ me seins point du tout bien aujord’hui qu’a li répond.
— Feut t’n aller r'poser. Tu n’ peux mie rester lo, tu vos querre…»

Ch’ contrémoîte prévenu, Tasie quitte l’ fabrique. Et aussitôt toutes chés langues d’ foire pus d’ouvrage qu’ chés métiers.

«Dis donc, Victoire, j’ai comme da l’idée qu’ Tasie a n’ n’est.
— Por seûr. Lisa, i gno du brin à ch’ bâton…
— Alle o mié des pois qui n’ont point voulu cuire, dit Rosette.
— O n’avez donc point fini, tas d’Marie-sans-langue, dit Ludivine, ed dire du mau d’einne pauve fille qu’o bien déjo assez d’tracas. Pis d’abord cho n’est point vrai.
— C'meint, ch’ n’est point vrai. Ah! ça, crois tu qu’os avons la berlue?…
— Occupez- vous donc d’ vos affoires, sans preinne chelles de ch's eutes. Peut qu’manquer qu’ si cho n’ vous est point coire arrivé, ch’est pasqué cho n’o point tcheu. Cho vous peind à vo nez, d’ailleurs.
— O l’ savons bien. O récolte pus souveint cho qu’ des pièches cheint sous…»

Toute l’ jornée, Tasie fut su l’ langue ed ses compangnes. Mais si da chés fabriques o sait s’ dépieuter su ch’ mau qui vous arrive, neinne part ailleurs o n’ sait si bien vous aidier da ch’ l’adversité. Et l’ leind'man, Tasie ein r'preindant s’ plache à sin métier, treuvoit de l’ consolation pis d’ l’ayude d’ toutes chelles-lo qui, l’ veille, l’avoitent si bien agonni pendant s’n abseinche.

J’ n’ai point b'soin d’vous dire qu’ à s’ moison, s’ mère avoit j'té l’ cri d’alarme. Mais ch’ preinmier mouvemeint d’ colère passé, jugeant, en boinne fanme, qu’i veut miux bayer ch’ malheur ein fache que d’ braire d'sus aveu ses bros croisiés, alle avoit eingagé Tasie à précipiter ch’ mariage.

Drès ch’ soir même, Tasie n’ n’avoit d'visié à Charlot qui, s’i n’avoit point dit oui, n’avoit point dit nan, pis à forche d’ète tainné pas s’ maitresse avoit fini pa li cédier.

El neuche avoit été mise à ein mois, ch’ lundi qui suiroit ch’ l’ Asceinsion.

Tous chés geins d’Pinquigny furent hureux ein appreindant l’ nouvelle. I gn’avoit bien quéques jalousetés par chi par lo, mais, o l’ savez, Tasie étoit anmitée d’ tout l’ monne. «Pis quoi, qu’o disoit, quand o donne ch’ cœup d’éponge su ch’ l’ardoise à péchés, tous cheux-t- lo sont effacés, i n’y paroît mie pus de rien.
— D’ailleurs, r’preindoit einne eute, l’ canchon ne l’ dit-elle point.

Qu’importe alors pourvu qu’on se marie
Ces péchés là n’ont besoin de pardon.

— Bast! ch’ qu’o preind avant o n’el l’o point après.

Huit jours restoitent coir à courir edvant l’ neuche. Tous chés pareints et anmis étoitent da leus drouillettes (da leus drouillettes signifie dans l’animation la plus vive) , chés fanmes pou leus toilettes, chés honmes pour einlever chés toiles d’arignées d’ leus capieux heuts d’ forme, viux souvenirs ed fanmille.

Ein quittant de s’ boutique, Tasie fut surpreins de n’ point treuvoir, conrne à l’habitude, Charlot qui l’ atteindoit à ch’ décatour de l’ route.

«Quoi qu’i gn’airoit d’arrivé, qu’alle pensoit.» Pis s’ ravisiant qu’il airoit pus ète rét'nu par sin travail ou par ses affoires d’neuche, alle avoit r’preins l’ route de s’ moison, mais fan mawaise de n’ point avoir été prévenue par Charlot.

Pis au fur à m’sure qu’allé rapprochait de s’ moison, ein traversant ch’village, i li sannoit qu’ chés geins l’ bayoitent davantage qu’ tous les jours; qu’au lieu d’leus brongnes réjouies, i foisoitent tous des mangnes d’ croque-morts; ch’étoit à pangne si qu’o répondoit à sin bonjour.

«Quoi donc qu’ cho vouloit dire?»

Ein arrivant, à s’moison, s’ mère avoit des yux conme einne feinmelle d’cot à qui qu’os o preins ses jonnes. Ch’ souper n’étoit point su ch’ poêle et à Tasie qu’essayoit de l’ranmidoler ein li d'visiant, s’mère répondoit par oui ou par nan aussi secs qu’ein cœup d’trique.

Tasie, comme chaque soir, avoit défoit sin caraco, cangé d’ robe et, tout ein dréchant l’ tabe pou ch’ souper, alloit d’ teimps à eute, soupirant, ne t'nant pus su plache, vir à l’ porte si qu’alle aperchuvoit d’loin Charlot qui s’faisoit atteinne.

Ch’ manège-lo avoit agacé s’ mère qui tout d’ein cœup, déclaquant s’ colère et bayant s’fille ein fache li dit:
— Ch’est à mier, qu’ tu vux, atteinds, j’ m’ein vos t’ein fiche
— Mais manman, quoi qu’i gno? j’vous ein prie quoi qu’i gno?
— I gno, vilangne couroire à fiux, qu’ tin landru, qu’ tin dégoûtant o preins ses clic et ses clac et pis t’os plantée lo…
— Cho, ch’ n’est point vrai, manman, à preuve qu’hier, il est coir venu m’acconduire et qu’il o passé s’ soirée ichi…
— Hier, ch’étoit ch’teimps passé, quant à aujord’hui, ch’est eute cose, tu peux l’ atteinne, bernique si tu l’ vois v'nir. Ah! te vlo da d’ jolis drops.
— Ch’ n’est point vrai, que j’vous dis, ch’ n’est point vrai. Charlot n’est point capabe d’cho.
— T’oseros m’ démeintir, ti, quand l’ monne sait que ch’ dénieux d’sang lo i roule su Paris. Tiens, si j’ n’avois point l’ crante de ch’ boin Diu, j’t’étrannerois.
— Foisez-l’ manman, j’ n’ein s'rai qu’des pus hureuse.
— Oui, des pus hureuse. Ah! si tin pauvre père vivoit, ch’est li qui n’airoit point einduré pareil déshonneur da s’ moison. D’ailleurs, je n’ sus point disposée à l’eindurer, nan pus. Tu t’ein iros d’ichi, j’te cache.
— Manman!
— Tu t’en iros, tu m’einteinds?…
— O voulez que j’ m’ein voèche?
— Oui, j’ te cache, dénaturisée, rouloire, vianne à quate sous…»

Sous ch’ l’injure-lo, Tasie avoit bondi et, rattrapant sin caraco, s’étoit enfuie d’ chez s’ mère, et couru jusqu’à l’ moison d’chés pareints d’ Charlot qui n’ voulurent ni l’acouter ni l’erchuvoir.

Aussi, ein moins de rien, tous chés geins de l’ rue étoitent anmeutés, criant, hurlant contre ch’ dénieux d’sang qui li, n’ s’ein soucioit point mal, car, el fait étoit vrai, il avoit, drès l’ matan preins ch’ tran pou Paris,

Pauve Tasie! cachée, boulée de s’ moison, quoi qu’alle alloit dév'nir?

Fort hureusemeint por elle qu’einne compangne – i s’ein treuve toujours da chés geins d’misère, – qui, elle-même avoit passé par lo, avoit pu l’ décidier à couquer tout au moins da s’moison ein atteindant des jours meilleurs.

………

Quatre ainnées avoient passé lo d'sus sans qu’o n’euche pus janmois einteindu parler d’ Charlot.

L’ mère d’Tasie étoit morte à l’avant-saison sans avoir janmois pardonné à s’ fille.

Quant à Tasie, o n’ put point dire qu’alle avoit oublié complètemeint sin malheur, mais ch’ fiu qu’allé avoit récout li doubloit sin courage et l’ consoloit d’ bien du chagran, tant il est vrai qu’i n’est que ch’ sourire d’ein einfant pou vous foire oublier l’ misère.

A ch’ preinmier carillon de l’cloque de l’fabrique, annonchant l’ journée foite, Tasie raccouroit vite et vite à sin logis, r’preindant ein passant sin fiu qu’einne voisangne avoit songné d'pus l’matan, et lo, tout ein l’ dorlottant, racconmodoit ses cœuches, ses maronnes, car il étoit diabe à quatre et déluré pis rétus comme ein ptchot ange.

Ein jour, Charlot, – car o vous doutez bien qu’ ch’est ch’ nom-lo qu’ Tasie avoit donné à sin fiu, – étoit reintré tout brayant mon de s’ norriche. Chés einfants, ses ptchots canmarades, l’avoitent épiné pasqu’i n’avoit point d’père.

«Quand est-che, qu’i dit l’ soir à s’ mère, èque j’airai ein père, tous chés eutes tchots i n’ n’ont bien!»

Et Tasie, sans y preinde garde, mais poussant un gros soupir, avoit répondu: «Marche, min fiu, j’ te n’ n’acaterai ein pou t’ foire de l’ Sant- Jean!»

Ch’ l’innocheint avoit preins cho pou du boin argeint et s’étoit arrêté d’ braire.

Os étoit à ch’ trois d’juin. El caleur a s’étoit abattue su chés geins, à n’ pus povoir ès surporter. Chés feuilles d’ chés abes, pa ch’ Soleil dorées, r'trites et reinfronchées, sannoitent atteinde l’ momeint d’étes détaquées pa ch’ veint qui c'menchoit à souffler. Ch’ ciel, tout à l’heure, bieu comme einne jonne fille, carrioit à ch’ t’ heure des gros tahus, comme des régimeints d’ cavalerie, et l’ Sonme frisottoit ses ieues, pendant qu’ ch’ pisson s’ muchoit sous chés rosieux.

Ein même temps qu’ six heures avoitent dégringolé de l’ cloque, einne éclair sui d’ein cœup d’ tonnerre avoit ébranlé chés peupes tout du long de l’ vallée plantés.

A l’ fabrique, ouvriers et ouvrières étoitent da l’émoi car pou s’aveinturer su l’route à l’ pleuve qu’il alloit foire, i foulloit avoir d's us d’cat-houint da s’ chervelle.

Mais Tasie, sans acouter toutes chés diries d’ ses compangnes, déjo trottoit, trottoit; Sin fiu valoit bien einne ondée après tout. Déjo alle étoit arrivé à ch’ tchot décatour bordé par einne hayure où qu’à n’ pouvoit passer sans qu’ sin tchœur i foich’ doucq! doucq! quand tout d’ein cœup vlo qu’einne voix qui li sannoit r'connoite, bien qu’i gn’euche du teimps, el l’appeloit par sin tchot nom: «Tasie! Tasie!»

Passant s’ man su sin front, comme pou tcheurre ch’ souvenir, Tasie s’arrête, cleuée su plache, n’ pouvant pus dessaquer einne parole d’sin gaviot. Alle hansoit d’émotion car, ol l’avez edvigné, ch’étoit Charlot, s'n amoureux Charlot, qui, comme da l’ temps, s’avoit muché drière ch’ l’ hayure pour agripper s’ belle au passage.

I faisoit pitié à vir: Pâle, défait, ganne, mau comme einne loque, ses brongnes creuses comme deux écuelles, ses habits à fleppes, tout ein li seintoit l’misère

Ch’ preinmier moumeint d’surprise passé bayant Charlot avec des yux pleins d’ dégoût, et heuchant ses épeules, Tasie n’ put treuvoir qu’einne parole:
«Lâche!»

Pis, foisant ein d'mi-tour, alle r'preind s’ route, ch'peindant qu’einne éclair sui d’ein cœup d’hernu cœupoit chés neuages da tous les seins.

Mais Charlot eut bientôt r'joint Tasie qui, tout marchant, manmonnoit da ses deints: lâche! Lâche!

I vouloit essayer d’placher ein mot, mais Tasie, li foisant sangne de s’ man gauche et de s’ tète, sans même l’ bayer, toujours li répétoit: Lâche! Lâche!

N’y t'nant pus, Charlot, tout d’ein ébondif, vient s’ poster d'vant Tasie, voulant el l’eimpêcher d’avancher. Mais Tasie fonchoit, toujours élevant sin ton: Lâche! Lâche! Lâche!

A la fan, nan sans mau, Charlot put li preinde ses deux mans. A ch’ moumeint-lo, einne éclair fameuse vint li éclairer s’brongne. il étoit horribe à vir.

«Tasie, qu’i li dit, tu m’acouteros, je l’ vux.
— Lâche!
— Oui, j’ai été lâche et ch’est sans raison que j’ t’ai plantée-lo. Mais acoute, je n’ n’ai assez de l’ triste vie qu’ j’ai m'née d'pus l’ soir ou j’t’ai quittée. Que d’fois min tchœur o sangné en peinsiant à chés larmes qu’ t’os dû verser. J’ai été fou, mawais. Tu m’ pardonneras, Tasie.
— Feignant, sans-courage, ah! tu crois que j’ vos m’ laissier preinde comme da l’teimps à tes belles paroles, à tes belles pronmesses; nan, Monsieu, ch’ teimps passé étoit hier. J’ sus tranquille avu min fiu, j’vux y rester. Allons, laisse-mé tranquille, laisse-mé passer.
— Tu n’ passeros point.
— C'meint je n’ passerai point? Crois-tu qu’ tu m’ fois peur? Quand j’ devrois passer su tin corps…
— Tu n’ passeros point d'vant qu’ tu n’euches pronmis d’ reinde sin père à tin fiu.
— Tin fiu?  ah!  mon diu!  tin fiu?  mais sais-tu seulemeint s’i vit, s’i trotte. Et ch’est aujor­d’hui qu’ tu viens me d'mander tin fiu. Bayez donc, Monsieu, qué mau qu’il o yeu pou l’alever. Il est trop tard, min tchot père; il est à mi, je l’ garde et personne n’airo ses carèches.
— Tasie! si t’ainme tin fiu, tu li rendros sin père,
— Laisse-mé passer, brigand, meudit.
— Tasie, peinse à no fiu. Réponds-me.
— Allons, viens dusqu’à m’ moison, pis lo, o d'viserons, qu’alle dit enfin Tasie, ein s’ ravisiant

Il étoit l’heure d’reintrer, car déjo des largues gouttes tchaisoient et ch’ ciel étoit noir comme einne avenelle d’ cave.

Ah! ch’ trajet n’ fut point long, d’autant qu’il avoit été foit sans qu’ cacun diche einne parole. Tasie avoit preins, conme chaque soir, mon de l’ voisangne, sin fiu qui n’ décessoit de d’mander à s’mère qui qu’ ch’ étoit que ch’ monsieu.

«Tu l’ sairos pus tard,» li avoit répondu s’ mère.

Chés espliques furent ein molet vives da l’ moison d’ Tasie. Charlot, ch’ père, s’étoit affalé su einne cayelle, brayant et claquant d’fan.

«Tiens, qu’a li dit Tasie en li cœupant ein grand cantieu d’ pan et ein li présentant ch’ burre, maque ein morcieu pour r'preinne des forches pour alever tin fiu que j’ te permets d’embracher. Et tu sais, n’ oublie point qu’ ch’est por li que j’te pardonne. J’airois yeu honte qu’il euche pus tard à rougir de s’ mère…»

Charlot porléquoit sin fiu tout ébeubi d’vir ein Monsieu braire da l’ moison. Quand il o yeu fini de s’ conteinter tout sin seu, Charlot vouloit seuter à ch’ co d’Tasie.

«Point si vite, qu’a li dit; vos r'treuvoir tes geins, dis-leu que j’ leu pardonne, à eux conme à ti, tout ch’ mau qu’i m’ont foit. A ch’ t’heure, min gaillard, o n’ nous d'viserons pus que d'vant ch’ maire.

………

Ein mois après, sortant de l’ Mairie, Tasie qui v'noit de s’ marier avu Charlot, eimbrachoit sin fiu à plangne bouque ein li disant: «J’ai pronmis de t’ donner ein père pou t’ foire de l’ Sant-Jean, j’ai t'nu parole… vos dire à ch’ t’ heure à tous chés eutes tchots qu’ tu n’ n’os ein tout comme eux.»

Tchot Doère.

Fermer
 

Pi siq os voulez quèrtcher ch’texe à Tchot Doère, Tasie al est lò (cliquez pour télécharger le pdf) !

Éch baroumoaite,
pèr éch preume éd février 2020.

Rindez-vous à din tchinze jours pour un nouvieu tchuin d’ziu. Conme éd bien, i y éro étou du neu un molé (un molé veut dire un peu) d’tous les côtés…pétête (pétête signifie peut-être) !
Adé pi vnez nous rvir.

 


Tchuin d’ziu du 16/02/2020 Tchuin d’ziu du 16/01/2020