tb - ÉCH TCHUIN D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
les états d’âme du webmestre

ouche ouche!

Cha y est ch’est foait! J’ai rfreumé chés pages éq j’avoais rouvertes i n-y o achteure (achteure signifie maintenant) pu d’deux moés. Jé nn ai-ti ahansé (ahansé signifie construit, vient de ahanser) des vèriures (vèriures signifie versions) dé ll’affoaire-lò! Pèr troés foés tout à récmincher (récmincher signifie recommencer) d’bistinbout (d’bistinbout signifie d’un bout à l’autre) ! Quanq j’y rpinse, qué misére! Mais in.nhui (in.nhui signifie aujourd’hui) éj pux l’dire: Tétu ch’est fini!…

Jé nn ai tchié tout d’minme… avuc és phonétique pi chés accents édsu chés “œ”! Quoé qu’ch’est-ti qu’i n’avoait point invintion.né lò, no Lucien Tétu? Dusqu’à ch’qu’éj m’aperchuche (m’aperchuche signifie m’apercoive, vient de aperchuvoér) éq chés écrivures phonétiques-lò, ch’étoait chl’héritage à Gaston Vasseur. Sin diction.naire à li, Gaston, il o quasimint vingt énnées d’puss qu’échti (échti signifie celui) à Lucien!

Éj mé rtrouvoais un molé (un molé signifie un peu) conme du temps qu’éch Lancheron il o pubiyé chés œuves complétes à Pierre Dutchet. Pierre qu’il écrivoait pour qu’o n’obliche (obliche signifie oublie (subj.), vient de oblier) point ch’picard, mais qu’i n’s’intéressoait qu’à ch’picard pèrlé, point du toute à ch’picard in papier. Du cœup, i pouvoait écrire él minme mot d’troés min.niéres (min.niéres signifie manières) différintes din l’minme page. Tétu ch’est un molé du minme pèré (du minme pèré signifie du pareil au même (fam.)) . Pétête (pétête signifie peut-être) point pour les minmes raisons?

I m’sen.ne à vir (I m’sen.ne à vir signifie il me semble [à voir]) éq jé l’con.noais pèr tchœur sin Glossaire éd Berck à Tétu. Stapindant (Stapindant signifie cependant) , à chaque cœup qu’j’érmettoais min nez ndin, jé rtrouvoais tchéque cose (tchéque cose signifie quelque chose) éd nouvieu. Tchéque cose qu’i m’foaisoais rapinser à un mot d’ém mére, à in.ne espression d’min pére ou bin coére à un ratro (un ratro signifie ici une reflexion) à grand-pére Calais. Édz eximpes, i n-y in o à l’gron.née (à l’gron.née signifie à foison) .

Prindons (Prindons signifie prenons, vient de prinde) su l’tchestion habillure, j’intinds m’mére: “tin mantieu i n’in vut pu, i n’est mie pu mettabe, éj va l’porter à chés Émmaüs” Mon (Mon signifie chez) Lucien éj déteupe (déteupe signifie trouve, vient de déteuper) mettabe, mais surtoute j’ai coére rassarci(1) [ravaudé] tes bos chéf foés chi, més is nein veutent-é pus la peingne. Pi ch’est cho qu’i m’foait rapinser à m’mére. Eute cose d’un molé pu complitché : din sin glossaire, Tétu i n’arrête point d’pèrler d’batieu pi d’tout ch’qu’i vo avuc. I dit conme cho: ch’étoet in pér(2) [énorme] batieu, aveuc enne quille éd trente pieds! i n’dit point tchille. Nous eutes os disons des tchilles: “il est pèrti avuc tchilles et batchilles”. Mais “quillard”, min pére i llé disoait: “Soin, ch’est quillard”. Cha vouloait dire éq ch’étoait in étchilibe, prêt à tchair (tchair signifie tomber) , tout conme in.ne tchille! Mais i n’disoait point “tchillard”, i disoait “quillard” tout conme chés gins d’Berck i disoai'te l’quille d’un batieu.

Eute cose à l’page quatré-vingt-dix-neu:
Battellé, (batèlé), s.m.: raclette en bois pour remuer une pâte - outil de maçon, pour remuer le mortier, la glaise, le plâtre “ar'mue bien aveuc éch’battellé”.
Tel tchel din ch’glossaire à Lucien Tétu. Pi ch’est à min pére coére un cœup, à ch’manchon (manchon signifie maçon) , qu’éj pinse. I n’avoait point d’battellé mais il avoait in.ne bertlée. Qu’a n’o rien à vir mais cha m’y o foait pinser. Jé ll’avoais oblié ch'mot-lò, nom des os! In.ne bertlée, ch’est un oti putôt d’plâtrier qu’éd manchon, qu’a li sert à drécher chés induits.

Os nin voulez coére in.ne eute pour vo tchinzain.ne?
Euge, (ὼj), s.f.: auge; mangeoire des animaux, mais l’auge se dit plutôt pour le porc. “in cochon ! touc-touc ! à l’euge !” “touc-touc” onomatopée pour imiter le porc qui grogne; et aussi quelqu’un qui mange goulûment et bruyamment.(p.148)
Lò, vlò Aurélien min grand-pére qu’i s’démuche (s’démuche signifie ici se montre, apparaît, vient de démucher) à sin tour…
Quanq j’arrivoais tout courant à leu moaison, à mesure (à mesure signifie parfois) Pépére i m’atcheuilloait (atcheuilloait signifie accueillait, vient de atcheuiller) avuc un «ouche, ouche!…» Le premier cœup qu’i m’o foait cho, éj nin sus resté bec et borne (bec et borne signifie interloqué) . J’ai rinvalé m’salive pi j’ai fini pèr li dmander bien polimint ch’qu’a vouloait dire. Alorss i m’o asplitché: «Tu voés min fiu, quanq o z-arrive din in.ne étabe à coéchons, tous chés coéchons i foai'té (foai'té signifie font, vient de foaire) “ouche, ouche…”, ch’est conme cho qu’eux-eutes i nous di'té “bonjour”, à leu façon!» J’étoais ptchot, mais j’ai comprins qu’ch’étoait s’façon à li, Pépére, dé m’foaire érmèrtcher (érmèrtcher signifie remarquer) qué jé n’i avoais point dit «bonjour» in arrivant: «ouche, ouche!…»

Éch baroumoaite,
pèr éch seize éd mars 2017.

Rindez-vous à din tchinze jours pour un nouvieu tchuin d’ziu. Conme éd bien, i y éro étou du neu un molé d’tous les côtés... pétête !
Adé pi vnez nous rvir.

 


Tchuin d’ziu du 01/04/2017 Tchuin d’ziu du 01/03/2017