tb - ÉCH TCHUIN D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
les états d’âme du webmestre

chés marins d’Berck

Éj nin définirai (définirai signifie finirai, vient de définir) -ti? quanjou (quanjou signifie quand-est-ce) qu’a s’in vo abouter (abouter signifie ici être mener à bien) ? Éj sus tours (tours signifie toujours) din ch’diction.naire à Tétu, et pi j’croés bien qué j’nin sus t-assoté (assoté signifie entiché, vient de assoter) . Infin, pétête (pétête signifie peut-être) point d’éch live li-minme, mais bien putôt d’chés gins, d’chés marins d’Berck! In.nhui (In.nhui signifie aujourd’hui) , i n’y in o pu un seul, mais y o un siéque il étoai'té coére (coére signifie encore) lò, pi bien lò.

Prindons (Prindons signifie prenons, vient de prinde) dix-neu-chint-douze, vu qu’aprés, avuc la djerre… i n-y o lò, à Berck, in.ne quèrantain.ne éd batieux pontés et pi in.ne vingtain.ne qu’o dit non pontés. Chés pontés i pêque'te édz hérings avuc des filets, ész eutes i sont pu tchots (tchots signifie petits) . I sont à mitan (à mitan signifie à moitié) pontés seulemint; i pêque'té des macrieux (macrieux signifie maquereaux) avuc deux lignes qu’o z-appéle des cordes. In.ne corde al put foaire in chinquantain.ne éd métes éd long. Édsu o z-accreuche quatré-vingt peilles, éq ch’est des bouts d’fichelle avuc un hameçon à ch’bout. O z-appéle don chés batieux-lò des cordiers. Et pi vlò!

Siq os foaisez ch’compte, in 1912, cha foait qua-minme (qua-minme signifie quand même) pu d’soéxante batieux. Éll’énnée-lò ch’est six-chint-trente-neu tchilos d’pichon (pichon signifie poisson) qu’il ont espédiés à l’gare éd Rang-du-Fliers. Point chés batieux, chés marins. Cha cminche (cminche signifie commence, vient de cmincher) à t-ête conséquent (conséquent signifie important) !

Quanq éj dis cha cminche, éch n’est point vrai pasqu (pasqu signifie parce que) ’à ch’momint-lò, l’Histoére al est in route à torner in.ne page. In 1888 ch’étoait passé deux-mille-chon-chints (chon-chints signifie cinq-cents) tchilos d’pichon vnant d’Berck qu’i pèrtoai'te (pèrtoai'te signifie partaient, vient de pèrtir) à ch’train d’mèrée. La marine éd Berck, in 1912, al est don in route a ratincher (ratincher signifie rapetisser) d’un rude cœup. Chés marins i leu rtrouvaront infirmiers ou bin aide-soégnants. In 1937 i n’y éro pu qu’in.ne vingtain.ne éd batieux. I dispèraîtront à foait (à foait signifie complètement) in 1965.

Ch’qu’y o d’pu ton.nant (ton.nant signifie étonnant) , ch’est qu’à Berck i n’y o point d’port! A n’est point croéyabe qu’os m’direz! Bé sié, ch’est l’vérité vraie. Point d’port! Chés batieux d’Berck, quanq i rint'te, ch’est tours à mèrée heute; i vien'té s’échouer l’pu heut possibe, pi pèr aprés o szés ratire coére un molé (un molé signifie un peu) pu heut pour qu’i fuche'te (fuche'te signifie soient, vient de ête) au rados (au rados signifie à l’abri) à l’prochain.ne mèrée. Il appéle'té cho haler heut. Pi pour rpèrtir (rpèrtir signifie repartir) , bé i feut attinde (attinde signifie attendre) in.ne eute mèrée heute et pi haler bos, éq ch’est foaire érdeschinde (érdeschinde signifie redescendre) éch batieu din l’mer…

Bié seur, à l’époque point d’tracteur ni d’bulldoseur, ch’étoait chés marins pi leus fenmes qu’i leus atteloai'te. Soin (Soin interjection qui signifie attention) ! Ch’n’étoait point des tchotes bèrques à deux rames! Pour ramner à chaque cœup dusqu’à vingt ton.nes éd pichon, os pinsez bien qu’ch’étoait point d’él gnognote: des douze treize métes éd long pour quate éd lèrgue (lèrgue signifie largef) , avuc in.ne tchille (tchille signifie quille) éd tchinze chintimétes d’heuteur. In.ne tchote tchille foaite ésprés pour pouvoér s’échouer sans rien berziller (berziller signifie casser) . I foaisoai'té glicher (glicher signifie glisser) ch’batieu in mettant pèr un dsous des planques éd bos graissiées avuc du savlon noér, des brèches qu’il appeloai'té cho. Et pi: ho hisse!…

Il étoai'té don bien étchipés, et pi surtoute point tchœurs-falis (tchœurs-falis signifie paresseux) . À preufe, durant pu d’un siéque, ch’est eux, chés pêtcheux d’Berck, qu’il ont aliminté chés Pèrisiens in hérings. Du début, vers dix-huit chint, éch pichon il étoait quèrtché (quèrtché signifie chargé, vient de quèrtcher) dsu un ballon, point chti à Gambetta, in.ne tchote voéture à gvau (gvau signifie cheval) mné pèr un cache-mèrée (cache-mèrée signifie chasse-marée, maréyeur) : deux reues, un siége pa dvant pi driére in.ne tchaisse. Éch fond d’él tchaisse ch’est in.ne espéce éd tamis foait avuc d’el fichelle, tindu dsu un cade in bos. Ch’étoait pour qu’éch pichon i n’fuche point d’trop scoué durant ch’voéyage. Pèrti in.ne coupe d’heures édvant ch’cache-mèrée, un postillon; ch’est li qu’i prépère chés relais à l’avanche: i feut canger d’égvau souvint pi sans perde in.ne minute!

À pèrtir éd 1848, chu cmin (cmin signifie chemin) d’fer i s’in vo canger tout cho. Éch pichon d’Berck i prindro ch’train pour Péris à Rang-du-Fliers. In 1893, éch tortillard i ménero minme éch pichon d’Berck à Rang-du-Fliers. Finalemint in 1912, vlo ch’qu’i nn est. Éch mèrchand d’Airaines, prindons (prindons signifie par exemple, mot à mot prenons) , i vo acater sin pichon à l’gare d’Adville et pi i court él vinde à domicile avuc in.ne titchote (titchote signifie toute petite) voéture, point traîn.née pèr un gvau mais pèr un tchien! I s’arrête à tous chés portes. À Dourier, à Dreu, au Hamé(*) [Dourier, Dreuil, le Hamel, trois agglomérations maintenant rattachées à la commune d’Airaines] , tout pèrtoute. Ém grand-mére Mérence al nous l’racontoait; quanq a n’vouloait point d’pichon, vlò cmint qu’a s’passoait.

Ch’mèrchand il arrive à l'intrée d’él cour pi i crie à Mérence au fin fond d’és moaison:
«Feut-ti dz hérings?
— Nan!
— Bé, matchez (matchez signifie mangez, vient de matcher) du brin!…»

Éch baroumoaite,
pèr éch preume éd mars 2017.

Rindez-vous à din tchinze jours pour un nouvieu tchuin d’ziu. Conme éd bien, i y éro étou du neu un molé d’tous les côtés... pétête !
Adé pi vnez nous rvir.

 


Tchuin d’ziu du 16/03/2017 Tchuin d’ziu du 16/02/2017