tb - CHÉS TCHUINS D'ZIU D'ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du deuxième semestre 2011

[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

01/07/11

l’Amérique !

In octobe éd l’énnée passée, Gadrouille, d’éch Lanchron, il o té in voéyage in Indiana, foaire intinde no picard avuc ses contes et pi ses canchons. Ch’étoait point ch’premier picard à prinde un aréoplane pour sn-aller din chés Amériques. In dix-neu-chint-quatré-vingt-quate, Ugéne éd Boégny-à-Raques il o foait in.ne verlée du côté d’Chicago pour aller vir és file Francine.Ugène La-bos, il o minme foait in.ne conférinche in picard. Chés Diseux il ont déteupé in.ne photo d’li avuc, à s’droéte Francine et pi à s’gueuche échl értraduiseu ; échti-chi, fil à mesure, i ratornoait éch picard d’Ugéne in anglais d’Chicago.

Ugéne, il avoait quasimint l’minme âge éq min pére. Éj né ll’ai point granmint con.nu. Os nous sonmes rincontrés troés quate foés din des répilés sans pouvoér nous dviser dé ch’qu’i nous tnoait l’puss à tchœur à touté deux, éch picard !… Mais j’ainme rudemint ch’qu’il o écrit din sin pèrlage éd Boégny-à-Raques. Éj vous éroais bien rcopié ch’rime éd li qu’j’ainme él miux, mais n-y o djò tchéqu’un qu’il ll’o foait dvant mi. Siq a vous dit, os pouvez aller trantchillemint lire quante o vieillit

À l’plache, éj vos don vous foaire montrer in.ne page éd sin rtcheuil Pur Jus qu’il est in.nhui introuvabe. Ch’est din ch’picard éd Boégny-à-Raques, mais os n’érez point d’mau à vous y rcon.noaîte ; n’y o janmoais qu’éch mot sévreux qu’o n’él dit point d’trop d’pèr chez nous. Os advinerez facilemint qu’cha vut dire solide.

Pèr ichiUgène

Mi, tout ch’ qué j’ain-me, éj’ l’ain-m’ gramint.
J’ sus comme eu, j’én peux point m’érfoaire,
J’ sus d’ pér ichi, qué boénn’ affoaire !
Vu qu’ ch’est-leu qu’ j’ai l’pus d’agrémint.

Pis qu’o n’ nos préch’ point la misère,
Pèr ichi, quante i pleut à sieux,
Ch’est pour foair’ nos blès pus sévreux
Pis qu’ nos peumieus iz’ euch’t’ à boére.

Ichi, oz’ ons d’ toute, un molé.
Ya des paur’ poéyis tchuits d’ solé,
D’eut’ qui sont tojours dins chés glaches,

D’eut’ qui trann’t’, i feut vir écmint.
Mi, j’ém’ sins ferme édsus nos c’mins.
Pour rien au monn’ j’én’ donn’rouos m’plache.

[Eugène Chivot, Pur jus, 1972, p.2]

Siq os voulez nin savoér éd puss édsu Ugéne os pouvez aller mon ch’Lanchron, os y voérez qu’jé n’vous mins point. In attendir, merci Ugéne, ch’est coére un cœup d’passé ! Justémint qu’éj n’avoais point grand-cose à dire…


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

16/07/11

bien tombé n’est janmoais mal tcheu !

Ch’est à l’adon qu’éj vux foaire in.ne niche à Gadrouille qu’éch nom-dé-zeu-lò i m’annonche él lin.nemain qu’i pèrte in vagances pour tchinze jours ! À preufe, vlò ch’mail éq j’ai rchu :

Delivered-To: free.fr-ches.diseux~free.fr
X-ProXaD-SC: state=HAM score=0
Subject: Re: 123
From: "Gadrouille, Ch’Lanchron" <gadrouille~lanchron.fr>
Date: Sat,2 Jul 2011 21:35:41 +0200
To: ches.diseux~free.fr

Os partons nmain au matin.
Chol roulotte al est préte.
Os nos nn’allons pour St Jean d’Angély. Pi d’lo os veuserons alintour.
Os décollons à 9 h énmain. Si os sonme décanillès.

adè
gros bés

D’in.ne, os pouvez vir éq Gadrouille i n’s’atuit point li-minme. I pèrle éd li à l’premiére person.ne du pluriel. Chés savants lindjuisses i vous dirons qu’ch’est un pluriel éd Majesté.

Éd deuze, os avez-ti rmèrtché, Gadrouille i foait des gros bés à chés Diseux…

Éd troése, os pouvez vous asseurer qu’jé n’vous ai point minti : Gadrouille il est vraimint pèrti in vagances !

Et pi l’niche ? adoù qu’al est l’niche, qu’os m’direz ? Eh bin person.ne éne sé nn a aperchu, à tout l’moins, person.ne éne m’o écrit pour m’él dire ! Feut don qu’jé ll’avouche, din ch’darin tchuin d’ziu, lò, j’vous ai minti. Él photo qu’os avez pu y vir, ch’étoait point Ugéne et pi s’file ! Jé n’sais point siq Ugéne Chivot il o janmoais foait in.ne conférinche in Amérique. A m’éton.neroait, ch’est point qu’i nn’euche point té capabe, mais ch’étoait point in.ne gin à foaire éd l’imblée. Soin ! né m’foaisez point dire éch qué j’n’ai point dit. Ch’est point pasqué Gadrouille il o foait in.ne conférinche din chés Amériques qu’i foait d’l’imblée. Ch’qué j’vux dire, ch’est qu’Ugéne ch’étoait tchéqu’un qu’il avoait d’l’értnue, tchéqu’un d’putôt réservé. Ch’qu’i n’vut point dire, coére un cœup, qu’Gadrouille i n’sé rtienche point… M vlò-lò meudimint imbèrtché din in.ne histoére à m’mette mal avuc li. Veudroait miux qu’éj defface toute… Conme i diroait ch’Dur, amérrons llé lò !

Bé, du cœup éj m’in vos foaire durer ch’plaisi. Piq a n’est point Ugéne, disez-mé don tchéque éq ch’est dsu l’photo d’y o tchinze jours pi os érez gaingné un boin cœup d’chide à no moaison quanq os passerez.


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

01/08/11

mes coutieux d’viu

Édpu l’évatchuation, éj vous ll’ai djò dit, j’ai un coutieu din m’poque, conme un honme, conme tout chés honmes qu’éj con.naissoais à l’époque. Mes coutieux, éj né szés janmoais comptés, mais cho dépasse sûremint pu d’in.ne douzain.ne. Tertous pardus, bié seur ! Échti qu’i m’o foait él puss d’usage, ch’étoait un coutieu améritchain d’la djerre ; in.ne seule lame et pi in.ne éspéce éd poinçon qu’éj n’ai janmoais seu à quoé qu’i pouvoait bien servir. In.ne seurte d’épissoér, probabe, un coutieu d’marin pétête ?

Chonq énnées aprés l’libération, jé ll’avoais coére, minme éq cho m’o valu deux heures éd rétnues pèr min professeur d’allemand. Éch motif ch’étoait entaille la table avec son canif ! Os pèrlez d’un knife, él lame al foaisoait pu d’deux chintimétes éd lèrgue et pi douze éd long… J’étoais in route à stchulter min nom. Jé n’sais point ch’qu’il est dévnu, min canif, pardu, conme ész eutes !

Pu tèrd, j’avoais din les vingt-chonq ans qu’éj radmiroais coére éch coutieu à min pére, un Pradel qu’il avoait acaté dvant la djerre. Él lame al s’avoait usé tout duchemint, al avoait étou pardu d’ésn épaisseur. A foait qu’à l’indroét d’él lame doù qu’i y o in.ne tchote intaille in forme éd croéssant d’leune, ésprés pour éll’ouvrir, étoait dévnu tellemint fin qu’cho foaisoait un treu ; o voéyoait clair à travers. J’ém disoais qu’janmoais jé n’pourroais conserver un coutieu à mi dusqu’à vir él jour à travers !

Eh bin, os né m’croérez point, mais ch’est foait. Et pi ch'est un Pradel étou. Du cœup, jé n’m’in sers quasimint pu, jé nn ai un eute, un Opinel qu’i rsen.ne à un Laguiole mais avuc un manche in bos. L’eute il est au au rados ; él mèrque, jé n’sais point doù qu’al étoait, o n’voét mie pu rien édsu ch’manche. Ch’étoait un coutieu d’réclame, mais ch’qu’éj sais, ch’est qu’jé n’vourroais point l’perde pour in.ne vaque in dor.

P.S. Tours point d’nouvelles éd Gadrouille. Du cœup i n’séro point qu’éch clitché d’i y o un moés, ch’est point Ugéne Chivot, ch’est Noam Chomsky, un savant lindjuisse améritchain. Allez, trachez un molé, os arriverez bien à nin savoér éd puss sur li… point Gadrouille, Chomsky, bié seur !


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

28/08/11

merci Orange

J’avoais bien prépèré mn affoaire. Jé nn avoais assez d’chés carabistouilles à ch’n9uf-sfr et pi d’ém con.nexion qu’al mèrchoait dsur in.ne patte : pu d’téléphon.ne, éd l’intèrnéte édsu un ordinateur mais point dsur deux… Bref, toute i pèrtoait à l’oust.

Él deux d’ahoute, éj vos don mon Orange pi j’leu dman.ne siq éj pux vnir à leu moaison. N’y avoait point d’problinme. Il alloai’té minme s’otchuper d’toute : coper ch’robinet mon n9uf-sfr et pi raccorder min tuyeu à leu robinet à eux-eutes. Pour él neuf d’ahoute a sroait foait, éj sroais seulemint troés quate jours sans adsl.

Bin nous vlò l’seize et pi j’sus tours sans rien, ni téléphon.ne ni intèrnéte. I n’y o qu’in.ne cose qu’al o été foaite : éch robinet mon ch’n9uf-sfr il o té freumé l’six d’ahoute. Quanq j’ai té vir Monsieu Orange au matin, i mé ll’o dit li-minme : « vo ligne al o té écrasée pèr nos soins. » mais il o rajouté « mais os ons un ptchot problinme éd livraison. »

Quoé qu’ch’est-ti qu’i n’pouvoai’té point m’livrer ? Quanq j’avoais té szés vir éch premier cœup, j’étoais rpèrti avuc leu modem édsous min bros, ch’étoait don point cho. J’ai fini pèr comprinde qu’leu fanmeuse livraison ch’étoait mn adsl qu’i dvoait arriver pèr ém ligne téléphon.nique. Ch’étoait don un problinme éd ligne !

Du cœup j’étoais rasseuré : piq Orange et pi TransFélécom ch’est du minme pèré, toute il alloait t-ête rabistotché un moins dé rien. Ch’est ch’qué Monsieu Orange i m’o dit : « din deux troés jours a dvroait torner rond. Au pu tèrd din tchinze jours… »

Os voéyez qu’ch’est des rapides, mais qu’i prinde’té leu précœutions : siq ch’est point din deux jours ché sro din tchinze et pi adé min brave ! Vlò don adoù qu’éj nin sus. Pi siq os vous dmandez cmint qu’a s’foait qu’chés Diseux i sont mon Free et pi point mi, bé ch’est in.ne boin.ne tchestion, mais ch’est un longue histoére, éj vous raconteroais bien tout cho, mais ché sro pour un eute cœup.

Pour in.nhui, éj n’ai tours ni téléphon.ne ni intèrnéte, austôt qu’éj srai rbranché éj vous invoée tout cho… à biétôt !


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

01/09/11

N9uf-SFR, merci !

Os allons rprinde toute édpu l’début, conme cho a sro pu clair !

Mi pi Chés Diseux, pour échl’intèrnéte, os ons d’abord té mon Dyadel. Dyadel ch’étoait in.ne étchipe qu’al ouvroait dsu Anmiens, étoait bien pu pratique, o pouvoait aller szés vir din leus burieux qu’il étoai’te Plache Saint Michel, pa driére él cathédrale. Ch’responsabe, ch’étoait un boin guèrchon ; minme siq il étoait matché d’cache à l’hutte, os nous intindoème bien mi pi li.

Ch’étoait du temps d’Mathiu Salé, disons intér deux sectimbe dix-neu-chint-quatré-vingt-seize et pi ahoute quatré-vingt-dix-huit. Quate chonq ans il ont passé pi un bieu jour éch cacheu i s’a in.nallé, ch’étoait in 2002. Du cœup, mi éj poéyoais dpu l’début, mais lò il éroait follu poéyer in puss pour Chés Diseux…

À l’époque, jé n’sais point siq os avez con.nu cho, o s’branchoait avuc un modem édsu s’ligne téléphon.nique, qu’à ch’momint-lò al étoait otchupée, ch’qu’i foait qu’o n’pouvoait pu vous appeler au téléphon.ne. Él pompe à phynances à ch’pére Ubu al mèrchoait djò à fond d’train : o poéyoait ch’téléphon.ne à Trans-Félécom et pi l’con.nexion à ch’fornicheu d’intèrnéte.

Mi pi Chés Diseux os ons don té mon Free. J’avoais prins un abon.nemint d’chinquante heures pèr moés. Émn èrgint il o té prélvé tout d’suite, et pi j’n’ai yeu chés rinseignemints pour ém con.necter qu’un moés pèr aprés. Quanq j’ai dman.né siq i n’pourroai’te point foaire un tchot tchéque cose pour ém dédonmager, Free i m’o déclatché qu’a n’étoait point possibe. J’ai mis cho din m’poque pi min mouchoér pa dsu.

Deux énnées pèr aprés, quanq l’ADSL il est infin arrivé à Ferriéres, éj n’avoais point oblié éch moés qu’Free i m’avoait dérouflé. Ch’est conme cho qu’éj sus pèrti mon ch’N9uf. Ch’étoait in 2004, chl’achuchon d’Chés Diseux al avoait djò mis l’clé in.nsous l’porte. Éch site i n’o don point tchitté Free pi ch’est mi qu’éj foaisoais chés mises à jour in passant pèr éch N9uf.

Du début, ch’o té tout nouvieu tout bieu, pi, fil à mesure, a s’est déwerwigné. Ch’o té des courriers qu’i n’arrivoai’té point, des boétes à lettes qu’o n’pouvoait point rélver. Ch’pu pire il est vnu quanq SFR il o racaté ch’N9uf. N’y o qu’in.ne cose qu’al n’o janmoais mantché d’fonction.ner, ch’est l’ponction édsu min compte bantchaire. Minme ém facture, qu’al étoait disponibe gratiss édsu intèrnéte, éj n’ai janmoais pu l’vir, qu’a fuche avuc un Mac ou bin un PC, pi avuc n’importé ltchel éd chés butineux.

Pi surtoute point moéyin d’leu signaler tchéque cose qu’i n’alloait point eutrémint qu’in passant pèr un téléphon.ne poéyant. Ch’o té conme cho, avuc ém rage qu’al montoait tout duchemint, dusqu’à ch’qu’un bieu jour, éch téléphon.ne i tchaiche in raque. Pi deux jours pèr aprés, ch’o té mn intèrnéte à sin tour qu’i s’a arté. Ch’étoait y o un molé pu d’un moés, éch vingt éd juhiet.

J’ai don invoéyé in.ne lette érconmandée à N9uf-SFR pour leu dire éd foaire tchéque cose. Huit jours passés sans réponse, j’ai prins min modem édsous min bros pi j’ai deschindu à l’galerie mèrchande d’Auchan, adoù qu’i n-y o in.ne boutique SFR, jusse in face chetlò à Orange. Mon SFR, éj leus ai dman.né siq i pouvoai’té m’canger min modem (éj pinsoais qu’ch’étoait li qu’il étoait mèrdoché). Ch’o té net conme tortchette : a n’étoait point possibe, mais i pouvoai’té m’don.ner un liméro à appeler… Pour tchéqu’un qu’i n’avoait pu d’téléphon.ne, cho tchaisoait ad rem, étoait tout à foait inditché. Ch’est conme cho qu’éj m’ai rtrouvé in face, mon Orange.

Os savez ch’qu’i nn o té, éj vous l’ai djò conté din ch’darin tchuin d’ziu. Drés qu’j’ai yeu du téléphon.ne j’ai finalemint appelé N9uf-SFR édsu leu ligne poéyante pour savoér écmint m’décheper d’eux-eutes.Forton Il ont foait durer ch’plaisi : « attindez, cho vo prinde seulemint tchéques minutes ». Jé nn ai té tchitte pour pu d’dix minutes éd conmunication. Édpu, j’ai té rappelé pèr in.ne tchote bachelette qu’al foaisoait in.ne intchête éd satisfaction : j’étoais-ti contint d’ém abon.nemint mon N9uf-SFR ? J’y ai dit qu’éj n’étoais pu leu clieint, qu’j’étoais pèrti mon Orange. Al n’o tcheu dsu l’tchul, a n’él savoait point… À tchéche qu’i s’in vont foaire croère cho ?

Tours est-ti qu’édvant qu’min controt mon N9uf-SFR i fuche aboli, i s’in vo coére sûremint s’passer in.ne cope éd moés, éj voés cho gros conme un bouseau d’vaque. Mèrchez, éj vous tarai au courant !


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

16/09/11

os n’érez point perdu toute

Os pinsez bien qu’durant qu’j’étoais interdit d’intèrnéte, jé n’sus point resté mes bros croésés. Fidjurez-vous qu’j’avoais in.ne gron.née d’lives d’intassés d’tous les côtés. Eh bé, os n’ém croérez point, éj sus t-in route à foaire édz étagéres. Cho foaisoait pu d’troés ans qu’jé m’tâtoais, tout m’disant qu’cho pouvoait coére attinde un molé, ou bin qu’i foaisoait d’trop froéd din mes atéïers. In.nhui j’nin sus à m’quatrienme étagére qu’al est quasimint finite. Tout chés morcieux i sont fin prêts. N’y o pu qu’à… d’ichi troés ans os ons bien l’temps…

Mes bros otchupés, i y avoait étou m’chervelle qu’al étoait à joc. Jé m’sus don lanché din ch’grand nettiage éd mes tchuins d’ziu. J’ai cminché pèr ramon.ner chés porettes un molé tout pèrtout. In treize énnées, siq min picard i n’o point granmint cangé, ém min.niére dé ll’écrire al o foait du cmin. Du cœup j’ai rassen.né din un fichier tous chés mots qu’éj m’avoais servi din tous mes tchuins d’ziu. Eh bé, cho foait du mon.ne !

J’ai don inlvé tout ch’qu’i rsen.noait un molé d’trop à du français. Pi ch’qu’i restoait, bin, j’ai mis l’értraduction pi des foés un eximpe pour qu’o comprinche miux. J’ai ringé tout cho din l’orde alphabétique pi jé nn ai foait in.ne éspéce éd diction.naire qu’i nn est point vraimint un diction.naire. À tel point qué n’sachant qué nom li don.ner, j’ai appelé cho mes mots à mi.

Vlò ch’qu’i nn est ! Os trouvarez tout cho din l’pèrtie Divers d’él bègnére qu’i y o in heut d’tous chés pages.


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

01/10/11

nin vlò d’in.ne eute !

Os savez qu’éd t-ête baroumoaite, a n’est point simpe et pi qu’o n’o point l’temps d’s’in.nuyer. Chés gins, des foés, au puss qu’o leu z-in don.ne au puss qu’i leu nin feut. Ch’est conme cho qu’i n-y o tchéqu’un qu’i m’o dit conme cho éq mes mots à mi ch’étoait fin bien mais, qu’a sroait rudemint agréabe d’avoér in puss des podcasts éd picard !

Eh bin nan, éch n’est point pour in.nhui qu’éch tchuin d’ziu i sro podcasté. Os attindrez un tchot molé. Pi pourtant, os n’êtes point à plainde, n-y o coére un molé d’neu ch’cœup-chi. Siq os êtes passé pèr él page d’atcheuil, os ll’avez pétête érmèrtché, ch’est achteure dix-huit-chint-quatré-vingt-quate verbes qu’i sont ingrangés din chés pages d’él conjudjaison. Éj viens d’nin rajouter in.ne poaire point pu tèrd qu’au matin. Cho foait don troés-mille-sept-chint-soéxante-huit conjudjaisons, vu qu’à chaque cœup, os avez l’forme picard éd l’Anmiénoés et pi l’forme picard du Vimeu qu’i vont insen.ne.

Pi ll’histoére éd podcast, a m’o foait rapinser qu’j’ai coére éd l’ouvrage pa dvant mi. Pour chés diries 85, est foait, mais a sroait bien qu’chés diries suivantes i fuche’te numérisées étou et pi plachées édsu ch’site. Qu’a sroait coére émiux qu’in puss éj propose à chés visiteus éd téléquèrtcher tous chés mp3, et pi tant qu’os y sonmes, pourquoé point chés livrets picard-français qu’i vont avuc ? in pdf, bié seur.

Bon, éne vous attindez point à ch’qué tout cho i fuche in plache pour diminche tchi vient ! Ém façon d’foaire ch’est toute à l’douchette, ch’qu’i n’est point foait in.nhui, a sro foait dmain… o bin d’aprés-dmain. Mais rien qu’éd savoér qu’éj sus t-in route à pourpinser là-dsu, os allez tertous vous rapurer, éj nin sus seur ! Mèrchez, i n’est qu’d’attinde un molé, él tcheue d’no cot al est bien vnue !…


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

16/10/11

Meurice, qu’i s’appeloait…

Ch’étoait tchéqu’un d’la heute, à trente-deux ans il étoait scrétaire général d’él préfecture, in Gironde. I s’otchupoait d’chés transports. Éch transport éd seize chints juifs édpu Bordeaux dusqu’à Drancy, direction Auchwitz. Éch grand patron d’l’époque i s’appeloait Philippe Pétain, os savez, échti qu’il avoait foait don d’és person.ne à La France.

Pèr aprés, éd collabo, il étoait vnu résistant ; il avoait sintu ch’vint qu’i tornoait. Du cœup, à l’Libération l’o té nonmé préfet des Landes, pi tchéques énnées pu tèrd, scrétaire général – coére un cœup ! – mais l’foés-chi ch’étoait à l’Préfecture éd Police. Quatore juhiet dix-neu-chint chinquante-troés, à Pèris, 7 morts, 7 Algériens in route à manifester au côté d’chés gins d’gueuche ; des chintain.nes éd blessés.

In 1958, i monte in grade, Meurice, él vlò Préfet de Police, tchéques moés dvant l’naissinche d’él chonquienme République. Éch grand Chèrles i lé warde in plache. In juhiet 1961, ch’est minme li, De Gaulle, qu’i li rmettro s’croéx d’conmandeur éd la Légion d’hon.neur.

Sin pu bieu cœup, ch’est le dix-sept d’octobe 1961 ; cho fro tout jusse édmain chinquante ans, pi ch’est pour cho qu’éj pinse à li in.nhui. L’étoai'té-ti vingt mille ou bin trente mille ? édz Algériens adiminchés avuc leu fenme pi leus éfants. Chés cadoreux i sé n’in sont rdon.né. Feut dire éq Meurice i sz avoait rmontés, il avoait té szés vir din leus conmissariats : « Pour un cœup d’érchu os n’in rindrez dix ! » Il avoai'te comprins qu’is pouvoai'té y aller d’boin tchœur, Meurice i szés couvroait !

Pi pour y aller, il y avoai'te allé ! Ch’o té d’él belle ouvrage, deux chints morts suivant d’autchuns, huit morts suivant dz eutes – os advinez lestchels ! –, la Seine a n’diro janmoais combien qu’al o carrié d’cadaves éch soér-lò ! Six ou sept mille Algériens qu’o z-inméne din des autobus à ch’Palais des sports. A n’vous rappéle érien ? D’un temps ch’étoait chés juifs à ch’Vel d'hiv, achteure ch’est chés arabes. Siq os voulez nin savoér éd puss, os tapez 17 octobe 1961 din Gogole, pi os voérez ch’qu’i nn o té.

Y o coére yeu ch’métro Charon.ne, in.ne manifestation conte l’O.A.S. ; neuf morts, un détail conme i diroait Jean-Marie.…

In boin conmis, Meurice il o continué s’carriére, il o minme té minisse d’éch budjet du temps de Raymond Barre. Pi un bieu jour, vlò-ti point qu’il o té rattrapé pèr sin passé d’collabo ! Ch’étoait in 1981. L’o tout d’minme follu seize ans dvant qu’i passe in justice pi qu’i fuche condan.né à dix ans d’réclusion pour crime conte l’human.nité.

I sortiro d’prison au bout d’troés ans ; soé-disant qu’il étoait à l’artique éd la mort. Stapindant, quanq chés jornalisses i ll’ont té l’filmer à l’porte d’él prison de la Santé, il étoait fin vertillant, pi surtoute, din ses ziux, n-y avoait conme un doégt d’hon.neur !

Il o coére vétchu chonq ans, bien trantchille. Quanq il est mort, os o mis és croéx d’conmandeur din sin certcheuil. D’sin vivant, i n’avoait pu l’droét d’él porter, mais lò qu’il étoait mort, o n’alloait tout d’minme point l’contrarier. Ch’étoait un grand serviteur éd l’État, conme il o dit ch’tchuré à s’messe d’interremint.


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

01/11/11

chés chiffes i n’mint'té point

Din chés jornals :
« Sarkozy à la télé jugé convaincant pour 55% des Français »

Os allons tâcher d’érmette chés pindules à l’heure d’hiver. Bié seur, ch’est un sondage édsur mille gins coésis à l’hasèrd qu’i don.ne éch résultat-lò. Voéyons cho d’un molé pu prés. Din leu z-échantillon i n-y o, à ch’qu’i di'te, chinquante huit du chint d’gins qu’il ont rbéyé chu spectaque et pi chinquante chonq du chint qu’il ont trouvé no perzidint convaincant.

Ész eutes, chés quèrante deux du chint qu’i resse, i n’ont don point leu mot à dire, piq i n’ont point rbéyé. Alorss o put rfoaire chés comptes : chinquante chonq du chint dsur chinquante huit du chint cho foait qu’i n-y o quatré-vingt tchinze du chint… Os avez du mau à suire ? ch’est-ti qu’os éroète foait l’école pichon.niére quanq éch marister i foaisoait ch’l’élçon dsu chés pourchintages ? Éd’chés gins qu’il ont rbéyé Sarkozy, i sont don, conme éj disoais, quatré-vingt tchinze du chint à pinser qu’il étoait convaincant.

Chés chiffes i n’mint'té point. Rien à rdire. Siq os né m’croéyez point, os prindez vo cartchulette et pi os vérifiez. Cha foait du bien à sin tchœur d’avoér un perzidint qu’il est d’attaque, qu’i sait prinde chés problinmes à bros-l’corps, qu’i s’in vo seuver no poéyis et pi ch’mon.ne intier avuc, tanq o z-y est, et pi qu'il o tout ch’poéyis driére li. Y o point d’tchutchute, no perzidint il o té convaincant.

N-y éro tours des gins pour crititcher, ch’est-ti point normal, vu qu’os sonmes in démocratie, nouboué ! Ch’est conme cho qu’d’autchuns il ont té tracher, jé n’sais point d’où, éq soé-disant, i n’y éroait yeu éq 12 miyons d’gins à rbéyer ch’perzidint. Tours d’aprés eux-eutes, i y éroait 45 miyons d’électeurs in France. Mettons, qu’i di'te, éq chés 12 miyons cha fuche édz électeurs, cho foait don din les 26,7% d’chés électeurs qu’il ont rbéyé. Lò dsu, d’aprés ch’sondage, 95% éd 27% cho foait 25,4% éd votants qu’il ont trouvé no perzidint convaincant.

Pi lò i ri'té din leu bèrbe, i leu frot'té leus mains ; i reuve'té qu’avuc vingt chonq du chint d’chés voéx, no paure perzidint, à chés prochains votages, i s’in vo s’értrouvoér con-vaintchu !

Perzidint, né sz acoutez point, ch'est rien qu'des langues vrimeuses !
Pi vous-eutes, tout conme in 1873, (tout jusse aprés la Conmune) cantez à no bien-ainmé perzidint, tous insen.ne avuc mi :
« Sauvez sauvez la Fraaaaaance…
au nom du sacré Fric ! »


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

16/11/11

à ch’boin poulet

Cho foait diminche tchinze jours qu’os ons foait no darin.ne réderie d’l’énnée. Ch’étoait à Molliens-Vidame, qu’o z-appéle achteure Molliens-Dreuil. Ch’étoait l’foére Saint Simon. N-y avoait don granmint d’vindeux d’rhabillures neuves, granmint d’mèrchands d’voétures neuves, dz hortillons avuc leus lédjeumes neuves et pi bien picardes : des poévrons, dz ananass et pi des mandarines. N-y avoait étou tchéques rédeux qu’il avoai'té dessatché d’leu guernier des viéseries acatées l’énnée passée à l’foérefouille.

Éj sus rintré berdouille, j’y sus duit ! Des foés jé m’dis qu’éj froais miux d’rester aniché din ch’fin fond d’min lit. Est vrai qu’a m’foait foaire in.ne tchote verlée. I feut bien prinde un molé d’exercice ; éch n’est point dvant mn ordinateur qu’éj vos foaire fonde ém bédain.ne ! Os ons don ransé pu d’deux heures d’affilée. Os ons tout foait éd bistinbout, sans mantcher un seul vindeu. Os sonmes érpèrtis sur les dix heures quanq chés nadjeux i cminchoai'te à rabziner avuc leus éfants din leu poussette et pi leus tchiens au bout d’leu longe à rallonge.

Os n’ons tout d’minme point rintré sans rien. Jé ll’avoais rpéré. Un preume jé ll’avoais sintu. Chés flairinées i vnoai'te ém décatouiller ch’bout d’min nez. Pi jé ll’ai vu. Il étoai'té lò, os alloème coére nous rapapiner à midi. Quanq ém fenme al m’o rjoint… feut qu’éj vous diche qu’os sonmes tours atchun d’no côté din chés réderies, janmoais bien loin l’eune éd l’eute, mais janmoais insen.ne nan pu. Os n’trachons point les minmes coses du toute, alorss forchémint !…

Éj vous disoais don… quanq ém fenme al m’o rjoint à no voéture, éj n’ai point yeu dzoin d’li dman.ner, j’ai niflé. Din s’tchote cagirotte à réderie, cha sintoait boin ch’poulet rôti !… I feut dire qu’os sonmes édz adités, à chaque cœup qu’éch boin poulet il o installé sn atrintchillage édsu in.ne réderie, os révnons avuc un capon pi des pinmes-é-terre seutées. Pi ch’est coére souvint qu’cho nous arrive. À croère qu’i sont tout pèrtoute à l’foés.

Pi ch’est point des tchœurs falis. I leus écanille'te à l’pointelette pi quanq os arrivons su l’cœup d’sept-huit heures, él manicraque al torne édjò avuc chés bétails d’infitchés dsu chés broches pi chés rates du Toutchet qu’i baingne'té din ch’ju pèr in dsous din l’léque-frite. Asseuré qu’a sro tchuit jusse à point quanq os rpèrtirons din in.ne poaire d’heures d’ichi, pi qu’os allons nous pourlétcher…

Cha m’foait rapinser qu’i y o in.ne coupe d’énnées, Gadrouille il avoait foait d’él réclame pour à ch’boin boudin. Os pouvez vérifier, ch’étoait din ch’liméro chinquante-quate d’éch Lanchron, à l’aprés-eut dix-neu-chint-quatré-vingt-treize à l’page trente-chonq. Éch chèrcuitier d’Moreul, chti qu’i vindoait sin boin boudin dsu chés réderies, il o té rudemint contint qu’o pèrle éd li din ch’Lanchron. Du cœup, Gadrouille il o mingé du boudin dusqu’à Noé sans qu’a li coûte un sou. Éch rotisseu d’Béhin i sait ch’qu’i li resse à foaire !


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

01/12/11

à vo porté-mon.noaie !

Pèr nuit, j’ai yeu in.ne idée qu’a n’manque point d’gingin. Ch’est qu’jé n’sus point si bête qu’os nn avez l’air ! Vlò ch’qu’i nn est. Os savez sûremint tout ch’mau qu’no boin moaîte à tertous i s’don.ne pour éq la France al conserve ses troés A. Ch’est qu’il o soin à no z-avenir, éch paure cher honme !

Alorss, vlò ch’qu’os allons foaire, vous pi mi. Os savez qu’la France al o vétchu au dsu d’ses moéyins édpu un sapré bout d’temps. Cho date au moins du temps d’chés trente-chonq heures. I n-y o minme des gins qu’il ont foait un site rien qu’pour nous foaire montrer adoù qu’os nin sonmes in.nhui. Quanq éj dis in.nhui, ch’est bien puss catégorique éq cho, ch’est qu’cha cange tout l’temps, chés intérêts, ch’est tous les sgondes qu’i vien'té leu rajouter à ch’capital. Allez don ranser pèr ichi, pi os voérez !

Tout cho pour dire qu’hier midi no dette à tertous al étoait éd 1 711 795 000 000 d’euros. Os avez bien li : mille sept chint onze miyards sept chint quatré vingt tchinze miyons d’euros… pi coére j’n’ai point compté chés tchéques miyers d’euros qu’i n-y avoait avuc. Cho foait qu’hier midi, vous pi mi os dvoème atchun 26 188 euros. Eh bé, in.nhui à l’minme heure, os in sonmes à 1 712 072 000 000 d’euros, ch’qu’i foait 26 192 euros pèr habitant.

Os voéyez don qu’au puss qu’o z-attind, au puss éq cha dvient conséquent. Tous les jours éd passés à nous coûte, à mi pi à vous, quate euros d’puss !!! I n’feut don point vous tâter pu longtemps. I feut qu’os rimborsonche aïte aïte tout ch’qu’os dvons. Tout cho, l’feute à chés trente chonq heures ! O n’arrive minme point à maginer.

N’attindez point. A n’sroait-ti qu’in.ne ésmain.ne éd puss et pi cha sro 26 220 euros qu’os érez à poéyer. Alorss, éne vous terlintez point, os allez foaire conme mi, os allez bziner vir vo bankster adité et pi li imprunter ch’qu’i feut pour éteinde no dette. Siq os impruntez à six du chint (a n’est point tchér !) pi qu’os rimborsez, prindons, durant trente ans, a vous coûtero moins d’chint chinquante troés euros pèr moés. Est foaisabe, nan ? Et pi, d'eximpe, siq os avez in.ne fenme et pi deux éfants, bé os multipliez toute pèr quate ; i n'est rien d’pu simpe !

Conme cho, siq tout l'mon.ne i s'y met, no perzidint pi sin blanc bon.net i dormiront trantchilles avuc, au côté d’eux, échl éfant qu’al brait din sin ber… Aprés tout ch’qu’il o foait pour nous-eutes, est normal qu’os foaisonche tchéque cose pour li, rindi rindo, in.ne vaque ch’est point du bouseau !


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

16/12/11

Os allons pouvoér souffler !

Chés jornals :
« ll’énnée tchi vient, alcotest obligatoére din tous chés voétures… »
Quanq j’ai li cho, a m’o foait rapinser à un tchot tchéque cose éq j’avoais écrit n-y o in.ne dizain.ne d’énnées, pi qu’éch Lanchron il o pubiyé din sin liméro 80-81 à l'page 8. Conme tout l’mon.ne i né ll’o point forchémint rbéyé, éj vous llé rsaque lò, jusse in dsous :

Un clotcher, récint… deux clotchers, soin !

Théophile, ch’étoait un rédeux, pi un rude, coére ! Jé n’sais point cmint qu’a s’a foait, il étoait tcheu faibe édvant chés carté-postales éd din l’temps. Mais point n’importé lestchelles ! Li, sin papin, ch’étoait chés carté-postales à prédire éch temps qu’i s’in vo foaire. Ch’est fin viux, viux conme mes robes.

I feut pétête éq j’asplique, pour chés jon.nes nivelets. Édvant la djerre (pi minme coére un momint par aprés) o trouvoait mon d’chés débits d’toubac, d’chés cabèretiers ou d’chés drodjisses, des carté-postales pour prévoér éch temps d’édmain. Ch’étoait un méchant dessin, avuc un indroét qu’il étoait peinturé avuc d’él pore éd perlinpinpin. Siq i y avoait un coéchon dsu l’carte, cho pouvoait ête és pieu qu’al étoait peinturlurée. Pour in.ne fenme, ch’étoait sin caraco, ou à mesure, sin capieu… Él peinture-lò al cangeoait d’couleur. Al passoait du rose au bleuse suivant qu’éch temps il étoait puss ou moins ieuiche. À no moaison, os nn avoème in.ne éd carte conme cho, al étoait punaisée dsu l’porte éd no amoélette. Ch’étoait un gins qu’i foaisoait in.ne flate à un beudet pi par in nsous étoait mèrtché :
« foais du bien à un beudet, i t’rindro un pet. »
Au puss qu’éch beudet il étoait rose, au puss qu’i foaisoait bieu, pi au puss qu’il évnoait bleuse, au puss qu’i tchaisoait d’ieu.

Adon, Théophile, chés carté-postales à prévoér éch temps, cho y avoait don.né des idées. Li, ch’qu’i reuvoait d’invintion.ner, ch’étoait point in.ne météo-carte, vu qu’étoait djò foait ! Nan, ch’étoait bien pu asteux qu’cho ! Un cœup il est arrivé à l’séance éd chés Diseux – d’éch temps-lò, ch’étoait tous les mèrdis au vrépe – pi i nous o dit qu’il étoait in route à maginer in.ne éspéce d’alco-carte. Ch’étoait l’moéyin pour chés automobilisses éd savoér siq i pouvoai'té prinde éch volant aprés qu’il euche'té bu, à mesure, un tchot verre éd trop.

Coére un moés i s’a passé et pi Théophile i nous o annonché qu’i nn avoait quasimint vnu à bout, coére in.ne bricole ou deux à arringer pi sn’alco-carte al alloait ête fin prête. Pour sé nnin servir, n’y éroait rien d’pu facile, point dzoin d’foaire in.ne prise éd sang, d’souffler din in ballon, ni tout cho, nan ! n’y éroait qu’à ll’érbéyer, pi o séroait du premier cœup éd quoé qu’i rtorne.

Ch’est tchéques jours pèr aprés qu’éch tchœur à Théophile il o foait des sien.nes. Il avoait djò yeu deux arnicroches, éch troésienme accrou l’o té ch’darin. Théophile à ch’camp d’soéle, j’ai mis min nez din ch’mont d’papiers éq j’avoais récoué d’li. I nn o-ti écrit dz’histoéres, des contes, des craques, des carabistouilles et pi des romans, no Théophile ! Ch’est point complitché, jé vnoais d’érchuvoér un cubi éd trente troés lites éd beaujolais, bé ch’carton il o té d’trop ptchot pour étnir tous chés écrits à Théophile ! Pétête qu’un bieu jour i y o in.ne gins qu’i sro malin assez, pi qu’i publiero tout cho. A sroait in.ne rude boin.ne idée ! Mais m’vlò coére in route à passer par Boves

Din chés papiers à Théophile, j’ai déteupé, din in.ne inveloppe, in.ne carté-postale, ch’est un clitché dé ll’église éd Woégnérue. Din ll’inveloppe, i y avoait étou in.ne feuille et pi mèrtché dsu :
Un clotcher, récint… deux clotchers, soin !

Alorss j’ai comprins, jé lé tnoais din mes mains, él fanmeuse alco-carte !…

Mais mi, veut miux qu’éj vous l’diche tout d’suite, à chaque cœup qu’jé l’érbée, ch’qué j’voés, ch’est tours deux clotchers ! Éj m’édman.ne, ésn invintion à Théophile, al étoait-ti vraimint au point ? à moins qu’a n’fuche éch beaujolais ?


[01/07/11] [16/07/11] [01/08/11] [16/08/11] [01/09/11] [16/09/11] [01/10/11] [16/10/11] [01/11/11] [16/11/11] [01/12/11] [16/12/11]

Adé

archives 1er semestre 2011 archives 1er semestre 2012