tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2011
 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

01/01/11

ÉSZ OS-TU CHÉS « MÉ-MÉ » ?

Ch’est in.ne histoére éq tout l’mon.ne i con.noaît. Os voulez qu’éj vous l’conte tout d’minme ?

Ch’est un tchuré qu’i dman.ne à sin bédeu d’aller tcheur deux aingneux mon d’un fermier, vu qu’éch-ti-chi i n’li o point poéyé chl’interremint d’sin pére. Éch bédeu i prind don sin beudet et pi l’vlò pèrti. Quanq il arrive à l’ferme, conme i foait nuit pi qu’il o peur éd t-ête mal érchu, i décide d’aller direc à l’berquerie et pi dé s’servir li-minme.

Oui mais vlò chés tchiens qu’i don.ne'te. Éch moaîte et pi ses varlets i leu dessaque'té d’él moaison ; i voé'té qu’i n-y o tchéqu’un din l’berquerie, tchéqu’un qu’i prinde'té pour un voleu et pi szés vlò qu’i fout'te és roufe à ch’paure bédeu et pi i li escoffie'té sin beudet !

J’avoais oblié d’vous dire qu’a s’passe durant l’nuit d’Noé, et pi ch’tchuré, qu’il est granmint à s’bouque, il attind chés aingneux pour nin foaire sin réveillon.

Quanq éch bédeu, tirant s’gambe tout boétillant, il rinte din ch’village, éch tchuré il est in route à dire él messe éd minuit. À un momint qu’i sé rtorne pour dire à ses pèroéssiens « dominus vobiscum », il aperchut ch’bédeu qu’il est lò tout moneux, din ch’fin fond dé ll’église. Alorss in plache éd canter « dominus vobiscum » vlò ch’qu’il o foait no tchuré…

Min grand-pére quanq i étoait arrivé à ch’momint-lò d’ésn histoére, i prindoait és grosse voéx pire qu’un confitébor. Mi, qu’j’étoais tout tchitchot, j’avoais des freux du diabe érien qu’à ll’intinde canter :
« Ész os-tu chés mé-mé ? »

Et pi ch’bédeu i répondoait, in cantant li étou, tours pèr él voéx d’min grand-pére :
« Non il ont tant battu mi, il ont tué min hihan-hihan ! »

Et pi mi, tout tran.nant, éj disoais d’ém tchote voéx d’éfant :
« Raconte-mé coére un cœup chés mé-mé, pépére ! »

Qué plaisi qu’ch’étoait d’avoér peur quanq o z-est bien au coi din ch’gron d’mémére Blanche pi qu’o sait qu’i n’y o point d’dinger dé rien.

Éch baroumoaite,
pèr éch preume éd janvier 2011.

Rindez-vous à din tchinze jours pour un nouvieu tchuin d’ziu. Conme éd bien, i y éro étou du neu un molé d'tous les côtés… pétête !
Adé pi vnez nous rvir.

Ah… pi tant qu’j’y sus, in.ne boin.ne énnée à tertous !!!

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

16/01/11

MIUX VEUT T-ÊTE RICHE ET PI IN BOIN.NE SANTÉ

« Éj pux-ti t’appeler Ben ?
— Nan, Nicolas, min prénom à mi ch’est Zine el Aladine, mais tu pux m’appeler Zine… »

Ch’étoait i n-y o biétôt troés ans, in mai 2008. Pi tout d’minme, y o tchéques jours, Michéle Alliot-Marie al proposoait coére à Ben Ali éd pèrtager éch savoér-foaire français in matiére éd sétchurité. Ch’est qu’pour éch qu’i nn est d’chés tasers et pi d’chés flash-balles, nos cadoreux i nin con.noaisse'te in roéyon ! Édpu n-y o d’l’ieu qu’al o coulé in nsous chés ponts. Chés cadoreux tunisiens, eux-eutes, il ont tiré avuc des vraies balles éd djerre. Combien d’morts ? o l’séro-ti janmoais ? Pi pèr aprés, i n-y o dz avions qu’il ont volé dusqu’in Arabie Saoudite…

Des foés o dit :
« n-y o qu’chés cons qu’i n’cange'té point d’avis ! »
Éh bin, a n’est point vrai, n’importé-tchéche i put canger d’avis, à preufe…

La France al apporte sin soutien déterminé à ch’peupe tunisien din s’volonté d’démocratie.
Ou bin coére :
Baroin i dit « i n’o janmoais té tchestion éq Ben Ali i vienche in France, ou qu’chés gins à li, Ben Ali, il y rest'te  »
Éch perzidint français i dit étou « la France al o prins chés dispositions qu’i feut pour afin qu’à mesure, chés mouvemints financiers suspecs édsu des avoérs tunisiens in France i fuche'té blotchés »

Maginons in molé éq Bolloré, ou Bouygues ou bin coére Lagardére i fuche'té d’un cœup conme cho à tchuia, réduits à zéro, roustis à foait, pire éq des meurt-éd-faim… Bé, mi j’vous l’dis, i n’feuroait point longtemps pour qu’o szés traîn.ne pu bos qu’terre !

O z-o bieu t-ête riches, o n’est point grand cose, mèrchez !… Alorss i vut miux nin profiter durant qu’o l’put coére, nin prinde in.ne boin.ne panchie, tchitte à s’foaire péter l’sous-vinte. Boin appétit !

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

01/02/11

À MOUBARAK ET IN CHTI

Bé, nom d’un n-tchien, cho tchait ad rém ! Éch nouvieu flim éd Dany Boon i vient d’sortir, probabe aussi tant niaiseux qu’sin premier, conme al diroait m’choum québécoése. Durant ch’temps-lò, chés Égyptiens i sont in route à foaire leu révolution tchultuelle, tout conme chés Tunisiens i llé foai'te étou.

I né m’déringe point, ch’Dany, tout du contraire !… à l’époque éd Bienvenue chez les ch’tis, chés éstatistiques visitatoéres éd no site il avoai'té foait in.ne ébondie du diabe. Cré vain Dju, éch sapré Boon i nous avoait boustés !… [et pi né m’disez point éq bouster ch’est point du picard ; Jean.ne d’Arc elle-minme, qu’al étoait picarde – un jour éj vous dirai à cœuse –, al lé disoait : « i feut bouster chés Anglais in déhiors éd France ! »]

Pour éch qu’i nn est éd chés révolutions tchultuelles ch’n’est point in.ne feute éq j’éroais foait, ch’est bien d’cho qu’i s’agit lò. I n’manque point d’r, piq ch’est à cœups d’pied din l’tchul qu’i sont in train d’foute à l’porte tous chés mawais qu’i sz’ont cmandés durant dz énnées pi dz énnées à cœups d’trique, éd tortures in prison et pi d’dispèritions d’ész opposants.

Pèraîtroait qu’in dsous d’tout cho, ché sroait chés Améritchains, pi pétête minme chés Israéliens, qu’i sroai'te à la manœuve ? Soin à vous, éms anmis, soin d’éne point récmincher ch’qu’os avez foait in Afghanistan l’jour qu’os avez armé pi étchipé chés talibans conte chés russes, soin à chés bèrbus ; lò ch’est des cœups d’pied au tchulte qu’i feuroait !!!

Maginons in molé qu’no présidint i n’fuche point sitant solide et pi droét dsu ses talon.nettes !… N-y o point sitant longtemps qu’cho, i n-y avoait in Sarkosistan des miyons d’gins din chés rues pour li dire d’és n-aller. Alorss ? os y avez-ti pinsé d’éch momint-lò ?…

Maginez qu’i sz’euche prins au mot, tous chés niacoés-lò ! qu’il euche badjé ses bagages avuc l’èrgint d’él Banque éd France et pi qu’i fuche pèrti din sn aréoplane à baignoére in dor… pèrti foaire bisir és boutinette à ch’solé, din l’île d’Arros avuc Escarlata mon Mame Bétédcourt ! Feut buser in molé à ch’qu’o foait dvant d’deschinde din chés rues !…

Adoù qu’os nin sroème, in.nhui, hein ? avuc la Marine ?… ou bin chu Bzacenot ?… Os vous rindez-ti compte qu’os ons failli t-ête émné pèr Mélangeon ?… Mèrchez ! os ll’avons écapé belle, pi profitez-nné bien durant qu’o z-o coére él droét d’nin rire !!!

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

16/02/11

ÉNE MÉ PÈRLÉ PU JANMOAIS D’CHO !

J’ai coére min nez tout plein d’arnitoéles d’avoér té ranser din chés archives pour értrouvoér mes rataïons. Pi ch’est tchéque cose qu’i rmonte éd loin ! Ch’est d’él feute à min pére. Li, il avoait toute din s’tête ; minme qu’un bieu jour i m’o don.né, d’mémoére, tous chés deschindants d’sin taïon Victorice dusqu’à l’sixienme génération. Pi d’éch temps-lò, avuc des familles éd six huit éfants, cho foaisoait du mon.ne ! A n’est point durte, jé szés comptés, cho foait deux chint chinquante et in.ne gins in toute.

Os pinsez bien qu’j’ai té vérifier ; dsu intarnéte, achteure, n-y o rien d’pu aisié ; surtoute éq tous nos gins i sont din la Sonme ! os tapez http://archives.somme.fr/ et pi os y êtes ! I n’y in n-o qu’un qu’i m’o don.né un molé d’ruses, ch’est sn onque Paul ! d’aprés min pére sn onque Paul (éd vrai, sin grand-onque) il avoait té s’établir à Flixcourt d’où qu’i s’avoait mèrié avuc in.ne dénonmée Sidonie pi qu’il avoait yeu deux files Berthe et pi Léopoldine !…

J’ai tout d’minme fini pèr él déteuper ! Chl’onque Paul i n’s’appeloait point Paul mais bien putôt Isaïe Joseph, mais tout l’resse il étoait boin : és fenme Sidonie, chés deux files Léopoldine pi Berthe pi ch’nom d’leu honmes… minme éq Berthe al s’avoait mèrié avuc un nonmé Alfred, pi qu’il avoai'te yeu huit éfants : deux guèrchons et pi in.ne gron.née d’files éq j’ai con.nues mi-minme ; ch’étoait Yvon.ne, Julia, Jean.ne, Simon.ne, Renée et pi Yolande ; quanq qué j’dis qu’jé szés con.nues, o n’ons point foait d’tchutromblets insen.ne, j’avoais coére des tchulottes courtes qu’il étoai'té djò des grosses matantes ou bin des vielles méméres. Ch’étoait des cousin.nes issues d’germain.ne à min pére pi il étoai'te d’âge avuc li ! Bon j’m’in vos point vous conter l’histoére dész eutes, a sroait d’trop long pi point d’trop racachant !…

Min pére il étoait don imbattabe du côté d’és mére, mais du côté d’sin pére, i n’savoait point grand cose. Sin pére Aurélien il étoait arrivé tout tchitchot à Ferriéres avuc és sœur Valentine et pi s’mére Aurélie qu’al étoait véve. Valentin, ésn honme à Aurélie, il étoait mort à Breilly… in.nhui o diroait d’un accidint d’la route, piq il avoait té équèrbouillé pèr és quèrette !

Ch’est conme cho qu’un bieu jour, din les énnées soéxante, j’ai inmné min pére din m’tchote quate-égvaux à l’mairrie d’Breilly pour vir échl’acte éd décès d’sin grand-pére. Pi ch’est conme cho qu’os ons apprins qu’és mére à Valentin ch’étoait in.ne mére célibataire, éne file-mére conme o disoait à l’époque ; Valentin i n’avoait don point yeu d’pére. J’érdeschindoais chés mèrches d’él mairrie pi min pére i m’suivoait, éj li dis in riant  :
« Ah, bé dis-don, ét taïon.ne !… »
Point d’réponse, éj mé rtorne, il étoait blanc conme un mort. Il o jusse dit :
« Éne mé pèrlé pu janmoais d’cho ! »

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

01/03/11

BITAÏON !

A y est ch’cœup l’est foait, nom des eus ! Édpu deux heures du matin, ém vlò bitaïon ! Et pi point pour du rire ! Érmèrtchez bien qu’pour mi a n’o point té in.ne surprinze, éj mé nin doutoais un molé, érien qu’à vir él panche à m’tchote file, asseuré qu’a n’sroait point un bibache. O savoème étou qu’cho sroait in.ne file.

Aprés qu’és mére al euche crié « pâté cœud » durant à pein.ne deux heures, él tchote Zélie al est vnue au mon.ne ! Troés tchilos huit chint qu’i leus ont dessatché pèr él tchote catiére. Coére bien qu’al est arrivée un molé in avanche, sans cho, vnue à terme, ch’éroait té neuf lives, quasimint !

Achteure, i né m’resse pu qu’a attin.ne. Attin.ne éq Lola al vienche avuc ses pèrints ém présinter s’tchote sœur. J’ai toursgranmint inchepé pi minme imbarraché avuc chés nouvieux-nés. Impossibe pour mi éd dire sins m’déclatcher d’rire :
« qu’al est-ti rétuse et pi fin vertillante ! »
« al érsen.ne à s’mére conme deux gouttes d’ieu ! »
« ch’est sin pére tout tchié ! »
alorss qu’i m’sen.ne bien, à mi, qu’a n’est point coére finite à foait !…

Pu tèrd, quanq al sro un molé édruée, a n’sro pu l’minme. Quoé qu’ch’est qu’os voulez, mi i feut qu’éj puche croéser chu rgard d’échl éfant. Ch’est point d’ém feute, n-y o rien à foaire, i feut qu’i y euche un rtour, qu’i y euche in.ne gin in face éd mi, point un lédjeume, minme fin rétu, à ch’qu’o dit !

Éne disez point tout cho à m’tchote file ; éch qué j’viens d’vous apprinde, feut qu’cho resse intér nous, jé n’vourroais point li foaire éd chagrin. Bié seur qu’éj comprinds qu’a n’mé comprinche point ! Mèrchez, os pouvez li dire, jé l’ainmerai bien sin tchot lirot, sin tchot bout d’chuque, mais feut point m’boustchuler…

Et pi, quoé dire ? qu’al prinche bien sin temps dvant d’évnir gran.ne, no ptchote Zélie ! I sro tours éd trop tôt pour apprinde din qué mon.ne éd brin qu’os vivons !

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

16/03/11

CHÉ NN’EST D’ASSEZ !

Cho foait djò in boin bout d’temps qu’éch site éd chés Diseux il o cangé d’tornure. Jé n’sais point siq os vous nin ramintuvez ; mi-minme jé n’sais pu quanjou qu’ch’étoait, alorss… Asseuré qu’cho foait pu d’chonq ans et pi dpu ch’temps-lò i n-o granmint d’ieu qu’al o découlé in nsous chés ponts, nouboué !

À l’époque, mette in plache in mnu déroulant, a n’étoait point des pu aisiés et pi surtoute j’ai yeu granmint d’ruses à cœuse éd chés brouteux qu’il n’étoai'te point souvint d’accord intér eux-eutes. Ch’est conme cho qu’i falloait rajouter o bien rtirer tchéques pixels éd côté d’eute pour éq toute i fuche bien d’aplomb. Chti qu’i nous rbéyoait avuc un PC pi Firefox, ch’étoait d’un sin, ch’ti qu’sin brouteux ch’étoait Camino, ch’étoait d’un eute… Éne pèrlons point d’l’eute-lò, Internet Explorer ! Qu’éd mau qu’j’ai-ti yeu dvant qu’a fuche un molé d’étcherre !

Éj n’ém déméfioais point, pinsant qu’achteure él pu durte éd l’ouvrage al étoait foaite, qu’i n’y avoait pu qu’a s’cadoter sans puss cafouiller à rien. Wate ! Vlò-ti point qu’diminche passé j’érchus un message éd min camèrade Jean-Luc qu’i vient d’ércanger sin matosse (conme i di'té chés pros). Avuc éch nouvieu Safari – éq ch’est ch’brouteux adité d’chés matchés d’Mac – toute il alloait à l’berdandouille ! Vlò qu’cho rcminchoait ! et pi in puss avuc un brouteux qu’i n’avoait janmoais posé d’problinme dusqu’à in.nhui !

Du brin ! Ém rage al o monté, j’ai m’sus mis in pile é-manches, j’ai rmis mes mains din ch’cambouis et pi j’ai toute cangé chu mnu éd bistinbout. Ch’est l’nouvelle vèriure qu’os pouvez vir, lò in heut d’él page. I n’y o quasimint point d’cangemint din ch’qu’os voéyez, j’espére à tout l’moins, et pi éj croése mes doégts pour qu’os n’ayèche point d’trop d’miséres. J’ai coére yeu du cassemint d’tête avuc Bil Djette, vu qu’i n’sait point rien foaire conme ész eutes, mais i m’sen.ne qu’a dvroait aller. À vous d’ém dire, achteure, éch qu’i n’vo point. Siq os n’ém disez rien, ch’est qu’toute il est au carré.

foto de Zélie Du cœup os érez jusse un tchot rétoér éd Zélie, ém deuxienme arriére-tchote-file. Zélie, qu’al est fin bellote à la fin des fins ; pétête qu’és mére al mé ll’amin.nero pèr un bieu jour à no moaison, siq a n’est point d’trop in colére contré mi aprés qu’j’euche osé traiter s’file éd lédjeume. Ch’étoait pour rire. Voéyons, i n’feut mie croère tout ch’qué j’écris conme cho !

Jé n’vous direz point nan pu cmint qu’j’ai reuvé qu’j’avoais défuncté et pi qu’Diu – éq d’autchuns i di'té qu’il est boin ! – i m’don.noait à coésir éd t-ête réincarné in Japon.nais o bien in Lybien !

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

01/04/11

OS NN ÊTES POINT TÉNÉS ?

Chés jornals i nin sont inftés, ch’est vraimint trop d’boin.nes nouvelles d’un cœup ; à mesure, i s’in vont foaire pusieurs une à l’foés ! Ouvrez grand vos érelles, pasqu’in.nhui, n’y o du neu !

D’in.ne : o vient d’apprinde éq Nicolas Sarkozy, din sin Air-SalCon-One, il avoait inmné avuc li deux d’ses boins camèrades, Mouammar Kadhafi et pi Leurint Gbagbo. I leus ont touté troés sacrifiés pour seuver no planéte. Os n’avez don point rbéyé vo télé ? O szés voét in direc ! Avuc leus tchotés mains, sans prinde éd gants, pi sans minme mette un bèrboére, i sont lò à rneiller avuc du sém-sém-gomme chés tchuves éd chés réacteurs atonmiques in cronque à Fuckyoushima. Du cœup, o s’in vo pouvoér észés rmette in route pi foaire éd l’éctricité pour érfroédir chés cochoncetés qu’i n-y o d’acumonchelées toute à l’intour. Chés troés paures mèrtyrs il éront leu éstatue pu grande éq nature au bieu mitan d’éch poéyis. In France os érons droét à troés jours éd congé.

Éd deuze : Éric Besson i vient d’annoncher qu’i s’in rtornoait din ch’gron d’éch Pèrti Socialisse et pi qu’i sroait candidat à chés primaires. Xavier Bertrand et pi Laurence Parisot il leus ont mis d’accord. Chés patrons i s’in vont rinde quatré-vingt-dix pour chint d’leu poéye à leus imploéyés et pi l’État i s’in vo imbeucher 4 miyons d’gins qu’i sont à joc. ch’est pour foaire torner bien conme i feut éch Paul Imploé. Un Paul Imploé adoù qu’i sront poéyés à né rien foaire, vu qu’i n’y o pu d’chômeux…

Éd troése : À pèrtir d’in.nhui i n’y o pu d’riches et pi pu d’paures gins. Ch’est un miraque, un molé conme à Lourdes. Ch’est in.ne nuit du Quate d’Ahoute. Chés "restau du tchœur" i vien'té d’freumer définitivemint et pi i sont rudemint inchepés. Ch’est rapport à ch’testamint à no défunt présidint. Vlò-ti point qu’il o lédjé à chés "restau du tchœur" és collection d’Rollex et pi d’Raybane. Mais ch’est qu’eux-eutes i n’sai'té point quoé nin foaire. Pétête in.ne Moaison du Rom ? in.ne seurte éd musée avuc tout ch’qu’i resse éd chés campemints d’romanos démanglés pèr chés buldozeurs à no braves cadoreux. Des cadoreux qu’i s’in vont vnir fin aimabes avuc chés arabes et pi minme avuc tout l’mon.ne.

Jé n’sais point siq os vous rindez bien compte ? Qué chance qu’os avez, ch’est le puss boin d’chés mon.nes ! Os vivons vraimint in.ne époque formidabe !

Pi siq os voulez savoér ch’qu’i nn est d’chés maristers éd Sarkosie, allez don foaire un tour mon Dziré.

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

16/04/11

ALEUMELLES D’ÉM JON.NESSE

J’avoais-ti troés ans o bin quate ? Jé né sais mie pu, mais tours est-ti qu’éch jour-lò j’ai mis in.ne lame éd coutieu din m’bouque, pour él premiére foés pétête, mais ch’qu’i y o d’asseuré ch’est qu’ch’o té l’darin.ne foés ! Min pére qu’i m’avoait vu foaire i m’o appelé pi i m’o foait vir in.ne tchote ligne blanque qu’il avoait à ch’tchuin d’ses léves, à droéte. « Tu voés, qu’i m’o dit, él mèrque éq j’ai lò, bé j’avoais tn âge, j’ai mis in.ne aleumelle din m’bouque et pi jé m’sus copé, tu n’magines point conme a foait du mau et pi surtoute conme est long à djérir ! ». Os m’croérez siq os voulez, mais rien qué d’nin pèrler, jé nn ai coére des frinchons. Dpu ch’temps-lò, éj n’ai pu janmoais mis un coutieu din m’bouque !

Cho n’vut point dire éq chés coutieux i n’m’intéressoai'té pu, tout du contraire. D’min temps, din no famille, chés honmes il avoai'té tertous un coutieu din leu poche. Éch preume éq j’ai yeu, jé vnoais d’avoér sept ans, j’avoais l’âge éd raison conme i disoait ch’tchuré ! Ch’étoait in.ne réclame, jé n’sais pu d’quoé, in blanc-fer, avuc deux lames, in.ne tchitchote et pi in.ne eute un molé pu grande et pi coére, pétête bien, un otieu pour ouvrir chés can.nettes, un décapsuleur, conme o diroait in.nhui. Émn aleumelle din m’fouillousse, éj m’érdréchoais conme un moénié dsu un mont d’crottes !

Quanq os ons évatchué, tchéques moés pèr aprés, os pinsez bien qu’min coutieu il étoait du voéyage. Ch’étoait, avuc ém tchote tchien.ne Miquette, min seul magout. Miquette, il o follu l’tchitter, al est restée à Dreuil-Hamel avuc ém tante Paulette et pi m’taïon.ne Manman-Gèle. Tchéques jours pu tèrd, il ont pèrti à leu tour, avuc leu voéture à gvaux dusqu’à Rouen édvant d’t-ête rattrapés pèr chés Allemands qu’o n’appeloait point coére chés doryphores.

Pour nin révnir à min coutieu d’guèrchon d’café, os ons trécopé pu d’él mitan d’la France pour nous rtrouvoér à Château-Garnier, din la Vienne, mon d’él famille Gautron qu’i nous ont atcheuillés bien gintimint. Leu fiu Jean-Claude il étoait quasimint d’âge avuc mi, os étoème tours à nous juer insen.ne. Un bieu jour, nous vlò pèrtis, mi pi Jean-Claude, tcheur in.ne coupe éd branques éd noésetier pour nous foaire des arcabalètes. Vlò-ti point qu’éj rinte à leu moaison. Éj tâte din m’poche. Pu d’coutieu ! Min grand-pére, Pépére, conme os disoème nous eutes ses ptchots éfants, in m’voéyant in route à braire i m’édman.ne quoé qu’ch’est qu’i n’vo point. « J’ai perdu min coutieu din ch’bos… » I m’o prins m’main, jé ll’ai djidé dusqu’à ch’noésetier adoù qu’os ons rtrouvé min coutieu.

Tchéques moés pu tèrd, à l’aprés-eut, os ons rintré à no moaison. Miquette, o ll’ont récouée drés qu’os ons pu rtorner à Dreuil. Tant qu’à min coutieu il étoait tours à s’plache din m’fouillousse, pi il alloait y rester coére un boin bout d’temps. Pour éch qu’i nn est d’ém taïon.ne, éj n’ai ll’ai point rvue, a n’o point seu finir és verlée, al dort à ch’camp d’soéle éd Sotteville. Jé ll’ainmoais bien, Manman-Gèle.

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

01/05/11

UN RUDE WÉPE !

Cho foait pu d’in.ne énnée qu’cho dure, in.ne énnée qu’éj m’atchénis dsu un méchant cahier d’un chint d’pages inviron ! Quoé qu’ché nn est qué d’cho, qu’o m’direz ?

Bin vlò ch’qu’i nn est : ch’étoait pour min Noé 2009, éch camèrade Jean-Luc i m’o invoéyé chés clitchés d’un cahier à Hinry Carnoé, un cahier qu’person.ne éne con.naissoait dsu ch’pèrlage éd Warloé-Baillon. Aprés nn avoér distchuté insen.ne mi pi Jean-Luc, os ons pinsé qu’in.ne édition in papier a n’étoait point foaisabe et pi qué l’miux ch’étoait coére intarnéte !

Il o don té décidié qu’o z-alloait hanser un site pour afin d’y mette échl ouvrage-lò. "O" pronom indéfini qu’i disoait min pére ! échl indéfini ch’o té mi ! bié seur, Jean Luc i n’o mie l’temps, avuc éch Lanchron, in papier et pi dsu ch’wébe et pi tout ch’qu’i torne autour. Ch’est qu’li, i n’est point coére in rtraite !

Éj m’y sus mis, pi j’y ai passé pu d’un an. A n’étoait djò point aisié d’arriver à mette des cédilles à chés "e" et pi à chés "h", des capieux rinversés dsu des "g" et pi des "k" ! I falloait coére éq tout l’mon.ne i voéche tout cho et pi point d’trop d’berlong, éq chés bilgateux avuc leu z-Intarnéte Esploseur i n’fuche'té point d’trop pardu sans ressource. Jé n’vous raconte point !… Ch’est qu’no z-anmi Hinry i n’y avoait point té d’main morte. Il asplique ses notations din ch’fanmeux cahier.

Mais ch’qu’i m’o l’puss ébeubi ch’est qu’Hinry Carnoé ch’est un rude wépe : sin pére, Constantin, il étoait saiteur. Éch n’étoait point des gins riches, mais vlò-ti point leu fiu qu’il écrit din chés gazettes d’Anmiens alorss qu’i n’o point coére tchinze ans. Bien miux, à vingt-deux ans o llé rtrouve professeur à ch’Lycée Louis-l’Grand à Pèris. Éj n’in sais point granmint d’puss in.nhui, pi ch’qu’éj sais ch’est coére grâce à li, vu qu’il o écrit és prope biographie !

Din chés pages éd vocabulaire, histoére éd complitcher coére un molé, j’ai yeu l’idée éd mette d’él musique, él musique d’éch picard éd Warloé-Baillon ! A foait qu’o put intinde chés eximpes écrits pèr Hinry dit tout in picard. A n’est point coére fini, mais os arriverons ! Éj trache aprés des avoéyeux et pi des avoéyeuses. I n’feuroait point qu’cha fuche tours él minme gin qu’i lit chés eximpes.

Din ch’cahier, n-y o coére un molé d’granmaire, des conjudjaisons et pi pour finir deux contes in picard. Bref dix neu pages à vir, à lire, troés quate pages à lire et pi à acouter, éd quoé foére série in compagnie d’Henry Carnoé !!!

Coére in.ne coupe d’énnées et pi tout cho sro d’étcherre à foait. In attendir, os pouvez allez vir . Tout d’minme, a prind tornure !

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

16/05/11

DU BRIN D’MIN TCHUL !

Pu d’quatré-vingts ans qu’éj sus t-à ch’camp d’soéle et pi nn ête réduit à cho ! Os n’maginez sûremint point qué mèrtyre éq ch’est pour tchéqu’un conme mi. Est vrai qué d’min vivant, éj n’ai janmoais té ahonti conme cho ! Pinsez don, jornalisse à quatore ans, professeur à vingt-deux, chés palmes tchéque temps pèr aprés, éch tapis rouge qu’o déroule quanq j’arrive, tout du long d’émn existence, j’y étoais duit !

Quanq j’ai apprins qu’min cahier dsu ch’Vocabulaire Picard éd Warloé il alloait t-ête lanché dsu intarnéte, éj m’ai rtrouvé épiné conme à trente ans, quanq j’assayoais d’él foaire publier. Quanq j’ai seu, qu’in puss, chés matchés d’picard qu’i leus ont attelé à l’ouvrage il alloai'te foaire acouter ch’picard éd min poéyis, j’étoais tellemint heureux, jé nn ai ri à gafèe conme i diroait min camèrade Alcius, os éroète pu intinde chés os d’min éstchélette juer des écliquettes din min luiset.

Cho foait tchinze jours in.nhui qu’toute il est d’étcherre, éq ch’est hansé dsu ch’wébe bien conme i feut, et pi quoé qu’ch’est qu’os croéyez ? Combien d’visiteux, à vo avis ? Troés plés pi un tondu, qu’il ont tcheu lò pèr qué saint, os n’él sérons point. Qué misére éq ch’est-ti. Qu’éd temps pardu, qué gadrouillage… Siq j’éroais seu, hé bé !…

Pasqué, ch’est conme din chés grands magasins, i n-y o des caméras d’muchées tout pèrtoute. Os êtes milés éd tous les côtés. O met des coutchies din vo disqué dur. Éj n’arrive minme point à l’croère mi-minme, un molé conme siq i éroait yeu, d’min temps, tchéqu’un d’agrouillé din min incrier pour djigner et pi gogner dsu ch’qué j’écrivoais. Tours est-ti qu’i n’y o vraimint point grand mon.ne qu’il est vnu vir et pi acouter ch’qué j’ai foait.

gravure Carnoy Soin à vous, apré Vain Diu ! Jé n’sus point tchéqu’un qu’o put démépriser conme o llé foaisez ! Éj sus capabe, pèr nuit, dé vnir vous décatouiller vos queuqueux, vous tirer vos cavieux et pi vous imbrondjer vo musieu avuc du brin d’min tchul. Soin à vous, qu’éj vous dis, os n’vous nin tirerez point sitant facilemint qu’cho ! Siq chés compteurs i n’leus invole'té point, cho sro la djerre ! Os n’m’écaperez point ! Siq tu n’viens point acouter Hinry, ch’est Hinry qu’i varo à ti !

Hinry Carnoé, A., O.

P.P.C. Éch baroumoaite, qu’il o rmis à sin, din sin picard à li, échl écrivure à Hinry.

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

01/06/11

POUR CHÉS PTCHOTS ET PI CHÉS MOINS PTCHOTS

Jé n’sais point quoé qu’os nin pinserez pi siq i vous rvaro tchéques canchon.nettes éd vo jon.nesse, mais vlò ch’qué jé m’ramintuve, mi, éd min jon.ne temps :

mèrche à Diu, i n’o pu du pain-pain,
éch tchot leu-leu ll’o prins,
nn-o pu qu’un tchot molé
pour no tchot poulet,
à ch’leu à ch’leu à ch’leu à ch’leu.

prout ah prout ah min bidet
quanq i passe i foait des pets,
quanq i rapasse
i szés ramasse,
ah prout ah prout cadet !

monte éclette,
monte éclette,
monte éclette,
feut-ti coére monter pu heut ?
quoé qu’i n-y o la ndan ?
d’l’argent blanc
tchéche éq ch’est qu’i ll’o mis ?
pére et mére
tchéche qu’i ll’o rtiré ?
frére et sœur
siq tu ris din in.ne minute d’ichi
j’t’allonge tes érelles conme des érelles éd beudet !
quoé qu’al dit ll’agache ?
al dit qu’o ll’arrache,
quoé qu’i dit ch’pinchon blanc ?
i dit qu’o ll’arrache au sang,
quoé qu’i dit ch’djai ?
i dit qu’o l’laisse aller.

à l’école
panche molle,
tchul battu
j’n’irai pu
cœup d’cachoére
j’irai coére.

[quanq o nous nmandoait : cmint qu’tu t’appéles ?]
éj m’appéle pèr min nom
pi min tchul ch’est un canon.

ch’garde champête
qu’i pue qu’i péte
qu’i prind sin tchul pour in.ne trompette
et pi sin bite pour in.ne chuchette.

bame-ballon, bame-ballon
tchéche qu’est mort ?
ch’est ch’carron,
tchéche qu’i ll’o dit ?
ch’est Mèrie,
doù qu’ch’est qu’al est ?
al est din ch’mèrais,
quoé qu’ch’est qu’al foait ?
al trait sin beudet,
bame-ballon, bame-ballon.

Pi vlò ch’qu’Hinry Carnoé il o rétnu d’él sien.ne éd jon.ne temps : in.ne canchon qu’al ll’o laissié bec et borgne, minme qu’i n’o point seu llé rtraduire in français… mi nan pu… [Os pouvez aller vir ichi ch’qu’i n’in dit]

à l’palette, à l’mallette
du jivi, du jiva
quatré-vingt marmousets
qu’i li jue'té du sifflet
pin pou, amen, va-t’in

 
[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

16/06/11

Maginez seulemint chonq minutes !

Diminche passé, y o in.ne éfant d’chonq ans qu’al o té inlvée pi violée pèr un rédeux d’images honteuses. Conme écht honme-lò i n’est point d’la heute et pi qu’a né s’passe point à Niou-York, o l’o mis rondébilis in prison pi i n’est point lò d’sé nin dessatcher. O pèrle étou d’él castration chimique

Maginez seulemint chonq minutes qu’échl houstaba-lò il euche té in.ne gin, jé n’sais point mi, disons d’eximpe, un Monsieu avuc in.ne gran.ne M, un honme bien plaché pi qu’os soéyonche din chés Youéssa.

Ses deux avocats, Moaîte Djeuledmie et pi Moaîte Karantchondints il ll’éroai’te foait sortir éd prison in li foaisant poéyer un miyon d’euros à chés juges. I sroait, à l’heure tch’il est, din un palace avuc in.ne salle éd cinéma pèrtitchuliére et pi un jacques-i-dit din l’salle éd bains, tout cho din sn appèrtémint.

Moaîte Djeuledmie i tracheroait à savoér siq él prétindue victime ch’est point in.ne minteuse invintérée, siq al n’est point tout l’temps in route à chucher tout ch’qu’i tchait à portée d’és bouque. D’un eute côté, Moaîte Karantchondints il iroait trifouiller din ch’passé d’chés pèrints, des foés, à mesure, qu’a fuche des carimèros arrivés in France à l’muche-tin-pot.

Ésn anmi philosophe il éroait djò dit din chés jornals : « Jé l’con.noais éd pu 30 énnées, i n’est point capabe éd foaire cho. Éj sus sûr qu’il est innochint ! »
L’eute jornaleu qu’il est in rtraite achteure : « Éch n’est janmoais qu’un értrousserie d’éfant d’goujat. »
Et pi sn anmi ancien minisse : « aprés toute, i n’y o point mort d’éfant ! »

Moaîte Djeuledmie il éroait passé à l’télé in disant à chés pèrints d’échl éfant :
« Siq os m’acoutez, prindez contact avuc mi, i n-y o moéyin éd nous intinde… »
tout in frottant sin peu édsu sn index érplié.

Bon, nan ! arrêtons chu cœuchmèr, os sonmes in France, i feut foaire fiate à la Justice éd no poéyis. Éch soé-disant innochint i restero in prison. Él jour d’éch jugemint, chés avocats nonmés d’office il asplitcheront qu’échl atchusé ch’étoait un éfant battu pèr des pèrints avinés et pi qu’i n’o janmoais yeu d’chance. À l’fin des fins i prindro ch’maximum et pi tout l’mon.ne i sro contint.

Pour éch qu’i nn est d’él « castration chimique », pourquoé chimique, hein ? J’vous dmande un molé ? Os n’mantchons point d’câtreux din no poéyis qu’i né dmanderont point miux. Pi in plache publique, coére, a ratrivero granmint d’mon.ne…


[01/01/11] [16/01/11] [01/02/11] [16/02/11] [01/03/11] [16/03/11] [01/04/11] [16/04/11] [01/05/11] [16/05/11] [01/06/11] [16/06/11]

 Adé

archives 2e semestre 2011 archives 2e semestre 2010