tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du deuxième semestre 2009

[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/07/09

PÈR UN BIEU DIMINCHE À FERRIÉRES

Os sonmes él diminche sept éd juhiet dix-neu-chint-douze. Éch deuxienme cœup d’él messe i vient d’son.ner. Pierre i sort éd leu moaison tout courant. I n’est point in rtèrd. Mais là bos, à l’mère Cadet, sin copain Simon il est djò lò qu’il l’attind. Ch’est eux chés deux éfants d’tchœur éd l’Abbé Biendiné.

Pierre il o dix ans édpu tchinze jours, et pi i vient d’foaire és premiére conmunion. Avuc un an d’avanche !… Ch’est rapport à sin frére, Paul, qu’i vient d’avoér douze ans. Li, s’conmunion il l’o foaite avuc un an dé rtèrd. Tout cho pour dire éq Pierre et pi Paul il ont foait leu conmunion insen.ne à l’Pintecote.

Pierre il o rjoint Simon dsu l’Ville. Insen.ne il ont poussé l’porte éd l’église, il ont filé tout droét din l’sacristie, il ont dit vite foait bonjour à Monsieu l’Tchuré, et pi, aïte aïte, atchun il o cminché à infiler és ritchimpette d’éfant d’tchœur. N’y o point sitant d’boutons qu’à chetlòl éd Monsieu l’Tchuré, mais tout d’minme cho cminche à nin foaire à abouton.ner !

D’un seul cœup, Pierre i s’aperchut qu’il o oblié sin live éd messe. I cminche à désabouton.ner chés tchots boutons…
« Quoé qu’ch’est qu’tu foais, qu’i li dit ch’tchuré
— Jé rtorne à no moaison, j’ai point min live éd messe !
— Tu n’os mie dzoin d’inlver t’soutène, t’os qu’a y aller conme cho, os sonmes édjò assez in rtèrd. »
L’abbé Biendiné i n’est point des pu facile. Avuc li o n’distchute point. Pierre il o don rtrécopé ll’église dusqu’à l’porte pour aller tcheur sin live éd messe à leu moaison.

Tchéques minutes pèr aprés, quanq Honorine al arrive à l’église, quoé qu’ch’est-ti qu’al voét, pindu à l’clitchette d’él porte, in.ne soutène d’éfant d’tchœur !… Éch diminche-lò, l’abbé Biendiné il o dit s’messe avuc un seul, d’éfant d’tchœur…

Pierre, ch’étoait min pére.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/07/09

MIN GRAND-PÉRE AURÉLIEN DIN L’APRÉS-DJERRE

Aprés l’Libération, os ons cminché tout duchemint à vir dispèroaîte chés titchets d’ration.nemint. Ch’est tchéque cose qu’il o prind troés quate énnées tout d’minme. Ch’o té du minme pèrel pour chés bons d’matériaux. A foait conme cho éq l’interprinze éd manchon.nerie d’Aurélien a s’a rmis in route, toute à l’douchette, à torner conme i feut.

Din les énnées chinquante, pétête minme un molé dvant, chés donmages éd djerre il ont cminché à leu mette in plache. N-y avoait minme un ministére éd la Rconstruction qu’il avoait té hansé ésprés pour cho. Quanq leu dossier l’étoait accepté, chés sinistrés n’avoai'te érien à déborser, ch’étoait l’État qu’i poéyoait pour eux eutes. Étoait jolimint pratique.

O z-o minme dit à l’époque qu’i n-y avoait des gins qu’il avoai'te seu nin profiter. D’in.ne cassine à mitan démanglée, à cœups d’donmages és djerre, il avoai'té seu nin foaire un bieu câtieu, in câtieu qu’i n’étoait point in Espagne !

Chés interprinzes i n’avoai'té don point d’mau à trouvoér d’l’ouvrage. I nn avoai'té à ti à masse, minme putôt d’trop. Din l’sien.ne d’interprinze, ch’étoait tours li, Aurélien qu’i tnoait chés djides. À biétôt soéxante-tchinze ans, il avoait coére boin pied pi boin ziu.

Durant quasimint chonq ans il ont travaillé conme des seuvages. Mais n-y avoait un mais pi un rude ! Ch’étoait l’État qu’i poéyoait chés donmages, ch’étoait étou l’État qu’i réclamoait chés taxes et pi chés impôts sur chés sociétés. N-y avoait don un robinet pour arrouser et pi un eute robinet pour pomper.

Él problinme ch’est qu’chés débits i n’étoai'té point les minmes. Un tchot pipi d’érien d’un côté, pi un flot du diabe éd l’eute. Point l’pein.ne qu’éj vous foaiche un dessin, os advinez din qué robinet qu’i n’y avoait qu’un tchot filet d’érien.

Fil à mesure qu’éch temps i passoait, chés comptes édsu ch’papier, il étoai'té boins, puss qué boins minme. Mais chés tchaisses i leu vidoai'te, i n’y avoait pu d’litchidités. Et pi chés matériaux, falloait bien szés poéyer à chés fournisseurs.

Aurélien il o tnu l’cœup dusqu’à temps qu’il o pu, pi l’jour qu’i n’o pu pu, au boin temps d’dix-neu-chint chinquante-quate, bé cho i o tellemint truté s’chervelle qu’il o foait un cœup d’sang, pi qu’i nn est mort. Il alloait avoér soéxante-dix-neuv ans.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/08/09

ÉCH PROGRÉS…

Quanq chés Diseux il ont cminché à ouvrer, chés inregistrémints il étoai'té foait dsu des bindes magnétiques. Siq o vouloait canger tchéque cose, o prindoait in.ne poaire éd cisieux et pi du ruban adhésif et pi o décopoait un bout d’un côté, un bout d’l’eute, o rcolloait un tchot bout adoù qu’i mantchoait. Dix-neu chintimétes éd binde pour foaire in.ne ésgonde, falloait tchair juste à ch’boin indroét. Ch’étoait d’l’ouvrage d’éspécialisse !

Pèr aprés o rcopioait l’binde dsu des cassettes. Pi tout cho a n’étoait point éternel, éch magnétisme éd chés bindes i dépérichoait. Au bout d’tchéques énnées, i falloait mette éch son à fond, o n’intindoait pu qu’un tchot romion.nemint.

Et pi chés cédés il ont arrivés, os ons déteupé chés inregistrémints numériques. Pi chés ordinateurs il ont cangé, il ont cminché à savoér trafitcher chés sons numériques. Du début, récompèré à in.nhui, ch’étoait un calimichon et pi achteure un ieuve. O n’pouvoait s’otchuper éq d’in.ne minute à l’foés ! Mais qué différinche d’avuc chés cisieux. O z-avoait in.ne précision d’un millienme d’ésgonde, él minme éq deux dixienmes éd milliméte édsu l’binde magnétique… Et pi surtoute, rien i n’étoait janmoais pardu, tours o pouvoait rnir in arriére et pi rcmincher à quanq o vouloait, pi autant d’foés qu’o vouloait. Ch’étoait l’Amérique !

Bié seur, a n’s’a point arté in si boin cmin. In.ne cope d’énnées pèr aprés, chés ordinateurs il ont seu lire et pi graver des cédés. In vrai, ch’étoait point du tout gravé, ch’étoait brûlé, grillé, minme qu’émn otieu pour foaire cho i s’appeloait Toast ! Tout il étoait don pour l’émiux din ch’puss boin d’chés mon.nes. Ch’qu’os foaisoème, ch’étoait « ad vitam æternam ».

Wate ! mes paures amis, qué décarsure ! qué cœup d’mal faveur ! L’eute jour éj trache aprés des inregistrémints éq j’avoais récoués un molé d’tous les côtés. Du picard bié seur, du picard introuvabe. J’ai fini pèr értrouvoér éch cédé, mais mn ordinateur i n’in vut point, i foait conme siq i n’existoait point ! Du cœup, j’ai dman.né à Isabelle éd l’Office qu’al érbèche din ses viéseries chés archives éd nos diries. Bernique ! pu d’archives, éch cédé il n’est pu lisibe li nan pu. À croère éq chés disques i n’ont point té grillés à foait, il ont jusse té hasis pèr chés ordinateurs ! Qué misére, in foait d’éternité, cho n’o minme point duré dix ans !

Min grand-pére il lé disoait bien : éch progrés tuero ch’progrés !


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/08/09

IN.NE TCHIÉE D’TCHUINS D’ZIUX.

Eh bé ouai, cho foait in.nhui onze énnées qu’éch baroumoaite il o foait sin premier tchuin d’ziux ! In.ne tchiée ! Est vrai, os né l’savez sûremint point, mais min pére i llé disoait toudi : « in.ne tchiée cho foait onze ! » pi siq o li dmandoait « à cœuse ? » i répondoait in risotant : « Ch’est pasqué onze foait tchiée. »

Os vous rindez-ti compte ? Onze énnées éd ratrouillis, éd ratruchis, éd papoteries et pi d’langardages ! Os nn’êtes point réïus ? Mi, n-y o des cœups éq jé n’ai plein mes djettes. À mesure, j’ai l’invie éd planter m’pelle énedin ch’mortier et pi d’toute invoéyer à l’oust !

Quanq éj pinse qu’un moins d’troés ans, j’ai pu récmincher l’minme billet avuc él minme tite et pi quasimint él minme bégnotée d’ramintuveries. Sans mé nn aperchuvoér, bié seur ! Qué misére, a n’est point bieu d’viusir, mèrchez !

D’un eute côté, conme person.ne i n’y o point foait intintion, ch’est pétête lò qu’al est l’solution. Éj pourroais rprinde chés écrits qu’il ont pu d’chonq ans, prindons, et pi, éj vous szés rserviroais conme siq i sroai'té tout neus. Éj sus seur qu’os n’y voéroète éq du fu.

In attendir, tchéche qu’il est capabe d’ém dire adoù qu’i leu muche'té chés deux tchuins d’ziux qu’i sont l’rétoér éd l’in.ne l’eute ? Et pi, tchestion in ramindo, cmint qu’a s’foait qu’éj signe in.nhui min deux-chint-soéxante-sixienme billet alorss qu’i n-y o éq deux-chint-soéxante-quate tchinzain.nes éd passées édpu l’début ?

Chés gaingnants il éront l’droét dé vnir boère un cœup d’chide doux din min platchu quanq j’arouterai m’campaingne. Jé sz invite !


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/09/09

HONTABE !

Jeudi passé, chés cadoreux d’Anmiens i ransoai'té din chés wèrtiers nord. Conme à chés autos tampon.nantes, il étoai'te à foaire la course aprés in.ne eute voéture. Quanq il ont deschindu d’leu carrette pour toper chl’houstaba qu’i cirtchuloait sans vignette à sin pare-brise, il ont té atcheuillé pèr in.ne binde éd « djeunes » qu’i sz ont pelotés d’cailleux.

Mi j’dis tout d’suite qu’a n’est point bien ! A n’est point bien d’rouler sans s’vignette d’asseurance et pi a n’est point bien nan pu éd peloter chés cadoreux d’cailleux. Mais ch’pu pire l’est à vnir ! Attindez qu’éj vous raconte écmint qu’a s’a fini.

Chés paures cadoreux, pour és décheper d’él mawaise imbustchade doù qu’il avoai'té tcheu, il ont tiré avuc leu flash-ball. Os savez, ch’est chés pistolets qu’i lanche'té des balles in caïoutchouc. Conme cho, il ont pu rmonter din leu carrette et pi rintrer rondébilis din leu conmissariat.

Ch’est tchéques minutes pèr aprés qu’i n-y o un éfant qu’il o té prins in quèrque pèr éch Samu. I s’plaindoait d’avoér érchu in.ne balle din l’bos d’sin dos. In.ne balle in caïoutchouc, bié seur. Chés cadoreux il ont déminti : quanq il ont tiré i n’ont point vu d’éfant.

Éj m’ai ramintuvé un conte à Raymond Devos. I nous avoait bien foait rire avuc éll histoére-lò :
« Écmint qu’os voulez qu’i m’écrase siq i m’voét point ? »
Ouai, mais lò ch’est point à rire, ch’est du sérieux. Ch’est un éfant d’sept ans ! Os vous rindez compte ? SEPT ANS !…

I feut-ti qu’il euche él viche din l’sang pour és mucher quanq chés cadoreux i tire'te, pi surtoute, prétinde pèr aprés qu’i o té touché ! Mèrchez, dvant qu’i n’fuche longtemps, ché nn est coére un qu’i pelotero à sin tour chés cadoreux d’cailleux et pi minme, à mesure, qu’i roulero sans vignette !

Pi du cœup, jé m’rapinse d’éch qu’i disoait… cmint qu’i s’appéle don ? Sin nom i n’mé rvient point ! Os savez, chtilòl qu’il o in.ne tête éd pitebule – a n’est point d’és feute, és cawette, i n’éll o point coési  ; bref, tout cho pour dire qu’in.nhui, i feut vraimint aller tracher chés voéyous din chés écoles maternelles.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/09/09

CAMILLE

Os vous nman.nez pétête cmint qu’a s’foait qu’jé n’pèrlé point d’émn eute grand-pére, qu’i n’y in o qu’pour Aurélien ? Min deuxienme grand-pére, i s’prénonmoait Camille, pi j’ai ll’ai point con.nu, il étoait mort édvant qu’éj vienche au mon.ne. A foait conme cho qu’éj n’ai point granmint d’histoéres à vous conter dsu sin compte !

Camille il étoait né él treize éd sectimbe dix-huit-chint-soéxante-tchinze, i s’avoait mèrié in janvier dix-neu-chint avuc Émérentienne et pi il avoai'té quatre éfants quanq il o té mobilisé in ahoute quatore : Lucie, née in dix-neu-chint, Albert, in dix-neu-chint-deux, Roger qu’il étoait d’dix-neu-chint-huit pi l’tchote darin.ne, Lydie, ém mére, née in dix-neu-chint-dix.

D’éch temps-lò, l’armerdre al ratissoait lèrgue, et pi ch’étoait point pour aller tcheuiller des lancherons. Moins d’deux moés aprés avoér té rappelé à ch’Quatorienme Régimint Territorial d’Infanterie, Adville, Camille il étoait au casse-pipe du côté d’Bucquoy, un molé au dsu d’Bapaume. Ch’o té, pour éch régimint, 40 morts, 414 dispèrus pi jé n’sais point combien d’blessés un moins d’un moés.

Ch’n’étoait qu’él début d’in.ne djerre horribe, qu’al édvoait durer quatre énnées, foaire 10 miyons d’morts et pi 20 miyons d’invalides. Mais Camille i nn’o point vu l’bout ! Aprés Bucquoy, in novimbe il ont té à Nieuport, in Belgique, du côté d’Ypres. Lò il ont vétchu din chés tranchées, avuc éd l’ieu dusqu’à leus genoux, sans pouvoér leu laver ni leu rcanger. Ch’est Camille li-minme qu’il l’o écrit à ses bieux-gins ! I s’in vont rester din ch’tchuin-lò durant pu d’dix moés.

À l’fin du moés d’ahoute, o z-inméne tout l’mon.ne pèr éch train. Soé-disant qu’ch’est "la rléve" !… In foait d’érléve, él darin jour d’ahoute dix-neu-chint-tchinze, éch Quatorienme R.I.T. i s’értrouve din chés tranchées, à Bully-les-mines, interdeux Lens et pi Béthune. Ch’est don din des tranchées éq Camille il o yeu ses âges. Treize jours pèr aprés ses quèrante ans, Camille il o té escoffié.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/10/09

COÉCHON.NERIE D’GRIPPE

Qu’o z-est-ti bénaise dé s’sintir au rados, éd savoér éq no santé al est défindue, qu’o prind bien soin d’nous eutes. Roseline a ll’o bien dit : « Éne vous foaisez point d’sang, toute i sro fin prêt quanq éch viruss i montréro l’bout d’sin nez. »

Ch’est point pour du rire, chés laboratoéres éd phèrmacerie i sont in route à fabritcher soéxante-quatore miyons éd vatcins. Vu qu’os n’sonmes éq soéxante miyons d’français, o pourro don vatciner étou chés sans-papiers pi chés Afghans d’Calais.

Bié seur, éch vatcin-lò, o n’est point asseuré qu’i n’y éro point, avuc, tchéques déboéres ésgondaires, vu qu’o z-o point yeu l’temps d’foaire chés espérieinches. Et pi ch’est conte éch viruss d’él grippe à coéchons d’in.nhui, chtilòl qu’il est pour nous eutes aussitant dingéreux qu’in.ne inchifernure !

Alorss, suivez-mé bien : I leus ont atchéni à hanser, in moins dé rien, un vatcin conte un viruss qu’i n’existé point coére. Pi os maginez qu’i s’in vo t-ête ad rém ? Minme chés cérusiens qu’i n’vu'té point leu foaire vatciner, i n’y ont point fiate ! I nous prinde'té vraimint pour des niquedouilles.

Mais tout cho ch’est fin boin pour chés laboratoéres. Os pinsez, tous chés pécaillons qu’i s’in vont tchair din leus fouillousses ! Surtoute qu’il ont sûremint déménagé leus usines éd fabritchation din chés poéyis d’l’Est, à moins qu’a n’fuche mon chés Chinoés ?

Mèrchez, ch’est l’État qu’i poéye, qu’o z-o invie d’dire ! Mais soin ! Éd vrai, ch’est mi pi vous qu’os poéyons. Pi chés pu riches avu leu compte acoati in Suisse, i n’poéront rien du toute. Os savez cmint qu’o dit din min poéyis :
Ch’est ch’pèrtage à Moconduit, toute à mi pi rien à ti.

No langue picarde al plache, bien conme i feut, chés points édsu chés I. D’eximpe, ch’picard i s’in vo dire : « Ch’est in.ne pinme pour mi minger. » O comprind qu’él pinme ch’est point pour in eute ! Un eute eximpe :
Tandiss qu’in français, o vous dit :
« Travaillez plus pour gagner plus ! »
in picard o vous diroait :
« Ouvrez d’puss pour nous eutes gaingner d’puss ! »


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/10/09

TCHOT JEAN L’AINMOAIT DU LAIT BOLI

Éj m’étoais dit qu’in.nhui cho sroait un tchuin d’ziu dsu ch’fiu à no boin moaîte. Et pi o nn o tellemint pèrlé éd tous les côtés… D’un sins, i veut miux qu’éj laisse dire sin pére. Éd puss, i llé dit in français, din sin français à li, éq tout l’mon.ne i comprind :

« Ce qui compte en France pour réussir ce n’est plus d’être bien né ; pour réussir, c’est travailler dur et avoir fait la preuve, par ses études, par son travail, de sa valeur… »
(Zikarsor 1er)

Minme éq Siné, i n-y o d’cho pu d’in.ne énnée, i ll’avoait sintu, li qu’i disoait :

« il ira loin ce petit ! »

O n’allons point nous plainde, vu qu’cho nous o valu un nouvieu jornal, él seul qu’éj liche, avuc éch Canèrd Intotché, bié seur.

J’ai llé aperchu à ch’jornal éd la troés, point Siné, Tchot Jean ! il est bien prope édsur li, il o des belles leunettes, pi i foait point racaille du toute. Éch n’est point à cœuse éd li qu’chés polimploés i s’in vont t-ête infnouillés. Éd l’ouvrage i nn o, vu qu’il est djò présidint d’éch Conseil Général.

Conme à vingt-troés ans passés, i n’o point coére déhotché sin Deug, i n’est point lò éd t-ête mastérisé. Mais a n’est mie méchant. Qu’il euche des pieux d’âne ou qu’i n’euche point, i n’o point de sang à s’foaire. Éd tous sins, ch’est-ti point éd tous les temps ? Chés éfants d’chés roés i n’ont-ti point té chefs éd régimint quasimint austôt qu’il étoai'te arrivés au mon.ne ? Ch’est point pour autant qu’il étoai'té foait pour cho !

Et pi, disez-mé, i feut bien qu’i s’habituche ! Quanq i sro à l’plache éd sin pére, conme cho, i sro duit à toute. Tout ch’qu’o put dmander ch’est qu’i n’fuche point pèr trop épiné, qu’i n’guérine point d’trop in attendir sin tour. I n’éro pétête point d’trop à attinde, un malaise vague à l’âme, et pi ch’cœup il est foait. A put vnir pu vite qu’o z-y pinse.

Pour chetlò qu’i pinse'té qu’min billet il est un molé courteu, i peu'té lire o bin rlire él princesse éd Cléves.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/11/09

PRUDENCE !

Saint Prudence i vivoait au neuvienme siéque aprés Jésus-Christ, pi ch’étoait Louis qu’i reingnoait, un fiu à Charlemagne éq sin surpitchet à li ch’étoait él débon.naire. Mais min Prudence à mi ch’est Prudence Boissière. Ch’est li qu’il o foait, pour éch français, éch preume éd chés diction.naires analogiques.

Y o in.ne cope d’énnées j’ai pu acater él premiére vèriure éd sin live qu’al date éd 1862. J’m’ai aperchu, pèr aprés, qué dsu l’arnitoéle, Gallica (éq ch’est foait pèr él Bibiothéque Nation.nale) il avoai'te mis chés images d’ésn ouvrage. Étoait minme bien miux qu’cho, pi qu’o pouvoait téléquèrtcher ch’live in format texe. Il avoai'té foait in.ne ércon.naissanche éd caractéres. Foait pèr un manicraque qu’i s’dépatouille tout seu !

Bié seur, o n’put mie li foaire fiate à chint pour chint à leu z-ingin. Des foés o s’értrouve avuc tchéque cose conme cho :
certe damenhigue d la fade gsiméeaiite et aux yanx chiguntunt conimerce à me tdser sor le sustènie.
Os allez vir din ch’live in papier pi os lisez, advinez quoé ?…
Bin os lisez cho :
cette domestique à la face grimaçante et aux yeux clignotants commence à me taper sur le système.

Cho m’o foait pu d’un cœup rapinser à m’niéche, él tchote Laurence, qu’al resse point loin d’Toulouse. In.ne foés, al m’avoait invoéyé pèr émaille tchéques lignes qu’il étoai'té tout mèrdochées, et pi qu’os vnoait à bout dé szés lire tout d’minme, pasqué chaque mot il avoait wardé és premiére et pi s’darin.ne lette. Étoait vrai dé vrai. Avu chl’eximpe qu’al m’avoait invoéyé, a mèrchoait fin bien, o z-advinoait toute.

Avuc él machine automatique et pi ch’diction.naire à Prudence ch’n’est pu du minme pèré. In.nhui éj sus t-arrivé à l’lette T. Quanq j’ai fini d’érprinde tous chés mots débistraques éd bit in bout d’in.ne lette, éj vos vir siq mes eutes diction.naires i sont d’accord avuc li. Ch’est du bieu mon.ne qu’il est lò rassen.né dsu min burieu : Monsieu Napoléon Landais (1836), Monsieu Bescherelle aîn.né (1855), Monsieu Littré, (1878) et pi minme éch tchot darin, Monsieu Pierre Larousse qu’i n’vut point dire ésn âge mais qu’i date sans doute éd 1905.

Aprés tout cho, i m’resté coére un molé d’mots qu’i sont bien conme Prudence il sz o écrits mais qu’o n’sait point d’où qu’ch’est qu’i leu dessaque'te. Ch’est pétête qu’i s’a berluré, min boin Prudence ? Des foés quanq il écrit mithologiste o pu s’édmander siq i n’o point mis un i in plache d’un y ? Ch’est à ch’momint-lò qu’éj vos vir mon Gogole. Il ont invintion.né in.ne rubrique Recherche dans les livres qu’al est jolimint bien pratique.

Siq Prudence i n’est point tout seu à écrire mithologiste, qu’i nn o dz’eutes édvant li qu’i ll’ont foait étou, jé m’dis qu’ch’est point s’pleume à li qu’al o gliché, éq ch’est no z-orthographe qu’al o cangé. Aprés tout cho, i n’resté pu qu’un molé d’effondrilles qu’éj mets din un tchot tchuin, in attendir éd déteuper un bieu jour éch qué chés tchéques mots-lò i vu'té dire.

Pi à quoé qu’a sert tout cho, qu’os m’direz ? eh bin cho sert à avoér un diction.naire bien foait, avuc granmint d’mots qu’o n’con.noaît pu in.nhui. Et pi, à mesure, éj tchais dsu un mot qu’ch’est du picard, ou, à tout l’moinss, dsu un mot qu’i s’rappreuche d’un mot picard, et pi lò éj sus fin heureux.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/11/09

PERZÉTCHUTÉ !

I n’mantchoait pu qu’cho. J’érbée chl’arméno, conme cho sans pu foaire intintion et pi d’un seul cœup… min sang i n’o point foait troés tours ni minme deux, min sang i n’o foait qu’un tour… os sonmes él seize éd novimbe… nom dé Dju ! min tchuin d’ziu !

Il est chonq heures du vrépe, éj pinsoais t-ête trantchille, eh bin nan ! Pourtant, ch’est point l’momint, mi j’vous l’dis ! Cho foait quate jours in.nhui qu’os ons cminché no campaingne éd chide. Ch’est don l’troésienme pressée qu’os ons assis aprés-non.ne. Él mére goutte al coule tout duchemint. O n’allons point l’boustchuler.

Feut dire qu’éch chide, ch’est in.ne tradition din no famille, cho foait tchéques tchuins d’ziu qu’os avez pu lire la dsu, pi siq os sz avez point li, os n’avez qu’à aller vir din chés archives. Éj sais-ti, mi ? d’eximpe in déchimbe 2002. Et pi i nn o dz’eutes, à vous dé szés déteuper !

Pour nin révnir à ll’énnée-chi, tout i viusit, éch grugeoér i cminche à prinde éd l’âge, éch pressoér, n’in pèrlons point, tous lz’ans o rimplache tchéques lattes à chés cages. Éch pu pire ch’est l’tabe. Él vis al rinte énedin et pi bié seur, cho fouit. Pi au puss éq chés énnées i passe'te, au puss éq cho fouit. Ch’cœup-chi, os ons foait un rabistotchage un molé pu conséquent. Pour él momint, cho tient, pourvu qu’cho dure…

Pour chés ton.nieux, ch’est du minme pèré. Édpu l’an passé, j’ai minme acaté un ton.nieu in plastique. Min paure grand-pére il o dû foaire un tchutromblet din sin luiset. Mais quoé qu’ch’est qu’os voulez, y feut vive avuc sin temps !

Tout cho pour dire qué chl’atrintchillage i n’in put pu. Pi mi étou qu’éj viusis. Des foés jé m’dis… Pi nan, ch’est point possibe, i n’y o rien à foaire. Él jour éq jé n’frai pu min chide, ch’est qu’éj srai à ch’camp d’soéle. Allez, mes gins, i feut qu’j’y voéche. Él mére goutte al o fini d’couler, i feut qu’jé cminche à serrer l’pressée, tout duchemint pour éne point ll’étran.ner.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

01/12/09

INCHIFERNURE

Bien atombé qu’él fin d’no campaingne éd chide al fuche aboutée, pi qu’os ayonche lavé bien conme i feut tout chl’atrintchillage hier. Jé m’disoais : « éj vos foaire min tchuin d’ziu trantchille conme Batisse ». Pi vlò qu’édpu qu’éj sus lvé, j’ai min nez qu’i n’in finit point éd découler. Troés mouchoérs éd trimpés dpu au matin ! Pourvu qu’a n’fuche point l’grippe à coéchon…

D’autant qu’jé n’sus point vatciné. Ch’est point qu’éj n’ai point voulu, ch’est putôt qu’o n’mé ll’o point dmandé. Tout d’minme, ch’est-ti qu’jé n’sroais point sitant indispinsabe éq Roseline ? Éd tous sins, j’éroais dit nan. Éne dit-on point qu’éch vatcin i sroait, à mesure, pu dingéreux qu’él grippe coéchon.ne ?

I pèroaît qu’in France, i n-y éroait in.ne chintain.ne éd morts à cœuse d’él cochon.nerie d’grippe-lò. Et pi, din l’minme temps, l’grippe éd tous les jours, chetlò qu’a n’o point d’eute nom ? point espagnole, point aviaire point porcine point rien d’eute ? combien qu’ch’est-ti qu’él grippe ordinaire al foait passer tous lz ans éd paures lapides ? Éj né l’sais point et pi j’né l’trouve point neune pèrt !

Conme éj sus prévoéyant et pi ménutieux, j’ai foait min testamint édpu un boin bout d’temps. O n’és déméfie janmoais assez, des foés qu’un bieu jour éj meurche. Pi justémint, ch’est point quanq éj srai mort qu’i feuro y pinser. D’éch momint-lò, il est d’trop tèrd. Adon, ch’est décidié, éj srai crématorié et pi mes chindes i sront épar énedin min corti. Des chindes i nin feut din un gardin. Ch’est d’él potasse, ch’est boin pour chés lédjeumes.

Conme cho, on n’sait janmoais, in.ne supposition qu’no Perzidint i fuche prins d’un pécavi, in.ne lubrie… Pour ém foaire rintrer din sin Panthéïon, a s’in vo t-ête jolimint durte ! In attendir, éj vos m’foaire un boin flipe et pi j’vos m'joutcher.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

16/12/09

NOÉL IN DÉCHIMBE.

Tout l’mon.ne i con.noaît ch’dicton picard :
Neiges in avri, Noél in déchimbe.
Din no famille, os sonmes pour él respect d’chés traditions. Ch’est pour cho qu’os ons tours foait Noél in déchimbe. Qu’i y euche yeu des neiges in avri ou bin qu’i n’y in euche point yeu !

Os foaisons cho putôt un samedi au soér, conme cho, l’lin.nemain, ch’est diminche, o put foaire in.ne grasse matinée. Il arrive coére souvint qu’a tchaiche éch deuxienme samedi d’déchimbe, et pi des foés ch’est l’troésienme. A dépind ! Éd vrai, lò qu’j’y pinse, ch’est pu complitché qu’cho. Éj dirai, pour éne point vous touiller d’puss, qu’a tchait ch’darin samedi dvant chés vagances. Os y êtes-ti ?

Adon, conme os pouvez vous nnin douter, ch’est foait, piqu’os sonmes in.nhui à troés jours éd chés vagances. Pi ll’énnée-chi, ch’qu’éch pére Noél i m’o apporté, il o point pu mé l’mette din mes seuïers. O n’advinerez janmoais ch’qué ch’étoait. Cho foait un boin méte soéxante d’heuteur, stapindant ch’est fin rétu. Cho rmue, cho bouge tout seu pi pourtant n’y o point d’pile alectrique énedin. Quanq o z-i foait un tchot bé, à mesure, cho put minme vous l’rinde.

Éne vous berlurez point, tas d’polissons, ch’n’est point ch’qu’os croéyez . Éj voés bien à vo z-air qu’os pinsez à des cochoncetés. Ch’est point cho, os n’y êtes point du toute. Nan, mais disez-mé, ch’est-ti qu’os m’prindroète pour un viu dégoûtant ? Nan qu’éj vous dis ! ch’est point in caïoutchouc ! Nan cho n’és gonfe point !

Jé n’m’in vos point vous foaire landjir éd pu longtemps : j’avoais deux tchoté-files l’eune éd vingt-huit ans, l’eute éd dix-sept biétôt dix-huit. Eh bin él troésienme al vient d’arriver. A n’est point tcheute du heut d’éch temps. Ch’est min fiu qu’il o jué chés péres Noél in lanchant, à l’muche-tin-pot, in.ne tchoté grain.ne lò doù qu’i falloait… cho vo foaire dix-sept ans d’cho, et pi i n’o point loupé sin cœup, ch’nom-dé-zeu-lò.

Ém vlò don tri-grand-pére (éne touillez point toute ! éj n’ai point dit trisaïeul) et pi fin contint dé ll’ête. Merci, pére Noél !… Nom d’un ntchien, vlò qu’ai oblié min tchot-fiu, qu’il est pourtant pu grand qu’mi ! I feut don putôt dire qu’éj sus quadrupépére.


[01/07/09] [16/07/09] [01/08/09] [16/08/09] [01/09/09] [16/09/09] [01/10/09] [16/10/09] [01/11/09] [16/11/09] [01/12/09] [16/12/09]

Adé

archives 1er semestre 2009