tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2009

[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

01/01/09

ÉQ DIU I WARDE NO BOIN MOAÎTE !

In attendir, boin.ne énnée à tout l’mon.ne !…

Boin.ne énnée à nos bantchiers, ch’est eux chés puss boins. Récompèrez : pour chés Anglais 31,33%, à Francfort 40,4% mais in France 42,68% ch’est bien nous eutes qu’os sonmes in tête pour éch qu’i nn’est d’él déringolade éd chés borses ! Éd tous sins, chés gins-lò i n’trache'té point à nous mintir : quanq o z-annonche soéxante-quate-mille chômeux éd puss la borse al érpasse au dsu d’zéro. A s’comprind d’li-minme : au puss qu’i n-y o d’chômeux au puss éq chetlò qu’i travaille'te i leu tien'té trantchille, des foés d’perde leu ouvrage !

Boin.ne énnée à chés juges, surtoute à chetlò d’éch ministére public qu’il ont rmis Julien Coupat in prison. Ch’est vrai qu’ch’est un dingéreux terrorisse. D’un temps, pour d’autchuns, Guy Môtchet étou ch’étoait un terrorisse. Chetlò qu’il ont foait cho, ch’est des juges éd la magistrature édbout à ch’qu’o dit. Bin disez-mé, il ont bien du mérite, pasqué, pour foaire terluire chés seuïers à no boin moaîte à tertous, a n’doét vraimint point t-ête aisié d’ête édbout, o z-est miux à genoux !

Boin.ne énnée à ch’Gouvernémint Hébreu. Édpu in.ne cope éd moés ch’est quate Israéliens qu’il ont té escoffiés pèr des rotchettes évnues d’Gaza. Ch’est vrai qu’ch’est intolérabe, i feut arter chu génocide ! Pi siq o n’êtes point d’avis, bin ch’est qu’os êtes antisémites, soin à vous eutes !…

Boin.ne énnée à Monsieu Cardos. Conme tous chés minisses éd l’Édutchation, i s’a imbèrtché din in.ne réforme, in.ne éd puss et pi, à cœuse éd cho, i s’in vo pétête seutir din chu prochain rmanimint ministériel. I sé nin doute un molé pi qu’il o dit li-minme : « Ch’est rtchuler pour miux seutir ! » Bé conme cho i pourro ratorner apprinde à foaire in.ne régue éd troés. Canger chés couches à chés éfants, tout conme chés maristresses éd maternelle, cho i nn’est mie capabe !

Boin.ne énnée à tous chés travailleux du trente-et-un déchimbe. Pour éch qu’i nn’est d’chés cadoreux, pour eux eutes, éch travail éd chés jours fériés i n’est point d’trop ténant. Béyez putôt : Él nuit passée il étoai'té pu d’trente-chonq mille din chés rues. Du cœup, onze-chint-quèrante-sept voétures éd brûlées… Siq i feut qu’i leu met'te à pu d’trente pour mette él fu à in.ne voéture, tchestion rindemint i n’y o point d’quoé foaire él fiertchul.

Boin.ne énnée à Mame Gattelot. Un mort din in.ne ambulance feute d’avoér un lit pour li… Éj li souhaite, à Roseline, qu’éch lampisse responsabe i fuche biétôt démastché et pi mis in prison. Conme cho, al pourro dormir édsu ses deux érelles. Éd tous sins, quoé qu’o foaiche, écht honme-lò il étoait rousti d’avanche, i n’éroait point survétchu… à ch’qu’o dit ! D’éch jour-lò, l’euthanasie al o foait un grand pos in avant. O put espérer éq biétôt chés conduiseux d’ambulance i pourront abolir chés gins quanq i n’trouve'té point d’plache pour eux din chés hôpitals pèrisiens !

Pi pour finir, boin.ne énnée à no boin moaîte à tertous. Vu ch’qu’il o djò foait l’énnée passée, pi vu tout ch’qu’i s’in vo foaire pour nous eutes, paures niacoés, jé n’sais point cmint ll’érmercier ? Quoé qu’ch’est qu’os sroème évnus sans li ? Qu’éch Boin Diu i foaiche bien intintion à li, os érons coére granmint dzoin d’li ll’énnée-chi !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

16/01/09

TU SROS PRINS !

Él l-histoére-lò, al m’o té contée pèr min grand-pére Aurélien quanq j’étoais tout titchot. Os voéyez qu’a n’date point d’hier !… Cho m’foait rapinser qu’éj n’ai janmoais fini d’vous raconter s’vie, à Aurélien. A sro pour éch prochain cœup, pétête… In attendir, vlò cmint qu’éch Norat i s’a rtrouvé in prison !

Ch’Norat il étoait manchon. Hiver conme été, i sn’alloait Anmiens, à pied bié seur, sur les chonq heures du matin pi pèr n’importe qué temps, és musette à sin dos et pi s’gamelle ndin. À mesure, il avoait dz in.nuis avuc chés gabelous in arrivant à l’octroé d’éch wèrtier d’Marolles. Des gabelous qu’i vouloai'té li foaire poéyer des droéts pour sin morcieu tran.nèrd pour li minger à midi… Mais vlò qu’éj ratrouille coére un cœup, chés gabelous éj vous nn ai djò pèrlé, ch’étoait in 2005.

Ch’Norat, ch’étoait point un tchœur fali, él soér, din s’musette i ramnoait in.ne brique ou bin in.ne cope éd pan.nes qu’il avoait dérouflées dsu ch’chantier. Ch’étoait pour radiabler s’moaison, in.ne méchante cassine adoù qu’sin blanc bon.net al alvoait leus chonq éfants.

Au fond d’leu gardin il avoait hansé tchéques cambernes à lapins et pi l’été, à la brune, ch’étoait point rère d’él vir avu s’bérouette qu’i pèrtoait à lancherons. O disoait minme qu’il alloait à l’herbe din l’piéche mon onque pu souvint qu’à sin tour.

Éch soér-lò, justémint, él reue d’és bérouette al wignoait à mort et pi ch’est à l’adon qu’ésn affoaire foaite, au momint d’és mette in route pour rintrer à s’moaison, chés cadoreux il leus ont démuchés éd driére in.ne haiyure et pi qu’il ont inmné. Il éroait pourtant dû s’déméfier, ch’Norat, pasqué in s’in allant él reue al li disoait « tu sros prins, tu sros prins, tu sros prins…  »

In rnant intér deux chés cadoreux, ch’étoait in.ne eute canchon, él reue al disoait achteure « j’té ll’avoais-ti point dit, j’té ll’avoais-ti point dit  ! » Lò ch’Norat i y o foait intintion, mais il étoait d’trop tèrd !

Des foés jé m’dis qu’a sroait bien éd don.ner des bérouettes à tous nos politiciens – Aurélien il éroait dit chés polititchiens –, mais, sroai'té-ti pu asteux qu’éch Norat ?


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

01/02/09

J’ACOUTE…

J’acoute et pi j’tiens point compte :
Ch’est vrai qu’i feut aller d’l’avant, qu’i feut continuer d’berziller toute, chés hôpitals, chés écoles, la Poste et pi chés juges sans puss s’otchuper d’chés gins qu’i vourroai'té conserver chés services publics. Rien ni person.ne éne pourro m’impêtcher d’érfiler toute à mes boins anmis d’la heute !

J’acoute et pi j’tiens compte :
Os sonmes à Saint-Lô, j’acoute et pi j’intinds des cœups d’sifflets… ch’est mi qu’i siffe'té lò ? a n’est point supportabe ! Deux signures et pi ch’cœup l’est jué : préfet pi chef éd la police i sont invoéyés à l’oust. Éd tous sins, il étoai'té prévnus, durant l’moédeut, ch’est chu chef éd chés cadoreux Corses qu’il o té rmercié aprés qu’des méchants terrorisses il euche'te invahi l’villa à min boin anmi Cacouille…

J’acoute point, ch’est coére él miux :
Él vingt-neu d’janvier, ch’est pu d’un miyon d’gins qu’i deschinde'té din chés rues. Cho ch’est chés cadoreux qu’i llé di'te. Il ont soin éd nin compter qu’un sur troés. I n’ont point invie éd perde leu plache… Chés jornals, il appèrtien'té tertous à mes boins anmis, toute il est réglé conme du papier à musique, i n-y o un boin bout d’temps qu’i mèrche'te bien au pas. Ch’est pèrel pour chés télés. Éch message i passe conme in.ne lette à la poste : Mes gins, ch’est la crise qu’al vous foait tran.ner ? Mèrchez, j’sus lò ! Éj m’in vos rondébilis nin rmette in.ne louche : éd l’èrgint pour chés banques – vo èrgint –, pour qu’i peuche'té continuer d’gaingner des sous et pi d’don.ner des boins dividendes à leus action.naires. Éd l’èrgint étou pour chés industriels, pour qu’i peuche'té continuer à délocaliser in Chine ou bin din chés poéyis d’l’Est ; l’principal, conme pour chés banques, ch’est qu’il intasse'té des pécaillons pour leus action.naires.

Toute il est possibe
Jé l’sais bien éq toute il est possibe, él toute ch’est d’savoér adoù s’arter. I n’feut point dépasser chés bornes… pasqué, sans cho i n’y o pu d’limites. Cho m’ramintuve tchéque cose, j’ai intindu braire din in.ne étabe, mais jé n’sais pu din l’tchelle ! Ch’est point din l’princesse éd Cléves in tous les cas, éj m’in souvaroais. In pèrlant d’princesse, j’ém rapinse d’un cœup l’tête d’él princesse éd Lamballe qu’o z-o promné au bout d’in.ne pique in dsous chés cassis à Mèrie-Antoénette. I feut qu’jé m’déméfiche, siq o szés pousse à bout, chés nom-dé-zeu-lò i sont capabes éd toute, i pourroai'té bien mé nnin foaire autant in.nhui ? Éj sins d’un seul cœup, min co qu’i m’décatouille !…

Mèrchez, émn ouvrage i n’est point des pu facile ; éj vourroais bien vous vir à m’plache !

signé SAR Nicolas
PCC : Éch baroumoaite.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

16/02/09

TANT PISS POUR TI !


Delivered-To: online.fr-ches.diseux~free.fr
Date: Mon, 12 Feb 2009 16:40:09 +0100
To: ches.diseux~free.fr
From: magritte.daras~laposte.net
Subject: Touche pas à ma Picardie
X-me-spamlevel: not-spam
X-me-spamrating: 40.000000
X-me-spamcause: OK,

salut Tchot Phane,
T’os-ti signé l’pétition ?
Pour él foaire ch’est lò :
http://www.touchepasamapicardie.fr

Granmint d’bés
Magritte


Bonsoér Magritte,

Bin vlò ! Saprée Magritte ! Cho nn est bien d’ti ! et pi du cœup ch’est ti qu’tu t’in vos prinde pour tous sz eutes, tant piss pour ti !…

Cho foait djò in.ne cope d’ésmain.nes qu’éch l’intèrnéte picard il est in route à bolir avuc éll affoaire-lò. I pèraîtroait qu’él région Picardie al sroait mnachée, qu’éch gouvernémint i vourroait ll’abolir. Él Sonme al s’értrouvaroait achuchon.née avu ch’Nord - Pas-de-Calais, l’Oése avu chés têtes dé tchiens d’Pèrisiens et pi l’Aisn.ne avuc échti qu’i nin vourro bien !…

Édpu ch’temps-lò ch’est des brairies à nin pu finir, des délaminteries et pi des cris d’voleux din tout l’toéle d’èrignie picarde. À tel point qu’o n’intind pu qu’cho ! T’os bien dû t’éne aperchuvoér ? Mi, ch’est bien simpe, éj nin sus réïu !

Bié seur, qu’i y euche in.ne pétition qu’al té ahansée, ch’est dévnu in.ne habitude. I n’sé passe point d’ésmain.ne sans qu’o m’invoéche in.ne pétition à signer. I n-y in o d’autchuns qu’il ont té vir ét fanmeuse pétition touche pas à ma Picardie pi qu’il ont rbéyé chetlò qu’i ll’avoai'té signée et pi lò ch’est l’pastorelle, il ont té atuire chés gins qu’i n’avoai'té point signé !

Ch’est conme tout pèrtout, éch Picard il o ses intégrisses. Et pi des intégrisses qu’i leu berlure'te, qu’i leu trompe'té d’combot. Pasqué tout d’minme i feuroait vir à point touiller toute. No langue picarde ch’est in.ne et pi l’région Picardie cho foait deux !

Pour éch qu’i nn’est d’él région pi d’no pèrlage, o n’put point dire éq chés élis i leus in fuche'te granmint rtornés d’no langue. Cho n’foait point d’trop longtemps qu’i leus ont aperchu qu’al existoait, pi qu’il ont ouvert leu porté-mon.noaie… ouvert, i feuroait putôt dire introuvert !…

Pi chés habitants d’él région Picardie, don, il ont-ti té soégnés bien conme i feut pèr leus conseils dépèrtémintals et pi région.nal ; roulés din l’frain.ne qu’il ont té, ouai ! Cho rmonte à Mathiusalé, ch’étoait l’autoroute A1 qu’al passe à mitan cmin intér deux Saint Quintin pi Anmiens, pour qu’i n’y euche point d’jaloux, probabe ! Pi tchéques énnées pèr aprés, rinchette avuc éch TéGéVé. Os pouvons t-ête fiérs éd nos conseillers, os sonmes tout seus, din l’France intiére, qu’os ons yeu droét à in.ne gare des betteraves !

Os éroème té à l’traîn.ne d’éch Nord - Pas-de-Calais, asseuré qu’a n’éroait point té pu pire, os éroème pétête écapé à chés verriéres métalliques d’él gare d’Anmiens !!!

Tout cho ch’est point grand cose, jé ll’éroais bien signé tout d’minme ét pétition, Magritte, tout in m’disant, à mesure, qu’a n’serviroait point à grand cose. Mais vlò ! Pour achteure, jé n’cangerai pu, jé n’pux point incorser qu’o m’diche quoé qu’ch’est qu’éj doés foaire.

Allez, adé Magritte, et pi des gros bés tout d’minme.

Et pi vous, mes gins, bé, os foaisez conme os vourrez, él l’adréche al est din ch’message à Magritte.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

01/03/09

MI J’SUS P.A.F.

Éj voés qu’os trachez à dviner, éj m’in vos vous don.ner d’l’aïude, in preume in vous disant ch’qu’a n’est point !

Ch’est point :

P.A.F. Prix À Fornir,
[Travailler puss pour gaingner moins ? mi j’sus t-in rtraite !…]
P.A.F. Pèrticipation À chés Frais,
[Tous chés sous don.nés à chés banques alorss éq chés tchaisses i sont vides, adoù qu’o szés prind ? cho sroait point din m’fouillousse pi din l’vôte, des foés ?]
P.A.F. Plan Académique éd Formation,
[Pour apprinde à chés maristresses éd maternelle à canger chés couches, à mesure ?]
P.A.F. Picards À chés Frontiéres,
[I feut définde no Picardie… qu’i di'te ! Él tchelle éd Picardie ? Pour savoér éch qué j’nin pinse allez vir min darin tchuin d’ziu…]

Nan, P.A.F. cho vut dire :

Picards Aflateux d’Frimions

Os avez-ti djò rbéyé un frimion ? i s’érmue éd tous les côtés, i s’in vo d’in sins, i s’in vo d’l’eute, i monte et pi i rdeschind, i ranse éd tous les côtés, i n’est janmoais in.ne minute sins rien foaire ! Asseuré qu’éch n’est point un tchœur fali !

Qu’i n’y euche qu’un frimion dsu vo tabe quanq os rchinez, il est lò qu’i trécope él tabe, os prindez vo canté d’pain, il est pèr in dsous pi i s’inseuve rondébilis. Du momint qu’os allez pucher in.ne tchuillérée d’confitures, os pouvez t-ête sûr qu’il est lò à l’intour d’éch pot. N’y o point moéyin d’sé nin décheper

Cho n’vous foait rapinser à person.ne ? In.ne gin qu’i nin foait des ton.nes, qu’i brasse du vint et pi qu’i n’définit d’é-rien ? In.ne gin qu’o voét din tous chés écrans d’télé et pi qu’i s’croét djò prix Nobel ? À l’vir guériner conme cho, jé m’sus dit qu’i falloait ll’écorer, j’ai pinsé qu’sans cho, à s’espadron.ner d’la sorte, il alloait tchair faibe

Ch’est pour cho qu’os m’voérez pi qu’os m’intindrez, coére pu d’un cœup et pi tout pèrtout, dire tout ch’bien qu’éj pinse éd no boin moaîte à tertous. Qu’éch boin Diu i nous l’warde in boin.ne santé, no Frimion Premier !…


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

16/03/09

VASILÉO

Fidjurez-vous qu’à Ferriéres, os ons té sans ieu durant huit jours ! Heureusemint qu’éch conseil éd conmune il avoait prévu toute. Os n’in sonmes point coére satché à foait, mais os tnons ch’boin bout, Nom des Dju !

Adon, cho foait in.ne ésmain.ne vardi passé, chés pompes éd no captage il ont té in raque. Él grosse qu’al sert tout l’temps in preume, pi l’tchote qu’al est lò à l’rescousse, pour écorer l’grosse siq il feut ; él tchote a n’o point tnu pu d’in.ne heure. In moins d’érien éch réservoér éd no câtieu d’ieu il o té à sé.

Éch conseil éd conmune i s’a démné conme un bieu diabe. In un rien d’temps, chés pompiers l’ont té tcheur éd l’ieu à Saveuse pi il ont rimpli nous câtieu d’ieu avuc. Ch’étoait point d’l’ieu potabe, mais pour és laver l’bout d’sin nez, étoait foaisabe. Chés conseillers il ont distribué des boutelles d’ieu d’tabe pour qu’os pouvonche foaire tchuire no minger, et pi, à mesure, nin boère un cœup, pour chetlò qu’il ainme'té cho – atchun i foait à s’mode, point vrai ?

cote vasileo Ch’est à croère éq no maire il l’avoait sintu. N-y o in.ne cope éd moés il avoait décidié d’évnir à l’aïude d’in.ne gran.ne interprinze, Vasiléo(*), pour elle s’otchuper d’éch Service des Ieux d’no conmune. Conme él fanmeuse interprinze a n’étoait point d’trop vertillante, él feute à la crise bié seur, i nous ont asplitché qu’pour cho os alloème cmincher pèr poéyer atchun 56 euros pi tchéques chintimes. Asseuré qu’étoait pour éq chés imploéyés à Vasiléo i n’fuche'té point à joc, à moins qu’a n’fuche pour don.ner à chés action.naires ou bin coére à ch’PDG, allez savoér ?

D’un sins, no conmune al foaisoait s’B.A. pour érlancher nos interprinzes bien françaises. Tout cho pour dire éq Vasiléo i n’ont foait ni in.ne ni deux et pi qu’él mercrédi d’aprés, chés pompes i sont arrivées. D’Allemagne qu’i vnoai'te, chés pompes. Achteure ch’étoait l’Europe éq Ferriéres il étoait in route à rlancher. Él tchote pompe al o té rmise in plache rondébilis, in deux cœups d’tchuillére à pot ch’o té foait, mais pour él grosse, ch’est in.ne eute poaire éd manches. Al est d’trop grosse pour rintrer din chés tuyeux d’éch captage ! Bref, os nin sonmes lò, affoaire à suire.

Quoé qu’ch’est qu’os voulez, in France os n’ont point d’pompes mais os ons ch’savoér-foaire !

(*) Soin, éne point confonde, VazyLeon, ch’est point l’minme du toute !…


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

01/04/09

HABRUTI

Heute Autorité pour éch Berzillage éd chés Reuves Utopisses et pi l’Trache éd chés voéyous dsu chl’Intèrnéte.

Artique aboli

Soin ! értornez rondébilis à l’page d’édvant.
Inlvez d’ vo z-historique éll adréche éd chu site-lò.
Éne continuez point d’assayer d’rbéyer l’page-lò.
N’allez point pu loin !

logo RF
Présidinche éd la Rubrique Bananiére,
Ministére d’él Tchulture,
Ministére éd l’Écononmie numérique,
Ministére éd l’Intérieur,
Ministére éd la Liberté dsu intèrnéte,
Direction chintrale éd la Police Antiterrorisse

Él page tchuin d’ziu à doù qu’os assayez éd débèrtcher, mèrgré tout ch’qu’os ons pu vo dire, al foait pèrtie éd chol Liste Noérte qu’al o té hansée pèr nos intchêteux. Conme os ons l’droét d’él foaire pour écorer chés juges din leu combot conte chés terrorisses, chés anarchisses et pi chés ultra-gauchisses, vo z-idintité al o té inregistrée et pi os srez biétôt convotché pour t-ête intindu in vue d’ vo mise in examen, pour achuchon numérique éd malfaisants in vue d’in.ne interprinze terrorisse.

Pour éch qu’i nn’est éd vo signalemint à tanq sympathisant éd l’ultra-gueuche os êtes achteure pardu sans rsources. Stapindant, os pouvez coére foaire usage éd no progranme Témoin Érpinti in nous disant tout ch’qu’os pouvez savoér édsu chés liages anarcho-autonomes d’intèrnéte, pi coére dsu chés pirates informatiques et pi chés pédophiles. Chés syndicalisses i nous intéresse'te étou, pi minme bié seur chés étringers in situation irrédjuïére. Os trachons in puss édz informations édsu chti qu’il o hansé l’page-lò pi qu’i s’foait appeler « ch’baroumoaite » : siq os l’con.naissez person.nellemint et pi qu’os savez à doù qu’i s’trouve à l’heure tch’il est, évnez nous l’dire aïte-aïte.

Os pouvez aidier vo poéyis. N’obliez point qu’él dénonchiation ch’est un dvoér républitchain.

In.ne convocation officielle al arrivéro biétôt din vo boéte à lettes.

Gouvernémint bananiais,
Éch Minisse éd la Liberté dsu intèrnéte
Frédric Malému.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

16/04/09

FEUT-TI OUVRER PUSS…

À mes camèrades pêtcheux qu’i sont in route à blotcher toute, j’éne vourroais point leu dire qu’il ont tort, mais tout d’minme, j’ainmeroais bien qu’i buse'te un molé à ch’qu’i sont in route à foére. Bié seur qu’il ouve'té conme des paures lapides et pi qu’il ont dzoin éd gaingner leu vie tout conme ész eutes et pi qu’i mérit'té minme éd t-ête bien poéyés pour éch qu’i foai'te !

Asseuré qu’os leus o dit : « i feut vous moderniser, feut acater des batieux pu gros avuc éd l’atrintchillage moderne, chés banques i vous prêteront d’l’èrgint, et pi os gaingnerez des mille et pi des chints ! » Cho, ch’étoait n-y o tchéques énnées, pi vlò qu’achteure o leus i dit « Soin ! os n’avez point l’droét éd prinde tant d’pichons qu’os voulez, i feut respecter chés régues éd Brusselles, à chatchun s’pèrt ! »

Stapindant, cho n’est sûremint point in.ne solution éd supprimer chés quotas pour afin éq chatchun i puche pêtcher tant et pi coére. Cho sroait un molé conme échti qu’i soée l’branque adoù qu’il o posé sin tchul !

Ch’est du minme pèrel pour chés voétures, chés syndicats i peu'té djeuler pour qu’o don.ne éd l’aïude à chés constructeurs, o-ti du sin éd fabritcher dz automobiles à ti à masse ? Chés réserves éd pétrole i n’sont point inusabes, o nin voérons biétôt l’bout ! Os froème miux d’écononmiser ch’qu’i resse et pi dé l’foaire durer putôt qu’d’él gadrouiller !

Siq o continue conme cho, biétôt pu d’pichons, pu d’pétrole et pi pu d’glaches à chés pôles ! I sro bien temps, à ch’momint-lò éd braire pi d’és délaminter. In attendir, cho m’foait rapinser à ch’Titanic avu sn ortcheste qu’il o continué à juer dusqu’à ch’darin bouillon !

I n-y in o pourtant d’autchuns qu’il ont du gingin pi qu’i sai'te él mette in pratique. Ch’est la crinme éd no poéyis, forchémint qu’ch’est chés puss boins piq ch’est nous qu’os sz ons coésis, qu’os sz ons élis ! Ch’est no braves députés !

Il étoai'té trente-six pour voter rapport à l’loé Habruti ! I sont in chômage pèrtiel à pu éd quatré-vingt-tchinze pour chint (*). Pour chés chonq-chint-quèrante-et-un qu’i n’étoai'té point lò, o put dire éq toute il est pour él miux, vu qu’i n’décesse'té point d’érchuvoér leus pécaillons, avuc chés frais éd déplachemints in puss, à mesure ?

(*) 02/04/2009 les amendements n° 446 de M. Brard et n° 458 de M. Dionis du Séjour à l’article 2 du projet de loi adopté par le Sénat, après déclaration d’urgence, favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet (éviter la double peine: paiement de l’abonnement à Internet malgré la suspension)
pour 36, contre 0, abstentions 0.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

01/05/09

J’ÉROAIS DU M’DÉMÉFIER !

Ch’étoait éch 17 d’avri passé, os voéyez qu’est viu. Min darin tchuin d’ziu il étoait in boéte d’él veille ; éj m’étoais lvé éd boin.ne humeur, rinveillé pèr chés tortrelles, du matin i cantoai'té leu rindjéne.

Conme tous les jours, min premier ouvrage ch’o té d’aller lire édsu intèrnéte chés blogs éq j’ai rpérés pi qu’i pinse'té conme mi rapport à no boin moaîte. L’occasion étou d’érbéyer chés cours éd la Borse. Moins deux pour chint à dix heures du matin, pourvu qu’a durche. Mi, éj n’ai éq tchéques Eurotunnels, qu’in.nhui i n’veu'té pu un sou, alorss au puss qu’a boaisse, au puss qu’éj sus contint.

Toute il étoait don pour l’émiux din l’puss boin d’ché mon.nes. Éch solé i miloait din ch’temps, à midi i foaisoait boin n-et cœud quanq jé m’sus t-in.nallé à chés Vignettes, él pâture adoù qu’al est m’jumint, Quénette. Ch’étoait jusse histoére éd li foaire in.ne tchote flate, d’li don.ner un morcieu d’pain rassis et pi tchéques cafignons d’pinmes.

Ch’est qu’Quénette, ch’est tchéque cose, j’ai l’ai yeu qu’al avoait point coére chonq ans. Os ons apprins insen.ne, mi à monter à gvau, pi elle à t-ête montée. In.ne belle histoére d’anmour qu’al dure édpu vingt ans. Achteure qu’al est poussiuse et pi mi doreu éd mes rongnons, os n’foaisons pu d’balade, mais os nous ainmons bien touté deux, et pi six chints tchilos d’calins, cho compte !

Pour nin révnir à ch’jour-lò, chés chéchers i cminchoai'te à t-ête in fleurs et pi chés épin.nes noértes i cminchoai'te à leu faner. A foait qu’ch’étoait blanc din ch’temps à cœuse éd chés chéchers et pi blanc pèr terre rapport à chés épin.nes noértes. Conme j’étoais à l’intrée d’él pâture, n-y o un coq éd faisan qu’il o déboulé à tchéques métes éd mi pi qu’i s’a inseuvé in courant à pattes.

Vain Dju, qu’étoait-ti bieu ! Étoait d’trop bieu, probabe ! J’éroais du m’rapinser à ch’conte d’éch vizir Caversha din chés mille et un jours ! J’éroais du m’déméfier. Seur qu’a muchoait tchéque cose, étoait d’trop bieu !

Quanq éj sus rintré din l’pâture, Quénette a n’est point vnue au dvant d’mi ; quanq jé l’ai vue rétindue d’tout sin long pi qu’jé l’ai appelée, Quénette a n’o minme point rélvé s’tête ; quanq éj m’ai appreuché et pi qu’j’ai posé m’main dsu s’cawette, Quénette al étoait djò froéde. Malva !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

16/05/09

CHÉS COMPTES I SONT BOINS.

Chés tchestions d’gros sous, cho n’o janmoais té min fort. Quanq i cminche à n-y avoér granmint d’zéros, ch’est pu fort éq mi, i feut qu’jé rtraduiche in francs, pi minme in anciens francs pour ém rinde compte d’éch qu’a pu foaire ! Mais j’croés bien éq jé n’sus point tout seu. Cho foait djò un boin bout d’temps qu’o cminche à compter in kerviel ; os savez, Kerviel ch’est chu seute-ruissieu d’él Société Générale qu’il o crotché 4,82 miyards d’euros – à li tout seu, à ch’qu’i di'té ses patrons !

Un madoff cho foait don un chint d’kerviel, mais minme conme cho o n’magine point. I feut tchéque cose à mitan cmin intér deux chl’euro pi ch’kerviel. Alorss, prindons qu’un smicard i gaingne mille euros pèr moés : sur quèrante énnées pour qu’i s’in voéche in rtraite, cho foait qu’il éro rchu quèrante foés douze mille euros, ch’qu’i foait quate-chint-quatré-vingt mille euros. Os allons appeler cho un viosmig. Os y êtes-ti ?

Achteure un kerviel cho foait dix mille viosmig pi un madoff, un miyon éd viosmig. Os cminche à y vir clair : Monsieu Madoff il o escrotché un miyon éd vies au smig à li tout seu ! N-y o d’quoé nn avoér él tornis : avuc éch qu’il o dérouflé à ses niacoés d’clieints, i n’y d’quoé poéyer quèrante énnées d’salaire à un miyon d’ésmicards !

Él toute ch’est d’avoér él tchuillére à pot qu’i feut pour é-mesurer chés pécaillons : Obama il o don.né deux madoff à chés banksters améritchains. In France, chés banksters, eux, i n’ont yeu éq quate kerviel, vraimint in.ne misére. Ch’est minme un miraque éq la Borse al arrive à rmonter din chés conditions-lò. Quanq éj pinse qu’il ont pu rgaingner prés d’un pour chint l’jour qu’o z-annonchoait qu’la France al étoait un récession ! I leu n-in feut-ti des breuilles tritaclées à nos braves banksters !

Ch’est point conme chés ouvriers, chetlò, i feuroait pouvoér ész mette tertous in prison. Donmage qu’i n’y euche point assez d’plaches, pasqué, vraimint, chés interprinzes i n’ont mie pu dzoin d’eux, vu qu’i foai'té fabritcher leus bricoles pèr chés Roumains, chés Marotchains ou bin coére chés Chinoés.

Heureusemint qu’i n-y o chés syndicats. I foai'té foaire à tout l’mon.ne in.ne tchote verlée tous les moés. Conme cho, él pression al értchait dusqu’à l’prochain.ne promenade, pi chetlò qu’i nin sont capabes i peu'té gaingner d’l’èrgint à masse.

Mèrchez, no boin moaîte il o bien raison d’écorer chés gins riches conme il lé foait. Chés boins Français, ch’est eux, minme siq leus comptes i sont in Suisse !


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

01/06/09

IL EST-TI D’TROP TÈRD ?

Os ons récoué él boéte noérte d’éch Tchuin d’Ziu tchu261 !
Vlò don ch’qu’i s’a passé édpu ch’lundi preume éd juin, d’érmontée :

Lundi, 9 heures d’érmontée, éch baroumoaite il invoée un message à Magritte Daras :
« Aïude, éj sus t-in raque pour éch tchuin d’ziu d’au soér tchi-vient, tu pourroais-ti él foaire à m’plache ? »

Lundi, minuit moins vingt, Magritte al li répond, in s’foutant d’li :
« Ch’est pour tin tennis ?
« Soin ! ch’est dingéreux éd juer au tennis avuc des poéres.
« Mi, tchestion d’tennis, j’ainme miux in.ne boin.ne paille !… »

Lundi, minuit moins dix, éch baroumoaite il invoée dsu sin site :

Os n’érez point d’tchuin d’ziu in.nhui, il est d’trop tèrd, mais os n’perdrez point toute, os sérez qu’Gaél Monfils i juero conte Fédérer, un quèrt éd finale à Roland Garros.

À dmain… siq j’ai du tchœur à l’ouvrage !!!

Éch baroumoaite,
pèr éch preume éd juin 2009.

Ch’est lò ch’darin singne éd vie qu’os ons d’éch baroumoaite, éch qu’i suit, ch’n’est pu qu’pèr des messages automatiques qu’o lé sait :

Mèrdi, à l’pointelette, éch baroumoaite i branche ésn ordinateur. Éch l’intèrnéte il est à joc, n’y o pu d’téléphon.ne nan pu. Point moéyin d’aller canger ch’tchuin d’ziu 261 !

Mèrdi, à non.ne, éch baroumoaite il ouve és télé, i cminche à rbéyer ch’tennis. Point moéyin éd sé nin décheper. Il o sin tchul collé à sin cadot.

Édpu ch’temps-lò, o n’sait point ch’qu’i nn est. O z-espéroait coére él vir foaire surfache mercrédi au soér, o pinsoait qu’aprés qu’Gaél Monfils il euche té aboli pèr Fédérer, éch’baroumoaite il alloait rnir à sins. I sen.ne bien qu’nan.

Jeudi 7 heures d’érmontée : In.ne cellule éd crise al s’in vo t-ête mis in plache. Os n’mantcherons point d’vous tnir au courant.


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

16/06/09

POÉE TES DETTES

Quanq j’étoais titchot, min grand-pére i m’racontoait des tchotes histoéres édsu chés oésieux et pi leu canchons. Jé m’ramintuve pu d’grand cose ! D’autant qu’à l’époque, j’étoais un éfant d’la ville et pi qu’à pèrt éch srin qu’min pére il alvoait din in.ne cage, et pi chés moéniés qu’i vnoai'té picter éch crottin d’chés bidets din chés rues, éj m’y con.naissoais in foait d’oésieux conme in.ne truie à chés étoéles.

Ch’est pour cho qu’i n’m’in reste point grand cose. Os érons vite foait l’tour éd la tchestion :
Un preume éch carcaillou qu’i cante conme un pardu : « Poée tes dettes, poée tes dettes, poée tes dettes ! » et pi ch’est-ti point l’fumelle qu’al li répond : « Tchitte , tchitte… » ?
N-y avoait étou él tchote alouette qu’al montoait din ch’temps in s’égargatant : « Diu, Diu, Diu, don.ne-mé à boère, jé n’jurerai pu… diu, diu, diu, don.ne-mé à boère, jé n’jurerai pu ! » In.ne foés arrivée din chés nuées, adoù qu’al pouvoait boère un tchot cœup, lò ch’étoait in.ne involée d’jurons : « Diu, Diu, Diu, Diu, Diu ! »
Un eute qu’i n’étoait point granmint poli nan pu, ch’étoait ch’pinchon blanc qu’i disoait « Dis, tu veux-ti qu’éj t’escoffiche, vain Diu ? »

Vlò tout ch’qu’i m’érvient éd chés tchotes canteries à min grand-pére. N-y avoait coére min pére. Li, il écrivoait au crayon d’bos, dsu chés us qu’i ramnoait d’Ferriéres pour ém grand-mére : « cote codache, min tchul s’arrache ! »

Ch’est un molé courteu, qu’os allez m’dire, eh bin, siq vous-eutes o nin savez tchéques in.nes, invoéyez-mé-szés pi jé szés rajouterai à m’liste. Pi j’alloais oblier, n-y in o in.ne qu’a n’s’invinte point : tous les jours au matin, quanq éj rouve él porte éd min gardin, n-y o in.ne tortrelle joutchée dsu ll’antin.ne-télé d’no voésin et pi al mé souhaite él bonjour. Ch’est point croéyabe, tous les jours au matin, vlò ch’qué j’intinds : « Tête eud con, tête eud con !  »

Alorss, jé n’reuve pu qu’d’in.ne cose ch’est dé ll’appriveuder, l’meudite tortrelle, et pi d’nin foaire cadeau à no boin moaîte. Quanq i n’éro d’assez, i pourro li réponde : « Casse-toi paure con ! »


[01/01/09] [16/01/09] [01/02/09] [16/02/09] [01/03/09] [16/03/09] [01/04/09] [16/04/09] [01/05/09] [16/05/09] [01/06/09] [16/06/09]

 Adé

archives 2e semestre 2009 archives 2e semestre 2008