tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du deuxième semestre 2008

[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

01/07/08

AURÉLIEN QU’I MONTE QU’I MONTE…

Du cœup qu’min grand-pére Aurélien il o tchitté Verdun fin 1916, ch’étoait point pour t-ête libéré, bié seur éq nan, il o té nonmé cadoreux à Pèris ! Os maginez cmint qu’il étoait bénaise d’éne pu t-ête in premiére ligne ! Ouai, mais os n’maginez point cmint qu’il étoait inchepé pour éch qu’i nn est d’rinseigner chés gins dsu chés cmins qu’i dvoai'té prinde ! J’ai coére, din min guernier, éch djide qu’o li avoait don.né à l’époque. Éj pux vous dire qu’il o foait d’l’usage.

Adon l’famille al s’a rtrouvé à Pèris pour in.ne cope d’énnées. Chés deux fius il étoai'te in âge d’ouvrer, i leus ont don rtrouvé mon Montcocol. Coére in.nhui, siq os tapez Montcocol édsu Gogole, os vous aperchuvrez qu’ch’est in.ne interprinze éd bâtimints qu’al foait granmint d’affoaires avuc la RATP. Bé d’éch temps-lò ch’étoait du minme pèré, Montcocol il étoai'te in route à hanser échl’éstation d’métro Montparnasse-Bienvenue. Ch’est conme cho qu’Paul et pi Pierre il ont apprins leu métier d’manchon.

Quanq, él djerre finite, il ont rnu Anmiens, éch pére Hérouard il o dit à Aurélien :
« N-y o chu câtieu d’Flixcourt qu’i n’o point té fini, pi qu’ch’est ti qu’tu l’os inroéyé, ch’est ti qu’tu vos l’déroéyer, i reste éd quoé foaire, ch’est à ti d’juer. »
Ch’est conme cho qu’i leus ont rtrouvés coére un cœup tertous insen.ne à Ville. Él terrasse d’éch câtieu al o té foaite avuc du chimint d’édvant la djerre. Du chimint qu’il étoait à cassons pi qu’chés manchons il ont damé pi griblé. D’éch temps-lò, o n’gadrouilloait point !

Quatre ans pèr aprés, Aurélien i racatoait in.ne ancien.ne ferme din l’rue d’Cottinchy, Anmiens et pi i s’mettoait à sin compte. Avuc ses fius, bié seur ! Il ont cminché avuc point grand cose, un binèrd pour chés matériaux. Atchun sin tour, falloait prinde él bricole !

In 1929, ch’o té l’premiére camion.nette, in.ne Ford éd jé n’sais point qué modéle ! Asseuré qu’al n’étoait point d’premiére jon.nesse, mais ch’étoait tout d’minme miux qu’éch binèrd.

Tchéque temps pèr aprés, Aurélien, in rintrant l’Ford din l’cour, in mèrche arriére, forchémint, il o ériflé ch’pilaste d’él grand-porte. Ch’étoait point grand cose, cho né s’voéyoait minme point. Mais grand-pére il étoait conme cho, tout ch’qu’i foaisoait, falloait qu’a fuche d’étcherre. Ch’est conme cho qu’i n’o pu janmoais rprins ch’volant !

Pi j’croés bien qu’ch’o point té l’seul virage qu’il o prind d’éch temps-lò. Falloait bien tchéqu’un pour érchuvoér chés clieints pi foaire chés écrivures ! Ch’o té li, bié seur. Dpu ch’temps-lò, i n’o pu janmoais mis in.ne pelle din ch’mortier. Il étoait vnu bourgeoés sans minme sé nin rinde compte.


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

16/07/08

ÉCMINT N’POINT T-ÊTE RONCHON ?

Minme chés tortrelles qu’i leus y met'te : quanq i routél'te, os sz intindez pétête qu’i foai'te roucoucou, roucoucou ! vous eutes ? eh bin mi édpu in.ne cope éd jours, chetlò qu’i leu perque'te dsu ll’antin.ne télé d’min voésin, jé sz intinds qu’i cant'te tête éd con, tête éd con !

Os allez dire, jé l’sins, qu’i né m’feut point grand cose ! Est sûremint vrai, mais i feut dire qu’édpu deux troés jours, jé nn ai incorsé des rudes. Mais pétête éq jé m’foais dz idées, éq ch’est din m’cawette qu’a n’torné point rond ? Jé m’pose des tchestions !

Os savez qu’in face no moaison os ons achteure in.ne interprinze éd bâtimints. Bié seur, i nin feut, mais tanq à foaire j’éroais miux ainmé qu’al fuche point si prés, d’eximpe, à côté d’éch câtieu. Hier, il ont passé leu matinée à foaire édz épeulés-jtés avuc des bastaings éd quate métes éd long. Os maginez ch’busin ! Mais l’pire ch’est qu’à moins dé szés rbéyer, o n’s’y attind point ; à chaque cœup éj foaisoais des ébondies du diabe. Éd quoé qu’jé m’plains, il éroai'té pu foaire cho à l’pointelette, dsu l’cœup d’six heures du matin !

Coére bien qu’pour ch’quatore juhiet… Eh bin sié, justémint ! éch jour-lò ch’o té Jézone qu’i s’y a mis. Jézone, ch’est ch’tchot fiu d’min voésin Lucien – chtilòl qu’il o in.ne antin.ne avuc des oésieux sitant mal édutchés. Pi ch’est point d’és feute à Jézone siq ses pèrints i sont matchés d’feuilletons améritchains. N’impêque éq lò il o foait fort.

Éd deux heures à chonq heures d’érmontée, échl’halbran-lò il o foait clatcher pu d’in.ne chinquantain.ne éd pétèrds, à raison d’un tous les troés-quate minutes. Tout seu conme un grand, din ch’tchot bout d’gardin pa dvant leu moaison !

Éj vous intinds djò in route à dire éq jé n’sus qu’un viu romion.neux, et pi qu’éj n’indure pu éq chés éfants i leu jue'te. Ch’qu’i feut dire tout d’minme ch’est qu’échl’éfant-lò il o tchinze ans !

Mi à ll’âge-lò éj passoais mes vagances avuc Monique, él tchote file à Marie Boulanger, pi o nn’étoème pu à juer à papa-manman ou bin coére à ch’métecin. Éll énnée-lò, pour nous deux, ch’étoait putôt ch’blé in herbe.

Tchinze ans, mais os vous rindez don point compte : din troés énnées d’ichi éch gleude-lò il éro l’droét d’vote !


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

01/08/08

AURÉLIEN, TOUTE I VO BIEN.

Ch’darin cœup, os ons don tchitté Aurélien tchéque temps édvant l’djerre éd quèrante. Ésn interprinze al torné rond. Ch’est li qu’i resse à rchuvoér él clieintéle pi qu’i foait chés écrivures. Min pére pi mn onque i sont manchons, des foés quanq i feut un cœup d’main, ch’est Arthur qu’o z-appéle ; Ponmier éch chimintier, li i varoait putôt du Limosin, n-y étou Tchot Phonse éch plâtrier.

Phonse, li ch’est un viu gars. I resse mon d’un bistrot, à ch’tchuin d’él rue du Blanmont pi d’él rue Daire. Un bistrot qu’il est tnu pèr Mame Vacavint, qu’al est véve ; ch’est chu hasèrd probabe ? Sin plaisi à Tchot Phonse ch’est sin rpos du diminche midi, ch’est réglé conme in.ne pindule.

Mame Vacavint al li foait tchuire un poulet et pi Phonse i llé minge in intier. Pour éne point s’étotcher, il o prévu l’cœup, il o acaté quate boutelles éd vin Nicolas, du viu cep, él seule tchestion ch’est qu’i feut qu’cho tchaiche jusse : éch darin morcieu d’poulet – éch solilesse bié seur – avu ch’darin gorgeon d’viu cep. Mèrchez, pour cho, Tchot Phonse ch’est un espert.

Chés deux manœuves, ch’est Alcide et pi Demay. Alcide, grand dépindeu d’andouilles avu s’djeule éd crapure et pi Demay, boin pére trantchille, et pi pour t-ête un boin pére ch’est un boin pére : il o vingt deux éfants !

Pi n-y o coére Monsieu Gout, éch comptabe, qu’i vient tous les vardis d’érmontée pour s’otchuper d’chés comptes – i n’sait mie foaire éq cho. Din l’été, à mesure, monsieu Bourgeoés, éch métreu, avu s’fenme et pi ses deux éfants i vien'té passer leu diminche aprés-dîner à Ferriéres. Des foés i vien'té minme du matin pi os mingeons tertous insen.ne. O n’pèrlé point coére éd résidinche ésgondaire, o dit putôt moaison d’campaingne.

Ch’est conme cho qu’un bieu diminche, min grand-pére i dit à m’mére qu’al prépèroait ch’dessert :
« Os savez qu’éch métreu pi s’famille i vien'té minger. Pour éch dessert, n’y o point d’tchutchute, i feut foaire in.ne niche à ch’pére Bourgeoés ! »
Pour ém mére ch’est in.ne affoaire intindue, vu qu’al est née-native éd Dreuil-Hamel. Éne dit-on point fous d’Ary, Dreu motcheux, Airain.nes imbléyeux ?

Éch dessert il arrive édsu l’tabe, ch’est in.ne crinme à chucolat din des tchotes gattes ; atchun il o l’sien.ne, pi os pinsez bien qué m’mére al o foait des tchotes mèrques, i n’feut point s’berlurer. Pi vlò tout l’mon.ne in route à s’papiner avuc él crinme. Éch pére Bourgeoés, qu’i n’est point né d’hier, i s’déméfie, avu s’tchote tchuillére i sint tchéque cose éd dur din sin gattelot, ch’est gros conme in.ne dragée ; sen.nant dé rien i llé met din s’bouque, i llé chuche un molé, ch’est un ptchot cailleu bis qu’i mourlon.ne un momint pi qu’i gliche in nsous d’és langue. Aurélien i mile éch pére Bourgeoés, i n’érbée minme point din l’sien.ne éd gatte. I n’voét mie qu’és tchuillére a n’rintré point din l’crinme édpu d’chonq millimétes…

À l’fin des fins, Aurélien i s’a aperchu qu’i n-y avoait din s’gatte un tchot morcieu éd carte à juer qu’i foaisoait un feux-fond, à minme point chonq millimétes d’éch bord. Ch’étoait li chl’arrouseur arrousé. Éch pére Bourgeoés il o démion.né sin cailleu bis pour pouvoér rire un boin cœup avuc tout l’mon.ne.

J’ai l’idée qu’tous chés gins-lò il étoai'te heureux d’vive. Éj vo point m’mette à ratrouiller, mais tout d’minme, in.nhui  ?


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

16/08/08

JÉ N’MINS POINT.

In disant dix ans, jé n’mins point : cho foait dix énnées édpu hier qu’éch baroumoaite il est vnu au mon.ne. Du début chés billets il étoai'te foait él premier pi l’tchinze du moés. Tchéques temps pèr aprés, os nous ons aligné dsu chl’Étchureuil ; no deuxienme tchinzain.ne al écminche él seize tout conme él sien.ne.

Éj dis no ch’est un pluriel éd majesté ! Os lé savez bien éq chés Diseux i n’exist'té pu qu’au travers éd leu site. Jé m’sins bien puss gardien d’musée éq baroumoaite !

Pi justémint, pour qu’éch musée i continuche à t-ête racachant, j’ai foait un molé d’ménage, et pi j’ai ramon.né chés porettes.

In preume, j’ai inlvé ch’copon d’écmande : pu dzoin d’copon d’écmande ; piq chés Diseux i n’exist'té pu, i n’y o mie pu rien à vinde ! Éd tous sins, i n’resté point grand cose, i n’y o quasimint pu d’CD d’éch Déglic non pu qu’d’éch Marister. I resté coére un eximplaire éd chés Diries 1985 mais jé l’warde pour mi !

Éd deuze, ch’qu’o n’vind point, éj pux coére él don.ner gratiss. Toute éne vo point s’foaire d’un cœup, mais pour in.nhui, ch’est Chés Fermages in intier qu’os allez pouvoér acouter ! J’éne garantis point qu’i n-y éro du nouvieu à chaque tchuin d’ziu ! Disons qu’in.ne foés dsur deux éj m’in vos tâcher d’agincer un nouvieu morcieu. Avuc cho, ém vlò d’l’ouvrage durant point loin éd deux énnées !

I n’feuroait point croère éq cho s’foaiche in soufflant dsu ! In preume i feut rprinde chés cassettes édsu chl’ordinateur. Et pi du cœup, éj nin profite pour rapproprier un molé chés inregistrémints. Est tellemint facile éq j’éroais tort d’éne point l’foaire. Soin ! j’ai dit facile, mais j’n’ai point dit qu’étoait rapide ! Fernand il éroait dit qu’a prind un certain temps. Él suite ch’est d’él gnognote : i n’resté pu qu’à rcanger ch’son in MP3 pour délordir éch bazèr et pi à l’lancher dsu l’intèrnéte.

Tout cho pour dire qu’à pèrtir d’in.nhui, Chés Fermages – éq ch’est ch’premier texe éd chés Diseux – os pouvez ll’intinde éd bistinbout in allant in bos d’él page éd chés "Diries 1985". Mais soin ! pour pouvoér él l-acouter i feut avoér FlashPlayer. Siq os n’savez point ch’qué ch’est, ch’est facile, os n’avez qu’a assayer. Siq a mèrche ch’est qu’os avez ch’qu’i feut, pi à l’arbout, siq a n’mèrche point, ch’est qu’os n’avez point ch’qu’i feut ! O n’put point reuver pu simpe !

I resté coére, édvant d’finir, à vous annoncher qu’éch liméro chint-dix d’éch Lanchron i vient d’t-ête dessatché, qu’il est din tous chés boin.nes librairies. Acatez-llé pi os voérez qu’éch liméro 110 i n’est point 110-e : seize pages d’édviseries édsur Chés Diseux.


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

01/09/08

CHÉS INNOCHINTS

O dit qu’a Ruminy chés gins
N’ont point granmint d’malice
O szés surlomme chés innochints
Mais ch’est in.ne injustice…
     (Émmanuel BOURGEOÉS)

Hier ch’étoait l’réderie à Ruminy, pi jusse conme j’arrivoais à l’intrée, vlò qu’éj voés dsu un mur, peinturluré avu du colta : non aux éoliennes. In boin picard : nan à chés meulins à vint . Ch’étoait viu, éch terque i cminchoait à tchair in flépes, mais sûremint qu’i sont coére conte in.nhui, pi qu’i n’ont rien deffacé !

I m’sen.ne à vir éq chés Ruminiens – mais pétête qu’i feuroait dire chés Ruminants… – i leu prin.ne'té pour Don Quichottte. Quoé qu’ch’est-ti don qu’i leus o prind pour és’n aller leu batte conte chés meulins à vint ?

Pétête qu’il ont yeu peur éq cho foaiche granmint d’busin ? Siq a put szés rapurer, éj leu rinfiquerai tout d’suite qu’o n’intind quasimint rien ! Siq il ont les freux d’avoér à rfoaire rapport à cho, éj leu déclatcherai sans attinde éq ch’est bien moins dingéreux qu’un téléphon.ne portabe !

Siq i pinse'té qu’ch’est point bieu, éj leu dman.nerai d’récompèrer avuc chés pylon.nes alectriques éd chonq chint mille volts qu’i trécope'té no poéyis. Pi cho, i n’est point asseuré qu’a fuche inoffinsif. Chti qu’i resse à londjeur d’énnées in dsous d’chés chonq chint mille volts-lò i n’fro pétête point d’viux os !

Mais pétête qu’i n’vouloai'té point rchuvoér chés pécaillons qu’a pouvoait leu rapporter ? Crainte éq cho szés foaiche évnir grandiers pi imbléyeux ? Édsu l’réderie, j’ai dmandé à chés gins, éj n’ai point yeu d’réponses. D’autchuns i m’ont dit qu’i n’étoai'te point d’ichi. In.ne, qu’al étoait din l’conmerce. Un eute, qu’i sroait putôt pour, mais qu’i n’osoait point l’dire éd peur qu’o li in vuche !

Mèrchez ! il ont bien raison. Chés Ruminiens, ch’est des malins ! Il ainme'té miux in.ne chintrale nucléaire in Neurmindie qu’in.ne éolienne din leu corti !


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

16/09/08

QU’I MINGE'TÉ DU BATTU !

Ch’est in.ne méchante histoére, un conte à Robert Mon.nonque ! Soé disant qu’un jour éd dix-sept-chint-quatré-vingt-neu, él rein.ne Mèrie-Antoénette al éroait dit à perpos d’chés paures gins qu’i mouroai'té d’faim, qu’i n’avoai'té pu d’pain : « qu’i minge'té du battu ! »

Ch’est sans doute qu’al avoait li Rousseau ! No z-anmi Jean-Jacques il avoait djò écrit tchéque cose conme cho. Falloait-ti qu’a nn euche d’él mémoére  ! Vu qu’ch’étoait in dix-sept-chint-soéxante-dix-huit. Él-l’énnée justémint éq Charles Sanson l’o té nonmé bourrieu…

Tours est-ti éq tchinze ans pèr aprés, Mèrie-Antoénette al montoait chés mèrches d’él manicraque à Sanson. Pi qu’ch’étoait ni l’premiére ni l’darin.ne cawette à foaire un tchutromblet din l’mandlette éd rébulé !

Cmint qu’éj vous dvise éd cho in.nhui ? Bin ch’est pasqué j’ai idée qu’os ons foait un grand seut in arriére, in.ne ébondie à rtchulon éd pu d’deux chints vingt énnées. À in.ne époque adoù qu’chés grands – conme o disoait – i sont éd pu in pu grands et pi qu’chés ptchots i sont éd pu in pu ptchots. Nous vlò rnu à ch’temps qu’chés riches i leu nin met'te plein leus poques, qu’i nn’ont janmoais d’assez. Du temps qu’chés paures gins i sont grugés pi pressurés conme des pinmes à chide et pi qu’i n’ont pu d’quoé vive !

« Qu’i minge'té du battu ! » Pasqu’in puss o szés déméprise ! Point vrai Mame Lagarce ? « Siq l’essence al rintchérit, prindez vos vélos ! » Point vrai Mame Baquayeu ? « Siq vo z-asseurance al raugminte, cangez d’mutuelle ! » Ch’est-ti point du minme pèré ? Pi lò o n’put point mette cho dsu l’dos à Rousseau.

Os n’sonmes pu in nsous l’roéyeuté, pèroaît minme qu’os sonmes in République ! Él république éd chés copains pi d’chés cotchins ! Népoint Monsieu Toutamie du Phocea, népoint Monsieu du Glaviot d’ém Villacorse !

Pi pour bien foaire, no boin moaîte à tertous il aflate éch pape, vlò qu’la France al est rnue él file aîn.née d’l’église. Saint Bitard ora pro nobis. Pi i feuroait ahanser in.ne laïcité positive !

Soin à ti ch’Cayen ! ti qu’t’es djò négatif din chés sondages. Méfie-tté qu’un bieu jour tous chés pauves cons, in plache éd leu casser, din un grand cœup d’colére, i n’vienche'te à berziller toute !

Maginons un molé, pèr un bieu matin, no Roé Zikarsor qu’i nman.ne à l’duchesse De La Mame :

« Ch’est in.ne révolte ?
— Nan, sire, ch’est in.ne révolution ! »

Os n’allez tout d’minme point m’inlver l’droét d’reuver !

Posté Scriptome : bien l’bonjour à mamzelle Edvige.


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

01/10/08

COÉRE IN.NE COUCHE, PI IN.NE RUDE !

Éj n’ai point dzoin d’ém forcher granmint, o nn apprind du nouvieu tous les jours ! Vlò-ti point qu’éch djudjusse qu’i nous sert éd minisse éd l’Édutchation i nn o coére dessatché in.ne boin.ne. I pinse éq chés maristresses éd maternelle i passe'té leu temps à rcanger chés drapés à chés ptchots nasus. Nin vlò coére un qu’i nin tient in.ne rude couche ! Éj vous disoais din ch’darin tchuin d’ziu qu’o déméprisoait chés gins, bé vlò l’preufe coére un cœup.

Éj pèrloais étou d’chés copains pi d’chés cotchins. Ch’est Mohamed qu’i n’est point prêt dé l’oblier ! Deux mille euros d’aminde qu’il o yeu. Cho li apprindro à porter plainte conte in.ne gin bien plachée, os savez éch nivelet qu’i s’étoait foait déroufler sn éscouteur. Vlò qu’éch Mohamed in tchestion il avoait invintion.né qu’i s’avoait foait berziller s’carrette pèr chu fanmeux scouteur !

Soin à ti, Mohamed ! Damien, li, il o té équèrtelé pour un méchant cœup d’aleumelle à Louis Tchinze. Éch paure roé i n’o yeu qu’in.ne affolure dé rien. Ch’étoait tout d’minme un crime éd lése-majesté. Pour miux dire, vlò un estrait d’sin jugemint :

[il sera…] mené et conduit dans ledit tombereau à la Place de gréve ; et sur un échafaud qui y sera dressé, tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras de jambes, sa main droite, tenant en icelle le couteau dont il a commis ledit parricide, brûlée de feu de souffre ; et, sur les endroits où il sera tenaillé, jeté du plomb fondu, de l’huile bouillante, de la poix-résine fondue, de la cire et du soufre fondus ensemble ;
Et ensuite son corps tiré et démembré à quatre chevaux, et ses membres et corps consumés au feu, réduits en cendre, et ses cendres jetées au vent…

Jé ll’ai point rmis in picard, conme cho chés boins juges à no boin moaîte i n’éront pu qu’a llé rcopier. Éne t’avise janmoais d’ércmincher, apré Mohamed. Surtoute avuc un nom pèrel !

Bié seur, cho foait deux moés qu’o nous bassine qu’éch Tchernobyl bantchaire i n’passero point nos frontiéres. Bié seur, ch’est in route à s’foaire, et pi j’ai wardé ch’puss boin pour él fin finale.

Chés banksters qu’il ont foait crouler toute in sé nin mettant plein leus fouillousses, i peu'té dormir trantchille édsu leu magout pi dsu leus deux érelles. No gouvernémint i s’in vo rinflouer tout cho avuc chés livrets d’tchaisse d’épèrgne ! Os avez pétête érmèrtché qu’din rinflouer n-y o flouer ? in boin picard cho vut dire rbiteler !

Vivemint ch’quatore éd juhiet, nom dé Dju !…


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

16/10/08

CHÉS ANDJILLES ÉD CANEÇON

In picard, quanq in.ne file a nn o prind pour ses trente-six mèrdis, o dit qu’al o té pitché pèr in.ne andjille éd caneçon ! Minme siq ch’est ch’premier cœup qu’os intindez cho, os avez tertous comprins éch qué ch’est qu’in.ne andjille éd caneçon, point dzoin d’vous foaire un dessin !

Siq éj vous pèrle d’andjille éd caneçon, ch’est rapport à in.ne histoére tchurieuse – chés gins du Vimeu i diroai'té rédeuse, mais os sonmes din l’Anmiénoés, cho foait qu’no histoére al restero tchurieuse !

Conme tout chés baroumoaites, éj sus, pu souvint qu’à min tour, in route à lancher Gogole édsu ch’mot diseux, tchestion d’savoér chetlò qu’i leus intéresse'te à nous et pi qu’il ont, à mesure, foait un liage édpu leu site dusqu’à l’nôte. Ch’est in.ne occasion d’foaire leu con.naissanche et pi dé szés rmercier…

Ch’est conme cho qu’l’eute jour au soér éj déteupe éll affoaire-lò :

je quiffe slipknot je connait presque tout sur eu il vont encore sortir un morceau cette année 2008 mais il diseux s’est dur de faire ca a 9 nous pronons notre temps^^ j’ai trouver ca sur un site de slipknot je suis fanne je quiffe surtout joey jordison le bateur je suis bateur moi alors je joue defois s’est moceau de slipknot le morceau prefairait de joey s’est korn s’st mas music qu’il aime sont masque est un masuqe japonait utiliser pendant le theatre japonais il y a une histoire s’est que joey retrait chait lui sa grand mere etait dans l’arbre elle est desendue est joey la vue avec le masque alors joey a eu peux alors il est partie. apres je sais aussi que joey a jouer dans plein d’autre groupe conme merdodolls marilyn manson ex plein dans merdodolls joey etait gitariste cool nn ^^ bon moi je dit pour la music s’est cool j’aime pas le clown il est trop nul il bouge trop est il a rien de particulier sens vexait les autre personne qui aime le clown bon s’est marent de pèrler mais je connait le premier ga qui a fait montrait sont masque s’est joey le premier a faire voir sont frai visage. apres s’est corey qui a fait voir sont frai visage en 2e bon j’ai finie de expliquer se que j’avait a dire alors pèrler moi^^

Rien à vir, qu’o m’direz, avu nos andjilles éd caneçon ? Eh bin sié ! éj min vos vous asplitcher : j’ai rbéyé ch’qu’a vut dire knot din un diction.naire, un knot ch’est un nœud, pi pour mi un slip ch’est un caneçon ; à l’fin finale, un nœud din un caneçon, quoé qu’ché nn est, à vo avis ?

Mais in tous les cas, n’y o point à dire : siq un bieu jour, nous eutes Picards os tchaisons d’avis pour nos écrivures, i nous restero rudemint d’l’ouvrage : s’attatcher à chés écrivures in français.


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

01/11/08

ÉL MORT D’UN NTCHIEN…

No minisse Christine Duracell al l’o dit, rdit pi ratadit :
« Él crise ? Qué crise ? I n’y o mie d’crise ! »
Adon in.nhui os sonmes in plein ndin ! Point tasseulemint nos deux pieds pi nos deux mains… Nan ! dusqu’à no cou qu’os sonmes din ch’brin ! À tel point qu’no boin moaîte il o coére foait des miraques : il o dessatché pu d’chint-soéxante-dix miyards d’euros éd chés tchaisses. Des tchaisses qu’il étoai'te vides, archivides édpu qu’i s’a raugminté éd chint-soéxante-dix pour chint.

In puss éd cho, n-y o un lampisse, mon chl’tchureuil, qu’il o étramé pu d’sept chints miyons d’euros. Pinsez qu’avuc chés pécaillons-lò, no boin moaîte il éroait pu s’acater deux aréoplanes éd puss pour és déplacher din l’mon.ne intier ! Mèrchez, a n’est point aisié éd t-ête à l’tête d’in.ne étchipe éd bros d’toéle !

Et pi tout d’minme, rapport à l’crise – qu’a n’existé point, népoint, mame Duracell – aprés chés banques, no boin moaîte i s’in vo écorer chés interprinzes. Pi d’où l’prinde, échl’èrgint-lò ? eh bin mon chl’tchureuil, bié seur ! Os savez, lò qu’chés paures gins i lanche'té chés tchéques sous qu’il ont pu mette éd côté… alorss siq o cminche à gadrouiller chés noésettes d’échl’étchureuil, adoù qu’os allons, hein, mame Duracell ?

Ém vlò coére érpèrti din tous mes ratrouilleries, ch’est pourtant point d’cho qu’éj vouloais vous dviser in.nhui ! Éch qu’éj vouloais vous dire, ch’est qu’édpu lundi, j’ai pu dormir tout min soul, édsu mes deux érelles, dusqu’à des neuf heures du matin ! Pu d’lancher d’pèrpaings pi pu d’épeulé-jté d’bastaings ! A n’est point croéyabe ! Qué silinche ! Un silinche éd mort, tchéche qu’i sait ? O put tours reuver, point vrai ?

Chés cafouilleux d’in face no moaison i sont-ti in vagances ou bin i sont-ti à joc, éj né l’sais point – a n’est point coére ész intempéries. Éch qu’éj sais ch’est qu’din l’cours i n-y o lò troés camion.nettes qu’i n’ont point bougé d’un tour éd reue édpu quasimint in.ne ésmain.ne. Soin, ch’est qu’à l’heure tch’il est, éch bâtimint, ch’est casvel conme a n’est point permis !

Chés contrévints d’éch patron i sont freumés tout l’long du jour. I n’est point in prison. Point coére, os llé séroème ! Éch maire il éroait djò foait in.ne tchête pour li foaire porter tchéques oranges. Pétête qu’il est rintré direc din ch’paradis ? Os savez éch fanmeux paradis fiscal ? Pèraîtroait minme qu’i n-y in o pusieurs !

In tous les cas, jé n’vos point m’plainde, pourvu qu’a durche ! Siq chés ouvriers i leu rtrouve'té sans ouvrage, no boin moaîte, avuc mes sous, i leu baillero tchéques flépes – point granmint, il o djò tout don.né à chés banques – histoére qu’i n’meurche'té point d’faim ! Mais quoé qu’ch’est qu’os voulez, à mesure o dit :
Él mort d’un ntchien, ch’est l’vie d’un leu !


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

16/11/08

A NÉ M’DÉRINGE POINT D’PERDE !

Éj vous ai djò pèrlé d’no z-Évatchuation, avuc grand-pére qu’il avoait sin permis d’conduire et pi au côté d’li, ém mére qu’al étnoait ch’volant d’él camion.nette B14. Un bieu jour éj vous conterai, bié seur, cmint qu’ses fius, Paul pi Pierre il avoai'té hansé un abri conte chés bombèrdémints.

« Méfie-tté, Blanche, észés vlò ! » : ch’est conme cho qu’Aurélien i prévnoait m’grand-mére, qu’al étoait sourdiuse. Ch’étoait quanq chés fortéresses volantes améritchain.nes i vnoai'te lancher dsu Anmiens chés bombes pour démasingler l’gare éd triage éd Longueau. Chés restrictions d’la djerre, éch ration.nemint, tout cho, jé ll’ai djò dit !

Aurélien il avoait in.ne sœur, Valentine, éq nous eutes os appeloème Man-Titine ; al avoait troés quate énnées d’puss éq li. Il avoait étou in.ne énemie-sœur, Maria. Feut dire qu’Aurélien, il avoait té orphelin d’sin pére, Valentin, qu’i n’avoait point coére six moés ! És mére, Aurélie, al s’avoait don rmèriée avuc Jules Postel, qu’il étoait d’Ferriéres. Éd lò, no tante Maria.

Quanq i y avoait d’l’essence – ch’est qu’ch’étoait tchéque cose éd putôt rère durant la djerre ! – min pére i nous inmnoait à Ferriéres din l’B14 avuc Pépére-Mémére pi os alloème souhaiter l’bonjour à chés tantes : Man-Titine, Tante Thasie pi Tante Maria.

Man-Titine, al vivoait avu s’file Raymonde, qu’à Ferriéres o z-appeloait Raymonde-Valentine pour point l’confonde avuc Raymonde-l’Anglaise. Os étoème atcheuillés à bros ouverts. Qu’il étoai'té-ti contintes éd nous vir !

Tante Thasie, ch’étoait in.ne sœur à Blanche, al étoait divorchée pi al restoait din ch’tchul-d’sau, avu s’file Marcelle. Ch’étoait ch’jour pi la nuit avuc Man-Titine. Tours al sé plaindoait :
« Os né vnez janmoais m’vir, éj pourroais bien moérir ! Jé n’mé sins pu d’mes reins, éj nin dors pu, jé n’sais point cmint m’mette pour t-ête bien ! Pierre, tanq t’es lò, tu n’pourroais point m’fouir éch tchot bout d’gardin-lò ? mi avuc min dos… Ah mèrchez, a n’est point bieu d’viusir !… »

Tante Maria al étoait véve éd djerre, al restoait tout seue, és file, Ghislaine al étoait maristresse à Camon. Drés qu’os arrivoème mon Tante Maria, al sortoait ch’ju d’bidets dé sn eurmoére et pi, aïte aïte, os nous installoème autour d’él tabe pi os foaisoème des pèrties du diabe. O diroait qu’jé l’intinds coére, ém tante Maria quanq al disoait tout riant :
« A né m’déringe point d’perde, mais jé n’vux point qu’Calais i gaingne ! »

J’ai idée qu’in.nhui, à Reims avuc chés socialisses, i n-y o granmint éd tantes Maria din chés nénéphants roses, mais eux-eutes, ch’est point pour du rire : i n’feut surtoute point qu’ész eutes i gaingne’te !


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

01/12/08

ÉCH BROUTTEUX

Jules Watteeuw il étoait Tourquégno, il o té chintenaire à deux énnées prés, pi qu’il est éd dix-huit-chint-quèrante-neu pi qu’il o défuncté in dix-neu-chint-quèrante-sept. Et pi il o granmint écrit din ch’pèrlage éd Tourcoing, sin poéyis. Sin surpitchet ch’étoait Ch’Broutteux. A vnoait d’éch qué chés Tourquégnos i travailloai'té quasimint tertous pour chés usines éd filature éd Roubaix, et pi qu’il alloai'te avu des bérouettes tcheur et pi rinmner leu ouvrage édsu l’route éd Tourcoing à Roubaix.

Sin premier texe in patoés – conme o disoait d’éch temps-lò – ch’est inne héritance. Cho date éd 1879. Bié seur, Dany Boon i n’étoait point coére au mon.ne, mais minme éch mot chti i n’existoait point !

Ch’est din les Croix de bois éd Roland Dorgelès in 1919 qu’o rinconte éch mot ch’timi pour éch premier cœup. Ch’est point li qu’il o maginé cho, il l’o intindu durant l’djerre quatore. Ch’est un mot invintion.né pèr chés poélus – coére un mot qu’i n’existoait point dvant la djerre ! Éd doù qu’i s’dessaque éch mot chtimi ? i n-y o bien des gins qu’i leus ont posé l’tchestion pi qu’il ont té tracher des raisons point possibes. Mi, i m’sen.ne à vir éq pour tchéqu’un qu’i n’est point d’pèr ichi, qu’i n’comprind point quanq o li pèrle in picard, d’éch qu’il intind, i n’értient point grand cose : ch (ch’co i cante), ti (ch’est à ti) et pi mi (mi, voés-tu)
I suffit d’mette tout cho à l’tcheue-leu-leu pour avoér chtimi qu’i varo pu tèrd chti .

Pour éch qu’i nn est d’chés écrivures à ch’Broutteux, éj vo vous laissier vous rinde compte pèr vous minme, ch’est-ti du chti, Biloute ? ou bin du picard éd Tourcoing ? À vous d’vir, évlò Charlotte !

CHARLOTTE

L’homm’ à Charlott’ y-est sus sin lit.
Ben amoutchi d’in romatique :
« J’sins ben que j’vas… morir… qui dit.
« Pour mi, n’a pus… ni craq', ni crique,
« Acor, si j’aros l’tchœur contint
« Mais inn’ saquo… fait min tourmint.
« Accout’ femm'… tout bas.., à t’n’orelle
« No vijin,
« Cho Bédjin,
« Qui… est toudischi qui trandelle
« J’sus seûr que… tchan que j’trai moru
« Y va t’demander… in mariache
« D’vant deux mos… y tra raccouru,
« Méfitt’ saitt'… y n’a po d’corache;
« Ch’est in oj’leu,
« Ch’est in buveu,
« Y-est toudis vin… les tchamps… qui drache
« Mi, j’n’ai jomais… povu l’sintir.
« Si te l’fais… te… vas t’erpintir ».
 So trintchill’, va, répond Charlotte
« J’ai donné m’parole à in aute ».

(pèru in 1891)


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

16/12/08

SERVIR BIEN CŒUD

Diminche passé, din no télé région.nale, il ont annonché qu’in.ne chasse à courre al s’avoait fini din un gardin d’un tchot village éd l’Aisn.ne. Os ons pu vir un cerf, din un tchot bout d’flim ; bié seur, i n’est point des pu vertillant, mais minme s’il hanse un tchot molé d’avoér té porsui, i n’vo point pu mal éq cho.

Chés cacheux avuc leu rhabillure rouge et pi leu trompe à l’intour éd leu co il ont rintré din l’propiété et pi il ont escoffié él paure bête ! Os n’ons point vu grand cose dé l’mise à mort, tasseulemint ch’qu’os ons pu vir à n’étoait point des pu racachant, i n-y o point d’quoé foaire éd l’imblée. Un molé pèr aprés, in.ne brave fenme, avuc sin parapluie, al cachoait chés tchiens in route à s’atchénir édsu ch’bétail coére tout cœud pour li matcher ses breuilles !

Pi os ons vu un d’chés cacheux, un chef-cacheux, probabe. Il o asplitché qué l’bête al étoait à l’artique éd la mort édvant qu’al euche rintré mon d’chés gins et pi qu’il avoai'té servi pour mette fin à sn agonie. Servir, din ch’jèrgon d’chés gins-lò, cho vut dire tuer. D’eximpe, o put dire conme cho : Louis XVI il o té servi él 21 d’janvier 1793 à 10 heures dervant non.ne. N’impêque éq des ratros pèrels qu’i nous vien'té éd du temps d’chés roés, i sont coére in usage in.nhui.

Ch’qu’o put dire étou ch’est qu’éch cacheux-lò i con.noaît bien chés loés. Il avoait bien apprins sn élçon. Siq os allez ranser dsu ch’site officiel et pi gouvernémintal d’él cache, vlò ch’qu’os pourrez y déteuper :

Le chasseur qui blesse mortellement un animal peut le récupérer même sur le territoire voisin, car il en est devenu le propriétaire par l’acte de chasse. Toutefois, pour récupérer l’animal, il doit solliciter l’autorisation du propriétaire voisin.

Éch propiétaire i n’étoait point à s’moaison, i né ll’ont don point sollicité du toute, mais ch’est point grave. Él paure bête al souffroait l’mèrtyre, i falloait l’soulager, pi rondébilis coére. Chés cacheux ch’est des gins sinsibes os savez, i n’indure'té point d’vir souffrir in.ne bête ! O n’put don rien leu rpreucher.

Tout d’minme, maginons un momint qu’éch propiétaire i s’dénonme Christian Glaviot et pi qu’i fuche tchul pi cmise avu no boin moaîte à tertous, cmint qu’al sé jueroait, ll’affoaire- lò ?

In attendir, chés nation.nalisses corses i n’ont point seu leu définde conme i feut : il étoai'te in route à cacher à courre ; él paure bête – un coquiaco in blanc-fer – il étoait djò à mitan rousti quanq il o rintré mon Cacouille. Éch propiétaire il étoait point lò, alorss, éch coquelet i ll’ont servi vite foait bien foait, à l’indroét qu’il avoait tcheu : din l’piscine à no paure Cacouille ! il éroai'te asplitché tout cho à ch’juge, il éroai'te té atchittés. Éch juge il éroait-ti osé dire :

Dans cette affaire, on a bafoué les droits constitutionnels de M. Cacouille qui font d’une maison un asile inviolable et on a enfreint la loi.


[01/07/08] [16/07/08] [01/08/08] [16/08/08] [01/09/08] [16/09/08] [01/10/08] [16/10/08] [01/11/08] [16/11/08] [01/12/08] [16/12/08]

Adé

archives 1er semestre 2009 archives 1er semestre 2008