tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2008

[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

01/01/08

LETTE À CH’PÉRE NOÉ

Conme os l’savez sûremint, échl’interprindeux qu’il o sin dépotoér in face d’ém moaison i vient d’és foaire hanser in.ne bâtisse pour li y foaire ses burieux. Él carpinte al est finite, pi durant des smain.nes j’ai té rinveillé à l’pointelette pèr chés cœups d’mèrtieux d’chés carpintiers. Ch’est conme cho qu’tous les jours au matin éj m’ai écanillé avuc in.ne tchote pinsée pour chu chvaïer de La Barre. Jé m’disoait qu’li étou il avoait té rinveillé pèr des carpintiers, mais li sin mèrtyre à ch’paure lapide i n’avoait duré qu’in.ne jornée !…

Min cher pére Noé, os allez pétête vous dire qu’éj sus t-in route à passer pèr Boves, mais quoé qu’os voulez, i feut tout d’minme bien qu’j’asplique. A foait qu’éch bâtimint in tchestion il est lò jusse pa dvant mes ferniêtes et pi qu’i m’impêque éd vir Djimicourt et pi surtoute chés camps. Des camps qu’j’étoais duit à vir tout au long d’l’énnée, qu’i cangeoai'te éd couleurs suivants chés saisons, pi qu’jé n’décessoais point d’radmirer : quanq chés soéles o bin chés pamelles il leu coutchoai'té in nsous ch’vint, qu’os éroait dit la mer, quanq chés terres rabourées i miloai'te au solé d’aprés-eut, ou bin coére quanq i feumoai'te din chés matins un molé pu froéds d’novimbe.

Bé tout cho ch’est tchuit, ratatchuit, éj m’értrouve avuc un mur pi un toét dvant min nez. Déjò qu’a n’étoait point d’trop racachant d’vir éch dépotoér imporvigné d’fien d’tous les sortes ; in.ne béton.niére, dz’échafaudages, des bouts d’tuyeux in plastique noér o bin rouge, des monts de bastaings à l’berdandouille, bé lò i né m’restero pu qu’cho à raviser !

Vlò don l’pourquoé d’min mot d’billet. Os avez pu rmèrtcher qu’cho foait un rudemint boin momint qu’j’ai n’vous ai point téné pour in.ne raveluque ou in.ne eute. Alorss lò, os pourroète ém foaire in.ne tchote faveur, minme siq j’ai un tchot molé passé l’âge. Éj sais bien étou qu’jé n’sus point granmint in avanche, mais tâchez d’foaire un effort, éj croés bien qu’jé n’pourroais point attinde in.ne énnée intiére. Vlò ch’qu’i m’froait jolimint plaisi : os pourroète-ti, à mesure, glicher din mn écminée un lanche-rotchette avuc tchéques munitions ?


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

16/01/08

ÉJ SUS T-UN AMPHARISTÉRE

Os l’savez pétête édjò, éj sus t-un matché d’diction.naires. D’él feute à tchéche, bé d’él feute à min pére ! Li qu’i n’avoait qu’sin certificat, sitôt qu’il o yeu quate sous il o acaté un diction.naire Larousse, in deux tonmes s’i vous plait. In déhiors d’éch jornal éj né l’ai quasimint janmoais vu lire eute cose éq sin Larousse.

Ah sié, jé m’ramintuve un cœup, il étoait in route à lire in.ne tchote histoére qu’a s’appeloait des coéchons, ch’est des coéchons ! Cho s’passoait à La Poste, un imploéyé titisse-tatasse i vouloait taxer un cawite conme siq ch’éroait té ch’coéchon à Saint Antoéne. Pi conme person.ne éne vouloait poéyer, la Poste al finichoait pèr t-ête imporvignée d’cawites. Ch’est qu’a s’érproduit pu vite éq des lapins chés bétails-lò. À lire cho, min pére i nin braiyoait d’rire !…

Pour nin révnir à ch’fanmeux diction.naire, il est achteure à no moaison, éch couvert in tchuir il o viusi, il est fin répilleux, il o minme té radiablé avuc d’él fichelle, pèr min pére, bié seur ! Ch’est qu’il l’ainmoait sin diction.naire. Combien d’foés qu’j’ai pu l’értrouvoér avuc sin nez lanché ndin. À mesure, o nin rioème insen.ne, éj li disoais « Mais, a n’est mie possibe, t’es t-in route à ll’apprinde pèr tchœur ! » Pi li i m’roboloait, tout in risotant din ses bèrbes, « Bé, tu voés, jé n’sais point coére toute ! »

Mi, min frére et pi m’sœur, os ons dû attinde éd t-ête bien édrué dvant d’avoér él droét d’aller rbéyer ndin. Et pi coére, i falloait montrer qu’o z-avoait ses mains propes, i falloait étou s’assir in forme éd gin à l’tabe éd no salle à minger. Lò seulemint, o pouvoait ouvrir éch live saint. Pasqu’est vrai qu’pour li conme pour nous ch’étoait miux qu’él bibe.

In.nhui, quanq éj rouve in.ne page, des foés éj déteupe in.ne tchote fleur qu’al o sétchie lò, in.ne violette à mesure. Cho m’foait tout drôle, ch’est un molé d’li qu’jé rtrouve-lò.

Quanq i m’voéyoait planter un cleu d’ém main gueuche – jé n’pouvoais mie foaire eutrémint, j’étoais gueucher pi jé l’sus coére – i n’ém traitoait point d’padole, ni d’malapatte. Nan, bié seur éq nan ! Li qu’i n’foaisoait point d’imblée, a n’li sroait point vnu à l’idée nan pu d’ém dire éq j’étoais ampharistére ! Minme siq i con.naissoait ch’mot-lò, qu’il étoait din sin diction.naire, i ll’értraduisoait in picard : pour li, j’ai tours té gueucher des deux mains !


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

01/02/08

TCHÉCHE QU’IL IRO LI DIRE QUÉ L’CAMPAINGNE AL EST FINITE ?

Vlò don biétôt neuf moés qu’os ons un nouvieu présidint. Chtichi qu’il étoait lò dvant li, o llé savoait bien qu’ch’étoait un minteu d’premiére, mais avuc éch nouvieu ch’étoait pu l’minme, o z-alloait vir ch’qu’o z-alloait vir, vu qu’avuc li toute il évnoait possibe !

Bin achteure os pouvez vir : il avoait promis qu’échl’acatoér i sroait coére é-miux qu’édvant. Qu’o z-alloait rattraper chu rtèrd. Éq cho passeroait dvant tout l’resse, tellemint qu’étoait pressant. Conme d’effet, i s’a raugminté éd deux chints six pour chint. Pi pèr aprés, bin os rpasserez, chés tchaisses i sont vides ! Éj croés bien minme qu’i ll’étoai'te djò dvant. Pour li, est asseuré qu’échl’acatoér i vo fin bien. Os savez-ti combien qu’i gaingne pèr moés in.nhui no paure présidint ? 49.191,02 € !

Pour qu’ész eutes il euche'té droét à in.ne tchote flépe in puss à chés fins d’moés, i feuro attinde qu’y euche un molé d’pécaillons din chés tchaisses… pi d’où qu’i s’in vo aller szés tcheur, chés pécaillons ? bé cho sro din m’fouillousse pi din l’vôte. Point tchestion qu’a fuche din l’poque à Bolloré. Sins cho, cmint qu’i pèrtiroait in vagances, no présidint ?

Quanq o sait qu’l’interprinze Bolloré al passe des mèrtchés du diabe avu ch’gouvernémint, cho m’foait rapinser à chl’écononme éd lycée qu’i m’disoait i n-y o tchéques énnées d’cho :
« siq un écononme i t’dit qu’i poéye és viande, ch’est pétête un niacoés, mais ch’est pu sûremint un minteu ! »
Bé lò ch’est du drop pèrel à l’doublure, un service i nin veut un eute.

Pi quoé qu’ch’est qu’i n’o point té dire à ch’pape, qu’un marister i n’veudroait janmoais un tchuré pour apprinde chés boin.nes min.niéres à chés ptchots ? Ch’est-ti qu’os sroème érnu du temps d’chés roés ? Nicolas 1er i n’o pourtant point té sacré à Reims. Mais il o té nonmé chamoéne pèr Benoét XVI. Au moéyin-âge, o pouvoait t-ête mèrié pi chamoéne, mais à mn idée, ch’est li ch’preume à t-ête divorché pi chamoéne.

In ramindo, il avoait inmné là-bos, din ses valises, éch puss boin éd nos comiques-proutiers, un contchubitant d’premiére. Giscard, pour t-ête pu prés du peupe, i nous o jué du corbillon, Nicolas, li, i jue au Bigard !

À l’fin des fins, tout ch’qu’i foait ch’n’est qu’du théïâte, pi point du boin. I magine pétête éq durant qu’chés gins i llé rbé'té s’espadron.ner, i n’pinse'té point à leu porté-mon.noaie  ? un porté-mon.noaie qu’i ratinche un molé d’puss fil à mesure éq chés jours i passe'te ?

À vir chés sondages, j’ai idée qu’i n-y in o des qu’il ont voté pour li, pi qu’i leus in morde'té leus doégts. Mais quoé qu’os voulez, i n’est pu temps d’mette és main à sin tchul quanq éch pet berneu il est sorti !


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

16/02/08

CH’EST À L’ADON !

Ch’est à l’adon qu’éj sus in plein.ne décarsure qu’il o follu hier qu’éj voéche Adville pour échl’Assimblée Générale d’éch Lanchron. J’avoais m’tête conme un poturon ; un poturon avuc des malots qu’i leu proméne'té ndin. Jé n’sus point resté in.ne heure. Jusse él temps d’aperchuvoér éch tchot Florian, éq ch’est li ch’pu jon.ne éd chés lancheron.neux. Point tchestion d’li foaire un tchot bé. J’alloais tout d’minme point li rpasser mes microbes. D’autant qu’i sont granmint d’durmort. I résist'te à toute : éch flipe, chés grogs au rhum pi ch’Chivas 12 ans d’âge.

Éj sus don rintré aïte aïte à no moaison érprinde min traitemint et pi m’lancher din ch’fin fond d’min lit. L’air a n’m’avoait point d’trop foait d’bien, j’étoais maflé. Jé m’sus t-indordelé in moins d’deux pour ém rinveiller au mitan d’él nuit avuc din l’idée d’avoér oblié tchéque cose, mais wate ! allez savoér quoé ? Éj m’ai raniché in m’disant qué dmain i froait jour pi qu’i sroait bien temps d’y pinser…

Nous y vlò in.nhui, pi conme d’effet, i foait jour. Ch’est ch’contraire qu’il éroait té ton.nant ! Et pi achteure jé l’sais ch’qué j’ai oblié hier : ch’est qu’hier os étoait l’seize, pi qu’tous les seize du moés, éch baroumoaite i foait sin tchuin d’ziu ! Acré vain dju ! Bé nin vlò d’in.ne eute !

Ch’est l’feute à tous chés meudits médicamints ; mèrchez, o n’sait point toute édsu chés effets ésgondaires. Pour mi, tout cho a m’o foait perde él mémoére. I feuro qu’jé m’déméfie ! Déjò qu’éj sais qu’éch Chivas i m’don.ne des crises éd goutte !

Jé nn ai yeu bien des cœups à n’point savoér quoé dire, à m’foaire du sang in m’édmandant éd quoé qu’j’alloais bien pouvoér édviser, édsur quoé digon.ner pi dsur tchéche langarder !

Mais achteure, i n’y o pu d’dinger, avuc no présidint saint-bling-bling ch’est tous les jours qu’i n-y o à dire. Tnez, d’eximpe, chés éfants juifs à foaire prinde in quèrque pèr chés ptchots éd chés écoles primaires. Tout l’mon.ne il est conte. Vlò coére qu’éj nin rajoute ! Ch’est pu fort éq mi, quoé qu’os voulez ! Non ! tout l’mon.ne i n’est point conte, à preufe él paure Pécresse, bien tchul-bénite, bien bruche à terluire ! pi ch’est qu’al sait éd quoé qu’al cause, i n’est qu’éd vir sin parcours. Ch’est in.ne éspécialisse éd chés tchestions d’éfants… Attindez, éj croés qu’jé m’berlure, al est sortie d’l’E.N.A. diplonmée in administration. Mais ch’est-ti point du minme pèrel ? Boin à rien pi capabe éd toute !

Bon, éd tous sins, tout cho os pouvez llé lire din vos jornals… siq os lisez chés boins, d’jornals ! alorss laissez-mé rtorner à min flipe, éj m’in rvos foaire in.ne neuvain.ne éd tchinze jours… au moinss !


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

01/03/08

ADÉ CH’FAKIR, BIENVNUE DANY !

Fakir a n’est point granmint picard, pi ch’n’est point in mettant un ch’ pa dvant qu’cho lé dvaro ! Et pi d’tous sins , i m’sen.ne bien qu’din ch’jornal-lò, n’y o janmoais yeu un mot d’picard ! Mais pétête éq jé m’berlure ?

Chés viux conme mi il ont con.nu étou ch’Lafleur, ch’étoait din les énnées soéxante-dix. Conme Fakir, il alloai'té droét à ch’dizieu, pi conme d’effet, il ont vite yeu in.ne poaire éd procés à leu tchul. A foait qu’il ont freumé boutique pi qu’il l’ont té rtrouvoér tous leus copains qu’il étoai'te à foaire du fromage éd bique din chés Cévennes.

Ch’Fakir il éro tnu un molé pu longtemps qué Ch’Lafleur, minme granmint d’puss. Pasqué, quanq o z-y pinse, huit énnées, ch’n’est point rien ! Il éroait tnu coére deux ans, il éroait té aussi viu qu’min tchuin d’ziu, nom d’un ntchien !

Tout du long d’ésn existence, ch’Fakir i n’o point décessé éd taper éd droéte, éd gueuche, pi minme d’estrême-droéte pi d’estrême-gueuche. Person.ne éne li écapoait. Tout l’mon.ne il y avoait droét !

Pi d’un seul cœup d’un seul, vlò qu’o z-apprind qu’éch Fakir, ch’est fini. Qué ll’étchipe a nn o d’assez, éq ch’est d’pèr trop ténant éd taper toudi dsu chés minmes cleus. Éq pétête i rvaront, éq pétête os sz’érvoérons pu, éq ch’est à l’adon  !

Mi, min ptchot doégt i m’o dit qu’éch Fakir il est in route à moérir d’él minme décarsure qu’éch Lafleur. Siq ch’est point du pèrel au minme, cho nn’est point d’loin.

Éll égville ouvriére d’éch Fakir ch’est in.ne gin qu’os con.naissez pétête, un dénonmé Ruffin, Chouo éd sin tchot nom. Chouo Ruffin ch’est un jornalisse qu’il assaye éd foaire sin métier et pi qu’il o sorti un live i n’y o point bien longtemps. Un live qu’i n’o point plé à tout l’mon.ne, bié seur. Un live qu’i s’appéle Quartier Nord pi qu’il o mné sn auteur édvant chés tribunals.

Siq y avoait qu’éch tribunal, éll étchipe d’éch Fakir il y sont duits , mais lò chés juges qu’i leus otchupe'té d’li, il ont des min.niéres pu rapides ! espéditives, conme o dit ! définitives qu’o pourroait dire ! Bref, siq o tnez à vo pieu, i veut miux vous foaire tout ptchot in face éd chés houstabas-lò !

Alorss, adé ch’Fakir, et pi, vu qu’il est à la mode, bienvnue à Dany Boon – un surpitchet bien d’éch Nord, n’est point ? – éq ch’est un brave fiu qu’j’ainme bien, pi qu’i n froait point d’mau à in.ne mouque. Mais siq os voulez mn avis, mi j’don.neroais bien un chint d’Dany conte él mitan d’un Fakir.


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

16/03/08

VA KERE EUNE BIERE !

Jé n’mé sins pu picher édpu qu’éj sais qu’éj foais pèrtie éd chés famieux Picards ! Pi surtoute édpu qu’jé apprins qu’os ons no Dany Boon à nous, minme éq ch’est Chitcatt, euch’comik ed Picardie !

Siq os n’comprindez point grand cose à mes ratrouilleries, ch’est qu’j’ai déteupé i n-y o in.ne cope éd jours, édsu ch’site à Sonme-tourisme in.ne page qu’a n’étoait point ordinaire. Ch’étoait mitan français mitan picard truté et pi ch’est lò qu’j’ai apprins qu’os avoème Chitcatt, no Dany Boon à nous ! Jé m’sus point déméfié, j’éroais dû foaire in.ne copie d’él page-lò, vu qu’in.nhui o n’él l-értrouve pu neune pèrt. I nin resse point grand cose, un tchot molé tout d’minme, allez vir là-bos. Jé n’sais point d’trop ch’qu’i s’a passé, pétête qu’i n-y o des gins qu’i leus ont écrit pour leu dire qu’éch picard, él langue picarde, ch’étoait point tout à foait cho. Tout d’minme, n-y o coére  :

chés famieux Picards !
Eune semain’ din ch’gardin, eune semain’ din ch’cour !
Chés mèrtché à rédries i rkminche !

Tant qu’à Chitcatt, euch’comik ed Picardie, siq qu’os avez l’occasion dé ll’intinde (dsu l’page, éch liage i n’vo point) os voérez qu’i n’dit point un seul mot d’picard ! Infin, tout cho pour dire éq pour éch qu’i nn est d’éch récouage, chés bêtes éd Sonme du tourisme i n’sont point chés darins !

In attendir, éch flim à Dany ch’est in.ne rude réclame pour nous eutes picards ! Édsu site éd chés Diseux, lò qu’os êtes achteure, in moins d’chonq jours, ch’o té quasimint chinquante du chint d’visites in puss. Et pi siq os rbéyez à cœuse éq chés gins i leu rtrouve'te à no moaison, os déteupez des dman.nes putôt tchurieuses ! Éj sais-ti, mi ! d’eximpe o voét :

« télécharger vidéo va kere eune biere ».

Pourtant, siq o trachez chti dsu Gogole éj pux vous dire éq chés Diseux i n’sont minme point din chés deux chints premiers ! Éj n’ai point té pu loin, adon, siq i sont tchéque pèrt, ch’est din ch’miyon d’adréches qu’i rest'te !… À mn idée, siq os ons sitant d’mon.ne à mon d’chés Diseux, ch’est rapport à Dziré, vu qu’i pèrle éd chés Diseux dsu sin site (pur jus) – pi qu’i feut qu’éj li diche un grand merci. Conme al disoait m’grand-mére Émérentienne, l’jour qu’al avoait yeu granmint d’visites pi qu’au soér, sin lévier il étoait badjé éd tasses à café sales :

« Os ons coére bien vindu in.nhui ! »

Pi soin ! d’min côté, éj sus bien décidié à nin profiter étou, éj m’as vinde édsu rBay él boutelle vide éd biére du chti qu’j’ai lapée durant qu’j’érbéyoais l’binde-annonche d’éch flim à Dany. Jé ll’ai signée pi déducassée, et pi conme cho j’ai l’idée qu’éj vo vnir célébe, coére pu célébe, à mesure, qu’euch’comik ed Picardie !


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

01/04/08


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

16/04/08

PAURE MARISTER…

Da nou vallée d’selle Patois picard Bergues Picardie
18 euro + 3,50 euro de port

Vlò ch’qu’o pouvoait déteuper él l-ésmain.ne passée dsu un célébe site intèrnéte éd vintes au rintchér. J’ai l’évint qu’no paure marister éd Creuse il o dû s’értorner din sin luiset !

Il avoait un taïon qu’i s’appeloait Pierre conme li, qu’il étoait ieutenant d’Prouzel, né natif éd Prouzel in seize-chint-chinquante. Édpu ch’temps-lò, i n’y o qu’à l’djerre éd quatore qu’él famille Dutchet al o tchitté l’vallée d’Selle. Ch’est conme cho qu’Pierre, à tchéques jours éd l’armistice, il avoait vnu au mon.ne à Nantes adoù qu’és mére à s’avoait mis au rados d’chés Prussiens. Gainsbourg

À tant qu’marister, il étoait con.nu din ch’mon.ne intier, pi il avoait granmint varon.né. À cœuse éd chés idées qu’il avoait éd foaire apprinde chés éfants tout in foaisant des dessins ou coére édz éstchultures. Il avoait minme invintion.né un mot sprés pour chés dessins qu’i foaisoait, pi qu’i foaisoait foaire à chés éfants avuc d’él colle et pi du sabe éd fonderie, chés fanmeuses silligraphies !

Tout cho pour dire qu’il avoait granmint d’gingin. Il o minme té raconter ses invintions à chés Canadiens ! Et pi jé n’pèrle point éd chés lives dessatchés à Buenos Aires ou eute pèrt… Conme o dit, ch’étoait tchéqu’un !

Pour éch qu’i nn est d’ses écrivures in picard, i y o tchéque cose éd certain, ch’est qu’i n’o point dérogé, quasimint toute i s’passe din l’vallée d’Selle, din un tchot tchuin d’él vallée d’Selle : Plachy-Heut, Plachy-Bos, Tchou-Plachy, Fossemanant, Prouzel bié seur, et pi coére… Pi pou l’resse ch’est à Creuse qu’o l’értrouve, adoù qu’il o té in poste pétête bien s’vie durant d’marister. Os n’démucherez point in.ne seule foés Bergues din tout sn ouvrage !

Tchestion d’picard, ch’étoait un pignu, i trachoait pi i ratatrachoait pour dessatcher ch’mot qu’i falloait à l’plache qu’i falloait. I foaisoait granmint intintion à chés sonorités – « éch picard i feut qu’i cante » conme i llé disoait si bien ! Jé n’pinse point qu’il éroait té granmint contint d’és vir récoué pèr chés vindeux d’nunuteries, ahotché à l’bastchéne éd chés chtis.

Tant qu’à ch’prix, échti qu’i vourroait acater ch’live-lò i n’froait point in.ne boin.ne rétcheusse : os l’trouvarez neu pi pour él minme prix à mon ch’Lanchron, pi surtoute, os srez asseuré dé ll’érchuvoér !


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

01/05/08

CHEZ DU GAZ !

Éj croés bien qu’lò ch’est ch’darin cœup qu’éj m’as pouvoér nin profiter. Él gran.ne ébondie qu’os ons foait tertous insen.ne avuc bienvenue chez les chtis al est in route à s’in ratorner in ieu d’boudin !

Din no poéyis, o n’ons point d’mot pour tsunami ni minme pour raz-d’mèrée, mais quanq él mer al érdeschind, tout jusse aprés chés gran.nes mèrées, i reste édsu chu sabe, des monts éd ratrouilleries qu’il ont té lanchées lò pèr chu flot.

I nn’est qu’éd tracher chti édsu Gogole, et pi os vous aperchuvrez qu’chés boueux i sont à joc édpu in.ne cope éd jours. Chés brasseux d’biére il leus ont rinveillé. Des vindeux d’maillots il ont raverdi : quoé qu’ch’est qu’tu vux d’écrit dsu tin maillot ? 100% chti ou bin biloute ?

Adon, in avant pour chu chtirock, chu ch’ti vélo, chu chti’libre, chu Ch’ti Bonhomme, chu chtirandos, chu ch’ti bouton, chu Ch’ti Blog, chu chti-team, chu chtiludo, chu chtivie, chu chti-aquarium, chu chti comtois (restaurant), chu Chti Annuaire, et pi coére le téléphone pleure en ch’ti, éch campinge le Ch’ti Franoi (in Ardèche), Ch’tribu. Et pi et pi… I n-y in o conme cho 1.620.000 pages, sans compter quanq o n’s’értrouve point à chu casino d’Las Vegas !…

 ! Biloute ! Monte l’Son ! Hein !

— Combien qu’cha pèse un pet ?
— cha n’pèse rin, chez du gaz !!!
— Oh !!! Bin j’cro qu’jai quier dins m’maron.ne…

"oui tro for moi g d racine du nor et en ce momen ma famille et la alor g apri a parlé le chti c tro mortel et vo blagu son tro genial …"

Et pi l’pastorelle :

chti la qui pisse !

Éj m’édmande écmint qu’i foai'te mes boins anmis d’éch Nord, chetlò qu’i n’ont point attindu Dany Boon pour leu dviser din leu pèrlage, éq ch’est in.ne vraie langue, éq ch’est in.ne vèriure éd no picard, avuc ses mots à li et pi ses tornures à li, toute sauf du français truté ! qué misére !…


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

16/05/08

DIN QUÉ MON.NE QU’OS VIVONS !

Cho foaisoait pu d’in.ne ésmain.ne qu’éj m’édmandoais ch’qu’i m’arrivoait. Éj foaisoais des drôles éd bruit avuc ém bouque. Des vroum quanq éj m’in alloais, des kriss quanq qu’éj m’arrêtoais, des tutute quanq i n-y avoait tchéqu’un dsu min cmin. Rien à foaire, ch’étoait pu fort éq mi !

Pi dpu in.ne cope éd jours, j’ai yeu l’idée qu’cho s’accéléroait. Point moéyin d’freiner, ch’étoait in.ne éspéce d’imbèrdée, in.ne glaillade qu’a n’in finichoait point. N’y o troés jours, à la brune, éj m’ai aperchu qu’mes genoux il évnoai'té tout milant pi qu’à heuteur éd mes fesses, n-y avoait étou deux taques rouges qu’i cminchoai'te à terluire.

J’ém ramintuve, ch’est justémint ch’soér-lò qu’ém fenme al m’o dit :
« Tu n’trouves point qu’él boutelle d’heule-lò al o un flair ? Éj m’in vos llé jter !
— Tu n’y pinses point i nin reste pu d’él mitan ! Tu sais bien qu’à l’heure qu’os vivons, pi à ch’prix qu’il est ch’bèri d’pétrole, i n’feut pu d’gadrouillage. Ch’est l’avenir éd no planéte qu’al est in ju. Nan, j’m’in vos l’mette din ch’réservoér éd no voéture, ch’est un moteur Diésel, il est foait pour ! »

Fut dit fut foait. Et pi, éj n’arrêtoais point éd vroumer quanq éj démarroais, éd krisser quanq éj freinoais, éj tututoais din chés imbouteillages, mes tcheutes i leu mettoai'te à glignoter din chés virages. À l’fin des fins, éj m’ai dit… nan, feut t-ête hon.nête, ch’est m’fenme qu’al m’o dit qu’i falloait qu’éj voéche mon ch’métecin.

I n’feut janmoais contrarier chés fenmes, surtoute él sien.ne. J’ai don prins m’voéture – qu’al mèrche achteure à l’heule à salade – et pi j’sus deschindu Anmiens vir éch cérusien. Il habite din ch wèrtier d’Marolles, in.ne rue in sins unique qu’al est tours plein.ne à cratcher. Un miraque, i n-y avoait in.ne plache jusse édvant s’moaison. Pi coére é-miux, n-y avoait un abe qu’i foaisoait d’l’ombe édsu ch’capot.

M’vlò don in pil-corps din ch’cabinet d’éch métecin. Il écminche à m’austchulter, pi i m’dit :
« Cho torné point rond, j’intinds tchéque cose qu’i clincaille, j’nin sus seur. I feuro foaire dz eutes examens, mais j’mé dmande siq os n’éroète point in.ne biélédcoulée. Éj min vos vous invoéyer pour foaire in.ne espertise mon d’un éspécialisse. »

Cho nn est bien d’chés gins instruction.nés, i n’arrêt'té point d’foaire éd l’imblée avuc des mots qu’o n’con.noaît point ! Vlò qu’j’avoais in.ne attaque éd biélédcoulée. Coére in.ne nouvelle maladie, probabe !

Quanq j’ai voulu rprinde ém voéture, éj n’ai point comprins ch’qu’i s’avoait passé, ém voéture al étoait in sins interdit, al avoait foait demi-tour tout seule, person.ne n’étoait rintré ndin et pi ch’capot il étoait achteure in plein solé. J’ai foait demi-tour pi j’sus rintré à no moaison, coére fin réïu d’éch qu’i m’avoait arrivé.

Pi d’un seul cœup ch’o té conme in.ne étinchelle din m’tête ! J’ai té rondébilis dessatcher l’boutelle d’heule vide qu’os avoème mis à chés boueux. Pi lò j’ai li ll’étitchette : heule éd tornésol, importée d’Ukraine.

Pour chetlò qu’i n’éroai'té point coére comprins, os ons importé d’Ukraine éd l’heule éd tornésol qu’al étoait touillée d’heule minérale. Os nn ons point granmint intindu pèrler. Mais quoé qu’ch’est qu’os voulez, dsu in.ne mer d’heule, i n’y o point d’vague. Cho asplitchoait toute : ém biélédcoulée et pi m’voéture qu’a s’tornoait du côté d’éch solé !


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

01/06/08

ÉCH PET BERNEUX

Vardi au soér, éj foaisoais d’l’imblée dvant in.ne trentain.ne éd gins qu’il étoai'té vnus m’acouter à ch’Théïâte d’Animation Picard. Ch’étoait pour conter l’avinture à chés Diseux. Histoére éd rire un molé, éj prinds à pèrtie mn anmi Jacques. Jacques, jé l’con.noais dpu pu d’tchinze ans. Jé l’ainme bien, pi j’croés qu’i m’ainme bien étou.

Jé ll’ai don interprins rapport à in.ne préface qu’il o signé din no diries 89. Din l’arnitoéle, il est mèrtché qu’ch’est li l’auteur. J’ai don dit qu’étoait hontabe d’és rapproprier ch’qu’i n’est point à li, qu’o n’pouvoait vraimint pu foaire fiate à person.ne… pi qu’aprés in.ne avinture pèrelle, chés Diseux i leus avoai'té déméfié d’tout l’mon.ne.

Ch’étoait des cacouilles, bié seur, minme siq in disant cho, j’étoais sérieux conme un pape ! Éj sus t-un molé du genre pinche-sans-rire, os savez !

Chés gins qu’i s’y con.noai'te i sai'té bien qu’chés référinchemints édsu chl’intèrnéte, o nn’est point moaîte. Ch’n’est point mi qu’i décide d’él plache éd no site din chés moteurs d’ércherche. Quanq os allez mon Gogole pi qu’os tapez diseux pi pèr aprés j’ai d’él chance os vous rtrouvez mon d’Chés Diseux. Éj nin sus contint pi minme fin fiér, mais ch’n’est point d’ém scieinche.

Pour éch qu’i nn est d’él préface à Jacques, j’ai fini pèr comprinde écmint qu’él méprinze al avoait cminché. Quanq o foait in.ne pèrution, qu’a fuche édz écrivures, ou eutes, o z-est tnu d’invoéyer deux eximplaires à l’Bibiothéque Nation.nale. Pi ch’est eux, un preume, qu’il ont prins leus bos pour leus cœuches. Ch’éro té in.ne éstagiaire qu’al éro rouvert no tchot livret pi qu’al éro vu, in bos d’él premiére page, él signure à Jacques. Ch’est conme cho qu’il est vnu l’auteur éd chés Diries 1989.

L’in.nui, ch’est qu’él B.N.F. ch’est un site officiel, gouvernémintal. Qu’i n’y o point d’adréche pour leu dire qu’i leus ont berluré. Tout ch’qu’il est gouvernémintal ch’est conme cho. No présidint i n’put point s’berlurer, no minisse éd la justice a n’put point s’berlurer, pi l’B.N.F. a n’put point s’berlurer nan pu ! Toute i vient d’lò. Pèr aprés, cho n’sert pu dé rien d’assayer d’foaire tchéque cose. Infaillibes qu’i sont !

Él samedi, éj rinconte tchéqu’un qu’i m’avoait acouté l’veille pi qu’i m’dit :
« Bé dis don, tu né ll’o point épèrgné chti d’éch Lanchron, cmint qu’i s’dénonme édjò ? »
Éj nin sus resté conme deux ronds d’flan ! Tout ch’qué j’avoais dit l-avoait don té invalé conme du boin pain ! Ch’étoait éch dégré zéro d’éch comprintis ! Pi pourtant, chti qu’i m’disoait cho, ch’n’étoait point l’mitan d’in.ne bête !

Édpu ch’temps-lò, jé n’vis pu, jé m’pose des tchestions. Bié seur, j’ai yeu tort ! Pi cmint qu’il o prins cho, Jacques ? Bié seur, i n’est pu temps d’mette és main à sin tchul quanq éch pet berneux l’est pèrti ! Mais cmint li dire éq jé n’trachoais point à méfoaire, éq ch’étoait pour du rire ?


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

16/06/08

ÉL JON.NESSE D’AURÉLIEN

Min grand-pére Aurélien il est né à Breilly in juhiet 1875. I n’avoait point coére un an qu’sin pére i défunctoait. Ch’étoait un accidint d’travail. Il étoait quèrtier, pi i s’a foait épeutré pèr és carrette.

És mére al s’a rmèrié avuc Jules Postel éd Ferriéres, pi du cœup tout l’famille al est vnue habiter à Ferriéres : Aurélien, és sœur Valentine et pi leu mére. Jules il étoait ménager. A n’étoait point l’Pérou, mais ch’n’étoait point la misére nan pu. In 1885 él famille al s’a ragrandi, y o in.ne tchote sœur, Maria, qu’al est arrivée.

Un an pèr aprés, Aurélien il étoait à l’ouvrage. Il étoait manœuve éd manchon. Feut dire qu’à Ferriéres, à pèrt deux troés raboureux pi tchéques ouvriers d’tchulture, tous chés honmes il étoai'té manchons pi, din chés courts-jours, copeux d’velours.

Chés manchons il alloai'té ouvrer Anmiens, à pied bié seur. I pèrtoai'té tertous insen.ne sur él cœup d’chonq heures du matin, à six heures i passoai'te à l’octroé d’éch wèrtier d’Marolles, pi à sept heures il étoai'te à l’ouvrage. Aurélien quanq il o yeu onze ans, avuc ses tchoté gambes, il leus o imboété l’pos. Ch’est conme cho qu’il o cminché dsu ch’chantier d’l’École Normale éd guèrchons, à Saint Acheul, éq ch’étoait coére à l’époque quasimint din chés camps. Cho li foaisoait tout d’minme point loin d’quatore tchilométes au matin pi autant au soér pour rintrer aprés s’jornée foaite !

Pi d’fil in adjuile, ou putôt éd pelle in treuelle, il est vnu ouvrier. In 1900 i cminchoait à t-ête érnonmé dsu l’plache d’Anmiens. I gaingnoait deux francs pèr jour mais i n’étoait point gêné d’tchitter s’plache pour avoér deux sous d’puss. Ch’est à ch’momint-lò qu’i s’a mèrié avuc Blanche, él file d’éch ménuisier, éch Phane conme o l’appeloait. Il ont yeu deux fius, Paul pi Pierre, min pére.

Aurélien i deschindoait coére tous les jours Anmiens, mais n-y avoait yeu du cangemint. N-y avoait pu qu’un tchilométe à foaire à pied pour aller dusqu’à l’grimpette d’éch tortillard. In.ne grimpette à mitan cmin d’Ferriéres et pi d’Saveuse. Tout conme i n-y in avoait in.ne à mitan cmin d’Djimicourt et pi d’Bovelles. Falloait point foaire éd jaloux !

Pi Aurélien il o yeu du galon, il est vnu chef éd chantier, pi vlò qu’ch’est li qu’il o yeu à quèrque éd construire éch câtieu pour éch deuxienme fiu d’él famille Saint éd Flixcourt. Ch’est conme cho qu’in 1912, él tchote famille al s’a rtrouvée à Ville-él-Marclet. Dusqu’à ch’moédeut 1914.

À trente-neuf ans, mèrié pi deux éfants, Aurélien il est mobilisé, i foait pèrtie éd chés territorials d’l’artillerie, vu qu’il avoait foait sin congé din l’artillerie.
In 1915 pi début 1916 il est à Verdun, durant l’fanmeuse bataille. Jé n’sais point grand cose édsu l’période-lò. I nin pèrloait point granmint. O dvroait putôt dire qu’i nin pèrloait point du toute.

Pi, fin 1916 il o té rinvoéyé à l’arriére, à Pèris pour dire toute, mais cho, cho sro pour éch prochain cœup.


[01/01/08] [16/01/08] [01/02/08] [16/02/08] [01/03/08] [16/03/08] [01/04/08] [16/04/08] [01/05/08] [16/05/08] [01/06/08] [16/06/08]

 Adé

archives 2e semestre 2008 archives 2e semestre 2007
DANY M’A TUER !

Je l’brayou bien, je m’en doutais, j’en étais sûr : Un picon bière jour je me retrouverais au chômage et je cherais remplacé pèr une machine électronique qui ferait l’boubourse d’œil à ma place.

Mais tout ed’ même, je ne chavais pas que c’était pour bientôt, je ne pensais pas que ch’cherait aussi rapide, je n’imaginais pas que ch’cherait pour aujourd’hui. Eh bien chi ! mes amis, c’est fait, je chuis mis à l’mine ed’ charbon et c’est mon dernier billet.

Je ne chuis même pas sûr que pour cette fois-ci, ch’ne chera pas l’gueulard ed’ haut fourneau qui va faire mon travail. Qui chait ? Bien tombé n’est jamais mal chu, c’est précisément quand nous voila l’picon bière avril que ch’chatané appareil va me mettre à l’fricadelle !

Et pourtant, je ne manquais pas d’idées pour une fois, j’en avais même à foison. Ne cherait-ce que vous pèrler ed’ Ratada Dichi – qui cherait plutôt d’ailleurs.

Figurez-vous qu’elle a gaspillé et croqué en trois mois plus ed’ deux tiers ed’ chon po d’chuc ed’ réception pour l’année. J’ai fait l’nig’doul, ça fait quèrante-cinq smig mensuels, ou encore choixante-douze pensions ed’ handicapé, tout ça envolé en mangeaille pèr ed’ chipoteurs qui pignochent tout en dressant en l’air leur petit doigt.

Et quand on y pense, c’est impressionnant ! Ça en fait une quantité d’amuse-gueules, une tripotée ed’ petits fours, une abondance ed’ noisettes grillées-salées ! À manger conme quèrante-cinq, on pourrait ch’attendre à ch’que l’Vaque en question choit devenue une éspéce ed’ dondon, une grosse enflée, c’est tout l’inverse, voilà qu’elle est quasiment squelettique, musclée conme un anophèle !

Enfin, je ne vais pas vous déféquer une pendule avec un boubourse ed’ bois. L’abrandoulle est fait, et tout ça, deul’ caïelle à Dany. Il y a moins d’un mois que chon gueulard ed’ haut fourneau est chorti et voilà, l’nig’doul automatique deul’ français en chti a été construit ! Allez, ils ne perdent pas leur temps dans l’Tchiot jaune !

Adieu mes bons amis, je vous aimais bien et j’aurais voulu tenir encore un tchiot jaune moment, au galaffe jusqu’au mois d’août, ça aurait fait pile-poil dix ans !!!

 

 

DANY M’A TUER !

Je le savais bien, je m’en doutais, j’en étais sûr : Un beau jour je me retrouverais au chômage et je serais remplacé par une machine électronique qui ferait le clin d’œil à ma place.

Mais tout de même, je ne savais pas que c'était pour bientôt, je ne pensais pas que ce serait aussi rapide, je n’imaginais pas que ce serait pour aujourd’hui. Eh bien si ! mes amis, c'est fait, je suis mis à la porte et c'est mon dernier billet.

Je ne suis même pas sûr que pour cette fois-ci, ce ne sera pas le robot qui va faire mon travail. Qui sait ? Bien tombé n’est jamais mal chu, c'est précisément quand nous voila le premier avril que ce satané appareil va me mettre à la porte !

Et pourtant, je ne manquais pas d’idées pour une fois, j’en avais même à foison. Ne serait-ce que vous parler de Ratada Dichi – qui serait plutôt d’ailleurs.

Figurez-vous qu’elle a gaspillé et croqué en trois mois plus des deux tiers de son budget de réception pour l’année. J’ai fait le compte, ça fait quarante-cinq smig mensuels, ou encore soixante-douze pensions de handicapé, tout ça envolé en mangeaille par des chipoteurs qui pignochent tout en dressant en l’air leur petit doigt.

Et quand on y pense, c'est impressionnant ! Ça en fait une quantité d’amuse-gueules, une tripotée de petits fours, une abondance de noisettes grillées-salées ! À manger conme quarante-cinq, on pourrait s’attendre à ce que la Ratada en question soit devenue une espèce de dondon, une grosse enflée, c'est tout l’inverse, voilà qu’elle est quasiment squelettique, musclée conme un anophèle !

Enfin, je ne vais pas vous déféquer une pendule avec un ressort de bois. Le coup est fait, et tout ça, de la faute à Dany. Il y a moins d’un mois que son film est sorti et voilà, le traducteur automatique du français en chti a été construit ! Allez, ils ne perdent pas leur temps dans le Nord !

Adieu mes bons amis, je vous aimais bien et j’aurais voulu tenir encore un petit moment, au moins jusqu’au mois d’août, ça aurait fait pile-poil dix ans !!!

 

DANY I M’O TUER !

Jé l’savoais bien, éj mé nnin doutoais, jé nn étoais sûr ! Un bieu jour éj m’értrouvaroais à joc et pi j’sroais rimplaché pèr in.ne machinerie alectron.nique qu’al froait ch’tchuin d’ziu à m’plache.

Mais tout d’minme, jé n’savoais point qu’étoait pour biétôt, jé n’pinsoais point qu’a sroait tout rade, jé n’maginoais point qu’cho sroait pour in.nhui. Eh bin sié ! mes gins, est foait, éj sus mis à l’porte et pi ch’est min darin billet.

Jé n’sus minme point sûr éq pour éch cœup-chi, cho n’sro point l’manicraque qu’al vo foaire émn’ouvrage. Tchéche qu’i sait ? Bien tombé n’est janmoais mal tcheu, ch’est à l’adon qu’nous vlò à ch’preume d’avri qu’éch nom-dé-zeu d’atrintchillage-lò i s’in vo m’foute à l’porte !

Pi pourtant, jé n’mantchoais point d’idées pour un cœup, jé nn avoais minme à l’gron.née. Cho n’sroait-ti qu’éd vous dviser éd Ratada Dichi – qu’al sroait putôt d’eute pèrt.

Fidjurez-vous qu’al o étramé et pi coére crotché in troés moés pu des deux tiers éd sin pécaillon à répilés pour l’énnée. J’ai foait ch’compte, cho foait quèrante-chonq ésmigues pèr moés, o bien coére soéxante-douze pinsions d’affligé, tout cho involé in maquerie pèr des nactieux qu’i plucsine'te toute in dréchant in l’air leu tchot ditelet.

Et pi quanq o z-y pinse, ch’est qu’ch’est conséquent ! Cho nin foait-ti un mont d’amuse-djeules, in.ne calebasse éd tchots fours, in.ne batracée d’noésettes grillées-salées ! À minger conme quèrante-chonq, o pourroait s’attinde à ch’qu’él Ratada-lò al fuche évnue in.ne éspéce éd dondon, in.ne grosse matante, tout du contraire, vlò qu’al est quasimint conme in.ne seuterelle, ablotchée conme un bibache !

Infin, j’éne m’in vos point vous tchier in.ne pindule avuc un rsort in bos. Ch’cœup il est foait, pi tout cho d’él feute à Dany. N’y o point seulemint un moés qu’sin flim il o té dessatché, pi vlò ch’traducteur mécanique éd français in chti qu’il o té hansé ! Mèrchez, i n’perde'té point leu temps din ch’Nord !

Adé mes boins anmis, éj vous ainmoais bien, pi j’éroais voulu coére étnir un tchot momint, tout du moins dusqu’à ch’moés d’ahoute, cho éroait foait pile poéille dix ans !!!