tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du deuxième semestre 2007
 
[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

01/07/07

CAMÈRADE SYNDIQUÉ

Il o follu qu’étant à l’réderie d’Flesselles j’intinche au matin tchéqu’un dire à sin voésin : « A vo-ti camèrade syndiqué ? » pour qu’i mé rvienche in.ne gron.née d’ramintuveries du temps d’min grand-pére.

O diroait qu’jé l’intinds coére pèrler d’chés camèrades syndiqués éd chés voétures à bros ! Il avoait hansé sn interprinze à l’forche éd ses bros pi à l’sueur éd sin front (pi étou d’échti d’ses fius…) pi du cœup i n’ainmoait point d’trop chés conmunisses, chés pèrtageux conme i disoait. Pour li, chés gins lò ch’étoait tout ferlampiers pi boins à rien, tout prêts à vnir défustiner s’boutique pi li prinde éch tchot molé d’èrgint qu’il avoait gaingné.

Mais j’croés éq ch’est éd tous les temps. In soéxante huit, grand-pére i n’étoait pu lò, sn interprinze a n’existoait pu, mais ch’comptabe il étoait tours bien vivant, Pi j’ém ramintuve chés freux qu’il avoait à l’idée qu’Dany l’Rouge il alloait vnir li déroufler l’tchote moaison qu’il avoait acatée à Crotoé.

La Fontain.ne i nin n-o dvisé étou din éch chavetier pi chu financier. Pi mi, bin jé n’sus point d’trop rasseuré nan pu ! Ch’n’est point qu’j’euche peur éd chés pèrtageux, avuc leu chonq pour chint i n’ont pu les moéyins d’effouailler person.ne. Et pi quoé qu’ch’est qu’i pourroai'té m’prinde, éj vous dmande un molé ?

Él seule cose éq j’ai ch’est m’pinsion et pi j’ai idée qu’al ratinche tous lz ans un molé d’puss. Bié seur, jé n’touche point moins, minme qu’o m’raugminte d’un pour chint pèr chi, d’un nmi pour chint pèr lò… tous les deux ans ! Ouai mais durant ch’temps-lò, quoé qu’i s’passe ? Os voulez l’savoér ? Érbéyez ch’qu’i suit.

In 2000 in.ne badjette éd pain al coûtoait troés francs, cho foait 0,46 euro
in 2006 o l’poéye 0,85 euro ; rintchér 86 %.
Pi ch’est du pèrel au minme pour toute :
éch fioule pour és cœuffer, rintchér 72 %
éch lite éd lait, rintchér 183 %
confitures, rintchér 112 %
salade, rintchér 118 %
chou, rintchér 97 %
chés pinmes éd terre, rintchér 1781 % (lò ch’est ch’coq !)

Pi o pèrle éd biétôt raugminter l’TVA pour nin foaire in.ne TVA sociale ! Vlò coére lò in.ne boin.ne nouvelle ! Pasqué chonq points, conme i di'te, cho foait un rintchér éd vingt-chonq pour chint. Mais dpu l’temps d’chés roés, tout l’mon.ne i sait bien qu’i feut prinde l’èrgint à chés paures gins, vu qu’i n-y in o granmint puss qu’éd gins riches. Éd tous sins, chés gins i nin sont fin contints, piq i n’vu'té point canger.


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

16/07/07

UN MONTREU D’CABOTINS

Gleude Portemer il étoait montreu d’cabotins. Siq éj dis « il étoait », os ll’avez comprins, ch’est qu’i n’est pu montreu d’cabotins. I n’est pu rien, Gleude, pu rien du toute… afin, rien qu’un tchot mont d’terre à ch’camp d’soéle. Ch’étoait tchéqu’un qu’j’ainmoais bien, pasqué ch’étoait tchéqu’un qu’i n’foaisoait point d’imblée, tchéqu’un qu’il alloait à sn allure, qu’i foaisoait sin cmin tout duchemint, sans foaire éd bruit.

In.ne planque édsu deux trétieux, Gleude et pi sn acolyte i satchoai'té chés cabotins d’in.ne tchote tchaisse in bos et pi in dix minutes il étoai'té prêts à juer. Point d’ridieu ni rien d’tout cho, o szés voéyoait tirer chés fichelles. Ch'étoait direc d’éch producteur à ch’consonmateur. À l’boin.ne flantchette !

Mi pi Gleude os avoème té insen.ne à l’école Noéyon-guèrchons à Anmiens. Ch’étoait-ti din les minmes classes, jé n’pourroais point ll’asseurer. D’éch temps-lò, jé m’ramintuve éd li pi étou d’Orezzio qu’il est vnu coéffeur conme sin pére, d’Eusébe qu’i n’étoait point des pu asteux pi qu’jé n’sais point quoé qu’il est dévnu et pi coére éd… mais cmint qu’i s’appeloait don chtilòl ? j’éne con.noais qu’li… j’ai sin nom dsu ch’bout d’ém langue. A n’mé rvient point et pi pourtant l’o foait in.ne belle tchote carriére dé sgond coutieu au théïâte, au cinéma pi à l’télé !

Tout cho pour dire qué d’no génération d’éch wèrtier Noéyon, jé n’sus point tout seu à t-ête célébe !

Bref pour nin révnir à Gleude, éch darin cœup qu’jé l’ai rincontré, ch’étoait n-y o bien dix-tchinze ans. Ch’étoait à chl’« espace dix-neu-chint-un » in.ne éd chés darin.nes foés qu’ch’o té hansé pèr chés gins d’l’OVACAM. Cho s’passoait à la Hotoée, ch’étoait durant l’foére-esposition pi os étoème atcheuillé in ndin minme él foére-esposition. Chl’« espace picard » – os voéyez qu’d’éch temps-lò o n’mantchoait point d’espace – il étoait établi din un grand barnum plein d’caïelles, avuc in.ne scéne et pi in.ne sono, éch grand luxe, conme os nn’avoème janmoais con.nu dusqu’à ch’momint-lò ! J’étoais ch’monsieu Loéyal, j’éroais dû t-ête écoré pèr Semblat pi pour inroéyer n-y avoait chés Corbeïennes qu’i vnoai'té d’écmincher à canter insen.ne. Il éroai'té dû t-ête lò à deux heures d’érmontée… mais vlò, à l’heure éd mette in route, Semblat i n’étoait point lò pi chés Corbeïennes nan pu, j’étoais tout seu !

J’ai cminché à conter tchéques histoéres. Falloait bien otchuper chés gins ! Ch’est qu’i n-y avoait du mon.ne, pi qu’i cminchoai'te à leus épiner. Mais chés contes à Robert-mon-onque cho vo bien un momint, i feut point nn abuser. Gleude Portemer i dvoait foaire in.ne séance éd cabotins sur les chonq heures. Conme il étoait arrivé granmint in avanche j’i ai dmandé d’foaire in.ne séance tout d’suite. Ch’étoait tours in.ne édmie heure éd gaingnée ! Pi j’ai récminché avuc mes ratrouilleries.

Il étoait troés heures. Tours point d’Semblat ni d’Corbeïennes. Os ons don continué, mi pi Gleude, Gleude pi mi, in.ne édmie heure atchun. Cabotins pi contes, contes et pi cabotins. Tout cho dusqu’à chonq heures éq Semblat il arrive. Il est monté dsu l’scéne, il o otchupé ch’terrain. Achteure ch’étoait à sin tour éd s’espadron.ner. Piq j’étoais libéré, j’ai don pu aller tracher aprés chés Corbeïennes. Ch’est conme cho qu’j’ai apprins qu’leu camion.nette avu leu atrintchillage al avoait té blotchée à chés portes d’intrée, feute d’un laissez-passer. Il étoai'té rpèrties à Corbin dpu longtemps, point contintes du toute, in jurant leus grands diux qu’o szés rprindroait point d’sitôt !

Pour éne point li foaire éd pein.ne, jé n’dirai point qu’ch’étoait Leurint qu’il avoait agincé tout cho. Jé n’dirai point nan pu éq tchéques jours pèr aprés j’ai seu éq Gleude il avoait té s’plainde à chés organiseux au dire éq jé l’avoais esploété tout l’aprés-midi durant. Tout d’minme, il avoait raison, ch’étoait vrai, pi siq i n’éroait point té lò j’éroais té din in rude brin !…

Cho m’érvient, lò d’un seul cœup, éch l’acteur éd théïâte et pi d’cinéma, ch’est Marc Dudicourt. Bié seur qu’os l’con.naissez, ch’est li qu’i foait chl’inspecteur Flambart din l’série-télé chés nouvelles avintures à Vidocq.


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

01/08/07

CHÉS SAPINETTES.

Din min poéyis, in.ne sapinette, quoé qu’ch’est qu’ch’est qu’cho, à vo idée ? Siq os trachez din chés diction.naires éd français, os trouvarez in.ne réponse, mais vlò, ch’est point l’boin.ne !

Pour nous eutes, qu’os sonmes éd Ferriéres, in.ne sapinette ch’est point un bos planté d’sapins, os n’y êtes point du toute ! Pour nous eutes, in.ne sapinette ch’est in.ne pinme éd pin , conme i di'té chés Pèrisiens.

Quanq j’étoais ptchot, os restoème Anmiens, mais o n’mantchoème janmoais d’évnir à Ferriéres tous les diminches, et pi durant l’été os y passoème chés vagances. Pour ses premiers congés poéyés, min pére ch’est à Ferriéres qu’il est vnu.

Pour nin révnir à nos sapinettes, tous les diminches, o ramnoème des satchies d’sapinettes. Ch’étoait pour alleumer no fu. Ch’étoait bien miux qu’des tolinets et pi cho coûtoait moins tchér, piq os szés poéyoait point ! Ch’étoait minme point d’él mareude, i n’sroait point vnu à ch’propiétaire éd roboler conte chés gins qu’i vnoai'té din sin bos tcheuiller tchéques sapinettes…

Et pi durant la djerre, conme i n’y avoait pu d’essence, os vnoème à vélo, tous les smain.nes, pour tcheur no sapinettes. O nn ons-ti foait du vélo, d’éch momint-lò ! Os alloème coére à Dreuil pour vir émn onque et pi m’tante, ch’étoait étou pour tcheur des pinmes-é-terre et pi, à mesure, in.ne live éd beurre.

Conme o mantchoait d’toute, o foaisoait des provisions d’toute. Din no guernier, à minme éch plantcher, i n-y avoait bien tchinze chintimétes d’heuteur éd sapinettes. Quanq o szés ramnoait, il avoai'te leu tchul serré, mais, fil à mesure qu’i sétchichoai'te, i prindoai'té leus aises, i leus ringorgeoai'te, i leus épénichoai'te. Ch’éroait té des guernouilles, i leus éroai'té prins pour des vaques !

Os pouvez rire éd nous, os allez vir qu’o n’avoème point tort ! Un bieu jour, o n’ons pu pu ramner d’sapinettes, pi tout cho pour in.ne histoére d’asperges. Ch’étoait chés fanmeuses asperges à Ronmel ! Des asperges qu’il ont poussées, din no poéyis, durant l’été dix-neu-chint-quèrante-troés.

Chés Allemands il avoai'té peur éq chés Améritchains pi chés Anglais il arrive'te in aréoplanes ou bin coére in planeurs. Il avoai'te don invintion.né in.ne saprée combine. Din chés camps, il avoai'te foait planter des piux in sapin éd deux troés métes d’heuteur. Ch’étoait chés rtchis qu’i foaisoai'te échl’ouvrage. Et pi chés sapins i vnoai'té point dé loin, os l’pinsez bien.

Conme du début ch’étoait Ronmel qu’i s’avoait otchupé dé ll’affoaire-lò, o z-o appelé chés drôles éd pitchets édz asperges à Ronmel. Un moins d’deux, no bieu tchot bos d’sapins i s’a rtrouvé étramé din chés camps, rcangé in asperges à Ronmel. Du cœup, pu d’sapinettes. Os ons vétchu dsu no réserve dusqu’à l’Libération !


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

16/08/07

SIN PÉRE VIRGO

Os savez sûremint djò éq din m’jon.nesse j’étoais éfant d’tchœur. Ch’qu’o n’savez point ch’est ch’qu’i nn o té pèr aprés ! Os maginez-ti qu’à dix ans éj vouloais t-ête tchuré ?

D’éch temps-lò, l’abbé Roll il étoait vitchaire et pi i s’otchupoait d’chés éfants d’éch catéchisse. À mesure, i vnoait à no moaison, et pi étou i m’foaisoait vnir à ch’prébytére, din in.ne tchote piéche adoù qu’il aginçoait un train alectrique. Éj pouvoais, mi tout seu, juer avuc sitant longtemps qu’éj vouloais.

Des foés, jé m’dis qu’ch’éroait té in.nhui, a né sroait pétête point passé si bien. Est vrai qu’avuc tout ch’qu’o raconte achteure édsur chés tchurés pi chés éfants… Mais à l’époque, o n’in pèrloait mie ! A n’veut point dire qu’a n’existoait point pour autant…

Os voulez savoér écmint qu’tout cho l-o fini ? cmint qu’jé n’sus point vnu tchuré ? Bé vlò :

J’avoais onze ans et nmi. Os étoème jusse aprés l’Libération. L’abbé Roll il avoait hansé un rpos avuc tous chés éfants d’él darin.ne énnée d’catéchisse, jusse aprés l’conmunion solen.nelle. Pi, conme os vnoème, durant prés d’chonq ans, éd t-ête privé d’toute, n-y avoait, in djise éd dessert, in.ne salade éd fruits avuc un molé d’vin ndin.

J’ai tellemint prins, rprins et pi ratarprins dé l’salade éd fruits qué j’sus rintré à no moaison sans savoér écmint. Ch’est chés voésins qu’il ll’ont rapporté à mes pèrints. Éj caliochoais conme i n’est point permis, éj mé tnoais à chés murs et pi j’cantoais éd tou min pu fort :

Ave Marie Stella,
don.nez-nous du tabac
du papier, dz alleumettes
pour foaire des cigarettes
pi ti, sin pére Virgo,
tu feumeros chés mégots ! (*)

Aprés in.ne histoére pèrelle, a n’est point durté d’adviner écmint qu’a s’foait qu’éj n’ai pu janmoais té juer avuc éch train à l’abbé Roll, et pi surtoute, écmint qu’éj n’ai point té tchuré !


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

01/09/07

PAX TECUM

Ch’étoait jusse aprés l’djerre éd quèrante, échl’onque Clément i vnoait d’défuncter ; os ll’ons don interré, conme éd bien. Ch’étoait un viu fiu, un grand-onque à m’mére. Autant dire éq pour mi ch’étoait un rata-grand-onque, o pourroait dire un onque-taïon.

Ch’deuil ch’étoait à Dreuil-Hamel, pèr un samedi à troés heures d’érmontée. Étoait putôt rère pour l’époque, un interremint aprés-non.ne. Bié seur, tout l’famille al étoait vnue et pi au soér os nous ons rtrouvé tertous mon ManMille, él mére d’ém tante Paulette, pour minger ch’pot-au-fu. Marthe et pi Magrite Bondard ll’étoai'té lò, avuc leus honmes pi leus éfants.

Chés deux bieux-fréres, Kléber pi Robert, i leus intindoai'té conme tchul pi cmise. L’eune l-étoait marister et pi l’eute garagisse. Ch’étoait deux boins vivants, avuc touté deux l’minme corporance, atchun conme un quatré-vingt veltes. O n’avoème point fini d’minger ch’bouillon glorimeu d’tapioca qu’il ont cminché à raconter tchéques histoéres. Chés craques, chés contes à Robert-mon-onque il ont sui. Tout l’mon.ne i rioait à panche débouton.née. Minme éch tchuré ! Li, o ll’appeloait Djeule-et-dmi-quèrante-chonq-dints, rapport qu’il avoait in.ne matchoére à la Fernandel. Quanq i rioait, a n’passoait point inaperchu !

Pi tout d’un cœup, Robert i s’a lvé, pi d’in.ne voéx du diabe – os éroète dit ch’confitébor – il o déclatché :
« Ch’est-ti qu’os prindroète échl’onque Clément pour un djudjusse ? »
Tout l’mon.ne i nn est resté bec et borgne, pi ch’cousin Kléber il o foait sen.nant d’braire. Chés gins il ont étchigné d’pu belle.

Él lin.nemain, conme ch’étoait Pâques-à-buis, atchun il étoait à l’messe, minme chés honmes. À l’offertoére, tout l’mon.ne i s’a avanché à l’tcheue-leu-leu pour aller mette in.ne tchote piéche din ch’gattelot à chl’éfant d’tchœur ; pi pour poser ses lippes édsu ch’boin diu in blanc-fer ; éch tchuré i llé réchuoait intér deux avuc sin tire-jus. À chaque clieint, i li disoait « Pax tecum ». In boin latin d’tchuré cho vut dire « qué l’paix al fuche avuc ti ».

Quanq ch’o té ch’tour à Robert, il o yeu droét à in.ne formule éspéciale, éch tchuré i i o dit :
« Pax tecum, tu nn os dzoin ! »
Ch’o té dit fort assez pour éq chés voésins i ll’intinche'te. Kléber qu’il étoait tout au côté, il o risoté din ses bèrbes.

Ah, pour un rude interremint, ch’o té un rude interremint ! O n’étoème point lò dé ll’oblier !


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

16/09/07

UN TCHOT TCHUIN FIN TRANTCHILLE

Éj pinsoais finir mes jours bénaise din min tchot village, pi vlò qu’éj mé dmande in.nhui siq a sro possibe. I feut dire éq siq j’éroais tchéques énnées in moins, éj tracheroais un tchot tchuin trantchille loin d’toute avuc troés quate hectares éd terre autour pour éne point t-ête déringé pi pour qu’ém vielle jumint al euche éd quoé poécher.

I m’sen.ne qu’éj vous ai djò dit qu’édvant no moaison, n-y o achteure in.ne interprinze éd bâtimints. L’jour qu’il ont cminché à leus installer, jé m’sus dit qu’i nn’éroai'té point pour longtemps édvant d’mette él clé dsu l’porte ! Éj n’avoais janmoais vu in.ne étchipe éd bros d’toéle pèrelle. Chés hocleux-lò, il ont minme seu foaire bastchuler in.ne pelleteuse tchul pa dsu tête !

Dé ch’temps-lò, ch’étoait pour couler du béton pi foaire soé-disant un pèrkinge. Éd vrai cho tours té un dépôt d’matériaux, point d’trop racachant à rbéyer, mais pèr driére tout d’minme, o z-aperchuvoait chés camps, pi à deux tchilométes, muchées au mitan d’chés abes, chés moaisons d’Djimicourt.

I feut croère éq din ch’bâtimint, o n’o pu dzoin d’con.noaîte sin métier. Él fanmeuse interprinze al est tours lò, pi bien lò. A vo tellemint bien qu’il ont décidié d’construire des burieux. Dusqu’à in.nhui, ch’étoait din ch’sous-sol d’él moaison qu’chés clieints l-étoai'té rchus. Biétôt n-y éro d’quoé sz atcheuiller bien conme i feut, din un bâtimint tout neu, un bâtimint qu’i s’in vo foaire point loin d’sept métes d’heuteur, six métes quatré-vingt, pour t-ête jusse…

L’in.nui ch’est qu’chés six métes quatré-vingt-lò, i s’in vont t-ête au droét dé mn éfnête ! Adé chés camps avuc din ch’loin chés moaisons noéyées emmi chés abes. Émn horizon cho n’sro biétôt pu rien qu’des burieux.

Infin, jé m’dis qu’un bieu jour jé l’érai min tchot tchuin trantchille, pi sans minme éll avoér traché : no tchote chinmetiére al est pardue au mitan d’chés camps, à un tchilométe d’ichi, édsu chu cmin d’Djimicourt justémint. Jé m’pose qua-minme in.ne tchestion : conme i y o in.ne chinmetiére à tchiens tout au côté, j’mé dmande siq chés tchiens i n’foai'té point d’trop d’busin pèr nuit ?


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

01/10/07

ÉLTCHEL COÉSIR ?

Din mes varon.nages édsu ch’wébe, j’ai djò cangé tchéques foés d’crinmerie, os allez pouvoér vous nnin rinde compte  ! Du temps d’éch tout preume début, o poéyoait pour avoér in.ne connexion pi falloait in puss poéyer chés conmunications téléphon.niques. Pi quanq o z-étoait branché éch téléphon.ne i n’mèrchoait pu. Os vous nnin ramintuvez pétête, os étoème des pion.niers pi os réchuoème chés plâtes.

Min premier fournisseur ch’o té Wanadoo. Éj n’ai point granmint dépinsé d’sous in téléphon.ne : quanq j’assayoais dé m’brancher, ch’étoait réglé conme du papier à musique, tous chés lignes éd min correspondant il étoai'te otchupées. Qu’o s’foaiche prinde éd vitesse, qu’o fuche débordé in.ne cope éd jours, éj pux l’comprinde, mais lò ! Au bout d’tchinze jours no z-opérateur nation.nal i n’avoait point trouvé l’moéyin d’racater un molé d’atrintchillage pour éq chés clieints i n’attinche'té pu !

Ch’est conme cho qu’jé szés invoéyés à l’oust au bout d’tchinze jours. Pi m’vlò pèrti à mon Free. Du début ch’o té bien. Ch’o té tellemint bien éq coére in.nhui éch site éd chés Diseux il est à leu moaison, pi qu’i y est fin bien, pi qu’i n’o point l’invie d’nin bouger. Chés Diseux ch’est des gins bien trantchilles, du momint qu’i peu'té mette leus ratrouilleries in plache et pi réponde à ch’courrier, i nin dmande'té point d’puss !…

Ouai mais mi, éj vouloais du temps pour ranser dsu leu fanmeux wébe. J’ai don prins, pour mi tout seu, un abon.nemint éd chinquante heures pèr moés à mon Free. I m’ont prins tout d’suite mes tchéques sous, mais i leus o follu pu d’un moés pour m’invoéyer chés liméros à rintrer din ch’manicraque édvant d’avoér él droét d’és brancher. J’ai yeu bieu m’démner conme un diabe din un bénitier, Free i n’ont point voulu m’foaire in.ne tchote faveur.

Adon, ch’jour qu’éch Neuf i m’o foait des avanches pour échl’ADSL, j’ai appleudi d’mes deux mains… Os avez-ti déjò appleudi d’in.ne main, vous eutes ? In puss éj foaisoais d’in.ne pierre deux cœups : éj tchittoais Free qu’i m’avoai'té grugé d’un moés d’abon.nemint et pi j’tchittoais étou complétemint Trans-Félécom, piq jé n’leu poéyoais pu rien. Tout i passoait achteure énedin chl’ADSL.

Eh bé, i n’feut point croère, ch’est loin éd t-ête éch paradis ! Éch fanmeux ADSL i s’cope, à mesure, chonq dix minutes, quanq ch’est point in.ne cope d’heure, pi lò, pu d’téléphon.ne pi pu d’intèrnéte. Coére bien qué j’n’euche point yeu droét à l’télé pour él minme prix ! Bon pi jé n’pèrlé point d’chés boétes-à-lettes qu’i sont soé-disant badjées mèrgré qu’i fuche'té vides et pi qu’o n’arrive point à y aller vir pour lire sin courrier.

Ém’tchote sœur al avoait l’occasion d’canger, ch’est conme cho qu’j’i ai dit dé sn’aller vir Orange. Bin ouai, jé m’sus dit qu’Orange, ch’étoait point Wanadoo, qu’édpu l’temps, Trans-Félécom il avoai'té foait du cmin, qu’il étoai'té vnu grands pi qu’o pouvoait leu foaire fiate . Ch’étoait-ti point eux qu’il étchipoai'té chés grandes interprinzes ?

Éj vo tâcher d’t-ête bref… Él fenme qu’ém sœur al o yeu à ch’téléphon.ne al i o toute bien asplitché : Quanq os érez l’ADSL éd branché, vo ligne éd téléphon.ne al sé copero d’elle-minme, pi lò cho sro l’momint d’installer tout vo atrintchillage. A dvroait s’foaire d’ichi in.ne huitain.ne. Conme au bout d’six smain.nes éch téléphon.ne i n’étoait tours point copé, ém sœur al o fini pèr appeler l’ligne cœude.

Lò, éch téchenicien il i o dit :
Mais, Madame, a foait un moés qu’vo ADSL il est prêt, quanq o érez foait ch’qu’i feut, vo ligne téléphon.nique al sé copero automatiquemint !
Ch’étoait rpèrti ! Feut-ti qué j’nin rmette in.ne louche ? Quanq os ons yeu confidjuré ch’matériel, él ligne téléphon.nique a n’s’a point copé tout seue, il o coére follu rappeler l’ligne cœude pour nin vnir à bout !

Min Diu, Manman, qu’est-ti bieu l’progrés !


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

16/10/07

IN.NE TCHOTE VERLÉE PI DES RUDES FREUX.

Quoé qu’ch’est qu’i m’resse éd l’évatchuation ? J’étoais djò grand, bié seur – j’avoais sept ans – mais point d’assez tout d’minme pour é-tnir min jornal conme min pére, qu’il étoait soldat, il lé foaisoait durant ch’temps-lò. Vlò don écmint qu’j’ai vétchu éch momint-lò : In.ne grande verlée et pi tchéques freux !…

Jé n’dirai point grand cose éd no passage à Écouy, lò qu’os avons passé la Seine, lò qu’os ons dormi din ll’école éd chés files. Là-bos éch paure tchien il étoait à l’tchaîn.ne ; quanq j’ai té li foaire in.ne tchote flate, il o foait troés foés l’tour à l’intour éd mes pieds. Cho foait qu’o z-o du vnir mé rtcheur et pi m’dessatcher d’éch brin d’où qu’éj m’avoais lanché, mi pi chu tchien.

Tout cho pour dire qu’os nous avoème értrouvé – qué l’mon.ne il est ptchot ! – mes gins et pi chetlòl d’ém tante Michéle, in plein mitan d’Évreux. Él tante Michéle, ch’étoait l’fenme dé mn onque Albert. Dé ch’temps-lò chés fenmes, d’un seul cœup d’un seul, il ont prins granmint d’portance. Forchémint, vu qu’chés honmes il étoai'te à la djerre, chés blancs-bon.nets il leus ont rtrouvés in premiére ligne.

Tours est-ti éq tout d’un cœup, ém vlò pèrti avuc ém tante Michéle, és mére, qu’o z-appeloait marrain.ne – vo-t’in savoér à cœuse éd quoé – et pi ses files – éq ch’étoait mes cousin.nes. Et pi nous vlò din in.ne église, éq jé n’sais pu ltchelle, à d’où qué szés vlò aplontchées, in route à dire leus capernotes.

Éj m’in vos point vous nnin foaire in.ne pindule avuc in rsort in bos. Jé n’ai yeu d’assez éd t-ête lò ramonchelé din min tchuin. Éj mé rin.nallé tout duchemint, sans foaire éd bruit, pour ratorner dusqu’à chl’hanguèr d’où qu’os avoème posé nos djettes.

Jé n’sais point siq os vous rindez compte ! Évreux, d’éch momint-lò, ch’étoait… éj sais-ti, mi ? un molé conme Anmiens un jour éd gran.ne réderie, mais lò, ch’étoait point pour du rire ! Chés gins il étoai'té conme des frimions qu’o vient d’leus éberdeler leu froumillére !

Jé m’sus rindu compte d’éch qué j’avoais foait seulemint quanq ém mére et pi m’tante i leus ont rtrouvées. Os maginez din quel état ! Éj m’ai foait atuire, bié seur, mais feut comprinde ! Chés gran.nes person.nes i n’étoai'té mie pu capabes éd comprinde éch qu’i put s’passer din l’chervelle d’un éfant din des momints pèrels.


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

01/11/07

TCHESTION D’CHINE, ÉNE LAPEZ POINT !

Cho foaisoait un boin momint qu’éj n’avoais point yeu d’nouvelles éd Magritte d’Arras. Vlò don, tel éq j’ai llé rchu point pu tèrd qu’au matin, éch darin mot d’billet qu’al m’o invoéyé :

Chés seuneuceufeux il ont foait gréve pour définde leu rtraite à chinquante-chonq ans, pi i n’ont point gaingné : i travailleront puss et pi i gaingneront moins. Et pi pourtant, pour leu définde, ch’est point eux chés pu mal plachés. Pasqué, tout d’minme, o n’put point szés mnacher d’aller foaire cirtchuler chés trains in Chine !… Mais tout cho, ch’est normal, i feut qu’chés patrons i peuche'té leu nin mette plein leus poques.

Durant ch’temps-lò, no minisse éd la justice al o foait s’réforme, elle étou. O supprime don des tribunals à l’gron.née, i feuro aller à ch’chef-liu d’éch dépèrtémint pour és foaire juger d’in.ne bricole. Mais pourquoé point in Chine adoù qu’chés juges i froai'te troés foés puss d’ouvrage éq les nôtes pour dix foés moins d’èrgint ? Chés avocats qu’il étoai'te in rongne il ont yeu des compinsations : i s’in vont pouvoér pèrtir in rtraite à chinquante-chonq ans. Est vrai qu’il ont un métier qu’il est bien pu ténant éq chés conduiseux éd trains. Ch’est vraimint l’mon.ne à l’invers !

Éch n’est pu l’momint d’rigoler, no planéte al est in dinger, i feut réduire chés effets d’serre pi no consonmation d’pétrole, sans cho os allons droét din ch’mur. Quoé qu’ch’est qu’i foait no gouvernémint, il invintion.ne éd mette in.ne taxe édsu ch’carbon.ne, mais chés riches i nn ont rien à foute éd poéyer tchéques sous d’puss pour impoéson.ner l’terre, éch paure mon.ne i s’mettro in.ne chinture et pi i poéro. Pi d’tous les façons, ch’mur d’où qu’os allons nous éberdeler, ch’est quasimint l’muraille éd Chine !

Éd sin côté, no boin moaîte, li, i s’sintoait un molé gêné din ses intournures, il o don réclamé in.ne rallonge, pi conme ch’est à li-minme qu’il nn o foait llé dmande, i n’o point yeu dzoin d’és mette in gréve, i s’a raugminté éd pu d’deux chints pour chint. Sans tambour ni trompette ! Ch’est-ti point bieu, cho ?
« Foaisez dz écononmies qu’éj vous dis, mais mi éj sus t-au dsu d’tout cho, éj pux dépinser tanq et puss. Siq os n’êtes point contints, allez don vir in Chine siq j’y sus ! »

Tout il est bien conme jé l’pinsoais. No boin moaîte i n’décesse point d’pinser à nous et pi d’s’otchuper d’nous. J’espére éq chetlò qu’il ont voté pour li i n’sont point in route à l’érgretter. J’espére étou qu’un bieu jour, i vont leus érbiffer. Pour min compte, y o longtemps éq j’ai délocalisé min bulletin d’vote, ch’est minme point in Chine éq jé ll’invoée, ch’est au diabe !

Et pi j’vous l’dis tout droét, un pain d’Chine a né m’foait point peur ! Pasqué mi quanq o m’pèrle éd Chine, éj sus tours prête à pucher !

Magritte d’Arras


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

16/11/07

CHÉS PAURES MÈRTYRS

O nin pèrlé point granmint, pi pourtant ch’est vraimint des paures gins ! N-y o troés ans chés députés il ont voté éq l’âge éd la rtraite, pour eux a sroait à soéxante ans pi pu à chinquante chonq conme din l’temps. Pi quanq éj dis pour eux cho vut dire pour eux, chés députés ! Os pinsez, qué métier ténant qu’i foai'te ! I feut vir chés bancs d’éch l’hémicyque. Éch velours i n’est point granmint évéré, forchémint, chés bantchettes-lò i n’sont point souvint otchupées. I sont tellemint rcrans d’éch travail qu’i foai'te !

Vlò don qu’chés députés i n’touche'té point d’értraite édvant d’avoér soéxante ans, pi in.ne értraite dé rien : tchinze chint soéxante douze euros, in.ne misére ! Point ton.nant qu’i trache'te à rondir leu fin d’moés avuc du travail au noér : din no tchuin, i nin n-o un qu’à des momints, il o té député, minisse et pi coére présidint d’éch grand Anmiens ! Chetlò qu’il ont adviné tchéche i peu'té nous écrire, il ont gaingné,

D’un temps, quanq o z-avoait té minisse, a n’sroait-ti qu’in.ne jornée, o z-avoait droét à in.ne értraite éd minisse ! I pèraîtroait qu’achteure a n’est pu vrai. Os n’ons point granmint éd rinseignemint édsu tout cho, pétête qu’in.nhui, i feut rester in poste au moins deux jours ? Pi à combien qu’a s’monte in.ne értraite éd minisse ?

Alorss, mi j’dis à chés cheminots qu’i feut qu’il arrêt'te éd foute éch brin pi d’impêtcher chés gins d’aller leus épénir à leu travail – pasqué chés gins i sont tellemint mawais d’éne point pouvoér aller ouvrer qu’i feut bien sé nin foaire in.ne raison, ch’est à cœuse qu’il ont bien du goût à foaire leu ouvrage !

Adon, jé l’dis pi jé l’érdis, : foaisez d’él politique, foaisez-vous élire député. Mais soin, i feut durer un molé, foaisez-vous élire troés, quate minme chonq foés ! Pasqué jé n’vous ai point dit ch’pu bieu : chés tchinze chint soéxante douze euros, os sz érez siq os avez foait député durant chonq ans. Siq ch’est durant dix énnées, os toucherez troés mille chint quèrante quate euros. Maginez qu’os ayèche té député tchinze énnées durant, ch’est sro quate mille sept chint seize euros qu’i tchairont din vo porté-mon.noaie.

Mi éj sus pour, o n’in foait vraimint janmoais d’trop quanq i s’agit d’récompinser chetlò qu’i leu dévoue'té sans compter pour leus con-citoéyens.


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

01/12/07

UN RIVERAIN, QUOÉ QU’CHÉ NN EST QU’CHO ?

lette ouverte à no maire

Monsieu l’Maire,

Conme os êtes tours à vous otchuper d’éch bon.nheur et pi d’él boin.ne santé d’vos administrés, os avez mis, n-y o djò un boin momint, chu cmin d’él chinmetiére in sins interdit pèr les deux bouts, pi minme qu’os avez rajouté sauf riverains pèr in dsous chés deux plancartes. Heureusemint pasqué sans cho, ch’éroait té ni puss ni moinss qu’in.ne rue bèrrée à foait. Os avez asplitché à l’époque éq ch’étoait pour él sétchurité d’chés ptchots nasus d’l’école qu’al est jusse au côté.

Mais n-y o tchéque cose qu’éj vourroais vous dman.ner : à vo avis, quoé qu’ché nn est qu’un riverain ? Mi, j’avoais bien in.ne tchote idée dsu la tchestion, mais in.nhui éj n’y comprinds pu rien.

Pour chetlò qu’i n’con.noaisse'té point no village, à pèrt Olivier qu’il o s’sortie d’garage qu’al don.ne à cmin, n-y o qu’un bâtimint din chu cmin d’él chinmetiére, ch’est un interprinze éd bâtimints justémint. Minme qu’i n-y o ch’dépotoér jusse pèr in nsous d’mes cassis. Ch’est cho qu’il o rimplaché ch’corti éq Mantine et pi sn honme il avoai'té planté, avuc des pron.niers, des peumiers, des poériers et pi des cherisiers, n-y o d’cho pu d’un nmi siéque. Quanq éj pinse qu’édpu qu’leu corti l’o té écati, no poéyis il o rchu in.ne troésienme étoéle éd village fleuri. Os maginerez facilemint combien qu’i nn éroait yeu siq éch corti l’éroait coére té lò !

Alorss él vlò m’tchestion, Monsieu l’Maire : Chés clieints qu’i vien'té vir éch patron d’interprinze, ch’est-ti des riverains ? Pi chés camions d’matériaux qu’il arrive'té à s’boéte troés quate foés ll’ésmain.ne – quanq a n’est point d’puss –, i sont-ti conduits pèr des riverains eux étou ? Pasqu’éd tous chés citoéyens-lò person.ne i n’foait point d’puss intintion à vos fanmeuses plancartes éq siq ch’étoait du bouseau d’vaques !

Alorss mi du cœup, achteure éj m’édman.ne quoé qu’ché nn est qu’un riverain ? Éj m’ai bien foait ém tchote idée, os allez m’dire siq j’ai raison. J’espére qu’os vourrez bien m’répon.ne. Os pourrez minme él foaire in français, vu qu’jé l’comprinds quasimint aussi bien qu’éch picard !

Pour mi, riverain, cho vut dire contribuabe, a n’est point possibe eutrémint ! No cmin d’él chinmetiére, ch’est chés contribuabes tertous qu’i llé poéye'te avuc leus impôts, point vrai ? Chu cmin-lò, i foait pèrtie d’éch donmain.ne public, n’est point ? alorss écmint qu’o pourroait nin réserver chl’usage à in.ne gin tout seu ?

Siq a dvoait rester conme cho, j’ainmeroais bien qu’os m’disèche, Monsieu l’Maire, éd combien qu’éj pux réduire ém feuille d’impôts pour l’intertien d’chu cmin d’él chinmetiére éq jé n’vux point poéyer pu longtemps.

Avuc tout l’respect qu’éj vous doés…


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

16/12/07

MÈRCHE, MIN PTCHOT FIU !

Éj vos ai djò pèrlé d’ém grand-mére Blanche, éq tout l’mon.ne y con.naissoait sous l’nom d’Man-Blanche. Pi nous, ses ptchots éfants os ll’appeloème Mémére. Ch’étoait l’mére éd min pére.

És honme, il étoait vnu à Ferriéres quanq il étoait tout ptchot, il étoait né natif éd Breilly. Ch’étoait don un horzain, pi conme tous chés horzains, chés gins d’Ferriéres il l’appeloai'té éd sin nom d’famille : Calais. Forchémint, piq il étoait tout seu à s’dénonmer conme cho, o n’pouvoait point l’confonde avuc un eute, adon point d’dzoin d’surpitchet. Minme Man Blanche qu’al l’appeloait Calais, ch’est pour dire !

Man Blanche, aussi loin qu’jé m'rapinse, jé ll’ai tours con.nue un molé sourdiuse. Asseuré qu’in viusichant, a n’s’a point arringé. Durant la djerre, quanq chés fortéresses volantes éd chés Améritchains il passoai'te au dsu d’no tête à des z-heuteurs du diabe, a né sz intindoait mie, ch’étoait min grand-pére qu’i llé prévnoait :
« Méfie-tté, Blanche, észés vlò ! »

À l’évatchuation, os ons té huit à nous incrintcher din in.ne Citron B.14 qu’al avoait té transformée in camion.nette. N-y avoait m’mére qu’al étnoait ch’volant, minme siq a n’avoait point sin permis d’conduire. N-y avoait min grand-pére, qu’il avoait sin permis mais qu’i n’conduisoait pu édpu pu d’tchinze énnées. Pi n-y avoait coére, intassés d’pèr driére, Man Blanche, ém tante Juliette avuc és mére, Mémére Ninnie, et pi ses deux éfants, René pi Guy, quatore pi douze ans l’un pi l’eute. Pi mi bié seur, éq jé vnoais d’avoér sept ans.

O n’put point maginer ch’qué ch’étoait, i feut ll’avoér vétchu pour él croère. Chés routes imbernatchées, infnouillées : des gins à pieds qu’i pousse'té des voétures d’éfants avuc tchéques agobilles énedin, des tchultivateurs avuc leus gvaux attelés à leu chèriot qu’il étoait badjé à foait avuc él tchuisiniére à carbon, leu z-eurmoére éd mèriage et pi ch’lit avuc ses matelas. Et pi n-y avoait surtoute des automobiles qu’i tchaisoai'te in pan.ne d’essence in plein mitan d’chés cmins.

Forchémint qu’din l’berdandouille-lò, a n’étoait point des pu aisié éd warder sin sang-froéd, pi qu’ch’est coére souvint qu’chés éfants i leu foaisoai'te atuire pour in.ne bricole ! Os pinsez bien qu’ém mére qu’al étoait un molé soupe-au-lait, din in.ne panade pèrelle, a n’étoait point eutrémint qué sz’eutes.

Ch’est conme cho qu’pèr un bieu matin, à l’heure éd monter in voéture pour nous nn-aller, chl’hernu il est tcheu dsu m’tête : « A n’est mie possibe, quoé qu’ch’est qu’t’os coére foait pour ét mette din un tel état ! Té vlò coére crapé conme a n’est point permis ! Jé nn ai d’assez. Mais quoé qu’ch’est qu’j’ai foait à ch’Boin Diu pour éne n-avoér un conme cho ! Siq cho continue, un bieu jour éj m’in vos t’laissier lò dsu ch’bord d’él route ! »

Pi lò jé ll’intinds coére, ém grand-mére a m’dit à mn érelle : « Mèrche min ptchot fiu, Mémére al restero avuc ti !  »


[01/07/07] [16/07/07] [01/08/07] [16/08/07] [01/09/07] [16/09/07] [01/10/07] [16/10/07] [01/11/07] [16/11/07] [01/12/07] [16/12/07]

Adé

archives 1er semestre 2008 archives 1er semestre 2007