tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D'ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2007

[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

01/01/07

BIS REPETITA PLACENT…

Piq édpu ch’darin tchuin d’ziu, os vous êtes mis à ch’latin d’tchuisiniére, n’y o point d’raison qu’jé n’continuche point, achteure os y êtes duits ! Os n’allons point canger d’érgiste, vu qu’ch’est chl’actualité bel et rade qu’éj min vos coére vo canter in.nhui.

Éch darin cœup, ch’étoait Augousto qu’il avoait la védette, eh bé ch’cœup-chi cho sro Saddam. Est normal, nan ? pi interdeux n-y o coére yeu échl’itaïen qu’o z-i o déhotché ses tuyeux ! Ch’est qu’cho s’boustchule à l’intrée d’éch paradis…

Chl’itaïen, os allons li régler sin compte in deux cœups d’tchuillére à badrée :
Ch’est point li qu’il o déhotché chés tuyeux mais à n’impêque éq chés tchurés i n’ont point voulu d’li. Du temps d’l’Intchisition, tchéqu’un qu’i s’avoait défoait, o lé brûloait pour t-ête bien sûr qu’i n’puche point raverdir… Os voéyez qu’i n-y o tout d’minme du progrés dpu l’temps !

L’tchestion qu’jé m’pose, ch’est point tasseulemint d’savoér siq y o un imam qu’il o aidié Saddam à moérir in boin musulman, vu qu’Augousto il est mort in boin chrétien népoint ? J’ai idée qu’i leus ont putôt précipités, ch’est à chti qu’il éro té ch’preume !

Nan ! ch’qu’éj vourroais savoér ch’est doù qu’il est in.nhui Saddam ? Tout d’minme, George-Bush-éch-fiu il o réussi à foaire éd li un shahid – un mèrtyr qu’o diroait mon d’nous z-eutes. Pi o n’put point dire qu’i n’fuche point mort pour Allah, Bin Ladin i vous l’diro.

Eh bé ch’est écrit din ch’Coran : Éch shahid qu’il est mort pour Allah, i rchuvro in récompinse soéxante-dix puchelles… à moins qu’a n’fuche soéxante-douze. Conme i n’sont point tertous d’avis, os nin resterons à soéxante-dix ! os n’sonmes tout d’minme point à deux pouillettes à dire.

Tout cho pour dire qu’éch paradis ch’est vraimint point un indroét fréquentabe. Et pi soin ! i y o coére éch camèrade Fidel, li ch’est à Joseph Vissarionovitch Djougachvili, éch tchot pére du peupe, qu’i vo s’adrécher. Chtilòl, Staline éd sin surpitchet, jé n’sais point siq il est in odeur éd saleté, mais nom-dé-zeu ! i lé mériteroait bien li étou !


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

16/01/07

À QUOÉ QU’A SERT L’ORTHOGRAPHE  ?

D’éch temps-lò, din no poéyis, n-y avoait un couvreu in pan.nes qu’il étoait conmunisse et pi du cœup o ll’appeloait ch’capron rouge. Et pi no couvreu il avoait in.ne file qu’o z-appeloait don l’tchote capron rouge.

Un bieu jour, vlò chl’éfant pèrtie mon s’grand-mére pour li porter un tchot pot d’beurre pi un morcieu d’watieu battu. O n’sait point d’trop ch’qu’al o foait durant qu’al o trécopé ch’bos d’Longue-Attinte, mais tours est-ti éq quanq al o té mon s’grand-mére, él paure fenme al évnoait d’t-ête matchée pèr in.ne éspéce éd bétail qu’i tnoait puss d’un leu qu’d’un tchien.

Quoé qu’il o bien pu arriver pèr aprés, o nin sait point grand cose. Mais vlò ch’éch warde-mahons il o asplitché à ch’juge d’instruction quanq il o té interrogé :
« Éj sus vnu à passer dvant l’moaison d’él grand-mére tout à foait pèr hasèrd quanq j’ai vu chop porte qu’al étoait ouverte… »
Os pouvez rmèrtcher qu’éch warde il étoait du Vimeu, vu qu’i dit chop porte, pi point él porte conme tout un chatchun il éroait pu dire. Os né dvroait janmoais foaire fiate à des horzains !

« Bon, qu’i dit ch’juge, pi pèr aprés ?
— Bin, j’sus rintré din l’moaison… pi lò, posé dsu l’tabe, n-y avoait un mot d’billet qu’i disoait : j’ai té minger, signé l’tchote capron rouge. Du cœup, j’ém sus dit al éro té minger un ham-bergére à ch’MacDo du tchuin. Quoé qu’ch’est qu’os éroète foait à m’plache, Monsieu l’Juge ? Mi j’sus rintré à no moaison sans pu m’értorner dé rien. »

Chu warde-mahons l’o don té atchitté et pi chu tchien-leu l-o té… cmint qu’o dit ? ah ouai ! l-o té anastasié, pi vlò !

Ch’est conme cho éq feute d’avoér apprins à accorder chés pèrticipes passés, l’tchote capron rouge al o fini s’vie din l’panche d’éch bétail. Du cœup, o né ll’o pu janmoais rvue din no poéyis.

Éj pinse qu’o n’êtes point aussi bêtes qu’o nn avez l’air pi qu’os avoète comprins qu’éch bétail mitan leu pi mitan tchien, ch’étoait un rotevélaire.


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

01/02/07

CHÉS COMPTES À ROBERT MON-ONQUE

J’éroais étou pu mette conme tite :
à quoé qu’a sert l’arithmétique ?
o bin coére :
vo compte il est boin !

Din ch’poste, intindu pi rintindu coére et pi coére :
l’alcool responsabe d’un sur troés d’chés accidints
A vourroait-ti dire éq siq os êtes récint os avez deux foés pu d’chance qu’éch buvatier d’grimper à sz’abes ?

Li din chés jornals :
chinquante-sept pour chint d’chés gins i sont d’avis avuc Hollande pour raugminter chés impôts à chetlò qu’i gaingne'te pu d’quate mille euros pèr moés…
Jé n’pinsoais point qu’i n-y avoait quèrante-troés pour chint d’Français à gaingner pu d’quate mille euros pèr moés…

Li din ch’Maillèrd Inchepé d’l’ésmain.ne passée :
moins d’vingt-et-un-mille caïelles pour chés gins d’l’UMP din ch’palais d’chés congrés !
Quanq o z-annonche qu’il étoai'te chint-mille suivant chés organiseux pi chint-mille suivant chés Rinsei­gnemints Généreux, cho vu dire qu’i n-y in avoait quate sur chonq qu’il étoai'te assis pèr terre. Pasqu’os avez pu l’vir tout conme mi, i n’y avoait point granmint d’mon.ne édbout !

Tous chés minisses i vous l’diront :
« éch chômage i boaisse ! »
Est bien bieu, mais ch’nombe éd gins qu’i travaille'te i n’raugminte point. Pétête qu’i feudroait aller vir du côté d’chetlò qu’il ont té inlvés d’chés listes éd l’Aénepéheu ?

Pi vlò un minisse-candidat qu’i mélange ses castchettes. Qu’i prind chl’aréoplane d’éch minisse pour aller foaire él campaingne d’éch candidat, qu’i foait foaire in.ne intchête pèr chés Érgés dsu chés eutes candidats. Chés calotins il ont un diu in troés person.nes, mais atchun il o sin rôle à juer, i n’peu'té don point leu berlurer. Échl’échortin in deux person.nes, li, i touille toute. Un puss un cho foait toudi un !

Os voéyez qu’i n’manque point d’gins pour foaire dire à chés chiffes ch’qu’eux-minmes i vu'té qu’i diche'te ! Érmèrtchez qu’os nin sonmes tertous un molé lò, rbéyez, mi : i suffit qu’éj voéche Zikarsor durant chonq minutes à l’télé pour qu’ém jornée tout intiére al fuche gadrouillée. Qu’nin vlò-ti lò in.ne rude multiplication d’pindule !


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

16/02/07

A N’EST POINT BIEU D’RIRE ÉD CHÉS VIUX…

I feudro nous y foaire, os nn ons coére in.nhui pour pu d’deux moés. Éj m’in vos point foaire tous mes tchuins d’ziu dsu chés élections, mais pour un cœup, i feut qu’éj vous conte ém darin.ne série-télé.

Éj n’érbée point granmint l’télé, mais dpu tchéque temps, min blanc-bon.net i s’est mis din s’cawette éd surfer dsu chl’arnitoéle. Surfer, os savez ch’est chés gins qu’i s’lanche'té dsu in.ne méchante planque in plastique din chés vagues éd la mer.

Soin  ! Quanq o voét chés éspécialisses, o z-o l’idée qu’o put foaire cho les doégts din l’nez, mais siq os êtes un bleu, os avez vite foait éd vous rtrouvoér in route à boère un boin bouillon tout in trachant à n’point laissier vo planque à l’abindon…

Eh bin ch’est conme cho qu’a s’passe avuc ém fenme. Éj jue chés surveillants d’baingnade. A n’vo point dusqu’à li foaire du bouque à bouque – os ons passé l’âge – mais ch’est coére souvint qu’i li feut un molé d’aïude pour és satcher d’in.ne mawaise passe. Bref, éj sus lò qu’éj berdéle, mais tours est-ti qu’os nous arringeons : quanq i n-y in o un qu’il est dsu intèrnéte, l’eute i foait eute cose !

Tout cho pour dire éq l’eute jour au soér j’érbéyoais Jean-Mèrie à l’télé. Ses contes jé szés con.noais, vu qu’cho foait pu d’chinquante ans qu’i nous rsorte él minme plot ! Avuc li ch’est bistouille, rinchette, surrinchette, gloria pi déchirante.

Adon j’étoais lò, à mitan réïu, éq j’acoutoais ses épories, quanq j’ai aperchu deux gins driére li. À mn avis, ch’étoait ses wardes-du-corps. Os savez, os ons des wardes-mahons din no campaingne, eh bin, din chés campaingnes électorales, i n-y o des wardes-le-pen.

N’allez point maginer qu’ch’étoait des David-Douillet ou coére édz éspéces éd gorilles, nan, ch’étoait putôt du genre Waffen-SS, blonds ariens, quoé ! Mais ch’qu’i prêtoait à rire, ch’est qu’i foaisoai'té tout conme siq i comprindroai'té ch’qu’i disoait leu patron.

Adon, à chaque allégation d’no fureur nation.nal, chés deux djudjusses il étoai'té pour, d’un air éd dire « il o raison !  » J’ai dit qu’ch’étoait des djudjusses, mais, ch’est point à cho qu’i m’ont foait rapinser. Quanq qu’j’ai szés vus qu’il hochinoai'te leu cawette, d’un seul cœup, j’ai pinsé à chés tchiens qu’o plache, à mesure, édsu chés plages-arriére éd chés voétures. Os savez, chés tchiens in carton qu’i di'te amen à toute.

A n’est point bieu d’rire éd chés viux… Pi Jean-Mèrie i sroait putôt pitieux, alorss jé n’vos point prinde éd gants. Éj m’in vos rire éd chés deux Waffen-SS, siq éj n’in riroais point, éj croés bien qu’i m’foutroai'té les freux.


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

01/03/07

ÉL MITAN D’DIX-HUIT

A chtilòl qu’i li dmandoait « quoé d’neuf ? » min grand-pére i n’mantchoait point d’réponde : « él mitan d’dix-huit ! ». Bié seur ch’étoait pour és motcher d’chés pèrisiens, un boin picard il éroait dit « quoé d’neu ? »

Os allez coére pinser : cho y est, vlò coére no baroumoaite érpèrti din ses ratrouilleries. Eh bin nan ! in.nhui point d’hotons à rbatte, ch’est du tout cœud, cho vient d’és foaire. Minme éq ch’est in.ne histoére qu’a n’est point coére finite…

Qu’éj vous asplique un molé : os savez édpu l’seize éd novimbe éd l’énnée passée qu’jé m’sus débarraché d’Trans-Félécom et pi qu’achteure éj sus n9uf à chint pour chint (n9uf : o n’y put rien, ch’est conme cho qu’il écri'te leu nom).

Adon cho foait in.nhui pu d’in.ne ésmain.ne éq j’ai à rfoaire avuc ém messagerie : chés messages i n’peu'té pu rintrer din m’boéte, soé-disant qu’al sroait badjée à mort alorss qu’éj sais qu’i n’y o quasimint rien ndin ! Pi ch’est qu’jé n’sus point tout seu, os sonmes des milles et des chints à t-ête din l’minme brin.

J’ai cminché pèr aller vir édsu l’grand-porte éd min éfahi des foés qu’i pèrleroai'té d’ém situation. Rien du toute, « i n’y o point d’incident in cours » qu’i di'te. Bé voéyons ! Pèr aprés j’ai traché in.ne adréche pour leu z-y invoéyer in mot d’billet in réclamant d’l’aïude. Point d’adréche, mais un tchot bouton à clitcher quanq o z-o des problinmes. Point d’tchutchute, éj clique !

Éj m’avoais lanché lò din in.ne rude avinture. In preume il o follu qu’éj don.ne tout mn idintité avuc liméro d’clieint, mot d’passe et compagnie. Pèr aprés ch’étoait ch’matériel : qué mèrque éd bécane, qué systinme d’esploétation, qué modéle éd modém, qué type éd butineu pour glicher din ll’arnitoéle. Ch’est tout jusse siq i n’m’ont point dmandé l’couleur éd min caneçon pi combien qu’éj pése débillé tout nu !

Quanq tout cho l-o té foait, j’ai pu rintrer din l’vif d’éch sujet et pi leus asplitcher qu’ém boéte al étoait plein.ne et pi vide in minme temps. Éj clique édsu invoéyer pi vlò ch’qu’o m’rinfique rondébilis : « y o in.ne berlure, cho foait qu’o n’ons point rchu vo message, mais os pouvez aller vous raforer din chés foronmes »

Bref, os avez comprins, i n’y avoait point person.ne pour érchuvoér ém réclamation. Quanq cho torné rond, qu’tout il est bieu, o vous foait d’él réclame, o vous foait dz aflateries : « Évnez à no moaison, ch’est nous qu’os sonmes chés puss boins pi chés moins tchérs ». Mais siq y o in.ne berluque qu’al bloque él manicraque, lò ch’est un silinche éd mort !

In.nhui ém boéte à lettes al est tours blotchée, mais j’ai seu m’décheper tout seu. Pétête qu’a n’durero point. Ch’est un molé conme échl’honme in route à tchair du heut d’él Tour Perret, pi qu’i disoait, arrivé à ch’troésienme étage : « pou l’momint, cho vo ! »


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

16/03/07

CHÉS INCYCLOPÉDIES

Ém premiére incyclopédie, ch’étoait in octobe dix-neu-chint-soéxante-deux. Éj mé nin ramintuve bien. Ch’étoait jusse aprés l’fête éd Ferriéres. Des jon.nes nivelets qu’il avoai'té bu un tchot cœup d’trop il avoai'té trécopé min gardin pi in passant il avoai'té dérachiné toute in.ne route éd choux d’Brusselles. In moins dé rien ém rage al o monté et pi din ll’ésmain.ne qu’al o sui, j’ai té acater in.ne incyclopédie du tchien à mon ch’libraire et pi j’ai té tcheur un tchien à chu rfuge SPA d’Poulainville.

J’avoais foait lò in.ne boin.ne affoaire. Grâce à mn incyclopédie, j’ai seu édutcher min tchien. Grâce à min tchien i n’y o pu yeu d’ébriaques à vnir traîn.ner din min corti. Éj nin sus t-à min troésienme dé tchien, mais ch’est tours él minme incyclopédie…

Du cœup, quanq j’ai cminché à réder d’égvaux, pour min tchot Noé j’ai rchu in.ne incyclopédie du gvau. A tchaisoait ad rém ! Ch’étoait jusse éch qu’i m’falloait. I feut croère qu’éj mé nnin sus point d’trop mal satché, vu qu’ém brave jumint al est tours lò, fidéle à sin poste et pi fin amiteuse. Pétête à cœuse d’ém incyclopédie du gvau, tchéche qu’i sait ?

Pi, à no moaison os ons yeu un cot. À pein.ne six moés pèr aprés i s’a foait équèrbouillé. Forchémint, éj n’avoais point d’incyclopédie pour li. No deuxienme cot il o in.nhui pu d’chonq ans, mais intér deux, j’avoais acaté in.ne incyclopédie du cot.

Tout cho pour dire qu’a fuche pour chés tchiens, chés gvaux ou bin coére chés cots, in.ne incyclopédie ch’est quasimint indispinsabe siq o vut foaire toute bien conme i feut. Os y trouve tout ch’qu’i feut savoér : cmint coésir ses bétails éd compagnie, cmint szés norrir, pi surtoute cmint szés drécher.

Toute il alloait don fin bien dusqu’à ch’qué j’m’aperchuche qu’i m’mantchoais in.ne incyclopédie d’él fenme ! Lò cho m’o foait drôle ! In.ne rude éscousse éq ch’o té lò. Éj sintoais bien qu’j’étoais in route à passer au côté d’tchéque cose éd granmint d’portance.

Ch’o té réglé in deux cœups d’tchuillére à pot. J’ai déteupé ch’qu’éj trachoais din eBay, j’ai rintchéri tant qu’i falloait pour t-ête éch puss boin et pi huit jours pèr aprés, j’érchuvoais, in colissimo émn incyclopédie d’él fenme . J’avoais pusieurs énnées d’értèrd à rattraper, j’éne perds point in.ne minute, éj décope chés fichelles d’éch patchet pi, sans puss attinde jé cminche à lire.

Fil à mesure qu’éj lisoais, jé m’sus rindu compte éd tchéque cose éd point catholique. Ch’étoait badjé d’érchettes éd tchuisine. N-y avoait tout un chapite pour apprinde à rsèrcir et pi rataconer chés habits… pi j’sais-ti coére ?

Ch’est à ch’momint-lò qu’j’ai comprins qu’éj m’avoais foait rtcheussé, qu’j’avoais té ramaliné et pi coére érbindé ! j’avoais té foait yeu pèr un dégazant ! O né s’déméfie janmoais assez ! In plache d’apprinde à drécher chés fenmes, avuc éch live-lò, j’éroais apprins à nn ête esclave ! Jé l’ai jté din chés cabinets – heureusemint qu’i y o un broéyeur !

Tout d’minme j’étoais rousti éd prés d’chinquante euros, a n’alloait point s’passer conme cho ! J’ai don décidié qu’à pèrtir d’in.nhui, jé n’boérai pu d’Chivas-Tchinze-ans-d’âge. Cho sro du Ricard éd supermèrtché pi cho dusqu’à temps qu’j’euche récoué mes chinquantes euros. Érmèrtchez bien qu’jé n’cange point d’crinmerie, vu qu’ch’est Pernod-Ricard qu’i szés fabrique touté deux.


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

01/04/07

PRÉS D’MI NOTOÉRE ?

Quanq j’ai cminché à deschinde chés escaïers, j’ai sintu tout d’suite qu’i n-y avoait tchéque cose qu’i n’alloait point droét. J’ai mantché d’m’églandir in plein mitan d’chés mèrches, à cœuse éd Pacha, no cot – i s’appéle conme cho pasqu’il o té câtré. N’impêque éq câtré ou point, Pacha i passe tous ses nuits à l’fertille, pi qu’i n’éroait point du t-ête lò din chés escaïers.

Quanq j’ai rouvert él porte d’él moaison, j’ai pinsé qu’j’avoais in.ne bleuvue ! Pour m’atcheuiller, min tchien Nino il s’avoait dédoublé. I n-y in avoait un à m’droéte et pi l’eute à gueuche, qu’i m’foaisoai'té touté deux des aflateries. Touté deux fin contints d’ém vir ! Pi in y rbéyant d’pu prés, j’m’ai aperchu qu’Nino i n’s’avoait point cloné conme cho tout seu, vu qu’éch deuxienme ch’étoait point un mèrle, ch’étoait in.ne fumelle !

Quanq j’ai rintré din ch’cabinet d’où qu’tout mn atrintchillage il est ringé, lò j’ai sintu qu’ch’étoait grave. Involés chés deux ordinateurs : min Mac pi un PC portabe – beurk, mais quoé qu’os voulez, i feut bien vir écmint qu’i nous rchu'te chés ouins-ouins à Djillaume Portes ! Pèrtis étou chés manicraques qu’i vont avuc : imprimante, graveur, éscanneur, disqué dur, disqué mou. Mantchoait coére : no téléviseur, chu magnétoscope, éch lecteur-graveur éd dvd, chés téléphon.nes, qu’i fuche'té portabes o bin point. Bref, ch’étoait conme un grand vide din l’piéche… et pi din m’panche don !

Quanq j’ai té vir édsous no carterie, éj n’ai point té ton.né du toute éq no voéture a n’fuche pu lò ! Minme à mitan rinveillé, ll’idée al avoait foait sin cmin. Pèr nuit, os avoème yeu d’él visite ! Des gins asteux, qu’il avoai'té bien pinsé pi pourpinsé édvant d’foaire leu cœup. Feut point t-ête él mitan d’in.ne bête pour maginer éd ramner in.ne fumelle pour éq chu tchien d’él moaison i s’tienche trantchille pi qu’i n’aboéche point ! Os avoème yeu affoaire à dz’éspécialisses, des dégazants éd premiére classe !…

Quanq éj m’ai rinveillé, j’étoais din min lit, trimpé d’sueur et pi j’m’avoais intorsillé din chés lincheux. Il étoait troés heures du matin. Éj m’ai tout d’minme é-lvé, j’ai deschindu din no tchuisine, chu tchien i dormoait din sin pènier, tout seu ! Déhiors chu cot il est vnu s’lancher din mes gambes pour és foaire caliner. Sous no grand-porte pi sous l’leumiére d’él leune, no voéture al miloait tout duchemint.

Quanq éj m’ai rcoutché, j’ai cminché à buser. Pétête qu’éj m’avoais rinveillé d’trop tôt. Bié seur j’avoais reuvé, mais pétête éq ch’étoait un reuve prédminotoére, conme i diroait min voésin Lucien ? Tours est-ti qu’j’éne m’ai point rindordelé. Éj djettoait tous chés bruits anormals. Pi din des momints conme cho, asseuré qu’i n-y in o granmint.

Quanq j’y pinse, éj mé dmande coére à tchéche qu’éj doés un pichon d’avri pèrel ? Tchéche qu’a fuche, sin cœup l’est réussi !


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

16/04/07

VOTE ET PI TAIS-TTÉ

Os savez-ti cmint qu’chés sondages i sont foaits ? Os savez-ti cmint qu’i sont manigancés pi coére démasinglés édvant d’t-ête présinté din chés gazettes ?

Éj m’a vous l’dire, mi. In preume o coési un échantillon érprésintatif d’un molé moins éd mille gins in âge éd voter. Os leu dmande écmint qu’i s’in vont voter. O rinte chés résultats din chl’ordinateur, pi lò quoé qu’i s’passe ? Bé ch’est impossibe d’él savoér ! Atchun d’chés Instituts éd Çondage il o sn érchette à li.

Tours est-ti qu’o z-arringe, qu’o corrige, qu’o prind in compte jé n’sais point lestchelles éd chés variations saison.nières pour, à l’fin des fins, nous dessatcher un résultat qu’i n’o pu grand cose à vir avuc éch l’original. Et pi, soin ! pour con.noaîte chés tchestions posées ch’est djò toute in.ne affoaire, mais pour savoér cmint qu’chés résultats il ont té trafitchés, wate, point tchestion, scret d’état !

Quanq o sait qu’chés minmes Instituts éd Çondage i nous di'te éq chés électeurs i sont sinsibes à chés sondages et pi qu’leu vote i cange suivant chés résultats qu’o publie, n’y o d’quoé rmette in doute no démocratie, nan ?

Maginez in.ne minute qu’os ayonche affoaire à un candidat malhonnête, qu’il éroait granmint l’bros long, qu’il éroait étou des boins amis éd bien plachés un molé tout pèrtoute, d’eximpe din chés Instituts éd Çondage, os sintez tout conme mi ch’qu’a vourroait dire ? A n’est point possibe qu’os disez ?

Tout cho ch’est bien bieu, mais y o coére bien puss miux, ch’est chu vote alectron.nique. Pour chés prochains votages n-y o don vingt-chonq mille électeurs d’Anmiens (et pi étou dz eutes in France) qu’i s’in vont voter pèr ordinateur interposé.

Pi lò ch’est ch’grand noér. Ch’est conme él bobine éd Ruskoff éd vo voéture ! Éj voés bien, à vir vo cawette, qu’o n’savez point qu’os avez in.ne bobine éd Ruskoff édsous ch’capot d’vo voéture (pi coére, i feut qu’a fuche un moteur à essence…)

Conme un adjudant, instructeur mirlitaire, il asplitchoait à ch’peloton ch’qué ch’est qu’in.ne bobine éd Ruskoff, n-y o un tchot malin qu’i li o dmandé :
« Mais cmint qu’al foait don l’bobine pour canger du douze volts in étinchelle éd pusieurs mille éd volts ? Quoé qu’ch’est qu’i s’passe à l’intérieur ? »
Chl’adjudant il o busé un boin momint, pi il o déclatché ;
« À l’intérieur, bin a s’démerde ! »

Os pinsez lò, éj n’in sus seur, adoù qu’él vlò pèrti lò, avuc és bobine éd Ruskoff ? Bin ch’est point bien complitché, échl’ordinateur qu’i s’in vo inregistrer vo vote, ch’est conme qu’i diroait in.ne bobine éd Ruskoff : à l’intérieur i s’démerde. Ch’qu’i y o d’pu grave, ch’est qu’os sonmes tertous conme échl’adjudant, os n’savons point quoé qu’i s’passe à l’intérieur, pi minme siq o trache à savoér, bé, n-y o point moéyin, ch’est conme pour chés sondages : scret d’état !

Édvant, din no démocratie, tout l’mon.ne i pouvoait prinde és pèrt din ch’dépouillemint, achteure, avuc chu vote alectron.nique, ch’est pu person.ne ! Mais os sonmes-ti coére in démocratie ? In tous les cas, siq os n’y foaisons point intintion, a nn o pu pour longtemps, no démocratie !


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

01/05/07

POUR ÉNE POINT T-ÊTE ÉRCRAN

pour éne point t-ête ércran, foais ouvrer sz’eutes à t’plache !
(dicton phanoés)

Quanq o z-o rien à dire et pi qu’o n’sait point s’taire,
o put toudi aller djeuler mon d’éch bistrot,
dviser éd sin voésin qu’i n’o point foait la djerre
dviser éd Ségoléne et pi coére éd Sarko
dviser dviser dviser, histoére éd foaire du vint,
pour foaire vir qu’o sait vive, qu’o con.noaît chés canchons
dviser d’ses romatiques ou bin éd saint-frustchin
pour foaire croère à chés gins qu’o z-est point éch pu con.

Quanq o z-o rien à dire, o put pèrler d’és fenme,
dire qu’al pue pi qu’al péte, éq ch’est in.ne paure viéserie
qu’a n’sait point tchuisiner, qu’a n’ainme qu’éch mélodranme
qu’al découque tant qu’al put, sûr qu’al o des chéris.
O pèrlé d’éch tchuré, o pèrlé d’és dédjince
ou bin d’éch darin chide, qu’i n’veut point chti d’édvant.
O pinse à rien du toute, o dit point tout ch’qu’o pinse.
Quanq o z-o rien à dire o put pèrler longtemps.

Quanq o z-o rien à dire, o pèrle éd mécanique,
éd chés Améritchains qu’i s’inraque'te in Irak,
d’éch pape pi d’éch tiercé, d’chés téléphon.nes publics
qu’o n’put pu s’in servir vu qu’i sont débistraques,
d’éch sabe d’éch goupillon, d’él musique militaire
d’él tèrte à lait boli pi d’no trantchillité.
Quanq o z-o rien à dire et pi qu’o n’sait point s’taire,
o finit qu’o z-est ch’coq éd l’imbécilité.

Merci à Bernard Dimey qu’i m’o, coére un cœup, don.né d’l’aïude pour min tchuin d’ziu !


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

16/05/07

CHONQ ANS !

Chés gran.nes douleurs i sont muettes…
Asseuré qué dmain cho iro un molé miux pi qu’éj pourrai foaire un vrai tchuin d’ziu ?
Pour in.nhui, vlò Zikarsor qu’il est présidint, pi au soér j’ai rprins troés foés des mouilles.


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

01/06/07

O N’EST POINT GRAND COSE, MÈRCHEZ !

Bon, jé l’sais ! j’avoais promis d’vous foaire in.ne suite à min tchuin d’ziu du seize éd mai, vu qu’il étoait un molé courteu, et pi jé ll’ai point foait ! alorss os êtes lò qu’os vous épinez in attendir échti d’in.nhui, d’tchuin d’ziu…

Bé os allez t-ête contints, os allez nn avoér pour vos quate sous, os n’érez point d’érgrêts d’t-ête vnu vir éch qu’i nn étoait. Pasqué dpu troés smain.nes ch’n’est qu’un acumonchélemint d’miséres. Éj m’in vos vous asplitcher tout cho in détails.

Adon, tout il o cminché él diminche d’éch deuxienme tour, él combien qu’os étoème, éj né l’sais minme pu. Ch’est point complitché jé n’sais pu cmint qu’éj vis ! Ché nn est dévnu à un point qu’éj mé dmande minme siq j’existé coére !

Bref, ch’est ch’jour lò qué mn ordinateur il o cminché à foaire des sien.nes, qu’il o cminché à croère éq ch’étoait li ch’moaîte, qu’i s’a mis à foaire la gréve ! Non mais, os maginez ? émn ordinateur in gréve ? Eh bin ouai, ch’est lò qu’os nn étoème rindus mi pi li !

Os savez cmint qu’éj sus pignu, éj n’alloais point m’laissier foaire ; pi qu’i vouloait la djerre, bé il alloait l’avoér. Ch’n’étoait tout d’minme point in.ne atrintchillage rimpli d’puches qu’il alloait canter ch’cot à no moaison, o z-alloait vir ch’qu’o z-alloait vir, nom-dé-dju !

Bé pour vir, o put dire qu’os ons vu ! Deux jours pèr aprés, j’avoais sitant foait d’mes pieds pi d’mes mains éq tout mes dotchumints l’étoai'té pardus, abolis, émormelés, épeutrés pi coére démasinglés. Pu rien, ch’étoait la Bérézina, ou bin Waterloo, putôt minme tous les deux insen.ne à l’foés !

Heureusemint qu’i n’y o point qu’l’informatique din la vie qu’os m’direz ! Ouai, bé pèrlons nné d’la vie. Cho foaisoait in.ne cope d’ésmain.nes éq min tchien il avoait à rfoaire. Du début o ll’ons soégné pour des romatiques, pi pèr aprés pour él maladie d’Lyme – os savez, l’saloperie qu’chés bêtes pi chés gins il attrape'te avuc chés tiquets. Mais nan ch’étoait point cho.

Il o don follu continuer l’cortison.ne sans bien d’trop savoér à cœuse éd quoé. Pi mèrdi au matin, min tchien éq d’habitude il étoait putôt à s’djife, i n’o rien voulu minger, pi i s’a lanché din un ratchuin d’no cour sans pu vouloér rapasser minme au soér pour dormir. Mi pi m’fenme os ll’ons inrouler din in.ne couverte pour l’rintrer à no moaison et pi…

Bé vlò ! os y sonmes à ch’fanmeux mercrédi seize. J’ai quèrtché min tchien din m’carrette – i n’pouvoait mie pu grimper tout seu él paure bête – pi j’ai té llé mner mon ch’vétérinaire. Lò quanq j’ai dmandé siq i n’alloait point moérir, bin i m’o dit qu’sié, pi qu’a sroait miux qu’i pèrche tout d’suite, qu’a n’servoait à rien dé l’laissier pâtir, éq conme il étoait lò i souffroait l’mèrtyre.

Éj sus don rintré tout seu à no moaison. Un tchien qu’i n’avoait point coére six ans !… Ch’est pour cho qu’min tchuin d’ziu i s’appeloait "chonq ans", et pi j’m’as vous dire, a n’est point vrai qu’j’ai rprins troés foés des mouilles, pasqué ch’soér-lò, éj n’ai point mingé du toute !


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

16/06/07

ÉCH TENNIS ET PI BIEN DRÉCHÉ

Tous lz ans, dvant m’télé, j’érbée ch’tennis à Roland Garros. Et pi tous lz ans, jé rsors les minmes ratros. Éj mé dmande siq jé n’vous nné point djò pèrlé n-y o tchéques énnées ? I feuroait qu’éj vérifiche et pi jé n’ai point l’tchœur dé l’foaire. Bé tant piss pour vous !

Adon j’érbée ch’tennis et pi, forchémint, jé ll’acoute ! Infin, éj sus bien obligé d’intinde éch ratrouillage éd chés jornalisses. Pasqué, siq os copez ch’son, os n’intindrez pu ch’bruit d’chés balles, chés réactions d’chés éspectateus, a n’est point possibe.

Éj reuve d’in.ne télé qu’al éroait un son pour échl’inviron.nemint et pi un son pour chés conmintateurs, deux sons qu’o pourroait régler l’un pi l’eute conme o vut. Cho n’sroait point bien complitché à agincer, et pi qué plaisi dé n’pu intinde chés flacon.neries d’chés meudits jornalisses !

Os voulez nn avoér in.ne flairinée, d’leus orémus ? Bé… j’sais-ti, mi… d’eximpe :
« lò i s’in vo dvoér juer sin tennis él puss boin !… »
Asseuré qu’édpu qu’i jue'te, il o foait sprés d’mette chés balles déhiors…
Ou bin coére, pour un jueu qu’il est mné chonq à zéro, et pi qu’probabe i s’in vo perde :
« i vo falloér qu’i foaiche tchéque cose ! »
Bié seur qu’i s’in vo foaire tchéque cose : i s’in vo juer sin puss boin tennis. Pi conme os voéyez, nous vlò rnus à no point d’dépèrt !

Et pi ch’est conme cho tout du long. N-y o vraimint d’quoé nn ête téné, réïu pi coére ércran. In puss, o put s’édmander, ch’est-ti vraimint des jornalisses ? Mi j’croés qu’i feudroait invintion.ner un eute mot.

In picard o n’ons point ch’mot qu’i feut, in français éd tous les jours o pèrleroait d’lapalissade, os savez « un quèrt d’heure édvant d’moérir, il étoait coére vivant » pi in français d’al diminche o diroait putôt truisme. Mais cmint dénonmer tchéqu’un qu’i n’dit qu’des lapalissades ? Bé vlò, mi j’ai trouvé, ch’est point des jornalisses, ch’est des truisses !

Pi pour finir conme os ons cminché, Fifine al diroait :
« Assez d’chés truisses à la pelle ! »


[01/01/07] [16/01/07] [01/02/07] [16/02/07] [01/03/07] [16/03/07] [01/04/07] [16/04/07] [01/05/07] [16/05/07] [01/06/07] [16/06/07]

 Adé

tchuins d’ziu du 1er juillet 2007 archives 2e semestre 2006