tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du deuxième semestre 2006

[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

01/07/06

ÉL RÉVISION D’ÉMILE

Os con.naissez Rain.neville, un tchot village à dix tchilométes au Nord d’Anmiens. Intré chés deux djerres, ch’étoait un village éd laitiers. D’autchuns qu’il avoai'te in.ne poaire éd vaques i deschindoai'te vinde leu lait Anmiens. Dz’eutes, i nin racatoai'té tchéques lites à leu voésin qu’il étoait cinsier, eux tou pour deschinde él vinde à chés Anmiénoés.

Des foés ch’étoait l’fermiére qu’al atteloait sin beudet à l’tchote cagirotte pi qu’al quèrtchoait chés bidons d’vingt lites tout seue édvant d’prinde chu cmin d’Anmiens. D’éch temps-lò o n’érbéyoait point à chés fenmes conme in.nhui. Tout cho pour dire éq drés l’pointelette ch’étoait in.ne vraie pocession édsu l’route : chés laitiers d’Rain.neville i leu n-alloai'te livrer !

Arrivé dsu plache, atchun il avoait s’clieintéle, atchun il avoait s’tornée. I butchoai'te à l’porte éd chés gins et pi avuc leu mesure in blanc-fer i leu versoai'te un lite ou un lite édmi din leu pot-au-lait, ch’étoait slon. Mais tours du boin lait qu’i vnoait d’ête trait du matin, qu’il étoait coére tiéde, biétôt.

Aprés l’djerre éd quèrante, il ont coére continué un molé. I leus avoai'te modernisé. Achteure il avoai'te édz autos. Mais cho n’o pu duré granmint. Ch’étoait-ti l’feute à Mendés-France qu’i foaisoait don.ner du lait din chés écoles ? Pétête bin qu’ouai, pétête bin qu’nan. Tours est-ti qu’un bieu jour o n’o pu yeu l’droét d’vinde éch lait in vrag. Ch’étoait point prope. O n’o pu yeu l’droét qu’à du lait mis in boutelle pèr chés copératives laitiéres, pi bié seur qu’édvant il avoait té écrinmé bien conme i feut.

Chés laitiers d’Rain.neville, leu pu bieu temps l-étoait passé ; il ont bien assayé d’vinde du lait in boutelle, mais cho n’o point duré bien longtemps. Pi ch’est à l’adon qu’no laitier à nous, il o té l’un d’chés darins à foaire és tornée.

Un bieu matin, vlò qu’ch’est min pére qu’il o té rouvrir él porte avuc no pot-au-lait din s’main. Il est rnu in disant :
« Émile, ch’fiu d’no laitier, il o passé ch’conseil éd révision !
— A m’éton.neroait bien, qu’a li rinfique ém mére, no laitier i n’o point d’fiu, i n’o qu’deux files ; tu t’éros berluré !
— Éj nin sus seur, j’éne sus point sourdiu, i m’o bien dit qu’hier ch’étoait l’révision d’Émile… »

Ch’est vrai qu’min pére i n’étoait point causant, i n’avoait point posé d’tchestion. Ém mére, qu’al étoait un molé pu landjuse, l’lin.nemain a nn o yeu l’fin mot :
Ch’est conme cho qu’al o seu qu’no laitier il avoait mné sn auto pour él révision d’chés mille tchilométes. Ch’étoait cho ! ch’étoait l’révision des mille !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

16/07/06

ÉCMINT N’POINT PERDE LA BOULE ?

Durant qu’j’écris min tchuin d’ziu, jé n’sais point ch’qu’i nn est d’él binde éd Gaza pi d’éch Liban. Tous les jours il améne'té leu vion.née d’bombes, leu collée d’moaisons écaties, leu lotée d’morts, leu gron.née d’blessés, pi tant qu’o z-y est, surtoute des fenmes et pi dz éfants…

Arno Karsfeld ? O n’t’intind point ? Quoé qu’ch’est qu’t’attinds ? Pi BHV ? nan point BHV, BHL – estchusez-mé, jé m’sus trompé d’insingne – est-ti qu’tu sroais rpèrti in vagances in Afghanistan ? Pi tous chés grands défindeux d’chés droéts d’l’honme ? Adoù qu’i sont ? Qué silinche éd mort !

Bié seur éq chés ayatollahs i n’ont point d’mau aprés cho. Est aisié d’foaire d’un éfant un kamikase quanq qu’il o vu s’moaison démanglée pi ses pèrints abolis. Ch’est in.ne logique éd djerre, éd destruction massive ! Él solution finale ? Bin ouai, quoé qu’os voulez, jé n’pux point n’point foaire éch rappreuchemint ! Chés camps, éch fi-d’fer bèrbelé, chés miradors, toute il est in plache, toute il est coére d’actualité.

Tant qu’à Zidane, quoé qu’ch’est qu’i vient foaire la-ndin ? Bé rien ! Rien du toute ! Ses controts d’réclame il ont té raconduits dusqu’à perpéte. I n’o point grand cose à invier à chés grands dirigeux d’interprinzes – eux qu’i leu z-in vont avuc des rtraites in dor aprés qu’il ont mné leu boutique au bord d’él faillite.

Éch fanmeux soér, Lucien min voésin il avoait ahotché éch drapieu tricolore à s’belvoisin.ne. Sin fiu i varon.noait din tout ch’poéyis, au volant d’ésn auto in klaxon.nant conme un pardu. Passé chés tirs au but, o n’o pu vu d’drapieu ni intindu d’trompette. J’ai idée qu’éch Liban a n’li cope point l’appétit et pi qu’Gaza i né ll’impêque point d’dormir.

Il est lò, Zidane, pasqué chés Français i sont conme chés Argentins din les énnées soéxante-dix, du temps d’chés dictatures militaires in Amérique du Sud. À l’époque o disoait qu’chés gins il étoai'té tellemint malheureux, tellemint dépourvus qu’i n’avoai'te point eute cose adoù leu raccreucher.
Ch’est-ti qu’o nin sroème évnus lò ?


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

01/08/06

CANABIS

Ch’étoait pèr éch dix-huit d’avri dix-neu chint quatré-vingt-seize. In.ne gron.née d’civils libanais i leus avoai'té réfugiés din un camp d’chés Nations Unies, à Cana au sud d’éch Liban. I leu muchoai'té-lò avuc l’idée d’leu mette au rados d’chés obus d’chés Israéliens, pi étou d’chetlò d’chu Hezbollah.

Il étoait deux heures d’érmontée quanq éch bombèrdémint il o cminché. Il o duré pu d’vingt minutes. Il o foait chint-deux morts.

In preume chés Israéliens il ont dit éq ch’est chu Hezbollah qu’il avoait foait cho. Conme a n’tient point dbout, éd deuze il ont rcon.nu qu’ch’étoait eux et pi qu’ch’étoait in.ne berlure. Éd troése, un casque bleu il o don.né à un jornalisse in.ne vidéo qu’il avoait torné li-minme éch jour-lò pi doù qu’o voét qu’i y o un drône, un tchot modéle réduit d’aréoplane télécmandé qu’il est au dsu d’éch camp d’Cana. Éch gouvernémint d’Israél il o robolé éq leu drône il étoait gognou !

Ch’étoait n-y o dix énnées d’cho mais dpu ch’temps-lò, n’y o rien d’cangé. Chés Israéliens i sont tours autant malapattes et pi vinigouttes. Ch’est conme cho qu’éch vingt-six éd juhiet dé ll’énnée-chi il ont bombèrdé durant pusieurs heures chés positions d’chés casques bleus. I nn ont tué quate. Éch gouvernémint Israélien il o promis d’foaire in.ne intchête ! Ch’est vrai qu’quate morts ch’est point granmint… quanq éj vous disoait qu’i sont gognous.

Pi vlò, din l’nuit du trente juhiet, ch’o té Cana-bis ! Rinchette ! Pi sur chés soéxante-deux morts, i n-y o quèrante-deux éfants. Pi din chés quèrante-deux éfants i n-y avoait in.ne tchinzain.ne d’handicapés. Qué belle victoére pour éch peupe hébreu !

Et pi quanq j’y pinse ! Pétête éq chés pilotes qu’il ont bombèrdé Cana, leu taïons il étoai'te éfants durant l’djerre éd quèrante, in France justémint, pi qu’il ont pu écaper à chés camps pasqué des gins qu’os appeloait à l’époque des terrorisses il ont ristché leu vie pour eux !

À vouloér applitcher l’loé du talion – os savez ziu pour ziu… – bin o finit qu’o vient avule !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

16/08/06

FISTON

Quanq j’étoais ptchot, min grand-pére il avoait un ntchien. Fiston qu’i s’appeloait. Ch’étoait un épagneul bréton. Asseuré qu’ch’est pour cho qu’grand-pére i n’li pèrloait point in picard conme il foaisoait avuc ses fius et pi m’grand-mére, Man Blanche. Pour éch tchien, il étoait au minme reingne éq chés ptchots éfants, min grand-pére i li pèrloait in français.

Durant l’jornée Fiston i restoait din sin chni au fond d’él cour, mais quanq él grand-porte al étoait freumée, alorss il avoait l’droét d’és détinde din l’cour ; et pi i n’s’in privoait point. I foaisoait dz allées-vnues in courant à fond d’train durant vingt boin.nes minutes. Pèr aprés il étoait pu calme pi il avoait l’droét d’rintrer din l’moaison.

Mi, quanq j’étoais pour aller à mon Pépére-Mémére – ch’est conme cho qu’os appeloème nos grands pèrints –, in arrivant à l’porte, éj crioais pèr éch treu d’él boéte à lettes :
« N-y o point d’dinger ? »
Siq éch tchien i n’étoait point in route à trécoper l’cour pu vite qu’un zébe, j’avoais ch’fu vert, éj pouvoais rintrer, sans cho falloait qu’j’attinche qu’i fuche un molé rapuré dvant qu’éd rouvrir él porte.

Fiston i n’étoait point toudi à l’fête. Min grand-pére ch’étoait un tatchin, il ainmoait adjuicher chés gins. Tout conme il ainmoait foaire des niches, pi ch’étoait janmoais bien méchant ! Mais avuc sin ntchien, tout d’minme, il étoait capabe d’él pousser à bout. I ll’éroait foait moérir mèrtyr !

Au soér, quanq il avoait fini d’minger, min grand-pére i rmettoait sin coutieu din s’poque. Alorss éch ju i pouvoait cmincher. Pépére i mettoait un morcieu d’chuque dsu l’tabe à s’droéte, tout au bord pour éq sin ntchien i llé voéche bien. Ch’brave Fiston il attindoait bien gintimint pi conme é-rien né vnoait i s’épinoait, i rmuoait s’tcheue, i foaisoait l’bieu et pi…

Bin, grand-pére i prindoait ch’morcieu d’chuque et pi i llé rposoait dsu l’tabe, mais à s’gueuche. Éch tchien i cangeoait d’côté pi toute i rcminchoait. Cho pouvoait durer un boin momint conme cho. Édvant qu’Fiston i puche avoér és récompinse, éch bout d’chuque il avoait cangé d’plache pu d’in.ne douzain.ne éd foés.

À l’évatchuation, Fiston il o profité d’él débaque pour s’inseuver pi o né ll’o pu janmoais rvu. I n’o-ti yeu d’él pein.ne min grand-pére. Mais mi j’étoais bien contint pour chu tchien. J’ai tours pinsé qu’Fiston il avoait fini pèr trouvoér un moaîte qu’i n’él foaisoait point bistcher conme cho.

Os savez qu’i n’y o point qu’chés tchiens qu’il ont foait cho à l’époque. Éj con.noais des gins qu’il ont foait tout du minme. Pour eux conme pour Fiston, ch’étoait in.ne boin.ne occasion d’canger d’vie.


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

01/09/06

JÉ L’SAVOAIS BIEN !

Bié seur éq cho dvoait arriver un jour ou l’eute, mais jé n’pinsoais point qu’éroait té pour chés âges d’éch baroumoaite ! Pasqu’os n’vous nn êtes pétête point rindu compte, mais ch’darin tchuin d’ziu, ch’étoait tout jusse huit énnées pèr aprés l’mise in plache éd no site.

Bé pèrlons-nné ! À chaque cœup, j’ém déméfie, jé rbée din chés archives édvant d’coésir un tite pour émn artique pour qu’i n’y euche point deux foés l’minme. Quoé qu’ch’est qu’i s’a passé i n-y o tchinze jours ? Jé n’sais pu bien cmint qu’a s’a foait, mais tours est-ti éq min tchuin d’ziu, jé ll’ai dénonmé Fiston. Pi quanq qu’j’y ai rbéyé d’un molé pu prés, bin ch’étoait point ch’premier tchuin d’ziu qu’i s’appeloait conme cho.

Ch’qu’i m’o foait bistcher ch’est qu’l’eute éd tchuin d’ziu i n’étoait point si viu qu’cho, piqu’il étoait d’éch preume d’octobe deux mille troés. Alorss j’ai té vir quoé qu’ch’est qu’j’avoais bien pu débagouler d’éch temps-lò édsu ch’fanmeux Fiston.

Ah qué misére ! Allez, mes gins, a n’est point bieu d’viusir ! Mi qu’éj rioais coére, i n-y o point bien longtemps, d’él maladie d’Eisenhower ! Os pouvez y aller vir pèr vous-minme. Ch’est du pèrel au minme, ch’est l’minme histoére d’un côté conme éd l’eute. Avuc tout d’minme in.ne tchote différinche…

Bin ouai, un tchot tchéque cose qu’i m’o foait coére pu d’mau qu’éch reste : ch’est qu’i n-y o troés ans, émn histoére al étoait bien miux tortchée qu’i n-y o tchinze jours ! Quanq éj vous l’disoais qu’o n’gaingne point à viusir !

Mais soin ! O n’apprind point un viu singe à foaire des grimaches ! I n-y o tchéque cose éq j’ai rétnu d’émn avinture : Person.ne i n’m’o écrit pour ém dire qu’éj m’avoais berluré. Person.ne i n’s’a don aperchu qu’ch’étoait du récœuffé ! Du cœup, él prochain.ne foés qu’éj srai in raque, éj m’in vos point nin foaire in.ne maladie, j’érdessaquerai un viu tchuin d’ziu pi cho fro l’affoaire, point vrai ?…


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

16/09/06

QUATORE ÉNNÉES D’AFRIQUE

Din no famille du côté d’min pére, o z-o tours dit qu’os avoème un rataïon qu’il avoait foait quatore énnées d’Afrique. Ch’étoait con.nu conme éch leu blanc. Minme éq min frére, li qu’i vit in Amérique du Sud édpu biétôt quèrante ans, quanq il o un tchot cœup d’cerfeuil, qu’i cminche à dégalocher, i pèrle d’chés quatore énnées-lò conme siq i sz avoait vétchu li-minme.

Adon, à ch’qu’o disoait, no rataïon, conme il avoait tiré un boin liméro, il avoait foait sin congé – qu’à l’époque a duroait sept ans – pi pèr aprés il avoait rfoait sept ans d’puss pour un eute, conme rimplachant. Ch’étoait ch’qu’o racontoait din no famille. Et pi ch’est vrai qu’étoait conme cho, d’éch temps-lò. Chti qu’i tiroait un boin liméro pi qu’il avoait des sous, i pouvoait s’poéyer un rimplachant qu’il alloait foaire sin temps à s’plache.

Quanq j’ai cminché à foaire d’él généalogie, qu’j’ai mis min nez din chés archives dépèrtémintales, j’ai déteupé in.ne gin qu’i foaisoait l’affoaire. Ch’étoait Vitorisse Demarcy, min rataïon, éch grand-pére d’ém grand-mére du côté d’min pére. I s’avoait mèrié à vingt ans, il avoait yeu in fiu qu’il étoait mort au bout d’dix jours, pi min taïon, Théophane, li, il étoait né huit ans pèr aprés.

Din sz eutes rataïons, point un qu’i rinte din chés cases. D’eximpe, pour l’un, il étoait mort éd pèr trop jon.ne. O n’put point moérir à vingt-neuf ans équèrbouillé pèr és carrette et pi avoér foait quatore ans d’service. Tout cho pour dire qu’un rataïon qu’il éroait foait quatore énnées d’Afrique, i n-y avoait qu’Vitorisse qu’il éroait pu.

In puss, avuc un nom pèrel, Vitorisse, tout droét sorti éd chés albums à Goscinny, Astérisse et compagnie, i feut rcon.noaîte qu’i n-y avoait d’quoé reuver. J’ai minme tellemint bien reuver, qu’j’ai maginé un méchant conte, in.ne histoére éd cheik qu’il étoait sans provision. Ch’étoait in.ne min.niére éd rinde honmage à min rataïon. Chetlò qu’i con.noaisse'té mes tchuins d’ziu pèr tchœur, i séront bien vous dire din ltchel éq ch’étoait…

Tours est-ti éq pour éne avoér él tchœur net, éj m’ai rmis à trifouiller din chés rgistes d’échl’état-civil. Pi lò, bé j’n’ai point té berdouille ! Vitorisse, pèr aprés qu’sin premier fiu Valéri il euche défuncté in 1840, et pi dvant qu’Théophane min taïon i n’vienche au mon.ne in 1848, Vitorisse il o yeu un fiu, Joseph et pi deux files, Fleurine et pi Irma. Pi troés énnées pu tèrd, in 1851, il o coére yeu in.ne file, Cléomyre. Durant tout ch’temps-lò, i s’prétindoait ménuisier à Ferriéres !

Bé vlò ! Os avez comprins qu’chés quatore énnées d’Afrique, ch’est un conte à Robert Mon Onque. O n’sait point à quoé qu’o s’espose quanq o cminche à rbatte chés hotons. Ch’est pour cho qu’jé n’tracherai point pu loin. Théophane, min taïon, éch fiu à Vitorisse, il étoait in âge éd t-ête soldat in 1871. Maginez un molé qu’il euche té din chés Versaillais qu’il ont foait la semaine sanglante ? Eh bin mi jé n’vux point l’savoér !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

01/10/06

QUATRÉ-VINGT QU’OS SONMES !

Et pi coére ! pétête qu’i n-in manque tchéques-uns !… Et pi quanq éj dis qu’os sonmes i feudroait putôt dire qu’os étoème, pasqué din tout ll’étchipe, i n-y in o pu d’un achteure qu’il est à ch’camp d’soéle, mèrchez ! Os vous dmandez sûremint éd quoé qu’jé dvise ? Eh bin, ch’est d’chés tchots-fius à chés tchots-fius à Vitorisse, bié seur !

Éch darin cœup, éj vous disoais qu’min rataïon Vitorisse, os ons pinsé un momint qu’il avoait foait quatore énnées d’Afrique. Pi a n’étoait finalemint point possibe, vu qu’il éroait follu qu’i fuche in permission éd pèr trop souvint pour é-rnir foaire ses éfants à Ferriéres ! Siq ch’est point li, ch’étoait pétête sin frére, Modeste, ménuisier li étou mais qu’i restoait à Bovelles, mon d’ses pèrints, à mesure ? Un jour, jé nn érai l’tchœur net, cho j’vous l’jure !

Tours est-ti qu’j’ai rlanché min nez din chés papiers d’éch début qu’éj m’ai mis à foaire d’él généalogie, et pi qu’j’ai rtrouvé chés deschindants d’Vitorisse. Él liste al étoait djò foaite, bié seur n-y avoait sûremint du nouvieu, mais ch’problinme ch’est point cho. D’éch temps-lò jé n’m’avoais point coére étchipé tchestion informatique, tout il est don écrit à la main à ch’dos d’un rouleau d’papier-peint.

Cho cminche avuc Vitorisse, qu’il avoait mèrié Mèrie Rose Pétronille pèr un bieu jour éd février dix-huit chint trente-neuf à Ferriéres. Il ont yeu six éfants, ch’preume i n’o vétchu qu’in.ne cope éd jours, mais sz’eutes i leus ont mèriés à leu tour, pi il ont yeu dz éfants à leu tour, ch’qu’i foait qu’Vitorisse il o yeu seize ptchots-éfants. Chés ptchots-éfants il ont foait dz éfants à leu tour, et pi à l’quatrienme génération il étoète trente-six. Vitorisse i nn o point con.nu granmint : seulemint chés troés premiers éd l’aîn.née d’ses ptchotes files. Léopoldine qu’o ll’appeloait, mais ses noms d’baptéme ch’étoait Palmyre Pétronille, Pétronille à cœuse d’és grand-mére, probabe.

Coére un tour éd puss pi os étoème quatré-vingt ! Él fornée-lò, éj nin foait pèrtie. Pour él génération suivante, él sixienme, éj nin con.noais qu’soéxante-sept, mais i n-y in o sûremint bien puss éq cho in.nhui. Pour él suite, i feuro vous adrécher à tchéqu’un d’eute !

Pi in disant cho jé m’rinds compte éq finalemint éj n’érai vraimint point foait grand cose din ll’histoére-lò, pasqué siq o foaisez ch’cartchul, cho foait, à in.ne prés, avuc chés piéches rapportées, deux chint chinquante gins qu’i deschinde'te éd Vitorisse. Bé o m’croérez siq os voulez, mais chés deux chint chinquante noms-lò, ch’est min pére qu’i mé sz’o dictés d’mémoére !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

16/10/06

ÉL TCHEUE D’NO COT AL EST BIEN VNUE !

Os n’érez point vo tchuin d’ziu in.nhui. In attendir, os pouvez allez vir à ll’adréche-lò. Ch’est point du picard – est rère éq chés suisses i leu dvise'te in picard – mais ch’est rudemint bien invoéyé.

Pour éch qu’i nn est d’min tchuin d’ziu, i varo quanq i varo… él tcheue d’no cot al est bien vnue !

Zikarsor

Et pi in attendir…

SOIN À VOUS MES GINS !

Éch gin-lò il est dingéreux. Siq o l’rincontroète, i veudroait miux canger d’trottoér… In puss, i n’est janmoais tout seu, i n-y o tours à rôdailler avuc li in.ne binde d’houstabas qu’i n’est point boin éd fréquenter.

Él photo a n’est point d’premiére jon.nesse, al o té prinze in dix neu chint soéxante seize, mais il coére bien rsen.nant, o n’pouvez point vous berlurer.

Et pi n’vous y trompez point, au puss qu’i viusit au puss qu’i vient mawais.

Adon éj vous érai prévnus !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

01/11/06

APPEL À MONSIEU WINE

Quanq j’étoais ptchot, él Toussaint ch’étoait ch’jour qu’os alloème foaire él tour d’chés chinmetiéres. Conme os habitoème Anmiens, in preume ch’étoait chl’onque Alfred, à Saint-Pierre, éj vux dire à ch’chinmetiére Saint-Pierre…

Est tchurieux, chés chinmetiéres ch’est conme chés bête ou coére chés gins : i n-y in o des mèrles et pi des fumelles. Sié, sié, tnez, d’eximpe, à Anmiens il ont putôt des chinmetiéres mèrles : chés deux chinmetiéres Saint-Acheul, chl’ancien pi ch’nouvieu, ch’est bien des mèrles, i n’y o point d’doute. Pi à Ferriéres ou bin à Dreuil-Hamel, d’un côté conme éd l’eute, ch’est in.ne tchote chinmetiére qu’a n’o minme point d’nom, mais qu’ch’est tout d’minme in.ne chinmetiére fumelle.

O pourroait croère, du cœup, qu’chés chinmetiéres mèrles i sont in ville pi qu’chés fumelles i sont din chés ptchots poéyis, mais a n’est point vrai à foait, piqu’éch pu con.nu d’chés chinmetiéres d’Anmiens ch’est La Madelein.ne, pi lò o n’put point dire éq ch’est point in.ne fenme !

Pour nin révnir à nos berbis, ou putôt à no Toussaint, mes pèrints i n’coésichoa'té point chés chinmetiéres à l’hasèrd, ni à cœuse éd leu sésque. Ch’étoait bien pu simpe, tout bêtemint pasqu’os y avoème in.ne gin d’interré. Os alloème don porter un boutchet d’chrysanthémes, pi dire in.ne tchote priére ou à tout l’moins s’értcheuiller un tchot momint édsu leu tombe.

Adon, aprés chl’onque Alfred, ch’étoait ch’tour à Pa Phane et pi à Man Lise, mes taïons du côté d’él mére éd min pére. Eux ch’étoait à l’chinmetiére éd Ferriéres. Minme qu’à l’intrée n-y avoait coére à l’époque des tornitchets un bos qu’il avoai'te té agincés, tchéques énnées pèr édvant, pèr Pa Phane li-minme qu’il étoait ménuisier d’sin métier.

Pi os finichoème no tornée d’chinmetiéres pèr Dreuil-Hamel à doù qu’éch pére d’ém mére il étoait interré. Mort à la djerre in dix-neu-chint-tchinze, il avoait d’abord té interré din l’tombe troés-chint-trente-et-un d’él chinmetiére militaire éd Bully. Tchéques énnées pèr aprés, sin corps il o té ramné din sin poéyis pour t-ête mis au côté d’ses pére et mére.

In.nhui, tout cho l-o bien cangé. O n’és boustchule pu din chés chinmetiéres, qu’i fuche mèrles ou fumelles. O n’y rinconte pu qu’des vielles gins pi biétôt i n’y éro pu person.ne du toute. Chés joénes i ainme'té miux leu dédjiser in chorche pi effouailler chés gins avuc leu bèrboére à vous don.ner les freux. In puss, i feuroait leu don.ner d’l’èrgint ! Lò ch’est l’pastorelle !

Éj vos m’plainde ! éj vos téléphon.ner à Monsieu Wine pour li dire éch qué j’ai dsu l’tchœur :
Allo, Wine ?


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

16/11/06

TCHUIN D’ZIU IMPOSSIBE

Rapport à quoé qu’éch tchuin d’ziu l’est impossibe ?
Ch’est rapport à ch’Beaujolais nouvieu qu’i vient d’arriver. Hips !…

Éj vous promets qu’édmain j’vous raconterai toute in long in lèrgue et pi in travers coére  ! Hips !…

Éch baroumoaite,
pèr éch seize éd novimbe 2006.

Rindez-vous à dmain pour un tchot bout d’tchuin d’ziu. Hips !…

17/11/06

Bon ! Bé vlò, piqu’i feut vous dire toute !

Éd preume, pi cho o l’savez djò édpu un bout d’temps, éj sus t-un procrastineux d’premiére. Adon j’attinds tours éch darin jour pour foaire mes tchuins d’ziu. Pi pour échtilòl, éj m’étoais dit qu’a n’sroait point complitché, vu qu’ch’étoait éch deux-chintienme éq j’écrivoais édpu qu’éch site éd chés Diseux il avoait té ahansé.

Bié seur qu’étoait simpe ! Ch’étoait sans compter avuc chés imprévus. Et pi hier, édz imprévus i n-y in o yeu ! Du matin, conme j’érchinoais éj m’ai aperchu qu’j’avoais invalé ch’plombage d’in.ne prémolaire, in bos à gueuche.
Ch’plomb passe coére, mais chl’amalgam, ch’est foait étou avuc du vive-èrgint. Ch’est-ti qu’éj sroais in route à m’impoéson.ner ?

Point moéyin d’prinde rindez-vous avuc min dintisse, vu qu’éj sus t-in route à canger d’crinmerie tchestion téléphon.ne. Vu qu’j’ai invoéyé Trans-Félécom à l’oust. Mèrchez, ch’étoait d’boin.ne djerre. Chés houstabas-lò, i feut vous dire qu’i y o in.ne cope d’énnées, il ont tchié din mes bottes et pi mèrché ndin ! Din min poéyis pour tchéque cose d’inusabe o dit solide conme d’él rantchune éd prête ! Jé n’sus point tchuré, mais j’n’ainme point qu’o m’prinche pour un gleude !

A foait qu’él jour éq j’ai seu qu’éj pouvoais ém désincheper d’chés ferlampiers-lò, éj n’ai foait ni in.ne ni deux, j’ém sus lanché les ziux freumés din ll’avinture. Cho n’o point té long, Trans-Félécom austôt qu’il ont apprins qu’jé n’vouloais pu poéyer d’abon.nemint à leu moaison, il ont freumé ch’robinet. Ch’est conme cho qu’éj sus resté sans téléphon.ne durant huit jours. Merci Trans-Félécom !

Mais n’y o point qu’chés prémolaires din la vie ! Pour vive i feut minger pi i feut boère, et pi mi j’n’ainme point boère éd l’ieu. Ch’est pour cho qu’tous lz ans, os allons ramasser des pinmes, qu’os szés laissons parer durant point loin d’un moés, pi qu’aprés tout cho, os cminchons no chide… Du chide foait à la main… Infin point d’loin, os n’allez point m’tracher des pouilles rapport à ch’moteur éd machine à laver qu’i foait torner no grugeoér ! Ch’est-ti qu’os vourroète ém vir m’atchénir à torner l’manoéyéle ? Ch’étoait boin du temps d’min grand-pére.

Bon , bin ch’est ch’jour-lò qu’min grugeoér il o coési pour tchér in raque ! Bié seur, os n’maginez point ch’qué ch’est quanq min grugeoér il est in raque. I feut vidier l’trémie, qu’i n-y o bien troés sieux d’pinmes énedin, mais feut étou vidier l’coulotte qu’al foait deschinde chés pinmes énedin l’trémie. Pasqué nos pinmes i sont ingrangées din ch’guernier pi i deschinde'té tout seu din ch’grugeoér pèr in.ne coulotte in bos. Os voéyez d’ichi tout ch’travail érien qu’pour aller vir quoé qu’ch’est-ti qu’i n’vo point !

Min grugeoér, ch’est un grugeoér moderne ! i n’o point pu d’quatré-vingts ans, ch’est un grugeoér à coutieux. Chés viux grugeoérs, ch’étoait des grugeoérs à noéx… Éj voés qu’os riez din vo bèrbe, nan ! ch’étoait point des grugeoérs pour foaire éd l’heule éd gueugues, ch’étoait des mécaniques conme in.ne seurté d’ingrénage éq chés pinmes i passoai'te interdeux, pi qu’du cœup il étoai'te équèrbouillées. Ch’étoait dur la mort à torner. Pi d’éch temps-lò, o grugeoait à l’main. N’y avoait point d’moteur.

Adoù qu’ém vo lanché lò ?… mes paures gins, o n’êtes point lò d’nin vir él bout !… Tours est-ti qu’min grugeoér à coutieux il étoait in raque. Él temps d’mé rtorner, il étoait djò chonq heures du soér… Bon qu’jé m’dis, dmain i fro jour, pour éch chide, o n’est point à in.ne minute à dire, ch’qu’i n’est point foait in.nhui i sro foait dmain. Os ons dessis, mi pi min fiu, l’pressée d’édvant qu’al étoait din no pressoér édpu deux jours. Pi os ons assis ch’qu’i n-y avoait d’grugé. I n’in mantchoait quasimint un tiers. Pour éch tchuin d’ziu, j’ai tout min temps, jé n’sus point coére coutché. Os y arrivérons !

Wate ! Ch’étoait d’trop bieu d’pinser qu’j’avoais tout m’soérée à mi. Siq min téléphon.ne i n’mèrche pu, chl’intèrnéte il est coére lò, ém tchote sœur al m’avoait invoéyé un message qu’i disoait :
« Éch beaujolais nouvieu i vient d’arriver, rindez-vous à no moaison à sept heures et nemie d’érmontée, conme d’habe ! »

Ch’est vrai qu’ch’est réglé conme du papier à musique, austôt qu’éch beaujolais nouvieu l’est arrivé, os allons minger avuc ém sœur pi sn honme. Os nous régalons bien à minger d’él cochon.naille pi à boère un boin tchot cœup.

Drés qu’j’ai yeu li sin message, j’ém sus rcangé pi j’sus pèrti mon d’ém sœur. Os ons passé in.ne boin.ne soérée insen.ne. Éj n’alloais point grouler contré m’panche ! Quanq os ons rintré, i n’étoait point loin d’minuit ; j’ai écrit deux lignes éd tchuin d’ziu, jé sz’ai invoéyées din chl’arnitoéle pi j’sus pèrti m’coutcher. Achteure os savez toute !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

01/12/06

MIN BIEU-PÉRE

Quanq jé ll’ai con.nu il étoait imploéyé à chés Cmins d’Fer. Il avoait foait l’djerre éd quatore et pi il y avoait laissié sin peuche, sin peuche droét coére ! Éd sin métier, dvant d’pèrtir, il étoait ajusteur ; il ouvroait à ch’dépôt mais du cœup d’ésn affolure, in rnant il avoait rchu in.ne formation éspéciale et pi il avoait dévnu mécanicien dsu in.ne locomotive éd manœuve à l’gare éd trillage à Longueau.

Il étoait ginti conme toute, ch’étoait vraimint un brave honme. Conme granmint d’chés récapés d’quatore, i n’pèrloait janmoais d’éch qu’il avoait vétchu. Mais j’ai vu pu d’un cœup chés lèrmes vnir à ses ziux, ch’étoait à perpos d’chés fusillés pour l’eximpe ! Os né ll’ons janmoais seu, mais j’ai idée qu’siq li il avoait passé à travers, il avoait yeu un d’ses boins copains qu’i nn avoait sûremint foait les frais…

Tout du minme pèrel, os n’ons point seu ch’qu’il avoait foait durant l’djerre éd quèrante à quèrante-quate. Ou putôt os né ll’ons seu qu’aprés qu’i fuche mort, pi coére os n’ons point seu grand cose, seulemint qu’i foaisoait pèrtie d’chés résistants, conme granmint d’chés imploéyés d’écmin d’fer d’éch temps-lò.

Quanq qu’ses éfants l’étoai'té ptchots, sin reuve, ch’éroait té d’ész inmner à ch’dépôt pi dé szés prinde avuc li dsur és locomotive. Forchémint, os pinsez bien qu’a n’o janmoais pu s’foaire. Pi pourtant cho y éroait foait rudemint plaisi, pi à chés éfants don !

Maginez un molé qu’cho fuche in.nhui, pi qu’il éroait té agint d’police. Lò toute il éroait té conme édsur des roulettes. I n’éroait point yeu d’locomotive, mais l’éroait yeu un pistolet. Pi sin pistolet, il éroait pu l’rinmner à s’moaison, pi ses éfants l’éroai'té pu s’éjuer avuc, pétête minme tirer in.ne poaire éd cartouches, tchéche qu’i sait ?

Ch’n’est point vrai ch’qu’éj dis ? Bé alorss os allez dvoér m’asplitcher cmint qu’un policier qu’i n’est point d’service, pi qu’i s’proméne din chés rues, à l’sortie d’un match éd fotballe, il o din ses poques des grenades lacrymos pi sin pistolet armé ? Conme il ont dit din ch’poste, i feut arter chés violences… dsu chés stades !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

16/12/06

ORA PRO NOBIS

Adon éch général Pinochet il est pèrti ad Patres ! Minme qu’édvant il avoait té estrêmisé ! Bé voéyons, ch’est-ti point normal ? Édpu qu’i n-y o des sabes et pi dz’aspergés i n’ont-ti point tours foait boin ménage ? Chés tchurés i leus éront boustchulés, probabe, pour évnir à ch’pied d’sin lit.

Il éro té rchu à bros ouverts din ch’paradis. I n’o sûremint point mantché d’gins pour éll atcheuiller. Cho n’sroait-ti qu’éch pape Pie Onze, li qu’il o béni chés avions à Mussolini édvant qu’i pèrche'te bombèrder chés Éthiopiens.

Asseuré qu’Pie Douze il éro té lò étou. Li i n’o pétête béni person.ne, mais il avoait pardu s’voéx durant tout ch’temps qu’Hitler i mettoait in plache él solution finale.

Paul Six il étoait-ti lò ? pasqué li o né ll’o point intindu granmint nan pu quanq Franco il o té interré din l’basilique Sainte-Croéx d’él Vallée éd los Caìdos. Din tous les cas, Pinochet, li, il étoait à ch’premier ring l’jour d’éch l’interremint d’éch Caudillo !

Conme il l’o dit li-minme, Pinochet i n’o point à dmander pèrdon à person.ne, cho sroait putôt chés marxisses pi chés conmunisses qu’i dvroai'té li dmander pèrdon !

Heureusemint mèrgré tous chés miséres qu’o z-o pu assayer d’li foaire, i s’a tours trouvé un métecin pour dire qu’i n’étoait point un état d’t-ête jugé.

Bé cho m’foait rapinser à tchéqu’un d’bien sous tous rapports étou tchéqu’un qu’o z-i o traché des pouilles. Li étou, il o seu déteuper in.ne gin pour dire qu’i falloait l’sortir éd prison vu qu’il étoait quasimint à la mort… Apré Meurice ! Mèrchez i vo bien, mais quanq i moériro à sin tour, o pourrez l’rajouter à chés litanies :

Sanctus Mussolinus, ora pro nobis !
Sanctus Francus, ora pro nobis !
Sanctus Pinochus, ora pro nobis !
Sanctus Paponus, ora pro nobis !


[01/07/06] [16/07/06] [01/08/06] [16/08/06] [01/09/06] [16/09/06] [01/10/06] [16/10/06] [01/11/06] [16/11/06] [01/12/06] [16/12/06]

Adé

archives 1er semestre 2006 archives 1er semestre 2007