tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2006

[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

01/01/06

UN MOT NOUVIEU ?

In preume, in.ne boin.ne énnée, in.ne boin.ne santé et pi d’l’èrgint plein vo porté-mon.noaie ! Vlò ! conme cho ch’est foait, pi o nin pèrlé pu ! O nn’êtes point ténés ? Mi j’ai din l’idée qu’éj ratrouille, Tous lz ans ch’est l’minme rindjéne. O n’put vraimint point dire éq chés picards i leu casse'té l’treu du tchul pour invintion.ner des vœux d’l’an originals !

Éd deuze, éch tchuin d’ziu-lò, jé n’sais point siq éj nin varai à bout ! I feut qu’éj vous diche qu’éch Pére Noé i m’o mis din mes seuïers un nouvieu ordinateur.

Mais soin, à sz’eutes cœups, un molé conme quanq o cange éd carrette, à pèrt tchéques bricoles qu’i n’sont pu pèrelles, chés échue-glache ou bin chés lanternes, ch’étoait bon.net blanc pi blanc bon.net. Nan, lò ch’est qu’i n-y in o du cangemint ! Maginez un molé : o n’cirtchule pu à droéte, ch’est à gueuche, él pédale éd frein al est à l’plache éd vo z-accélérateur éd din l’temps ; n’y o pu d’volant, ch’est un manche à ramon conme din sz’aréoplanes… Est asseuré qu’il feut l’temps d’s’y foaire ! Bé pour min nouvieu Mac, ch’est cho !

I feuro bien din les tchinze jours pour qu’os nous habituonche insen.ne, mi pi li. I feut qu’atchun i li méche du sien.ne. Ch’est un molé conme quanq o z-acate in.ne poaire éd cœuchures, du début o z-o du mau à ses queuqueux, pi fil à mesure chés seuïers i leu foai'te à vos pieds, pi au bout d’in.ne cope d’ésmain.nes o z-est fin bien ndin.

Min pére il avoait un mot pour cho : des cœuchures neuves, i feut sz’agviner qu’i disoait. I pouvoait étou agviner un paletot ou bin coére un patalon. Éne trachez point din chés diction.naires, ni minme din chl’amassoér à Tchotchote, ch’est un mot qu’éj n’ai janmoais intindu qu’din s’bouque à li. Mais cho dit bien ch’qué cho vut dire. Un mot qu’il éroait invinté pétête ? Tchéche qu’i sait ? ¹

Éd tous sins, éch mot-lò, éj m’in vos l’foaire bréveter, conme cho éj srai tout seu à pouvoér mé nin servir. N-y o mie d’raison, o z-o bien un brévet pour chti pi un eute pour Cafougnette, eh bé pourquoé point un pour agviner ?

¹ Édpu avri 2011, y o du nouvieu, allez vir éch’Parler picard de Warloy-Baillon, d’Hinri Carnoé, li i dit acviner, mais ch’est du minme pèré !


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

16/01/06

CH’EST CONME CHÉS TCHIENS !

Ch’est conme chés tchiens pour morde chés gins. Ch’est à l’adon qu’jé cminchoais à m’foaire à min nouvieu atrintchillage qu’hier au soér il o tcheu in raque. Ch’est point d’trop grave, mais tout d’minme cho m’o don.né les freux. Soé-disant in.ne machine qu’a n’sé plante janmoais, bé pèrlons-nné, jé m’sroais cru à mon Bill Gates !

In.nhui tout il o l’air éd t-ête rintré à plache, mais ch’est point pour cho qu’éj sus trantchille. Jé m’déméfie ! In.ne supposition qu’i li vienche à l’idée d’érmette cho coére un cœup, éch nom-dé-zeu d’bazèr-lò. Tout mn ouvrage invoéyé à Dache, éch perrutcher d’chés zouaves !

Tiens, nin vlò coére in.ne éd tornure qu’o n’sait point bien éd doù qu’al vient. Ch’o-ti té Paul éd Sémant din sin live Dache, perrutcher des zouaves qu’il o maginé ch’person.nage-lò ? jé n’sais minme point din tchel énnée qu’ch’étoait. Mais pétête éq tout du contraire, i n’o rien invintion.né du toute, pi qu’i s’a servi d’in.ne espression d’pèr ichi pour nin foaire sin héros ? O né l’sérons mie janmoais.

Tours est-ti qu’éj vouloais vous dviser d’éch côté positif éd la colonisation pi d’chés députés qu’i leu mêle'te d’éch qu’i n’leu rbée point. O s’éroait cru révnu édsous Vichy, du temps qu’chés joénes i cantoai'té Maréchal nous voilà, du temps éd Travail-Famille-Patrie.

Pi j’ém disoais justémint qu’i n’y o point dzoin d’foaire des loés pour rinde positif él colon.nisation, vu qu’a s’pratique coére éd nos jours ! Éch darin Dakar i n’est-ti point lò pour él montrer ? Chés riches i n’ont-ti point coére apporté leu civilisation à chés paures diabes d’Afrique ? In tous les cas i n-y in o deux qu’i n’éront pu d’mau à leus dints. Coére un grand merci à chés grands sportifs qu’i nous mont'té chu cmin ! Éj vous l’disoais in cminchant : ch’est conme chés tchiens, un ou deux d’équèrbouillés in puss ou in moins cho n’cange point grand cose. Ch’est point cho qu’il impêquero ch’dépèrt d’éch Dakar éd l’énnée tchi vient.


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

01/02/06

EISENHOWER

Chés wépes d’éch Lanchron i n’décesseront janmoais. L’énnée passée, pour fêter leu vingt-chonq ans, i nous ont dessatché un liméro chint triplémint fanmeux. Avuc énedin Man Na d’éch Déglic, trente-troés pages, éch pu long texe in picard janmoais pubiyé din un Lanchron édpu qu’éch premier il o té édité !…

Bé dis don, qu’o direz, i n’est point granmint in avanche no baroumoaite, éch Lanchron-lò il est djò tcheuillé édpu deux moés et pi ch’liméro chint-un i n’sro point long à tchair din no boéte à lettes. Ah ! mes paures gins siq a n’étoait qu’cho, mais ch’est bien puss pire. Éj croés bien qu’jé n’m’in rmettrai point !

Vlò ch’qu’i s’a passé : j’avoais rchu in.ne invitation à m’rinde à Mégacité pour él Nuit d’chés Talents qu’al étoait ahansée pèr éch Conseil Général. Ch’étoait ch’Lanchron qu’il étoait à l’hon.neur à cœuse éd vingt-chonq énnées in faveur d’éch picard. I n’falloait point mantcher cho !

Nous vlò don arrivé l’vingt-huit d’érmontée, pi j’écminche à m’édmander à tchelle heure qu’a put bien s’passer. J’értorne ch’tas d’papiers qu’il imbarrache min burieu, pi lò, apré nom-dé-zeu, éj tchais dsur in.ne réclame pour él vingt-huit au soér. Ch’étoais point pour éch Lanchron, cho sé tnoait à Péron.ne, ch’étoait (éj cite conme est écrit, ch’est point d’ém feute) :

Éch graind priche d’él Novièle

il avoai'te minme ajouté in picard des foés qu’o ll’éroait point comprins.

J’ai tout d’suite seu qu’i y avoait tchéque cose qu’i n’tornoait point rond. Éj fornique coére un molé puss avant din mes paperasseries pi vlò ch’tchot bout d’carton bleuse qu’i s’dessaque… Conseil Général… Mégacité… Vingt heures… Acré Vain Diu ! Ch’est point l’vingt-huit, ch’étoait l’vingt-chonq éd janvier ! Vlò troés jours éq ch’est foait !

Jé nn éroais brai ! J’avoais prépèré m’ritchimpette et pi min croate pour aller écorer Jacques et pi Jean-Luc, pi tout cho pour érien. Ch’est tout d’minme un rude malheur qu’éd perde él mémoére conme cho.

Conme éj nin pèrloais à Lucien min voésin, i m’o dit qu’Delarue à l’télé i nn avoait dvisé point pu tèrd qu’avant-hier au soér et pi qu’éch qué j’avoais, bin ch’étoait l’maladie d’Eisenhower.


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

16/02/06

TRISCOTTE

Jé n’vous l’ai janmoais dit, mais din les énnées quatré-vingt j’ai rédé d’coéchons. Tous lz’ans aux alintours éd Pâques, j’acatoais un jon.ne coéchon et pi jé ll’graissoais mi-minme. Feut dire qu’à l’époque j’avoais un gardin qu’i foaisoait pu d’deux mille métes carrés. N-y avoait don d’él plache pour mette des pinmes éd terre à l’gron.née. Pi ch’est avuc cho qu’il étoai'té apatelés.

Él premiére foés, ch’étoait point un coéchon, ch’étoait in.ne coéchon.ne… Triscotte qu’os ll’avoème dénonmée. Al pésoait point loin d’troés chints lives quanq os l’ons escoffié.

Os savez qu’ch’est jolimint amiteux un coéchon ! Pi ch’est point bête du tout, a sroait minme putôt interligint. Triscotte al con.naissoait sin nom. Al évnoait prinde din m’main chés tchotes doucheurs qu’éj li apportoais : in.ne plate d’orange, à mesure, – al adoroait cho. Jé ll’ainmoais fin bien, al mé suivoait conme un tchot tchien… infin, disons conme un gros tchien  !

Pi un bieu jour, il o bien follu y passer. Os ons prins rindez-vous avuc éch tueux d’coéchon. Él cérémonie al étoait prévue pour él veille d’él fête. No fête à Ferriéres, ch’est l’premier diminche d’octobe. Ch’tueux i vnoait avuc és fenme. J’ai té szés tcheur à leu moaison à l’pointelette. I leus otchupoai'té d’toute, au soér à l’heure dé rpèrtir, toute i dvoait t-ête din no congélateur : chés rôtis, chés seucisses, éch boudin, chés pâtés prêts à tchuire, infin, toute quoé !

Él midi, os ons mingé tertous insen.ne. Ch’tueux il avoait ahotché din no cherisier tchéques côtes qu’i vnoait d’décoper. Pour qu’él viande al sé réchuche pi qu’al rassiche un molé qu’i m’o asplitché. Pi i nn’o point démordu, ch’est cho qu’os ons mié, avuc des frites. Li pi s’fenme, il leus ont régalé, i m’ont foait des complimints dsu l’qualité…

Bref, il ont mingé d’boin tchœur, mais point mi. Éch café à pein.ne invalé, i leus ont rmis à l’ouvrage, pi mi… bin mi j’ai té dégobiller din no corti. J’ai dédjeulé tripes et boéyeux !

N’impêque éq l’énnée d’aprés, j’ai té rtcheur un jon.ne coéchon, éch cœup-chi j’ai prins un mèrle qu’os ons appelé Lindane. Mais soin, li i n’o janmoais seu sin nom ! Ch’est point qu’il euche té pu bête éq Triscotte, non, ch’est pasqu’à li os n’li ons point dit cmint qu’i s’appeloait.

J’avoais pinsé d’vous mette in.ne photo d’Triscotte, pi finalemint éj né l’frai point. In.ne supposition qu’i y euche un imam qu’i voéche cho, qu’i magine éq ch’est un rétoér éd sin Prophéte pi m’vlò avuc in.ne fatwa dsur mi ! Conme i n’ont person.ne janmoais vu à quoé qu’i rsen.noait ch’Prophéte, – vu qu’leu rligion à leu défind –, i sont prêts à croère n’importé quoé, alorss i feut s’déméfier, o n’sait janmoais.

I n’feudroait point qu’no Présidint Chirac i fuche coére obligé d’foaire des estchuses pi d’aller boaissier ses tchulottes édvant chés gouvernémints intégrisses – os m’direz qu’tout cho ch’n’est qu’des histoéres éd fondemints. Tout d’minme, mi jé n’sais point à cœuse éd quoé, mais cho m’foait pinser à Munich in dix-neu chint trente-huit… allez savoér !


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

01/03/06

LINDANE

Piqu’i n-y o granmint d’gins qu’i mé ll’ont dmandé et pi coére granmint puss qu’i leu pose'té des tchestions sans avoér él front d’édmander, éj m’in vos vous dire rapport à quoé qu’min deuxienme coéchon i s’a dénonmé Lindane.

D’éch temps-lò éj foaisoais pèrtie dé ll’Achuchon d’chés Consonmateurs d’Alimints Naturels pi Biologiques. Os vnoème d’ahanser no Copérative Biologique éd Consonmateurs, pi din chés producteurs qu’i vnoai'te nous aliminter in lait-et-beurre, i n-y in avoait un qu’os appélerons Gleude.

Adon éll énnée-lò, j’m’avoais mis d’accord avuc Gleude : fin mars, j’iroais tcheur un jon.ne coéchon, pi ch’cœup-lò cho sroait un mèrle câtré. O nous étoème dit, mi pi m’fenme, qu’os n’li don.neroème point d’nom, pour éne point nous attacher. I n’étoait point tchestion dé ll’appriveuder, conme os ll’avoème foait avuc Triscotte.

Et pi ch’est à l’adon qu’durant ch’moés d’février, un jornal il o lanché in.ne campaingne conte chés agritchulteurs biologiques : il avoai'té foait dz analyses, o trouvoait din chés produits biologiques in tchestion autant d’nitrates éq din chetlò d’él filiére chimique… Jé n’dirai point qué jornal éq ch’étoait, vu qu’il existé coére et pi qu’jé n’vux point li foaire éd réclame !

Conme no z-achuchon al avoait un tchot molé d’sous, os ons décidié d’foaire vir à nos mimbes éq chés produits d’no copérative il étoai'te pu blancs qu’chés neiges, tchestion d’pollution. Pi vu qu’jé dvoais aller mon Gleude tcheur min coéchon, ch’étoait mi qu’éj li dmanderoais in.ne live éd beurre et pi un lite éd lait pour észés foaire analyser.

Éj magine qu’i n-y in o qu’il ont djò comprins et pi qu’leus ziux i mile'te ! Bin ouai, o ll’avez adviné, os ons trouvé din ch’lait pi din ch’beurre à Gleude in.ne quantité d’lindane point croéyabe. Pour un sale tour ch’étoait un sale tour !

Os ons pubiyé chés résultats din no tchot jornal qu’i s’appeloait grain de sel – éne point l’foaire ch’éroait point té hon.nête – pi os n’ons pu janmoais foait foaire d’eutes analyses… Étoait bien d’trop ristché !

Vu qu’no coéchon d’lait il avoait té apatelé avuc éch tchot lait à Gleude pi ch’lait battu à Gleude, sin surpitchet l’o té tout trouvé. Tout de minme, six moés pèr aprés, os ons mingé chés morcieux d’boin appétit !


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

16/03/06

RLÉVE ASSEURÉE

Os vous nin ramintuvez pétête, ch’étoait din les énnées soéxante, Fernand Raynaud i nous racontoait l’histoére éd chés croéssants ? Bon… bé siq o n’con.naissez point, os pouvez l’tracher din chl’intèrnéte, os l’trouvarez, os pourrez l’lire et pi minme éll acouter. Mais ch’est point l’pein.ne, vu qu’y o in.nhui un dénonmé Vassouleau éd Grillepin qu’il est un route à nous don.ner in.ne vèriure d’éll histoére qu’al veut bien chl’originale.

Os vous trouvez avuc in.ne gron.née d’gins qu’i deschinde'té din chés rues in dmandant qu’éch gouvernémint il inléve sin C.P.E. pi os vous appelez Vassouleau, quoé qu’ch’est qu’o disez à chaque cœup : « In puss éd chu R.M.I., d’chu R.M.A., pour rimplacher chés C.D.D. os n’y écaperez point os érez chu C.P.E. »

Alorss, chés joénes i leu rmobilise'te, i rdeschinde'té din chés rues pour dire qu’i n’veu'té point d’sin C.P.E., qu’i feut l’értirer. Réponse éd Vassouleau : « Éch chômage i raugminte ! Os érez d’l’ouvrage pu facilemint pi os érez in.ne prime siq os êtes à joc, pi avuc, os n’y coperez point, os érez… éch C.P.E. »

Pi ch’est rpèrti pour un tour : chés étudiants i rdessaque'té leu binderoles coére un cœup pi i rtorne'té coére un cœup leu frotter à chés C.R.S. et pi ch’Vassouleau i leu répond « Os érez chi os érez cho et pi… éch C.P.E. » A n’vous foait point pinser à chés croéssants à Fernand Raynaud ? Mi sié !

 ! pi y o coére l’eute-lò, éch Zikarsor, échl’évertiné qu’il est musclé conme un bibache. I s’foait tout ptchot. O n’intind point pèrler d’li, o né l’voét point din chés télés ! Li cho sroait putôt « Écmint qu’os voulez qu’i m’écrase s’i m’voét point ? » Os savez, ch’est un eute éd nos grands poétes, Raymond Devos, qu’i racontoait cho à perpos d’chés automobilisses. Bé os voéyez il o foait des ptchots li étou. Qu’no Zikarsor i s’foaiche tout ptchot a n’y o point cangé grand cose.

Tout cho n’leus o point granmint porté bon.nheur. I sont touté deux in chute libe din chés sondages, ch’est in.ne déringolade du diabe. Os savez-ti qu’achteure y o puss éd gins qu’i vourroai'te un présidint d’gueuche putôt qu’éd droéte ?

Stapindant i n’feuroait point croère qu’os allons rvive un nouvieu mai 68 ! L’histoére a né rpasse janmoais deux foés l’minme plot. D’éch temps-lò ch’étoait tout ch’poéyis qu’i s’avoait mis in gréve. À un point qu’éch grand Chèrles i nn o calioché, qu’il o té vir Massu, sin boin camèrade pour qu’i li rmonte él moral ! Mais in.nhui, nous paure Jacques li i n’craint mie pu rien : o n’put point trondeler tchéqu’un qu’il est djò pèr terre.


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

01/04/06

SIQ ÉJ VOUS DIS…

Siq éj vous dis qu’Chirac il o signé l’loé dsu ch’C.P.E. o n’pourrez point m’dire él contraire ! Pourtant, maginez un molé qué bieu tite éq ch’éroait té pour un tchuin d’ziu :

CHIRAC I PROMULGUE ÉCH C.P.E. !

et pi in dsous in grosse lettes :

PICHON D’AVRI !

Eh bin nan ! ch’est point un pichon d’avri. Ch’gouvernémint pi ch’Présidint i leus ont don imbèrtché à toute berzingue din ll’épreuve éd forche ! Avuc l’espoér, sûremint, qu’chés joénes i vont leus essouffler pi qu’éch mouvemint social i vo porrir. Jé n’sais point ch’qu’i s’in vo porrir, jé n’sais point nan pu cmint qu’a vo torner, mais ch’qu’i y o d’asseuré, ch’est qu’no paure poéyis i n’est point sorti d’éch brin.

I m’sen.ne à vir qu’minme si Vassouleau i n’est point forché d’démission.ner, i n’li restero point granmint d’chance éd t-ête éli Présidint in 2007. Ch’est conme cho, pi siq chés socialisses i continue'té leu tchote djédjerre intér deux chés tendances, i n’éront point grand cose à présinter in face éd Zikarsor.

Éd tout sins, qu’a fuche Vassouleau ou qu’a fuche Zikarsor, il ont touté deux él pu grand respect pour éch peupe français : Éch preume i szés traite éd connards qu’i s’in vo prinde pèr les couilles pi l’eute i reuve éd nettier l’racaille à cœups d’Karcher. Avuc cho os sonmes prévnus. Os savons à quoé nous attinde, pi os savons étou ch’qu’i nous reste à foaire.

Mais révnons à no Présidint, i feut tout d’minme radmirer qué tchulot qu’i feut avoér pour dire : éj m’in vos signer l’promulgation, mais vu ch’qu’i s’passe, él loé a n’sro point applitchée pi os allons nin foaire in.ne eute pèr aprés. Dvant d’lancher in.ne pèrelle ratrouillerie, il avoait coére él soutien éd vingt pour chint d’chés gins. Combien qu’i li reste in.nhui ? Éj sroais vraimint tchurieux d’él savoér !


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

16/04/06

BATTELEUX !

Ch’étoait jusse édvant la djerre, jé vnoais d’rintrer à l’gran.ne école, rue du Blanmont, Anmiens avuc Madame Ducarne. Mi pi mes pèrints, pour chés vagances éd Pâques, os étoème évnus à Ferriéres pi jé n’sais point cmint qu’a s’étoait foait – i falloait sûremint un arringemint, tchéque cose –, mais tours est-ti qu’éj foaisoais pèrtie d’chés batteleux !

J’avoais un battelet tout neu qu’min pére i m’avoait foait. I feut qu’j’asplique un molé : un battelet ch’est in.ne tchote planque in bos avuc in.ne poégnie pour éllé tnir pi un tchot mèrtieu in bos étou qu’il est artitchulé dsu l’planque pi qu’i vient taper dsu quanq o ll’loche. Cho rimplachoait chés tortrelles qu’il étoai'té bien pu complitchées à réder.

Dpu ch’jeudi saint au matin dusqu’à ch’samedi saint midi, j’ai don té arpinter chés cmins d’éch village à six heures du matin, à non.ne pi à six heures du soér, avuc tout ll’étchipe éd chés batteleux tout in cantant, suivant l’momint : « Vlà l’angelus qu’i son.ne ! » ou bin « Vlà midi qu’i son.ne ! » avuc, in ramindo, éch couplet éspécial pour éch vardi saint aprés non.ne : « Vlà l’trépas d’note Seingneur qu’est mort à trois heures ! »

Quanq o z-étoait in rtèrd éch grand qu’i nous cmandoait i nous décomptoait des us édsu no pocage. Éch pocage, ch’étoait ch’qu’os alloème aller tchêter éd porte in porte éch lundi d’Pâques au matin, tout in cantant éch couplet tradition.nel :

O filii, o filiae, don.nez des us à vos canteux
Un jour varo, Diu i vous l’rindro !

Adon, ch’lundi, quanq os ons yeu fini no tour, tout ll’étchipe al o té foaire éch pèrtage din chés laris, à l’intrée d’éch village – ou bin à l’sortie, cho dépind éd qué sins qu’o rbéyez ! – J’avoais bien in.ne douzain.ne d’us din min tchot saclet. Jé lé rvoés coére éch fanmeux saclet, in toéle bise avuc tchéques rayures marron in travers ! Et pi fin contint j’ai deschindu tout courant ch’roéyon pour érjoin.ne él route. Arrivé un bos d’éch roéyon, éch saclet il o traîn.né pèr terre, jusse un molé, mais ch’étoait d’assez, quanq éj sus rintré à no moaison, éll amelette al étoait foaite.

Ch’o té l’seule énnée qu’j’ai té batteler, vu qu’arrivé au moés d’eut ch’o té la drôle dé djerre et pi à Pâques éd l’énnée d’aprés, toute qu’i s’in vo à l’berdandouille, avuc, pour finir, l’évatchuation !…


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

01/05/06

RAOUL

Ferriéres dix heures du matin
Éch temps i n’est point des pu racachant. À l’pointelette j’ai rbéyé nos cassis, il étoai'té tout découlants d’ieu, du cœup jé m’sus rcoutché. Y o in.ne heure i pluvinoait coére. I m’sen.ne tout d’minme qu’éch temps i s’in vo s’ébérer. Achteure il est d’trop tèrd ou bien il est d’trop tôt. Ch’est l’heure éq tout chés nadjeux i sont d’sortie. I sont lò qu’i leu traîn.ne’té. I rbé'te in l’air, i n’trache'té mie rien, i sont vnus lò pour prinde l’air. Il ont leus éfants din des poussettes, des poussettes qu’i vous randon.ne'té vos gambes avuc. Chés éfants i brai’té, a n’est point ton.nant. Chés tout titchots il ont leu nez à heuteur d’éch tchul d’chés gins, minme éq cho n’sint point tours la rose ! Os croéyez qu’est plaisant pétête ? Chetlò qu’i sont un molé pu grands il ont invie d’toute et pi o n’leu céde point, cmint voulez-vous qu’i fuche'té contints ! Édz eutes gins, ch’est leu tchien qu’il ont vnu promner. Avuc des laisses à rallonge. Éch tchien d’un bout pi ch’moaîte éd l’eute, tchéques métes pu loin. Des trucs à vous incheper ndin pi à vous églandir in plein mitan d’chés rues. Pi l’eute-lò, éch grand dépindeu d’andouille, os l’avez-ti vu ? il est lò qu’i s’espadron.ne. Il o sin téléphon.ne à sn érelle, « Allo t’es où ?… »

Os avez comprins, hier o z-étoait diminche et pi j’ém sus foait rincher d’premiére à l’réderie d’Condé-Folie. In.nhui j’éroais bien voulu aller foaire un tour à l’réderie d’Belloé, mais du matin éch temps i n’y étoait point. Lò il o l’air éd s’érmette un molé. Éj m’in vos m’arringer pour t-ête là-bos à non.ne, chés nadjeux i sront pèrtis minger !

Ferriéres deux heures d’érmontée
Bé j’né rgrette point m’tchote verlée. Conme i cachinoait coére un molé, chés luron.neux il étoai'té restés à leu moaison. Et pi j’n’érviens point berdouille ! j’ai déteupé un trente-troés tours éd Raoul qu’éj n’avoais point, os savez, Raoul éd Godewarsvelde.

Raoul i foaisoait pèrtie d’éll étchipe éd chés Capenoules, in.ne binde éd joéyeux fêtailleux d’éch Nord. Pi ch’est conme o qu’avuc les fréres Célie pi Robert Lefebvre et pi coére Bernard Dimey pour ész écorer il ont ahansé in.ne moaison d’disques qu’il ont appelé Disques Déesse rapport sûremint à l’plache éd la Déesse à Lille éq tout l’mon.ne i con.noaît bien.

Ch’est conme cho qu’Raoul, in puss éd chés disques éd chés Capenoules, il avoait inregistré troés trente-troés tours, pi jé n’sais point combien éd quèrante chonq tours – in.ne dizain.ne probabe. Et pi quoé qu’i s’a passé, j’né l’sais point, mais in dix neuf chint soéxante tchinze, Raoul il o té foaire un quatrienme trente chintimétes à mon Adèle. Pourtant él mèrque Déesse al existoait coére ! Y avoait-ti d’él bisbille din l’binde éd chés Capenoules ? Ch’o té chés darins inregistrémints qu’Raoul il o foait. Tout l’reste pèr aprés, ch’o té d’él compilation. Pi in pèrlant d’cho, bé l’puss miux d’compil, ch’est in.ne mèrque japonaise fin con.nue qu’al l’o foait : un coffret avuc troés CD-audio qu’i rprinde'té tout ch’qué Raoul il avoait inregistré à mon Déesse.

In tous les cas, siq os voéyez din in.ne réderie un trente-troés tours éd Raoul foait mon Adèle, n’él laissez point filer, i feut seutir édsu ll’occasion, ch’est du rère !


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

16/05/06

UN NOUVIEU JU PICARD

grille sudoku I n-y avoait djò ch’seut-d’leu mais achteure i n-y o ch’seut-du-tchul ! Et pi él vlò, éch premier seut-du-tchul in picard !

Alorss, a n’est point bien complitché, os mettez ch’qu’os voulez din chés cases, du momint qu’ch’est un chiffe et pi vlò, ch’est fini. Achteure, siq os avez d’l’énergie à rvinde, qu’os avez invie d’passer vo temps à rien, os assayerez d’foaire in sorte qu’i n’y euche point deux chiffes éd pèrels din chés lignes, din chés colon.nes et pi coére din chés neuf tchots carrés. Mais cho ch’est pu du seut-du-tchul picard, ch’est du sudoku ! Ch’est à la mode éd nos jours, éch sudoku, chés gins i trache'te à foaire miux qu’chés ordinateurs !

Pasqu’i n’feut point reuver, tout chés sudokus i sont foait pa dz ordinateurs. Eux-eutes i sont capabes éd nin ponde des chintain.nes tous les sgondes. Pi siq os voulez l’réponse aïte-aïte, i n-y o rien d’miux qu’un ordinateur pour él don.ner ! alorss, achteure, siq os voulez vous colleter avuc un ordinateur, os pouvez, mais os n’srez point gaingnant !

Pi os direz avuc mi qu’i n’y o rien d’pu bête qu’un sudoku ! Quanq os avez fini, quoé qu’i nin reste ? é-rien, passé rien ! Jé n’sais point mi, mais quanq os foaisez, prindons, des mots croésés, i vous nin reste tchéque cose : os vous ramintuvez qu’i y o in.ne fenme dénonmée Io qu’al o té cangée in vaque, ou bin coére qué chl’échvaïer Charles éd Beaumont, qu’o n’sait point d’trop siq i n’étoait point bique et bouc, i s’appeloait Éon, pi qu’o l’rincontroait des cœups in honme pi des cœups in fenme.

Un eute eximpe, n-y o tchéques énnées, éch rubik-cube il o foait sn apparition. J’ai idée qu’Erno Rubik, échl’invintion.neux, il o ramassé un rude mont d’pécaillons avuc ésn invintion ! Lò nan pu, quanq os avoète fini, cho n’vous apportoait point grand cose, mais tout d’minme, i n-y avoait dz éspécialisses qu’i vous rmettoai'té chés faces in plache in deux cœups d’tchuillére à pot. Allez don dmander à tchéqu’un d’finir un sudoku in moins d’in.ne minute !

Ch’est lò qu’éch seut-du-tchul i foait vir à tout l’mon.ne éq chés picards i sont vraimint asteux. Pasqué mi, in moins d’vingt chonq ésgondes éj vous rinds vo seut-du-tchul avuc ses cases rimplies. Éj n’ai janmoais pu foaire sitant vite pour un sudoku, pi vous ?


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

01/06/06

CHL’ORSE PICARD

Tchéche qu’i sait-ti qu’i n-y o des orses picards ? Et pi tchéche qu’i sait qu’chés orses picards i sont in perdition ?

Eh bé vlò, mes gins ! Des orses picards i n-y in o ! I leu dessaque'te à mesure quanq os né sz’attind pu… Des foés i sont des moés pi des moés qu’o szés voét point. O s’édmande siq i n’ont point dispèru à foait. Pi quanq i rvien'te, alorss lò ch’est point pour du rire, i n’passe'té point inaperchus. O szés rinconte un molé tout pèrtoute !

Mais soin ! Chés orses picards i n’plai'té point à tout l’mon.ne ! I n-y in o des qu’i vourroai'té sz’escoffier. Ch’est déringeant des orses picards. Et pi cho put don.ner à dz’eutes, des foés, des idées point conme i feut.

Tout là-bos din ch’fond, jé nn intinds qu’i leu malot'te, qu’i routél'te, qu’i romion.ne'te. Acoutez don ch’qu’éj dis, nom-dé-zeu ! Bé à ti, échl’hocleux ! aprés ch’tchuin d’ziu, i y éro in.ne interrogation écrite…

Cmint don qu’o put vouloér du mau à un orse picard, qu’o m’direz ? Bé sié, ch’est possibe ! Avu no société, toute il est possibe ! I feut-ti vous foaire un dessin ? Ouai ? Bé nin vlò des dessins : Tolérance zéro qu’i djeule échtilòl ! Amnestie pour min pote, il o seuti chés haiyures miux qu’tout l’mon.ne, qu’i dit l’eute… I feut-ti vous nnin rmette in.ne louchie ? Pasqué des ratrouilleries conme cho i n-y in o à l’gron.née… Os n’avez qu’à coésir, os n’érez point d’imbarros.

Pour nin révnir à chl’orse picard, éj voés bien qu’o n’y intindez point goutte, éj vos don mette chés pindules à l’heure pi chés points dsu chés I. Est un molé téchenique, os n’varez point dire pèr aprés qu’o n’y comprindez rien !

Alorss é-vlò : In preume, qu’éj vous présinte : d’un côté él CPPAP (Conmission Paritaire éd chés Publications pi Aginces éd Presse). Conmission os savez ch’qué ch’est. Tchéche qu’i n’o point té foaire des conmissions pour és mére étant ptchot ? Paritaire ch’est un molé pu complitché. Disons, pour qu’a fuche simpe, éq ch’est mitan boins à rien pi mitan hocleux. Pi tout l’resse a n’o point granmint d’portance. Y o d’él presse, i feut don qu’os allonche vite, alorss passons !

D’l’eute côté, éch Lanchron. Lò, i n’i y o point pu clair ! Un jornal trimestriel tout in picard ! Mais vlò, chés trimesses picards i n’sont point tertous d’él minme londjeur. Pi cho, ch’est point d’éch goût d’él CPPAP. Mais, él pastorelle éllé vlò : échl’orse i n’est point français !

Él vlò no z-orse picard. Ch’est l’nôte et pi os y tnons. Mèrchez, jé n’vos point vous laissier éch bec din l’ieu pu longtemps, échl’orse d’éch Lanchron ch’est li, tel qu’os avez pu l’lire din chl’avant-darin liméro :

CH’LANCHRON
triplé liméro 98, 99 et pi 100
Aprézeut 2005 - Courts jours 2006
ISSN : 0247-2503
CPPAP : 630204
Tous les troés moés
Arménotier : Jean-Luc Vigneux
Dirigeu d’gazette ; Jacques Dulphy
Imprinmé à mon Colombel
Zone d’él Blanque Taque
CH’LANCHRON
chuchon loé 1901

Ch’est li qu’i feudroait qu’i fuche français. Et pi quanq él CPPAP al dit niét cho vut dire qu’él TVA al est pu tchére, conme pour chés restaurants, alorss qu’édvant ch’étoait conme chés snaques. Pi chés timbes i n’sont pu sitant boin mèrtché qu’édvant.

Heureusemint qu’chés picards, et pi tous chés picardisants, il ont leu jornal à tchœur, pi qu’i sont prêts à mette leu main à leu porté-mon.noaie ! Mèrchez, minme siq os dvons l’poéyer un molé pu tchér, échl’orse picard i vivro !


[01/01/06] [16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

16/06/06

ADÉ RAYMOND !

Éj vous pèrloais coére éd li n-y o point bien longtemps, ch’étoait din ch’tchuin d’ziu du seize éd mars : Rléve asseurée. No z-ami Raymond Devos i nous o tchitté hier, pi j’sus certain éq doù qu’il est achteure, i s’jue coére avuc chés mots conme il l’avoait foait durant tout s’vie. Jé n’croés point qu’i fuche mort conme il lé vouloais, li qu’i répondoait à chti qu’i li dmandoait :
« Cmint qu’os ainmeroète moérir ?
— Pèr distraction ! »

Austôt qu’o l’ons seu, dsu l’liste éd distchussion achteure chés messages il ont arrivé à ti à masse. Feut savoér éq Raymond il étoait né natif éd Mouscron, qu’sin pére il étoait Tourquégno et pi qu’Raymond il o passé s’jon.nesse à Tourcoing. Os pouvez aller vir ch’qu’i nin di'te din Wikipedia. D’autchuns i di'te éq ch’est un superpicard, pi dz’eutes i racont'te qu’un bieu jour au soér, in étant à Lille, il éroait foait sin spectaque in picard pi qu’ch’étoait du nan.nan !

Bé mi ch’qué m’in vos vous dire, ch’est qu’os allez trouvoér ichi él preufe éq Raymond ch’étoait un picard vrai dé vrai : A n’est point durte à comprinde, vu qu’in dix-neu-chint vingt-quate, il o pubiyé in.ne binde à dessins qu’a s’appéle Sanchmise din chl’Arméno-An.nuaire éd la Sonme avuc énedin ch’tchot dessin qu’o voéyez lò à gueuche et pi chu texe qu’i vo avuc à droéte :

image de BD

Le Marin : — Vous arrivez bien mal. Depuis hier la mer est complétement démontée.
Sanchmise (à s’fenme) : — Ch’est dé t’feute. Éj vouloais vnir y o huit jours. Tchéche qu’i sait quanjou qu’o ll’érmontero, chél mer.

Ch’Raymond i n’o point signé d’sin vrai nom, ch’étoait un surpitchet, mais ch’étoait djò un rude wépe pasqu’i n’avoait qu’deux ans à l’époque !

J’espére qu’i n’m’in vourro point éd m’avoér motché d’li pi qu’i n’varo point pèr nuit m’décatouiller mes pieds (i nin sroait bien capabe, éch polisson-lò !) In tous les cas, ch'étoait foait gintimint pi ch'étoait point pour méfoaire, tout du contraire !


[01/01/06][16/01/06] [01/02/06] [16/02/06] [01/03/06] [16/03/06] [01/04/06] [16/04/06] [01/05/06] [16/05/06] [01/06/06] [16/06/06]

Adé

archives 2e semestre 2005 archives 2e semestre 2006