tb - CHÉS TCHUINS D’ZIU D’ÉCH BAROUMOAITE - bt
archives du premier semestre 2005

[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

01/01/05

AU GUÉNEL

Au guénel ma tante Michelle
Éj vous voés pèr un tchot treu
Qu’os mingez du boin watieu,
Qu’i fuche bis, qu’i fuche blanc
J’m’in irai tojours point sans
Au guénel !

Vlò ch’qu’os cantoème éch jour éd l’an à Ferriéres quanq j’étoais ptchot. Quanq o z-érbée din chés lives o s’aperchut qu’suivant doù qu’o z-étoait o cantoait cho l’soér éd Noé. Eute pèrt ch’étoait pour mèrdi gros ou bin coére à Pâques, quanq chés batteleux i vnoai'té tcheuiller leu pocage… Suivant sz’indroéts ch’étoait étou au guinel ou au djignel et pi sz’éspécialisses i n’arrive'té point à leu mette d’accord. D’autchuns i di'te éq cho vourroait dire au dji l’an neu et pi pour édz eutes qu’i n’sont point d’avis, cho sroait putôt au djai Noé. Tchéche qu’il o raison, o né l’séro mie janmoais !

In.nhui, tout cho a n’existe pu. Pu d’guénel pi pu d’batteleux nan pu. Mais ch’jour dé l’Toussaint, des éfants qu’i sont vnus butcher à m’porte. Quanq j’ai yeu ouvert i m’ont mnaché avuc des pistolets in plastique. Il avoai'te des bèrboéres éd chorche ou bin d’tête éd mort. I n’ont point bien comprins cmint qué j’leu z-avoais freumé l’porte à leu nez in sz’invoéyant au diabe boli.

« Arrête éd reuver, grand-pére, et pi d’érbatte tes hotons. Os sonmes in deux mille chonq, pi os vivons in.ne époque formidabe. I feut vive avuc sin temps…
— Bin ouai, min fiu, t’os raison, éch temps passé i né rvaro point. Éj té souhaite in.ne boin.ne énnée, et pi in.ne boin.ne santé. »

Et pi à vous étou, mes gins, qu’éj vous souhaite in.ne boin.ne énnée.


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

16/01/05

OS AVEZ ÉCAPÉ À TOUT CHO !

Éch tchuin d’ziu d’éch cœup-chi, ch’éroait pu ête tchéque cose conme cho :

Aïte aïte Asie !
No "Jeanne d’Arc" a n’o mis qu’troés smain.nes pour récourre chés sinistrés, et pi, l’ésmain.ne tchi vient, Drucker pi Delarue à leu tour i s’in vont sz’écorer et pi Faugiel, et pi Ruquier. Chés noéyés i n’éront pu d’estchuse !

Tsunami tragique édsu ch’Paris-Dakar, un mort !
Lò, éch professeur Choron i s’értorneroait din sin certcheuil, vu qu’i vient d’défuncter. Sin jornal, Hara-Kiri, il avoait té interdit pour avoér mis conme tite bal tragique à Colombey, un mort quanq éch grand Chèrles il o passé l’arme à gueuche…

Coére in.ne énnée à indurer chl’Induro !
I pèraîtroait éq ch’est l’darin.ne foés qu’os pourrez vir chés motos dsu l’plage du Toutchet. Soé-disant qu’cho berzilleroait chl’inviron.nemint. Jé n’comprinds point cmint qu’no z-anmi Minime i n’s’est point coére mobilisé. Pasqué chés motos, ch’est conme él cache, ch’est un droét qu’os ons gaingné in foaisant l’révolution in dix-sept chint quatré-vingt-neuf…

Le Pen i s’arrêtero don janmoais ?
À l’heure qu’o n’pèrle éq d’él libération d’chés camps d’conchintration, no fureur nation.nal il o l’front d’avancher qu’durant la djerre, la Gestapo ch’étoait point si terribe éq cho, pi qu’Oradour, i y éroait à dire !

Caporal Lampisse, au rapport !
Éch camp d’Abou-Ghraïb il o rtrouvé sn innochinche. Tout ch’qu’il o put s’passer là-bos, ch’est d’él feute à un caporal d’él police militaire, Charles Graner – avuc un nom d’baptéme pèrel, a n’est point ton.nant. I feuroait pétête s’édman.ner  : siq chés chefs i lé savoai'te, i sont à mette din l’minme sac. Siq i n’savoai'té point, alorss ch’est des incapabes, et pi feuroait vir à n’point don.ner des galons à chetlòs qu’i né l’mérit'té point.

Un tchot cot dsur mes mouilles…
Cho, ch’étoait Fifine. Al m’avoait dit « Siq un jour, t’es malprins, tu n’os qu’à m’foaire singne, éj té frai tin tchuin d’ziu ». Pour un cœup qu’éj sus t-in raque, a n’est point lò, ch’nom-dé-zeu-lò. O n’put mie pu compter dsur person.ne !

Eh bé du brin, os n’érez rien d’tout cho.


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

01/02/05

JUPIN

Éj sus t-arrivé à ch’lycée Janvier un molé aprés l’rintrée. J’avoais foait pèr avant des rimplachemints, lò ch’étoait min premier vrai imploé d’pion. Surveillant d’externat qu’o disoait d’éch temps-lò.

Ch’étoait à tchéques minutes éd no moaison. Étoait bien pratique. Din no wèrtier o disoait l’école Janvier vu qu’édvant la djerre ch’étoait in.ne École Primaire Supérieure. Pour lors, ch’étoait putôt dévnu in.ne éspéce éd collége conme o diroait in.nhui, vu qu’i n’y avoait qu’éd chés sixienmes dusqu’à l’troésienme.

Du début, a n’o point té d’pèr trop facile. L’surveillance éd chés récrations, chés études aprés chonq heures, tout cho, ch’étoait coére aisié d’nin vnir à bout. Mais ch’pu pire ch’étoait l’permaninche. Él salle éd permaninche, ch’étoait un viu amphithéïâte, avuc in bos in.ne grande tabe éd burieu, et pi in face chés ringées d’bantchettes in bos avuc leu tablettes pa dvant, des ringées qu’i montoai'té tout duchemint dusqu’à ch’fond d’él classe.

In temps normal, o n’avoème person.ne à warder, vu qu’Tchot Jacques, chti qu’i foaisoait chés imploés du temps, ch’étoait un moaîte in la matiére, un espert ! N-y avoait point d’treu neune pèrt, ni pour chés éléves ni pour chés profs. Mais drés qu’i n-y avoait des neiges ou bin in.ne épidémie d’grippe alorss ch’étoait in.ne cacastrophe, des foés l’salle éd permaninche al étoait badjée. Et pi tnir durant in.ne heure chint vingt éfants qu’i n’pinse'te qu’à foaire indéver ch’pion, ch’est un vrai calvaire, os pouvez m’croère.

Mais, à l’fin des fins, a n’s’est point d’trop mal passé, pi tout duchemint os sonmes arrivés à ch’moés d’juin. Ch’est conme cho qu’j’ai pu vir un jour au matin din l’salle éd chés professeurs, in.ne feuille qu’al étoait papinée dsu ch’tableau d’affichage. Ch’étoait pour annoncher chés conmunions pi ch’étoait signé d’échl’aumon.nier.

I feut dire éq d’éch temps-lò, n-y avoait un aumon.nier din tous chés lycées. Point d’rabbin ni d’ayatollah, mais un tchuré, sié ! histoére éd foaire in.ne niche, sans puss réfléchir, vlò qu’j’écris in rouge à bas la calotte in travers d’él feuille !

Quoé qu’ch’est qu’j’avoais foait lò ! Ch’étoait ni puss ni moins qu’in.ne djerre d’érligion. D’autchuns d’chés profs l-étoai'té pour, édz eutes il étoai'te conte et pi tertous, durant chés récrations, i passoai'té leu temps à leus atuire !

Ch’directeur éd l’époque, ch’étoait Monsieu Alaveine, qu’o z-appeloait Jupin, vu qu’ch’étoait in.ne vraie soupe à lait pi qu’il étoait capabe éd pitcher des coléres du diabe. Et pi Jupin i n’ dérageoait point, i n’étoait point à prinde avuc des pinchettes, i vouloait à toutes forches savoér tchéche qu’il avoait foutu ch’brin din sn établichemint. I né ll’o janmoais seu. I n’o minme janmoais maginé in.ne minute qu’cho pouvoait t-ête mi !

Feut dire éq d’éch temps-lò, os m’éroète don.né ch’boin Diu sans confession. Minme éq chés éléves i m’avoai'té trouvé un rude surpitchet, i m’appeloai'té Jésus. Pi pourtant éj n’avoais point coére ni bèrbe ni cavieux longs !


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

16/02/05

TOUT CHU SPAM

Mouôn Doue d’la vie ! Y'a-t-i' un tas d’niolîn tch’arrive dans ma boête à m'sages à ches drein ! Nou m’a offèrt des coutchieaux à steaks, des boulets d’Viagra, des vaituthes-jouettes, des cartouches à bas prix pouor les printeurs ès compiuteurs, d’s hypothèques et d’s aéroglisseurs…. sans pâler des m'sages tchi promettent d’allouongni mes parties ou d’agrandi mes seins.

Et pis y'a ches e-mails souo-disant dé tchique membre d’la fanmil’ye d’un dictateur Afritchain tchi d’mandent méne aîgue pouor transféther des sou d’eune banque en Nigérie, ou à la Côte d’Iviéthe, ou au Congo ou à tchique bord d’même. N’en v'là-t-i' du niolîn et d’la fraude!

Chein qué j’n’ai pon r'chu, ch’est un tas d’tout chu spam en Jèrriais. j’n’ai pon eune boêtée dé m'sages tchi m’proposent des pais au fou à bas prix, ni des photos d’vaques dé Jèrri, ni du sitho d’colînmachons. j’n’ai pon r'chu nitout dé m'sages entouor lé transfèrt d’sou pouor tchique membre d’la fanmil’ye d’un Connêtabl’ye d’eune des pâraîsses d’amont, Dgieu mèrcie.

Mais quand jé s'sons n’yés pèr des louêmes dé spam en Jèrriais, j’saithons qu’not' vielle langue est vraînment d’èrtou. Tch’est qu’ous en pensez?

Os vous nnin doutez, ch’est point du picard, mais tout d’minme cho nn’est point d’loin. Vlò ll’adréche adoù qu’os pouvez vir él page tout chu spam in jersiais. Pi, tant qu’os y srez, prindez don l’temps d’visiter un molé, cho veut ch’décatour !

Ch’est don du jerriais, conme i di'te chés Jerriais, pi ch’est quasimint in.ne forme d’éch pèrlage neurmind, adon ch’est point granmint loin d’no langue à nous. Értraduit in picard, cho pourroait foaire un boin tchuin d’ziu :

Nom d’la vie ! N-i y in o-ti un tas d’sots contes qu’il arrive'té din m’boéte à messages din chés darins temps. O m’o offert des coutieux à biftéques, des pilules éd Viagra, des voétures in réduction, des cartouches au rabais pour émn imprimante, dz hypothéques pi dz aréoglicheux… sins pèrler des messages qu’i m’promet'te éd rallonger m’brutchette ou bin d’foaire grochir mes tettes.

Et pi n-y o chés e-mails éd tchéque gin soé-disant d’él famille d’un dictateur afritchain qu’i mé dmande éd l’aïude pour foaire rapasser des pécaillons d’in.ne banque du Nigéria, d’él Côte d’Ivoére, ou coére d’éch Congo ou bin d’un eute poéyis du minme ratchuin. N-in vlò-ti des ratros pi d’él freude !

Éch qué j’n’ai point rchu, ch’est un mont dé spam in picard. Jé n’ai point yeu in.ne lotée d’messages qu’i m’propose'té des févettes tchuites à ch’four à prix berzillé, ni des photos d’vaques éd Picardie, nan pu qu’du chirop d’calimichons. Étou éj n’ai point rchu d’messages à perpos d’transfert éd sous pour tchéque gin d’él famille d’un Con.nétabe d’in.ne des pèroésses d’amont, Diu merci !

Mais quanq éj srai noéyé pèr des flots dé spam in picard, éj sérai qu’no viu pèrlage il est vraimint dé rtour. Quoé qu’ch’est qu’os nin pinsez ?


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

01/03/05

CHÉS GABELOUS

Kwékaldikalo
Aldikchétinkokalo
Sikchétinkokaldikalokalaye

Ch’est un attrape-érelle qu’à mesure o débite à fond d’train à chetlò qu’i n’comprinde'té point d’trop ch’picard. Éd vrai, ch’est in.ne histoére qu’a s’passe à l’intrée d’Anmiens. Y o in.ne fenme édvant ch’burieu d’octroé. Pi un gabelou qu’i s’édvise avuc éch chef-gabelou, éq li il est à récœuffer ses guérets à l’intérieur d’éch poste. Éch chef i dmande :
« Quoé qu’al dit qu’al o ?
— Al dit qu’ch’est un cot qu’al o.
— Siq ch’est un cot qu’al dit qu’al o, qu’al aille ! »

Pour éch qu’i nn est d’l’octroé, i feut savoér éq jusqu’in dix-neu chint quèrante, i falloait poéyer des droéts pour tout ch’qu’i rintroait à Anmiens. Vlò in.ne idée d’chés prix in dix-neu chint vingt troés :
Chés tripes éd vaque, pour un tchilo, six sous, éch tran.nèrd dix-huit chintimes, ch’lapin vivant ch’étoait chonq sous, dépieuté étoait pu tchér, ou bin coére – lò ch’étoait du luxe ! – chés calimichons un franc du tchilo.
Pour éch bos à brûler, ch’étoait troés francs du stére, pour des candelles chonq sous du tchilo, éch savlon six sous, des confettis quate sous, un lévier troés chintime au tchilo !
Os voéyez qu’i n’passoai'té dsu rien !
Pour és foaire in.ne idée d’éch qu’a rprésinte in.nhui, dsur in.ne lette éd moins d’vingt grammes o colloait un timbe éd chonq sous.

In dix-huit chint quatré-vingt huit, min grand-pére il avoait onze ans. Il habitoait Ferriéres pi il étoait manœuve éd manchon. Feut dire éq d’éch temps-lò, Ferriéres ch’étoait un village éd manchons. O z-y copoait étou du velours, mais cho ch’étoait ch’travail éd chés fenmes.

À l’époque, à Anmiens, o construisoait ll’École Normale éd Guèrchons, tout là-bos din ch’wèrtier Saint-Acheul… Adon chés manchons d’Ferriéres i pèrtoai'te ouvrer à chonq heures du matin. À pied bié seur, n-y avoait point d’bourcyclettes, à malaise édz autos ! Forchémint il amnoai'té leu minger d’à midi avuc eux.

Un bieu jour, in arrivant à chl’octroé d’éch wèrtier d’Marolles, il ont tcheu dsu un gabelou qu’il avoait décidié d’foaire du zéle. Sûremint qu’i n’avoait point rbéyé s’boutinette in sé lvant du matin ! Vlò-ti point qu’éch titisse-lò i s’étoait mis din s’tête éd foaire poéyer chés droéts pour éch frichti qu’chés manchons il avoai'té din leu musette ! Chés manchons i nin sont restés fin étombis. Mais conme i n’mantchoai'té point d’gingin, atchun l’o dessatché sin morcieu d’viande, et pi i ll’o mingé pa dvant ch’gabelou. Du cœup chtichi i nn est resté bec et borne.

« Achteure i feut-ti coére poéyer pour passer ? » qu’il i ont dmandé. L’eute, vexé d’s’ête foait rtcheusser, il o rintré din ch’poste sans pu rien dire. Au soér, leu jornée foaite, quanq il ont rfoait à pied chés quatore tchilométes pour rintrer à leu moaison, il ont coére ébziné pu vite éq d’habitude. Il avoai'té leu z-estomaque din leus talons !


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

16/03/05

TCHINZE MILLE SUIVANT CH’GOUVERNÉMINT

Pour chés troupes à Adolfe él cache al est ouverte, o z-étripe din chés ambulances ; un métecin qu’i n’vouloait point livrer chés blessés l’o té fusillé dsu plache.

O z-intasse chés gins, des honmes, des fenmes et pi dz éfants din des wagons à bestiaux. Vlò ch’train pèrti. Tout d’un cœup o z-intind des cris qu’i s’écape'té d’un wagon. Éch chef d’escorte i foait arter ch’convoé, chés cadoreux i tire'te à travers éd chés bâches. Silinche éd mort… pi ch’est des certcheuils roulants qu’i rdémarre'te à toute berzingue.

À l’arrivée, y o un chef éd bataillon qu’il est lò , i détrie chés prison.niers « ti, à gueuche » ou coére « ti à droéte ». Chetlò d’gueuche ch’est pour t-ête abolis direc.

Au bout d’tchinze jours à troés smain.nes, chés prison.niers il ont yeu in.ne botte éd feurre pour deux. Édvant i coutchoai'te à minme éch plantcher. Un soér i y avoait un orage d’infer avuc des cœups d’hernu d’tous les côtés. Sous llé mnache éd chés mitrailleuses, chés prison.niers il ont dû rester rétindus d’tout leu long din chés raques au long d’él nuit. Au matin n-y avoait pu d’vingt morts.

N-y o yeu in preume in.ne fosse du diabe adoù qu’o z-o intassé pu d’tchinze mille morts. Il o coére follu nin rcreuser dz eutes pour rinfouir six mille cadaves éd puss. Pi conme tout cho ch’étoait foait à la-va-vite. Ch’étoait des flairinées atroces et pi dz échaims d’grosses mouques à viande tout bleuses qu’i leus abattoai'té dsu ch’poéyis tout intier.

Éch pu bieu ch’est qu’i n-y avoait des fenmes éd la heute, des madames, qu’i vnoai'té rbéyer tou cho. Un cœup, chl’officier qu’i dirigeoait l’visite djidée il leus o minme dit « Os voéyez, ch’est avuc cho qu’i pinsoai'te » pi in disant cho, i fèrfouilloait du bout d’és botte un morcieu d’chervelle éd répindu au pied d’éch mur éd chés fusillés.

Éj m’in vos arter lò mes ratrouilleries, vu qu’in preume a n’est point d’trop djai, et pi qu’in deuze os vous disez qu’éj sus coére in rtèrd. Chl’holocauste pi chés camps d’la mort, chés télés i nn ont djò pèrlé y o in.ne cope éd moés.

Bé mes gins o n’y êtes point du toute, éch cœup-chi éj sroais minme putôt in avanche, rapport éq tout cho a s’a passé in dix-huit chint soéxante et onze. La Conmune éd Pèris al avoait té proclamée él dix-huit éd mars. Cho fro chint vingt-quate énnées d’aprés-dmain.

Ch’est deux boins moés pèr aprés qu’chés Conmunards i leus ont foait trondeler. Du vingt-deux dusqu’à ch’vingt-huit éd mai, ch’o té ch’carnage din tout Pèris. Mais ch’pu pire i restoait à vnir. Adolfe Thiers il o décidié d’foaire passer l’invie d’ércmincher à chés Pèrisiens. O z-estime à trente mille chés victimes d’éch massaque, tchinze mille suivant ch’gouvernémint. Ch’qu’il o foait Adolfe os pouvez vous nin foaire in.ne tchote idée din ch’qu’est écrit pu heut. J’ai té l’pucher din deux lives :

Histoire de la Commune de 1871, P.O. Lissagaray, Paris La Découverte, 2000
et pi :
La Commune, Louise Michel, Paris Éditions Stock 1898, Reprint 1971

Os pouvez étou aller foaire un tchot tour édsu ch’site

Association Les Amis de la Commune de Paris (1871)

Pi minme, siq a vous dit, os pouvez coére aller à Pèris pour prinde pèrt à l’cérémonie :

Commémoration de la naissance de la Commune
Place Blanche (métro Blanche)
Vendredi 18 mars à 18 heures


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

31/03/05

LOUIS

Jé ll’ai con.nu cho foait in.ne dizain.ne d’énnées. Jé m’ramintuve coére fin bien éch premier jour éq j’ai ll’ai rincontré. Ch’étoait à chl’Office éd Tourisme d’Adville. Tout ll’étchipe d’éch Lanchron al étoait lò. Os étoème in route à hanser in.ne esposition d’photos avu des texes in picard. In.ne esposition qu’a s’appeloait Avuc d’él pleuve.

Louis il étoait lò. I rbéyoait éd tous ses ziux, il étoait tchurieux d’toute. Asseuré qu’i n’o point té utile à grand cose. Falloait tours qu’i fuche din ch’pu dru. Os dvoème minme foaire intintion à li pour éne point l’boustchuler. Mais il avoait vnu pour nous écorer !

Pèr aprés i s’a mis à écrire ses premiers texes, in picard bié seur. Il est vnu szés lire à Chés Picardisants du Ponthiu pi du Vimeu. Il ont té étou pubiyés din ch’Lanchron. D’éch Lanchron, il o fini pèr nin foaire pèrtie. N-y avoait djò in.ne cope d’énnées qu’i s’tâtoait. Pour mi il avoait peur qu’o n’veuche point d’li ?

Adon ll’énnée-chi, chonq minutes édvant ll’Assimblée Générale d’éch Lanchron éch Burieu i s’a réuni pour éstatuer dsu l’candidature à Louis. Ch’o té oui à l’unanimité. Ch’est conme cho qu’éj m’ai rtrouvé assis côte-côte avuc Louis durant l’fanmeuse Assimblée.

J’ai din l’idée qu’pour éch qu’i nn’est d’chés réunions, il est conme mi, ch’n’est point sin papin. A foait qu’durant qu’ész eutes il épluque'té chés comptes, li i gribouille des ptchots dessins dsu in.ne feuille éd papier. Il o un boin tchot cœup d’crayon. Il est capabe, in moins dé rien, éd dessiner un Gadrouille pu vrai qu’nature.

Pi d’un cœup, vlò qu’i rouve un classeur pi qu’i m’foait vir. Ch’est des pages éd bindes à dessins qu’il o rproduits in photocopie. Chés bulles il ont té deffacées pi i sz o récrites in picard. Ch’est du boin picard et pi d’él boin.ne ouvrage. Ch’est conme tout ch’qu’i foait, ch’est bien foait. Pi conme él réunion a nin finit point, qu’éj m’épine, éj m’inseuve tout à l’douchette in li foaisant un tchot tchuin d’ziu. Un tchuin d’ziu qu’i vut dire « Os sonmes foait pour nous intinde, os nous rvoérons ! »

Eh bin nan ! os n’nous sonmes point rvus. Ch’étoait écrit tchéque pèrt éq jé n’t’érvoéroais point. Un cœup d’malsaveur… Ch’étoait-ti in.ne cœudiére in cronque, ou bin quoé coére ? Tours est-ti éq t’os prins tin bain, pi qu’tu t’as indordelé et pi qu’tu n’t’as point rinveillé. Ch’est in.nhui qu’os t’ons mné din l’tchote chinmetiére éd Borséville.

Ch’est la vie qu’os m’direz ! Ch’est ch’qu’o dit toudi à chés interremints ! Bé nan, ch’est point la vie, ch’est la mort ! Et pi, os avez bieu dire, la mort d’un éfant qu’i n’o point coére treize ans cho n’est tout d’minme point aisié à incorser !

Adé, Louis


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

16/04/05

ÉCH THRESOR PICARD

Ch’est tchéqu’un qu’tout l’mon.ne i con.noaît, rapport à l’nicotine qu’al impoéson.ne nos poumons : Jean NICOT.

Il est né din les tchinze chint trente à Nimes, pi il est mort à Pèris in seize chint. Intér deux, vers tchinze chint soéxante, du temps qu’il étoait imbassadeur à Lisbonne, il avoait foait invoéyer à Catherine éd Midicis, in.ne plante qu’o n’con.naissoait point coére in France ; ch’étoait ch’pétun qu’o dvoait pèr aprés appeler ch’toubac. Din ch’mot d’billet qu’i y avoait d’agrapiné à l’plante i disoait à l’rein.ne-mére éq ch’étoait un rméde d’apotitchaire, qu’i servoait à désinvrimer chés affolures, pi coére bien d’eutes coses. Ch’étoait ch’début d’l’herbe à Nicot qu’os o chitché, prisé pi feumé pi qu’o feume coére.

Jean Nicot il o fini tchuré à Brie-Comte-Robert. Ch’est seulemint six énnées aprés s’mort qu’éch l’ouvrage éd tout s’vie il o té dessatché :
Éch Thresor de la langue française.
Ch’étoait ch’preume éd chés diction.naires à t-ête intiéremint écrit in français. Infin presqué tout in français, pasqu’i n-y o coére du latin ndin un molé tout pèrtout.

Ch’qu’i m’o sen.né intéressant, ch’est qu’éch picard i n’o point té oblié pèr no z-anmi Jean. I feut dire qu’il avoait neuf ans quanq éch roé Franchouos Premier il o foait publier chl’édit de Villers-Cotterets. Chti qu’i foait d’éch français él langue officielle éd no poéyis. Adon o n’avoait point coére écminché à décrier pi à démépriser tout ch’qu’o z-o pèr aprés appelé chés patoés.

Li, Nicot, i n’o point honte éd dire « chés Picards i di'té conme chi chés Picards i di'té conme cho ». Éch picard i n’étoait point coére dévnu du méchant français, i n’y avoait point coére éd marister à taper à cœup de régue su chés doégts d’chés éfants qu’i leu dvisoai'te in picard.

Os voulez-ti in poaire d’eximpes ?

Hottons, m. plur. num. Sont les brisures des espis et grains escrasez et autres superfluitez que le vanneur separe et jette avec un plumard hors le van d’avec le grain net…
Achteure os savez pourquoé qu’o rbot sz hotons quanq o s’met à écanger des ramintuveries

Maquereau, a macularum frequentia, conme aussi les maquereaux qui viennent en hyver aux jambes de ceux qui se chauffent trop pres du feu, Picardi vocant Truyettes.
Pi lò, m’vlò in raque ! Il o follu qu’éj trache din ch’Littré pour apprinde éq des maquereaux ch’est tchéque cose conme in.ne éspéce d’irritation qu’al vous vient à vos gambes quanq os vous cœuffez d’trop prés d’éch fu. Du temps d’Nicot, ch’étoait djò conme cho, mais chés Picards i n’avoai'té point de maquereaux à leu gambes, il avoai'té des truyettesAchteure, pu d’maquereaux ni d’truyettes édpu qu’os ons ch’cœuffage chintral !

Pour nin savoér éd puss, allez vir él page éspéciale "Thresor picard" éq j’ai hansée ésprés avuc chés mots d’picard éq j’ai déteupés din ch’diction.naire à Jean Nicot.


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

01/05/05

AURÉLIEN, MIN GRAND-PÉRE.

Éj vous nn ai djò pèrlé d’min grand-pére Aurélien. Ch’est li qu’i foaisoait quatore tchilométes à pied au matin édvant d’aller ouvrer din ch’wèrtier Saint-Acheul d’Anmiens et pi quatore tchilométes au soér pour rintrer à Ferriéres. Il avoait onze ans, il étoait manœuve éd manchon.

Pèr aprés, y o yeu des bicyclettes, pi surtoute éch tortillard. Un cmin d’fer à voée étroéte qu’i pèrtoait d’él gare Saint-Roch à Anmiens pour aller dusqu’à Bieucamps-l’Viu, in passant pèr… Bé justémint, i passoait bien à Saveuse mais i n’s’y artoait point. Éch premier arrêt, ch’étoait à mitan cmin intér deux Saveuse pi Ferriéres, à l’corne d’éch bos d’Longue Attinte. Pèr aprés, n-y avoait l’gare éd Djimicourt-Bovelles à un tchilométe éd Djimicourt, pi à un tchilométe éd Bovelles. Coére pu loin, él grimpette éd Pissy-Rvelles ch’étoait pèrel in plein mitan d’chés camps. D’éch temps-lò, l’égalité, ch’étoait point d’la rigolade, surtoute pour aller prinde éch train !

In dix-neu chint Aurélien i s’a mèrié avuc Blanche, in.ne file à ch’Phane. Il ont yeu deux fius. D’éch temps-lò, il habitoai'té tours Ferriéres, pi Aurélien i prindoait ch’tortillard au matin pi au soér, six jours pa smain.nes. Il étoait manchon, pi ch’étoait un boin manchon, probabe, rapport éq chés patrons i vnoai'té l’débeucher dsu chés chantiers d’où qu’il étoait :
« Hé, la coterie, combien qu’tu gaingnes conme-cho ?
Chint sous, patron…
— Éj té don.ne chonq sous d’puss ! »
Pi Aurélien i prindoait s’tchaisse à otieux pi i cangeoait d’boutique.

Din les énnées dix-neu chint dix, il étoait chef éd chantier mon Hérouard pi i dirigeoait l’construction d’éch câtieu d’chés fréres Saint à Flixcourt. Ch’est pour cho qu’tout l’tchote famille al est vnue s’loger à Ville-él-Marclet, tout prés d’éch chantier.

Ch’est lò qu’il étoai'té coére quanq Aurélien l’o té mobilisé in quatore. Il o passé deux ans à Verdun. I n’nous o janmoais rien conté d’éch qu’il avoait vétchu là-bos. À s’mort, o z-o rtrouvé in.ne médalle mirlitaire et pi in.ne croéx d’djerre bien muchées din in.ne tchote boéte in carton. I nin n’avoait janmoais pèrlé nan pu.

In dix-sept, il o té invoéyé à Pèris conme gardien de la paix. In plein.ne djerre, gardien de la paix ch’étoait putôt à rire, mais, pèr aprés chés tranchées, ch’étoait l’filon. Tout d’minme, il avoait quèrante ans passé pi deux éfants. Pi ch’est lò, à Pèris, qu’il o intindu son.ner chés cloques éd l’armistice.

Aprés tout cho, il o rintré din sin poéyis, il o rtrouvé ch’chantier qu’il avoait inroéyé à Flixcourt, pi i ll’o mné à bout. Din les énnées vingt-deux, i s’a mis à sin compte, avuc ses deux fius, qu’il étoai'te manchons tout conme li, pi i leus ont installé à Anmiens. Avuc la rconstruction, i n’ont point mantché d’ouvrage.

Du jour qu’il o té à sin compte, Aurélien il o tchitté s’treuelle pour éch porté-pleume. Ch’étoait li qu’i rchuvoait l’pratique pi qu’i foaisoait chés factures. In dix-neu chint chinquante quate, à soéxante dix-neu ans, ch’est tours li qu’i tnoait chés djides éd l’interprinze qu’il avoait hansé. Pi ch’est la rconstruction qu’al ll’o tué.

Bié seur, conme à prés l’djerre éd quatore, n-y avoait du travail à masse, ch’étoait chés donmages éd djerre. Mais ch’est donmages éd djerre ch’étoait l’État, et pi l’État i n’étoait janmoais pressé d’poéyer. Tout du contraire, chés quèrques sociales conme o cminchoait à dire, ch’étoait l’État étou, mais lò point tchestion qu’i foaiche du crédit. Ch’est conme cho qu’Aurélien i s’a rtrouvé un bieu jour avu sn interprinze quasimint in faillite. I nn o foait un cœup d’sang.

Tchinze jours pèr aprés o ll’ons mné à ch’camp d’soéle.


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

16/05/05

MI J’SUS POUR !

Tout il o cminché cho fro biétôt deux énnées. Un minisse éd la Santé, métecin li-minme, qu’i n’sint point vnir éch cœup d’caleur pi qu’i resse trantchillemint à bisir sous ch’solé, ses orteux in évintail. Deux smain.nes pèr aprés, tchinze mille morts…

Os savez ch’qu’i nn est, chés minisses il ont busé à mort, pi il ont trouvé ch’qu’i mantchoait din no poéyis. Os étoème à court éd solidarité, pi os né l’savoème minme point !

Alorss, éch résultat il est lò : solidarité obligatoére, in.ne jornée d’travail non poéyée ! Nin vlò-ti in.ne d’idée qu’al est boin.ne ! Conme cho ch’gouvernémint il éro des pécaillons pour don.ner d’l’aïude à tous chés viux qu’il ont à rfoaire quanq i foait d’pèr trop cœud. Pi conme chés salops d’viux i sont étou sinsibes à ch’froéd, i n-y éro qu’à ouvrer coére un jour éd puss sans t-ête poéyé. Éj sais-ti mi, à Toussaint pétête ?

À l’fin des fins, o z-arrive in.nhui à un trimac point possibe, un véritabe imbrouillamini. À défeut d’solidarité, os ons yeu droét à in.ne majorité. In.ne majorité d’mécontints.

D’autchuns i vont minme à dire éq din tout cho, non seulemint chés interprinzes i n’poéye'té rien, mais cho vo étou leu rapporter, vu qu’éch travail éd chés salariés i foait rintrer puss d’èrgint qu’cho n’leu coûte. Sans cho vut miux mette él clé dsu l’porte.

Soin ! Os savez bien qu’chés interprinzes i n’in peu'té pu tellemint qu’i croule'té sous chés taxes. Écmint qu’i froai'té sans cho pour foaire des bénéfices du diabe pi don.ner in.ne értraite in dor à un patron incapabe qu’o fout à l’porte ?

Os n’allez point dmander nan pu à chés agritchulteurs, vu qu’eux i travaille'te à perte pi qu’i leu feut des subvintions pour éne point moérir éd faim. Cmint qu’i froait ch’paure prince éd Monaco pour poéyer ? Os savez qu’ch’est li qu’i touche él puss pour chés terres qu’il o din l’Aisn.ne. Cho prouve bien qu’il est vraimint réduit à rien !

Éd tous sins, jé n’voés point cmint qu’Raffarin il éroait pu foaire eutrémint Tout l’mon.ne i lé sait bien, ch’est in.ne érchette qu’al o foait ses preufes : quanq qu’o vut d’l’èrgint, i feut l’prinde à chés paures gins, point à chés riches, vu qu’des paures gins i n-y in o granmint puss éq des riches.

In puss jé cminche à viusir et pi jé m’sins patraque, alorss él solidarité, mi j’sus pour !


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

01/06/05

O N’CANGE POINT IN.NE ÉTCHIPE QU’AL PERD

Ch’cœup l’est jué ! Chés Français l’ont dit non à ch’référindonme ! Pi point pour du rire. Un rcord éd pèrticipation pi quatré-vingt pour chint d’él France d’in bos qu’al invoée un sapré cœup d’pied din l’tchul à l’France d’in heut. À chetlò qu’i prinde'té des avions d’l’État pour aller foaire campaingne. Mais des cœups d’pied din l’tchul, il y sont duits, cho n’foait janmoais qu’él troésienme édpu tchéques énnées, cho n’leu foait mie ni cœud ni froéd, il ont des caneçons blindés pi ch’est point cho qu’i sz’impêquero d’foaire éd l’imblée.

O z-éroait pu croère éq chés prochains minisses, ch’présidint il alloait szés prinde din chés gins qu’il ont voté non. Surtoute qu’i n’in manque point, minme à droéte. Wate ! Tout du contraire. À l’heure éq j’écris, jé n’con.noais point coére ch’nouvieu gouvernémint, mais j’nin don.neroais él tête éd Galouzeau à coper… Pour t-ête fixé i n’est qu’dé rbéyer él nom d’chetlò qu’il ont té rchu à l’Élysée hier et pi in.nhui

Pour échti qu’i s’in vo, ch’est un premier minisse réduit à rien, pu bos qu’janmoais din tous chés sondages éd popularité. Ch’étoait pu possibe d’él warder. Adé Raffarin ! li qu’i n’vouloait point cédier à ch’pouvoér éd la rue ! Ch’est pourtant chetlò qu’il étoai'te din chés rues à ch’momint-lò qu’i ll’ont foutu à l’porte avu leu bulletin d’vote diminche passé. Pi dvant d’értorner tchultiver ses tchotes raffarinades din sin tchot gardin, il o don.né un certificat d’boin.ne conduite à un dénonmé Raffarin, ancien premier minisse. I n’est qu’d’és croère, min camèrade, tu n’sros janmoais miux servi qu’pèr ti-minme !

Mais pour ész eutes, ch’est ch’ju d’él caïelle musicale. O prind les minmes pi o récminche ! I sont tellemint boins qu’o put szés mette n’importé d’où. Pi os allez pouvoér észés vir à l’ouvrage austôt nonmés : point pu tèrd qu’éd dmain avuc él gréve éd chés cheminots…

Ch’qu’i m’interpelle tchéque pèrt… – qu’éj m’édvise-ti bien, des foés, et pi j’né m’forché point, cho vient tout seu ! – mais conme éj dis putôt, pour qu’al comprinche, à m’tchote voésin.ne Lola, ch’qu’i m’turlupine, ch’est qu’éch nouvieu premier minisse i n’o janmoais té éli neune pèrt. Mi nan pu, qu’éj n’ai point té éli neune pèrt, alorss j’ém dis qu’os avez écapé à ch’pire, ch’éroait pu t-ête mi qu’éch présidint il éroait yeu coési pour aller à Matignon !

Pour éch cœup-chi, cho n’és fro point, mais l’prochain.ne foés, tchéche qu’i sait ?


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

16/06/05

DIN M’CASTCHETTE !

Hier, il étoait pétête quatre heures d’érmontée, éj branche ém télé, éj varon.ne un molé pi vlò qu’éj tchais dsur un dotchumintaire qu’il étoait in route édsu la Chonq. Jé rbée ch’progranme, cho s’appéle Shimshal. Ém vlò bien avanché !

Ch’est tellemint bieu qu’éj resté blotché dvant ch’poste dusqu’à l’fin dé chl’émission. Des gins qu’i leu déplache'té avuc des berbis pi des biques din des monts d’in.ne heuteur du diabe, dsu des cmins qu’o n’put minme point passer à deux d’front. Tout l’mon.ne à l’tcheue-leu-leu, avuc chés monts d’un côté, pi d’l’eute des précipices à vous don.ner les freux. A des momints i passe'té dsu des ponts foaits d’tchéques méchantes planques agincées avu des cordes. Pi tout cho s’balonche quanq o s’lanche édsu.

J’ai fini pèr comprinde éq chés honmes il étoai'té vnus rtcheur leus fenmes qu’il étoai'té lò, à des quate mille métes, à foaire poécher leu troupieu durant chés bieux jours. I rdeschindoai'té tous insen.ne vers Shimshal, un tchot village au mitan d’un désert à deux mille huit chint métes d’heuteur.

Lò, à Shimshal, point d’ieu courante point d’éctricité, n-y o minme point d’route pour y arriver, point tchestion d’voéture ni minme éd mulet. Pour s’y rinde, i feut mèrcher à pied, avuc ses agobilles ahotchées à sin dos. Chés gins i vi'té lò conme i y o deux mille ans. Pi ch’est qu’i n’ont point l’air malheureux !

Jé m’disoais conme i n’y o point d’pétrole ni rien d’eute éq chés lédjeumes qu’i foai'té pousser pi qu’éch lait d’leu troupieu, tout cho n’intéresse mie chés multination.nales ! I sont trantchilles pour un rude momint. Mèrchez, i n’sont point lò d’avoér in.ne route !

Éll émission finite, éj trache éd tous les côtés pour nin savoér un molé d’puss édsu Shimshal. Dsu chl’intèrnéte ch’o point té long. Ch’est un tchot poéyis du Pakistan, point bien loin d’él frontiére chinoése. J’ai trouvé tellemint de sites qu’i vous propose'té d’vous inmner là-bos qu’éj mé dmande siq in.nhui à Shimshal i n’éroai'te point dz ordinateurs et pi des téléphon.nes portabes. In tous les cas, asseuré qué l’route pour y aller al o té foaite !

Os vous dmandez sûremint cmint qu’a s’foait qu’éj sus lò à vous bercher avuc chés Shimshalis pi leus berbis ? Bé j’vos vous l’dire, quanq j’ai prins chl’émission, chés fanmeux Shimshalis i vnoai'té d’joinde leus fenmes pi i foaisoai'te in.ne tchote pose. Il étoai'te in route à juer à l’djise !

Jé n’vous mins point, i juoai'te à l’djise ! Avu un tchot morcieu d’bos taillé in sifflet à chaque bout, posé dsu un cailleu plat pi avuc un méchant bâton qu’i leu servoait d’batte. Tout conme nous eutes, quanq os étoème ptchots. Éch jornalisse i n’o point rtraduit ch’qu’i disoai'te, mais j’sus bien sûr éq ch’étoait :
« Djise !
— Droét… din m’castchette ! »

Os voéyez bien qu’chés jux picards i sont tout pèrtout. Pi siq os voulez nin savoér éd puss édsu ch’ju d’djise, in.ne seule adréche : chetlò éd "Djise et traditions", à szés croère, Bouddha li-minme, éd sin temps, i y juoait, à l’djise !


[01/01/05] [16/01/05] [01/02/05] [16/02/05] [01/03/05] [16/03/05] [01/04/05] [16/04/05] [01/05/05] [16/05/05] [01/06/05] [16/06/05]

 Adé

archives 2004 archives 2e semestre 2005